Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Zeltz

Un modèle simple du réchauffement climatique.

Recommended Posts

Posted (edited)

Location : guyane

Je ne suis pas climatologue, ni de près ni de loin. Mais en tant que mathématicien (en maths appliquées), je me pose des questions sur le bien-fondé théorique des modèles climatiques utilisés par le GIEC.

C'est d'ailleurs pourquoi j'ai essayé de mon coté d'en mettre un au point, beaucoup moins ambitieux, mais à mon avis bien plus satisfaisant sur le plan théorique, notamment par rapport au problème de l'évolution chaotique des systèmes dynamiques non linéaires.

Si vous voulez en prendre connaissance, vous le trouverez sur ce lien:

http://modeleclimatique.canalblog.com/archives/2019/06/12/37424134.html

C'est avec plaisir que je répondrai à vos  questions, remarques ou objections éventuelles sur ce modèle, soit sur ce forum,  soit directement sur le lien donné, en commentaires du modèle.

Edited by Zeltz
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

N’étant pas spécialiste des modèles climatiques et encore moins de mathématique je me pose des  questions sur votre idée.

Vous dites vouloir simplifier les modèles climatiques car trop complexes ils limitent la qualité des prévisions, c'est bien cela  ?

Vous dites que les modèles sont construit par observation, a bon je croyais benoîtement qu'ils étaient basés sur nos connaissances en physiques.

Il me semblait aussi avoir compris que les différences de prévisions des modèles étaient en grande partie du aux estimations future d’émissions de gaz a effet de serre par définition inconnues.

Et votre modèle arrive t'il a reconstruire les observations passées sans correction comme vous le reprochez aux modèles  ?

D’ailleurs en quoi c'est une remise en question du modèle que d'y introduire des données telles que les éruptions volcaniques ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane

Bonsoir,

 

Mon modèle ne reconstruit pas les observations passées: il est fondé sur la moyennisation du passé, pour être précis de la période 1970 à maintenant. C'est en cette moyennisation qu'il intègre tout ce qui a pu se passer sur cette période: cycles solaires, cycles marins, volcans, augmentation des GES, etc..., et qui a une forte probabilité de se reproduire plus ou moins identiquement dans les périodes de mêmes longueurs qui suivent  (notamment la période qui concerne les 3 ou 4 générations qui viennent). La seule donnée changante ou du moins pouvant changer (ça dépend de la prise de conscience de l'humanité) étant ce qui concerne les émissions de GES.

Les modèles actuels (= ceux du type utilisé par le GIEC et nécessitant des super-calculateurs) sont bien sûr fondés sur la physique et ses équations, mais c'est bien par l'observation tous azimuths que sont ajustés les paramètres et tout ce que le maillage (de plusieurs dizaines de km) ne permet pas d'intégrer dans le calcul explicite. Notamment ce qui concerne les nuages. C'est un peu et même beaucoup  de "l'artisanat" et ça explique en grande partie la dispersion importante des résultats finaux donnés, cela en se plaçant pourtant avec les mêmes hypothèses d'émissions futures de GES.

Et dernier point, le flot dynamique que constitue l'évolution du climat est certainement  un flot chaotique, où les erreurs initiales aussi petites soient-elles, s'amplifient exponentiellement. Les modèles du GIEC ne peuvent éviter cela, par conception.

Je prétends que mon petit modèle à 3 balles n'a pas tous ces défauts. Et mon blog essaie de le montrer et le prouver, étape après étape. Je suis en train de rédiger la justification de ce point capital: à mon avis, mon modèle évite ou plutôt contourne le problème de l'évolution chaotique, contrairement à ceux du GIEC et consorts.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79

Bonsoir, 

 

Pour faire plus court, vous mettez en cause les projections des modèles du GIEC? pas modérateur, mais on finira par vous dire qu'ici, on ne remet pas en cause ce qui est communément admis par la communauté scientifique.

 

Une citation que vous faites en intro:

"«Il y a un problème de crédibilité des modèles de changements climatiques et des prédictions qui en sont déduites"

 

 

Et votre conclusion de l'article:

"CONCLUSION: Si on veut que l'humanité ne se lance pas à l'aventure à partir d'une mauvaise analyse des problèmes, il faut absolument et rapidement mettre au point un modèle n'ayant aucun, ou le moins possible, de ces défauts majeurs. C'est l'objet du travail dont nous rendons compte étape après étape sur ce blog."

 

Autre exemple plus concret, se servir d'un article du blog de Meteor pour justifier du fait de ne prendre en compte que les nuages bas m'interpelle.

N'y voyez rien de méprisant, mais je m'interroge sur le fait que vous seriez entré par une petite porte pour tenter de minimiser le RCA d'une manière ou d'une autre, quitte à citer quelqu'un qui n'a pas compris le fonctionnement des modèles.

 

Si vous ne voyez pas que les observations rendent chaque jour un peu plus crédible les modèles et leurs projections, alors je ne vois pas ce que vous venez faire ici.  Entre dire que des axes d'amélioration existent, ce dont personne ne doute, en essayant de les dégager à partir de vos connaissances mathématiques, et mettre en cause la crédibilité des modèles... il y a une énorme marche. 

 

 

Edited by sebb
  • J'aime 2
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : guyane

A Sebb,

 

Je suis dans un forum scientifique, non? Tout ce qui y est argumenté avec bonne foi scientifique mérite donc d'être pris en compte. On n'est pas dans une Eglise ni une secte.

C'est un fait que personne ne peut contester que les modèles pris en compte par le GIEC, entre autres inconvénients,  donnent des résultats très différents (3°C c'est très différent) en se plaçant dans les mêmes hypothèses d'émission de GES.

J'ai donc essayé d'en analyser les raisons et  j'ai tenté de mettre au point un modèle qui puisse éviter d'avoir ces défauts. Je ne dis pas que j'ai forcément raison, mais si j'ai raison, il vaudrait mieux tout de même que puisse être pris en compte ma réflexion, il me semble.

Déjà en commençant par ne pas me faire de procès d'intention sur l'objet véritable de ma démarche,

Car le doute et ce qui amène au doute ne doit jamais être craint en sciences, c' est  par le doute que la science a toujours progressé.

Edited by Zeltz
coquille
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

Ton discours est en train de cocher toute les cases de la carte du bingo climato-sceptique...

Et je le sentais dès ton premier message, linkant ton blog, raison pour laquelle il a mis tant de temps à être validé!

 

Petit rappel de la charte, histoire de t’éclaircir certains points...

 

Citation

 

D'autre part, une attention toute particulière portera sur la source des articles soumis ou servant de support aux messages de réponse apportés par les membres. De fait, il convient en particulier:

 

  • de citer les sources,
  • de ne pas remettre en cause les bases de la connaissance physique et thermodynamique communément admise par la communauté scientifique,
  • de ne pas se faire l'écho d'un article, d'une idée, d'un site internet, d'une vidéo etc... relayant des idées scientifiquement non admises en peer-review (le peer-review étant ce qui définit la frontière entre la science et la non-science)

Tout cela sachant que toute idée scientifique peut être remise en cause, car la science est le contraire d'un dogme, mais cela doit passer par le contrôle habituel et normal des pairs en peer-review.

 

 

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane

Précise. Car je ne vois pas en quoi je suis "bingo climato-sceptique" puisque je pense que le réchauffement actuel provient des emissions de GES.

Simplement, en tant que mathématicien et pour des raisons que j'ai clairement exprimées, je pense que les modèles du GIEC ont à la base de gros défauts.

Mon modèle tente d'y remédier à sa façon.

 

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Zeltz a dit :

A Sebb,

 

Je suis dans un forum scientifique, non? Tout ce qui y est argumenté avec bonne foi scientifique mérite donc d'être pris en compte. On n'est pas dans une Eglise ni une secte.

C'est un fait que personne ne peut contester que les modèles pris en compte par le GIEC, entre autres inconvénients,  donnent des résultats très différents (3°C c'est très différent) en se plaçant dans les mêmes hypothèses d'émission de GES.

J'ai donc essayé d'en analyser les raisons et  j'ai tenté de mettre au point un modèle qui puisse éviter d'avoir ces défauts. Je ne dis pas que j'ai forcément raison, mais si j'ai raison, il vaudrait mieux tout de même que puisse être pris en compte ma réflexion, il me semble.

Déjà en commençant par ne pas me faire de procès d'intention sur l'objet véritable de ma démarche,

Car le doute et ce qui amène au doute ne doit jamais être craint en sciences, c' est  par le doute que la science a toujours progressé.

L’écart de 3°C ne vient pas, il me semble, des incertitudes physiques des modèles mais des  scénarios d'émission de gaz a effets de serre, quelqu’un pour confirmer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pau, parfois Médan (78)

Si j'ai bien compris, ce modèle simplifié ignore entre autres certains effets rétroactifs, par exemple, la modification des courants marins, de la couverture de glace, des précipitations, etc.

Il y a 13 heures, Zeltz a dit :

Et dernier point, le flot dynamique que constitue l'évolution du climat est certainement  un flot chaotique, où les erreurs initiales aussi petites soient-elles, s'amplifient exponentiellement. Les modèles du GIEC ne peuvent éviter cela, par conception.

Ignorer un paramètre c'est potentiellement une "erreur initiale" plus importante qu'un paramètre pris en compte, mais de façon erronée (ou mal traité plus tard).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

Rien qu'en lisant le titre " Un modèle simple du réchauffement climatique "  je suis très circonspect ! 9_9

 

D'ailleurs ça serait intéressant de savoir ce qu'en pense nos spécialistes "maison" du forum qui se reconnaitront :$

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aubenas en Ardèche méridionale

euh bon moi je suis juste un paysan féru de sciences mais incompétent en la matière mais en lisant ce topic je me dis que puisqu'on est tous d'accord pour dire 

que ce sont les GES qui provoque le RC, l'important ce serait plutôt de trouver comment réduire les émissions, et de trouver comment s'adapter non ?

savoir que ça va grimper de 2, 3 ou 4°C c'est intéressant mais ça ne resout rien. 

on va se retrouver tous grillés comme des saucisses avec des récoltes foutues mais on sera fier de nous car on aura bien anticiper la hausse de T°....

et de toutes façons, il y aura toujours des écarts entre prévisions et réalité vu qu'il y a encore forcément des facteurs qui nous échappent, sachant la complexité vertigineuse du fonctionnement de notre planète et de tout ce qui s'y trouve (sans parler des facteurs extérieurs comme par exemple l'activité solaire)

voilà c'était ma pensée du jour...

bon appétit,  bonne journée (et bonne canicule) 

  • J'aime 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Ouais mais j'ai encore plus simple en adoptant la même "philosophie".

Si on prend le passé récent et que rien ne change dans les émissions et qu'on suppose que cela réagit pareil, la tendance linéaire actuelle étant de 0.18°C/décennie, la température augmenterait de 2.7°C, en 2120 par rapport à 1970, soit quasi exactement la valeur trouvée dans le premier graphe...

Pourquoi on s'embête franchement?

Edited by meteor
  • J'aime 4
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane
Il y a 7 heures, echazarenc a dit :

L’écart de 3°C ne vient pas, il me semble, des incertitudes physiques des modèles mais des  scénarios d'émission de gaz a effets de serre, quelqu’un pour confirmer ?

Le graphique suivant qui vient du climatologue Florent BRIENT (élève de Sandrine BONY, l'une des rédactrices principales du dernier rapport du GIEC) montre les résultats de 29 modèles, avec tous les mêmes hypothèses. Il y a bien une différence d'environ 3°C en 2100 entre les extrèmes.

 

cm

 

Il y a 4 heures, yellowstone a dit :

Si j'ai bien compris, ce modèle simplifié ignore entre autres certains effets rétroactifs, par exemple, la modification des courants marins, de la couverture de glace, des précipitations, etc.

Ignorer un paramètre c'est potentiellement une "erreur initiale" plus importante qu'un paramètre pris en compte, mais de façon erronée (ou mal traité plus tard).

Non, vous avez mal compris. Mon modèle n'ignore rien de tout cela puisqu'il est basé sur une moyennisation de tout ce qui s'est passé entre 1970 et maintenant, période qui correspond à la montée en température suite aux emissions de GES et qui est suffisamment longue pour intégrer tous les cycles (solaires, courants marins, ) et les événements aléatoires (elNino, volcans, etc...)

 

il y a 28 minutes, meteor a dit :

Ouais mais j'ai encore plus simple en adoptant la même "philosophie".

Si on prend le passé récent et que rien ne change dans les émissions et qu'on suppose que cela réagit pareil, la tendance linéaire actuelle étant de 0.18°C/décennie, en 2120 par rapport à 1970 la température augmenterait de 2.7°C, soit quasi exactement la valeur trouvée dans le premier graphe...

Pourquoi on s'embête franchement?

C'est exactement ce que fait mon modèle quand il est placé dans l'hypothèse où les émissions de GES continuent à croitre de la même manière que pour la période 1970-2019. En rajoutant toutefois en plus l'effet régulateur (de type prédateur-proie) provoqué par l'augmentation des nuages bas suite à l'évaporation supplémentaire. (voir mon blog pour la justification).

Ce n'est pas parce que le modèle est simple qu'il est forcément faux. 

Et ce n'est pas parce qu'il extrêmement complexe et nécessite de faire tourner des jours durant des hyper-calculateurs qu'il est forcément juste.

 

Il y a 2 heures, boubou07 a dit :

euh bon moi je suis juste un paysan féru de sciences mais incompétent en la matière mais en lisant ce topic je me dis que puisqu'on est tous d'accord pour dire 

que ce sont les GES qui provoque le RC, l'important ce serait plutôt de trouver comment réduire les émissions, et de trouver comment s'adapter non ?

savoir que ça va grimper de 2, 3 ou 4°C c'est intéressant mais ça ne resout rien. 

on va se retrouver tous grillés comme des saucisses avec des récoltes foutues mais on sera fier de nous car on aura bien anticiper la hausse de T°....

et de toutes façons, il y aura toujours des écarts entre prévisions et réalité vu qu'il y a encore forcément des facteurs qui nous échappent, sachant la complexité vertigineuse du fonctionnement de notre planète et de tout ce qui s'y trouve (sans parler des facteurs extérieurs comme par exemple l'activité solaire)

voilà c'était ma pensée du jour...

bon appétit,  bonne journée (et bonne canicule) 

Mon frangin, qui est aussi plus ou moins paysan, est encore plus direct que vous. Il me dit: tes prévisions on s'en fout, puisque de toutes façons en 2120 on sera tous en train de manger les pissenlits par les racines!

Certes. Mais il est bon de connaitre le long terme avec précision pour pouvoir adapter avec précision et sans excès préjudiciable les efforts que l'humanité doit faire pour retrouver une température modérée.

  • J'aime 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pau, parfois Médan (78)
il y a une heure, Zeltz a dit :

Non, vous avez mal compris. Mon modèle n'ignore rien de tout cela puisqu'il est basé sur une moyennisation de tout ce qui s'est passé entre 1970 et maintenant, période qui correspond à la montée en température suite aux emissions de GES et qui est suffisamment longue pour intégrer tous les cycles (solaires, courants marins, ) et les événements aléatoires (elNino, volcans, etc...)

Faisons une métaphore.

Prenons une voiture et un conducteur, avec la certitude qu'il va continuer à appuyer sur la pédale de l'accélérateur.

On peut faire une moyennisation de son accélération (ou déplacement, ou parcours, etc.), sachant que le conducteur ne va pas être parfaitement constant, les conditions de la route, du vent vont être variables, avec quelques obstacles mineurs de temps à autres sur une période suffisamment longue. Avec cette information et quelques formules basiques, il semble possible calculer le déplacement, accélération, etc. du véhicule avec une certaine fiabilité.

Le hic, ce sont les effets rétroactifs, qui n'ont pas été prévus par ce modèle simplifié de déplacement du véhicule. Par exemple, au delà d'une certaine vitesse, un pneu éclate. Ou une portière se détache. Ce n'est pas dans la "moyennisation", et ce n'est pas prévisible par le modèle simplifié.

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane
il y a 15 minutes, yellowstone a dit :

Faisons une métaphore.

Prenons une voiture et un conducteur, avec la certitude qu'il va continuer à appuyer sur la pédale de l'accélérateur.

On peut faire une moyennisation de son accélération (ou déplacement, ou parcours, etc.), sachant que le conducteur ne va pas être parfaitement constant, les conditions de la route, du vent vont être variables, avec quelques obstacles mineurs de temps à autres sur une période suffisamment longue. Avec cette information et quelques formules basiques, il semble possible calculer le déplacement, accélération, etc. du véhicule avec une certaine fiabilité.

Le hic, ce sont les effets rétroactifs, qui n'ont pas été prévus par ce modèle simplifié de déplacement du véhicule. Par exemple, au delà d'une certaine vitesse, un pneu éclate. Ou une portière se détache. Ce n'est pas dans la "moyennisation", et ce n'est pas prévisible par le modèle simplifié.

Sauf si la période prise en compte pour bâtir la prévision est suffisamment longue pour que même des évènements aussi improbables s'y soient déroulés (enfin, pour qu'une portière se détache, c'est que la voiture est plutôt rouillée et en fin de vie, donc un tel événement aurait pour conséquence qu'on peut prévoir que la bagnole va bientôt devoir aller à la casse😪)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : La-Chapelle-Saint-Florent (49)
Citation

C'est d'ailleurs pourquoi j'ai essayé de mon coté d'en mettre un au point, beaucoup moins ambitieux, mais à mon avis bien plus satisfaisant sur le plan théorique, notamment par rapport au problème de l'évolution chaotique des systèmes dynamiques non linéaires.

 

C'est bien, très bonne initiative, mais vous n'êtes pas dans le bon lieu là, la suite maintenant c'est de publier ça dans une revue à comité de lecture et passer le contrôle des pairs. Personne n'a les qualifications ici pour faire un travail de relecture d'un article à visé scientifique. Et si vous ne le faites pas et bien vous resterez un "génie" incompris qui s'ignore, mais qu'on se doit d'ignorer aussi d'ailleurs, du moins sur un forum tel qu'infoclimat (rien ne vous empêche de publier ce que vous voulez sur votre blog).

 

Revenez quand ça sera fait, car en attendant Infoclimat n'est pas le concours Lepine des théories personnelles de chacun et c'est un peu à ça que ça ressemble en l'état, désolé de vous le dire.

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons
Il y a 2 heures, Zeltz a dit :

 

Certes. Mais il est bon de connaitre le long terme avec précision pour pouvoir adapter avec précision et sans excès préjudiciable les efforts que l'humanité doit faire pour retrouver une température modérée.

Ah bon ! Parce qu'on ne sait pas encore les efforts que l'humanité doit faire et qu'on doit encore attendre avant d'agir !! :ph34r:

Avec cette phrase je pense avoir compris la principale motivation d'avoir créé ce topic .

  • J'aime 5
  • Merci 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : guyane
Il y a 4 heures, bernardt60 a dit :

Ah bon ! Parce qu'on ne sait pas encore les efforts que l'humanité doit faire et qu'on doit encore attendre avant d'agir !! :ph34r:

Avec cette phrase je pense avoir compris la principale motivation d'avoir créé ce topic .

C'est une manie pour certains ici de faire des procés d'intention, ou quoi?!

Entre devoir baisser de 0,01 ppm par an ou de 0,02 ppm par an (pour donner deux exemples) les émissions de GES pour devoir retrouver une température modérée à la fin du siècle, il y a une grosse différence, et il vaut mieux le savoir.

Le premier cas pourra par exemple être satisfait seulement si l'humanité diminue de moitié sa consommation de pétrole et de charbon, le second cas par contre pourra peut-être demander de devoir y renoncer complétement.

Ce n'est pas du tout la même contrainte et il est bon de le savoir et de le prévoir

Edited by Zeltz
réalisme des chiffres donnés
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane
il y a 42 minutes, Damien49 a dit :

 

C'est bien, très bonne initiative, mais vous n'êtes pas dans le bon lieu là, la suite maintenant c'est de publier ça dans une revue à comité de lecture et passer le contrôle des pairs. Personne n'a les qualifications ici pour faire un travail de relecture d'un article à visé scientifique. Et si vous ne le faites pas et bien vous resterez un "génie" incompris qui s'ignore, mais qu'on se doit d'ignorer aussi d'ailleurs, du moins sur un forum tel qu'infoclimat (rien ne vous empêche de publier ce que vous voulez sur votre blog).

 

Revenez quand ça sera fait, car en attendant Infoclimat n'est pas le concours Lepine des théories personnelles de chacun et c'est un peu à ça que ça ressemble en l'état, désolé de vous le dire.

Je vous signale que je ne fais ici  que répondre aux questions qui me sont posées. Si on me les pose c'est que ceux qui me les posent se les posent et attendent avec intérêt ma réponse. Comme je l'ai dit dès le départ, la description de mon modèle est donnée sur mon blog, et non ici,  et s'y developpe d'ailleurs encore, étape après étape.

Mais je pense que les intervenants de ce forum peuvent être interessés puisque le sujet de mon blog colle exactement au thème  "évolution du climat".

D'où mon initiative de le présenter sur ce forum.

Ceci dit, je n'oblige personne à aller voir mon blog et je n'oblige pas non plus ceux qui ont éprouvé le besoin d'aller le voir de réagir et de me poser des questions ici.

Mais par correction, j'y répondrai toujours, du moins si on me laisse y répondre.

 

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Montpellier, mas drevon

Salut ! J'aime bien ta démarche, que certains ont du mal à cerner. 

Voilà ce que j'en pense. Les modèles actuels utilisés pour les projections climatiques reposent sur l'ensemble des paramètres connus influant sur le climat. Que ce soit les equations de la physique (circulation, thermodynamique, rayonnement) l'impact de la biogeochimie ou des aérosols tout est étudié et son effet connu ... à une incertitude près. D'autres paramètres d'échelle inférieure à la maille du modèle sont parametrisés. La convection atmosphérique, la turbulence, les nuages... Tout cela amène à des incertitudes.

On connaît bien l'émission de GES, l'augmentation de leur concentration dans l'atmosphère, l'impact de la cryosphere ou même l'absorption de l'énergie par l'océan. Mais en terme de contribution radiative des nuages, des aérosols et de la biosphère continentale on y connaît presque rien ! 

 

Le problème c'est que les modèles prennent en compte ces paramètres incertains et quand vous additionnez 10% d'erreur plus 5% plus 20% ben ça devient conséquent. Le système terre est par définition non linéaire donc chaotique. Une erreur de départ c'est une erreur plus grande à l'arrivée. Les différents scénarios sont issus de modèles différents avec des parametrisations différentes dans les gammes de valeurs estimées via leurs incertitudes. Mais on se rend compte que l'on observe avec le scénario 8.5 une augmentation 3.5+-2 degrés, ce qui représente 60% d'erreur ! Rien que ça. 

 

Et la démarche que tu propose vise à prendre en compte la résultante de tous ces paramètres dans le signal moyen en estimant certains paramètres. Le fait de faire une moyenne va réduire l'incertitude sur l'état et l'évolution actuelle sans se soucier de qui fait quoi. Modèle que tu vas considérer comme théoriquement rigoureux qui va mener à un état moyen en rentrant les paramètres d'entrée. Une approche différente. Sait on si dans le futur certains phénomènes actuels vont se comporter pareillement avec une énergie fournie différente ? 

Tes simulations semblent dans le même ordre de grandeur que celles réalisées par le GIEC aux incertitudes près. Il faudrait calculer une incertitude sur les données actuelles que tu utilise également. 

Edited by adri34
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Dax (40)

J'imagine qu'intellectuellement parlant la démarche intéressante au moins à titre personnel. Néanmoins, ce qui me paraît extrêmement illusoire, c'est de penser qu'on peut arriver à un résultat plus fiable en partant d'un modèle simplifié. Le principe même d'une simplification, c'est de réaliser une estimation / simulation moins complexe (et quelque part atteignable), en acceptant l'idée que cela engendre nécessairement une perte de fiabilité - le tout étant que la marge d'erreur soit considérée comme acceptable au regard de ce qu'on veut en faire.

 

Si on pouvait parvenir à un résultat plus fiable en ignorant ou en moyennant / diluant un certain nombre de paramètres au motif que cela devient trop compliqué, on ne se serait jamais cassé les c... à complexifier les modèles climatiques et/ou météorologiques. C'est vrai tant pour le climat (prévisions de l'état global de l'atmosphère en 2060) que pour la météorologie (combien il fera à Cosne sur Loire en Tn après-demain). Personnellement, je n'ai jamais vu nulle part que moyenner entre elles des incertitudes indépendantes permettait in fine de les réduire.

 

L'idée de faire un "mini-modèle" n'est certainement pas une mauvaise chose (je m'y suis essayé il y a des années sur un truc ridiculement simple, Météor aussi sur quelque chose de plus élaboré que moi), mais ça me gène profondément de croire qu'on peut arriver avec ça à quelque chose de plus fiable au final que des modèles patiemment développés années après années par des physiciens et des chercheurs. Cela ne sous entend pas que les modèles du GIEC sont complets et parfaits, loin s'en faut, mais c'est pas en réinventant la trottinette électrique qu'on va révolutionner le marché de l'automobile.

 

Autre chose que je trouve étonnante, c'est que la démarche vise à simplifier en retirant un maximum de paramètres, ce qui se résume au final à n'en retenir qu'un seul, l'interaction avec les nuages bas. Quelque part, pourquoi spécifiquement les nuages bas ? J'ai peut-être lu un peu vite, mais je n'ai pas vu d'explication sur ce choix. Certes, c'est une incertitude réelle, et probablement la plus médiatisée notamment sur les sites sceptiques avec les théories sur les rayons cosmiques. Cela ne veut pas dire ni que c'est la seule, ni que c'est forcément la plus importante, et du coup on ne comprend pas forcément le fondement de ce choix.

 

Et juste pour le dernier point, on peut comprendre parfaitement la démarche de se fonder sur les observations décennies écoulées (depuis 1970) pour bâtir la projection, mais cela sous tend qu'on estime dans les ordres de grandeur qu'il n'existera pas d'effets de seuil, pas d'évolutions des équilibres des mécanismes climatiques, etc... Bon encore une fois pour un modèle simplifié c'est tout à fait cohérent, mais de là à croire que cela sera suffisant pour faire mieux que les modèles climatiques, il y a un gouffre. Pour un exemple simple, il est écrit que :

 

Citation

Cette période est suffisamment longue pour moyenniser convenablement les fluctuations provoquées par les cycles solaires (d'une durée d'environ 11 ans) et océaniques (suite aux courants, l'eau en surface des océans est renouvelée environ tous les 50 ans), ainsi que celles causées par des événements plus aléatoires comme les éruptions volcaniques ou El Nino.

 

Or, la plupart des modèles indiquent justement que dans un monde plus chaud, on risque de faire basculer l'équilibre des régimes de l'ENSO (El Niño / La Nina) vers davantage d'épisodes El Niño, voire même au pire et à très long terme vers un El Niño constant*. Par essence, c'est quelque chose que le modèle simplifié basé sur des observations des dernières décennies ne peut capter, et qui aura pour autant un impact potentiel significatif sur les décennies à venir.

 

 

* Même si, pour être complet et entièrement objectif, on relèvera que les observations des dernières années ne vont pas en ce sens.

Edited by TreizeVents
  • J'aime 8
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane
Il y a 6 heures, adri34 a dit :

Le problème c'est que les modèles prennent en compte ces paramètres incertains et quand vous additionnez 10% d'erreur plus 5% plus 20% ben ça devient conséquent. Le système terre est par définition non linéaire donc chaotique. Une erreur de départ c'est une erreur plus grande à l'arrivée. Les différents scénarios sont issus de modèles différents avec des parametrisations différentes dans les gammes de valeurs estimées via leurs incertitudes. Mais on se rend compte que l'on observe avec le scénario 8.5 une augmentation 3.5+-2 degrés, ce qui représente 60% d'erreur ! Rien que ça. 

 

Et la démarche que tu propose vise à prendre en compte la résultante de tous ces paramètres dans le signal moyen en estimant certains paramètres. Le fait de faire une moyenne va réduire l'incertitude sur l'état et l'évolution actuelle sans se soucier de qui fait quoi. Modèle que tu vas considérer comme théoriquement rigoureux qui va mener à un état moyen en rentrant les paramètres d'entrée. Une approche différente. Sait on si dans le futur certains phénomènes actuels vont se comporter pareillement avec une énergie fournie différente ? 

Tes simulations semblent dans le même ordre de grandeur que celles réalisées par le GIEC aux incertitudes près. Il faudrait calculer une incertitude sur les données actuelles que tu utilise également. 

Merci pour tes encouragements. Tu as bien compris ma démarche. Peux-tu mettre ton message en commentaire sur mon blog http://modeleclimatique.canalblog.com/ ? Ca nous permettra d'en discuter en toute tranquillité.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : guyane
Il y a 2 heures, TreizeVents a dit :

L'idée de faire un "mini-modèle" n'est certainement pas une mauvaise chose (je m'y suis essayé il y a des années sur un truc ridiculement simple, Météor aussi sur quelque chose de plus élaboré que moi), mais ça me gène profondément de croire qu'on peut arriver avec ça à quelque chose de plus fiable au final que des modèles patiemment développés années après années par des physiciens et des chercheurs. Cela ne sous entend pas que les modèles du GIEC sont complets et parfaits, loin s'en faut, mais c'est pas en réinventant la trottinette électrique qu'on va révolutionner le marché de l'automobile.

Merci pour tes remarques. Veux-tu bien les remettre en commentaire sur mon blog http://modeleclimatique.canalblog.com/ . Si tu veux bien on en discutera en toute quiétude. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...