Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Recommended Posts

Bonjour j'ouvre un sujet semblable peu abordé.

Coenr cela se fait que dans l'atlantique sud il y ait si peu de cyclone ?

J'ai vu sur MF que cela serait dû à la ZCIT absente (pourtant elle semble parfois s'approcher voire être légèrement dans l'hémisphère suf en hiver ; cf. ci-dessous) et les forts cisaillements. Mais pourquoi il y aurait tous de cisaillement dans l'atlantique sud alors que le relief est le même, la largeur de l'océan pareil à peu près. Je souhaiterai savoir cequi explique le plus fort cisaillement dans l'atlantique  sud. 

Merci de votre retour.

220px-ITCZ_january-july.png.9c8e777f39d73c12cf42651ff693eeec.png

Edited by Turquoise_ExNico41
Link to post
Share on other sites
Posted
Bois-de-Haye

La naissance de cyclones requiert plusieurs facteurs essentiels dont l'un est la température de surface de l'océan : elle doit être d'au-moins 26 °C. Si les cyclones ne se développent pas sur l'Atlantique Sud, c'est simplement parce que les eaux y sont trop fraîches pour permettre une cyclogenèse tropicale. Par ailleurs, le développement des cyclones tropicaux commence souvent à partir d'amas convectifs se formant au niveau de la ZCIT. Or la ZCIT sur l'Atlantique se situe en moyenne dans la zone tropicale de l'hémisphère nord.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Cers a dit :

La naissance de cyclones requiert plusieurs facteurs essentiels dont l'un est la température de surface de l'océan : elle doit être d'au-moins 26 °C. Si les cyclones ne se développent pas sur l'Atlantique Sud, c'est simplement parce que les eaux y sont trop fraîches pour permettre une cyclogenèse tropicale. Par ailleurs, le développement des cyclones tropicaux commence souvent à partir d'amas convectifs se formant au niveau de la ZCIT. Or la ZCIT sur l'Atlantique se situe en moyenne dans la zone tropicale de l'hémisphère nord.

Merci de ton retour. Ah oui la ZCIT n'est pas géométriquement en moyenne à peu près sur l'équateur. Y-a-t-il une raison? 

Sinon pour la température de l'eau pas assez chaudes, c'est à cause de la remontée de courant froid vers le Nordest et la Namibie? 

 

On est en fin d'hiver et pourtant effectivement les températures entre Hémisphère nord et sud semblent relativement équilibré alors que c'est la période la moins favorable pour l'hémisphère nord laissant penser qu'habituellement l'eau serait plus chaude dans l'hémisphère nord... 

C'est la ZCIT qui dépend de la températures de l'océan ou inversement ou ni l'un ni l'autre ou les deux se dépendent tous les deux de l'autre?

Encore merci :) 

Link to post
Share on other sites
Posted
Capesterre Belle-Eau (971)

Des éléments de réponses ci-dessous pris dans un sujet sur le cyclone Catarina en 2004 sur l'Atlantique Sud : https://cyclonextreme.com/cyclonemondesaison04systCatarina.htm

 

A la question pourquoi n'y a-t'il pas de cyclones sur l'océan Atlantique Sud souvent posée et à laquelle la NOAA avait déja répondu il y a quelques années par :
" Bien que beaucoup de monde en attribue la cause à une température de l'eau de mer trop basse, les raisons essentielles de l'absence des cyclones tropicaux sur l'océan Atlantique Sud sont :
- d'une part la présence permanente d'un fort cisaillement vertical du vent dans la troposphère
- et d'autre part l'absence d'ondes d'est d'origine africaine et la zone de convergence intertropicale toujours au nord de l'équateur géographique (Gray 1968)
En l'absence de zone de convergence initiatrice du mouvement cyclonique et de la convergence, il devient très difficile sinon impossible de voir se produire la genèse de cyclones tropicaux
En de rares occasions, il est quand même possible qu'une dépression tropicale se forme sur l'Atlantique Sud
McAdie and Rappaport (1991) rapporte que le US National Hurricane Center a suivi, en avril 1991, une dépression tropicale modérée qui s'était formée au large du Congo
et avait évolué vers l'ouest sud-ouest avant de disparaître sur le centre de l'Atlantique Sud
Depuis, aucune autre dépression n'a été observée et aucune étude sur ce sujet n'a été entreprise." (FAQ de la NOAA)

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Bois-de-Haye

Je vais compléter ma réponse rapide d'hier, dans laquelle je n'ai pas fait mention du cisaillement vertical de vent et qui faisait partie de la question.

 

Parmi les facteurs essentiels à la genèse et au développement des cyclones tropicaux, on a :

 

- une température des eaux de surface et dans la couche de mélange océanique suffisamment élevée, le critère généralement retenu étant une SST > 26.5 °C ;

- de l'instabilité atmosphérique conditionnelle ;

- un cisaillement vertical de vent faible (< 10 m/s environ entre la surface et la tropopause) ;

- une force de Coriolis suffisante (pas de cyclones possibles à proximité de l'équateur géographique, ceux-ci se forment et évoluent généralement au-dessus de 5-10 ° latitude) ;

- des éléments dynamiques déclencheurs tels une convergence du vent en basses couches, des ondes d'est, de la vorticité cyclonique ...

 

Chacune des conditions précédentes est importante.

 

Plaçons nous dans l'Atlantique Sud tropical, entre 0 et 30 ° latitude.

 

Ci-dessous une carte de la SST moyenne entre décembre et mars sur la période 1981-2020. La circulation océanique explique notamment la distribution des températures de l'eau. De manière générale, durant l'été austral, la ZCIT se décale un peu, l'océan se réchauffe et l'atmosphère tropicale s'humidifie. Il s'agit d'une période globalement favorable aux tempêtes tropicales dans l'hémisphère sud. Les eaux les plus chaudes de l'Atlantique Sud (SST > 26 °C) se rencontrent le long de l'équateur géographique, le long de la côte africaine entre 0 et 10 ° S ainsi que le long de la côte brésilienne, jusqu'à environ 25 ° S et 25 ° W au large. Les conditions thermodynamiques dans ces zones peuvent être réunies et des cyclones pourraient potentiellement s'y former. Mais une SST élevée, de l'instabilité et une forte humidité atmosphérique ne sont évidemment pas des critères suffisants.

 

SST_1.png.3e071d1b95a1a8000f080c536cf164be.png

 

 

En comparaison, l'Atlantique Nord tropical est nettement plus chaud de juillet à octobre, période idéale au développement des ouragans sur ce bassin (figure ci-après). Ce n'est pas montré ici, mais la formation des cyclones tropicaux est bien corrélée aux valeurs de SST > 26 °C.

 

SST_2.png.ce3bd88ef544f7b34e91051ae3002895.png

 

 

 

Considérons maintenant les facteurs dynamiques, très importants : paramètre de Coriolis, cisaillement vertical de vent et triggers.

 

Entre 0 et 5 ° longitude, le paramètre de Coriolis f est trop faible pour initier une rotation cyclonique.

 

L'écoulement moyen peut être considéré à peu près zonal. Voici deux cartes montrant respectivement le module du vent zonal (exprimé en m/s) à 850 hPa et 200 hPa moyenné de décembre à mars, dont on peut déduire alors en plusieurs endroits une valeur moyenne du cisaillement vertical de vent zonal. En basses couches, le vent moyen est de secteur E (u < 0), de module inférieur à 6 m/s au large du Brésil entre 10 et 25 ° S. En altitude, le vent moyen est de secteur O (u > 0). Grosso modo, on trouve que le cisaillement vertical de vent reste au cours de la période considérée en moyenne inférieur à 10 m/s, entre 30 et 40 ° W et de 15 à 22 ° S. Ailleurs, excepté le long des côtes du Congo et de l'Angola, le cisaillement de vent semble effectivement trop élevé pour permettre la formation et le maintien de cyclones tropicaux. La SST et le cisaillement de vent ne sont pas forcément décorrélés (lien atmosphère/océan) : là où l'eau est plus froide, le cisaillement de vent est aussi souvent plus fort. 

 BS_1.png.ed3f5c1b7e26f1ff2bfb9c021950cc2b.png

BS_2.png.04aa5f220b630dc198d554239cfb0308.png

 

 

 

Une perturbation tropicale qui parviendrait à se former le long de la côte africaine rencontrerait indéniablement un environnement trop cisaillé au cours de son trajet. Un point également intéressant à noter est la largeur relativement petite du bassin atlantique sud par rapport au bassin atlantique nord. Dès lors, on peut imaginer qu'une perturbation qui profiterait éventuellement de conditions thermodynamiques et dynamiques initialement favorables pour se former au large du Brésil, n'aurait pas forcément le temps requis pour se développer au-dessus de l'océan afin d'atteindre le stade de cyclone tropical.

 

Une eau par endroit insuffisamment chaude, un cisaillement vertical de vent souvent trop fort, un atterrissage précoce au Brésil ... les autres facteurs limitants ont été mentionnés :

 

- l'absence d'ondes d'est africaines dans cette partie du bassin atlantique ;

- une zone de convergence intertropicale située trop au nord, même durant l'été austral.

 

Catarina est officiellement le premier cyclone tropical observé dans l'Atlantique Sud. C'est un cas assez particulier à vrai dire, car si Catarina a profité d'un environnement peu cisaillé, il s'est aussi formé au-dessus d'une eau moins chaude que d'ordinaire et était plus vraisemblablement un cyclone hybride faisant intervenir des processus à la fois baroclines et barotropes. En fait, les systèmes hybrides ne sont pas rares, et il peut être parfois difficile de ranger un cyclone dans une catégorie. Une perturbation cyclonique évolue au cours de sa vie, peut passer d'une structure à l'autre, ne pas être parfaitement symétrique ou dissymétrique... Avant de conclure, j'aimerais d'ailleurs évoquer les tempêtes subtropicales de l'Atlantique Sud qui ne doivent pas être confondues avec des cyclones tropicaux à proprement parler, puisque les conditions de genèse et de développement sont différentes. Ces cyclones hybrides se forment sur l'Atlantique au large du Brésil à une latitude supérieure à 25 ° S, dans une atmosphère caractérisée par cisaillement vertical de vent modéré, au-dessus d'eaux plus fraîches (SST < 25 °C) et peuvent être déclenchées par les ondes de Rossby.

Edited by Cers
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Je te remercie Cers pour tes explications. Le cisaillement est donc défavorable aux ouragans et est souvent présent en zones plus froide (sans doute à cause du fait qu'il y a moins de bulles chaudes montantes en altitude...?).

Un autre facteur qui explique qu'il y a plus de cisaillement en Atlantique-sud ? 

Merci encore par avance.

(La question sera close une fois que l'origine du cisaillement different selon le lieu géographique sera répondu.)

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...