Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Recommended Posts

Posted
Sainte-Maure-de-Touraine (37) ( 30km au Sud de Tours)

Au fond, je savais pertinemment qu'il y aurait quelques erreurs, ça fait plusieurs mois à peine que j'essaye d'apprendre, de suivre et d'appréhender les indices comme la QBO pour la prévision saisonnière. Tu fais bien de me reprendre pour éviter que je refasse ces erreurs justement dans mes prochaines analyses, d'ailleurs, tu a fais un excellent post concernant la QBO de le topic de El Nino / La Nina et j'ai pris plaisir à le lire. Je vais désormais m'approfondir dans ce genre d'analyse pour réussir quelque chose de concret, hâte de te lire en tout cas sur ta prochaine analyse des indices pour l'hiver !  

 

 

  • J'aime 9
Link to post
Share on other sites
Posted
Plaisance du Touch (31)
il y a 43 minutes, Météodu37 a dit :

Au fond, je savais pertinemment qu'il y aurait quelques erreurs, ça fait plusieurs mois à peine que j'essaye d'apprendre, de suivre et d'appréhender les indices comme la QBO pour la prévision saisonnière. Tu fais bien de me reprendre pour éviter que je refasse ces erreurs justement dans mes prochaines analyses, d'ailleurs, tu a fais un excellent post concernant la QBO de le topic de El Nino / La Nina et j'ai pris plaisir à le lire. Je vais désormais m'approfondir dans ce genre d'analyse pour réussir quelque chose de concret, hâte de te lire en tout cas sur ta prochaine analyse des indices pour l'hiver !  

 

 

Ce que je trouve le plus inquiétant dans tout cela, ce sont ces ratés de la QBO, le deuxième en 4 ans, et qu'ils se produisent dans les deux cas sur une diffciulté à la phase Est à s'établir n'est sûrement pas un hasard.. Un avis des "spécialistes" à ce sujet ? N' y a t il vraiment jamais eu de retard à l'allumage par le passé et en particulier sur la pha

il y a 46 minutes, Météodu37 a dit :

Au fond, je savais pertinemment qu'il y aurait quelques erreurs, ça fait plusieurs mois à peine que j'essaye d'apprendre, de suivre et d'appréhender les indices comme la QBO pour la prévision saisonnière. Tu fais bien de me reprendre pour éviter que je refasse ces erreurs justement dans mes prochaines analyses, d'ailleurs, tu a fais un excellent post concernant la QBO de le topic de El Nino / La Nina et j'ai pris plaisir à le lire. Je vais désormais m'approfondir dans ce genre d'analyse pour réussir quelque chose de concret, hâte de te lire en tout cas sur ta prochaine analyse des indices pour l'hiver !  

 

 

 

Ce que je trouve le plus inquiétant dans tout cela, ce sont ces ratés de la QBO, le deuxième en 4 ans, et qu'ils montrent dans les deux cas sur une difficulté à la phase Est à s'établir n'est sûrement pas un hasard.. Un avis des "spécialistes" à ce sujet ? N' y a t il vraiment jamais eu de retard à l'allumage par le passé avant 2016, et en particulier sur la phase Est  ?

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

En complément des analyses précédentes, un petit point sur l'état de la TNA. Bon vous allez dire "encore un acronyme de je ne sais quel indice probablement foireux" :D, effectivement c'est l'acronyme de Tropical North Atlantic, et c'est un indice qui est basé sur les températures de surface de l'Atlantique tropical au nord de l'équateur. Et si cet indice est intéressant, c'est que c'est l'un des rares précurseurs pas trop mauvais des conditions automnales dans le secteur Europe / Atlantique Nord. Je dit "pas trop mauvais" parce que ce n'est pas non plus l'alpha et l'oméga, mais dans les analyses rétrospectives les résultats obtenus sont loin d'être anecdotiques.

 

Donc déjà pour se situer, l'indice TNA est actuellement très positif, avec des valeurs proches des records si on fait abstraction du stratosphérique 2010 qui était une année assez particulière dans l'Atlantique en général, et qui n'est de ce fait pas vraiment propice à des comparaisons. La dernière valeur affichée est celle de juillet, mais comme tous les indices basés sur les températures de surface des océans la TNA a beaucoup d'inertie et varie peu d'un mois sur l'autre ; on peut donc sans trop de risque partir du postulat que cet indice sera encore très positif en août.

 

Ce constat étant posé, voici ce que nous disent les analyses rétrospectives :

 

 

TNA.thumb.png.5b51f9e7e5e89a5db903663775352c8b.png

 

 

Ces cartes montrent le coefficient de corrélation qui est calculé par les réanalyses NCEP sur les trois mois d'automne pour les géopotentiels à 500 hPa, par rapport à la valeur de la TNA au mois d'août. Les schémas sont très différents d'un mois sur l'autre, les coefficients obtenus ne sont pas mirobolants mais ne sont pas anecdotiques non plus. Petite interprétation de ce que pourraient nous donner ces schémas, en partant de l'hypothèse que cette corrélation n'est pas entièrement fortuite et qu'on pourrait donc s'orienter cet automne vers ce genre de dynamiques :

 

- En septembre, une TNA+ comme ce que nous avons cette année se corrèle à un positionnement de hauts géopotentiels inhabituellement fort dans le centre Atlantique (notre fameux "Anticyclone des Açores") ainsi que, dans une moindre mesure, à une présence anticyclonique accrue sur la Scandinavie. Et entre les deux pour occuper l'espace libre, un axe dépressionnaire orienté Atlantique Nord --> Méditerranée . Cela indiquerait que l'on pourrait voir des régimes AR (Atlantic Ridge) et BL (Scandinavian blocking) prédominer - Edit  : en gros et c'est pas exprès, mais le genre de schémas type ce serait ceci. En temps sensible, cela nous ferait alterner entre un potentiel de fraîcheur nuageuse mais pas forcément pluvieuse en flux de nord-ouest (régime AR) et un potentiel de fraîcheur sèche (BL) sur l'essentiel du pays. Dans le sud-est, possibilité d'épisodes pluvieux en cas de détachement et isolation de décrochages froids d'altitude, plutôt sur PACA / Corse, mais de manière générale c'est plutôt le duo infernal Mistral / Tramontane qui dominerait.

 

- En octobre, changement complet de tonalité, en TNA+ le proche Atlantique semble redevenir très dépressionnaire. Cela placerait l'Europe occidentale dans un flux dominant de sud-ouest en régime AL (Atlantic Low), avec un potentiel particulièrement doux et pluvieux sur tout le pays, régions méditerranéennes comprises (avec un avantage pour le Languedoc Roussillon sur PACA/Corse sur le potentiel pluvieux). Reste le risque que le rail perturbé reste trop au large, auquel cas la douceur pourrait être remarquable et la pluie aux abonnés absents.

 

- En novembre, nouveau glissement : les anomalies dépressionnaires persisteraient mais cette fois-ci davantage sur l'Europe occidentale et le bassin méditerranéen, tandis que le secteur du Groenland serait plus anticyclonique que d'habitude. On est sur un schéma NAO- dont le trait principal est qu'il apporterait en fin d'automne des conditions probablement bien fraîches pour ne pas dire froides. Sur les précipitations c'est plus délicat, en général NAO- favorise des séquences bien humides au sud et un temps nébuleux mais plus sec au nord, mais vraiment en grossissant le trait.

 

A noter que dans l'ensemble, vous prenez le dernier automne avec un indice TNA très positif en août comme cette année, à savoir 2017, quand on regarde le bilan de Météo France, on peut se dire que si on avait fait une prévision uniquement avec la TNA cet automne là, le résultat obtenu par rapport à la prévision n'aurait pas été si moche que ça. Et en 2017 il y avait déjà un Treize qui vous saoulait avec TNA+ d'ailleurs et de sa capacité à nous sortir une valse été indien en octobre / froid précoce en novembre. :D

 

"Match".

 

e0c1ff69-cd86-4274-a44f-082811f405ec?t=1

 

Edited by TreizeVents
  • J'aime 29
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

@TreizeVents 

En regardant les modèles ce matin j’ai quand même du mal à voir sur le long terme un régime majoritaire en AR pour Septembre, c’était peut être encore le cas avant hier mais beaucoup moins ce matin .

Les incertitudes sont fortes, comme une période charnière de saison intermédiaire et la prédominance de dorsales anticycloniques  sur l’ouest  européen voire temporairement d’AL en cas de thalweg à l’ouest n’est à mon sens pas tout à fait exclu, je verrais bien une dominante de sud ouest plus ou moins sèche.

 

Vu la très longue période de régime AR connue cet été j’ai du mal à voir cette récurrence revenir aussi vite, mais peut être que je me trompe ...

Au passage nous n’avons vu que très peu de gouttes froides au sud ouest du Portugal cet été, les coups de chaud ont été apportés par des abaissements de barocline sur le proche Atlantique sans thalweg très profonds non plus, c’est d’ailleurs probablement ce qui fût peu favorable à l’instabilité.

L’anticyclone des Acores n’a jamais vraiment migré, en envoyant des dorsales successives vers l’Europe avec un flux très peu méridien en Juillet, un peu plus en Aoùt tout de même.
Paradoxalement nous avons beaucoup moins de situations avec un vrai anticyclone Européen (ou anticyclone des Acores sur l’Europe) , peut être à cause d’un zonal trop puissant ?
C’est tout le paradoxe, j’ai l'impression qu’un zonal Atlantique trop fort en été assèche le continent. 

 

Est-ce que cela perdurera cet automne ? 
Il semble que ce fort courant d’ouest vacille un peu plus depuis mi-Aout mine de rien... 

 

 

Edited by kéké
  • J'aime 7
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Nico41 a dit :

Tendance de météo pour septembre : assez chaud et sec apparemelrn :huh: selon Guillaume Sechet et son collègue Dorian.

 

http://www.meteo-paris.com/actualites-meteo/l-ete-n-est-pas-termine-retour-de-la-chaleur-pour-septembre-29-aout-2020.html

 

Si c'est pour donner un lien que tout le monde connaît, tu peux t'abstenir, je pense. 

  • Merci 2
  • Haha 2
  • Surprise 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Le Pertuis (43) - alt 950 m
il y a 58 minutes, gerardt a dit :

 

Si c'est pour donner un lien que tout le monde connaît, tu peux t'abstenir, je pense. 

 

Et pour les profanes de la prévi' saisonnière qui ne glanent pas tous les sites spécialisés ?? Moi, je dis merci pour ce lien 😄

  • J'aime 9
Link to post
Share on other sites
Posted
Trets (13)/Aix (13)
Le 30/08/2020 à 10:12, Nico41 a dit :

Tendance de météo pour septembre : assez chaud et sec apparemelrn selon Guillaume Sechet et son collègue Dorian.

 

http://www.meteo-paris.com/actualites-meteo/l-ete-n-est-pas-termine-retour-de-la-chaleur-pour-septembre-29-aout-2020.html

 

Ce n’est pas vraiment une tendance pour septembre mais plutôt pour la semaine qui vient qui s’annonce assez chaude en effet. 

 

Mais cela ne rentre donc pas dans la prévision saisonnière ! 

Link to post
Share on other sites

Finalement force est de constater que @TreizeVents avait bien raison dans son analyse, l’A sur l’Atlantique en

regime AR est tout à fait envisageable après les différents atermoiements et une petite parenthèse plus chaude cette semaine.

Comme quoi c’est utile de faire des analyses plus poussées 😅

  • J'aime 3
  • Merci 1
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Moncoutié 13kms au nord de Cahors(46)-350m
il y a 42 minutes, serge26 a dit :

Le mois de septembre ne se résume pas à 1 semaine.....

 

A quel moment kéké parle du mois septembre? dans ce cas là l'automne ne se résume pas a septembre...

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

les dernières tendances du modèle canadien c'est tout frais de hier soir. en gros flux de nord ouest pour septembre, anticyclonique pour octobre et anomalie de pression positive sur l'atlantique pour novembre donc peut etre des coups de froids précoce comme souvent lors des période automnale sous régime de La Nina, incroyable septembre est envisagé sous les normes par ce modèle 😃

 

cansips_z500a_eu_1.png

cansips_T2ma_eu_1.png

cansips_z500a_eu_2.png

cansips_z500a_eu_3.png

Edited by Avallon89
  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Wépion (Namur) - BELGIQUE

Quand même mal barré le flux de nord-ouest en septembre, tout comme la fraîcheur d'ailleurs, quand on voit ce qui devrait se produire pour la 2eme décade (chaud à très chaud pour la saison et sec).

 

Edit : je n'edite que maintenant car je viens de me relire mais je voulais tout de même préciser que mon message n'est pas d'une critique "cachée" envers ceux qui ont émis l'hypothèse d'un mois potentiellement frais. Pour dire, même Meteo Belgique allait en ce sens ;)

 

Edited by Juju4795
  • J'aime 4
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

C'est même pire que ça, à l'allure où l'on va septembre 2020 risque de se retrouver dans le top 5 des mois de septembre les plus chauds....

  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, logos a dit :

C'est même pire que ça, à l'allure où l'on va septembre 2020 risque de se retrouver dans le top 5 des mois de septembre les plus chauds....

Le pire dans tout cela c'est qu'on est tellement blasés qu'on ne prendra même plus la peine de remarquer les mois au-dessus de la moyenne, vu que c'est devenu la nouvelle norme ! Au moins il y a encore 5-6 ans on pouvait enchaîner 2-3 mois sous les normes, même avec un léger déficit...

  • J'aime 8
Link to post
Share on other sites

Tres beau plantage du modèle Canadien en effet, comme certains site il se base sur la synoptique actuelle pour prévoir la mois entier.

 

pas fiable du tout, bien qu'il ait vu a peu pres la synoptique de juin/juillet, je me mefierai de ce modèle à l'avenir, dans un sens comme dans l'autre. 

 

Oui septembre pourrait bien etre sur le 2e ou 3 e podium apres 1895 et 1961, a moins qu'il ne le depasse, tout dépendera de la dernière décade maintenant 😷

Edited by Avallon89
  • J'aime 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nanterre Parc / Grande Arche (92)
Il y a 8 heures, Avallon89 a dit :

Tres beau plantage du modèle Canadien en effet, comme certains site il se base sur la synoptique actuelle pour prévoir la mois entier.

 

En effet, il se passe à peu près l'exact contraire de ce qu'il avait prévu.

 

Cela dit, ce modèle peut être utile pour connaitre le temps qu'il ne fera pas !

 

Bon, je déconne hein.

  • Haha 11
Link to post
Share on other sites
Posted
Aubagne (Les Passons, à l'est) (13400)
Le 14/09/2020 à 14:52, Avallon89 a dit :

Tres beau plantage du modèle Canadien en effet, comme certains site il se base sur la synoptique actuelle pour prévoir la mois entier.

 

pas fiable du tout, bien qu'il ait vu a peu pres la synoptique de juin/juillet, je me mefierai de ce modèle à l'avenir, dans un sens comme dans l'autre. 

 

Le « jugement » n'est pas si simple !

 

  1. De façon triviale, tous les modèles sans exceptions, à CT, MT, LT, saisonniers, ... ont connu de gros plantages ! Sur ce forum, on est bien placé pour constater qu'ils sont malgré tout consultés...
     

    Les modèles se trompent, c'est un fait que personne ne nie et encore moins les centres qui les développent.
     

    Il est nécessaire aussi de relativiser. Notamment savoir si l'humain qui analyse la sortie du modèle ne se trompe pas.
    Ce qui m'amène au point 2.
     

  2. Connaître le modèle n'est pas une règle farfelue, valable uniquement pour des experts vivants dans un monde à part ! :D
     

    Tous les modèles ont des caractéristiques intrinsèques dues à leur conception et à leur paramétrisations, sans parler des limites techniques, théoriques et mathématiques. Ces caractéristiques apparaissent plus ou moins fortement dans les sorties suivant les synoptiques / les modélisations.
     

    Connaître un modèle prend du temps. Peu de gens ont ce temps, surtout sur IC où la plupart d'entre nous avons une vie en dehors de la météo.

    C'est pour cela que les « vérifications » existent : ce sont des graphiques qui permettent d'évaluer ce qui ressort des modélisations. parmi ceux-ci, les biais.

    Les biais sont deux types et celui qui nous intéresse ici est le biais systémique : un « écart » qui apparaît, plus ou moins important, quelque soit la synoptique. En d'autres termes, c'est un biais inhérent au modèle lui-même.

    Si on connaît un biais (sous-estimation ou sur-estimation d'un paramètre par un modèle), on peut alors corriger soi-même l'analyse. Par exemple, si on sait que pour la sortie d'août, un modèle à un biais froid pour la modélisation de septembre, on considère cette information pour réévaluer la sortie brute.

    En complément, on peut (doit !) analyser plusieurs modèles mais aussi plusieurs modélisations d'un même modèle : au-delà du run par run, tenter de dégager la tendance qui se dégage sur plusieurs sorties du même modèle.
     

  3. Après ces quelques généralités valables pour toutes les échéances, la prévision saisonnière obéit encore plus à la nécessité de connaître le modèle qu'on analyse.

    En premier lieu, il est impératif de s'affranchir du biais systémique humain qui est d'analyser/consulter une sortie d'un modèle saisonnier comme on analyse/consulte une sortie d'un modèle à CT ou MT.
    Il me semble que la première chose à faire est de se concentrer sur les échelles spatiales et temporelles :

    - spatiales car les emplacements et les « zones » colorées ou hachurées sont mouvantes : un décalage de 1000 km est normal, c'est que dalle (il faudrait nuancer). Le point principal est qu'il faut voir la structure d'ensemble des centres d'action.

    - temporelles car les sorties sont généralement lissées et moyennées sur une période de 1 ou 3 mois. Notons que les centres météo fournissent aussi les données pour chaque membre individuel des ensembles et qu'on peut ainsi calculer, a minima, les écarts-types et les clusters (groupes ayant des modélisations différentes).

    Une fois cette notion d'échelle assimilée et pratiquée, il sera alors possible d'affiner sa propre analyse.

  4. Conceptuellement, les modèles saisonniers sont différents des modèles à CT et MT.
    Il n'y a pas de déterministes, ce ne sont que des ensembles ou un groupe de plusieurs ensembles comme CanSIPS qui est un ensemble de deux sous-ensembles (~ deux modèles groupés).
    Une large place est laissée aux couplages atmosphère - océan - terre (sol) - glace.
    Les données d'observation ne se limitent pas à l'instant t : leurs périodes sont plus longues et les réanalyses sont mises à contribution, entre autres pour corriger les modélisations précédentes qui participent à l'initialisation suivante.
    Observations sur une période longue + réanalyses + précédentes modélisations + ... => phase d'assimilation
    La climatologie s'invite aussi pour une place importante. L'évolution rapide du climat n'est d'ailleurs pas une mince affaire pour la résolution des modèles.
     
  5. Ce n'est pas simple.
    Mais là encore, les centres mondiaux / nationaux nous aident ! (Enfin, surtout les pros car les amateurs comme nous sont souvent en laissés en chemin)

    Les réanalyses évoquées précédemment ne sont pas celles du NCEP par exemple qui modélisent une synoptique passée.

    Les réanalyses en prévisions saisonnières sont des modélisations calculées comme si c'était aujourd'hui mais pour des dates comprises dans une certaine période (1981-2010) où on connaît des observations. Elles sont souvent appellées « hindcast », par opposition à « forecast ». On peut ainsi comparer la sortie avec l'observation. Cela permet de mettre en évidence les fameux biais systémiques : à différentes échéances, sur différentes zones.
     

    Je n'ai pas de liens concernant les biais de CanSIPS, ni même de vérifications, simplement quelques cartes dans différentes publications.
    Toutefois, le « Guide de l'usager des prévisions saisonnières » spécifique à CanSIPS peut être une bonne idée de lecture : https://meteo.gc.ca/saisons/info_prev_f.html
     

  6. ECMWF fournit publiquement de tels graphiques pour SEAS5, son modèle saisonnier.
    Aller à : https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts
    Aller sur « Long Range » (2e ligne) et cliquer sur « Vérifications » en-dessous.
    Cliquer sur le 5e icône : 500 hPa - Anomaly correlation
    Quelque chose de ce genre s'affiche :


    1320124676_SEAS5Anomalycorrelation.png.fd026fddcf953c3f971723c2efdf9c6a.png


    En haut, 1 menu déroulant :
    - Base time : permet de sélectionner le mois de sortie : août par exemple
    Sous le graph, les deux flèches à gauche permettent de naviguer entre les mois 1 à 4 (septembre, octobre, novembre et décembre si la base choisie est août). La flèche de droite lance l'animation.
     

    Plus la couleur tend vers le rouge, plus le modèle a tendance à prendre en compte la variabilité climatique du paramètre. Le gris indique que le modèle ne révèle pas (peu) la variabilité climatique. En d'autres termes, ses sorties sont proches de la climatologie. Lorsque la couleur tend vers le bleu, la fiabilité du modèle est graduellement amoindrie.
    Ceci varie selon les sorties, les paramètres et l'échéance de base choisie !
     

    Ici, pour notre zone d'influence, on voit que la fiabilité du Z500 est affaiblie sur le SE de l'Europe et qu'elle est plutôt bonne de Terre Neuve aux Açores. Ailleurs, la sortie est souvent très proche des valeurs climatologiques ce qui ne donnent pas d'informations particulières, hormis sur la façade est du Groënland.

    Cet indicateur reste un indicateur ! C'est une information à considérer pour pondérer son analyse, pas pour valider ou invalider une sortie ! ;)

     

    Cliquer sur « Charts » en haut à gauche de la page pour revenir au choix des cartes.
    Cliquez sur le 7e icône : 500 hPa - Geopotential Reliability diagram
    Quelque chose de ce genre s'affiche :
     

    981971505_SEAS5Reliabilitydiagram.png.a7965bedac48f6e61fc12893999de216.png


    En haut, 3 menus déroulants :
    - Base time : permet de sélectionner le mois de sortie : août par exemple
    - Area : permet de sélectionner une région (un domaine). Par exemple : l'Europe.
    - Forecast type : sélection du tercile supérieur ou inférieur
     

    Ce diagramme révèle la probabilité de prévision d'un événement par rapport à la fréquence d'observations de l'événement.
    Les lignes bleues marquent la normale climatologique.
    La ligne idéale est la ligne diagonale noire : c'est l'adéquation parfaite entre prévision et observation.
    Les points rouges indiquent le lien entre les deux. Par exemple, ici, pour une prévision du Z500 de 0.6 (un évènement X est prévu à une probabilité de 60% par le modèle sur la base temps sélectionnée et pour l'échéance choisie), l'occurence observée (réalité) n'est que de 0.3 (30%).
    Ainsi, sous la diagonale (à sa droite), le modèle surestime. À l'inverse, sur la diagonale (à sa gauche), le modèle sous-estime. Plus l'écart avec la diagonale est important, plus la sur (sous) estimation est importante.
    Les barres grises indiquent la taille de l'échantillon à haut degré de confiance (> 95%).

    Ici, on remarque que l'écart est important partout malgré la taille correcte de l'échantillon de confiance : les probabilités faibles de survenue d'un évènement sont sous-estimés et les probabilités élevés sont surestimés. Ainsi, le modèle est « trop confiant », c'est-à-dire qu'il tend à aller vers les occurrences les plus fréquentes et à négliger les occurences rares. La fiabilité est médiocre.
    Le Brier score évalue la différence entre la prévision d'un événement et sa survenue effective (voir aussi : https://en.wikipedia.org/wiki/Brier_score). À ce sujet, ce score révèle des choses surprenantes sur le prévisionniste : https://confluence.ecmwf.int//display/FUG/12.B+Statistical+Concepts+-+Probabilistic+Data#id-12.BStatisticalConceptsProbabilisticData-TheBrierscoreisa“proper”score (en anglais)

    Sur la même base d'août, courbes et valeurs changent en faisant défiler les mois. Sur la base d'août, la prévision pour Novembre est globalement pour l'Europe meilleure que pour les mois de septembre, octobre et décembre en prenant en considération ce seul indicateur.


    Cliquer sur « Charts » pour revenir au choix des cartes.
    Cliquez sur le 6e icône : 500 hPa - ROC
    Quelque chose de ce genre s'affiche :

    458747775_SEAS5ROCinf.png.4a78773927e92bf9d35e0dafe13d14cc.png

    Relative Operating Characteristic (ROC) informe sur le taux de réussite (axe vertical) et le taux de fausses alertes (axe horizontal).

    Donc, en haut à gauche, ce serait des prévisions parfaites (très peu de fausses alarmes pour un taux de bonnes prévisions élevé).
    L'angle haut droit indique que le modèle prévient toujours des évènements bien qu'il y ait de nombreuses fausses prévisions. À l'inverse, en bas à gauche, le modèle ne prévoit aucun évènement et ne fait pas de fausses alarmes.

    Ici, c'est le tercile inférieur qui est sélectionné (menu déroulant « Forecast type »). Donc pour des Z500 dont l'anomalie est négative.
    La courge rouge est très proche de la diagonale, légèrement au-dessus : cela indique que taux de réussite et taux de fausses alarmes sont à peu près équivalents, avec un petit avantage pour la réussite.

    1605184065_SEAS5ROCsup.png.83c7480dd7887e50c81c7c075636adba.png


    En sélectionnant le tercile supérieur (anomalie positive du Z500), la courbe est légèrement sous la diagonale. Faux positifs et réussites sont proches mais cette fois, le taux de faux positifs est un peu plus haut que celui des réussites.
     

    En faisant varier les mois pour la même base d'août, on constate que, pour Novembre encore, les anomalies négatives du Z500 sont mieux gérées (courbe au-dessus de la diagonale).
     

    En revenant sur la grille des choix (en cliquant sur « Charts »), les autres paramètres (T2m, T850, MSLP, RR, ...) donnent des conclusions différentes.
     

    Ces différents indicateurs ajoutent ou enlèvent du poids à telle ou telle sortie. Ils ne sont jamais absolus. Ils entrent dans le processus d'analyse.
     

  7. En rédigeant ce long post, je souhaitais mieux faire comprendre les modèles saisonniers.
    D'une part, ils sont relatifs de part les échelles qui les sous-tendent. Leur fiabilité n'a rien à voir avec les modèles à CT et MT ; cela n'a même aucun sens de les comparer.
    D'autre part, pour resignifier la complexité des prévisions saisonnières. Faire ce type de prévis demande du temps et de l'expérience.
     

    La prévision à CT et MT avec les déterministes apportent des biais qu'il faut désapprendre lorsqu'on fait de la prévi saisonnière et cela n'est pas simple. La prévision d'ensemble (PE) offre déjà un premier palier. Mais à l'échelle saisonnière, c'est un monde très différent où l'humilité est requise.
     

    Certains font dans le sensationnalisme, ça ne devrait pas jeter le discrédit sur le travail patient et ingrat que réalisent les prévisionnistes sérieux.
     

    J'espère aussi que ça relativisera les commentaires souvent acerbes écrits lors des prévis probabilistiques de MF ou du Met'Off par exemple.
     

    Indices et modèles saisonniers sont complémentaires. Mais il est impossible de lire une carte saisonnière comme on lit une carte de T850 à H120 pour affirmer que les 20°C engloberont le SW du pays...

    Je suis très loin d'être un expert. En essayant d'équilibre entre technique et simplification, je partage ces infos qui me paraissent importantes pour comprendre et mieux utiliser les modèles saisonniers. Beaucoup d'autres choses seraient à dire, mais c'est déjà pas mal ! :)

 

PS : C'est peut-être pas le meilleur topic, la modération peut le déplacer si nécessaire !

 

Données techniques sur CanSIPS :

 

Les fichiers sources « hindcast » pour CanSIPS sont disponibles ici, pour la période 1981 - 2010 qui est encore la période de référence sur laquelle sont basées le calcul des biais :
https://dd.meteo.gc.ca/ensemble/cansips/grib2/hindcast/raw/
Pour chaque mois de chaque année, on trouvera les fichiers GRIB2 contenant tous les membres des deux ensembles (20 + 20) à toutes les échéances (mensuelle sur un an, soit 12 échéances).
HGT = géopotentiel
TMP = température
UGRD, VGRD = composante zonale et méridienne du vent
PRMSL = pression au niveau de la mer
WTMP = température de l'océan / du sol
PRATE = précipitations

 

Les fichiers sources « forecast » sont disponibles sur le même serveur :
https://dd.meteo.gc.ca/ensemble/cansips/grib2/forecast/raw/
Des probabilités sont également fournies pour les T2m et les RR.

 

La doc du CanSIPS pour approfondir l'aspect technique :
https://collaboration.cmc.ec.gc.ca/cmc/cmoi/product_guide/docs/lib/op_systems/doc_opchanges/technote_spiscan_20111220_f.pdf
À noter : NEMO (modèle océanique) a été intégré à CanSIPS depuis.

 

Guide de l'usager (moins technique) :

https://meteo.gc.ca/saisons/info_prev_f.html

 

 

Concernant SEAS5 :

 

ECMWF Forecast User Portal :
https://confluence.ecmwf.int/display/FCST/Forecast+User+Portal


ECMWF SEAS5 User guide :
https://www.ecmwf.int/sites/default/files/medialibrary/2017-10/System5_guide.pdf

 

 

Modèles saisonniers (cartes) :
- C3S :
https://climate.copernicus.eu/charts/c3s_seasonal/


- SEAS5 :
https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/?facets=Range,Long (Months)%3BType,Forecasts&time=2017080100,2208,2017110100&area=EURO&stats=ROCT33

 

 

Fichiers GRIB2 sources (C3S), forecast et hindcast mois par mois :
https://cds.climate.copernicus.eu/cdsapp#!/search?type=dataset&keywords=(( "Product type: Seasonal forecasts" ))

 

  • J'aime 1
  • Merci 16
Link to post
Share on other sites
Posted
Aubagne (Les Passons, à l'est) (13400)

La mise à jour d'hier d'IFS ENS EXT (46 jours) marque un maintien du flux de NW à échelle hebdomadaire jusqu'à la fin du mois, flux qui s'accentuerait sur la première quinzaine d'octobre avant un basculement à un flux de W/SW en dernière décade.

Sur le papier, ça donnerait globalement un temps frais et humide.

 

C'est à nuancer :

- les anomalies positives de HG sur le Groënland persisteraient

- les HG subtropicaux resteraient encore assez hauts en latitude (barocline élevée)

 

On aurait donc à échelle hebdomadaire, des pressions relativement élevées sur le Groënland avec  descentes subarctiques sur l'Atlantique est / l'Europe ... plus ou moins freinées par les HG au sud.

À cette échelle, on aurait donc un équilibre thermique de saison (des coulées fraîches suivies de pulsions douces, dépendantes de la résistance des HG au sud et de l'élévation des dorsales sur l'ouest de l'Atlantique). Les précipitations seraient assez rares (barocline élevée), laissant les pluies aux flux de NW effectifs, favorisant plutôt la moitié ouest du pays.

 

Pour résumé cette sortie, le régime dominant serait l'AR avec possiblement des passages en NAO- suivant les interactions des HG.

 

Edited by _sb
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Torfou, à la jonction 44-49-85

Cela indiquerait-il des frontogeneses plus actives, avec un apport d'humidité tropicale couplée à une influence HP froide et plus sèche?

  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Aubagne (Les Passons, à l'est) (13400)

Yop Flora ! Climatologiquement parlant, ça pourrait être le cas.

  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...