Messages recommandés

La Provence révèle ce matin que MF devrait supprimer 32 CDM et 475 postes d'ici à 2022.

 

C'est une bien mauvaise nouvelle pour le service public qui ne cesse de diminuer dans ce domaine.

 

On apprend par ailleurs que si les centres de Briançon, Aix et Nice devraient rester, d'autres sont grandement menacés à savoir ( Dans le Sud-Est ) :

 

- Montpellier, Nîmes, Perpignan et même Marignane !

 

À l'avenir, c'est Nice et Bastia qui devrait s'occuper de la météo de l'aéroport.

 

Par ailleurs, ce sera aussi la fin de l'expertisation des données grands publics et aux services de l'état qui ne paye pas d'abonnement. Seul les pompiers, les préfectures et les gros clients conserveront une analyse humaine.

 

L'article devrait paraître sur le site de La Provence dans la journée.

  • Surprise 11

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Montpellier Nîmes .....ET!!!! Perpignan ???? ah oui quand même :o

Pour Marignane est ce réellement une surprise ???  (ton fataliste) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, un Troll a dit :

Montpellier Nîmes .....ET!!!! Perpignan ???? ah oui quand même :o

Pour Marignane est ce réellement une surprise ???  (ton fataliste) 

 

Plus aucun centre dans l'ex-région Languedoc-Roussillon ? Non, non, il n'y a aucun enjeux météorologique par là-bas : logique comptable implacable... ¬¬

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pas beaucoup mieux dans les sociétés privées, les principaux acteurs européens dégraissent aussi pour opter vers l'ultra automatisation. Clairement, la météo est à un carrefour en terme d'évolution du savoir faire. La vraie question c'est pas tellement Météo France, c'est si le métier de météorologue existera encore dans 20 ans. A priori, les modèles sont à présent suffisamment performants pour se passer d'expertise. C'est un point de vue et un choix stratégique. En face, on voit fleurir les petites structures humaines locales/régionales qui tendant à faire exploser le marché, on verra bien vers quoi se tournent les acteurs sensibles et les clients. Une chose est sûr, en terme de stratégie commerciale, il est bien plus avantageux de vanter une expertise et une présence humaine à un client que de lui dire que sa prévision tourne dans le vide 24/24... 

Modifié par chris68
  • J'aime 5
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ceux qui veulent des informations complémentaires, les syndicats communiquent pas mal par rapport à ce qui se profil à MF

http://www.fo-meteo.fr/images/stories/com/snitm/CR_CAP22_16janvier2018.pdf

https://www.cgt-meteo.org/spip.php?article2531&var_mode=recalcul

Le jargon est peut-être un peu complexe à comprendre en étant externe à Météo-France mais l'essentiel assez explicite :/

 

Un petit résumé rapide de ce que va proposer le PDG au ministère (car rien n'est acté, on peut encore craindre quelque chose de pire):

- Suppression de l'ensemble des anciens "cdm" en conservant quelques centres thématiques (aéro, montagne...)

- Sous traitance en grande partie des activités informatiques

- diminution drastique des effectifs en CMIR (centres régionaux) et Toulouse/ Saint Mandé

- Automatisation à tout va

- fusion entre la recherche (CNRM) et l'école (ENM)

Comme cela a été dit précédemment, il faut s'attendre à environ -500 collègues en 5 ans (nous venons de passer sous la barre des 3000 cette année il me semble)

Des actions seront sans doutes menées en interne, mais vous pouvez toujours nous soutenir, ça apporte un peu de réconfort ;)

Modifié par Lavesnois
  • J'aime 7
  • Surprise 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 19/01/2018 à 11:36, chris68 a dit :

C'est pas beaucoup mieux dans les sociétés privées, les principaux acteurs européens dégraissent aussi pour opter vers l'ultra automatisation. Clairement, la météo est à un carrefour en terme d'évolution du savoir faire. La vraie question c'est pas tellement Météo France, c'est si le métier de météorologue existera encore dans 20 ans. A priori, les modèles sont à présent suffisamment performants pour se passer d'expertise. C'est un point de vue et un choix stratégique. En face, on voit fleurir les petites structures humaines locales/régionales qui tendant à faire exploser le marché, on verra bien vers quoi se tournent les acteurs sensibles et les clients. Une chose est sûr, en terme de stratégie commerciale, il est bien plus avantageux de vanter une expertise et une présence humaine à un client que de lui dire que sa prévision tourne dans le vide 24/24... 

 

Je suis d'accord, vu l'évolution de Météo France depuis les années 2000, on se dit que le métier de météorologue sera en voie de disparition d'ici quelques années...

 

C'est en tout cas triste de voir dans quoi s'embarque Météo France. A peine un plan de réduction budgétaire fini, on en crée un nouveau. On est quand même passé d'environ 100 CDM en 2008, à 50 actuellement avec le premier plan de réduction des coûts, et à une vingtaine d'ici 2022 si les infos sont bonnes.

Le recrutement, que ce soit pour les techniciens ou ingénieurs, a très sérieusement baissé à l'ENM, beaucoup de départs à la retraite ne sont pas renouvelés, ce qui représente des centaines de postes en moins sur les dernières années.

 

A terme, L’État recherche clairement une automatisation quasi complète des prévisions météo. Même si en regardant l'évolution des modèles météo ces dernières années, avec notamment Arôme et sa résolution redoutable de 1,3km, on peut le comprendre...

 

C'est également une mauvaise nouvelle pour les passionnés de météo voulant faire de leur passion leur métier. Moi même qui souhaitais il y a un peu plus d'un an devenir ingénieur météo à l'ENM, j'ai préféré choisir une autre voie, trouvant trop risqué de choisir ce métier qui n'a visiblement quasiment plus d'avenir...

Modifié par Matt76
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et dans le Centre-Est aussi c'est la berezina: http://www.ledauphine.com/drome/2018/01/26/vers-la-fermeture-de-l-antenne-meteo-france-de-montelimar

 

La qualité des prévisions va clairement décliner, en plus de la maintenance du matériel en cas de panne d'une station par exemple, le délai sera plus long j'imagine car plus de personnes dans les CDM départementaux pour intervenir rapidement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Voici l'évolution des effectifs de Météo France depuis 1994 jusqu'à 2017 et les prévisions (d'effectifs) de 2018 jusqu'en 2022 (-95 postes par an). On peut dire merci AP2022.

De plus, il paraitrait que l'objectif "final" serait de passer Météo France à 1500 personnes d'ici 2030-35. Pourvu que j'ai tort :ph34r:

 

Effectifs_MF.png

Modifié par Ventdautan
  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En parallèle de tout cela, il va y avoir aussi du nettoyage au niveau des postes bénévoles MF. Leur nombre sera réduit passant actuellement de 2300 à 740  !. MF met notamment en avant le fait que la fermeture de nombreux centres de Météo France rend plus difficile la prospection et les visites permettant de maintenir la motivation des bénévoles. La sélection des postes conservés tiendra compte des séries existantes les plus longues, mais couvrant l'ensemble du territoire de manière homogène. Tous ces postes seront équipés de stations automatiques mesurant et transmettant en temps réel la température et les précipitations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une vraie catastrophe qui se déroule sous mes yeux avec mon stage actuellement, l'automatisation conduit à des erreurs sur les minimales de + de 5°C du jour au lendemain, et quand on est dans le milieu viticole, 5°C c'est gigantesque...

  • Surprise 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, sylvainmeteo a dit :

Une vraie catastrophe qui se déroule sous mes yeux avec mon stage actuellement, l'automatisation conduit à des erreurs sur les minimales de + de 5°C du jour au lendemain, et quand on est dans le milieu viticole, 5°C c'est gigantesque...

 
Et bien.. Et encore ce ne sont que des températures ! Je n'imagine pas les conséquences sur du vent ou des pluies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, sylvainmeteo a dit :

Une vraie catastrophe qui se déroule sous mes yeux avec mon stage actuellement, l'automatisation conduit à des erreurs sur les minimales de + de 5°C du jour au lendemain, et quand on est dans le milieu viticole, 5°C c'est gigantesque...

 

5°C entre une prévi à J-1 et une obs? S'agissant probablement d'un TAF,  cela n'aurait alors rien de surprenant, et je ne suis pas certain que l'on ferait beaucoup mieux avec une méga-expertise d'un prévi, qui de toute manière va se baser sur l'AS...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Sebaas a dit :

 

5°C entre une prévi à J-1 et une obs? S'agissant probablement d'un TAF,  cela n'aurait alors rien de surprenant, et je ne suis pas certain que l'on ferait beaucoup mieux avec une méga-expertise d'un prévi, qui de toute manière va se baser sur l'AS...

Ils avaient prévu 5 à 7°C, il a fait entre -1 et 2°C sur la plupart des stations (même -2 à Troyes ce matin la), et ce n'était pas une question de TAF, c'était généralisé, heureusement que maintenant ils ont arrêté ça et sont revenus à une expertise humaine...

Modifié par sylvainmeteo
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.