Messages recommandés

Bonsoir, je suis actuellement en terminale STI2D, passionné de catastrophes naturelles, de climatologie, de géographie.. donc j'aimerai partir "je pense" dans la voie de la licence géographie et aménagement mais j'aimerai savoir si je ne vais pas avoir trop de difficulté à la fac?

Parce que je ne suis pas un grand bosseur.. ^^ Mais avec la passion que j'ai pour la géographie, je pense que j'arriverai à me motiver.

Merci pour vos réponses. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Martini   

Si tu es passionné par lé géographie il te faudra attendre le master pour vraiment t'y plaire.

J'ai effectué ce cursus à Montpellier et Rennes et les options diffèrent en fonction des facs mais en gros tu auras beaucoup de thématiques différentes qui changent d'un semestre à l'autre. Les cours sont montés par des chercheurs les thématiques de chaque fac dépendent donc des spécialités des chercheurs qui s'y trouvent.

Tu veux faire de l'urbanisme tu vas à Tours. Tu souhaites faire de la géographique très physique tu vs à Strasbourg. Tu souhaites bosser sur les risques naturels tu vas à Montpellier...

Faut aussi savoir quelle géographie tu souhaites faire. Aménagement ou environnement? en gros: physique ou humaine.

Il faut aussi savoir que la géographie du lycée n'a rien à voir avec le lycée. Au lycée il s'agit principalement de géographie économique qui disparait beaucoup à la fac.

Mais dans tout les cas faut bosser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
th38   

On n'est pas bosseur quand on n'est pas intéressé.

Si la géographie te passionnes, tu vas t'étonner des heures que tu vas y passer.

Et tu t'étonneras de bosser.

Aie confiance en toi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mart67   

Je suis en fac de géo à Strasbourg c'est vraiment bien, j'aime beaucoup et comme dit plus haut, les cours sont variés, il est donc possible de toucher à tout et les cours sont très variés. Par contre, c'est vraiment totalement différent.

Il y a deux matières principales l'étude de la planète (biosphère, géologie et climatologie) et géographie humaine (étude sur la répartition de l'Homme, les causes, les conséquence...), ce semestre c'est différent avec beaucoup de géomorphologie (étude de la terre/géologie) et géographie humaine, mais tu as aussi de la cartographie, statistique ou bien épistémologie. J'imagine que c'est différent dans les autres facultés de géographie.

Pour la physique à la fac de Strasbourg, c'est surtout à la seconde licence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo53/35   

Je suis en fac de géo à Strasbourg c'est vraiment bien, j'aime beaucoup et comme dit plus haut, les cours sont variés, il est donc possible de toucher à tout et les cours sont très variés. Par contre, c'est vraiment totalement différent.

Il y a deux matières principales l'étude de la planète (biosphère, géologie et climatologie) et géographie humaine (étude sur la répartition de l'Homme, les causes, les conséquence...), ce semestre c'est différent avec beaucoup de géomorphologie (étude de la terre/géologie) et géographie humaine, mais tu as aussi de la cartographie, statistique ou bien épistémologie. J'imagine que c'est différent dans les autres facultés de géographie.

Pour la physique à la fac de Strasbourg, c'est surtout à la seconde licence.

Bonjour Mart67,

Etant aussi en Terminale STI2D, je souhaite également m'orienté vers la fac de géographie.

Cependant, deux choses m'inquiètes :

- En termes de débouchés, ce secteur me paraît restreint ?

- Les cours à la FAC sont-ils pas trop dur à suivre ?

Amicalement.

Mr Flo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Martini   

Le débouché premier d'un géographe a toujours été la fonction publique. Tout simplement parce qu'en géographie on apprends la gestion de milieu, la gestion de phénomène...

Ce qu'il manque à cette discipline ce sont des sciences dures qui fait qu'un géographe ne peux en aucun cas faire le poids contre un ingénieur.

Depuis que la fonction publique rechigne à juste titre à embaucher à tour de bras, les débouchés se font effectivement de plus en plus rare.

C'est le manque de sciences dures qui nous empêche d'être concurrentiel dans le privé et notamment pour intégrer un bureau d'études. Pour moi, et je peux me tromper, la seule solution c'est d’être carré dans ce que l’on souhaite faire très tôt dès le début de la fac et de réaliser de très nombreux stages même non obligatoire tout au long de sa scolarité.

Le manque d'expérience professionnel est clairement un frein à l'embauche même à la sortie d'un master. Car ce qui marque en premier les recruteurs c'est l'expérience et pas le niveau du diplôme.

Quant au niveau des cours à la fac, faut distinguer Licence et Master. La licence vous suivez un minimum vous faites vos TD et vous avez les années. Les master c'est plus compliqué notamment avec la sélection en master 2.

Une licence de géographie ne vaut presque rien sur le marché du travail il ne faut donc surtout pas s'arrêté là. Pendant 3 ans, les cours sont très généraux et sur des thèmes trop diversifiés pour pouvoir être compétent dans un domaine.

Je suis assez noir et je m'excuse par avance si je choque ou déprime certain. J'ai fais le choix de cette filière en sachant tout cela et je m'y suis quand même engagé par passion pour la thématique.

Je vais quand même être sur une note positive. Il y a au moins deux secteurs (d'autres pourront en rajouter) qui recrutent encore: les postes dans la gestion des déchets (privé et public avec peu de concurrence des ingénieurs) et les postes dans les études d’implantation des éoliennes/champs photovoltaïques (bureau d'études très majoritairement avec concurrence des ingénieurs mais avantage aux géographes)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mart67   

Le débouché premier d'un géographe a toujours été la fonction publique. Tout simplement parce qu'en géographie on apprends la gestion de milieu, la gestion de phénomène...

Ce qu'il manque à cette discipline ce sont des sciences dures qui fait qu'un géographe ne peux en aucun cas faire le poids contre un ingénieur.

Depuis que la fonction publique rechigne à juste titre à embaucher à tour de bras, les débouchés se font effectivement de plus en plus rare.

C'est le manque de sciences dures qui nous empêche d'être concurrentiel dans le privé et notamment pour intégrer un bureau d'études. Pour moi, et je peux me tromper, la seule solution c'est d’être carré dans ce que l’on souhaite faire très tôt dès le début de la fac et de réaliser de très nombreux stages même non obligatoire tout au long de sa scolarité.

Le manque d'expérience professionnel est clairement un frein à l'embauche même à la sortie d'un master. Car ce qui marque en premier les recruteurs c'est l'expérience et pas le niveau du diplôme.

Quant au niveau des cours à la fac, faut distinguer Licence et Master. La licence vous suivez un minimum vous faites vos TD et vous avez les années. Les master c'est plus compliqué notamment avec la sélection en master 2.

Une licence de géographie ne vaut presque rien sur le marché du travail il ne faut donc surtout pas s'arrêté là. Pendant 3 ans, les cours sont très généraux et sur des thèmes trop diversifiés pour pouvoir être compétent dans un domaine.

Je suis assez noir et je m'excuse par avance si je choque ou déprime certain. J'ai fais le choix de cette filière en sachant tout cela et je m'y suis quand même engagé par passion pour la thématique.

Je vais quand même être sur une note positive. Il y a au moins deux secteurs (d'autres pourront en rajouter) qui recrutent encore: les postes dans la gestion des déchets (privé et public avec peu de concurrence des ingénieurs) et les postes dans les études d’implantation des éoliennes/champs photovoltaïques (bureau d'études très majoritairement avec concurrence des ingénieurs mais avantage aux géographes)

Bof bof, je ne suis pas d'accord avec toi sur le fait des débouchés, les collectivités locales et les secteurs privés sont à la recherche de géographes par le fait d'une ouverture d'esprit assez grande comparé à un ingénieur. Les domaines dans le secteurs de l'environnement sont en pleins essors et je sais que la fac de stras nous travaille beaucoup sur ce domaine. Il y a aussi les secteurs de l'aménagement, dans le secteur de l'urbanisme (guerre entre les archis et les urbaniste) qui ont beaucoup de débouché. (double master avec L'INSA possible à Strasbourg)

Un prof nous avez dit que tous le monde trouve un métier à la fin du master ou du doctorat, il est sans doute vrai qu'après une licence, les débouchés ne sont pas forcément énorme et encore.. Pour moi les débouchés sont corrects.

Il est certain qu'un élève motivé qui fait de nombreux stages et avec une bonne moyenne trouvera un emploi plus rapidement que quelqu'un de peu dynamique.

Pour les cours à la fac, il est certain qu'il y a un changement (surtout en sortant d'un bac S) avec le lycée, il important de ne pas relâcher et de ne commencer à abandonner sa présence au cours magistraux. Il y a bon point en fac de géo, c'est la taille, souvent les plus petites de l'université, l'ensemble des étudiants se connaissent et partagent les cours, même les profs sont très accessibles, il est possible de poser des questions en pleins cours magistraux par exemple ( ou bien à la fin des cours) et lors des TD, on se retrouve en petit groupe. L'ambiance est très bonne et il n'y a pas de concurrence comme dans d'autres facultés.

J'aime beaucoup l'ambiance de l'université, la vie étudiante ainsi que la vie en ville, après ce n'est pas forcement le cas de tout le monde.

Tu as prévu de rejoindre quelle fac ? Tu hésites entre plusieurs orientation ?

PS: je donne beaucoup d'exemple pour Strasbourg, c'est juste que je connais pas les cours et objets d'étude des autres fac de géo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vedasien   

Salut Clément,

Je suis moi même actuellement en Licence de Géographie-Aménagement (en seconde année) à la faculté Paul-Valéry de Montpellier. Etant Gardois, j'en déduis que tu serais potentiellement dirigé vers la faculté de Montpellier.

Comme cela a été évoqué plus haut, la géographie à l'université est radicalement différente que celle abordée au collège et bien évidemment au lycée. Les cours sont très développés, en première année on aborde les grands ensembles et toutes les facettes de la géographie (humaine et physique).

Je rejoins Martini, les trois années de licence sont qu'une mise en perspective de toutes les composantes de la géographie au sens large, il faut attendre réellement le Master pour vraiment s'éclater dans un domaine très précis qui nous branche.

Concernant les débouchés, il est plus pertinent de se diriger vers des bureaux d'études privés plutôt que dans la fonction publique (vu la conjoncture économique il ne faut pas s'attendre à des embauches à tours de bras...).

Si tu as de plus amples questions sur l'université de Montpellier, n'hésites pas à venir en message privé ! default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Clément,

je me permets d'ajouter ma réponse également même si je ne suis pas en fac de géographie.

J'étais aussi passionné par les catastrophes naturelles, la climato et la géographie en terminale et je me suis finalement orienté vers une License de Géologie, j'ai hésité également avec la licence de géographie mais j'ai trouvé la licence Géologie plus intéressante, avec une approche plus scientifique des sujets évoqués précédemment, en effet cette filière STE (Sciences de la Terre et de l'Environnement ) permet d'avoir une approche un peu plus générale de la Géologie, de la Géographie, des Catastrophes Natures, de la Climatologie et de la Dynamique de la Terre en général.

Celle-ci se rapproche également de la fac de géographie, nous avons aussi des cours de cartographie, de la géologie structurale et dynamique, les risques naturels et j'en passe, seule l'aspect économico-social n'et que trop peu abordé.

Actuellement en 3è année je ne peux que te conseiller de prendre aussi cette option en compte, tout en sachant que la Licence te permettra ensuite de t'orienter vers des Masters plus spécifiques.

En gros la License reste générale, qu'elle soit de géographie ou de géologie, c'est véritablement au Master que tu t'oriente vers une discipline plus spécifique et qui te correspond plus, personnellement je vise le Master Gestion des Risques et des Catastrophes Naturelles à Montpellier l'année prochaine, mais de nombreux autres masters sont aussi envisageables, vers le Développement Durable, l'Aménagement des Territoires, la Geotechnique, l'Hydrogeologie et j'en passe,... Les débouchées sont peut être un peu plus nombreuses avec une licence en Sciences de la Terre.

Concernant le travail personnel, comme dit plus haut, même si tu n'es pas un grand bosseur quand tu fera ce qui t'intéresse cela va venir tout seul et tu prendra même du plaisir à travailler, cela n'a rien a voir avec le lycée, malgré tout il faut de la rigueur car c'est facile de perdre le fil en fac.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est le manque de sciences dures qui nous empêche d'être concurrentiel dans le privé et notamment pour intégrer un bureau d'études. Pour moi, et je peux me tromper, la seule solution c'est d’être carré dans ce que l’on souhaite faire très tôt dès le début de la fac et de réaliser de très nombreux stages même non obligatoire tout au long de sa scolarité.

Le manque d'expérience professionnel est clairement un frein à l'embauche même à la sortie d'un master. Car ce qui marque en premier les recruteurs c'est l'expérience et pas le niveau du diplôme.

Je suis assez noir et je m'excuse par avance si je choque ou déprime certain. J'ai fais le choix de cette filière en sachant tout cela et je m'y suis quand même engagé par passion pour la thématique.

Je suis totalement d'accord avec le fond de ta pensée et je ne suis pas du tout choqué de ce que tu peux dire.

Mon parcours se résume à une licence de géographique et ensuite un master en géosciences et risques (à l'université de Reims, mais ce n'est pas la seule à proposer plus ou moins la même chose...). C'est un master très pluridisciplinaire, on y voit plein de choses (de la géologie, risques naturels & anthropiques, pollution des sols, SIG, etc...) : c'est bien, car ça permet d'ouvrir sa curiosité à plein de domaines, mais à vouloir trop en faire en faire justement, il n'y pas assez d'heure pour approfondir tout cela. Donc ça reste une approche assez "superficielle" sauf quand on s'y intéresse soi-même. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Le manque d'expérience, je ne peux qu'approuver. Dans ma fac, seul le stage en M2 est obligatoire (6 mois). En M1, ce n'est pas obligatoire et on ne nous y pousse pas vraiment (certains désireux de faire un stage ont eu des difficultés à obtenir une convention de stage wacko.png ). Du coup, pour la recherche de boulot ça bloque pas mal...

Dans notre petite promo (9 étudiants), au début de l'année 3 avaient un boulot (2 CDD, 1 CDI). Les 6 autres (dont moi) sont toujours en recherche avec plus ou moins de réussite. J'enchaîne les entretiens, mais rien pour l'instant. Certains songent même à reprendre une année de master pour avoir une "spécialisation".

En bref, je ne peux qu'encourager les futurs étudiants à bien réfléchir en amont à votre projet professionnel & pas à le faire juste avant de terminer vos études. De toute manière à la fac, on ne sera pas avec vous pour le planifier ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Martini   

Bof bof, je ne suis pas d'accord avec toi sur le fait des débouchés, les collectivités locales et les secteurs privés sont à la recherche de géographes par le fait d'une ouverture d'esprit assez grande comparé à un ingénieur. Les domaines dans le secteurs de l'environnement sont en pleins essors et je sais que la fac de stras nous travaille beaucoup sur ce domaine. Il y a aussi les secteurs de l'aménagement, dans le secteur de l'urbanisme (guerre entre les archis et les urbaniste) qui ont beaucoup de débouché. (double master avec L'INSA possible à Strasbourg)

Un prof nous avez dit que tous le monde trouve un métier à la fin du master ou du doctorat, il est sans doute vrai qu'après une licence, les débouchés ne sont pas forcément énorme et encore.. Pour moi les débouchés sont corrects.

Il est certain qu'un élève motivé qui fait de nombreux stages et avec une bonne moyenne trouvera un emploi plus rapidement que quelqu'un de peu dynamique.

Pour les cours à la fac, il est certain qu'il y a un changement (surtout en sortant d'un bac S) avec le lycée, il important de ne pas relâcher et de ne commencer à abandonner sa présence au cours magistraux. Il y a bon point en fac de géo, c'est la taille, souvent les plus petites de l'université, l'ensemble des étudiants se connaissent et partagent les cours, même les profs sont très accessibles, il est possible de poser des questions en pleins cours magistraux par exemple ( ou bien à la fin des cours) et lors des TD, on se retrouve en petit groupe. L'ambiance est très bonne et il n'y a pas de concurrence comme dans d'autres facultés.

J'aime beaucoup l'ambiance de l'université, la vie étudiante ainsi que la vie en ville, après ce n'est pas forcement le cas de tout le monde.

Tu as prévu de rejoindre quelle fac ? Tu hésites entre plusieurs orientation ?

PS: je donne beaucoup d'exemple pour Strasbourg, c'est juste que je connais pas les cours et objets d'étude des autres fac de géo

Ce sont les profs qui créent les masters. Ils les imaginent, les vendent auprès de la direction de l'université, auprès du ministère et une fois qu'ils ont les "agréments" c'est à eux qu'il incombe de les faire vivre et d'y attirer des étudiants. Donc niveau crédibilité...

Si un prof t'a dit que tout le monde trouve après un master et surtout après un doctorat c'est complètement faux. C'est faux après un master mais surtout faux après un doctorat. Il y a un doctorant sur 3 qui arrive à être maitre de conférence à la suite de son doctorat. Pour les autres c'est la galère. Il y a les post-doc mais c'est que un an. Pour la suite...

Il est vrai que l'on a une grande ouverture d'esprit et que ça peut être recherché mais c'est clairement pas ça qui fait pencher la balance lors du recrutement. Surtout en période de crise. Un élève avec 10,1 à son master aura autant de chance de trouver du boulot que celui avec 19. Ce n'est pas ça qui intéresse les recruteurs. Je me répète mais c'est l'expérience.

Quant aux postes dans l'environnement, les places sont plus que chères (1 annonce = 60 à 100 CV déposés), surtout dans ceux liés à la gestion des milieux naturels. J'ai fais le master environnement de Rennes 2. Je sais de quoi je parle.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
M4x   

Je vous rejoints totalement concernant les débouchés, ayant moi même un master en aménagement du territoire.

La filière me parait bien bouchée, les bureaux d'études on peut quasi oublier pour un jeune diplomé, et la fonction publique il y a une concurrence très très forte (souvent on tourne à la centaine de CV par poste). Et dans cette concurrence il y a souvent des internes avec beaucoup d'expérience, difficile de faire le poids malgré 9 mois de stage cumulé...

Un an après mon master, le nombre de personne de ma promo (une vingtaine) ayant un emploi en lien avec nos études se comptaient sur le doigt d'un main. Même son de cloche d'amis ayant fait leur master à Lille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le manque de compétitivité global des diplômes universitaires face aux écoles est un problème qui ne date pas d'hier (et qui n'est pas prêt de prendre fin...). Je confirme qu'à la fac il vaut mieux savoir ce que l'on souhaite dès le début car sinon c'est la cata assurée. Et en effet l'expérience tout comme la personnalité et le dynamisme valent bien mieux que des mentions.

Pour le débat du doctorat, pour en être entouré à longueur de journée à mon taf (plutôt dans le domaine des sciences dures) je peux vous dire que leur insertion est très loin d'être glorieuse, c'est la galère comme un peu partout (sauf à s'exiler en post-doc à l'étranger, faut le vouloir).

C'est pas vraiment de la géo, j'ai fait un master dans le domaine des biosciences, sur 12 diplomés du Master on est seulement 2 à avoir du taf actu après 4 mois (notons que cette formation se targue d'avoir 80% d'insertion à la base...). Et encore ce sont de simples CDD de 1an qui ont peu de chance d'aboutir sur du concret ensuite !

Il faut vraiment se méfier des chiffres vantés par les formations, tirés vers le haut par de nombreux stratagèmes sans doute dans l'intérêt propre des directeurs de formations (financements etc).

Et hélas faut pas compter sur les profs pour nous ouvrir les yeux sur le monde professionnel "réel", les stages aident déjà à prendre conscience du chemin de croix en vue à la fin du diplôme (pas des stages à la Fac j'entend, plutôt dans le privé). Il y a globalement une crise des diplômes universitaires: en gros trop de diplômés pour un nombre de poste souvent marginal, l'insertion en tant que jeune diplômé étant encore plus hard ! (dur de convaincre des recruteurs quand on a quasi pas d'expérience, il faut souvent être bon menteur pour s'en sortir et faire ses preuves ensuite en mettant le paquet). La formation universitaire est également ultra théorique, frisant le ridicule parfois... mais bon on sait à quoi s'attendre en s'inscrivant !

Quant au nerf de la guerre, c'est à dire les salaires....... LOL .... sauf exception il est difficile de taper plus haut que les 2000 euros bruts mensuels en débutant, ne pas croire les élucubrations des profs qui font miroiter des salaires médians à 2400 euros bruts mensuels en débutant (même les bonnes boites privés ont de nos jours du mal à sortir de tels salaires pour des ingés sortis d'écoles).

Bref réfléchi bien, la voie universitaire est souvent choisie par ""facilité"" (ben oui la Fac c'est pépére comparé à des prépa et des écoles d'ingé) et parce qu'elle est peu couteuse, mais c'est sur le marché du travail qu'on en paye les pots cassés. J'ai l'impression qu'il est globalement plus facile de s'insérer avec des BTS/DUT que des Master universitaires.

M'enfin un peu d'espoir, avec de la chance on y arrive au bout d'un moment (faut bien se rattacher à quelque chose).

Motivation, pugnacité, curiosité, développement personnel et ça le fera wink.png J'espère ne pas t'avoir plombé le moral sur cette triste réalité du monde ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les géographes sont de bons généralistes, avec des connaissances variées et des profils polyvalents. Il ne faut pas complexer vis à vis des ingénieurs de sciences dures, le niveau est certes différent mais il est possible de s'autoformer et de se spécialiser quand on est passionné. J'ai fais ma licence de Géographie / Aménagement à l'université de Montpellier III pour ma part. C'est un peu léger pour un passionné de météorologie mais la formation a le mérite de s'intéresser à de nombreuses thématiques : la géographie humaine, la géographie des risques, la géomorphologie, l'aménagement et l'urbanisme, l'approche historique des risques et bien évidemment la cartographie. J'ai ensuite intégré le Master "Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels" - dirigé par Freddy Vinet et Frédéric Léone, enseignants-chercheurs à l'université Paul-Valery. Après avoir soutenu mon mémoire sur les tornades aux États-Unis, j'ai pu accéder au Master 2 qui est relativement sélectif (seulement 19 élèves ont été sélectionnés). Comme l'intitulé l'indique, ce Master est nettement plus tourné vers les risques naturels. On aborde les aléas hydro-météorologiques, mais aussi géodynamiques ou morphodynamiques. L'étude des aléas est agrémentée d'une formation opérationnelle, puisque nous partons fréquemment sur le terrain pour réaliser des diagnostics de vulnérabilité face au risque inondation. Les S.I.G sont également au cœur de la formation : on utilise entre autre MapInfo, ArcGis, Qgis pour n'en citer que quelque uns. Par ailleurs, le GCRN apporte des connaissances solides sur la règlementation des risques naturels : PPRi, PPRl, PAPI, SLGRI, PCS, DICRIM, PPMS... Tout autant de compétences qu'il est possible de valoriser en entreprise ! Depuis peu, il y a même des cours sur les marchés publics, de quoi donner des idées aux plus ambitieux. En étudiant à la Fac, le mieux est de se créer un propre projet personnel : tout est réversible et avec de la motivation il est possible de bien s'en sortir. Je ne suis absolument pas déçu de ma formation de mon côté et pour une bonne partie des anciens élèves, ils ont trouvé du boulot. Cela oblige parfois d'être mobile, cela prend parfois un peu de temps, mais tout est possible. Certains sont dans des bureaux d'études, assurances, ONG, collectivités et même dans l'enseignement. Il y a bien évidemment des difficultés pour accéder à certains postes mais je ne crois pas que ce soit exclusivement réservé à la géographie. Restez confiants les géographes ! C'est une belle alternative pour vivre de notre passion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
acrid33   

Si je peux me permettre également de donner mon impression...

Comme cela a été évoqué, faire un cursus d'ingénieur ou autre ça te perfectionnera davantage, mais une formation universitaire te rendra davantage "pluridisciplinaire" et ouvert d'esprit (ne serait-ce qu'en terme de culture générale). A voir ce que tu vises entre les deux, même si on peut penser que c'est l'insertion professionnelle qui compte davantage...Mais dans l'insertion professionnelle c'est ton expérience et ta motivation qui comptent beaucoup. Dans la plupart des formations ultérieures et des emplois/stages que tu feras, on regardera bien plus ta motivation et tes expériences (même petites mais elles montrent ta motivation) que tes notes, du moment que tu as la moyenne pour valider ton année.

Pour la différence entre ces deux types de formation (et même les BTS et Cie que je range du côté des écoles en tout genres), c'est aussi une manière de fonctionner qui te conviendra ou pas. Me concernant, j'ai fait un BTS auparavant (dans tout autre chose), et j'ai très mal supporté le trop grand encadrement de ce genre de formation, car je travaille beaucoup mieux seule, sans avoir qui que ce soit sur le dos, et surtout à mon rythme. Bon évidemment tu as aussi des impératifs : des connaissances à avoir le jour des partiels en fin de semestre, des travaux à rendre au cours du semestre (si c'est pareil ailleurs qu'à Bordeaux où seuls les géographes évoluent en contrôle continu). Mais tu restes assez libre de travailler comme tu l'entends de manière générale, hormis pour le travail en groupe qui est très plébiscité par les enseignants (j'ai toujours détesté ça entre autre pour le fait que les profs ne se figurent pas qu'en FAC on a tous des emplois du temps différents, pour beaucoup une activité professionnelle à l'extérieur et que la moitié des étudiants quittent le campus les weekends pour rentrer chez eux à quelques centaines de km, donc difficile de s'accorder, merci l'époque du tout internet quand même ^^).

Ce que tu peux aussi envisager si tu n'as pas d'idée précise pour le moment au niveau de ton orientation professionnelle (ce qui est souvent le cas en sortant du lycée, si l'orientation est toujours aussi mal faite qu'à mon époque - il y a une douzaine d'années), c'est de faire au moins les deux premières années de licence (des parcours du type "aménagement", "environnement", "développement", "enseignement", etc. te seront sans doute proposés en deuxième année) et d'en profiter pour définir en parallèle ton projet professionnel (de te décider et de te renseigner sur la formation pour y parvenir, mais aussi de faire des stages).

A partir de la deuxième année, si tu hésites à pousser jusqu'au MASTER pour toutes les raisons possibles, tu peux voir pour une licence professionnelle (qui remplace la 3ème année classique). Celles-ci contrairement aux masters te rendent l'insertion professionnelle plus aisée, tout simplement car tu n'es pas "trop" spécialisé, donc le champ des possibles est plus grand, et puis les recruteurs vont moins considérer que tu es "surdiplomé". En fait comme pour les masters tu auras une sélection à l'entrée des licences pro (les effectifs y sont limités), mais c'est surtout ta motivation et le fait que tu ais un projet professionnel construit qui les intéresse.

Si tu es davantage "sciences dures" mais préférentiellement dans les sciences naturelles, tu peux évidemment viser la géologie comme cela a été évoqué. Ou alors faire la licence de géographie en prenant une spécialisation en géosciences si elle existe dans la fac où tu es. A Bordeaux par exemple (car je ne connais que cette fac ^^), en 3ème année il y a le parcours "Ingénierie Environnementale et Gestion des Ressources", dont les matières (Sciences de la Terre et Sciences de l'Ingénieur) sont dispensés par des professeurs de l'ENSEGID (je te laisse le soin de chercher la signification de ces longues initiales, mais en gros c'est l'école d'ingénieur en géosciences). Le but est de te former pour effectuer un des masters proposés dans cette école après la licence. Des écoles de ce type sont présentes dans pas mal de villes (avec un nom un peu différent selon les endroits) et elles fonctionnent souvent en partenariat avec l'université ou les universités voisines responsables des filières en géo et sciences naturelles, donc c'est plus facile de l'intégrer, surtout que tu connais déjà certains profs. ^^

Bon voilà je pense que j'ai fait le tour de ce que j'avais à dire happy.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas plus de choses à rajouter par rapport à ce que mes confrères géographes (il y en a beaucoup quand même rolleyes.gif ) ont déjà dit.

Christophe30 résume bien le fait que lorsque l'on est passionné, on arrivera forcément au bout du bout de ce que l'on veut faire. Et ce n'est pas l'offre de formation qui manque dans le pays.

On fait peut-être un peu peur dans ce que l'on dit, mais quand je suis arrivé à la fac il y a 5 ans j'aurai bien voulu avoir aussi les aspects négatifs de la chose (car au début, c'est tout beau tout rose, on ne te vend que les points positifs tongue.png).

En tous cas, j'ai détesté le lycée... mais arrivée à la fac, j'ai adoré et quand on aime ce que l'on fait, la motivation suit avec. Alors si c'est dans ce domaine que vous voulez aller, foncez. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Damien49   

Ce qui serait surtout intéréssant c'est d'avoir les retours de personnes ayant fait une FAC de géographie et travaillant aujourd'hui dans un emploi (en CDI) en rapport à leurs études de géographie. A mon avis, va y avoir moins de gens sur ce topic. tongue.png

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Martini   

C'est mon cas mais j'ai galéré. A savoir deuxième master car le premier était plus limité en opportunités ou alors il fallait pouvoir postuler dans toute la France et être capable de changer de région presque du jour au lendemain.

Mais il est clair que le nombre de personnes des mes deux masters ayant aujourd'hui un emploi dans la formation que nous ayons fait est très limité. Je n'ai pas gardé contact avec tout le monde mais on est bien en dessous des 25%.

Mais comme l'ont dit les autres intervenants, le principal c'est de savoir cela. Si on le sait, on se bouge et si on se bouge on y arrive même si c'est avec un peu de mal. Cirrus à raison. Ce constat est valable pour tous les diplômés de fac.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Veranne   

Les S.I.G sont également au cœur de la formation : on utilise entre autre MapInfo, ArcGis, Qgis pour n'en citer que quelque uns. Par ailleurs, le GCRN apporte des connaissances solides sur la règlementation des risques naturels : PPRi, PPRl, PAPI, SLGRI, PCS, DICRIM, PPMS... Tout autant de compétences qu'il est possible de valoriser en entreprise ! Depuis peu, il y a même des cours sur les marchés publics, de quoi donner des idées aux plus ambitieux.

Hello Clément, moi aussi j'en suis ! On dit que la géographie mène à tout... à condition d'en sortir !!!

Comme souligné par l'ami Christophe, le SIG est assez bankable.

J'ai une de mes amies qui avait réussi son intégration direct grâce à ça. Elle avait pu glâner un salaire de 2000 euros net à 23 ans direct après le stage du M2, alors qu'on était plutôt autour de 1600 avec des enchainements de CDD bof' bof. En fait, elle était indispensable et rare à son entreprise. Utilité et rareté, on devrait penser plus souvent au paradoxe de l'eau et du diamant de Smith quand on choisit son orientation !

Les étudiants issus de l'université (sauf en droit) sont généralement considérés comme un second choix quand ils entrent sur le marché du travail. Pas toujours parce que les recruteurs méprisent leur bagage mais surtout parce qu'ils sont très nombreux donc on peut se permettre de les payer à coup de contrats pourris. Après, ne pas oublier qu'on doit être un des pays où les recruteurs sont les plus frileux au monde. Il est à pleine un peu caricatural d'affirmer qu'il vaut mieux être le dernier d'une école d'ingénieur que le premier à la Fac.

La seule solution pour aller au-delà de cet état d'"ingénieur au rabais", c'est comme le fait également remarquer Christophe est d'avoir des compétences rares et multiples (le droit comme compétence complémentaire peut être bien car les Ingé sont généralement mauvais sur ce créneau !) , d'apprendre à se vendre ou de passer les concours de la FP !

Bon courage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, je suis actuellement en terminale STI2D, passionné de météo, principalement des catastrophes naturelles, de géographie... j'aimerai "je pense" faire la licence aménagement et géographie puis ensuite le master GCRN (Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels). Cependant, je passe un bac technologique et j'ai peur d'avoir de grosses difficultés à la fac sachant que je ne suis pas un grand bosseur du tout..

Est-ce que quelqu'un pourrait m'éclairer, me conseiller..

Merci d'avance pour vos réponses. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vedasien   

Bonsoir, je suis actuellement en terminale STI2D, passionné de météo, principalement des catastrophes naturelles, de géographie... j'aimerai "je pense" faire la licence aménagement et géographie puis ensuite le master GCRN (Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels). Cependant, je passe un bac technologique et j'ai peur d'avoir de grosses difficultés à la fac sachant que je ne suis pas un grand bosseur du tout..

Est-ce que quelqu'un pourrait m'éclairer, me conseiller..

Merci d'avance pour vos réponses. smile.png

Comme je te disais dans mon précédent message, si tu as des questions tu peux venir directement en message privé default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, je suis actuellement en terminale STI2D, passionné de météo, principalement des catastrophes naturelles, de géographie... j'aimerai "je pense" faire la licence aménagement et géographie puis ensuite le master GCRN (Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels). Cependant, je passe un bac technologique et j'ai peur d'avoir de grosses difficultés à la fac sachant que je ne suis pas un grand bosseur du tout..

Est-ce que quelqu'un pourrait m'éclairer, me conseiller..

Merci d'avance pour vos réponses. smile.png

Tu devrais plutôt te poser la question "Est-ce que j'ai envie de faire de longues études (à minima 5ans) ou bien j'ai vite envie de m'insérer dans le monde du travail?"

La licence seule est un diplôme inutile, personne n'en veut sur le monde du travail. La licence pro améliore un peu les choses, mais encore une fois se méfier des discours des profs et plutôt interroger des personnes ayant fait cette formation car il y a licence pro et licence pro (avec les réseaux sociaux pro tels que viadeo et linkedin c'est facile de trouver des interlocuteurs).

A savoir aussi si tu n'es pas bosseur parce que ce que tu étudies actu ne t'affectionne pas OU tu n'es pas bosseur parce que tout simplement tu as la flemme et moins tu as de devoir mieux tu te portes. Si c'est le second cas ne t'aventures pas dans le monde de la Fac car tu seras livré à toi même et personne ne sera là derrière toi, risque de décrochage accru. A voir aussi tes difficultés, mais la Fac globalement ne demande pas des ressources intellectuelles monstrueuses et tout le monde peut (plus ou moins) s'en sortir en étant motivé.

Renseigne toi quand même sur d'autres possibilités d'insertion plus rapide, car 5 ans c'est long ... peut-être existe-t-il des BTS dans le domaine des catastrophes naturelles ? (aucune idée), tu aurais toujours un encadrement et une durée d'étude plus courte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arturo62   
Posté(e) (modifié)

Bonjour,

Je viens de terminer ma licence de Géo Aménagement à l'université de Lille 1 et je m'interroge pour la suite de mon cursus.

Ma passion pour la météorologie/climatologie et mon cursus m'ont permis de confirmer mon intérêt pour les questions en rapport à la gestion des risques. 

Deux masters m'intéressent donc particulièrement : le master GCRN de Montpellier et le master SET, spécialité GERINAT de Marseille. 

 

Bien qu'ayant parfaitement saisi que mon insertion professionnelle à la suite du master sera surtout liée à ma motivation et à mes expériences... j'aimerais tout de même choisir le master proposant la formation la plus solide et professionnalisante. 

Au gré de mes pérégrinations sur le net, j'ai davantage vu de commentaires négatifs sur le master GCRN que sur celui de Marseille, mais cela reste finalement très parcellaire. 

 

Pour les personnes ayant potentiellement suivi un de ces deux masters... quels sont vos avis sur ces derniers ? 

 

Merci pour vos réponses ;)

Modifié par Arturo62
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Arthuro62, 

 

Je suis moi même en Géographie à la fac, après avoir tenté le concours TSE de l'ENM de Toulouse. Je viens de finir également ma Licence spécialité Environnement ) l'Institut de Géographie Alpine de Grenoble. Pour te donner une petite idée, je fais beaucoup de climato, que ce soit en cours ou pour mes stages à l'Institut des Géosciences de l'Environnement, où il y a pas mal de météo/climato. 

 

A l'issu d'une licence de Géographie, tu es censé avoir THEORIQUEMENT les bases en environnement pour comprendre les grands mécanismes climatiques.

Pour le Master, je te déconseille GERINAT d'Aix-Marseille. J'ai fait mes 2 premières années à Aix, et on m'a clairement dit que la climatologie était très minoritaire dans le programme. C'est beaucoup plus axé géomorphologie en zone littorale et sismique. 

 

Après, tout dépend ce que tu envisages pour la suite. Des études courtes ? Des études longues ? Travailler dans le recherche et l'enseignement , ou dans une boîte privée ? Suivant ton choix, tu as : 

 

- le Master PRO GCRN de Montpellier comme tu l'as dit : cours apparemment donnés par des professionnels (pompiers, élus, etc), très portés sur la gestion de crise. Tu as Christophe30 qui as fait ce Master. 

- le Master TMEC du CRC de Dijon (il y a de la climato, mais c'est très axé aménagement et problématiques des transports liées à la pollution)

- le Master ENVICLIM du CRC de Dijon : beaucoup de climato, mais beaucoup de sciences dures (maths, physique, chimie). Tu as quoi comme bac ? Tu as des bases en sciences ?

- Enfin, le Master 1 GEOIDES (M1) et le Master 2 GEOIDES (Pro) ou GEOSPHERE (Recherche) à l'Institut de Géographie Alpine (Grenoble) que je vais faire. 

 

Mais apparemment tu préfèrerais t'orienter vers la gestion des risques si j'ai bien compris. A ce moment là, 2 options me viennent parmi celles évoquées ci-dessus : 

 

1. le master GCRN de Montpellier

2. le master GEOIDES de l'IGA Grenoble

Pour celui de Marseille, je pense que tu risques d'être déçu... 

 

Si tu as d'autres questions, on peut en discuter.

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, Arturo62 a dit :

Bonjour,

Je viens de terminer ma licence de Géo Aménagement à l'université de Lille 1 et je m'interroge pour la suite de mon cursus.

Ma passion pour la météorologie/climatologie et mon cursus m'ont permis de confirmer mon intérêt pour les questions en rapport à la gestion des risques. 

Deux masters m'intéressent donc particulièrement : le master GCRN de Montpellier et le master SET, spécialité GERINAT de Marseille. 

 

Bien qu'ayant parfaitement saisi que mon insertion professionnelle à la suite du master sera surtout liée à ma motivation et à mes expériences... j'aimerais tout de même choisir le master proposant la formation la plus solide et professionnalisante. 

Au gré de mes pérégrinations sur le net, j'ai davantage vu de commentaires négatifs sur le master GCRN que sur celui de Marseille, mais cela reste finalement très parcellaire. 

 

Pour les personnes ayant potentiellement suivi un de ces deux masters... quels sont vos avis sur ces derniers ? 

 

Merci pour vos réponses ;)

 

À priori, il y a quelques ICéens actuels qui sont dans ce master (M1 et M2) ; j'espère pour toi qu'ils viendront contribuer à ce sujet et à tes interrogations. ;)

 

Concernant les avis, il est plus facile de trouver des critiques négatives, que de critiques positives... Sache que à mes yeux, le master GCRN à une bonne réputation (après niveau qualité d'enseignement, je ne sais pas...). La formation est elle-même plus professionnalisante que d'autres master en France. Exemple, à Montpellier, ils font un stage de terrain en M2 (diag) + un mémoire en M1, etc. alors qu'en comparatif, à Reims pour le master que j'ai suivi, nous n'avions qu'un mémoire (celui du stage de M2). Les autres travaux réalisés durant les 2 années de formations sont restés dans le cadre de la "sphère" université. Plus de travaux hors contexte fac, c'est plus d'atout à mettre en valeur sur son CV ainsi qu'en entretien.

 

Le listing des sujets de rapports de stage du M2 GCRN permettent de voir la grande diversité des stages et des thématiques auxquels les étudiants peuvent prétendre. Attention toutefois à bien choisir ses expériences, mais je vois que tu en as bien conscience.

Pour travailler dans le domaine depuis quelques mois, au niveau des collectivités territoriales/État, le secteur semble bien bouché... Dans le privé, je ne sais pas trop ce qu'il en est.

 

Il ne faut pas perdre de vue que les compétences ont tendance à se mutualiser aujourd'hui. La compétence GEMAPI en est le parfait exemple : la partie PI (Prévention des Inondations) se retrouve regroupée avec la GEMA (Gestion des Eaux et des Milieux Aquatiques) au sein de structures qui doivent évoluer pour prendre en compte cette compétence. Ainsi, pour un EPCI qui devra assurer l'animation autour de ces thématiques, il lui faudra un chargé de mission ayant les deux compétences...

 

De mon expérience pour la recherche de boulot, je peux vous dire que j'ai laissé passer quelques annonces, justement car je n'ai pas cette double compétence.

Reste qu'il y a encore des postes, comme ceux des animateurs PAPI qui vont demander des compétences exclusivement en terme de gestion des risques, + un peu de technicité et d'administratif, mais là aussi avec la prise en compte de plus en plus importante de l'aspect "environnement" dans les cahiers des charges et les études, je pense que les compétences demandées pour ce type de poste vont peu à peu évoluer.

 

Je terminerai par le fait que la thématique inondation se différencie par deux aspects :

- le côté opérationnel (gestion de crise, prévision, alerte, etc.)

- le côté réglementaire (études, planification de programmes d'actions, etc.)


A toi de voir où tu veux te placer... ^^

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.