Iefan

Lancement nouveau satellite Européen "AEOLUS"

Messages recommandés

Posté(e) - Lieu : Salon-de-Provence (13) (alt : 60m) et Gap (05) (alt : 780m)

Bonjour !

Visiblement les prévisions météos vont faire un pas de géant dans les années à venir avec le lancement du satellite " Aéolus " demain.

Ce satellite à l'aide d'un lazer va analyser les vents du globe afin d'améliorer les modèles météos à CT et à TLT.

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/observation-terre-aeolus-satellite-va-mesurer-vent-pret-decollage-69192/

 

J'imagine que c'est CEP qui en bénéficiera puis les modèles à mailles fines par la suite !

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Montreuil (93) ou Ciran (37)
il y a 28 minutes, Iefan a dit :

Visiblement les prévisions météos vont faire un pas de géant dans les années à venir avec le lancement du satellite " Aéolus " demain.

 

Non, sauf nouveau report, c'est ce  mercredi soir. Il était programmé initialement mardi soir, mais finalement remis en raison des... vents forts d'altitude (ce qui n'est pas sans ironie :) ).

 

Mais oui, c'est une petite merveille technologique que l'ESA s'apprête à mettre en orbite, que même la NASA n'a pas réussi à produire malgré l'énorme intérêt scientifique de l'instrument (établir des profils de vent entre 0 et 30 km d'altitude, partout dans le monde en une semaine!)

 

A suivre en direct à partir de 23h heure de Paris : https://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/Suivez_en_direct_le_lancement_d_Aeolus

  • J'aime 9
  • Merci 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Bon, le lancement s'est bien passé, le bébé est délivré sur son orbite basse (320 km seulement!), et l'ESA a pris la main pour les 3 prochains jours de manœuvre + déploiement des panneaux solaires.

 

Si j'ai bien compris, la campagne de paramétrage et de calibrage est prévue pour une durée d'environ 3 mois,  et d'ici la fin de l'année, EOLUS pourra délivrer les premières données opérationnelles. Sa durée de vie est de 3 ans (limitée notamment par les réserves d'O2 comprimé à 200 bars permettant d'assurer le nettoyage du miroir parabolique d'1 m 50 de diamètre), et si EODUS confirme que la technologie LIDAR Doppler (et tout l'optique que cela nécessite, 250 miroirs et lentilles allant de 18 à 20 mm de diamètre!) est enfin assez maitrisée pour être embarquée à bord d'un satellite, alors d'autres suivront.

  • J'aime 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Salon-de-Provence (13) (alt : 60m) et Gap (05) (alt : 780m)
il y a 10 minutes, Sebaas a dit :

Bon, le lancement s'est bien passé, le bébé est délivré sur son orbite basse (320 km seulement!), et l'ESA a pris la main pour les 3 prochains jours de manœuvre + déploiement des panneaux solaires.

 

Si j'ai bien compris, la campagne de paramétrage et de calibrage est prévue pour une durée d'environ 3 mois,  et d'ici la fin de l'année, EOLUS pourra délivrer les premières données opérationnelles. Sa durée de vie est de 3 ans (limitée notamment par les réserves d'O2 comprimé à 200 bars permettant d'assurer le nettoyage du miroir parabolique d'1 m 50 de diamètre), et si EODUS confirme que la technologie LIDAR (et tout l'optique que cela nécessite, 250 miroirs et lentilles allant de 18 à 20 mm de diamètre!) est enfin assez maitrisée pour être embarquée à bord d'un satellite, alors d'autres suivront.

 

Merci des précisions ! En effet 3 ans ça paraît bien court. Mais si c'est un projet c'est compréhensible.

Espérons que cela marche et que d'autres suivent ! Pour notre science à tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Kogenheim, Bas-Rhin, 167m

 

 

Déploiement panneaux solaires terminés, et réception des premières données également :)  

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Montreuil (93) ou Ciran (37)
 
Aeolus in orbit with laser beam

Aeolus can measure winds up to an altitude of about 30 km. (Image: ESA/AOES Medialab)

The Aeolus satellite was launched successfully by the European Space Agency (ESA) from the European spaceport in Kourou, French Guiana, on 22 August 2018.

The mission is expected to improve weather forecasts by providing vital information on winds across the globe.

ECMWF will process the Aeolus data to provide wind products suitable for use in numerical weather prediction.

A ground-breaking mission

Aeolus is the first space mission to acquire profiles of the wind on a global scale. Currently wind-field information in remote regions, over the oceans, in the tropics and in the southern hemisphere is largely indirect.

Simulated data show that Aeolus wind information will be much more comprehensive and more accurate than wind information from other satellite sources.

Aeolus is a pre-operational mission, demonstrating new laser technology and paving the way for future meteorological satellites to measure atmospheric winds.

It uses a laser Doppler wind lidar called Aladin, the first ever instrument of this type to be launched into space.

The instrument aims an ultraviolet beam into the atmosphere. The Doppler-shift of the light backscattered from both clear air molecules and clouds or aerosols can be used to infer the wind speed at different altitudes.

ESA Aeolus satellite, ESA/ATG medialab

The Aeolus satellite carries just one large instrument, a laser Doppler wind lidar called Aladin. It works by aiming an ultraviolet (UV) laser into the atmosphere and then detecting the Doppler-shift of the backscattered light. (Image: ESA/ATG Medialab)

Better forecasts

Aeolus could herald a step change in the quality of weather forecasts around the globe.

The new near-real-time wind information it provides is expected to lead to much-improved analyses of the state of the atmosphere in the tropics.

This is expected to have a major impact on forecast quality in the tropics and a smaller but still important impact in the extratropics, especially in the medium range.

Aeolus will also help to improve forecasts more indirectly by acting as a quality-control standard for other sources of remote-sensing data.

Finally, Aeolus data will help to advance our understanding of tropical dynamics. The insights gained can help to improve the weather models used to produce forecasts.

Wind profile based on simulated Aeolus data

This example of simulated Aeolus horizontal-line-of-sight (HLOS) wind observations shows that Aeolus will see near-full vertical profiles of winds, limited only by the presence of thick clouds (black areas), which the laser light cannot penetrate.

ECMWF’s role

ECMWF has been chosen as the Level-2 Meteorological Processing Facility. This means it will provide wind products and supporting meteorological data products for ESA in an operational manner during the mission’s lifetime.

The Centre will also be responsible for monitoring Aeolus wind retrievals, and it will assess the impact of Aeolus winds on global numerical weather prediction.

The intention is to assimilate Aeolus observations operationally if they can provide the expected positive impact on forecasts.

ECMWF will also participate in readiness tests, calibration/validation activities and the mission’s commissioning phase.

For more information, see the Science Blog post on Aeolus by Lars Isaksen and Michael Rennie.

  • J'aime 12

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

"Aeolus is a pre-operational mission, demonstrating new laser technology and paving the way for future meteorological satellites to measure atmospheric winds. "

 

 

Comme il est bien dit dans cette phrase du seul article à peu près objectif, Aeolus est la première réalisation d''une nouvelle stratégie possible de mesures opérationnelles. A ce stade, cela n'a pas grand chose à voir avec une amélioration de la prévision météo. A ce stade, cela va être utile aux chercheurs, qui auront des coupes irrégulières mais parfois utiles pour des études variées.

 

Concrètement, il faudra donc savoir si le projet est suivi sur le long terme avec une constellation de satellites ou une adaptation géostationnaires pour savoir si l'analyse/prévision météo a la capacité de faire un bon significatif.  Dit autrement, ils attendent des preuves du potentiel de ce premier satellite pour motiver tout le monde à se lancer dans un projet plus ambitieux qui commencerait à ressembler aux attentes des prévisionnistes et des modèles.

Modifié par Cotissois 31
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.