Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Anticyclone/dépression thermique et dynamique


Recommended Posts

Posted
Meulan-en-Yvelines

Bonjour,  je vais avoir un partiel de climato sous peu et je n'arrive pas à comprendre la différence entre les anticyclones et dépressions thermiques/dynamiques.

Je sais juste à peu près que dans le cadre des anticyclones dynamiques, on peut prendre comme exemple des anticyclones des Açores et de la Sibérie qui ne "disparaissent" pas en fonction des saisons.

Hormis cela, c'est assez flou et j'aurais vraiment besoin de votre aide.

Je vous remercie beaucoup!!

 

Edited by Speed.
Link to post
Share on other sites
Posted
Forbach, Moselle.

Tu devrais trouver des réponses dans cet ancien sujet :

 

Par contre, l'anticyclone de Sibérie est classifié en tant qu'anticyclone thermique, pas dynamique. Il disparaît durant la saison chaude comme on peut le voir sur les cartes de réanalyse ci-dessous (pression réduite au niveau de la mer sur décembre-février en haut et juin-août en bas).  

 

B01_LL_DJF.gif

 

B01_LL_JJA.gif

 

Edited by Higurashi
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

L’anticyclone de Sibérie, je confirme se forme lorsque le froid continentale fait contracter la masse d'air au sol, créant une surpression au sol, l'air froid étant plus lourd, reste plaqué au sol, cela créer des lacs de froid avec inversion thermique en montant en altitude (température plus élevé aux sommets). A Oymyakon, on rencontre ce phénomène avec des températures réelles de -50°C pas rares en hiver.  L'inversion thermique peut créer en présence d'humidité des brouillard en plaine (magnifiques lacs de nuage vu de la montagne) avec des brouillards très tenace qui vont avoir du mal à se dissiper à cause de la température plus faible que le point de rosée et qui ne vas pas augmenter suffisamment pour dépasser celui-ci et dissiper le brouillard.

 

Par contre je me pose une question : comment cela se fait que l'instabilité atmosphérique (EPCD) ne soit pas systématiquement liés à l'amplitude de la dépression sur le lieu car pour moi, une dépression correspond à de l'air aspiré vers l'altitude dû à la différence de température entre le sol plus chaud et humide  et l'air plus froid et sec. Pour moi l'instabilité favorisait la dépression or on peut avoir 980hPa sans grande instabilité et on peut avoir 1013hPa avec une grande instabilité (cas des régions équatoriales). Je me demande donc pourquoi une dépression n'est pas plus puissante là où il y a le plus d'instabilité et pourquoi certaines dépressions se forment dans les eaux froides et non dans les eaux chaudes ou dans le Sahara (soumis à de l'air très chaud et donc plus léger et susceptible de partir en altitude pour créer une dépression). 

 

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...
Posted
Touraine (37) et Plateau des Bornes (74) 950m
Le 22/06/2018 à 20:59, Adrien Potier a dit :

Par contre je me pose une question : comment cela se fait que l'instabilité atmosphérique (EPCD) ne soit pas systématiquement liés à l'amplitude de la dépression sur le lieu 

 

Je vois que ta question est restée sans réponse.... l’occasion de continuer ici les explications sur « Anticyclone thermique et dynamique ». 

Pour réponse à ta question, on peut confirmer qu’en situation d’instabilité engendrant de la convection , il y a bien une baisse de pression au sol, mais elle est relativement faible.

Effectivement dans la zone équatoriale , là où on connaît sur la planète un maximum de convection, on constate que la pression est proche de la pression moyenne 1013 hPa ou légèrement inférieure. Alors que, dans la même zone ou presque, au sein d’un cyclone tropical, la pression peut descendre très bas.

Sous nos latitudes, l’instabilité qui engendre des orages et des vitesses ascendantes importantes, produit une légère baisse de pression , mais pas tant que ça. Par contre au sein d’une dépression on peut rencontrer des pressions très faible surtout lors des épisodes de tempête. 

Quel est le dénominateur commun dans tout ça ? L’instabilité, la convection, les orages (sauf cas particulier) ne présentent pas de mouvement tourbillonnaire, alors que dépressions et cyclones s’accompagnent de ce mouvement qui occasionne localement un vortex ascendant. Cet aspect dynamique contribue fortement à entraîner cette baisse de pression. On en revient à cette histoire de tourbillon, j’essayerai de trouver une explication simple....

 

Pour revenir aux anticyclones dynamiques, voici un lien qui présente l’anticyclone des Açores. Ça permet déjà d’en poser les bases (mais tout ça t’est peut être déjà familier?). A noter que le blog de Météo Suisse présente pas mal d’explications  intéressantes et mérite d’être consulté. 

 

https://www.meteosuisse.admin.ch/data/blogs/2018/9/la-star-de-la-semaine---l-anticyclone-des-acores.html

 

Enfin pour revenir à ton exemple du Sahara, en journée l’air chaud monte en altitude, occasionne une baisse de pression, mais ça n’est pas très efficace. L’air est sec, et n’est pas allégé par une teneur importante en vapeur d’eau et surtout parcequ’au dessus de cette zone subtropicale on trouve en altitude des hautes pressions (hauts geopotentiels) puiqu’à la même latitude que l’anticyclone des Açores. Ils forment un couvercle et rien ne se développe. 

Carte pression au niveau du sol et à 700 hPa (3000m)

 

 

 

F86C99FC-F878-4EB9-9E0A-07FE7CDD81C2.jpeg

Edited by Idéfix37
Ajout cartes
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...