Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Serge L

Suivi ensoleillement 2019

Recommended Posts

Posted (edited)

Location : Toulon ( Mont-Faron )
Le 03/04/2019 à 14:02, Dionysos a dit :

 

Merci

je voudrais des précisions pour bien comprendre...

Les pyranomètres donnent des valeurs plus élevées que quoi ? que les Cimel uniquement ? ou également plus élevées que les Campbell ? (puisque les Campbell donnaient des valeurs plus élevées que les Cimel)

Et sait-on estimer dans quelle mesure ? sait-on estimer de quel ordre peut être l'écart engendré sur une année ?

je prends un exemple concret :

À la station de Saint-Geoirs , le record d'insolation annuelle date de 2003, il est de 2430 heures. Que penser de ce record, par rapport à la valeur de 1976 qui était plus de 100 heures en dessous ?  (et qui était un record à l'époque)

Peut-on  malgré les changements de matériel, affirmer que 2003 était réellement  plus ensoleillée que 1976 ?

 

 

Ce qu’il faut retenir c’est que les anciens capteurs Campbell étaient un matériel pas très au point et qu’actuellement les capteurs à fibres optiques obtiennent des résultats bien plus fiables. 

Certaines stations MF ont utilisé pendant un laps de temps les 2 capteurs. Ce qui a permis d’harmoniser les chiffres pour les rendre comparables aux valeurs d’aujourd’hui. 

Par rapport à l’héliographe Cimel, le pyranomètre donne des valeurs supérieures d’environ 5-10%. Le Campbell, il faut presque l’oublier même si à l’époque, il constituait un bon indicateur. 

Il faut voir comment la station de Saint-Geoirs était en 1976, en comparaison avec 2003, c’est à dire la classe de la station. Je veux parler d’éventuels masques, qu’ils soient naturels ou urbains. L’instrument de mesure a peut être était déplacé...Je ne connais guère l’emplacement...

 

Edit : voici la carte définitive de MF pour mars

 

D0E64D08-FEFE-4DE4-9300-A5CC6A14B23C.thumb.png.d1cf54e87f1eb5c9f388ff02e791ceda.png

Edited by Serge L
Ajout carte MF.
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Grenoble
Le 01/04/2019 à 10:52, Oliv13 a dit :

Il n'y a toujours pas eu la moindre journée sans un rayon de soleil depuis le début de l'année ! A voir si le retour de l'instabilité cette semaine finira par mettre un terme à cette folle série en cours..

À Saint-Geoirs, le dernier jour d'insolation nulle remonte au 2 février,  soit une série en cours de 62 jours.

pas mal du tout pour une station non-méditerranéenne et pour la saison.

en 2018, la plus belle série était de 135 jours, du 14 juin au 26 octobre inclus. Mais c'était à  la "belle saison"...

 

Edited by Dionysos

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (13)

Effectivement, il y a eu 3 minutes d'ensoleillement à Saint Geoirs avant-hier, ce qui prolonge de justesse la série. Mais il me semble qu'on ne peut la faire débuter le 2 février, puisque je ne vois aucune minute d'ensoleillement le 15 mars.

 

Pour Marignane, comme l'a indiqué @supeu, les 7 minutes d'ensoleillement d'avant-hier permettent de prolonger une folle série de près de 4 mois sans un jour totalement gris, puisqu'il faut remonter au 13 décembre dernier pour trouver une journée sans un rayon de soleil. Nul ne sait quand le record en cours sera stoppé, mais quoiqu'il en soit, c'est qu'il fera date, et sera bien difficile à déloger pour une station française !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Megève (1106 m)/Saint-Gervais (808 m) en semaine - Samoëns (716 m) les WE

Après, est-ce juste de considérer une journée comme non-entièrement grise pour 5 min de "soleil" dans la journée ? Ne devrait-on pas mettre une limite (5% de la journée, 20 min, un truc comme ça ?) comme pour la pluie (> 1 mm) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (13)

Pour la pluie, le seuil du mm a été établi pour faire la distinction dans la climatologie entre des précipitations au sens strict du terme, et de la rosée. Pour l'apparition du soleil, je ne vois pas quelle serait la raison pour y fixer une limite minimale, l'apparition du soleil et la mesure de l'ensoleillement ne pouvant être sujets à plusieurs origines comme l'est le cumul pluviométrique.

 

Du moment que l'ensoleillement est mesuré sur un pas d'une minute, on peut considérer qu'y mettre un seuil serait relativement subjectif et dénué de raison scientifique, c'est mon avis. D'ailleurs, si Météo France utilise ce seuil de la minute pour parler de présence quotidienne du soleil, c'est que l'institution doit se fier aux règles de mesures spécifiées par l'OMM.

  • J'aime 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Grenoble
Il y a 4 heures, Oliv13 a dit :

Effectivement, il y a eu 3 minutes d'ensoleillement à Saint Geoirs avant-hier, ce qui prolonge de justesse la série. Mais il me semble qu'on ne peut la faire débuter le 2 février, puisque je ne vois aucune minute d'ensoleillement le 15 mars.

 

Pour le 15 mars à Saint-Geoirs,  , le site MF indique une insolation de 0,1h ...

Peut-être une erreur ?

Quoi qu'il en soit, même si on compte le 15 mars,  on a une série de 40 jours du 3 février au 14 mars, et à la suite une autre en cours de 21 jours,.

ce qui est déjà remarquable pour la saison hors zone méditerranéenne.

Edited by Dionysos

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dumont d'Urville (Terre Adélie)

4min d'ensoleillement le 15 mars à St Geoirs.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (1er,4ème,12ème)
Il y a 23 heures, nicolass a dit :

Après, est-ce juste de considérer une journée comme non-entièrement grise pour 5 min de "soleil" dans la journée ? Ne devrait-on pas mettre une limite (5% de la journée, 20 min, un truc comme ça ?) comme pour la pluie (> 1 mm) ?

Aprés ne serait il pas aussi un  non sens de dire que la journée à été "entièrement  grise " s'il y a eu 7 mn de soleil? 

rappelons que des seuils existent  0% , 20% et 80% 

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)
Le 04/04/2019 à 10:50, Serge L a dit :

 

 

Par rapport à l’héliographe Cimel, le pyranomètre donne des valeurs supérieures d’environ 5-10%. Le Campbell, il faut presque l’oublier même si à l’époque, il constituait un bon indicateur. 

 

 

 

 

5 à 10% mais sur quel pas de temps ? Je n'ai pas vu ça dans la doc des essais MF avec les comparaisons réalisées pour la mise au point de la méthode, ni pour son acceptation à l'OMM avant d'introduire la méthode du pyrano la plus précise, inventée par MF (Oliviéri). Il ne faut pas mélanger des écarts donnés pour une journée et les écarts au mois et encore moins à l'année, sur des normales, ça n'a pas de sens.  Avec ces + 5 à +10% avancés ici, si c'était à l'année et pire aux normales, autant rester au Campbell ! Avec la méthode du pyrano, MF a relevé -0.6% sur le cumul pendant 8 ans à Carpentras par rapport à la mesure de référence la plus précise, donnée par le pyrhéliomètre.

Sur un an à Strasbourg/héliographe Cimel on a -1.36%, -1.06% à Montpellier sur 4.5 ans, +0.09% à Trappes sur 9 mois sans mois d'été, +0.44% sur 4 ans à Tours, -0.11% à Ajaccio sur 6 mois, +0.06% à Faaa sur 2 ans, -0.3% à Gillot sur 2 ans.

MF indique dans cette note que la méthode a tendance à sous estimer en général la DI d'un peu moins de 1% sur de longues périodes. Et depuis ces essais la méthode a été améliorée pour l'OMM car MF et autres spécialistes ont affiné le calcul des coeff spécifiques à la station. Dans les stations les plus récentes on peut programmer des formules plus complexes et celles d'analyses du signal pyranomètrique les jours d'insolation intermittente et déterminer le trouble atmosphérique avec d'autres paramètres, pour améliorer la précision journalière.

 

Dans les publications internationales sur le sujet, ces résultats sont régulièrement rappelés :
 

Citation

"This result is in agreement with the findings of Oliviéri (1998) who found annual differences
between pyranometric and pyrheliometric SD of less than 1%."

 

L'amélioration des coeff pour Carpentras a entrainé une erreur de +1h sur 11012h (sur 2007-2010)  mesurées par la référence, 0.00% d'erreur. Il suffit de regarder les tableaux des écarts pour différentes villes, pour voir que l'erreur minime au pas annuel, sera encore plus négligeable pour déterminer des normales de DI.
https://www.wmo.int/pages/prog/www/IMOP/publications/IOM-109_TECO-2012/Session1/O1_07_Vuerich_Sunshine_Duration.pdf
Il faut bien comprendre que des erreurs non systématiques non négligeables au pas journalier, se compensent et sont négligeables pour des années et encore plus pour des normales. Après c'est clair que plus on sera au Nord de l'Europe et plus ce sera compliqué l'hiver avec un soleil rasant tout le temps.


Dans le chapitre 8 de la bible de l'OMM, "Measurement of sunshine duration"

Citation

 

“Carpentras method”. The possibility to parameterize and calculate over 1 min interval an irradiance threshold (Gthr) of G as function of most frequent in-situ conditions of atmospheric turbidity and of solar elevation (h). The excess of G with respect to the threshold implies 1 min of sunshine (SD = 0 or SD = 1 min). The corresponding algorithm of this method is given in Annex 8.B. The achievable uncertainty is about 0.7 hday-1 (or 95% of points is in [-0.7;+0.7] hday-1) and the total relative error of cumulated daily differences is about -0.33% (WMO, 2012).        
The application of the “Carpentras method” can be extended to all BSRN data stations (Baseline Surface Radiation Network) by using 1-min average global and direct irradiances (used as reference) for few consecutive years (at least 4). Such application permits the determination of the best in-situ or climatic-homogenous area coefficients for the parameterization of  the 1 min Gthr. It consists in the minimization of the total relative error of daily SD calculated by the “Carpentras method” over a long period of time (years) by using the SD cumulative differences and also provides an evaluation of the achievable uncertainty of this pyranometric method (Morel et al., 2012). The further extension of this technique to a large number of stations equipped with pyrheliometers permits the improvement of the calculation of coefficients and a more accurate SD estimation by single pyranometers to all latitudes through the interpolation of data or the use (when possible) of functional relationships between the coefficients and the latitude of observation sites.

8.2.2.2    Sources of error
According to equation 8.3, the measuring errors in global and diffuse solar irradiance are propagated by the calculation of direct solar irradiance and are strongly amplified with increasing solar zenith angles. Therefore, the accuracy of corrections for losses of diffuse solar energy by the use of shade rings (WMO, 1984a) and the choice of pyranometer quality is of importance to reduce the uncertainty level of the results.
According to the formulae reported in annex 8.B (“Carpentras method”), the calculation of the solar elevation (h) should be performed every minute contemporarily  to the sun hour angle, right ascension and geocentric declination to minimize the measuring errors of the 1 min SD. Moreover the data filtering (h ≥ 3°)  should be applied before the execution of the main test because it permits the filtering of errors due to the imperfection of the parameterization of Gthr, the height of the sun (low heights) and the atmospheric refraction. It can be demonstrated that the errors introduced by the data filtering on h produce a small underestimation that, due to their systematic nature, can be corrected after a long term period of measurements.
The assessment of the achievable uncertainty of pyranometric methods, such as those describes in 8.2.2.1, requires as much accurate reference SD as possible by means of a reference pyheliometer. In Dyson, 2003 and WMO, 2012 is demonstrated that the most accurate reference daily SD measurements are performed over 1 second time interval (determining the seconds of SD), in order to reduce the uncertainty due to questionable sunshine minutes in case of using 1 minute means of direct irradiance (I) to detect the transition through the 120 W m-2 threshold. In WMO 2012 is shown that daily SD measurements using 1 min means of I have uncertainties less than 0.3 h day-1."

 

 

  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (1er,4ème,12ème)

Fin de série pour Marignane , aucun ensoleillement en ce 06/04/2019 ,il faut remonter au 13/12/2018  pour retrouver trace d'une journée sans soleil.

 

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (13)
Il y a 13 heures, supeu a dit :

Fin de série pour Marignane , aucun ensoleillement en ce 06/04/2019 ,il faut remonter au 13/12/2018  pour retrouver trace d'une journée sans soleil.

 

 

Fin de série également pour notre StatIC de Marseille-Corniche, la journée particulièrement perturbée d'hier ayant mis fin à une série record de journées avec présence mesurable du soleil. La série avait débuté une semaine plus tard sur la Corniche, soit le 19 décembre dernier !

 

Voilà un record dantesque, et qu'il sera bien difficile d'améliorer. Pour rappel, à Marignane du 1er janvier à début mars, le record avait déjà été battu sur une période de mesure d'ensoleillement de 73 ans, record qui aura donc été battu puis amélioré d'un mois entier !

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Grenoble
Il y a 6 heures, Oliv13 a dit :

Fin de série également pour notre StatIC de Marseille-Corniche, la journée particulièrement perturbée d'hier ayant mis fin à une série record de journées avec présence mesurable du soleil. La série avait débuté une semaine plus tard sur la Corniche, soit le 19 décembre dernier !

 

Voilà un record dantesque, et qu'il sera bien difficile d'améliorer. Pour rappel, à Marignane du 1er janvier à début mars, le record avait déjà été battu sur une période de mesure d'ensoleillement de 73 ans, record qui aura donc été battu puis amélioré d'un mois entier !

Ce record de journées consécutives sans insolation nulle est  extrêmement  impressionnant pour la période hivernale, mais Marignane a déjà fait  bien mieux à la belle saison, non ?

J'ai regardé sur le site MF, en 2018, par exemple, Marignane a connu une série de 149 jours consécutifs sans insolation nulle (du 14 mai au 9 octobre inclus)

 

à noter au passage que Saint-Geoirs a réussi aussi en 2018 une très jolie série de 135 jours consécutifs d'insolation non nulle, du 14 juin au 26 octobre inclus ,  bien sûr à la belle saison , ce n'est pas comparable avec l'exploit de Marignane

(sur ces 135 jours  , la station iséroise a accumulé  1232 heures de soleil,  soit plus que sur les 230 autres jours de l'année cumulés...)

Edited by Dionysos
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (13)
il y a 14 minutes, Dionysos a dit :

Ce record de journées consécutives sans insolation nulle est  extrêmement  impressionnant pour la période hivernale, mais Marignane a déjà fait  bien mieux à la belle saison, non ?

J'ai regardé sur le site MF, en 2018, par exemple, Marignane a connu une série de 149 jours consécutifs sans insolation nulle (du 14 mai au 9 octobre inclus)

 

à noter au passage que Saint-Geoirs a réussi aussi en 2018 une très jolie série de 135 jours consécutifs d'insolation non nulle, du 14 juin au 26 octobre inclus ,  bien sûr à la belle saison , ce n'est pas comparable avec l'exploit de Marignane

(sur ces 135 jours  , la station iséroise a accumulé  1232 heures de soleil,  soit plus que sur les 230 autres jours de l'année cumulés...)

 

Bien évidemment, ce record est à mettre en relation avec la période hivernale, plus propice à des journées sans ensoleillement que la belle saison. en témoigne par exemple les 149 jours consécutifs que tu évoques pour 2018, qui fut pourtant une année plutôt régulièrement arrosée.

Le record absolu de jours sans insolation nulle à Marignane peu importe la période de l'année doit être logiquement bien plus élevé encore.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Grenoble

Encore une journée plutôt ensoleillée qui s'annonce sur Grenoble  😀

série en cours de 65 journées consécutives d'insolation non nulle depuis le 3 février... (même si elle est passée pas loin de s'arrêter le 15 mars et le 3 avril...)

la station de Saint-Geoirs vient de passer la barre des 500 heures de soleil depuis le 1er janvier.

Et quel contraste avec l'année 2018 : à la même date, nous cumulions seulement 266 heures de soleil....

Edited by Dionysos

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (1er,4ème,12ème)

Début de mois d'avril 2019 moyen pour Marignane avec 72.2 hrs  d'inst  (-6hrs)  pour la première décade.

769.7hrs(+134.9hrs)  depuis le 01/01 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dumont d'Urville (Terre Adélie)
Il y a 5 heures, supeu a dit :

Début de mois d'avril 2019 moyen pour Marignane avec 72.2 hrs  d'inst  (-6hrs)  pour la première décade.

769.7hrs(+134.9hrs)  depuis le 01/01 

 

Malgré ce démarrage moyen c'est toujours un record d'ensoleillement depuis le 1er janvier, avec environ 33h d'avance sur la période 1er janvier - 11 avril 1999 qui détenait le précédent record...!

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Marseille (1er,4ème,12ème)

Exact , soit dit en passant l'année 1999 , vivra sur son avance des trois premiers mois , d'avril à décembre on fait  -29.9 hrs  par rapport à la norme  pour 2913.6 hrs ce qui reste au dessus de la norme mais loin des records 

 

Edited by supeu

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble

Fin de série hier 11 avril pour la station de Saint-Geoirs, avec une journée d'insolation nulle, la 1ère depuis le 2 février.

La station a quand même cumulé  447 heures d'insolation en 66 jours, ce qui est peu courant pour la saison.

Aujourd'hui,  le soleil est revenu...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 06/04/2019 à 18:36, ChristianP a dit :

 

5 à 10% mais sur quel pas de temps ? Je n'ai pas vu ça dans la doc des essais MF avec les comparaisons réalisées pour la mise au point de la méthode, ni pour son acceptation à l'OMM avant d'introduire la méthode du pyrano la plus précise, inventée par MF (Oliviéri). Il ne faut pas mélanger des écarts donnés pour une journée et les écarts au mois et encore moins à l'année, sur des normales, ça n'a pas de sens.  Avec ces + 5 à +10% avancés ici, si c'était à l'année et pire aux normales, autant rester au Campbell !

Visiblement, les résultats sont très différents dans le nord, en tout cas avec les algorithmes utilisés par MF, car le passage des héliographes Cimel aux pyranomètres donne clairement des valeurs plus importantes de 100 à 150h, soit 5 à 10%. Il suffit pour cela de regarder l'évolution de la durée d'insolation pour des sites proches qui n'ont pas migré sur le pyranomètre en même temps.

 

Comparons par exemple la différence de durée d'ensoleillement (en heures) entre Caen et Gouville sur mer depuis 2004 : Gouville est équipé d'un pyranomètre depuis le début tandis que Caen ne s'est équipé d'un pyranomètre qu'à partir de février 2008 :

1555200508-caen-gouville.jpg

 

On voit clairement que durant la période 2004/2007 (en jaune), l'ensoleillement mesuré à Gouville par pyranomètre montre des valeurs bien plus élevées que celui de Caen mesuré par héliographe. Par contre, dès que le site de Caen bascule lui aussi en pyranomètre à partir de 2008 (en bleu), sa durée d'ensoleillement rattrape celle de Gouville.

 

Même constat en comparant Bernières (mesure par pyranomètre) et Caen (à noter que pour les années 2005 et 2006, il manque respectivement 1 (en mai) et 14 jours de données pour Bernières, donc la différence réelle devrait être légèrement plus importante) :

1555200580-caen-bernieres.jpg

 

La comparaison entre Caen et Paris est intéressante : Caen s'est équipé d'un pyranomètre en 2008, et Paris en 2012 :

1555200609-caen-paris.jpg

 

Durant la période 2006/2007 (en vert), la mesure se fait par héliographe : la durée d'ensoleillement mesurée est relativement équivalente dans les 2 villes. Durant la période 2008/2011, la mesure se fait par pyranomètre à Caen et par héliographe à Paris : la durée d'ensoleillement mesurée est supérieure en moyenne de plus de 200h à Caen. Enfin, à partir de 2012, la mesure se fait par pyranomètre dans les 2 villes, la durée mesurée redevient équivalente... A noter que pour l'année 2017, j'ai appliqué l'ensoleillement de Melun pour les données manquantes des mois de mai et juin pour Paris, faute de mieux, afin de ne pas fausser la comparaison.

 

Ces exemples sont assez parlants, et toutes les comparaisons montrent les mêmes tendances, quelles que soient les années considérées, donc cela ne peut être le fait du hasard.

Edited by laurent_caen
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Kernascléden (56) - 25 km au nord de Lorient.

Après 3 premiers mois excédentaires en terme ensoleillement, le mois d'avril semble partir sur la même lancée (notamment cette semaine). 

Déjà 444,2 h de soleil à Kernascléden  pour une norme de 357,5 h à cette époque de l'année.

 

enso.png.40d7e0500b4714c44fb5bd804eb5eae0.png

 

Idem à Lorient, avec 473 h l'excédent est de +22,1%.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)
Le 14/04/2019 à 02:10, laurent_caen a dit :

Visiblement, les résultats sont très différents dans le nord, en tout cas avec les algorithmes utilisés par MF, car le passage des héliographes Cimel aux pyranomètres donne clairement des valeurs plus importantes de 100 à 150h, soit 5 à 10%. Il suffit pour cela de regarder l'évolution de la durée d'insolation pour des sites proches qui n'ont pas migré sur le pyranomètre en même temps.

 

Comparons par exemple la différence de durée d'ensoleillement (en heures) entre Caen et Gouville sur mer depuis 2004 : Gouville est équipé d'un pyranomètre depuis le début tandis que Caen ne s'est équipé d'un pyranomètre qu'à partir de février 2008 :

1555200508-caen-gouville.jpg

 

On voit clairement que durant la période 2004/2007 (en jaune), l'ensoleillement mesuré à Gouville par pyranomètre montre des valeurs bien plus élevées que celui de Caen mesuré par héliographe. Par contre, dès que le site de Caen bascule lui aussi en pyranomètre à partir de 2008 (en bleu), sa durée d'ensoleillement rattrape celle de Gouville.

 

Même constat en comparant Bernières (mesure par pyranomètre) et Caen (à noter que pour les années 2005 et 2006, il manque respectivement 1 (en mai) et 14 jours de données pour Bernières, donc la différence réelle devrait être légèrement plus importante) :

1555200580-caen-bernieres.jpg

 

La comparaison entre Caen et Paris est intéressante : Caen s'est équipé d'un pyranomètre en 2008, et Paris en 2012 :

1555200609-caen-paris.jpg

 

Durant la période 2006/2007 (en vert), la mesure se fait par héliographe : la durée d'ensoleillement mesurée est relativement équivalente dans les 2 villes. Durant la période 2008/2011, la mesure se fait par pyranomètre à Caen et par héliographe à Paris : la durée d'ensoleillement mesurée est supérieure en moyenne de plus de 200h à Caen. Enfin, à partir de 2012, la mesure se fait par pyranomètre dans les 2 villes, la durée mesurée redevient équivalente... A noter que pour l'année 2017, j'ai appliqué l'ensoleillement de Melun pour les données manquantes des mois de mai et juin pour Paris, faute de mieux, afin de ne pas fausser la comparaison.

 

Ces exemples sont assez parlants, et toutes les comparaisons montrent les mêmes tendances, quelles que soient les années considérées, donc cela ne peut être le fait du hasard.

Très intéressant !

 

Cependant ça peut-être largement le hasard de la météo /climato de ces périodes, car vu le peu d'échantillons, il n'y a absolument rien de statistiquement significatif (sans avoir besoin de le calculer tellement c'est trop faible . Ca ne veut pas dire qu'il n'y a rien, mais là faute d'échantillons, trancher dans ce sens serait justement se remettre totalement au hasard  capable de produire bien pires coïncidences dans l'IC à 95% . ) et surtout pour une bonne raison, par le fait qu'il n'y a pas la comparaison du pyrano avec l'héliographe sur le même site avec les mêmes masques au même moment, mais avec des stations à distance. Et oui c'est un sacré problème vu que MF profite le plus souvent des modifications de capteurs, de normes, de classifications, pour améliorer les sites et l'emplacement pour le paramètre concerné, donc dans le cas présent probablement en évitant plus de masques qu'à l'époque de l'installation des héliographes Cimel.

C'était pareil pour la T ces dernières années. Dans le Var en remplaçant les abris Cimel par des abris Socrima, MF a effectué de petits déplacements ou des élagages, déboisements, ou autres, pour de bien meilleurs dégagements. Donc celui qui pratiquerait ton analyse à distance sans avoir tous les éléments de modification du site et de l'emplacement de l'abri, de la station, trouvera aussi un changement dans la température en plus de celle due au meilleur abri. Donc sans informations sur l'emplacement exact des différents pyrano par rapport aux héliographes Cimel dans un même site, ni sur le déplacement ou non du capteur, les modifications dans le site et autour pour les masques (élagage d'arbres, déplacement de poteaux ou autres bricoles plus ou moins importantes), il vaut mieux se fier aux comparaisons avec les pyrano et les héliographes dans un même site. MF a réalisé des comparaisons en double sur certains sites du Nord autres qu'à Trappes, comme à Strasbourg (sous-estimation faible du pyrano, donc pourquoi l'inverse dans tes stations ?) et eux seuls pourront valider que c'est bien le pyrano qui est en cause dans tes stations, du moins fautes d'échantillons suffisants pour exclure le hasard. Il faudrait voir si MF a effectué des mesures en double à Besançon où les écarts entre l'ancien Campbell et le Cimel avaient été les plus importants et donc c'est là que potentiellement le pyrano est sensé être le plus mauvais par rapport au Cimel ou pyrhéliomètre.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/04/2019 à 20:09, ChristianP a dit :

Très intéressant !

 

Cependant ça peut-être largement le hasard de la météo /climato de ces périodes, car vu le peu d'échantillons, il n'y a absolument rien de statistiquement significatif

 

Justement, je n'ai pris que quelques exemples (parce que cela prend un certain temps de compiler les données et faire les graphiques), mais au contraire ces observations sont généralisées. Tiens, autre exemple, entre 2 villes relativement proches : Creil et Paris-M. Pour rappel, Paris utilise le pyranomètre depuis 2012 tandis que Creil (station récent pour la mesure de l'insolation) a toujours utilisé le pyranomètre :

 

1555449478-paris-creil.jpg

 

On voit que lorsque la mesure à Paris se faisait par héliographe, l'insolation mesurée était inférieure de plus de 80h à celle de Creil. Puis,  depuis que les mesures à Paris se font par pyranomètre, l'insolation mesurée à Paris est très légèrement supérieure, de manière systématique.

A ce niveau-là, ce n'est pas du hasard, sinon cela voudrait dire que l'écart d'ensoleillement entre stations aurait systématiquement changé pile au moment du changement de matériel et de manière permanente... C'est évidemment absurde.

 

Citation

MF a réalisé des comparaisons en double sur certains sites du Nord autres qu'à Trappes, comme à Strasbourg (sous-estimation faible du pyrano, donc pourquoi l'inverse dans tes stations ?)

 

Je ne suis pas sûr que ce phénomène ne soit pas également observé à Strasbourg. Comparons pour cela la durée d'insolation mesurée avec celle de Colmar Meyenheim (en fait plus proche de Mulhouse mais ceci est un autre débat). D'après les informations sur les stations, le passage d'une mesure par héliographe à une mesure par pyranomètre s'est opéré :

- le 28/11/2017 à Strasbourg

- le 23/10/2009 à Colmar

Ce qui veut dire (en gros) :

- que la mesure s'est faite par héliographe dans les 2 villes durant la période 1991/2009,

- que la mesure s'est faite par héliographe à Strasbourg et par pyranomètre à Colmar entre 2010 et 2017, 

- que la mesure est faite par pyranomètre dans les 2 villes depuis 2018.

 

Or, si l'on regarde la différence d'ensoleillement mesuré entre ces 2 sites durant ces 3 périodes, on observe :

- +100,9h pour Colmar entre 1991 et 2009

- +210,3h pour Colmar entre 2010 et 2017

- +86h pour Colmar en 2018

 

On observe finalement le même phénomène, à savoir que durant la période 2010/2017 pendant laquelle le pyranomètre a été utilisé à Colmar et l'héliographe à Strasbourg, l'écart d'ensoleillement mesuré en faveur de Colmar était plus important d'une centaine d'heures. Cela ne prouve rien dans ce cas précis mais l'accumulation des observations qui vont systématiquement dans le même sens doit quand même mettre la puce à l'oreille.

 

A noter qu'il existe différentes méthodes d'algorithmes de mesure par pyranomètre qui donnent des résultats sensiblement différents : http://bibliotheek.knmi.nl/knmipubWR/WR2006-06.pdf

Edited by laurent_caen
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Marseille (1er,4ème,12ème)

Après une petite faiblesse pour la première décade(-6hrs) Marignane renoue avec l'excédent lors de la deuxième  avec 96.3 hrs (+8.5hrs) donnant un mois d'avril légèrement au dessus de la norme au 20/04  : 168.4 hrs (+2.5hrs) et renforçant encore un peu plus l'excédent annuel : 865.9hrs (+143.4hrs)

 

 

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Kernascléden (56) - 25 km au nord de Lorient.

La barre des 500 h a été dépassé au cours du week-end... 513,8 h ce matin, soit un excédent de +26%.

 

1109950216_Sanstitre1.png.e7f39ca73c1f75e20ecb05957e7b40a1.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble
Le 21/04/2019 à 11:18, supeu a dit :

Après une petite faiblesse pour la première décade(-6hrs) Marignane renoue avec l'excédent lors de la deuxième  avec 96.3 hrs (+8.5hrs) donnant un mois d'avril légèrement au dessus de la norme au 20/04  : 168.4 hrs (+2.5hrs) et renforçant encore un peu plus l'excédent annuel : 865.9hrs (+143.4hrs)

 

 

C'est moins bien apparemment côté Languedoc pour ce mois d'avril...

Du 1er au 28 inclus,  le cumul de Montpellier n'est pas particulièrement brillant, inférieur même de 7 heures à celui de la station de Saint-Geoirs ! (169 contre 176)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...