Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Réchauffement climatique et extension du climat méditerranéen


Recommended Posts

Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 19/12/2017 à 03:37, boubou07 a dit :

chez moi autour d'Aubenas il y a des oliveraies qui donnent bien chaque année (je vois les propriétaires poser les filets puis venir récolter avec tracteurs et remorques)

des pièges à mouches, rateaux et filets à olives sont en vente à la coopérative du coin.  moi même j'en produit quelques kilos tous les ans et pourtant (on en a déjà parlé et reparlé) ma zone est dans le supraméditerranéen et même en limite, alors...? 

 

Il y a 18 heures, boubou07 a dit :

Attention tout de même, boubou07 !

En effet, certes, ces oliviers semblent effectivement se plaire là (voir la photo google map), mais c'est un peu normal : ils sont plantés en exposition plein sud, sur une pente, et en plus sur un terrain rocailleux. Bref, tout est là pour assécher « artificiellement » (d'un point de vue édaphique, donc) les conditions climatiques. C'est à dire qu'on a affaire ici à un topoclimat méditerranéen. Mais ce topoclimat est donc très localisé au niveau de cette zone.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 126
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Bonjour à tous,   Je pense que vous avez tous très bien résumé la situation. Cette étude n'a rien de sérieux. Encore du sensationnalisme à deux balles... Ce n'est pas parce que les

d'accord avec Dann mais il me semble tout de même que le pin maritime aime les sols acides tandis que le pin d'Alep aime les sols calcaires.  c'est la raison pour laquelle à l'origine, le massif

Moi, j'aurais plutôt écrit : « Mais que les Méditerranéens se rassurent : nous ne sommes pas près d'avoir un climat méditerranéen »... Oui, cela se saurait si le climat de Grenoble et de Lyon s'a

Posted Images

Posted
Aubenas en Ardèche méridionale

@dann17 : c'est vrai tu as raison, mais c'est aussi ce que je voulais dire, que cette zone et ce climat sont multiples.

des versants sud méditerranéens et des  versants nord sub-méditerranéens voire montagnards selon l'altitude.

et les versants exposés ouest ou est ? :S bref on a un peu de tout mais globalement ce sont tout de même les traits méditerranéens qui dominent.

 

si on fait une longue randonnée en hiver, on verra bien cela : des portions ensoleillées au milieu des chênes-verts et des pins, d'autres à l'ombre sous les chataigniers et merisiers... un coup on transpire, un coup on grelotte :P

 

quant aux conditions édaphiques liées à la pente dont tu parle et bien c'est simple ici il n'y a que de la pente partout ! sauf evidemment en fond de vallée mais là on a une ripisylve classique avec des robiniers, des peupliers des aulnes, etc...

donc s'il est vrai que les précipitations sont plus ou moins régulières et surtout très abondantes, l'eau dégringole très vite dans les cours d'eau et les flans de collines sèchent vite... d'où sur zone bien caillouteuses la présence parfois de figuiers de Barbarie, chênes-kermès, genévriers-cade... alors que sur le versant opposé on pourra ceuillir des cèpes en automne :) 

 

donc une foule de micro-climat, des trous à froids qui ne voient pas le soleil de novembre à février et des "petits-Nice" où les mimosas fleurissent mi-février... 

d'où pour moi l'impossibilité de plaquer une seule couleur à toute cette région sur une carte climatique

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Le 20/12/2017 à 09:18, Yves38 a dit :

Oui et c'est peu de le dire ...

Le climat du lac de Garde doit ressembler fortement au climat de Locarno présenté par mottoth dans le fil 'Climats du monde', c'est un des climats européens avec les étés les plus pluvieux qu'on puisse trouver !

 

Le 20/12/2017 à 15:47, vardracenie a dit :

On peut dire qu'autour de ce lac le climat est de type méditerranéen.

Non, comme le dit Yves, le climat autour du lac de Garde n'est pas méditerranéen, mais...!

Mais, là encore, vous oubliez les conditions édaphiques toutes particulières ici. Regardez cette photo prise juste au-dessus de la ville de Malcesine...

https://www.google.ca/maps/@45.7592714,10.81195,3a,75y,187.9h,95.44t/data=!3m6!1e1!3m4!1sjrc_ATIemQSsGLPuS8p08g!2e0!7i13312!8i6656

Avec une telle pente, nul doute que l'eau des précipitations ne stagne pas dans les pieds des oliviers. Alors, étant donnée la chaleur estivale, considérant la grande douceur hivernale, le topoclimat de ce coin parvient-il sans doute à rejoindre les critères méditerranéens autorisant ainsi ces peuplements d'oliviers.

 

D'ailleurs, je me suis « amusé » à calculer l'indice hydrique pour cette localité (les données sont de 1961-90, issues de l'organisme officiel italien) :

https://en.wikipedia.org/wiki/Malcesine#Climate

 

J'obtiens : 

- indice estival : Ihe = 17

- indice annuel : IhA = 6

 

Autrement dit, même sans tenir compte des conditions édaphiques, il semblerait bien que l'été ne soit pas si trempé que ça. Et l'on s'aperçoit que le climat n'est pas si humide que ça non plus : ici, selon mon approche, on aurait bien un climat subxérique.

Du coup, il va de soi qu'avec une pente pareille, le topoclimat local des premières hauteurs de Malcesine bascule probablement dans le méditerranéen...

D'où la présence massive des oliviers. Ces derniers restant, quoi qu'on en dise, de très bons marqueurs du climat médit.

 

Link to post
Share on other sites
Posted
La Tronche (260 m)
Il y a 17 heures, dann17 a dit :

 

Non, comme le dit Yves, le climat autour du lac de Garde n'est pas méditerranéen, mais...!

Mais, là encore, vous oubliez les conditions édaphiques toutes particulières ici. Regardez cette photo prise juste au-dessus de la ville de Malcesine...

https://www.google.ca/maps/@45.7592714,10.81195,3a,75y,187.9h,95.44t/data=!3m6!1e1!3m4!1sjrc_ATIemQSsGLPuS8p08g!2e0!7i13312!8i6656

Avec une telle pente, nul doute que l'eau des précipitations ne stagne pas dans les pieds des oliviers. Alors, étant donnée la chaleur estivale, considérant la grande douceur hivernale, le topoclimat de ce coin parvient-il sans doute à rejoindre les critères méditerranéens autorisant ainsi ces peuplements d'oliviers.

 

D'ailleurs, je me suis « amusé » à calculer l'indice hydrique pour cette localité (les données sont de 1961-90, issues de l'organisme officiel italien) :

https://en.wikipedia.org/wiki/Malcesine#Climate

 

J'obtiens : 

- indice estival : Ihe = 17

- indice annuel : IhA = 6

 

Autrement dit, même sans tenir compte des conditions édaphiques, il semblerait bien que l'été ne soit pas si trempé que ça. Et l'on s'aperçoit que le climat n'est pas si humide que ça non plus : ici, selon mon approche, on aurait bien un climat subxérique.

Du coup, il va de soi qu'avec une pente pareille, le topoclimat local des premières hauteurs de Malcesine bascule probablement dans le méditerranéen...

D'où la présence massive des oliviers. Ces derniers restant, quoi qu'on en dise, de très bons marqueurs du climat médit.

 

Oui, mais il y a étrangement une très grande différence entre les deux stations dont nous parlons, Malcesine avec 222 mm de pluie pour les trois mois estivaux, n'est effectivement pas très arrosé en été alors que Locarno-Monti, au bord du Lac Majeur dans des conditions d'exposition très voisines des rives du Lac de Garde reçoit 566 mm de pluie en été, plus du double !

 

Sinon, pour être allé sur les bords du Lac de Garde en août, je peux dire que c'est très verdoyant, la végétation naturelle  (et non les oliviers qui sont cultivés) n'a rien, absolument rien de méditerranéen. Cette  végétation témoignerait plutôt de pluies abondantes comme indiqué sur la fiche de Locarno.

 

Edited by Yves38
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 9 heures, Yves38 a dit :

Oui, mais il y a étrangement une très grande différence entre les deux stations dont nous parlons, Malcesine avec 222 mm de pluie pour les trois mois estivaux, n'est effectivement pas très arrosé en été alors que Locarno-Monti, au bord du Lac Majeur dans des conditions d'exposition très voisines des rives du Lac de Garde reçoit 566 mm de pluie en été, plus du double !

 

Sinon, pour être allé sur les bords du Lac de Garde en août, je peux dire que c'est très verdoyant, la végétation naturelle  (et non les oliviers qui sont cultivés) n'a rien, absolument rien de méditerranéen. Cette  végétation témoignerait plutôt de pluies abondantes comme indiqué sur la fiche de Locarno.

Bonjour Yves,

Je suis entièrement d'accord avec toi pour dire que le paysage naturel de cette région n'a généralement rien de méditerranéen, pour cause !

Sauf certains spots où, parfois, ça et là, quelques oliviers ont été plantés grâce aux conditions édaphiques et aux conditions climatiques pas trop éloignées de celles du climat méditerranéen. Pour en faire une culture dans certaines zones privilégiées (mais très rares) , comme vers Malcesine, ou bien, le plus souvent, à des fins d'ornementation (comme vers Locarno). Dans ce dernier cas (qui est nettement majoritaire), les oliviers ne peuvent pas (ou presque pas) se reproduire naturellement.

Tiens, je te laisse lire les quelques passage de ce vieux bouquin intéressant (« la flore de la Suisse et ses origines »), où tu pourras voir tout ça.

https://books.google.ca/books?id=1kn3L0cDv3EC&pg=PA74&lpg=PA74&dq=oliviers+lac+majeur&source=bl&ots=qhsW5SFISj&sig=j2a8THTjT3YaGG1Pi0WvPvmFRd8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjD2_n7l57YAhUo4YMKHaU3ChUQ6AEIQjAI#v=onepage&q=oliviers lac majeur&f=false

 

 

Link to post
Share on other sites

Voici ci dessous mes relevés (sur près de 50 ans...(!) à proximité de Roussillon.

La pente vers des étés plus secs (et des hivers plus humides) n'est pas violente, c'est le moins que l'on puisse dire...

Mais elle existe quand même , et corrobore tout ce qui est dit au dessus

 

Pluie été hiver.doc

Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a une heure, th38 a dit :

Mais elle existe quand même , et corrobore tout ce qui est dit au dessus

Peux-tu préciser ce que cela corrobore ?  (parce que beaucoup de choses ont été dites...)

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, dann17 a dit :

Peux-tu préciser ce que cela corrobore ?  (parce que beaucoup de choses ont été dites...)

Beaucoup de choses ont été dites en effet, et si j'en fait la synthèse en essayant d'être à peu près juste qui rejoint mes relevés :

"le climat méditerranéen et ses zones d'influence poussent très doucement vers le Nord". (10km en 30 ans ?)

Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
il y a 31 minutes, th38 a dit :

"le climat méditerranéen et ses zones d'influence poussent très doucement vers le Nord". (10km en 30 ans ?)

Oui, je suis à peu près d'accord avec ça.

 

Link to post
Share on other sites
Posted
Gap - Hautes Alpes 05 - alt 800m

En France, le climat méditerranéen est essentiellement un climat d’abri. On ne trouve pas ce genre de climat plus haut en latitude ailleurs.

Il va y avoir un moment où il ne pourra pas monter plus haut (peut être vers Valence) lorsqu’il atteindra les limites de l’abri du Massif Central. 

Le climat du Centre Est se rapprochera peut être plus de celui de la plaine du Pô. 

 

  • J'aime 2
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

10 Kms en 30 ans, d'accord mais je pense qu'à la vitesse des records battus partout et l'explosion des moyennes depuis ces 5/6 dernières années cela risque d'aller plus vite 9_9

 

Pour vivre dans le centre-est au cours de ces dernières années les étés se sont réchauffés, très peu d'orage voire quasi plus ou très diluviens mais restant très rares.

Sécheresse accrue, et baisse des précipitations, mais rattrapage sur l'automne/hiver.

 

Le coté pratique c'est la tonte  inexistante entre juin et octobre ^_^

Edited by Zifool
Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Zifool a dit :

10 Kms en 30 ans, d'accord mais je pense qu'à la vitesse des records battus partout et l'explosion des moyennes depuis ces 5/6 dernières années cela risque d'aller plus vite 9_9

 

Pour vivre dans le centre-est au cours de ces dernières années les étés se sont réchauffés, très peu d'orage voire quasi plus ou très diluviens mais restant très rares.

Sécheresse accrue, et baisse des précipitations, mais rattrapage sur l'automne/hiver.

 

Le coté pratique c'est la tonte  inexistante entre juin et octobre ^_^

Il y a aussi La durée d’ensoleillement qui augmente bien car les 2000 H sont dépassés depuis 2013  (sauf 2016 était dans les normes soit    1969 H pour FLEURIE - Beaujolais )  

Edited by Pascaloux
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 13 heures, Zifool a dit :

10 Kms en 30 ans, d'accord mais je pense qu'à la vitesse des records battus partout et l'explosion des moyennes depuis ces 5/6 dernières années cela risque d'aller plus vite 9_9

 

Pour vivre dans le centre-est au cours de ces dernières années les étés se sont réchauffés, très peu d'orage voire quasi plus ou très diluviens mais restant très rares.

Sécheresse accrue, et baisse des précipitations, mais rattrapage sur l'automne/hiver.

Bon, désolé de venir rectifier la teneur de tes propos, mais, étant donné qu'ils laissent clairement entendre que le climat de Louhans serait en voie de « méditerranéisation » rapide (car c'est ni plus ni moins ce que tu décris !), j'ai voulu en savoir plus.

Il n'existe malheureusement pas de station pour cette jolie ville bourguignonne (que je connais un peu), alors j'ai choisi celle de Mâcon, située à 50 km au sud-ouest à vol d'oiseau. J'aurais bien sûr voulu opter pour Châlons (qui  n'est qu'à 30 km), mais malheureusement, pas de station valable non plus.

Alors, ce qu'il faut en plus comprendre, c'est que Mâcon est nécessairement un peu moins arrosée (plus sèche, dirais-tu...) l'été que Louhans.

Voici donc les données de Mâcon pour la période très récente (et en plus climatologiquement peu fiable car issue de seulement 6 années), de 2012 à 2017 inclus :

 

Précipitations moyennes juin / juillet / août : 61 mm / 83 mm / 69 mm   => total 213 mm

Nombre de jours de précipitations ( 0,4 mm) : 11,3 j / 11,5 j / 9,5 j

Température moyenne estivale : 21,1°C

 

Données 1981-2010 :

RR juin / juil / août : 75 mm / 71  mm / 72mm   =>  total 218 mm

Température moyenne estivale : 20,2°C

 

Bref, je ne vois rien d'alarmant pour Mâcon (donc sans doute encore moins pour Louhans  qui est très probablement encore un peu plus humide et un peu moins chaude), avec des précipitations estivales qui restent aussi copieuses, et vraisemblablement presque aussi fréquentes que celles de la période 1981-2010.

Les températures estivales des 6 dernières années sont certes légèrement plus élevées, mais elles ont été « boostées » par les années 2015 et 2017. Forcément, sur 6 années, ça joue un peu...

À ce compte-là, autant ne  prendre en compte que 2015 et 2017 pour en déduire ce que tu as déduis !

 

En gros, ce que je veux dire, c'est que la teneur de tes propos ne reflètent que très peu la réalité.

Avancez des chiffres, plutôt que vos impressions (je devrais même dire vos souhaits...).

 

 

Edited by dann17
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Le 24/12/2017 à 00:04, jeb04 a dit :

En France, le climat méditerranéen est essentiellement un climat d’abri. On ne trouve pas ce genre de climat plus haut en latitude ailleurs.

Il va y avoir un moment où il ne pourra pas monter plus haut (peut être vers Valence) lorsqu’il atteindra les limites de l’abri du Massif Central. 

Le climat du Centre Est se rapprochera peut être plus de celui de la plaine du Pô. 

 

C'est déjà le cas : Lyon et Turin sont proches climatiquement, avec quelques nuances : automne et hiver assez nettement plus froids à Turin, et été plus sec à Lyon. En descendant la plaine du Po, l'été se réchauffe, mais en descendant la vallée du Rhône aussi. Avec l'évolution du climat, on passe en vallée du Rhone de Cfa à Csa, la limite remontant petit à petit.

Le 24/12/2017 à 07:16, Zifool a dit :

10 Kms en 30 ans, d'accord mais je pense qu'à la vitesse des records battus partout et l'explosion des moyennes depuis ces 5/6 dernières années cela risque d'aller plus vite 9_9

 

Pour vivre dans le centre-est au cours de ces dernières années les étés se sont réchauffés, très peu d'orage voire quasi plus ou très diluviens mais restant très rares.

Sécheresse accrue, et baisse des précipitations, mais rattrapage sur l'automne/hiver.

 

Le coté pratique c'est la tonte  inexistante entre juin et octobre ^_^

 

En un siècle, a T moyenne à augmenté d'un bon degré. Le gradient "classique" est de 1° tous les 100 km, donc si on se limite à la T, la limite a du remonter d'au moins 100 km aussi par rapport à il y a un siècle.

Donc c'est plutôt 30/35 km en 30 ans

Il faudrait affiner avec les précipitations puisque ce qui caractérise le climat méditerranéen c'est essentiellement l'aridité estivale (associant T et précipitations), mais pour les T c'est net, d'autant que le réchauffement est justement plus marqué en été, avec une forte accélération ces dernières décennies (on est  sur une augmentation > à 0,3°C par décennies depuis 50 ans).

Je ne sais pas si vous connaissez le projet CLIMFOUREL (adaptation agro au changement climatique dans le sud de la France, avec les régions, les organismes de recherche compétents - INRA, CIRAD...).

https://opcc-ctp.org/etudes/FOCUS-PSDR3-CLIMFOUREL_Clim_Chgt.pdf

D'après eux (étude sortie en 2011 je crois), les zones iso-climatiques ont remonté de 100  à 300 km de 1950 à 2009, ce qui fait que Carcassonne, Montélimar et ... Toulouse auraient déjà basculé en climat méditerranéen.

Evidemment la végétation (que se soit spontanée/sub-spontanée ou cultivée) ne s'est pas encore adaptée au climat actuel, ce qui justement justifiait le projet.

  • J'aime 2
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

La réflexion qu'on peut se faire est que si les villes susnommées ont basculé dans le climat méditerranéen, ce dernier n'est pas resté les "bras croisés" et a évolué aussi.

Elles ont donc basculé dans le climat méditerranéen "d'avant".

Le climat méditerranéen actuel reste donc encore différencié du climat des régions voisines.

C'est en tous cas la sensation que j'en ai quand je passe de Toulouse à Narbonne régulièrement, depuis des années.

 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, meteor a dit :

La réflexion qu'on peut se faire est que si les villes susnommées ont basculé dans le climat méditerranéen, ce dernier n'est pas resté les "bras croisés" et a évolué aussi*.

Elles ont donc basculé dans le climat méditerranéen "d'avant".

Le climat méditerranéen actuel reste donc encore différencié du climat des régions voisines.

C'est en tous cas la sensation que j'en ai quand je passe de Toulouse à Narbonne régulièrement, depuis des années.

 

C'est une façon de voir, logique pour un humain qui a le temps de faire évoluer ses référentiels sensoriels, et par contre gardes ses référentiels mentaux - climat méditerranéen  = près de la Méditerranée.

Sentiment renforcé par le visuel, la végétation n'est plus adaptées au climat actuel et reflète le climat d'avant.

 

Mais par contre l'objet de l'étude, c'était justement d'adapter la végétation - en l’occurrence culture, fourrage à la nouvelle donne climatique. Qu'on l'appelle climat méditerranéen d'avant ou d'après, ça on s'en fiche un peu en fait, l'important pour les locaux - surtout agriculteur c'est d'être conscient que leur climat n'est plus celui de 1950 - et d'adapter les cultures en s’inspirant de celles du domaine méditerranéen.

 

* By the way, un élément m'a traversé l'esprit qui montre les limites de la tentative de faire évoluer les bornes des types de climats : si les pôles continuent à se réchauffer comme ils le font actuellement et que le cap Nord, Mourmansk, voir le Svalbard, avec 8 ou 10 °c de plus à la fin du XXIème siècle, se retrouvent avec un climat proche de celui de l'Ecosse du XXème siècle, on considérerait toujours que ce sont des climats sub-polaires ou polaires ?

 

 

Je complète encore, désolé, j'ai l'esprit d'escalier.

 

En effet, il y a toujours une distinction entre le climat de Toulouse et celui de Narbonne, et elle perdure, mais c'est aussi parce que le climat du Languedoc, dixit la même étude - avec les données pour Montpellier pourtant moins sec que Narbonne - est en train de virer semi-aride, alors que Toulouse en est loin.

 

Je reprends le tout dernier # de l'étude pour les perspectives 2050 :

 

"Le déficit climatique (eETP ‐ eP) et l’indice d’aridité (eP/eETP), annuels ou saison MJJA, évolueraient donc à une vitesse proche de 1980 ‐ 2009, les lignes d’iso‐climat continuant de remonter (+0.3 à +0.5°N/décennie).

Vers 2040 ‐ 50, les trajectoires climatiques auront doublé : les plaines méditerranéennes seront entièrement passées de  sub‐humides à semi‐arides (eP < 0.5 eETP sur l’année).

Le climat méditerranéen sub‐humide couvrira le Sud‐Ouest au ‐ delà d’Agen, la vallée du Rhône jusqu’à Lyon et le sud du   Massif Central à altitude <600 m. "

Edited by Tomar
Link to post
Share on other sites

c'est là que l'ethnobotanique prend tout son sens car on ne peut pas comparer l'agriculture et par extension  la vie économique de 1950 avec celles de nos jours, les études du CIRAD n'en tiennent pas compte.

sans rentrer dans les détails on peut néanmoins dégager une idée forte, en 1950 on  s'adaptait mieux aux écarts naturels que maintenant surtout en zone méditerranéenne, la culture provençale intégrait ces données, socialement et économiquement.

Je regardais la pluviométrie mois par mois sur les vingt dernières années la seule évidence c'est l'irrégularité, des années ça passe en été grâce à un printemps pluvieux voir un mois de juin exceptionnel qui amoindrit la sécheresse de surface, parfois un été atypique avec de l'eau et d'autres années avec des pluies de fin d'été qui viennent sauver un printemps sec, pour l'hivers c'est la même chose.

gardons présent à l'esprit que nos sociétés technologiques restent malgré tout tributaire des ressources naturelles, les barrages, retenues d'eau, le goutte à goutte ne sont que des  auxiliaires et non des solutions pérennes.

cette perception de l'irrégularité du climat méditerranéen devrait être un avantage  par rapport à d'autres régions qui ont beaucoup à y perdre à mon avis mais à condition d'en prendre conscience et d'agir en conséquence.

Je sais que parfois mes propos ont parfois  choqué mais c'est surement que j'ai cette culture de l'eau propre à mon éducation   qui fait que je ne vois pas les choses de la même manière.

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, meteor a dit :

Ceci dit je n'entends toujours pas les cigales dans mon jardin.:P

 

Elles y sont peut-être, mais si comme moi, tu commences à entendre moins bien tu ne t'en es pas encore aperçu ! ;o)

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)
Il y a 3 heures, Tomar a dit :

Elles y sont peut-être, mais si comme moi, tu commences à entendre moins bien tu ne t'en es pas encore aperçu ! ;o)

Je commence à être sourd hélas mais les cigales, pour pas les entendre, faut l'être comme un pot.

Sinon, les cigales dans le Lot, jamais entendu.

Par contre, les chenilles processionnaires c'est l'invasion par ici, j'sais pas vous mais ça devient pénible...

Link to post
Share on other sites

La cigale la plus connue, celle de l'Orne (Cicada orni)  n'est globalement pas un bon marqueur du climat méditerranéen : si elle y est effectivement très abondante, elle en sort largement dans un bon tiers sud du pays et peut être parfois assez abondante localement (côte atlantique, Landes de Gascogne, coteaux secs du Sud-Ouest...). Des individus isolés sont régulièrement notés encore plus au nord mais sans pouvoir apparemment former de populations stables, du moins pour l'instant. http://www.onem-france.org/cigales/wakka.php?wiki=DonneesOrni

Une autre espèce, la cigale plébéienne (Lyristes plebejus),  est plus strictement méditerranéenne mais elle aussi est présente localement dans le Sud-Ouest. http://www.onem-france.org/cigales/wakka.php?wiki=DonneesPlebejus

D'autres petites espèces beaucoup moins connues sont encore moins thermophiles et se retrouvent en moyenne montagne et jusque dans le nord du pays. http://www.onem-france.org/cigales/wakka.php?wiki=DonneesHaematodes ou encore http://www.onem-france.org/cigales/wakka.php?wiki=DonneesMontana

Edited by Boomslang47
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
Il y a 12 heures, Tomar a dit :

automne et hiver assez nettement plus froids à Turin, et été plus sec à Lyon

Il ne faut tout de même pas exagérer : selon les données 2000-2017 (voir Climats du monde de Mottoth), la T moyenne d'octobre à février inclus est de 6,0°C à Turin, contre 6,7°C à Lyon, càd 0,7°C plus froid à Turin ; la différence étant de 1,2°C en janvier. Au vu des ces données, je dirais plus sagement (de l'avis général, il me semble) que l'automne et l'hiver sont très légèrement plus froids à Turin. Non ?

Quant aux étés soit-disant plus secs à Lyon, je dirais plutôt que c'est le printemps (d'avril à juin inclus) qui est assez nettement plus arrosé à Turin. En été, seul le mois de juin (et septembre, mais là, il s'agirait plutôt des premières pluies automnales d'origine méditerranéenne à Turin) est plus sec à Lyon. Mais juillet et août (donc le coeur de l'été) sont exactement (au mm près !) aussi arrosés dans les deux villes. Et en plus, le nombre de jours de pluie à Lyon en été reste plus élevé que celui de Turin (31,3 jours sur juin à août inclus à Lyon, contre 27,8 jours à Turin...).

Mais bon, passons.

 

Il y a 13 heures, Tomar a dit :

Donc c'est plutôt 30/35 km en 30 ans

(...)

D'après eux (étude sortie en 2011 je crois), les zones iso-climatiques ont remonté de 100  à 300 km de 1950 à 2009

C'est donc surtout là que le bât blesse : j'avais déjà vu cette étude, mais bien qu'ayant une haute estime pour le CIRAD (mon co-directeur de recherche, entre autres, en fait partie), je crains qu'elle (cette étude) ne soit que bien trop peu objective : oser avancer que le climat méditerranéen aurait progressé de 100 à 300 km vers le nord au cours des 50 dernières années est tout simplement ubuesque !

Un climat (et en l'occurrence le climat méditerranéen) ne dépend pas uniquement des températures. Ni même des températures et des précipitations. Non, un climat dépend du « couplage » entre tous les paramètres climatiques (températures - valeurs moyennes et extrêmes saisonnières, régime -, précipitations (idem), nombre de jours de RR, niveau d'irradiation - donc tenant compte de l'ensoleillement et de la latitude -, HR (saisonnière et annuelle), vent).

Or pour qu'un climat devienne méditerranéen, il faut qu'un certain nombre de seuils climatiques soient franchis : nombreux climatologues et biogéographes ont remarqué qu'il faut que la Tm du mois de juillet atteigne les 22°C, qu'une sécheresse écologique soit présente l'été (bien sûr, il existe plusieurs méthodes permettant de définir ce seuil), que l'année entière ne soit pas trop humide non plus, que la Tnm de janvier soit > 0°C (ou que la Tm de janvier soit > à 3°C, selon les auteurs), et qu'un certain seuil minimal d'ensoleillement soit requis également.

D'une manière générale, si ces conditions (décrites ci-dessus) sont réalisées, un climat permettra alors le développement naturel de certaines essences (sous réserve que les conditions édaphiques ne constituent pas une entrave) comme le pin d'Alep, par exemple, mais également le chêne vert, l'olivier, pour ne citer que celles-ci.

Si aucune de ces espèce ne peut se développer naturellement (et donc régénérer spontanément) dans un environnement représentatif (càd hormis contre une falaise calcaire en plein sud, par exemple), alors le climat ne peut en aucune façon être méditerranéen.

 

Alors, en l'occurrence, je serais bien surpris de voir pousser des pins d'Alep dans la campagne autour de Valence (et encore mieux dans la campagne lyonnaise !) en ce moment.

Même dans 20 ans...

 

Je vous le dis : j'ai déjà fait ce calcul de mon côté (mais faites-en ce que vous voulez), le climat méditerranéen n'est remonté que d'une vingtaine de km vers le nord au cours des 50-60 dernières années. Ce qui est déjà beaucoup étant donné le fort gradient climatique qui existe en vallée du Rhône. Possible qu'il  monte encore d'une vingtaine (voire un peu plus) de kms supplémentaire d'ici 2050-2080, mais je pense vraiment que Valence sera la limite à cette échéance. Car comme quelqu'un l'a très justement dit, au nord de Valence, les influences atlantiques ne sont que très peu freinées par le relief du massif central.

Pour le moment, la limite se situe vers Montélimar.

 

Link to post
Share on other sites
Posted
Aubenas en Ardèche méridionale

je ne remet nullement en question les compétences de Dann 17 (qui dépasse dans ce domaine les miennes de très très loin...) mais on ne sait pas de quoi demain sera fait !

et si ces années exceptionnellement chaudes, sèches et ensoleillées (2016 et  2017) devenaient la norme ?

la flore atlantiques seraient très vite éliminée avec encore 1 ou 2 saisons chaudes de ce genre et les pins colonisent à toute vitesse... 

ici nous avons du mal à reconnaitre notre région, la rivière Ardèche réduite à l'état de ruisseau en décembre c'est du jamais vu. 

en continuant sur cette lancée, le climat mèd. pourrait bien s'enfoncer dans les terres plus vite que prévu.

je ne suis pas madame soleil mais ça me semble très inquiétant, comme quand je vois des coteaux de chênes-verts roussis par la sécheresse dans le Gard...

j'ai l'impression que nous sommes en train de passer un cap

 

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...