Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

  • Topics

  • Posts

    • voir  entre autres  le post  de Treize Vents p 167  
    • Par contre arôme toujours aucune réaction pour les plaines languedociennes, ça inquiète quand même un peu. cest pas n’importe qui ^^
    • Pourtant la CA est dans la Grand-Est  
    • Sainté sud ce midi :   soleil légèrement voilé.  Le vent de sud n'est pas encore vraiment en place : il souffle faiblement et est assez inconstant.  Ressenti chaud et un peu lourd. Ta 26.8°C (12h35).
    • ICON, GFS et IFS 0 Z modélisent tous trois un talweg relativement profond, ils sont plutôt en phase à J6/7. Les ensembles GEFS et IFS ENS vont aussi dans le sens d'un talweg incisif. Le temps devrait devenir déjà franchement instable en aval de la perturbation, de lundi à mercredi (air frais en altitude, encore doux/chaud en basses couches, augmentation du cyclonisme). Un véritable système frontal traverserait donc ensuite le pays, apportant son lot de précipitations en association avec une baisse significative de température. Le thermomètre pourrait ainsi afficher moins de 15 à 18 °C en de nombreux endroits au meilleur de la journée, le weekend prochain. On peut toujours mentionner un risque de coup de vent (même si à cette échéance la dispersion reste importante) avec un courant jet pointé à plus de 200 km/h ; IFS par exemple modélise des rafales entre 50 et 80 km/h dans les terres, GEM jusqu'à 90 km/h au nord de la France... Les prochaines simulations nous en diront davantage. Hors massifs et régions méditerranéennes, on devrait recueillir souvent au-moins 20 à 50 mm d'eau d'ici dimanche 27 . Comme l'a mentionné @vda77, retour probable de la neige en montagne dans les Alpes et Pyrénées à partir de ~ 2000 m.   Un vrai temps automnal en vue au final.    Situation prévue par IFS 0 Z jeudi à 00 UTC :       Carte spaghettis pour apprécier la disposition du talweg prévue par GEFS entre jeudi et vendredi prochain (repérer l'isohypse 552 gpdam) :      
  • Similar Content

    • By acrid vintaquatre
      Bonjour à tous !
       
      Petit florilège de la moisson 2020 qui, on l'espère, n'est pas finie !
      De bonnes périodes au milieu d'une année globalement calme : fin avril, puis début et fin juin, puis mi-août. On a connu beaucoup mieux, mais on a connu bien pire dans la région (2012 et 2019 surtout !). L'an dernier c'était le mois d'octobre qui avait été le plus garni, c'est dire la dèche !
       
      17 avril :
       

       

       
      25 avril :
       

       
      4 mai :
       

       
      1er juin :
       

       

       

       
      3 juin :
       

       
      8 juin :
       

       
      Les 2 plus belles dégradations 2 jours de suite, avec d'abord le 25 juin :
       

       

       

       

       
      Puis le 26 juin :
       

       

       

       

       

       

       
      11 août à Bordeaux avec la fameuse cellule qui a provoqué une micro-rafale en pleine ville (beaucoup de dégâts on le devine !)
       

       
      12 août toujours à Bordeaux :
       

       

       

       
      Et le 15 août, de retour en Périgord :
       

       

    • By Chibisuke
      Bonsoir !
      Je vous partage l'expérience d'une séquence surréaliste dans l'Est de la Haute-Loire hier Dimanche 16 Août 2020, avec la formation d'une supercellule anticyclonique à moins de 5km de ma position. Une nouvelle fois, les orages me rappellent qu'il n'y a pas nécessairement le besoin d'avoir la foudre en visuel pour pouvoir assister à des instants magiques.
       


      Il est 17h20, lorsqu'un orage organisé en petite ligne remonte en direction du nord-est en longeant la frontière Haute-Loire / Ardèche. A hauteur d'Yssingeaux, une structure très suspecte se forme sur le flanc ouest de la petite ligne, à l'avant immédiat du bord d'attaque de la cellule.
       
      1/

       
      L'orage a maturité constitue un arcus très rapidement à 17h25, les rideaux de précipitations ne sont plus très loin. Je garde un oeil attentif sur les bases surbaissées suspectes, et je contemple cet arcus qui ne rentre même pas totalement dans le cadre à 16mm. Le tonnerre est constant, mais la foudre n'est pas en visuel, tout se produit visiblement derrière les rideaux compacts.
       
      2/

       
      A 17h27, j'assiste à un dédoublement supercellulaire. A ma droite (à l'ouest du système, géographiquement), l'ambiance devient carrément surréaliste, une partie de l'arcus se déchire, comme si il était arraché de force, et je commence à distinguer deux noyaux orageux bien distincts dans le ciel dont celui de droite présentant une rotation nette, plus aucun doute il s'agit bien d'un "split", j'assiste à la naissance d'une supercellule anticyclonique.
       
      3/

       
      17h30, la supercellule fille se détache complètement de la cellule mère, et prend une trajectoire plein nord alors que les autres orages continuent leur route en direction du nord-est. L'imagerie radar le confirme une nouvelle fois.
       
      4/

       
      A 17h32, la rotation est intense, parfaitement visible à l'oeil nu sans faire d'accéléré.
       
      5/

       
      6/

       
      A 17h35 je suis contraint de me replier dans la voiture, et se sont des seaux de grêle qui se déversent sur le secteur.
      En 10 ans de chasse à l'orage, c'est la toute première fois que j'ai le privilège de pouvoir assister d'aussi près à un split supercellulaire. C'était intimidant, effrayant, fascinant.
      Merci, merci au ciel pour m'avoir offert ce spectacle.
    • By Tristan06
      Bonjour à tous, 
      Longtemps que je n’avais pas posté un sujet photographique, il faut dire que la saison orageuse 2020 est un peu en dent de scie sur le 06. Très peu de dégradations photogéniques, rien de très organisé. 
       
      Néanmoins les retours d’Est, comme à leur habitude ne déçoivent que rarement. Une situation intéressante semblait se profiler pour la fin de journée du 03 aout et la nuit suivante. Une masse d’air froide et dépressionnaire glisse dans le Golfe de Gênes, classique convergence entre Mistral et Lombarde, instabilité très élevée, tous les ingrédients sont là pour engendrer du lourd entre la Ligurie et le 06. 
       
      Journée de boulot finie, je rejoins mon compère Varois à Antibes, lieu où nous sommes rarement déçus car étonnement très peu concerné par les précipitations dans ce genre de situation. Le jour tombe peu à peu alors que les orages concernent déjà l’Italie et le Mercantour. 
      Les modèles sont unanimes, de fortes cellules devraient se développer ans les prochaines heures et rapidement le ciel se charge sur la zone. La convection se met en place et les premières averses se déclenchent. Néanmoins il y a un problème, celles-ci ne parviennent pas à véritablement exploser et se démarquer, tout reste assez mou pendant de longues heures. Seuls quelques flashs se font voir de temps à autre sous de fortes averses, rien de photogénique. 
       
      Les heures passent et nous commençons à vraiment douter de la situation, il manque quelque chose. Seule une petite cellule se démarque devant Menton vers 01h00 du matin, nous gratifiant de nombreux flashs et de quelques impacts dont ce bel extranuageux.
      1/

       
       
      Puis la cellule se meurt peu à peu et le ciel perd son aspect instable sur la zone, d’autant que le vent d’Ouest parvient maintenant à se propager jusqu’à notre secteur, synonyme d’air sec. Nous prenons donc la route du retour...
       
      Très déçu de cette chasse qui semblait pourtant bien s’annoncer sur le papier je scrute le ciel en quête du moindre signe prometteur. Au détour d’un virage un congestus bien compact attire mon attention devant Cannes, me décidant à faire un petit détour par le littoral pour voir de quoi il en est même si le radar n’indique aucun écho. Ce sera la meilleure intuition de la nuit !

      10min plus tard je me retrouve face à une magnifique convection isolée derrière les îles de Lérins, le radar ne me fait pas hésiter plus longtemps, il faut rapidement installer le matos car l’orage est imminent. En effet cela ne tardera pas, rapidement l’activité devient frénétique en haut de la colonne : 
      2/

       
       
      Déjà les canaux électriques ont tendance à s’échapper vers le ciel étoilé, la convection est tellement puissante et étroite que les impacts extranuageux sont inévitables, plus qu’à attendre. Ça ne sera pas long.
      3/

       
      La cellule flash toutes les 2/3 secondes, il n’y a pas un bruit autour excepté celui des vagues et le son du tonnerre des puissants impacts extranuageux frappant devant le cap d’Antibes :
      4/


      C’est magnifique, la cellule ne bouge pas et est complètement isolée. Les extranuageux tapent parfois bien loin de l’orage :
      5/

       
      Plus à gauche ?
      6/


      Ou alors au milieu : 
      7/


      La cellule alterne par la suite entre phases plus actives ou plus calmes selon les poussées convectives, quelques extras à se mettre sous la dent à nouveau mais l’orage semble peu à peu s’éloigner : 
      8/


      Tout ceci dure une grosse demi-heure puis les nuages parasites prennent le dessus. Je prends la décision de rentrer, ayant tellement hâte de traiter tous les clichés de la dernière heure. 
      Arrivé chez moi je m’empresse de commencer le post-traitement mais rapidement de nouveaux flashs se réverbèrent entre les volets, de nouvelles puissantes cellules se sont formées devant le littoral du 06. Celles-ci sont un peu plus lointaines mais deviennent frénétiques.

      Je tente quelques clichés depuis la fenêtre mais de la convection plus aboutie sur l’Est du département me fait prendre la décision de bouger à nouveau. Le jour ne va pas tarder à se lever mais j’ai encore un peu de marge. 
       
      Après 10min de route j’arrive sur mon point de vue, l’activité électrique est démentielle avec une ligne d’orage partant du large et remontant peu à peu sur Nice. 
      9/

       
      Une cellule se forme devant moi près de Vence, elle ne tardera pas à donner de lourds impacts, me permettant de composer avec le village de Bar-sur-Loup au premier plan : 
      10/

       

      Le spectacle est toujours aussi plaisant vers le large : 
      11/


      Les flashs prennent le dessus et la cellule la plus proche peine à vraiment exploser, quelques bons impacts sporadiques se font voir de temps en temps :
      12/

       
       
      Le jour se lève peu à peu alors que l’orage plonge vers le littoral, ne donnant maintenant que des flashs. Rapidement les lumières deviennent impressionnantes : 
      13/

       
       
      La cellule se décale petit à petit, donnant pendant quelques minutes de bonnes salves d’impacts sous son courant ascendant, signe d’un regain d’activité. Le rideau de grêle est très marqué. 
      14/


      Cet orage finira par s’échouer sur le littoral cannois aux alentours de 7h du matin, puis mourir en venant buter contre l’air sec. 
      Quelle nuit !
    • By Chibisuke
      Orage du 10 Juillet 2020,
       
      Le mont Mézenc depuis Champclause (43).
       
      Vendredi dernier, de forts orages étaient envisagés par les modèles sur l'extrême Est de la Haute-Loire. Difficile pour moi de me faire une idée du meilleur spot pour la journée, mais je fais le choix du haut relief altiligérien à ~1300m d'altitude avec vue imprenable sur le toit de la Haute-Loire, le mont Mézenc. A mon arrivée peu avant 16h00, la convection est déjà bien en place, et une cellule arrive très vite à maturité. En altitude c'est quitte ou double, le temps est trop vite changeant, ne tolérant presque jamais l'erreur de positionnement, et le risque de brouillard est très important. J'ai un peu plus de 24°C au thermomètre de la voiture, j'ai peur d'un comportement explosif des orages.
      La première structure ne paye pas de mine, le rideau n'est pas magistral mais les bases sont bien propres, elle transite rapidement d'ouest en est, et lâche le premier impact de la journée. C'est dans la boîte.
       
      - 1 -

      Nikon D500, 80mm (DX), 1/40s, F/13, ISO 50.
       
      D'autres impacts vont tomber mais je décide de rester cadré très serré à 80mm, et ça tombe hors cadre. Tant pis, ça fait parti de la game !
      L'activité foudre va baisser très temporairement d'un cran, et la cellule s'évacue. Je contemple un peu le ciel, et je suis très vite convaincu que tout va se régénérer sur place exactement au même endroit. A partir de ce moment là, tout va dégénérer, et aller très vite. Une base très menaçante se développe et s'étale. L'humidité laissée par le précédent orage est d'un coup aspirée, et j'observe un abaissement mythique du niveau de condensation. Les fractus deviennent multiples, et apportent avec eux leurs lot de situations suspectes. Je n'ai aucun visuel sur les bourgeonnements au dessus, mais de toute évidence tout doit prendre une tournure d'explosion convective là-haut.
       
      - 2 -

      Nikon D500, 65mm (DX), 1/50s, F/11, ISO 50.
       
      - 3 -

      Nikon D500, 65mm (DX), 1/40s, F/9, ISO 50.
       
      La cellule de déclenchement commence à s'affoler et à me remplir la carte SD, mais je constate rapidement que sur ce nouvel orage, aucun impact ne va se décider à sortir. Activité intra / inter-nuageuse intégrale. Quelques minutes passent, l'orage se décale sur le Mézenc, et là encore on franchi une nouvelle étape dans la virulence de la convection. Une structure de type arcus se dessine très rapidement, et viens même couvrir la tête de la montagne. Très grosse ambiance, très grosse claque visuelle...
       
      - 4 -

      Nikon D500, 46mm (DX), 1/60s, F/7.1, ISO 100.
       
      - 5 -

      Nikon D500, 40mm (DX), 1/40s, F/5.6, ISO 50.
       
      L'orage continue de grossir et finit par avaler complètement le Mézenc. Possible transition supercellulaire, difficile de l'affirmer. Sur le terrain et au radar j'observe bel et bien un rapprochement de ma position alors que je suis situé au nord du système orageux, et la structure est pourtant emportée d'ouest en est. Simple extension du corps orageux ou rotation dissimulée... Je ne m'avancerai pas mieux.
       
      - 6 -

      Nikon D500, 16mm (DX), 1/80s, F/7.1, ISO 100.
       
      - 7 -

      Nikon D500, 16mm (DX), 1/30s, F/5.6, ISO 50.
       
      Puis les choses se gâtent. L'orage s'approche dangereusement et un vent glacial se lève sur ma position. Je profite quelques derniers instants du privilège qui m'est offert, et je me replie dans la voiture. Le risque foudre sur ce secteur très exposé est important. J'attends que les choses se calment, et l'orage s'évacue à l'est peu à peu. Je reste en marge immédiate du noyau intense avec seulement quelques grosses gouttes et de fortes rafales, et ce n'est qu'une fois le rideau de précipitations atténué que je constate vraiment le caractère violent de l'orage. Le paysage en face de moi à changé de couleur, nous n'avons pourtant pas fait un bond en hiver, mais il a revêtu son manteau blanc. La grêle a fait parler d'elle, et ce n'est vraiment pas passé loin...
       
      - 8 -

      Nikon D500, 80mm (DX), 1/200s, F/7.1, ISO 100.
       
      Après ce déchaînement orageux, l'activité convective baisse significativement en Haute-Loire. Les réserves semblent avoir été copieusement dévorées, et la grêle au loin fait chuter le thermomètre en dessous du seuil de confort pour la tenue légère... Je rentre alors à la maison, quasiment sans foudre mais avec un gros gavage structurel en mémoire.
      A bientôt !
    • By jimmy57
      Bonjour, 
       
      En ce premier jour de juillet, premiers orages sur la côte du 13, ciel bien bâché sur Lambesc. A voir si ça remonte jusqu'ici. Les canons à grêle sont actifs.

Suivi de la canicule fin juin/ début juillet 2019


Recommended Posts

il y a 3 minutes, M4x a dit :

37,4 à Perpignan, ça monte vite 😛

Oui le record mensuel de juin est battu (36,9 C). 

Direction—-> les 40,5 C du 7 juillet 1982 :).

  • J'aime 1
  • Merci 2
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 1.7k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Tx de 17h : GALLARGUES LE MONTUEUX (30) 45,9°C  VILLEVIEILLE (30) 45,4°C  MARSILLARGUES (34) 45,1°C  ST CHAMAS (13) 44,6°C  VARAGES (83) 44,5°C  PEYROLLES EN PROVENCE (13) 44,4°C  PRADES LE LEZ (

A 17h, records mensuels : ST AUBAN (4, 458m), ouverte en 1954, a battu son record mensuel de Tx avec 37°C, battant les 36.9°C du 28/06/2005 EMBRUN (5, 871m), ouverte en 1947, a battu son record m

Expérience menée dans le département du Gard. Posté par G Séchet sur sa page twitter

Posted Images

il y a 12 minutes, boubou07 a dit :

Aubenas 36.9°C à 11h... 

on aurait ça à 15h, fin juin, ce serait déjà exceptionnel

De la folie!!!

A noter léger vent du Nord depuis le milieu de matinée...

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

C'est clairement le taux d'humidité qui limite la hausse des températures brutes en certains endroits

On aboutit ainsi à des températures brutes surprenantes...

Ainsi l'aérodrome de Mende Chabrits,  à près de 1000 mètres d'altitude, affiche déjà 32°, alors que Millau n'est qu'à 29°.

En temps normal , les températures de Millau sont presque toujours supérieures à celles de Mende Chabrits....

Edited by Dionysos
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, Néant27 a dit :

36.6 °C à Fréjorgues à 11h00... le record absolu approche déjà !

 

36 °C en arrondi à 11h30, la brise doit rentrer un peu sur la côte.

Link to post
Share on other sites

hallucinant : à 11h, 30.1°C à la static de la croix de bauzon, à 1370m ! 

pour bien connaitre le coin,  même au plus fort de l'été fin-juillet/début aout, les 30°C on les voit jamais.

j'y monte souvent pour respirer quand il fait 35° chez moi, là haut il fait 25 ou 26° avec une petite brise qui rafraichit. 

pour ceux qui ne connaissent pas, il y a une station de ski...  

  • J'aime 1
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Ukkosenjumalan Poika a dit :

après une baisse d'un degré c'est remonté à 36.6°C.

Perpignan stagne à 37.9°C

Ça tourne légèrement au marin à Perpi... voir ci-dessous.

On ne change pas une équipe qui perd, le Roussillon fidèle à sa tradition... à suivre quand même mais ce ralentissement est un mauvais signe  ;). 

0F255C69-D196-4910-B089-B779E7DECD46.jpeg

Edited by Philippe66
Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Néant27 a dit :

40.0 °C au CEFE à Montpellier Nord à midi !

 

il y a 1 minute, cirrus007 a dit :

A 12h: 40.0°C au CEFE-Montpellier Nord (sur le campus du CNRS), hallucinant... en route pour les 44/45°C :o 

 

Nous sommes des sooooeurs jumelles... :D

  • Haha 5
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Mica a dit :

 

 

Nous sommes des sooooeurs jumelles... :D

 

Soyons humilié à vie par FABI.

  • Haha 3
Link to post
Share on other sites

Hier, on a été ici finalement 1 degré en dessous des prévisions environ

- Tx de 33,1 à ma station à Village-Neuf

- Tx de 33,2 à Bâle-Mulhouse

- Tx de 32,9 à Bâle-Binningen 

Ce matin encore des Tn qui tournaient autour des seuils caniculaires

- 16,8 à Bâle-Mulhouse 

- 18,8 à Bâle-Binningen

- 18,3 à ma station 

Pour aujourd’hui, les Tx seront réellement fraîches au niveau caniculaire avec les seuils non atteints, à cause de la bise qui va à la fois permettre d’assécher la masse d’air en basse couche (ce qui est une bonne chose parce que hier on avait encore des humidex =45) et de tempérer le tout, avant un nouveau pic attendu ce week-end. Bonne chance à ceux qui vivent dans le sud aujourd’hui, parce qu’ici qu’est ce qu’il fait bon, on relève à 12h ;) :

- 27,0 à ma station 

-  26,1 à Bâle-Mulhouse 

- 26,8 à Bâle-Binningen 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
  • Sebaas changed the title to Suivi de la canicule fin juin/ début juillet 2019
  • Sebaas locked this topic
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...