gugo

Du 16 avril au 22 avril 2018, prévisions météo semaine 16

Messages recommandés

Il y a 5 heures, mike a dit :

j'ai trouvé une erreur, il y en a peut etre d'autres d'ailleurs. Il n'a jamais pu faire 29° à paris le 17 avril 1905 par cette situation

C'est peut-être cette carte qui est fausse ? Une réanalyse de 1905 a plus de chance d'être mauvaise qu'un relevé.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus que la chaleur (qui est tout de même remarquable depuis le début du mois dans le Nord-Est) c'est surtout le manque de pluie qui est flagrant.

Pour la semaine du topic, les modèles semblent voir le retour à un flux d'Ouest-Nord-Ouest mollement anticyclonique (les pressions augmentant vers le sud de la France), plus frais mais assez peu propices à de vraies précipitations qui nous font pourtant bien défaut à un moment où la végétation explose...

Aucun soucis en profondeur avec ce qu'il est tombé entre novembre et janvier mais en surface cela sèche rapidement.

En Meuse du sud, le mois de mars a été légèrement en dessous des normes de pluvio, nous avons reçu 18 mm de pluie entre le 1er et le 3 avril et rien depuis.

 

C'est un copier-coller du printemps dernier (avec la chaleur en plus cette année, car le 21 avril 2017, il avait fait -5° !!) où nous n'avions eu que 4 à 5 mm de pluies entre le 23 mars et le 6 mai de mémoire...

 

Cette forte récurrence de printemps terriblement sec que nous observons depuis une bonne quinzaine d'années (2002, 2003, 2006, 2007, 2010, 2011, 2012, 2014, 2017, 2018 pour ne citer que les plus marquants) m'interroge nettement. Est-ce une conséquence du changement climatique ? Allons-nous faire une accentuation des phénomènes extrémes? Pluie et douceur en hiver, sécheresse au printemps ?

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@gab75 une consequence du changement climatique ? Je ne connais pas grànd chose en meteo , je suis juste un agriculteur qui utilise ce forum pour mon metier .... mais le climat est qq chose de global non ??? Moi dans le sud ouest , nous avons contamment ( hormis 2017) des periodes printannieres tres pluvieuses ! Cette annee nous sommes a 800 mm depuis janvier !! Alors doit on parler de changement climatique a l a echelle du nord est ? Je ne pense pas 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, gab75 a dit :

Plus que la chaleur (qui est tout de même remarquable depuis le début du mois dans le Nord-Est) c'est surtout le manque de pluie qui est flagrant.

Pour la semaine du topic, les modèles semblent voir le retour à un flux d'Ouest-Nord-Ouest mollement anticyclonique (les pressions augmentant vers le sud de la France), plus frais mais assez peu propices à de vraies précipitations qui nous font pourtant bien défaut à un moment où la végétation explose...

Aucun soucis en profondeur avec ce qu'il est tombé entre novembre et janvier mais en surface cela sèche rapidement.

En Meuse du sud, le mois de mars a été légèrement en dessous des normes de pluvio, nous avons reçu 18 mm de pluie entre le 1er et le 3 avril et rien depuis.

 

C'est un copier-coller du printemps dernier (avec la chaleur en plus cette année, car le 21 avril 2017, il avait fait -5° !!) où nous n'avions eu que 4 à 5 mm de pluies entre le 23 mars et le 6 mai de mémoire...

 

Cette forte récurrence de printemps terriblement sec que nous observons depuis une bonne quinzaine d'années (2002, 2003, 2006, 2007, 2010, 2011, 2012, 2014, 2017, 2018 pour ne citer que les plus marquants) m'interroge nettement. Est-ce une conséquence du changement climatique ? Allons-nous faire une accentuation des phénomènes extrémes? Pluie et douceur en hiver, sécheresse au printemps ?

 

Petit H.S

 

Constat à relativiser.

 

Pour le NE du pays et la Lorraine en particulier, la période allant de la fin février au mois d'Avril est climatologiquement la plus sèche de l'année, Avril étant même le mois le plus "sec" de l'année.  L'ensoleillement y est d'ailleurs très bon, par exemple pour Nancy il est en moyenne supérieur à de  nombreuses localités du SO.

Généralement la pluviométrie reprend du dynamisme en mai/juin avec en moyenne des totaux pluviométriques proches des mois les plus humides de l'année (octobre, novembre, décembre).

 

Ces dernières années on constate régulièrement une pluviométrie plus faible que la normale en fin d'hiver/début de printemps qui se prolonge sur les mois de mai ou de juin comme en 2009, 2011, 2014, 2015 et dans une moindre mesure 2017.

Ceci dit si l'on regarde sur un temps plus long, on constate que nos printemps depuis 30 ans sont plus humides qu'avant guerre. La tendance longue depuis 90 ans est même à une augmentation de la pluviométrie de nos printemps. La récurrence des printemps secs depuis quelques années pourrait donc être une sorte de variabilité naturelle liée à des cycles de printemps + ou - pluvieux.

 

Ce qui à mon avis change la donne  est surtout le niveau de température qui lui a bien augmenté.

+1° sur la température moyenne des printemps à Nancy entre la période 61-90 et 81-10, et même +1,5° si l'on prend la période 2000-2017. C'est une évolution significative qui engendre un démarrage plus précoce de la végétation, une évapotranspiration plus élevée des sols et vgégétaux et donc mécaniquement des besoins en eau pour les milieux plus importants. Du fait de cette élévation de la température moyenne, ces "sécheresses" printannières ont donc désormais plus d'impacts sur la végétation et nos jardins qu'il y a 40 ou 80 ans, elles nous paraissent plus marqués ce qui n'est pas forcément le cas si l'on s'en tient uniquement à la pluviométrie.

 

 

Modifié par thib91
  • J'aime 17

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Thibault pour ces précisions qui répondent à mes questions, et désolé du petit HS un peu plus climato.

 

Il est vrai en effet que les mois de mars et avril (surtout ce dernier) sont les plus secs de l'année dans le Nord-Est, en quelque sorte une petite saison sèche. Et le réchauffement important que tu évoques pour avril renforce donc la sensation de sécheresse en augmentant l'évapotranspiration, la période chaude actuelle en est la preuve...

Merci pour ces données historiques qui resituent le phénomène observé depuis quelques années dans un contexte plus large.

 

J'ai aussi bien conscience que le climat de la Meuse plutôt sec au printemps n'est pas comparable à celui du sud-ouest , j'ai souvent l'occasion d'échanger avec des amis du sud-ouest et leurs relevés de pluvio sont juste d'un autre univers comparé aux nôtres, et je crois même que la pluvio est en excédent ces dernières années. Alors certes, il faut s'y faire, il fait très souvent beau et chaud au printemps en Lorraine, il faut arroser, arroser, et encore arroser...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.