Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Tendances hiver 2020-2021


Recommended Posts

Posted
Nanterre Parc / Grande Arche (92) Altitude: 58 m

Je ne voudrais pas entamer ici un débat qui serait vite taxé de "hors-sujet", néanmoins je me permets d'avancer quelques éléments de réponse:

 

il y a 4 minutes, faycal a dit :

Pensez vous vraiment que les vagues de froid dantesques du 20e siècles sont encore possible même avec 2 degrés de plus 

 

A tout le moins, il me semble légitime et raisonnable de penser qu'un février 56 majoré de 2 degrés (ou même 3), constituerait un évènement hors-normes d'une durée et d'une intensité bien supérieure aux vagues de froid "modérées" que nous avons connu depuis le début du 21ème siècle.

 

il y a 8 minutes, faycal a dit :

Les hivers entre 2008 et 2013 étaient clairement favorables à de très grosses VDF et pourtant aucune n’est arrivé à la cheville des hivers des années 80.

 

Je pense que cela s'explique en l'occurrence par des synoptiques moins extrêmes et/ou moins dynamiques que, par exemple, février 56 ou janvier 85.

On voit bien, l'épisode espagnol récent en faisant la démonstration, que si la plupart des facteurs favorables sont réunis dans tel ou tel secteur, on peut vite en arriver à des évènements assez remarquables, RC ou pas RC.

 

Voilà, ce n'est que mon avis (ma conviction ?), mais je sais bien que je ne convaincrais pas grand monde, chacun s'étant forgé sa propre opinion à ce sujet.

 

Ceci étant dit en toute cordialité.  

 

  • J'aime 7
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
  • Replies 512
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Première mise à jour - Hiver 2021 : Un hiver encore incertain   Bonjour, je vais vous exposer ma tendance saisonnière pour l'hiver 2021 au travers de ce post, plusieurs mises à jour auront l

Deuxième mise à jour - Hiver 2021 : De fortes incertitudes Bonjour, je vous présente ici ma seconde mise à jour pour l'hiver à venir, quelque peu retardé en raison de mon rapport sur le lie

Bonsoir,   Sans faire un grand roman et partir dans une grande analyse, on connait tous la musique encore une fois pour l'hiver qui arrive 😃 :   La tête d'un passionné hivern

Posted Images

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)
Il y a 2 heures, RidersOnTheStorm a dit :

Je ne voudrais pas entamer ici un débat qui serait vite taxé de "hors-sujet", néanmoins je me permets d'avancer quelques éléments de réponse:

 

 

A tout le moins, il me semble légitime et raisonnable de penser qu'un février 56 majoré de 2 degrés (ou même 3), constituerait un évènement hors-normes d'une durée et d'une intensité bien supérieure aux vagues de froid "modérées" que nous avons connu depuis le début du 21ème siècle.

 

 

Je pense que cela s'explique en l'occurrence par des synoptiques moins extrêmes et/ou moins dynamiques que, par exemple, février 56 ou janvier 85.

On voit bien, l'épisode espagnol récent en faisant la démonstration, que si la plupart des facteurs favorables sont réunis dans tel ou tel secteur, on peut vite en arriver à des évènements assez remarquables, RC ou pas RC.

 

Voilà, ce n'est que mon avis (ma conviction ?), mais je sais bien que je ne convaincrais pas grand monde, chacun s'étant forgé sa propre opinion à ce sujet.

 

Ceci étant dit en toute cordialité.  

 

 

Je pense, comme certains intervenants l'avaient également précisés avant moi, qu'il faut raisonner de manière probabiliste... Le RC ne fait pas disparaître le risque, il en réduit juste fortement la probabilité d’occurrence, faisant donc logiquement augmenter les valeurs moyennes. En hiver la douceur est plus fréquente et le froid moins fréquent, en été la chaleur est plus fréquente et la fraicheur moins fréquente, les moyennes évoluent donc à la hausse. En raisonnant comme ça on voit bien qu'une vague de froid très significative comme février 1956, déjà peu probable de base, devient vraiment très peu probable, mais pas impossible non plus ! 😉

 

En revanche, je pense que dire que c'est impossible n'est pas bête du tout au contraire. La probabilité qu'un tel phénomène se produise est tellement faible de nos jours, qu'il est tout simplement plus simple de considérer cette probabilité comme de 0, plutôt de continuellement espérer voir se phénomène arriver juste parce que la probabilité que ça arrive n'est pas strictement nulle mais quasi-impossible.

 

À titre d'exemple, je pense qu'il est bien plus probable qu'il fasse +45°C à Paris aujourd'hui que -25°C, alors qu'au XXème siècle c'était clairement l'inverse... Juste pour illustrer hein, à ne pas prendre au pied de la lettre ! 😊

Edited by LuckyFrenchy117
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Plaisance du Touch (31)
Il y a 2 heures, faycal a dit :

J’ai peut être été un un peu fort en disant ça mais dans l’idée c’est bien la réalité. Pensez vous vraiment que les vagues de froid dantesques du 20e siècles sont encore possible même avec 2 degrés de plus  ? Les cours d’eau qui gèlent pendant des semaines ?  Ce genre d’épisode arrivait relativement souvent dans le climat d’antan au moins une fois par décennie. Force est de constaté que nos vagues de froid sont de plus en plus atténuées par le RC et d’une manière qui ne semble pas du tout linéaire . Les hivers entre 2008 et 2013 étaient clairement favorables à de très grosses VDF et pourtant aucune n’est arrivé à la cheville des hivers des années 80.

 

C'est sans doute encore possible, puisque des masses d'air très froides peuvent encore concerner l'Europe, la situation prévue à moyen terme le montre. En février 2018, on n'est pas passé loin d'avoir quelque chose de costaud aussi... De moins en moins probable c'est sûr, puisque ces masses d'air sont plus rares, où bien se situent plus loin de l'Europe de l'Ouest tout en étant en moyenne moins froides. Il faut donc des synoptiques plus marquées et plus durables pour aller les chercher, ce qui diminue la probabilité de l'évènement. Et peut-être que le RC augmente la difficulté de mise en place de ces synoptiques (Blocages nordiques moins nombreux à cause d'un vortex polaire troposphérique en moyenne plus puissant ? Rôle du réchauffement des SST de l'Atlantique ?)

 

image.thumb.png.a78a2662a11313c7d6bd0dc57cf0ae00.png

 

Effectivement la seule vague de froid du XXIème siècle à soutenir la comparaison avec les grands évènements du passé est février 2012 (et encore...), et l'hiver 2009-2010 est très semblable à 1962-1963 en terme de synoptique mais bien moins froid...

Donc pourquoi pas encore un évènement d'intensité de type janvier 85 ou janvier 87, mais peut-être plus court, le jour où tout s'enchaîne parfaitement ?

  • J'aime 8
Link to post
Share on other sites
Posted
Bouffémont (95) Val d'Oise 

Et que pense t-on de la circulation océanique? Ne se retrouverait-elle pas chamboulée car le vortex sera très certainement de plus en plus souvent déconcentré avec le RC? On sait que les masses d'air froide seront de plus en plus rare mais elles seront peut être aussi de plus en plus dispersées et ce point la me laisse penser que les vagues de froid sous nos lattitudes ne sont pas finis....


Il est clair que l'on finira par se taper du 15/20 régulièrement en décembre sur la moitié nord d'ici quelques dizaines d'année mais le jet sera à mon avis de plus en plus souvent perturbé et le zonal qui va avec.... Tout est permis je pense pour les hivers du futur....

 

Patric

 

ps: c'est un peu hors sujet mais je répondais aux posts précédents

 

 

Edited by patric95
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, patric95 a dit :

Et que pense t-on de la circulation océanique? Ne se retrouverait-elle pas chamboulée car le vortex sera très certainement de plus en plus souvent déconcentré avec le RC? On sait que les masses d'air froide seront de plus en plus rare mais elles seront peut être aussi de plus en plus dispersées et ce point la me laisse penser que les vagues de froid sous nos lattitudes ne sont pas finis....


Il est clair que l'on finira par se taper du 15/20 régulièrement en décembre sur la moitié nord d'ici quelques dizaines d'année mais le jet sera à mon avis de plus en plus souvent perturbé et le zonal qui va avec.... Tout est permis je pense pour les hivers du futur....

 

Patric

 

ps: c'est un peu hors sujet mais je répondais aux posts précédents

 

 

Et quand il n'y aura plus d'air froid au niveau des pôles, tu iras le chercher où ? 😉Je plaisante

Link to post
Share on other sites
Posted
Bouffémont (95) Val d'Oise 
il y a 4 minutes, Jack75 a dit :

Et quand il n'y aura plus d'air froid au niveau des pôles, tu iras le chercher où ? 😉Je plaisante

Il y aura toujours un hiver et un été tant que le degré d'inclinaison de la Terre sera ce qu'il est... Il y aura certe beaucoup moins de froid en hiver mais il en restera !

 

Moi je pense qu'on sous estime l'évolution du climat au niveau de l'océan car c'est lui qui dicte sa loi chez nous et qui pèse sur notre climat ouest européen... Il ne suffit pas de regarder que la quantité de froid et de chaud, il faut tenir compte de la circulation dominante...

 

Patric

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Le 06/02/2021 à 15:35, Blacksun a dit :

 

C'est sans doute encore possible, puisque des masses d'air très froides peuvent encore concerner l'Europe, la situation prévue à moyen terme le montre. En février 2018, on n'est pas passé loin d'avoir quelque chose de costaud aussi... De moins en moins probable c'est sûr, puisque ces masses d'air sont plus rares, où bien se situent plus loin de l'Europe de l'Ouest tout en étant en moyenne moins froides. Il faut donc des synoptiques plus marquées et plus durables pour aller les chercher, ce qui diminue la probabilité de l'évènement. Et peut-être que le RC augmente la difficulté de mise en place de ces synoptiques (Blocages nordiques moins nombreux à cause d'un vortex polaire troposphérique en moyenne plus puissant ? Rôle du réchauffement des SST de l'Atlantique ?)

 

image.thumb.png.a78a2662a11313c7d6bd0dc57cf0ae00.png

 

Effectivement la seule vague de froid du XXIème siècle à soutenir la comparaison avec les grands évènements du passé est février 2012 (et encore...), et l'hiver 2009-2010 est très semblable à 1962-1963 en terme de synoptique mais bien moins froid...

Donc pourquoi pas encore un évènement d'intensité de type janvier 85 ou janvier 87, mais peut-être plus court, le jour où tout s'enchaîne parfaitement ?

Je ne comprends pas cette comparaison faite tres souvent entre hiver 1963 et hiver 2010🧐

A part l' oscillation hyper negative, et un froid persistant... 

L' hiver 1963, l' OMA été négative, en 2010, elle était, et est toujours en mode positive ( et c'est loin d'être un détail sans importance) puis 1962/ 1963, c'était plutôt une succession de février 2012, a répétition, de novembre a mars , a titre de comparaison. 

On peu vraiment pas comparait ces 2 hivers qui ont presque, mais pas vraiment les mêmes synoptique. 

Pour ma part, et c'est que mon avis, je ne vois pas pourquoi des grands hivers de ce type ne seraient plus possibles de nos jours... Même légèrement atténué au niveau des températures. 

Ne pas oublier que le globe, depuis 1963 n'est plus chaud que d'un demi degrés, que le rc en Europe de l'ouest est aussi due, en partie, a des changements de circulation atmosphérique causés par des cycles multi decennaux, et que ces cycles sont voués à rebasculer au cours de la décennie. 

  • J'aime 2
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites

Bonjour à toutes et à tous,

Ca fait des mois que je ne suis pas intervenu, mais je suis les débats.

Quand on compare 1962-1963 et 2009-2010, je suppose qu'on fait allusion aux VDF successives tout au long de l'hiver.  Idem pour février 2012 vs. février 56.

Bien sûr qu'on pourr 

Link to post
Share on other sites
Posted
Combloux Ht Savoie (1050m) Domaine des Portes du Mt Blanc
il y a 4 minutes, zonal 45 a dit :

Bonjour à toutes et à tous,

Ca fait des mois que je ne suis pas intervenu, mais je suis les débats.

Quand on compare 1962-1963 et 2009-2010, je suppose qu'on fait allusion aux VDF successives tout au long de l'hiver.  Idem pour février 2012 vs. février 56.

Bien sûr qu'on pourr 

Ca va Zonal?? J'espère que c'est une erreur de frappe plutôt qu'un malaise....

  • Haha 9
Link to post
Share on other sites
à l’instant, zonal 45 a dit :

Bonjour à toutes et à tous,

Ca fait des mois que je ne suis pas intervenu, mais je suis les débats.

Quand on compare 1962-1963 et 2009-2010, je suppose qu'on fait allusion aux VDF successives tout au long de l'hiver.  Idem pour février 2012 vs. février 56.

Bien sûr qu'on pourra toujours avoir des VDF avec le RC ! "Atténuées" certes, mais 2009-2010 et février 2012 avaient de la g..., non ? Rien n'indique qu'on ne puisse pas retrouver de telles conditions. Après, des VDF plus fortes, je n'y crois pas trop. Le climat est la moyenne des météos possibles. Des VDF type, disons même janvier 1985 sont-elles encore possibles ?

Au-delà, il y a une question que je me suis toujours posé. Je n'ai pas la réponse :

1) est-ce que les VDF sont plus rares et moins fortes parce que les masses d'air froides sont moins froides ?

2) ou est-ce que les synops favorables aux VDF type XXè siècle ne sont plus possibles ?

Le 1) est certain.

Maintenant est-ce que les températures des masses d'air jouent sur les synops ? Probablement mais à quel niveau ?

ET DESOLE POUR LES MAILS PARTIS TROP VITE - PERDU L'HABITUDE ?

Zonal 45

 

 

 

à l’instant, zonal 45 a dit :

2) ou est-ce que ces changements de masses d'air jouent sur les synops favorables aux VDF ?

 

 

 

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nanterre Parc / Grande Arche (92) Altitude: 58 m
il y a 59 minutes, D.FLO74 a dit :

Ca va Zonal?? J'espère que c'est une erreur de frappe plutôt qu'un malaise....

 

Nous avons tous constaté que le zonal était un peu anémique cet hiver.

 

Désolé -> je sors.

  • Haha 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)
il y a 23 minutes, patric95 a dit :

Quelle est la tendance des modèles à long terme pour la suite de février et début mars? 

 

Patric

 

CEP Weekly a tendance à voir la poursuite du froid sur l'Europe de l'Est et jamais très loin de la France.

Semaine du 15 au 21 Février.

Anomalie de T :

 

proxy.thumb.png.144839570cc4c411f2940e01257226b2.png

 

Anomalie de RR :

 

proxy-2.thumb.png.a406d33359973b6ed04ab3404ef5453e.png

 

Dernière semaine du mois de Février

 

proxy-1.thumb.png.562320fd5cbbdce89cef2cedac87f2be.png

 

proxy-3.thumb.png.8f5e9bc3739a20f086305a77178f4314.png

  • J'aime 2
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Bouffémont (95) Val d'Oise 
il y a 7 minutes, Paul1305 a dit :

 

CEP Weekly a tendance à voir la poursuite du froid sur l'Europe de l'Est et jamais très loin de la France.

Semaine du 15 au 21 Février.

Anomalie de T :

 

proxy.thumb.png.144839570cc4c411f2940e01257226b2.png

 

Anomalie de RR :

 

proxy-2.thumb.png.a406d33359973b6ed04ab3404ef5453e.png

 

Dernière semaine du mois de Février

 

proxy-1.thumb.png.562320fd5cbbdce89cef2cedac87f2be.png

 

proxy-3.thumb.png.8f5e9bc3739a20f086305a77178f4314.png

Interessant, cela correspondrait en partie à la dernière sortie de GFS avec une tendance au flux de sud-est pour la 3ème semaine de février avec des températures de saison puis un basculement du flux plus à l'est avec des HP nordiques en forme...

 

À voir les autres modèles...

 

Patric

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

J'ai un sentiment un peu mitigé et désagréable sur cet hiver quand j'essaye de tirer un peu le bilan des prévisions saisonnières.

 

Indiscutablement, les prévisions qui envisageaient une grande douceur et des conditions zonales dominantes, particulièrement en janvier / février, se sont plantées dans les grandes largeurs. Le point va indéniablement à ceux qui envisageaient au contraire des conditions beaucoup plus perturbées. L'indice AO moyenné sur l'hiver devrait finir autour des -2, soit la seconde valeur la plus basse depuis plus de 50 ans et battu uniquement par l'OVNI de 2009-2010. Synoptiquement, cet hiver aura été un grand hiver.

 

Pour autant, quand je regarde ce petit bout de terre immergée que nous nous partageons, et que nous appelons affectueusement l'hexagone, je ne peux que constater que ces derniers jours de février, et de l'hiver finissant, vont seulement conduire à déterminer quelle sera sa place définitive au sein des plus doux depuis le début des mesures. Loin du podium, convenons-en, mais quoi, le 8ème le plus doux ? le 6ème le plus doux ?

 

Je précise par avance que ce que je vais écrire ici est un mélange d'humour noir, de désabusement et de second degré, mais en fait si on résume, est-ce qu'on peut dire que ceux qui annonçaient un hiver doux on eu raison sur le bilan en ayant tort sur la motivation, et que ceux qui expliquaient que cet hiver serait perturbé et frais/froid avaient raison dans la motivation mais tort dans le bilan ?

  • J'aime 25
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, TreizeVents a dit :

J'ai un sentiment un peu mitigé et désagréable sur cet hiver quand j'essaye de tirer un peu le bilan des prévisions saisonnières.

 

Indiscutablement, les prévisions qui envisageaient une grande douceur et des conditions zonales dominantes, particulièrement en janvier / février, se sont plantées dans les grandes largeurs. Le point va indéniablement à ceux qui envisageaient au contraire des conditions beaucoup plus perturbées. L'indice AO moyenné sur l'hiver devrait finir autour des -2, soit la seconde valeur la plus basse depuis plus de 50 ans et battu uniquement par l'OVNI de 2009-2010. Synoptiquement, cet hiver aura été un grand hiver.

 

Pour autant, quand je regarde ce petit bout de terre immergée que nous nous partageons, et que nous appelons affectueusement l'hexagone, je ne peux que constater que ces derniers jours de février, et de l'hiver finissant, vont seulement conduire à déterminer quelle sera sa place définitive au sein des plus doux depuis le début des mesures. Loin du podium, convenons-en, mais quoi, le 8ème le plus doux ? le 6ème le plus doux ?

 

Je précise par avance que ce que je vais écrire ici est un mélange d'humour noir, de désabusement et de second degré, mais en fait si on résume, est-ce qu'on peut dire que ceux qui annonçaient un hiver doux on eu raison sur le bilan en ayant tort sur la motivation, et que ceux qui expliquaient que cet hiver serait perturbé et frais/froid avaient raison dans la motivation mais tort dans le bilan ?

Personnellement je trancherais avec le bilan en Europe. Je ne sais pas du tout ce que va donner le bilan final mais, par exemple, j’estime que MF s’est planté si l’Europe du Nord et de l’est accuseront un bilan D/J/F dans les normales ou le négatif... C’est sur ce secteur que MF voyait les plus grosses anomalies en Europe. 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Nizier du Moucherotte (Vercors) - 1170m

Pour rejoindre un peu 13V sur cet hiver en demi-teinte, je trouve que décembre en est l'allégorie.

Sur un plan synoptique, on était les mieux situé à l'échelle continentale voire hémisphérique puisque les seules gouttes que le VP a daigné lâcher se sont dirigées vers l'Europe occidentale :

gfsnh-0-6_tml4.png

Tout était parfait sur le papier... à quelques centaines de km près puisqu'on s'est retrouvé -trop- souvent dans l'alimentation douce avec un flux de N sur... l'Atlantique :

gfsnh-13-6_gjl3.png

Et cet hiver est un peu une succession de ces occasions ratées et pourtant il a été synoptiquement bien plus intéressant que les précédents avec quelque chose qui a rayé dès le début la machine à flux d'O/SO qui nous était promise par les modèles saisonniers (encore que décembre avait été vu plutôt ouvert sans anomalie prononcée). Bref, on a eu de véritables velléités d'ondulations mais il y a toujours eu un facteur limitant avec une circulation d'ouest faible mais toujours présente.

Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, il y a eu finalement très peu de situation de blocage. A l'exception de début janvier, ce qui a coïncidé avec la seule période où l'ensemble du pays a été soumis à des conditions hivernales :

680455098_Capturedecran2021-02-21a19_29_20.png.fa61699cca20b0749f3507da0d8fec19.png

C'est assez symptomatique de cet hiver avec décrochage polaire mais sans pour autant que la circulation Atlantique soit suffisamment en retrait pour permettre une véritable circulation rétrograde avec isolement en goutte froide. Début février en est un autre exemple où seul le nord du pays a pu tirer quelque chose d'hivernale alors que le reste du pays était soumis à une circulation d'ouest classique.

En synthèse, je dirais que les modèles ont donné un signal de fond avec flux d'O qui était plutôt juste mais qu'ils ont peut-être surestimé la concentration du VP en seconde partie d'hiver. A partir de là, quelques anomalies de HTP ont réussi à déstabiliser durablement l'édifice et permis quelques coulées polaires même si notre pays en a été la plupart du temps en marge.

Edited by Kyrion
  • J'aime 14
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Naillat, 360m, 23
Il y a 12 heures, Kyrion a dit :

En synthèse, je dirais que les modèles ont donné un signal de fond avec flux d'O qui était plutôt juste mais qu'ils ont peut-être surestimé la concentration du VP en seconde partie d'hiver. A partir de là, quelques anomalies de HTP ont réussi à déstabiliser durablement l'édifice et permis quelques coulées polaires même si notre pays en a été la plupart du temps en marge.

Bonsoir,

 

pour essayer de compléter les deux derniers messages sans tomber pour autant dans la frustration en remarquant encore qu'il est possible que nous soyons au niveau européen passés à côté d'un hiver qui aurait pu être globalement plus marquant du début à la fin. Difficile pour le moment d'attribuer les cadrages débordement des masses d'air froid à tel ou tel évènement.

 

Le premier c'est cet AR en début d'hiver, sans doute lié aux descentes de bas géopotentiels chez nous qui a bloqué toute possibilité de flux pleinement continental vers l'Europe occidentale. J'y ajouterais les anomalies positives récurrentes en Mer de Kara qui ont coupé durablement les advections d'air froid vers la Scandinavie, pour éventuellement ensuite venir nous saluer.

 

                                    ECH101-0tso2_mini.png                                                  ECH101-0kcg9_mini.png

 

Une fois cette étape dépassée, une vraie NAO- s'est installée, mais avec un blocage dont les racines sont régulièrement rongées, traversées par une circulation sous blocage sans que l'influx de bas géopotentiels ne vienne faire réagir la Méditerranée. Il Faut dire qu'en Europe continentale on n'a pas encore connu de vraies sensations hivernales. Cette circulation sous blocage a permis la belle prestation de Filomena. Cette circulation à la mode GASC, restera pour moi un marqueur de cet hiver: 

 

 

ECH101-0_rnm1.GIF

 

Honnêtement, à ce moment là, je pensais vraiment que notre mois de janvier allait s'enliser et être suivi par février un peu comme janvier et février 2011 qui avaient tourné le dos à décembre 2010. Mais voilà pour compléter notre collection de belles synoptiques, après un début février très doux, c'est un blocage polaire qui vient raviver les espoirs d'hiver, ils resteront divers...

 

 

ECH101-0_qrq0.GIF 

 

L'air froid, polaire puis plus continental restera majoritairement en Europe centrale et du nord, ne débordant que sur le nord de la France de façon atténuée. Depuis, la grande douceur vient clôturer cet hiver. Comme ça, de façon un peu sauvage, je dirais que la caractéristique principale de celui-ci malgré une AO très basse est l'absence d'invasion massive et durable d'air froid à l'échelle de L'Europe ( manque de densité de l'air polaire ou simple malchance renouvelée ? ). Il y a eu des coups de froids, mais quand on se repasse le film de l'évolution synoptique, ils paraissent  biens anémiés au regard des anomalies qui ont agité les hautes latitudes au cours des trois mois écoulés et surtout d'un positionnement récurrent qui aurait certainement dû favoriser un hiver bien plus marqué sur notre continent.

Edited by tao
  • J'aime 15
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Vu du pied des Pyrénées tout se passe comme si l'hiver s'était arrêté à la dernière gelée du 25 ou 26 janvier. Février sauf infléchissement non modélisé pour l'heure devrait s'avérer entièrement doux, en février 2019 et 2020, au moins quelques gelées matinales avant l'envolée avaient fait illusion. Bonne soirée !

  • J'aime 5
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle

@Kyrion et @tao : je vous rejoint.

 

Même si nous avons une AO/NAO bien négative, et donc des situations potentiellement intéressantes, dans les modélisations et parfois sur le terrain, cet hiver aura été un raté, excepté la semaine de Février dans le Nord.

Vous résumez très bien à vous deux cet hiver :

- Peu de blocage => Décembre ce sont deux pulsions qui amènent des BP sur la France mais de manière très maritime (l'AR en cause notamment).

- Janvier, un petit blocage en milieu de mois relativement favorable, mais toujours embêté par l'AR...

- Février, enfin une vraie opportunité, qui se soldera par une belle semaine froide dans le Nord avant que le redoux revienne en force.

 

Bref, heureusement qu'il y a la semaine de Février et 2 ou 3 coups de blancs sympathiques… Ce sera donc un hiver mitigé, et surtout assez frustrant à cause des centres d'actions qui n'ont pas été bon pour nous.

 

Au final, et en attendant le résumé sur l'Europe sur DJF, on peut dire que les prévisions saisonnières n'ont pas été très bonne pour l'Europe, surtout pour Janvier/Février.

Edited by Barth61
  • J'aime 10
Link to post
Share on other sites

Effectivement un hiver très frustrant au final, notamment pour la moitié sud du pays, et qui se termine de manière cauchemardesque pour les hivernophiles (à moins d'un baroud d'honneur d'ici mi-mars mais je n'y crois pas du tout).

J'ai surtout l'impression que le marqueur de cet hiver a été l'absence de flux zonal marqué et que ce sont les échanges méridiens qui ont dominé, mais le fait est qu'on a souvent été placé du mauvais côté et que même lors des périodes les plus favorables (la période du 6-10 février) une bonne partie de l'hexagone est passée à côté des conditions purement hivernales. On aurait pu avoir un 2009-2010 bis mais il a manqué quelque chose pour que les blocages s'installent vraiment (le QBO positif sans doute ?), et puis on a pris aussi 10 ans de RC dans la tronche... Mais au moins on peut voir le côté positif des choses en se disant qu'on rompt avec les derniers hivers en terme de synoptique générale, et que ça augure peut-être d'un nouveau cycle d'hivers potentiellement plus favorables ?

  • J'aime 12
Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, Run999H a dit :

Personnellement je trancherais avec le bilan en Europe. Je ne sais pas du tout ce que va donner le bilan final mais, par exemple, j’estime que MF s’est planté si l’Europe du Nord et de l’est accuseront un bilan D/J/F dans les normales ou le négatif... C’est sur ce secteur que MF voyait les plus grosses anomalies en Europe. 

 

On devrait tourner sur un bilan légèrement positif sur l'Europe du nord (de l'ordre d'un demi-degré), avec quelques disparités (faible déficit sur le sud de la Norvège ou vers la Biélorussie par exemple, plutôt excédentaire de la Laponie à l'Allemagne).

 

Par ailleurs, chose intéressante, je me suis amusé à une comparaison entre l'indice AO moyenné sur l'hiver et les bilans thermiques de cette zone, qui se définit traditionnellement en latitude comme un carré situé entre 50° et 75° nord et en longitude entre 5° ouest et 45° est. L'intérêt, c'est que cette zone est justement celle qui est la plus sensible à l'AO et qui présente les meilleurs niveaux de corrélation de tout l'hémisphère.

 

 

118396528_AOCorrlation2.png.0349aa32a402200ec195c5200fc0a20b.png

 

 

On n'est pas surpris, il existe une corrélation assez manifeste : les hivers froids sont corrélés à des indices AO plutôt négatifs, et inversement. Et plus l'hiver s'écarte de la ligne , plus ses températures se sont inhabituellement décorrélées de l'AO : quand le point est très largement au dessus de la ligne c'est que l'hiver a été bien plus frais qu'attendu au regard de l'indice et quand le point est très en dessous c'est qu'au contraire l'hiver a été beaucoup plus doux qu'attendu.

 

Sur ce point, 2021 (placement avec des données provisoires au 20/02) est indéniablement très doux au regard de son indice AO. Il rejoint en cela 1977 qui avait été un peu un OVNI de sa période .. et le fameux hiver 2010 qui a fait l'objet d'une abondante littérature scientifique sur le fait qu'il avait été anormalement peu froid au regard des indices synoptiques tels que l'AO.

 

Je fais ça en "brut", mais considérant l'équation de la droite de régression, au regard de ses valeurs provisoires l'hiver 2020-2021 ressort avec 4,25° de plus que la valeur théorique attendue au regard de son indice AO. 2009-2010 avait atteint +4,36° et 1978-1979 était à +4,00°. Dit autrement, le bilan de cet hiver dépasse de plus de 4° la valeur théorique attendue à partir du seul indice de l'AO. Et ce qui est surtout parlant, c'est que l'écart entre la valeur observée et la valeur attendue dépasse 3σ, ce qui nous montre à quel point cet écart est exceptionnel même s'il n'est pas inédit. Et il n'est pas dit que les derniers jours du mois, prévus exceptionnellement chauds dans toute l'Europe du nord, ne fassent pas passer l'écart définitif de 2021 au dessus de celui de 2010.

 

 

Edited by TreizeVents
  • J'aime 15
  • Merci 6
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, TreizeVents a dit :

 

On devrait tourner sur un bilan légèrement positif sur l'Europe du nord (de l'ordre d'un demi-degré), avec quelques disparités (faible déficit sur le sud de la Norvège ou vers la Biélorussie par exemple, plutôt excédentaire de la Laponie à l'Allemagne).

 

Par ailleurs, chose intéressante, je me suis amusé à une comparaison entre l'indice AO moyenné sur l'hiver et les bilans thermiques de cette zone, qui se définit traditionnellement en latitude comme un carré situé entre 50° et 75° nord et en longitude entre 5° ouest et 45° est. L'intérêt, c'est que cette zone est justement celle qui est la plus sensible à l'AO et qui présente les meilleurs niveaux de corrélation de tout l'hémisphère.

 

 

118396528_AOCorrlation2.png.0349aa32a402200ec195c5200fc0a20b.png

 

 

On n'est pas surpris, il existe une corrélation assez manifeste : les hivers froids sont corrélés à des indices AO plutôt négatifs, et inversement. Et plus l'hiver s'écarte de la ligne , plus ses températures se sont inhabituellement décorrélées de l'AO : quand le point est très largement au dessus de la ligne c'est que l'hiver a été bien plus frais qu'attendu au regard de l'indice et quand le point est très en dessous c'est qu'au contraire l'hiver a été beaucoup plus doux qu'attendu.

 

Sur ce point, 2021 (placement avec des données provisoires au 20/02) est indéniablement très doux au regard de son indice AO. Il rejoint en cela 1977 qui avait été un peu un OVNI de sa période .. et le fameux hiver 2010 qui a fait l'objet d'une abondante littérature scientifique sur le fait qu'il avait été anormalement peu froid au regard des indices synoptiques tels que l'AO.

 

Je fais ça en "brut", mais considérant l'équation de la droite de régression, au regard de ses valeurs provisoires l'hiver 2020-2021 ressort avec 4,25° de plus que la valeur théorique attendue au regard de son indice AO. 2009-2010 avait atteint +4,36° et 1978-1979 était à +4,00°. Dit autrement, le bilan de cet hiver dépasse de plus de 4° la valeur théorique attendue à partir du seul indice de l'AO. Et ce qui est surtout parlant, c'est que l'écart entre la valeur observée et la valeur attendue dépasse 3σ, ce qui nous montre à quel point cet écart est exceptionnel même s'il n'est pas inédit. Et il n'est pas dit que les derniers jours du mois, prévus exceptionnellement chauds dans toute l'Europe du nord, ne fassent pas passer l'écart définitif de 2021 au dessus de celui de 2010.

 

 

 

Merci pour tes éclairages toujours très intéressant.

 

Inversement, peux-tu nous indiquer quels sont les hivers avec un indice AO positif et qui s'écartent le plus de la corrélation (vers le froid donc).

 

Sinon observe-t-on une tendance depuis 30 ans, la corrélation reste stable, augmente ou se réduit?

 

 

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, TreizeVents a dit :

 

On devrait tourner sur un bilan légèrement positif sur l'Europe du nord (de l'ordre d'un demi-degré), avec quelques disparités (faible déficit sur le sud de la Norvège ou vers la Biélorussie par exemple, plutôt excédentaire de la Laponie à l'Allemagne).

 

Par ailleurs, chose intéressante, je me suis amusé à une comparaison entre l'indice AO moyenné sur l'hiver et les bilans thermiques de cette zone, qui se définit traditionnellement en latitude comme un carré situé entre 50° et 75° nord et en longitude entre 5° ouest et 45° est. L'intérêt, c'est que cette zone est justement celle qui est la plus sensible à l'AO et qui présente les meilleurs niveaux de corrélation de tout l'hémisphère.

 

 

118396528_AOCorrlation2.png.0349aa32a402200ec195c5200fc0a20b.png

 

 

On n'est pas surpris, il existe une corrélation assez manifeste : les hivers froids sont corrélés à des indices AO plutôt négatifs, et inversement. Et plus l'hiver s'écarte de la ligne , plus ses températures se sont inhabituellement décorrélées de l'AO : quand le point est très largement au dessus de la ligne c'est que l'hiver a été bien plus frais qu'attendu au regard de l'indice et quand le point est très en dessous c'est qu'au contraire l'hiver a été beaucoup plus doux qu'attendu.

 

Sur ce point, 2021 (placement avec des données provisoires au 20/02) est indéniablement très doux au regard de son indice AO. Il rejoint en cela 1977 qui avait été un peu un OVNI de sa période .. et le fameux hiver 2010 qui a fait l'objet d'une abondante littérature scientifique sur le fait qu'il avait été anormalement peu froid au regard des indices synoptiques tels que l'AO.

 

Je fais ça en "brut", mais considérant l'équation de la droite de régression, au regard de ses valeurs provisoires l'hiver 2020-2021 ressort avec 4,25° de plus que la valeur théorique attendue au regard de son indice AO. 2009-2010 avait atteint +4,36° et 1978-1979 était à +4,00°. Dit autrement, le bilan de cet hiver dépasse de plus de 4° la valeur théorique attendue à partir du seul indice de l'AO. Et ce qui est surtout parlant, c'est que l'écart entre la valeur observée et la valeur attendue dépasse 3σ, ce qui nous montre à quel point cet écart est exceptionnel même s'il n'est pas inédit. Et il n'est pas dit que les derniers jours du mois, prévus exceptionnellement chauds dans toute l'Europe du nord, ne fassent pas passer l'écart définitif de 2021 au dessus de celui de 2010.

 

 

 

Merci @TreizeVents,

 

J'ai juste quelques questions :

 

* comment est calculée l'anomalie thermique dans ton domaine (carré) ?

* quel est le coefficient de corrélation pour ton graphique ?

* qu'en est-il de la corrélation entre la NAO et un indicateur thermique en Europe de l'ouest ?

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...