Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Raréfaction des orages?


Recommended Posts

Posted
Pont de dore (63) 330 m

Bonjour,

 

Même constat en Auvergne des plaines, des mois d'été  de plus en plus sec mais par contre des orages plus violent, peut être  à l'avenir deux saisons sèche  ,l 'été et l'hiver

Link to post
Share on other sites
  • Replies 135
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Y'a peut-être ça tout simplement:  ( anomalie de la pression moyenne à 500hPa de début mai à fin septembre pour les 7 périodes données, le tout vs 1981/2010 )                                

Cela fait toujours plaisir de voir que vous lisez les posts des camarades.....des statistiques et études ont été postées dans ce topic et elles semblent aller dans le sens d'une diminution du nombre d

J'apporte ma petite pierre à l'édifice pour parler de mon ressenti.   Je n'ai aucuns chiffres ni mesures qui viennent attester de tout cela, mais personnellement depuis le début des années 2

Posted Images

Posted
Massif du Hohneck, 1220m
il y a 15 minutes, mike a dit :

 Dans un climat chaud, les contrastes thermiques en saison estivale ( sauf en mai) deviennent moins importants donc moins de dégradations ce qui est totalement logique. Dans un climat froid c'est l'inverse. Il y a pas besoin de se poser dix milles questions. C'est juste une question d'habitude, habitude que j'ai deja pris contrairement à certains et je crois que beaucoup auront toujours du mal à l'accepter mais c'est pas l'homme qui décide c'est comme ca et pas autrement.

 

Ca relève surtout et avant tout d'un manque cruel de dynamique dans la circulation atmosphérique. La chaleur n'est là que pour exacerber les phénomènes orageux .  Dans un contexte synoptique favorable, 10°c à 1500m et 25°c au sol suffisent déjà largement à générer une belle dégradation orageuse. Faut juste que ça bouge un minimum là haut. Entre des flux d'ouest d'été plus ou moins haut perchés et totalement improductifs, des dorsales anticycloniques très ou trop proches, ou des blocages dépressionnaires mal placés, le tout s'étalant sur des périodes de 2/3 semaines consécutives avec peu de transitions entre finalement, il devient impossible d'avoir le passage intégral de talwegs d'ouest en est, avec pivotement du flux de sud-ouest et appel d'air chaud et humide à l'avant, et rabat d'air plus frais à l'arrière, le  tout avec un minimum de soutien dynamique en altitude pour entretenir une dégradation orageuse pendant quelques heures ou sur plusieurs régions.

C'est simple, on n'a pas eu une seule fois cette configuration à passage de talweg en juin.

 

Link to post
Share on other sites
Posted
La-Chapelle-Saint-Florent (49)

A noter qu'il y a quelques articles qui sont sortis pour dire que le RC aurait une influence sur les orages. Moins nombreux à cause d'une baisse du cisaillement dû à une modification de la circulation générale, mais plus violent en raison de l'augmentation de la CAPE.

 

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0169809512000968?via%3Dihub

 

https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2007GL030525

 

https://www.pnas.org/content/104/50/19719

 

EDIT : revoir aussi l'article que j'ai mis page 3 qui concerne vraiment l'europe.

  • J'aime 3
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Tour-en-Sologne (41)

Bonjour à tous,

 

Ici en  Sologne dans le Loir-et-Cher si on regarde les statistiques entre l'an 2000 et l'an 2010 le nombre de jours d'orages est globalement dans les normes ( entre 20 et 27 jours d'orages parfois 30 selon les années).

Entre 2010 et 2015, pas de variation particulière non plus avec 20 à 25 jours d'orages globalement (2 pics à plus de 25 jours en 2013 et 2014).

Entre 2015 et 2020 là par contre ça change, les chiffres commencent à décroître surtout en 2017 et 2019.

2015 : une 20 ène de jours

2016 : 16 jours d'orages

2017 : 14 jours d'orages

2018 : 22 jours d'orages

2019 : 11 jours d'orages

Pour l'instant entre le 1er Janvier et aujourd'hui je relève 11 jours d'orages pour 2020 dont 8 jours en Juin. A nouveau pour l'instant comme en 2019 plus rien en Juillet ...

 

A noter que même si 2016 et 2017 le nombre d'orages fût très faible ici, j'ai parfois en 1 journée  comme chaque année 3 à 5 orages d'affilé sur ma localité . De plus la qualité des orages fut bien acceptable ce qui fait que ces années là sont pour ma part bien correctes même si le nombre de jour n'est pas dans les normes. 

C'est vraiment 2019 qui fut très mauvais car sur les 11 jours d'orages à chaque fois il y a eu un ou 2 grondements sous une ondée puis terminé...

 

En conclusion pour ma part depuis 2016, j'observe majoritairement des orages au printemps et en automne avec une diminution du nombre d'orages en été. Faut dire aussi qu'ici en été la majorité des orages étaient dans le temps des systèmes remontant du sud-ouest ce qui n'est plus le cas maintenant. En conséquence la majorité de la pluviométrie de Juillet et Août (soit plus de 50%) n'existe plus et on a affaire à de bonnes sécheresses. 

Sinon au niveau de l'intensité j'observe peut-être aussi une très légère diminution d'orages violents depuis 2016.

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)

pas de tendance claire chez moi, la moyenne tourne autour de 31 jours

 

image.png.fb3e7a3894840ca396ced33c5b0c6752.png

Edited by serge26
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Le 12/04/2019 à 08:48, tuefeli a dit :

Et pourtant, 2018 : année la plus foudroyée depuis 30 ans...

 

http://www.meteofrance.fr/actualites/69551975-2018-annee-la-plus-foudroyee-depuis-30-ans

 

Y aurait-il un hiatus entre le ressenti et la réalité?

 

Des statistiques, je ne pense pas que ça se fasse sur une année!

Et l'année d'après 2018, tu as regardé les statistiques? pour 2019? l'année la moins foudroyée depuis 31 ans!

 

Pour moi 2006 c'était de beaux orages de chaleur, beaucoup d'orages de nuit je crois,

si seulement l'anticyclone retournait un peu à sa place sur l'Atlantique plutôt que s'avachir sur la France comme il le fait en ce moment!!

 

 

AVN_1_2006062800_1.png

Edited by M25
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, serge26 a dit :

pas de tendance claire chez moi, la moyenne tourne autour de 31 jours

 

image.png.fb3e7a3894840ca396ced33c5b0c6752.png

 

 

Ah oui mais s'il n'y a plus d'orages à Pierrelate, imaginez pour le reste de la France? Il n'y aura plus d'orages du tout!

La Drôme pour moi est un des lieux à orages en France, donc s'il n'y en a plus là-bas....

 

Et pour chez moi, voici la tendance ressentie, je trouve que c'est assez semblable pour ce qui se passe à Pierrelatte depuis les années 2000 !

 

 

LIEU CHEZ MOI.jpg

 

Et de façon similaire, je n'observe plus le même type de dégradation orageuse.

Fin des années 90: principalement orages en fin de journée provenant du massif central avec impacts de foudre dans ciel très orageux typique (ciel de plus en plus noir et impacts de foudre à l'avant de la dégradation)

Années 2000: très peu d'orages sauf 2006, 2007 et 2008 mais je n'étais pas là pour voir

2012, 2013, 2016, 2017: orages avec éclairs principalement noyés dans orage fort et parfois grêligène ou de forte pluie (MCS remontant du Jura).

2018: orages locaux ou semi-locaux liés à goutte froide isolée vers péninsule ibérique et ne progressant pas dans un flux de sud-ouest. Donc éclairs se déclarant de manière anarchique selon les flux locaux et éclairs détectés par Météorage de seulement 1 ou 2 kA mais que je ne voyais pas, et même pas de tonnerre entendu, donc faux impacts de foudre détectés par Météorage qui étaient en fait peut-être des intras??

Donc même en 2018, moins orageux par rapport à la détection des réseaux officiels (Météorage, Blids Siemens), que ce que j'ai vu en vrai.

 

 

Edited by M25
Link to post
Share on other sites

 

J'ai voulu regarder l'année 1935, année où il y a  eu une tornade vers chez moi (le 9 juin).

Et quand je déroule d'autres journées dans l'été, j'ai l'impression que c'étaient des situations à orages...

ll devait y avoir beaucoup d'orages. Je regarde comme ça au pif certaines années et je tombe parfois sur des superbes situations à orages!

Bon, j'arrête de regarder pour cette année, un peu déprimant.. enfin tant mieux pour les gens qui aimaient les orages à cette époque! :) 

On dirait il y a eu autant de situations orageuses de sud-ouest qu'en 5 ans de nos jours ! lol!

 

 

NOAA_1_1935061000_1.png

 

 

 

NOAA_1_1935062600_1.png

 

 

NOAA_1_1935081206_1.png

 

 

NOAA_1_1935090106_1.png

Edited by M25
Link to post
Share on other sites
Le 10/07/2020 à 22:15, Fil67 a dit :

Quelle extraordinaire configuration cosmique faut-il désormais pour connaître une dégradation orageuse digne de ce nom en plein été sur le nord-est ( entre autres régions) ?

Pas de front orageux organisé, pas de développements orographiques lors des journées plus chaudes. Rien.  Aussi loin que l'on regarde, que ce soit en arrière ou dans les projections à venir, rien. On peut déjà sans trop s'avancer dire que la moitié de la saison orageuse 2020 est déjà derrière nous!

 

 

 

Avez-vous lu les réponses précédentes du topic ?

 

Je pense que si on demande à des gens arrivés sur la météo après 2005, ils n'ont pas la même attente orageuse que ceux qui ont vécu les années 1990.

Les années 1990 étaient une période faste, mais pas forcément la normalité climatique.

  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas une preuve, mais ce sont des pistes.  Sur les étés 1990-2000, le flux moyen sur le nord de la France a une composante sud.  Sur les étés 1950-1960, il a une composante nord.  Pour moi, c'est tout à fait cohérent avec le fait que les étés 1990-2000 ont été une période faste des dégradations SO-NE et non pas représentent la moyenne climatique.

 

 

pDIjPM6wtm.png

LmgiQH8KDB.png

Edited by Cotissois 31
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

moins d’orages l'été, quasiment plus d'hiver, des épisodes de fortes  pluies qui  se raréfie en  automne  Bienvenue   en France  le pays ou météorologiquement parlant, il ne se passe plus rien d’intéressant.

se sera bientôt le Sahel ici!

 

c'est vrai que   la décennie 90/2000 a été active niveau orage surtout  94/95  je me rappel  de grosse dégradation orageuse pratiquement toutes les semaines durant cette période 

y compris dans la moité nord  du pays , je m'en souvient puisque  j y était a cette époque. 

Et ça je m'en rappel aussi: 

http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1992

dans la nuit du 31 Mai au 1er Juin 1992 il tombe sur le nord de la  RP  192 mm a Paris Saint Lazare, je m"en rappel car cet orage nous a emperches de dormir cette nuit la.

 

Edited by Derecho PowerWolf
ajout de nouvelles
  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Derecho PowerWolf a dit :

moins d’orages l'été, quasiment plus d'hiver, des épisodes de fortes  pluies qui  se raréfient en  automne  Bienvenue   en France  le pays où météorologiquement parlant, il ne se passe plus rien d’intéressant.

 

Parle pour toi mais il se peut que d'autres trouvent qu'il se passe des "choses intéressantes". Je ne vois pas comment il est possible d'affirmer des paroles comme celles-ci sans chiffres, statistiques, graphiques, tableaux...

Je passe la suite du message. 

 

Pour ne pas faire un HS complet (car oui ce qui est au dessus est HS), j'ai remarqué personnellement dans mes contrées lotoises une diminution du nombre de dégradations orageuses venant de l'Aquitaine et remontant vers le Massif-Central comme cela se produisait il y a encore 10 ans de cela. Je n'ai pas réussi à retrouver une image d'archives montrant la carte des impacts ou bien une image radar. Ces dégradations se formaient sur le Bordelais ou sur les Landes et traversaient tout le Bassin Aquitain dans un flux d'Ouest, NO, pour venir balayer la partie nord de l'Occitanie et remonter sur le Massif-Central. C'était bien souvent des dégradations intenses électriquement, parfois accompagnées de grêle mais ce n'est pas un secteur très propice à la grêle. Encore une fois, juste un simple témoignage, pas de chiffres à l'appui, mais c'est aussi ça la climatologie et je n'émets pas de conclusions foireuses comme cela pu être le cas au dessus. 

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Fréjus - Saint Raphael (83)
Il y a 2 heures, Derecho PowerWolf a dit :

moins d’orages l'été, quasiment plus d'hiver, des épisodes de fortes  pluies qui  se raréfie en  automne  Bienvenue   en France  le pays ou météorologiquement parlant, il ne se passe plus rien d’intéressant.

se sera bientôt le Sahel ici!

 

c'est vrai que   la décennie 90/2000 a été active niveau orage surtout  94/95  je me rappel  de grosse dégradation orageuse pratiquement toutes les semaines durant cette période 

y compris dans la moité nord  du pays , je m'en souvient puisque  j y était a cette époque. 

Et ça je m'en rappel aussi: 

http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1992

dans la nuit du 31 Mai au 1er Juin 1992 il tombe sur le nord de la  RP  192 mm a Paris Saint Lazare, je m"en rappel car cet orage nous a emperches de dormir cette nuit la.

 

Dans les régions méditerranéennes, on peut pas parler d'une diminution des épisodes de fortes pluies ces dernières années, c'est même plutôt le contraire, avec même une augmentation de la fréquence des épisodes les plus forts, niveau orage ça doit être surement la même chose.

 

http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/impacts-du-changement-climatique-sur-les-phenomenes-hydrometeorologiques/changement-climatique-et-episodes-mediterraneens

 

 

PASSE_FRA_EVENT_INTEN_ANN_IMAGE.png

Edited by Twister83
Link to post
Share on other sites
Posted
Namur (Liège pour le travail, et fréquemment ailleurs en Wallonie), Sedan à l'occasion

Il y a aussi une modification que personnellement j'observe depuis quelques années, mais pour laquelle il est difficile de trouver des chiffres pour appuyer mon ressenti, c'est la difficulté qu'ont les talwegs d'altitude à bien plonger dans le golfe de Gascogne, permettant à l'Europe occidentale d'associer instabilité et dynamique favorable en altitude. On le voit encore ces temps-ci, on a un jet stream pas trop loin de nos régions, mais que ne méandre pas et a au contraire tendance à rester relativement rectiligne.

 

Et quand le plongeon des bas géopotentiels se fait, j'ai cette impression (mais une nouvelle fois, difficile d'étayer ça quantitativement) que les Spanish Plumes qui sont le réacteur principal à MCS pour la Belgique (et le nord de la France par extension) ne marchent plus aussi bien qu'avant. Il y a sans doute un lien à faire avec la vigueur du plongeon des talwegs à l'ouest de la France, mais je pense aussi à d'autres causes, la première étant une atmosphère souvent trop sèche. Résultat, par flux de sud-ouest, on a des multis généralement de taille restreinte (mais qui peuvent toutefois être bien électriques), mais plus de grands systèmes organisés.

  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Posted
Ancey (21) - 380m

J'apporte ma petite pierre à l'édifice pour parler de mon ressenti.

 

Je n'ai aucuns chiffres ni mesures qui viennent attester de tout cela, mais personnellement depuis le début des années 2010 je trouve que les orages sont devenues une denrée très rare dans la région. 

Arrivé dans le début des années 2000 à Dijon, à l'époque j’enchaînais les journées orageuses principalement au printemps. J'attendais l'après midi et hop la mayonnaise prenait sur les hauteurs avant de débordés plus sur la plaine.

Sans parler des vraies dégradations orageuses organisées, qui mettaient un terme à une période de chaleur sans forcément d'excès.

Depuis ? RIEN ou presque !!

Les salves orageuses venues du sud-ouest dans un axe classique n'existe tout simplement plus ! Pour avoir de l'orage il faut la formation locale de cellules mais qui restent moribondes pour par contre sévire plus vers le Jura par exemple.

Et par contre, le vent, mais le vent. Une calamité surtout en fin d'hiver et au printemps dans les parages comme cette année. Le vent de Nord-Est qui déssèche tout sur son passage.. a en devenir dingue.

En résumé, moins d'orages, peut être plus de vent sec, les précipitations en baisse. Voilà le nouveau climat côte d'oriens !

 

 

  • J'aime 7
Link to post
Share on other sites

J'ai demandé à un voisin ce qu'il en pensait sur la raréfaction des orages et il m' a dit: "ah oui oui! il y avait beaucoup d'orages violents, beaucoup d'orages avant!!" (quand il a emménagé dans mon village fin des années 70). Il dit qu'il n'y en a presque plus maintenant, presque plus de neige non plus a-t-il ajouté, même si ce n'était pas ma question! :)

 

 

Edited by Sebaas
édité, hors sujet
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle

Ah ... la demande du  voisin. Notre mémoire est selective ... Peu fiable. C'est un peu comme "C'était mieux avant..."

  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Quentin-de-Baron (33) & parfois Dax (40)
Le 11/07/2020 à 10:56, Fil67 a dit :

Dans un contexte synoptique favorable, 10°c à 1500m et 25°c au sol suffisent déjà largement à générer une belle dégradation orageuse.

 

Alors, je ne connais pas bien la climatologie orageuse de ta zone et je n'ai pas complètement conscience non plus, des synoptiques potentiellement les plus favorables aux orages toujours pour ton secteur (il faut dire que je me focalise beaucoup sur le Sud-ouest et la Nouvelle-Aquitaine la plupart du temps), département et région, mais en tout cas, ailleurs et plus certainement dans ma région, sans vouloir à tout prix faire dans le régionalisme, du 10°c à 850hpa et 25°c en saison estivale (je vais dire de juin à début septembre), cela suggère une masse d'air bien limitée dans son alimentation en air chaud et clairement, la présence d'une synoptique peu favorable à l'émergence d'une activité orageuse.

Dans mes souvenirs et si je devais me référer à mes vieilles archives papiers de relevés météo, j'ai très peu de souvenirs, toujours durant la saison estivale, de réelle, concrète et franche dégradation orageuse se faisant avec une telle masse d'air. Par contre, j'appliquerais plus ton 10°c à 850 hpa et ton 25°c au sol, pour la période allant de la seconde décade d'avril à la fin mai je dirais (oui oui oui, on le sait que pour cette période de l'année, ce n'est pas la norme 😐, mais, c'est pour l'exemple), et pourquoi pas de septembre à octobre pour le fun, avec dans ce cas de figure parfois, en cas de synoptique favorable bien entendu et d'une dynamique suffisante, de vraies bonnes dégradations dignes de ce nom...

 

Au gré des nombreuses analyses et des nombreux suivis que j'ai pu faire au cours de ces dernières années, avec un nombre incalculables 😅 d'heures fixés devant les écrans à décortiquer et tenter d'anticiper chaque situation, je dirais en moyenne et en général, que j'ai pu observer mes meilleures dégradations orageuses en complément d'une situation et d'une dynamique complémentaires et favorables je le précise (ce qui n'est pas toujours le cas) avec du +15 à +18, voire +20°c à 850 hpa et du 28 à 35°c au sol, pour être très précis... sans forcément aller taper dans la canicule monstrueuse... alors je ne dis pas ne pas avoir vécu d'autres événements orageux puissants avec une masse d'air bien plus fraîche hein, mais si je devais en refaire une synthèse, la balance pencherait nettement plus en faveur d'un contexte orageux accompagné d'une bonne chaleur. 

 

Alors bien entendu, la T°c de surface ne fait pas tout, loin de là, ça c'est clair et net... nous sommes cependant d'accord là-dessus.

 

Si on, va chercher les dégradations orageuses virulentes nocturnes entre le 25 et le 27/07/2013 sur l'ouest, je te laisse aller admirer la réanalyse de la situation des températures à tous niveaux, sans compter les Td et j'en passe. Alors oui le phasage était optimal certes et l'instabilité assez monstrueuse, mais cela montre bien qu'il s'agit plus d'une histoire de synoptique générale et du positionnement des centres d'action et forcément de la dynamique associée, que d'une histoire de masse d'air " trop surchauffée ". Bien que, et je l'avoue, il y a tellement de situations météo différentes, que, il y aurait matière à développer des heures et sur des pages.

Bien entendu, je peux dire aussi, qu'au-dessus de 35°c (T°c 850 > à 20°c), là aussi... je n'ai que peu de souvenir de bouffées orageuses franches, organisées et actives. Je pense juste qu'il faut un équilibre subtil entre beaucoup de paramètres et dans tous les cas des phasages quasi-optimaux. 

 

Mais après tout, c'est peut-être différent pour le " 67 ".

Edited by DoubleKnacki
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Sainte-Maure-de-Touraine (37) ( 30km au Sud de Tours)

Bon aller, je me lance dans le débat. Tout d'abord, je préfère prévenir que je n'ai que bientôt 22 ans donc je vais parler de ce que j'ai pu remarquer depuis que j'ai commencé à m'intéresser aux orages, c'est à dire vers 12-13 ans  Mais autant être franc direct, et on ne peut pas le nier, il y a une nette recrudescence des orages en France ; ils sont de plus en plus rares certaines régions n'en n'ont pas vu depuis plusieurs mois. Par contre, beaucoup moins nombreux mais ceux-ci semblent produire de plus en plus violents (grêle, vent...), peut-être que l'effet médiatique et des réseaux y joue.

Dans un premier temps, bon étant plus petit donc j'y portais pas trop d'intérêt, j'ai vécu jusqu'à mes 10 ans sur le secteur de Toulon jusqu'en 2011. Je ne me souviens juste de quelques gros orages qui remontaient parfois de la mer et qui une fois arrivé dans les terres, ils apportaient une quantité importante de pluie et une activité électrique intense pendant plusieurs heures.


De 2011 à aujourd'hui, je vis en Touraine au Sud de Tours et depuis tout ce temps, je me suis consacré à l'étude des orages sur mon département plus particulièrement mais aussi à l'échelle de la région Centre tout en regardant ce qu'il se passe partout ailleurs. A compter de 2012, j'ai commencé à prendre des notes sur ce que j'ai pu observer, autant par chez moi qu'en France, alors j'ai ressorti tout ces bouts de papiers de très loin. Habitant Sainte-Maure-de-Touraine (30 km au Sud de Tours), les derniers plus gros orages que j'ai pu connaître étaient en 2014. Depuis 2015, je me contente de quelques petits orages qui se forment autour de chez moi de manière très locale, où lors de la l'approche d'un front qui peut m'occasionner quelques orages pré-frontaux.
Mais en soit, nous n'avons pas connu de vraie dégradation depuis 2015 en effet, comme j'ai pu connaître bien avant quand les orages remontaient du golfe de Gascogne généralement en cours de nuit en s'évacuant au Nord de la Seine le lendemain.

Comme le montre cette carte, le mois de Juillet a été très très pauvre en terme d'orages, surtout sur le grand Ouest et le Nord, 34 départements ne comptabilisent aucun jour d'orage pour ce mois, c'est attristant tout de même. Par contre, depuis 2 ans, je remarque que l'axe Sud-Ouest à Nord-Est n'est plus fréquenté, mais que c'est surtout l'axe allant des Pyrénées aux Alpes qui sont maintenant les plus touchés par les orages. Des orages qui évoluent rapidement en Supercellulaire entre Auvergne et Rhône-Alpes, et qui sont parfois violents localement. Alors pourquoi cet axe est privilégié maintenant ? 

 

Ed4S8LZWAAAKOIZ.thumb.png.9ef97af086513ff75bd58d698aa7561b.png

 

Et la comparaison avec Juillet 2013 (deuxième quinzaine) est sans appel, on remarque nettement la recrudescence de l'instabilité sur ces dernières années (anomalie de MUCAPE).

 

bilan-juillet-2013-chaleur-un-mois-instable-et-orageux-en-france-climat-mucape-quinzaine-2.thumb.jpg.e68726822181217d87fe779bfce1cbec.jpg
 

Voici en bref tout ce que j'ai pu noter sur ce qu'il a pu se passer de 2012 à aujourd'hui, et on verra que le constat est marquant au fil des années :

 

En 2012, je constate que le Nord-Est et l'Est du pays sont pas mal concernés par les orages entre le mois de Mai et le mois de Juin, la moitié Nord connaît quelques passages d'orages parfois violents entre Picardie et Nord-pas-de-Calais. Dans le mois de Juin, on observe de nombreux orages parfois violents qui produisent de violentes rafales de vent entre 90 et 120 km/h, voir des pointes jusqu'à 140 km/h en Bourgogne au passage de plusieurs microrafales ( 7 Juin 2012). Le 30 Juin 2012, il a été observé de grosses chutes de grêle jusqu'à 7-9 cm en Bourgogne et Franche-Comté. Ensuite, les mois de Juillet et Août n'ont pas présentés d'activité particulière au niveau des orages même si on a pu observer plusieurs journées d'orages parfois forts sur le Nord-Est, l'Est et des Alpes aux Pyrénées. Durant l'automne, le Sud-Est a connu plusieurs épisodes pluvio-orageux parfois forts. Par chez moi, quelques passages orageux parfois actifs mais pas de sévérité particulière en tout cas. L'orage qui m'a le plus marqué était un soir du mois de Juin mais je ne sais plus quelle date, l'orage arrivait de l'Ouest en début de soirée et a duré jusqu'en milieu de nuit avec une activité électrique intense et de très fortes pluies. La foudre a frappée l'église du village de Sainte-Maure-de-Touraine et a ricoché sur la toiture d'une maison présente en contrebas.

A partir de 2013, j'ai commencé à conserver des données en provenance de Keraunos et on pourra voir que le constat est vraiment marquant, mais ce fût une année très marquante au niveau des orages, surtout à partir de Juillet ; on a pu comptabiliser plus de 100 supercellules sur l'ensemble de l'année. Dés le début d'année du 1er Janvier au 31 Mars, on observe un excédant d'instabilité qui avoisine les 30% par rapport à la normale surtout sur le grand Ouest du pays , on comptabilise près de 60 jours d'orages durant ce premier trimestre. Le printemps 2013 reste dans la normale mais on observe de nombreux phénomènes tourbillonnaires, l'instabilité est un peu plus marquée sur l'Est du pays pour ce printemps (+60 à +70% par rapport à la normale), alors que l'extrême Nord-Ouest connaît un gros déficit (-80% par rapport à la normale), la descente d'air très froid survenue à la fin du mois de Mai n'a pas arrangée les choses non plus, on observe un début de mois de Mai assez actif niveau orage tout de même. Au mois de Juin, la situation se renverse et la première quinzaine est marquée par de nombreux orages parfois forts qui circulent sur le grand Ouest et le Nord-Ouest avec principalement de très fortes pluies, des inondations et de la grêle jusqu'à 2-3cm. J'ai pu connaître quelques forts orages également dans mon secteur à ce moment-là, notamment le 7 Juin 2013 avec l'arrivée d'un orage en provenance du Sud-Est et qui m'a apporté de très fortes pluies sur peu de temps. Et pour la seconde quinzaine, c'est l'inverse qui se produit avec des orages plus nombreux sur l'Est du pays, avec notamment l'épisode supercellulaire du 16 Juin 2013 qui a circulé entre Auvergne et Bourgogne, mais aussi le violent épisode orageux qui a circulé entre Bourgogne et Nord-Est le lendemain, 17 Juin 2013, avec de la grêle jusqu'à 3-5 cm localement et des rafales convectives jusqu'à 100 km/h, j'ai également connu le passage de plusieurs orages ce jour par flux de Sud à Sud-Ouest. Nouvel épisode orageux intense qui a touché le Nord et le Nord-Est du pays le 19 Juin 2013, entre Bourgogne et Champagne, on relève des rafales de 130 à 160 km/h. Une microrafale a touché le secteur de Chamblanc en deuxième partie de nuit. La station Météo-France de Chamblanc-Seurre a relevé une rafale de 136 km/h alors que la station de Chaumont-Semoutiers a enregistré une valeur de 159 km/h. Des rafales jusqu'à 100 km/h ont été enregistrées autour de Paris, ainsi que des chutes de grêle jusqu'à 3-6 cm localement. D'ailleurs, c'est le 19 Juin 2013 qu'on enregistre une tornade EF3 en Bourgogne, au Nord-Ouest de Châtillon-sur-Seine (Côte-d'Or). La fin du mois de Juin a été un peu plus calme.
Vient ensuite le mois de Juillet avec une première quinzaine relativement calme et des orages essentiellement concentrés sur les reliefs. C'est à partir de la seconde quinzaine, après le 20 Juillet que les choses deviennent sérieuses, et je pense que certains d'entre vous s'en souviennent très bien , moi oui  Dés le 21 Juillet 2013, on observe de forts orages entre Poitou, Pays-de-la-Loire et Bretagne avec de fortes rafales à plus de 100 km/h localement. Le 22 Juillet 2013, c'est au tour des régions Normandes, de la Picardie et de la Champagne d'être concernées par de forts orages accompagnés de grêle. Le 23 Juillet 2013, des orages parfois violents concernent le pays avec 2 MCS qui sévissent sur l'Ouest du pays (Centre-Ouest dont par chez moi et extrême Sud-Ouest), de gros orages de grêle en Bourgogne et des orages très venteux entre Rhône-Alpes et Alsace. Et évidemment, comment ne pas terminer le mois de Juillet par les fameux gros orages du 26-27 et 28 Juillet 2013. De puissants systèmes orageux ont circulé sur la plupart de nos régions avec des phénomènes parfois intenses. Moi même étant vers la Rochelle dans la nuit du 26 au 27 Juillet, l'orage a duré toute la nuit avec une activité électrique de malade, de très fortes rafales de vent et des pluies diluviennes. On relève même une tornade EF2 dans le Puy-de-Dôme qui a eu lieu le 28 Juillet 2013. Le mois de Juillet se distingue par un excédent d'instabilité généralisé de 2 fois supérieur à la normale, surtout à partir de la secondaire quinzaine du mois après une première décade peu instable suite à des conditions plus sec et anticyclonique.
Au mois d'Août 2013, c'est surtout entre le 2 et le 7 Août qu'on observe des orages parfois violents entre le Sud-Ouest, l'Est et le Sud-Est. Certaines orages ont produits de très violentes rafales jusqu'à 150 km/h dans l'Allier et de la grêle jusqu'à 7 cm le 5 Août 2013, d'autrs orages ont apportés également de la grêle en Aquitaine le 2 Août. Enfin le 6 Août 2013, une violente dégradation concerne un grand quart Sud-Ouest jusqu'en Auvergne, avec de la grêle jusqu'à 7-9 cm recueilli dans le département de la Loire, dont un grêlon de 11 cm relevé à Montverdun dans la Loire., la grêle a atteint 4 à 5 cm en Auvergne et on a relevé des rafales jusqu'à 100-120 km/h entre Midi-Pyrénées, Limousin et Auvergne. On peut encore observer quelques forts orages durant le mois de Septembre mais petit à petit la saison se termine et on observe une nouvelle fois plusieurs épisodes pluvio-orageux très actifs sur le Sud-Est durant l'Automne. Cependant, on observe un mois d'Octobre riche en orages également avec la circulation d'orages parfois violents, dont un LEWP en début de mois, et des supercellules en fin de mois. On observe d'ailleurs un petit outbreak de 6 tornades qui se sont produites au Nord de la Seine le 20 Octobre 2013 lors d'une traîne très active. Le mois de Novembre a été marqué par plusieurs tornades, dont 4 qui se sont produites le 4 Novembre 2013 entre Charente et la Dordogne ainsi qu'une autre tornade non loin du Havre le 20 Novembre 2013.

Après une année 2013 très orageuse, vient 2014. Autant j'ai connu des orages parfois violents dans mon secteur durant 2013, mais 2014 m'a le plus marqué. Déjà, le premier trimestre de 2014 commence fort on note que ce sont les régions de l'ouest qui ont connu l'instabilité la plus forte, avec un écart à la normale qui est maximal sur le département de la Charente (+155%). Les excédents d'instabilité dépassent +140% sur l'ensemble de la Basse-Normandie, des Pays de la Loire et de Poitou-Charente. On relève pas moins de 12 tornades pendant ce premier trimestre d'ailleurs.
Dés le printemps, les premiers forts orages se produisent avec un QLCS le 7 Avril sur la moitié Nord produisant de fortes rafales de vent. Dans le Sud-Ouest, on observe le premier split de l'année dans le Gers sous une cellule très active. Ensuite, on observe le passage de plusieurs épisodes orageux actifs entre le 21 et 24 Avril sur la moitié Nord qui ont produits des inondations ainsi que de fortes chutes de grêle. C'est dont le Nord du pays qui a été le plus concerné durant ce mois, les orages étaient plus épars ailleurs. Le 19 Mai 2013, la première dégradation orageuse circule entre le Sud-Ouest et le Nord-Ouest par flux de Nord, avec des orages parfois forts accompagnés de grêle jusqu'à 3-4 cm et une activité électrique soutenue. Entre le 20 et le 21 Mai, de nouveaux orages localement violents circulent sur le même axe en s'étendant jusque sur la région Centre, ces orages ont produits de violentes rafales ainsi que de fortes chutes de grêle (ce qui a été le cas par chez moi d'ailleurs). Entre le 22 et le 23 Mai 2013, c'est au tour de l'Est et du Nord-Est du pays de subir le passage de forts orages accompagnés de grêle principalement.
Pas la peine de s'éterniser sur le mois de Juin , avec le fabuleux épisode du 8 et 9 Juin 2014 qui restera gravé encore très longtemps, et où j'ai pu observe une magnifique structure mésocyclonique lors du passage d'une Supercellule à l'Ouest de chez moi en provenance de la Vienne. Après quelques violents orages le 6 et 7 Juin 2014 dans le Sud-Ouest, des orages extrêmes ont circulé entre le Centre-Ouest et le Nord ce 8 et 9 Juin 2014 avec de très grosses chutes de grêle à parfois plus de 10 cm au Nord de la région Centre. Entre le 10 et le 22 Juin 2014, on observe la circulation de nombreux orages parfois violents et grêligènes sur l'Est du pays principalement. Sur la fin du mois, des orages de grêle concernent le Sud-Ouest entre le 23 et le 28 Juin 2014.
Entre le 1er et 4 Juillet 2014, on observe des orages très pluvieux qui concernent le Sud-Ouest avec des crues-éclairs. Le 4 Juillet 2014, des orages parfois forts circulent également sur l'Est du pays et un axe orageux actif se dessine entre le Sud-Ouest et le Nord-Est 2 jours après, le 6 Juillet 2014. Le 18 Juillet 2014, une dégradation orageuse active s'étire entre le Sud-Ouest et les régions Normandes avec de la grêle et de fortes rafales de vent. Le lendemain, 19 Juillet 2014, des orages parfois violents circulent entre le Sud-Ouest et le Nord du pays avec plusieurs Supercellules, et le 20 Juillet 2014, ça se décale sur le Centre-Est et le Sud-Est du pays. Le 24 Juillet 2014, des orages stationnaires apportent de fortes pluies et de la grêle sur le Nord-Ouest. Le 25 Juillet 2014, de nombreux orages concernent le pays avec de nombreuses chutes de grêle et plusieurs tubas, on relève plus de 21 000 éclairs en 12h, j'ai pu observer le passage de plusieurs orages parfois forts dans mon secteur. Le 27 Juillet 2014, des orages diluviens se produisent sur le Nord-pas-de-Calais et le 29 Juillet 2014, c'est un déluge de grêle qui s'abat sur la ville Nice.
Dés le 1er Août 2014, des orages forts et très pluvieux circulent entre le Sud-Ouest et le Rhône-Alpes, avec des coulées de boue au Nord des Alpes. Les orages se généralisent et sont parfois forts entre le 2 et 3 Août 2014 sur le pays. Le 8 Août 2014, c'est une dégradation de grande ampleur qui s'étire du Nord au Sud sous forme de Derecho avec LEWP sur le Sud-Ouest du pays avec des rafales jusqu'à 130 km/h sur le Midi-Pyrénées, j'ai eu l'occasion de chasser en Champagne ce jour avec l'arrivée d'un monstre en face de moi possédant un arcus multi-couches, la ligne s'étirait de Belgique en Espagne sur le radar. 24h après , le 9 Août 2014, de violents orages circulent sur le Centre-Est avec de très fortes rafales de vent. Le 10 Août 2014, c'est sur le Nord et l'Est du pays que se produit de forts orages et plusieurs tornades. Le reste du mois d'Août devient plus calme avec des orages un peu moins nombreux. Entre Septembre et Octobre 2014, on observe encore des orages parfois violents sur pas mal de nos régions. L'automne est marqué par de puissants épisodes pluvio-orageux sur le Sud-Est entre Octobre et Novembre. L'instabilité a été exceptionnelle pendant l'automne, tout comme l'année en elle-même.

A partir de 2015, c'est là que je commence à voir que quelque chose a changé par rapport aux dernières années. On a tout de même un printemps bien orageux sur de nombreux régions entre le Sud-Ouest et le Nord-Ouest mais l'instabilité est tout de même déficitaire de près 40%. La première quinzaine de Juin est tout de même très orageuse avec près de 550 000 éclairs détectés sur le pays durant ces 15 premiers jours. La moitié Nord a été relativement épargné durant cette période saud le 4-5 Juin et le 11-12 Juin. Pour le reste du mois, la situation redevient stable avec l'arrivée d'une vague de chaleur entre le 30 Juin et le 7 Juillet 2015. Durant cette période, on observe tout de même quelques orages épars sur le Nord-Ouest et l'Est du pays. Le 16 Juillet 2015, après un 15 Juillet très chaud avec des températures allant jusqu'à 38-39°c sur de nombreuses régions jusqu'au Centre dont un 41.4°c à Brive-la-Roche (19), des orages parfois violents circulent sur le Sud-Ouest ainsi qu'entre Bourgogne et Nord-Est, où l'on observer un phénomène de heat-burst justement non loin de Troyes. Plusieurs vagues orageuses avec des orages venteux et très pluvieux circulent le 18 Juillet 2015 entre Sud-Ouest et massif central, ainsi qu'au Nord de la Seine. Le 22 Juillet 2015, une forte activité orageuse s'étire entre Pyrénées, massif central et Alpes. Le 24 Juillet 2015, une nouvelle dégradation concerne l'Est du pays alors que des orages ont générés de la grêle et de fortes pluies sur la moitié Nord, dont une tornade dans le Calvados.
La première quinzaine du mois d'Août 2015 a connu le passage de plusieurs épisodes orageux plus ou moins actifs sur certaines régions entre l'Ouest, le Sud-Ouest et l'Est.Le 22 et 23 Août 2015, une dégradation orageuse virulente circule sur le pays. MCS entre Aquitaine et Basse-Normandie, microrafale dans le Cantal, LEWP entre Hérault et Gard,... les orages ont été très violents, causant la mort de 3 personnes. Episode supercellulaire le Nord-pas-de-Calais entre le 29 et 30 Août 2015, ainsi que des orages très venteux jusqu'à 130-150 km/h sur le Sud-Ouest le 31 Août 2015. L'été 2015 a connu une activité orageuse moins fréquente par rapport aux étés précédents. Le nombre de jours avec orage accuse une forte baisse par rapport à l'année 2014. Ainsi, 73 jours d'orage ont été enregistrés, soit 14 jours de moins qu'à l'été 2014. Il s'agit de la seconde valeur la plus basse depuis 2009 derrière l'été 2012.
Septembre 2015 a connu quelques forts orages sur l'Est du pays, mais on observe surtout les premiers épisodes méditerranéen de la saison sur le Sud-Est dés le milieu du mois. Le Sud-Est a encore subi de forts épisodes pluvio-orageux durant le mois d'Octobre.

2016, un printemps fréquemment orageux mais peu de phénomènes violents. Le début du mois de Mai commence plus stable que la normale avec des orages peu généralisés mais localement forts. La journée du 28 Mai 2016 reste la plus orageuse avec plus de 115 000 éclairs détectés en 24h avec des orages localement virulents. Un épisode pluvieux et parfois orageux exceptionnel, faisant suite aux orages du 28 mai s'est abattu sur le nord du pays ces 30 et 31 mai 2016, générant des crues exceptionnelles entre Seine et Cher. Début Juin 2016, on observe de fréquents orages dans le Nord-Est, entre le 22 et 23 Juin 2016, c'est sur le Nord-Ouest que des orages parfois violents se produisent. Des orages parfois virulents ont frappé les abords du Massif Central ainsi que l'Alsace le 24 Juin 2016. Des orages parfois forts ont frappé la région Rhône-Alpes (surtout l'ouest) en fin de journée et soirée du 29 Juin 2016. L'anomalie positive en terme de fréquence par rapport à la moyenne des 7 dernières années (depuis 2016 donc) est très marquée sur le nord et l'est de la France. Il s'agit du mois de juin le plus orageux entre la Normandie, les Hauts-de-France, les régions du nord-est et l'Ain. A contrario, on note un léger déficit d'orages sur les régions proches de la Méditerranée et dans le Sud-Ouest.
Sur le mois de Juillet 2016, ça reste relativement peu actif malgré quelques dégradations à la suite de plusieurs coups de chaleur. Une dégradation orageuse a concernée les régions des Pyrénées aux Alpes. Des orages parfois bien pluvieux ont balayé une grande partie du pays le 20 Juillet 2016 . De fortes rafales de vent ont été observées isolément dans le Nord-Est. Le 22 Juillet 2016, une dégradation orageuse de grande ampleur a balayée toutes les régions qui s'étirent des Pyrénées à la Bourgogne et aux frontières du nord-est. Les lames d'eau ont localement dépassé 100 mm en peu de temps, et des chutes de grêle isolément fortes ont été observées. L'anomalie négative en terme de fréquence par rapport à la moyenne des 7 dernières années est très marquée sur le Nord-Ouest et le Centre-Ouest de la France. Il s'agit de l'un des mois de Juillet les moins orageux sur ces régions depuis 2009.
Le début de mois d'Août est extrêmement stable, ensuite, c'est quelques forts orages assez localisés qui se sont produits, mais rien de significatif. L'été 2016 a connu une activité orageuse moins fréquente par rapport aux étés précédents. Le nombre de jours avec orage accuse encore une baisse par rapport à l'été 2015 déjà déficitaire. Ainsi, 70 jours d'orage ont été enregistrés, soit 9 jours de moins par rapport à la moyenne 2009-2015. Il s'agit de la valeur la plus basse depuis 2009. L'activité orageuse s'est révélée très irrégulière durant l'été, allant decrescendo. Après un mois de Juin conforme aux dernières années passées, les orages ont commencé à devenir moins fréquents en Juillet, surtout sur le quart Nord-Ouest, et encore moins fréquents en Août avec un déficit d'orages généralisé. D'une manière relativement classique en cette saison, on rencontre un nombre maximal de jours avec orage près des reliefs. On a encore observé de violents épisodes pluvio-orageux sur le Sud-Est durant l'automne, avec des épisodes où il a pu être relevé entre 400 et 500 mm près des Cévennes.

2017 on voit que l'activité orageuse est beaucoup moins intense que les années passées, le printemps reste relativement calme. A échelle nationale, le printemps 2017 présente une instabilité très légèrement supérieure à la normale avec un excédent de +9%. Le mois de Juin est plutôt calme et stable avec des orages plutôt dispersés et localement forts. La première quinzaine de Juillet présente une bonne activité orageuse entre le Nord-Est et le Centre-Est, des orages forts à violents éclatent sur la Bretagne, la Normandie et le Sud-Ouest le 18 Juillet 2017. Le 22 et 30 Juillet 2017, de nouveaux orages forts se produisent sur le Centre-Est. Une forte dégradation orageuse sévit entre les Pyrénées et les Alpes entre le 7-8 Août 2017, et une seconde se produit avec de fortes chaleurs le 30 Août sur l'Est du pays. L'été 2017 a connu une activité orageuse moins fréquente par rapport aux étés précédents. Le nombre de jours avec orage accuse encore une baisse par rapport à l'été 2015 déjà déficitaire. Ainsi, 79 jours d'orage ont été enregistrés, soit une valeur tout à fait conforme à la moyenne 2009-2016.

2018, je la considère comme une année transitoire puisque l'été 2018 a connu une activité orageuse bien plus fréquente que la moyenne des étés précédents. Le nombre de jours avec orage est en nette hausse par rapport à l'été 2017. Ainsi, 90 jours d'orage ont été enregistrés, soit une valeur très supérieure à la moyenne 2009-2017. Le printemps a été très orageux, le mois de Mai 2018 qui s'est achevé a été exceptionnellement orageux sur la France, notamment dans l'Est et le Nord où les anomalies par rapport à ces 10 dernières années sont impressionnantes en terme de fréquence des orages. Le mois de Juin reste plutôt calme malgré quelques passages localement actifs entre le Sud-Ouest et le Centre-Est, le mois de Juillet présente une activité orageuse un peu plus importante mais pas généralisée, ça reste assez local entre le Sud-Ouest et le Centre-Est une nouvelle fois. Le mois d'Août a connu 2 périodes orageuses, des orages virulents se sont déclenchés en fin de journée du 12 août sur les Pyrénées puis ont gagné l'Occitanie en soirée et nuit suivante en provoquant de fortes rafales de vent. En fin de nuit suivante, les orages ont été forts sur la Provence. Et le 28 Août 2018, après une chaude journée, une dégradation orageuse s'est amorcée par l'Aquitaine en début de soirée et a progressé vers le Nord la nuit suivante avec de très fortes rafales de vent.

2019, c'est à partir de là qu'on voit que quelque chose à tout de même changé. Les orages restent peu généralisés mais tout de même violents par moments, comme par exemple le soir du 19 Juin à Toulouse ou il a été relevé 137 km/h au passage de l'orage. Juin 2019 a été marqué par la grosse vague de chaleur où il a fait 45.9°c dans le Gard, qui a constitué le nouveau record de chaleur national. Le 1er et 6 Juillet, on a pu observer quelques forts orages sur le Centre-Est, avant un nouvel épisode caniculaire intense en fin de mois. Le mois d'Août a connu peu d'activité orageuse. Cet été 2019 se révèle contrasté, surtout très orageux dans le Centre-Est.

Et puis bah 2020, voilà quoi, je pense qu'il ne vas p y avoir grand chose à dire 

Link to post
Share on other sites
Posted
Massif du Hohneck, 1220m
Il y a 4 heures, DoubleKnacki a dit :

 

 

Mais après tout, c'est peut-être différent pour le " 67 ".

 

A vrai dire, je ne me pose plus tant de questions. Et non ça n'est probablement pas différent pour le 67 ou le sud-ouest, pas plus que pour n'importe quel autre endroit sur terre: pour avoir des orages faut un cocktail bien dosé, un timing si possible bien ficelé, et, reconnaissons le aussi, un peu de chance. Les deux premiers, ils sont censés être produits à moment donné assez facilement en saison chaude par notre climat français au sens large. Pour le troisième, quand on rate le premier round, on dit qu'on se rattrapera au second, ou au troisième au pire.

Maintenant, qu'il fasse un peu trop frais, que les températures soient de saison, ou que l'on soit 10°c au-dessus, que le changement de masse d'air se fasse à 10h du mat, à 15h, ou le soir après 18h, voire la nuit, ça ne change plus rien cet été, et la plupart des derniers aussi. Y'a toujours un vent sorti d'on ne sait où qui vient pomper l'énergie avant que le spectacle ne commence, un nuage qui passe devant le soleil à 10h15 et qui symboliquement fout en l'air à lui tout seul toute chance de dégradation orageuse ultérieurement dans la journée...

Quant à la chance, j'en parle pas ;)

 

Je ne vais pas non plus absolument dire que c'était mieux avant. Il y a eu des périodes de disette depuis trente ans niveau orages, je crois juste avoir d'excellents souvenirs estivaux de belles journées chaudes qui s'enchaînaient, au bout de la troisième ça pétait sur le relief, la quatrième ou la cinquième ça commençait à déborder sur les plaines, et ensuite on avait droit à une dégradation orageuse qui traversait la région. Ce n'était pas le schéma type du déroulement complet d'un été classique non plus, juste le genre de trucs qu'il fallait s'attendre à pouvoir observer au moins une fois par mois, sinon deux.

On dit que la mémoire est sélective, que rien n'a changé ou presque en terme de fréquence, que les années 90 étaient d'excellentes années à orages estivaux. On dit que le voisin n'en sait pas plus que nous, et que souvent même il dit des conneries.

Cycles ou pas, peu importe, c'est pas pour rien que la fascination pour la météo, en tant qu'ado, m'est venue en été, précisément à observer les orages. De loin quand ça n'était pas possible de près.  Ca je m'en souviens parfaitement par contre.

J'espère juste le zéro pointé niveau orage pour juillet 2020 en ce qui me concerne, tant qu'à faire dans le record négatif, allons-y gaiement!

 

 

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Quentin-de-Baron (33) & parfois Dax (40)

Zéro pointé ici aussi... 😌

 

Même si je suis un peu dur... car je compte 3 passages de bruines ici depuis le début du mois pour un total de 1.2 mm..

 

Quand j'étais plus jeune (bon je ne suis pas si vieux que ça, mais quand même 😆), je me souviens de certains étés dans les années 90 et début des années 2000, avec des mois de juin, juillet et août, ne comptant parfois pas plus de 3 ou 4 dégradations orageuses au total (ici dans le secteur) et parfois, des mois de juillet et août, avec seulement une ou deux bouffées orageuses. Après, à cette époque-là et jusqu'en 2001, je ne pouvais pas bouger et de ce fait, je ne peux pas non plus réduire mes souvenirs seulement à l'endroit où je vivais, puisque, sans aucun doute, j'ai dû certainement rater un bon nombre d'autres épisodes orageux, me passant plus ou moins à distance.

 

J'ai juste " l'impression " que les seules vraies occurrences orageuses depuis quelques années maintenant, se produisent entre avril et juin (voire dès mars) et parfois en septembre, mais du côté de juillet et août, c'est devenu beaucoup plus rare, en dehors d'une dégradation passagère à la JCD ou, en comptant néanmoins souvent sur un clap de fin, vers fin d'août (qui se produit quasiment tous les ans).

 

Mon hypothèse (sans certitudes, je le précise), serait due à des printemps globalement plus réchauffés (et sur ça, je n'invente rien je crois 😅), avec ainsi des advections d'air chaud certes pas forcément durables mais plus massives qu'autrefois, permettant en complément des conflits de masse d'air souvent et habituellement bien marqués en cette saison, d'obtenir des dégradations orageuses parfois tout à fait dignes de la saison estivale... et durant l'été, une ceinture anticyclonique souvent un peu plus haut perchée qu'elle ne devrait être, en combinaison d'advections plus ou moins brûlantes et trop " sèches " et la diminution de la dynamique liée à des GF ou des talwegs pas forcément moins nombreux, mais peinant à plonger ou se positionner à proximité du pays et à balayer nos contrées avec vigueur. Même si c'est la récurrence depuis début juillet qui veut aussi ça, on peut noter le nombre de fois où le moindre talweg, la moindre GF et le moindre système dépressionnaire modélisés, ont été finalement repris, affaiblis ou éjectés dans le flux bien trop au Nord du pays ou, arrivons dans un état plus que pitoyable...

 

Maintenant, il faut un alignement des astres totalement parfait, accompagné du passage de Superman et d'un astéroïde pour obtenir un minimum d'animation orageuse.

 

Il reste août pour inverser la tendance... 🤔, sans quoi on va devoir les prochains étés, se reconvertir en chasseur de bruines, de cirrus, de traînées d'avion crénelées ou d'altocumulus instables, ne précédant aucune dégradation orageuse... 

Edited by DoubleKnacki
Link to post
Share on other sites

Ca ne risque pas de s'arranger en France, si l'on en croit cette figure tirée d'un papier comparant le nombre de jours par an avec des environnements instables précipitant durant la période de référence 1971-2000 (figure a) aux futurs scénario de réchauffement global RCP4.5 (figures du milieu).

Seul le scénario RCP8.5 a des conditions comparables à la période de référence pour la période 2071-2100 - certes avec une forte incertitude - mais je ne suis pas sûr que RCP8.5 soit un scénario bénéfique de toute manière... 

1665100435_ScreenShot2020-07-29at19_58_44.thumb.png.f1c63a8532ad72eada2bf5937da4a777.png

  

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Aubagne (Les Passons, à l'est) (13400)

Par rapport à la première carte de Keraunos présentée par @Météodu37 : sans même parler d'orages, ce juillet a compté très très peu de convection au-delà du stade du Cu médiocris sur le massif de la Sainte Baume. Certes, c'est hyper localisé et c'est moins flagrant sur une période de plusieurs étés. À consulter les modèles très régulièrement, ce n'est pas un problème de températures, d'instabilité ou de forçages (les brises diurnes de sud butent systématiquement sur ce massif allongé W-E et dépassant les 1000 m à une 15aine de km du littoral) mais le plus souvent un manque d'humidité.

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Smercz a dit :

Ca ne risque pas de s'arranger en France, si l'on en croit cette figure tirée d'un papier comparant le nombre de jours par an avec des environnements instables précipitant durant la période de référence 1971-2000 (figure a) aux futurs scénario de réchauffement global RCP4.5 (figures du milieu).

Seul le scénario RCP8.5 a des conditions comparables à la période de référence pour la période 2071-2100 - certes avec une forte incertitude - mais je ne suis pas sûr que RCP8.5 soit un scénario bénéfique de toute manière... 
 

 

Tu as la légende de la carte ?  J'ai l'impression que les scénarios futurs sont plutôt en delta par rapport à l'historique : l'échelle part du négatif et va beaucoup moins haut.

Du coup ce serait au pire stable, et augmentation significative en RCP8.5.

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Ah pardon, tu as raison. Merci pour cette réflexion. C'est bien l'écart à la période de référence. Et c'est le nombre d'environnements instables et précipitants, pas le nombre de jour. Je suis passé vite et je n'ai même pas remarqué les valeurs négatives. Au temps pour moi.

 

Dans ce cas, ça signifie que le nombre d'environnements favorables va rester constant en France à court terme dans RCP4.5, et va augmenter à court et moyen terme dans RCP8.5 (un peu en France, et surtout sur l'Europe Centrale/sud).

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...