Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Du 25 mai 2020 au 31 mai 2020, prévisions semaine 22


Recommended Posts

Posted (edited)

Merci pour vos analyses !

Ce matin les modèles semblent confirmer les tendances esquissées par les différents intervenants ces dernières 48h : hausse du champ de pression après la faiblesse d'hier et donc une semaine qui s'annonce sous le signe du soleil sur la majeure partie du pays. Mais qui dit soleil ne dit pas forcément chaleur, ou en tout cas avec de fortes nuances selon que l'on se trouvera à Strasbourg ou Biarritz.

Donc côté nébulosité, de lundi à vendredi, la semaine s'annonce estivale avec des hauts géopotentiels qui prendront position sur les Îles Britanniques. La composante continentale de ce flux nous préservera de toute incursion humide. Sauf développements orographiques comme énoncées précédemment.

anim_qog6.gif

Côté température, cela sera bien plus nuancé puisque l'on observera une vraie injection froide d'origine scandinave sur un grand quart nord-est alors que dans le même temps, à mesure que le thalweg Atlantique progressera vers l'est en cours de semaine, le sud-ouest se retrouvera sous un flux de S . A titre indicatif vu l'échéance, on se retrouve donc avec un différentiel de plus de 10° entre SO et NE alors que tous deux seront pourtant sous le soleil :

gfs-6-132_tuh4.png132-778_qbn8.GIF


Le week-end s'annonce plus nuancé puisque les hauts géopotentiels devraient progressivement perdre leurs racines méridionales et former un début de blocage sur la Scandinavie. Cette isolement à des latitudes nordiques va ouvrir une brèche sur la France qui pourra se retrouver sous l'assaut croisé des gouttes froides continentales et atlantiques. Et bien qu'il soit encore un peu tôt pour entrer dans les détails, la France pourrait alors être la zone privilégiée d'un conflit de masse d'air avec cette goutte froide Atlantique qui viendrait buter sur le blocage continental :

gfs-4-174_tno7.pnggfs-13-192.png.6ae6fccc67982f5f8ed7733862cd4a2f.png

A priori, vu le faible dynamisme du courant zonal, cette goutte froide pourrait mettre plusieurs jours à se résorber et conditionner une bonne partie de la semaine du prochain topic assurant son lot de nébulosité et de fraicheur.

------------

Justement, pour faire la transition avec le prochain topic, il y aura selon moi 2 grandes options qui détermineront le temps sensible de la 1ère décade de juin :

- Option 1 : la goutte froide adopte un mouvement rétrograde et après avoir concerné la France, s'isole vers le Portugal/les Açores. Retour de la chaleur, prioritairement sur la façade E et évolution vers un blocage "estival" :

gfs-0-288_hnk5.png

- Option 2 : la goutte froide se voit réalimenter par l'Atlantique avec une belle dorsale Groënlandaise nous gratifiant d'un temps nébuleux, frais et humide :

gens-8-1-264.png.86f1d5a141a8fac5e1c01bd50ad6ef7e.png
 

Edited by Kyrion
  • J'aime 26
Link to post
Share on other sites
  • Replies 96
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Merci pour vos analyses ! Ce matin les modèles semblent confirmer les tendances esquissées par les différents intervenants ces dernières 48h : hausse du champ de pression après la faiblesse d'hier

Peut être qu’avec un peu de chloroquine cela pourrait être résolu ? 

Tu redis la même chose que dans le topic de prévisions saisonnières du printemps, donc on va te faire la même remarque : les températures à 850 hPa ne sont qu'un indicateur très imparfait des températ

Posted Images

Posted (edited)

Merci Kyrion pour ton analyse !

On peut ajouter un autre scénario que propose CEP avec goutte froide qui creuse beaucoup trop tôt à l’ouest et glisse directement vers le Portugal  , dans ce cas tout le monde reste au sec avec flux de sud-est modérément chaud et rebelotte ciao bonsoir... 

DFC3EB71-CC0C-4FD7-8E82-1545FD0AD002.thumb.gif.32fef1d0e7c328b472a788d00ca1d8c6.gif
Hier cep voyait filer la goutte directement vers l’Europe Centrale.

Scenario intermédiaire pour gem, même si la goutte froide glisse à l’ouest elle pourrait donner de bons orages au moins sur la façade Atlantique (Sur cep tout irait au large)


F93EC532-9FF5-41B8-B937-2116A88A05FE.png.77be44952b9c5048a1a3eac863878599.png


Vu la moyenne Cep elle aurait finalement du mal à pénétrer sur le pays.

D5495326-194A-4BB3-B969-87E92F3EFAEA.gif.9b9080f23ebb75e06ef4bd01b74556b1.gif
 

sur Gefs le risque qu’elle parte ou reste très à l’ouest est également de plus en plus présent 


84E6E81F-091F-4545-BA43-DE5BFDBA8344.thumb.png.b3d18c168e726ba2e492406d95b39973.png

 

On voit que ça reste très périlleux comme manœuvre et j+ 7 pour une goutte froide reste une éternité malheureusement car trop à l’ouest tout le monde est au régime chaud et sec, trop à l’est c’est fraîcheur et humidité, il faut un bon juste milieux pour obtenir le trésor orageux, comme toujours en météorologie ...

Edited by kéké
  • J'aime 11
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 10 heures, _sb a dit :

 

JMA (*) n'a pas le noyau (???) d'IFS.

J'en étais sûr :D Quoi il te plaît pas notre "noyau"? (rire)

Toute façon si jma avait le même noyau, il n'aurait pas ce genre de pépin.

 

Côté modèles, ajoutons une option à l'analyse pertinente de Kyrion, celle où le rétropédalage de la GF reste vrai, mais dans un contexte où la GF n'atteint jamais la France. La dernière sortie CEP vient caricaturer un peu le propos, mais bon, il me semble que cette option (tendance orageuse et vague de chaleur) reste  prioritaire?  Le problème c'est le fait qu'elle soit plus intuitive que modélisée, ça lui enlève de l'aplomb en terme de probabilité. On doit pouvoir continuer à risquer une piécette sur ce scénario sans être trop dans l'absurde.

 

D'ailleurs la moyenne CEP commence à peine à réagir, et elle le fait près de nos côtes, c'est peut-être ici que GFS va tenter une jonction avec ce scénario au cours des prochaines sorties.

Même en admettant que cela se vérifie, il y aura gros travail à faire entre le temps sensible O/E. A suivre!

EDM101-168_frt4.GIF

 

 

ECM1-192_kht1.GIF

Edited by sebb
texte à trous ^^
  • J'aime 1
  • Haha 3
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Merci pour ce résumé @Kyrion,

 

Si je peux me permettre, le scénario 8 de GEFS 6Z que tu évoques correspond plutôt à un cas où aucune brèche ne s'ouvre sur l'Europe de occidentale en fin de semaine. Une GF parvient plutôt à s'isoler beaucoup plus à l'ouest, au-dessus de l'Atlantique. Dans le même temps, la cyclogenèse augmente en Mer du Labrador puis - en début de semaine suivante- la dorsale groenlandaise s'étire et ouvre la porte à un profond talweg aux racines nordiques. C'est un scénario pour le moment envisageable, auquel cas un temps relativement froid et humide se mettrait en place.

 

gens-8-1-144.png

 

gens-8-1-240.png

 

 

 

@kéké

 

Oui, CEP voit la GF s'isoler plus à l'ouest, tout comme des scénarios de GEFS d'ailleurs. Mais l'étirement d'un talweg en Europe de l'Ouest est possible à partir du weekend prochain et la semaine suivante ! C'est normal d'avoir autant d'incertitude vue l'échéance, d'autant plus que les trajectoires des GF se révèlent hasardeuses et c'est peine perdue de chercher à prévoir précisément leur déplacement après J+5. Ce qui est encourageant si je puis dire, c'est que même si un aucun talweg ne parvient à s'étirer chez nous en fin de semaine, il y a des signaux en faveur d'un changement de synoptique par la suite.

Edited by Cers
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites

Bonjour, 

Je pense que le scénario avec isolement de la GF au large du Portugal n'est pas utopique.

C'est un peu le scénario de l'année passée, peut être une première grosse bouffe et chaude début Juin ?

A suivre ...

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, Cers a dit :

Merci pour ce résumé @Kyrion,

 

Si je peux me permettre, le scénario 8 de GEFS 6Z que tu évoques correspond plutôt à un cas où aucune brèche ne s'ouvre sur l'Europe de occidentale en fin de semaine. Une GF parvient plutôt à s'isoler beaucoup plus à l'ouest, au-dessus de l'Atlantique. Dans le même temps, la cyclogenèse augmente en Mer du Labrador puis - en début de semaine suivante- la dorsale groenlandaise s'étire et ouvre la porte à un profond talweg aux racines nordiques. C'est un scénario pour le moment envisageable, auquel cas un temps relativement froid et humide se mettrait en place.

 

Il y a aussi le scénario « neti neti » du dernier gfs

- ni goutte froide en fin de semaine 

- ni descente nordique par la suite 

... mais la continuité d’un vaste bordel/dorsale  anticyclonique repoussant les intrusions humides aux calendes grecques . 

Edited by kéké
  • J'aime 9
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, kéké a dit :

Il y a aussi le scénario « neti neti » du dernier gfs

- ni goutte froide en fin de semaine 

- ni descente nordique par la suite 

... mais la continuité d’un vaste bordel/dorsale  anticyclonique repoussant les intrusions humides aux calendes grecques . 

 

Forcément ! Et cela ne viendrait pas arranger la situation sur le front de la sécheresse, j'en conviens. Il y a aussi ce scénario dans lequel une GF vient effectivement s'isoler chez nous ou sur le proche Atlantique (GEM), mais où ensuite le blocage scandinave resterait bien établi et ne permettrait pas de descente froide ... On pourrait citer d'autres scénarios tous plus ou moins éloignés les uns des autres. La prévision déterministe ne permet pas de tenir compte des incertitudes liées au comportement chaotique de l'atmosphère. A J+5 et au-delà on a largement atteint les limites de prévisibilité.  Et si on avait hier et ce matin dans la prévision d'ensemble les signaux d'une évolution de la situation synoptique en faveur d'un temps plus humide en Europe de l'Ouest après le weekend prochain, il n'y a aucune raison pour que ce ne soit déjà plus possible. ;) 

 

 

ps2png-gorax-green-001-6fe5cac1a363ec152

Edited by Cers
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour ajouter de l'eau au moulin déjà copieusement alimenté en qualité par les précédents intervenants :

 

- la tendance favorable d'IFS ENS sur ces 5 dernières sorties pour une fin de semaine plus humide qu'envisagée jusqu'alors. Sur les 4 dernières sorties avant celle de ce matin, l'ensemble émettait des signaux récurrents et chaque fois un peu plus nombreux mais brouillés. Le 00Z du jour est plus franc avec une classique approche par l'ouest via thalweg depuis  les îles britanniques ou GF sur le proche-Atlantique, l'idée directrice étant un apport humide conséquent dans un contexte de marais barométrique.

Pour l'heure, le signal est devenu suffisamment haut pour s'élever au-dessus du bruit de fond sur la façade atlantique. Pour une entrée plus profonde sur le continent, le même ensemble est plus réticent, on reste sur du signal, un signal qui s'accentue. Ce qu'explicitent aussi les deux cartes de Cers ci-dessus avec un écart-type standard et normalisé plus élevé des îles britanniques au Portugal.

 

571694167_IFSfronts.png.d4ab0ebebb5c514d6a95a813ca03bf30.png

 

Ça reste encore du signal mais les probabilités s'améliorent nettement, à la fois de run en run et géographiquement avec une extension vers le nord et l'ouest de ces dernières (probabilités d'un événement neige, vent ou pluie) alors que durant toute la semaine (lundi->vendredi), seul le 1/3 SE est concerné par la présence éloignée d'air froid plus à l'est (Italie du nord et Balkans). La tendance est encore timide mais réellement présente.

 

IFS_prob_all.png.d6fac3459da6819bcea54f76a3b9b91d.png

 

- GEFS n'est pas insensible à cette évolution. Si on compare date à date, les différences apparaissent importantes. Si on regarde sur une échelle temporelle plus longue, les 48h du week-end, voire un peu au-delà du topic, l'idée d'un apport humide à l'ouest apparaît dans un contexte similaire à l'européen.

 

À H+156, GEFS maintient encore le cap d'une influence plus prononcée qu'IFS ENS des BG orientaux, couvrant une petite moitié est du pays.

 

GEFS_H156.thumb.png.3dd2f2585fa935232855f306fdff92a7.png

 

À H+180, GEFS rejoint le principe d'un apport océanique sur l'ouest, avec là aussi thalweg britannique s'étirant ou GF s'isolant :

 

GEFS_H180.thumb.png.cd177089a652e1c6f9071fa304809a98.png

 

Finalement, entre les deux, les différences sont dans les détails, qui ont naturellement leurs importances en terme de temps sensible :

- une semaine sèche et chaude (*) avec des évolutions diurnes quotidiennes ou presque sur un 1/3 SE;

- une semaine sèche et chaude (*) avec une évolution diurne potentiellement prononcée ce week-end sur toute la façade est.

 

(*) : chaude car même si les T850 ne sont pas prévues exceptionnelles, le vent à dominante est sur le pays apportera de l'air sec en basses couches dans un contexte de dorsale en altitude impliquant des amplitudes thermiques élevées : probablement des Tn plus ou moins dans les normes (lesquelles ...? celles empiriques de ces années 2010 malheureusement ?) et des Tx nettement supérieures.

 

EDIT : ICON favorise également cette option humide en fin de semaine par l'ouest alors que son ensemble est plus timoré. Affaire à suivre qui déterminera au moins le début du topic suivant...

 

ICON_180.png.44c705483b793707d46d30f78a4c9b1f.png

 

Edited by _sb
  • J'aime 4
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites

On sent quand même du plus chaud encore sur cep. La fin de semaine s'annonce bien largement supérieure aux normes partout et plus que sur l ouest

Link to post
Share on other sites

En effet, CEP et GFS sont en accord globalement pour le positionnement du thalweg dans les parages du Portugal. Reste à déterminer le positionnement exact et sa durée. On le sait surtout avec juin 2019, que le potentiel de chaleur augmente considérablement dans cette situation. Pour le moment l'ouest de la France et le sud sont les plus exposés mais cela risque de bouger surtout si la situation vient à durer. 

Je laisse les experts parler 😉

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Ca n'a rien d'une expertise, mais il est compliqué tout de même à ce stade d'établir un parallèle efficace avec la situation de juin 2019, 3 semaines d'écart dans la saison, c'est un élément important, à cela s'ajoute 'basiquement' le fait qu'on trouve toujours assez rapidement des différences non négligeable entre 2 situations qui se veulent comparable de prime abord.

 

Certes on peut trouver une similitude sur la "livraison" d'air froid en direction de la zone Açores/péninsule Ibérique, mais l'environnement n'est pas le même, avec des gradients verticaux moyens encore importants en cette période, facilitant la prise d'instabilité, et des zones d'air froid à 500 hpa continental qui ont davantage leur mot à dire face à une pompe à chaleur sur l'inertie relative du proche Atlantique, la situation est donc moins déséquilibrée de part et d'autre de la dorsale.

A cela s'ajoute de toute façon une situation synoptique de base qui n'est pas la même notamment sur l'UE centrale/Balkans, d'ou ces interrogations  Ouest/Est concernant le temps sensible de cette fin d'échéance, qui auront fait l'intérêt de cet exercice.

 

On peut travailler sur, voire privilégier une option chaude, mais la notion de vague de chaleur est celle d'une intensité d'un début juin, nous ne sommes heureusement pas dans la même cour.

Puis effectivement, si la situation insiste, avec une recharge de la pompe à chaleur en air froid, les choses peuvent évidemment se durcir par la suite, mais ce n'est pas dans la modélisation actuelle, et de toute façon pas pour ce topic, on voit poindre l' hésitation sur cep à échéance farfelue pour un déterministe sur la visée UE Centrale vs proche Atlantique concernant une très hypothétique nouvelle GF.

 

Rien de vaut l'image pour illustrer combien pèsent 3 semaines à cette période de l'année, un peu comme toute les autres d'ailleurs:

Actu:

ECH0-168_ddn9.GIF

 

L'an passé:

 

ECH0-72_hbk5.GIF

 

 

Edited by sebb
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 29 minutes, sebb a dit :

Ca n'a rien d'une expertise, mais il est compliqué tout de même à ce stade d'établir un parallèle efficace avec la situation de juin 2019, 3 semaines d'écart dans la saison, c'est un élément important, à cela s'ajoute 'basiquement' le fait qu'on trouve toujours assez rapidement des différences non négligeable entre 2 situations qui se veulent comparable de prime abord.

 

Certes on peut trouver une similitude sur la "livraison" d'air froid en direction de la zone Açores/péninsule Ibérique, mais l'environnement n'est pas le même, avec des gradients verticaux moyens encore importants en cette période, facilitant la prise d'instabilité, et des zones d'air froid à 500 hpa continental qui ont davantage leur mot à dire face à une pompe à chaleur sur l'inertie relative du proche Atlantique, la situation est donc moins déséquilibrée de part et d'autre de la dorsale.

A cela s'ajoute de toute façon une situation synoptique de base qui n'est pas la même notamment sur l'UE centrale/Balkans, d'ou ces interrogations  Ouest/Est concernant le temps sensible de cette fin d'échéance, qui auront fait l'intérêt de cet exercice.

Je me permet d’ajouter 2018 qui se situe un peu plus à notre niveau pour le coup

ECH0-0.GIF?00

 

D'ailleurs on peut retrouver quelques similitudes même si l'apport Océanique semble bien moindre cette année qu'en 2018.

Edited by kéké
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Les modèles n’ont rien de palpitant ce matin avec une situation de marais barométrique sec avec des vents d’est à n’en plus finir.

Une carte pour résumer la situation au delà de ce topic

78247B89-D050-4D45-B977-32174B266F9A.jpeg.2bd2328390dd6a68598fde93855cc616.jpeg
9D3C01C3-74F2-4C31-9201-AD54AA5FA80F.thumb.gif.2e7aeec5ae83dd2458e8edc99991c1bb.gif
Seuls les massifs devraient un

peu mieux s’en tirer avec des situations orageuses.

Les situations pluvieuses sont de nouveau reportées à des échéances irraisonnables.

 

Edited by kéké
  • J'aime 5
Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Nico41 a dit :

C'est étonnant qu'un marais barométrique ne puisse pas favoriser des orages et donc de la pluie. Quelles en sont les raisons? @kéké

Cela s’annonce assez venteux 

BB5DD6D5-CD33-41DD-8542-4BCF38EB66F4.thumb.gif.d629e0721ef9cccab72b7f902d4a7053.gif

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Sur les 3/4 du pays, il va en effet falloir attendre la semaine prochaine pour la pluie. 

Le vent d'est est arrivé en première quinzaine de mars. 3 mois, ça fait... première quinzaine de juin. La météo aime les chiffres bien faits non ?

 

La raison du manque de pluie je pense, c'est que l'air est assez frais sur l'Allemagne, donc le vent d'est crée une advection froide qui tue l'instabilité.

La compensation, c'est que cet air rafraîchi ensoleillé va freiner les 30°C avec des nuits pas très chaudes.

Pour les agriculteurs, il faut profiter des nappes bien remplies dans le nord et irriguer.

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 17 minutes, Cotissois 31 a dit :

Sur les 3/4 du pays, il va en effet falloir attendre la semaine prochaine pour la pluie. 

Le vent d'est est arrivé en première quinzaine de mars. 3 mois, ça fait... première quinzaine de juin. La météo aime les chiffres bien faits non ?

 

La raison du manque de pluie je pense, c'est que l'air est assez frais sur l'Allemagne, donc le vent d'est crée une advection froide qui tue l'instabilité.

La compensation, c'est que cet air rafraîchi ensoleillé va freiner les 30°C avec des nuits pas très chaudes.

Pour les agriculteurs, il faut profiter des nappes bien remplies dans le nord et irriguer.

Le vent d’est c’était plutôt 2eme quinzaine de Mars.

Pour les 3/4 du pays il faudrait peut être même attendre les 10 prochains jours, pas certain que cela se décante la semaine prochaine .

Je pensai que les statistiques te permettais de voir les choses bien plus clairement ?  Tu rattrapes un peu beaucoup tes chiffres par d’autres paramètres (la fraîcheur en Allemagne) mais les faits sont là ... il faut dire aussi que c’est plutôt un vent de nord-est qui est prévu grâce à la goutte froide vers l’Ouest de l’Espagne advectant de l’air vers pays bas ou même mer du nord.

 

Mais comme quoi encore une fois les statistiques ne font pas tout, un peu comme pour le coronavirus, à trop avoir de statistiques on en perd l’intuition et le bon sens...

Edited by kéké
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Les méthodes, ça se juge sur la répétition. La validation est une affaire de statistiques. Au cas par cas, ça peut ne pas marcher.

L'air froid en Allemagne est lié au "mauvais" scénario, je ne pouvais pas l'analyser au moment où il y avait d'autres scénarios.

La semaine prochaine, c'est du J+7 à J+14, donc j'affirmerai rien là-dessus (perso). Les méthodes statistiques vont forcément revoir de la pluie à ces échéances, mais c'est aussi le symbole de l'incertitude. On pourrait arrêter net toutes les prévisions à J+7, ce qui serait une autre méthode, mais le fait est que personne ne fait çà.

 

Edited by Cotissois 31
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, Nico41 a dit :

C'est étonnant qu'un marais barométrique ne puisse pas favoriser des orages et donc de la pluie. Quelles en sont les raisons? @kéké

 

Etre dans une situation de marais barométrique n'est pas un critère suffisant ! Dans l'atmosphère, excepté au voisinage du sol en cas de chauffage important, l'instabilité thermique verticale n'est pas absolue mais latente ou potentielle. En présence d'une instabilité verticale forte avec un air très chaud en basses couches surmonté par de l'air relativement froid en altitude (comme on trouve notamment en présence d'une GF même peu dynamique), des cellules orageuses peuvent se développer en plaine l'après-midi lors de journées à fort ensoleillement, mais autrement il faut un ou plusieurs forçages comme une anomalie de basse tropopause, des advections de tourbillon, de la divergence en altitude (sortie gauche / entrée droite de jet), l'arrivée d'un front, une advection chaude et humide, de la convergence du vent près de la surface, le soulèvement par une poche d'air froid au sol, une brise de mer ... ou le relief ! Et oui, le vent interagissant avec le relief peut être amené à le contourner mais aussi être forcé à monter : c'est un déclencheur qui permet à l'air de s'élever, d'atteindre le niveau de condensation et le niveau de convection libre puis de continuer à monter librement sur toute la profondeur de la troposphère si le profil vertical est favorable (la condensation libérant de la chaleur, la température de la parcelle d'air diminue selon le gradient adiabatique humide, inférieur en valeur absolue au gradient adiabatique sec). Dans les zones montagneuses, les ondes orographiques et les brises de pente sont aussi des facteurs qui peuvent participer au déclenchement de la convection. Les forçages peuvent se cumuler bien sûr, ce qui est d'ailleurs d'autant plus favorable à la formation de cellules convectives, dont l'organisation va ensuite dépendre, en partie, du cisaillement de vent.

 

Dans la situation qui est prévue de nous concerner, l'air plus frais et sec continental va rendre les profils verticaux moins instables. Or pour déclencher la convection profonde en journée autrement que sur les reliefs en fin de semaine, il faudrait à minima une advection d'air chaud et humide en BC - par exemple du sud en aval de la GF qui si elle était venue s'isoler sur la péninsule Ibérique aurait joué le rôle de pompe à chaleur - en phase avec l'air froid d'altitude pénétrant plus franchement par l'est.

Edited by Cers
  • J'aime 7
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

En revanche, on a tout de même l'impression qu'en toute fin d'échéance l'étau se resserre au niveau des GF, avec un risque précipitant croissant, le cadre devient plus favorable aux déclenchements instables au sud ouest de la Loire, en gros là ou la T°C 850hpa se maintiendrait au-dessus des normes tandis que la baisse se produirait à 500hpa, dans un environnement devenant plus cyclonique. Impossible d'avoir plus de détails, l'instabilité étant fortement dépendante de l'emplacement exact des GF, ce n'est pas à j+6/7 qu'on pouvoir établir un réel potentiel orageux.

 

On conserve donc cette idée de France coupée en 2, le spectre des 30°C gagne de la probabilité sur certaines régions pendant que d'autres devront se battre pour atteindre la barre des 20°C. Très fin le temps sensible entre 2 GF.

pearp-8-93-0-35_lfx4.png

 

Edited by sebb
  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Cette impression se traduit tout de même en signaux depuis plusieurs jours ! :)

 

Pour la fin du topic pouvant déborder sur le début du suivant, on a cette configuration avec un isolement en GF plus ou moins sur le Portugal, une pulsion chaude contenue (qui monte relativement peu) sur l'Atlantique et un axe froid composé de deux noyaux, un sur l'Islande, l'autre vers la Pologne / Tchéquie. Cette structure est bien verticalisée ; elle se retrouve à tous les niveaux.

 

- Côté GF, elle reste pour l'heure un poil trop à l'ouest pour produire une dégradation généralisée. Elle pourrait envoyer de l'humidité en altitude sur en gros un tiers SW du pays mais dans un contexte vertical plutôt stable (ceinture de HG relatifs entourant le GF, celle-ci étant trop à l'ouest). Au sol, la pression vaguement dépressionnaire est plutôt favorable mais avec un vent d'est sec sur ces régions du SW.

Du coup, les reliefs sont privilégiés pour une évolution diurne (Pyrénées et sud-ouest du Massif central.

Cependant, un léger décalage vers l'est permettrait à la fois un apport d'humidité supplémentaire, une stabilité verticale amoindrie et, en surface, un apport océanique d'humidité grâce au décalage du minimum barométrique déclenchant un caractère orageux plus marqué et, surtout plus étendu qu'aux seuls reliefs.

C'est une possibilité que j'anticipe. Pour l'heure, et depuis plusieurs jours, le forçage principal reste sur l'océan (ligne noire grasse) que ce soit sur IFS ENS ou GEFS.

 

- À l'opposé, sur un tiers NE du pays, l'influence froide d'Europe centrale n'est pas inintéressante. Le profil thermique vertical est plus instable que sur le SW : autour de +4 à +8°C à 850 hPa, -20 à -25°C à 500 hPa, proche des -50°C à 300 hPa. L'apport humide de la mer du Nord / Baltique dans un contexte frais est favorable. Ce n'est peut-être pas super sexy pour une toute fin mai ou tout début juin mais des pluies seraient sans doute bienvenues...

C'est là aussi une possibilité que j'anticipe bien que j'y crois plus que la précédente. Un décalage ouest cette fois maximiserait les chances.

 

Bien sûr, les modèles ne modélisent pas de RR (ou de façon non significatives) si on lit les cartes brutes. On est clairement dans une configuration à potentiels et c'est de ce côté là que je regarde. Cela fait d'ailleurs plusieurs fois ce printemps que la France se retrouve en configuration de col entre plusieurs centres d'action principaux, d'où la médiocrité de la prévisibilité et le recours aux configurations potentielles.

 

IFS 00Z illustre cette configuration verticalisée à col, ici sur 4 niveaux verticaux, avec les Tmoy sur les 3 niveaux d'altitude sur le NE du pays :

 

ifsanimz.gif

Edited by _sb
  • J'aime 7
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Le 23/05/2020 à 13:22, mike a dit :

il faut oublier les chaines de télé, ils sont toujours à coté de la plaque coté températures. Il est certains qu'on aura pas une moyenne de 25° au nord la semaine prochaine. Je dirais 22/23°

Il faut bien reconnaître que MF s'est loupé dans la région de mike, on reste bien autour de 22/23 dans les dernières prévis. d'ici la pentecôte. Comme quoi même avec une synoptique qui a été confirmée, on peut voir des organismes pros se louper. La prévi reste encore difficile...

Alors pour la semaine prochaine, on n'est pas rendus! rien à ajouter le placement de la goutte froide est à attendre.

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...