Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Bofix

Quel avenir pour l'agriculture en France?

Recommended Posts

Posted

Location : Aubenas en Ardèche méridionale

Sans parler des facteurs économiques et commerciaux, l'agriculture de demain (pour ne pas dire d'aujourd'hui...) va se heurter

de plus en plus aux méfaits du réchauffement climatique. c'est un défi gigantesque !

météo extrêmes, pénuries d'eau, décalage entre l'évolution de la météo et celle des végétaux, multiplication des ravageurs par manque de froid...

l'année 2019 en a été un bel exemple dans le sud-est : hiver trop doux, gelées tardives au printemps, records de mistral en mai, violents orages de grêle en juin, canicule précoce hors-norme, sécheresse totale en été et en début d'automne accompagnée d'autres vagues de canicule. les pertes de récoltes ont été monumentales dans quasiment toutes les fillières.

2 ou 3 années d'affilée comme ça et ce sera des faillites en cascades.    

en ce qui me concerne et pour cette année, je le sent encore mal parti. un déficit de pluie déjà important depuis noel, et à nouveau un horizon météo avec uniquement du soleil et du vent. ça va sécher rapidement et les abeilles ne peuvent pas ramener correctement du pollen s'il y a tout le temps du vent (ce fut l'enfer à ce niveau là au printemps dernier...)

beaucoup de mes collègues alentour sont très inquiets. nous ne sommes plus dans une routine de production bien rodée, mais dans une lutte quasi permanente contre les météo anormales et franchement défavorables. 

au point que beaucoup doivent revoir en profondeur leur manière de travailler.

il devient urgent de prendre en compte ce facteur et de repenser globalement notre agriculture, région par région.

un exemple parmi d'autre : est-il bien sage de continuer à cultiver du maïs dans des zones où le stress hydrique devient récurrent ?

dans mon cas : changement d'emplacements pour les ruches et déplacement en montagne dès le mois de juin.

  • J'aime 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : asserac 44

Bonsoir

Je fais une petite aparté bien que ce n'est pas vraiment HS mais je ne peux pas laisser

ça sous silence parce que l'on parle de pollution agricole mais on oubli que l'agriculture 

subit aussi certaines pollutions. 

Voici ce qu'il nous arrive dans notre commune (encore une fois).

https://www.telenantes.com/societe/lactu/article/du-petrole-sur-les-plages-de-loire-atlantique

 

Nos pré-salé sont sur ce littoral donc risque de pollution, la faune, la flore risque  d'être touchée,

l'ostréiculture certainement impactée aussi, ainsi que nos marais salants, et la préfecture répond a notre maire en gros de se débrouiller

pour nettoyer.

J'ai passé 8 mois en bénévole au naufrage de l'Erika pour sauver les oiseaux , nettoyer les plages, les falaises,les pourpiers...

Participé a la mise en place du dernier plan polmar.

Tout ça pour rien????

 

 

  • J'aime 2
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Torfou, à la jonction 44-49-85
Il y a 9 heures, sebb a dit :

En tant que koro sen flago, ben,  inutile d'en dire plus' : )

"Koro sen flago"...?

Nippon... latin? Nan. Là,  je le perds. 😮

Il y a 9 heures, slo a dit :

Je suis près à parier mon slip que si ce maraîcher conservait une partie de sa production pour faire ses semences il n'aurait pas eu ce problème.. 

 

Mais c'est la feeeeeete! 

 

images.jpeg

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Olivet (45)
Il y a 21 heures, tao a dit :

Bonjour,

 

je suis choqué autant que toi, mais je suis tout autant choqué par le drainage systématique des zones humides en territoire d'élevage bovin dont la seule justification est de permettre le passage d'engins de plus en plus lourds. Et quand face aux sécheresses actuelles certains réclament à corps et à cri des retenues colinéaires alors même que les ruisseaux et les sources se tarissent de plus en plus régulièrement en raison en partie des drainages et de l'arrachage des haies du bocage limousin je peux légitimement poser quelques questions à mes voisins agriculteurs sans être taxé d’utiliser l'agri-bashing à chaque désaccord. J'éprouve même une réelle tristesse ( étant moi même issu d'une famille agricole ) en voyant comment les éleveurs du coin sont de plus en plus dépossédés de ce qui leur est le plus cher par l'action conjointe des banques, des lobbys de vente de matériel agricole ou de l'industrie chimique et des chambres d'agriculture. Le capital ne leur appartient plus, il transite simplement par leurs exploitations.

 

 Je suis entièrement d'accord avec ceci, faudrait-il encore que le sol ou le cheptel soientt considéré comme un capital. Actuellement au regard des pratiques, les outils ( les plus gros ) ne deviendraient-ils pas la première source de fierté de certains?

 

Oui, comme par ici en Sologne: certains ont repris des terres en voulant y faire des céréales et y obtenir des rendements équivalents à ceux de la Beauce! Résultat, on arrache les bois, on essaye d'assécher des terres qui étaient encore il y a quelques décennies en arrière des marais et où seul l'élevage d'ovins était légion... mais comme ça ne suffit pas, on épand des tonnes d'engrais pour modifier le sol et tenter d'avoir des rendements mirobolants... Et ça ne fonctionne toujours pas, ou très mal!

 

A contrario, une exploitation de Sologne est justement pionnère en France pour l'agriculture de conservation, où depuis 25ans elle fait apport de compost, semis direct, couverts végétaux en permanence et paturage par les bovins qui contribue à la fertilisation des sols! Le résultat est là: la terre est vivante. En fait, ils n'ont rien inventé, ou si peu, mais reproduit ce qu'il se faisait depuis des générations en arrière, qui n'étaient pas poussées par les lobbys de l'industrie et de tous les parasites qui gravitent autour et qui nous saignent...

 

J'ai toujours dis qu'il fallait s'adapter à son terroir et y faire pousser ce qui y pousse! Moi même, dans mes terres pauvres et sableuses, si je faisais du blé, le maximum que je pourrais avoir en très bonne année serait 35/40 quintaux soit moins que la moitié d'un rendement Beauceron (en moyenne)! Alors oui, en y apportant X tonnes d'amendements, je pourrais certainement améliorer tout ça. Mais à quel coût? Et surtout, à quelles incidences sur le sol à long terme?

C'est dans ce sens que personnellement, je privilégie la culture de légumes anciens et adaptés à mon terroir, telles qu'asperges, topinambours ou cerfeuil bulbeux...

  • J'aime 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Perpignan
il y a 31 minutes, Bofix a dit :

 

Oui, comme par ici en Sologne: certains ont repris des terres en voulant y faire des céréales et y obtenir des rendements équivalents à ceux de la Beauce! Résultat, on arrache les bois, on essaye d'assécher des terres qui étaient encore il y a quelques décennies en arrière des marais et où seul l'élevage d'ovins était légion... mais comme ça ne suffit pas, on épand des tonnes d'engrais pour modifier le sol et tenter d'avoir des rendements mirobolants... Et ça ne fonctionne toujours pas, ou très mal!

 

A contrario, une exploitation de Sologne est justement pionnère en France pour l'agriculture de conservation, où depuis 25ans elle fait apport de compost, semis direct, couverts végétaux en permanence et paturage par les bovins qui contribue à la fertilisation des sols! Le résultat est là: la terre est vivante. En fait, ils n'ont rien inventé, ou si peu, mais reproduit ce qu'il se faisait depuis des générations en arrière, qui n'étaient pas poussées par les lobbys de l'industrie et de tous les parasites qui gravitent autour et qui nous saignent...

 

J'ai toujours dis qu'il fallait s'adapter à son terroir et y faire pousser ce qui y pousse! Moi même, dans mes terres pauvres et sableuses, si je faisais du blé, le maximum que je pourrais avoir en très bonne année serait 35/40 quintaux soit moins que la moitié d'un rendement Beauceron (en moyenne)! Alors oui, en y apportant X tonnes d'amendements, je pourrais certainement améliorer tout ça. Mais à quel coût? Et surtout, à quelles incidences sur le sol à long terme?

C'est dans ce sens que personnellement, je privilégie la culture de légumes anciens et adaptés à mon terroir, telles qu'asperges, topinambours ou cerfeuil bulbeux...

 

On a vendu aux agriculteurs, depuis les années 50-60, le fait que la chimie allait bouleverser leur activité, qu'on pourrait quasiment tout faire pousser partout, que toutes les carences, maladies, ravageurs pourront être éradiqués par la chimie. Sauf que à long terme c'est complètement faux. Les sols sont dégradés, il n'y a plus d'humus, les sols se minéralisent et les éléments nécessaires à la plante pour sa croissance soit ne sont plus là soit ne sont plus assimilables par la plante, les plantes ne sont plus capables, car inadaptées ou mises perpétuellement sous perfusion, de se défendre elles-mêmes...

  • J'aime 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Aubenas en Ardèche méridionale

Oui et d'une manière générale, on a vendu a l'ensemble de la société une agriculture moderne tellement productive que l'on pouvait désormais nourrir tout le monde comme il faut avec seulement une minuscule fraction d'actifs dans l'agricole. et que donc, les autres, pouvaient aller bosser en ville et avoir leurs week-end et leurs congés payés.

pour moi c'est le même mirage trompeur et dangereux, puisque cette méthode de production de la nourriture ne fonctionne qu'à moyen terme et uniquement en ravageant les sols, en massacrant la biodiversité et en polluant les milieux naturels (et en plus pour produire des aliments globalement de qualité médiocre). 

et nous voilà 60 ans plus tard avec les problèmes que l'on sait...

et entre temps, la nourriture n'étant plus produite par le plus grand nombre (ni troquée, ni vendue localement au marché du village) les business men ce sont emparé de l'affaire et ont inventé "l'industrie agro-alimentaire" ou comment se faire des coucougnettes en or avec une clientèle captive, bien obligée de se nourrir et des producteurs de matière première peu nombreux et facile à entourlouper. le tout pour le plus grand plaisir des banquiers et des marchands de matériel... 

à quand un plan d'envergure pour installer des jeunes autre que la DJA ?

et surtout un moyen d'accès à la terre pour ceux qui n'ont ni patrimoine foncier ni capital à investir ! sans les saigner à blanc avec des crédits bancaires...

c'est là dessus que les politique devraient plancher. on peut rêver...   

Edited by boubou07
  • J'aime 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Siorac-en-Périgord (24)

Hey :)

 

Je ne suis pas agriculteur, je suis un jardinier très amateur.

 

Je fais un petit potager, qui va s'agrandir dans les années à venir. J'essaie la fameuse technique de ne plus retourner la terre, de couvrir les sols, et j'essaie même l'engrais vert cette année. Bref j'expérimente, et je fais mes conclusions. Le potager nous nourrit uniquement l'été, et l'hiver un petit peu grâce à la congélation des courgettes (miam les veloutés ! ).

 

On a conscience depuis longtemps avec @acrid vintaquatre, que notre bonne santé passera par le miam miam. On est passé progressivement au local : produit frais et de saison.

On a banni les plats micros-onde.

Puis progressivement on est passé au bio. Tout ce qu'on ne trouve pas en local on l'achète dans les magasins bio.

Le local, pour nous, c'est une boutique de producteur dans chaque village. En effet dans notre petit coin du Périgord, on a beaucoup de boutiques de producteurs. Cela nous laisse pas mal de choix. Il y a les marchés aussi et je m'adresse uniquement aux maraîchers. 

Alors le budget a peu être augmenté, mais pas tant que ça, car on aussi a banni la viande à chaque repas. On n'est pas végétarien, mais on prend notre viande en local aussi quand on peut. Sinon, je vais à la boucherie. Et c'est un plaisir qu'on s'accorde de temps à autre.

 

Après, on accepte d'avoir un certain budget "bouffe", mais pour nous c'est indispensable : manger c'est un grand plaisir de la vie, et ça doit être un plaisir, donc à table, on mange de bonnes choses.

 

Le 16/02/2020 à 17:32, Bofix a dit :

La population d'aujourd'hui (et ce sera certainement pire dans les prochaines générations) ne sait plus ni cuisiner, ni acheter des légumes et les préparer, simplement ouvrir un plat tout prêt et le passer au micro-ondes. Les gens ne savent même plus ce qu'ils mangent, si c'est de saison ou non! Quand je vois les rayons de framboises marocaines en vente en ce moment en supermarché, limite en "promo", en février!!  Les gens sont devenus fous de consommer tout ça...

 

Be oui, en hiver il faut accepter de manger des légumineuses, ou des courges, poireaux et autres trucs... Ou alors tu te sors les doigts du c.l, et tu achètes des cagettes de courgettes à des maraîchers et tu congèles. Ou tu prépares tes ratatouilles etc...

Il faut accepter de passer du temps dans la cuisine, et j'accepte. Parce que, quand on cuisine des bons produits, qu'on sait d'où ils viennent, qu'on connaît la personne qui s'en ait occupé, tu te régales à les préparer, et le repas est encore plus délicieux ! 

Comme tout le monde, des fois j'ai pas envie de cuisiner. Alors oui j'ai une brique de soupe sous la main, ou alors un petit mélange de boulgour avec d'autres légumes à faire cuire à l'eau bouillante pendant 15 min, mais d'une manière générale, je cuisine entre 1h30-2h00 pour 4/5 repas à 2 tout en essayant de varier les saveurs.

 

 

Le 17/02/2020 à 14:29, boubou07 a dit :

depuis quelques decénnies, le cout du logement, des véhicules, du carburant, des assurances et autres a explosé sans que ça ne choque personne.

les banques se gavent, la grande distribution engrangent des marges monumentales, les entreprises internet pareil. et on nous dit que payer la nourriture un juste prix c'est trop. je pige pas.

dans mon village, les parents d'élèvse ont refusé que les repas de la cantine deviennent bio par ça aurait couté 0,30€ de + par repas. et chaque jour, il amène leurs enfants à l'école dans des bagnoles qui coute un bras (des 2.0L TDI en veux tu en voilà...) et ils ont tous un smartphone avec un forfait à 30 bal par mois.

pendant ce temps leurs enfant mangent des plateaux repas industriels dégueulasses; cherchez l'erreur. 

je sais bien qu'il y a plein de gens qui sont réellement pauvres mais le problème c'est le cout de la vie en général et le niveau des salaires, c'est pas la bouffe qui est trop chère. 

 

Cela rejoint ce qu'il y a plus haut...

Tout est une question de priorité, chacun fait comme il veut, chacun à ces priorités de budget, mais quand on se balade avec un téléphone à 600 euros, qu'on roule avec une voiture neuve à plus de 15 000 euros, et qu'on te dit que la viande à la boucherie c'est trop chère... Je ne lance même pas le débat.

 

Mon avis sur le changement de l'agriculture.

Il doit venir des agriculteurs (tout les arguments qui ont été cité précédeùmment, là où j'ai mis un petit "jaime", j e suis d'accord à 100%), MAIS aussi des consommateurs. C'est nous qui avons le pouvoir : la carte bleue.

Tant que les gens achèteront des tomates d'Israël en toute saison, ou du Nutella, ou des framboises en Décembre etc..... Il y aura toujours ces produits en vente.

Les mentalités changent, et la preuve : les boutiques bio ouvrent de partout, le bio est de plus en plus présent dans les grands magasins, et les boutiques de producteurs fleurissent de partout ! Après il ne faut pas aller chercher du soja Bio en Argentine.... Notre pays peut être s'alimenter tout seul comme un grand (exempt de certaines productions tropicales), mais il faut consommer français d'abord et surtout local.

 

En tout cas, le monde agricole à tout mon soutien pour la crise que vous traversez. Il est grand temps que vos salaires soient enfin revalorisés (c'est pour ça qu'on se fournit au max en local, on sait à qui on donne la pièce !), et qu'on arrête de "salir" cette profession. Il faut donner goût à l'agriculture à ceux qui veulent en faire leurs métier, c'est un métier et un secteur d'avenir, car il y aura toujours du monde à nourrir et de plus en plus de gens cherchent à consommer mieux. En tout cas, c'est le ressenti que j'ai dans ma campagne Périgourdine.

 

 

 

Le 19/02/2020 à 07:51, Bofix a dit :

Cheminot:

- Heures de travail par an: 1568h

- Age moyen de départ en retraite: 53ans

- Retraite moyenne / mois: 2500€

 

Agriculteur:

- Heures de travail par an: 2433h

- Age moyen de départ en retraite: 63ans

- Retraite moyenne / mois: 760€

 

Et je n'irai pas comparer la pénibilité au travail entre un cheminot et un éleveur...

 

Ahhh le SNCF Bashing tient :D

Pas de chance je suis cheminot. Du haut de mes presque 26 ans, je vais arriver à 6 ans de boite.

On est payé en 35h, soit 151.7h par mois, sur 12 mois chez moi ça fait 1812h.  On peut enlever les congés, mais on a pas 60 jours de congés hein :D

Alors pour la retraite, la moyenne à 53 ans est peut-être vrai, il y a 10 ans pour les conducteurs...

Je vais prendre mon cas, je suis agent-circulation. Lors des mouvements de grève pour la retraite, j'ai cassé pas mal de cliché qui sont passés à la télé. J'ai même fait une simulation de ma futur retraite.

Alors, à aujourd'hui, je peux partir à 57 ans si je le souhaite, avec une retraite aussi élevé que celle des agriculteurs, soit 750 euros. Pour une retraite à taux plein, je devrait partir à 62 ans (comme tout le monde en fait) et certainement pas avec 2500 euros (ça c'est pour les cadres). Avec la réforme, ça sera 64 ans. Et quand j'aurai 60 piges, ça sera certainement à 70 balais :D

Je ne considère pas normal d'avoir le droit de partir à 57 ans, mais sachez que si je fais ce choix, ma retraite ne sera pas à taux plein. Mon travail n'est absolument pas pénible physiquement, alors oui, je trouve illogique que je puisse partir à 57 ans. Heureusement que le taux plein est à 62 ans.

Bref, j'arrête le HS. Votre système de retraite agricole est tout simplement honteux. Vous devriez avoir le droit de partir à 55 ans avec une retraite à taux plein, tout comme plein d'autres professions qui sont usantes pour le corps. Vous devriez avoir une retraite digne, d'au moins 1000 euros voir plus. Mais quand je vois comment est considéré la pénibilité dans la future réforme.....

Je voulais juste signaler tout ça. Je suis prêt à poursuivre ce débat en MP.

 

 

Un sujet extrêmement intéressant. Je ne manquerai pas de venir le lire régulièrement. :)

  • J'aime 11
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dontreix - Creuse (23) - altitude : 720 m

Une petite polémique dont Mediapart à le secret !

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/02/20/revelations-sur-le-salaire-de-ses-dirigeants-la-fnsea-assume-pleinement_6030186_3234.html

 

Les décideurs sont à la FNSEA, pas au gouvernement, des fois que certains douteraient !

  • J'aime 3
  • Merci 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79
Il y a 14 heures, Flora a dit :

"Koro sen flago"...?

Nippon... latin? Nan. Là,  je le perds. 😮

 

Mais c'est la feeeeeete! 

 

images.jpeg

xD

Ca crâne, mais y a rien dedans : p

 

Oui sinon, l'esperanto ~ : ) 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79

Niveau retraite, il y a beaucoup à dire, mais trop actuel, trop pure politique effectivement pour ouvrir ici.

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Olivet (45)

@neige84 : entièrement d'accord avec tes propos :) Idem pour la viande, en manger moins souvent, mais une viande de qualité issue de l'éleveur du coin.

J'en parlais encore récent avec mon patron de tout ce que nous vendons actuellement, complètement désaisonné, pour les grandes surfaces: "oui, mais la demande est là, les gens veulent des fruits et légumes hors saison, ça se vend très bien"... Hier encore, haricots verts d'Egypte, tomates du Maroc (qui n'ont aucun goût) et tellement encore qui viennent de l'autre bout du monde... C'est au consommateur de boycotter tout ça et de revenir à la raison.

Pour l'exemple de la SNCF, j'ai pris celui là (presque) au hasard, disons celui qui est le plus médiatisé :D Mais je ne doute pas que tous les agents n'ont pas les mêmes avantages! Et là aussi je suis d'accord avec toi, la pénibilité n'est pas assez prise en compte dans nos métiers... comme dans d'autres métiers manuels, d'ailleurs.

 

Si je prend l'exemple d'un proche retraité dans l'agriculture, commencé à travailler (officiellement) à 14ans, en ayant bossé 60h par semaine, il touche aujourd'hui environ 800€. S'il n'aurait pas ses enfants pour l'aider à vivre, cela serait impossible pour lui. Qui pourrait vivre avec ça aujourd'hui? Et encore, pour l'instant la santé va bien, mais le jour où il faudra une maison de retraite, il fait comment?

Mais tout ça, l'Etat s'en fout, et électoralement, les 350000 agriculteurs qui restent pèsent bien peu dans la balance par rapport à 6 millions d'électeurs...

 

@paparazzi : je préfère ne pas aborder le thème de la FNSEA ici, au risque de me fâcher et de retourner mon écran :D A la rigueur, que certains touchent de grosses indemnités pour le travail accompli, pourquoi pas, c'est même normal qu'un élu qui oeuvre pour les autres soit récompensé, mais c'est tout ce cumul des postes et des indemnités qui est honteux... Faut voir comment ça se passe, là-dedans...

FNSEA, chambres et compagnies: ce qui comptent pour eux, c'est déjà de sauver leurs places, les petits agriculteurs en bas de l'échelle, ils n'en ont rien à faire, et s'ils avaient un slogan, ça serait "Avec nous, pas de scrupules, on t'entubes" (pour resté poli :D)

 

  • J'aime 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Olivet (45)

Cela fera peut-être avancer (un peu) les choses, qui sait? 9_9

Bon allez, après mon occupation matinale dans mon jardin local, direction le boulot, où les fruits et légumes du bout du monde m'attendent :/

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Perpignan

Alors que la plus grande ferme de France a, comme tout les ans, ouvert ses portes ce week-end Porte de Versailles, Jean-Paul Pelras, redacteur en chef de L'Agri des PO et de l'Aude, donne son point de vue sur l'avenir de l'agriculture en France.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Olivet (45)

Parlons-en de ce salon, d'ici quelques années, il sera transformé en musée de l'agriculture, au rythme où on disparait!

 

On a le droit d'avoir la une des médias, une journée par an, où notre Président vient y faire un tour avec de belles promesses, accompagné par les plus fidèles de la fédé qui déclarent que ce sont des conquérents et non des révoltés. Dire qu'ils se battent pour sauver leurs avantages, certainement, mais pour sauver notre tête, pas si sûr... Et que dire des agriculteurs présents qui accueillent tout ce beau monde avec de grands sourires et de belles courbettes, comme si tout allait très bien?

 

Au final, on divise encore les agriculteurs entre eux, avec par exemple ceux qui sont en ACS qui pourraient garder le droit d'utiliser du glyphosate, les autres, non. Faudrait alors m'expliquer: soit c'est dangereux et on l'interdit pour tous, soit il ne l'est pas et aucune raison de l'interdire à certains! Diviser pour mieux régner, peut-être?

 

Et tant qu'on est dans les points de vue sur l'avenir de l'agriculture en France, voici l'interview de Sylvie Brunel pour la défense des paysans

Bref, au moins ce salon à le mérite de faire découvrir à certains nos bons produits du terroir, c'est déjà ça, qu'ils en profitent avant qu'il n'y en ai plus...

 

 

 

 

 

  • J'aime 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : asserac 44

Une chose est sure c'est pas le salon de l'agriculture qui va aider a redonner une image

réelle de l’agriculteur avec toute cette mascarade de tout bord.

Mais la plus part des gens veulent de la détente, du loisir, alors on leurs en donnent.

Dans ce qui est dit dans les articles et vidéo au dessus il y a du bon et du moins bon et c'est compliqué

de faire une synthèse rapide.   

Pour le moment je croise  les doigts pour que la paysannerie ne disparaisse pas. 

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint Martin de Londres (34) / Agropolis Montpellier-Nord

Tiens c'est mon domaine ce topic !

Va falloir que je trouve le temps pour lire tout ça !

  • J'aime 4
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dijon, Bellefond

Comment faire des Projets de Territoire de Gestion de l'Eau ? .. Peut-être en ne commençant pas par construire des retenues sans permis !

Quand l’actualité rejoint un sujet évoqué ici, peu abordé dans les problématiques de RC et remis au goût du jour par circulaire..;-) Honnêtement, peu s'en était  emparé jusqu'à présent... et pourtant désormais, Agence de l'Eau et Chambre d'Agri semblent se tenir la main pour revenir sur le sujet... épidermique pour certains, salvateur pour d'autres.. les réserves collinaires ! mais ça existe.. donc empoignez l'outil et voyons ce qu'il en sort...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/lot-et-garonne/agen/lac-caussade-lot-garonne-agriculteurs-vent-debout-empechent-acces-au-site-1796945.html

2019.05.07 Instruct° Gvt PTGE signée.pdf

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Rennes

Un article indiquant expliquant  que le rechauffement  climatique pourrait accroître le risque de dégâts du au gel sur les vignes. Plus de coulées froides au sud par un jet stream moins puissant à cause du réchauffement plus rapide au pôle. La végétation se développerait bien plus vite voire même parfois en janvier-fevrier par exemple pour de vignes du sud. Cela expose plus au gel les arbres fruitiers. Ce risque disparaitrait progressivement en seconde partie du XXI eme siècle.

 

http://labs.itk.fr/2020/03/23/un-vrai-paradoxe-le-rechauffement-du-climat-induirait-un-risque-accru-de-degats-du-au-gel-sur-la-vigne-et-les-vergers/

  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Location : Aubenas en Ardèche méridionale

encore une saison qui part bien mal pour le secteur agricole, après les gelées tardives, revoilà la sécheresse qui pointe le bout de son nez...   

les années se suivent et se ressemblent : des hivers trop doux, des printemps trop secs, des étés trop chauds.

déjà, l'herbe et les graminées dans les prés destinés à fournir du fourrage l'hiver prochain n'ont quasiment pas poussé, beaucoup de fruitiers ont été abimés par le gel tardif, les sols commencent à avoir soif... 

tous autant qu'on est dans la région, on regarde la météo avec anxiété, guettant la pluie, alors qu'on est à peine mi-avril 😨

 

Edited by boubou07
  • J'aime 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : asserac 44

Oui plus d'un mois sans pluie ici, les sols en surface commencent a souffrir alors

qu'on a eu un excédant de pluie durant cet hiver. C'est vraiment terrible ces périodes

bloquées sur une situation météo. Est ce que le RC en est responsable?

Il ne me semble pas que on avait ces situations il y a une vingtaines d'années?  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...