Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Suivi de la canicule en Amérique du Nord - Juin -Juillet 2021


Hugo_HK
 Share

Recommended Posts

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)
Il y a 10 heures, Hugo_HK a dit :

OK un petit resumé des records absolus jusqu'a maintenant, sur la période 1980-2021 d'après les stats IC: je n'ai pas encore fait les US 

 

De manière générale c'est la grande majorité des records absolus qui sont battus en BC mais aussi un certain nombre des records sur le Sud des NWT, sur une bonne partie de l'Alberta et du Saskatchewan. Pas mal de nouveau records absolus a +4-5c vs l'ancien... Je n'ai trouvé que Vancouver qui n'a pas battu son record absolu en BC!

 

 

 

27/06:

Victoria (BC): TNX de 21.0 vs 19.6 en Juillet 2007 (+1.4c)

Comox (BC): TXX de 38.0 vs 35.2 en Juillet 2009 (+2.8c)

Smithers (BC); TXX  de 37.4 vs 36.0 en Juillet 2009 (+1.4c)

 

US: 

Mahlon (OR): TX de 43.9 vs 42.2 en Aout 1981 (+1.7c)

 

28/06: 

Victoria (BC); TXX de 39.4, vs 36.3 en Juillet 2007 (+3.3c)

Prince George (BC): TXX de 37.9 vs 35.6 en Juillet 2007 (+2.3c)

Fort Nelson (BC): TNX de 21.1 vs 18.7 en 2018 (+2.4c)

 

US:

Seattle - Tacoma (WA): TX de 42.2, vs 39.4 en Juillet 2009 (+2.8c)

Olympia (WA): TX de 43.3, vs 40.0 en Juillet 2009 (+3.3c)

Quillayute (WA - sur la cote Pacifique): TX de 43.3 vs 37.2 en aout 1981 (+6.1c)

Salem (OR): TX de 47.2 vs 42.2 en Aout 1981 (+5.0)

Portland (OR): TX de 46.7 vs 41.6 en aout 1981 (+5.1c)

Portland (OR): TN de 24.4 vs 23.3 en Juillet 2009 (+1.1c)

 

29/06:

Lytton: TXX 49.6c vs 42.1 en Juillet 2006 (+7.5c vs precedent) - Nouveau record National de chaleur

Kamloops (BC): TXX de 47.3, vs 40.8 en Aout 2018 (+6.5c vs precedent)

Kelowna (BC): TXX de 44.6, vs 39.3 en Aout 1998 (+5.3c)

Pendicton (BC): TXX de 44.2, vs 38.6 en Aout 1998 (+5.6c)

Lillooet (BC): TXX de 46.8 vs 41.4 en Juillet 2014 (+5.4)

Abbotsford (BC): TXX de 42.9 vs 38.0 en Juillet 2009 (+4.9c) 

Comox (BC): TNX de 23.1 vs 20.5 en aout 2020 (+2.6c)

Williamslake (BC): TXX de 39.6, vs 34.2 en Juillet 1998 (+5.4c)

Mackenzie (BC): TXX de 38.7 vs 35.8 en Juillet 2007 (+2.9c)

Fort Nelson (BC tout au Nord par ) : TXX 37.2 vs 35.0 en Juillet 1981

Fort Chipewyan (Alta); TXX de 37.9 vs 34.1 en Juillet 1981 (+3.8c)

Fort Nelson (BC tout au NO): TXX 38.1 vs 34.0 en Aout 1981 (+4.1c)

Fort Nelson (BC): TNX 20.9 vs 18.8 en Juillet 2006 (+2.1c)

Grande Prairie (Alta): TXX de 41.5 vs 37.2 en Juillet 1981 (+4.3c)

Yathkyed (NWT): TXX de 37.1 vs 34.4 en Juillet 2012 (+2.7c)

Yathkyed (NWT: TNX de 20.1 vs 18.3 en Juillet 2013 (+1.8c)

 

US:

Lewiston (Idaho): TX de 46.1, vs 43.3 de Juillet 2002 (+2.8c)

 

30/06: 

Kamloops (BC): TNX de 25.7, vs 23.4 en Juillet 1996 (+2.3c)

Nitinat lake (BC): TXX de 35.6 vs 34.0 en Juillet 2015 (+1.6c)

Williamslake (BC): TNX de 20.8 vs 18.7 en Juillet 1985 (+2.1c)

Blue River (BC): TXX de 40.3, vs 36.7 en Juillet 1998 (+3.6c)

Fort Smith (NWT): TNX de 23.5 vs 21.7 en Juillet 2007 (+1.8c)

Fort Smith (NWT): TXX de 39.9 vs ?? en Juillet 1941 - Nouveau record de chaleur pour les NWT

Uranium City (Alta): TXX de 38.0 vs 35.0 en Juillet 1984 (+3.0c)

Key Lake (Alta): TXX de 37.0 vs 33.0 en Juin 2018 (+4.0c)

High Prairie (Alta): TXX 38.4 vs 33.4 JAout 2008 (+5.4c)

 

01/07:

Pendicton (BC): TNX de 24.1 vs 23.6 en Juillet 2007 (+0.5c)

Kelowna (BC): TNX de 22.5 vs 21.0 en Juillet 1989 (+1.5c)

Ethelda Bay (BC - sur une ile quelques centaines de KM au nord de Vancouver): TXX de 34.9 vs 33.8 en Juillet 1998 (+1.1c)

Virginia Falls (NWT): TXX de 38.2 vs 36.3 en Juillet 2020 (+1.9c)

St Charles Creek (NWT): TXX de 38.3 vs 36.4 en Juillet 2018 (+1.9c)

Dubaunt lake (NWT - 63N): TNX de 24.2 vs 19.7 en Juillet 2017 (+4.5c)

Porter Lake (NWT): TXX de 33.2 vs 33.1 en Juillet 2015 (+0.1c)

Key Lake (Sask): TNX de 24.1 vs 22.0 en Juillet 1987 (+2.1c)

Lynn Lake (Man): TX de 37.1 vs 35.3 en Aout 1991 (+1.8c)

Collins Bay (Sask): TX de 37.2, vs 34.9 en Aout 1991 (+2.3c)

Yathkyed (NWT: TNX de 20.1 vs 

 

02/07: 

Nitinat Lake (BC): TNX de 19.9 vs 16.7 en Juillet 2014 (+3.2c)

Lupin (NWT - 66 degres Nord!): TXX provisoire 40.0 vs 35.8 en Juillet 2015 (+4.2c provisoire)

Dubaunt Lake (NWT - 63N): tXX provisoire de 36.8 vs 32.8 en Juillet 2012 (+4.0 provisoire)

Southend (Sask): TXX provisoire 35.9 vs 34.9 en Juillet 2007 (+1.0)

Southend (Sask): TNX de 20.8 vs 19.8 en Juillet 2013 (+1.0)

Buffalo Narrows (Saks): TN de 22.7 vs 20.7 en Juillet 2007 (+2.0)

Buffalo Narrows (Sask): TXX 35.8 (provisoire) vs 33.6 en jUILLET 2006 (+2.2c)

High Prairie (Alta😞 TNX 19.3 vs 19.2 en Juillet 2015 (+0.1c)

Leader (Sask): TXX 39.4 (provisoire) vs 38.3 en 2007 (+1.1c)

North Battleford (Sask) TXX 38.3 vs 37.3 en Aout 2018 (+1.0)

La Ronge (Sask): TXX de 37.9 vs 36.1 en Aout 1991 (+1.8c)

Meadow Lake (Sask) TXX de 36.1 vs 32.9 en Juillet 2012 (+3.2c)

 

 

OK c'est édité.

 

Regina (Sask) et Edmonton (Alberta) n'ont pas battu leurs records absolus  mais sinon, hormis le Sud du Saskatchewan et le Nord des NWT, c'est chose faite pour une zone couvrant l'intégralité de la BC, la moitié Sud (en gros) des NWT, la quasi totalité de l'Alberta, la moitié Nord (au moins) du Saskatchewan, quelques villes du Manitoba, et enfin la majorité des villes des états de Washington et de l'Oregon aux US (ainsi que le Nord de l'Idaho). A vue de nez, ca représente une zone géographique qui fait (environ) 5 fois la France... c'est a dire une bonne partie de l'Europe!

 

On a aussi battu plate couture et a plusieurs reprises le record national du Canada, ainsi que le record de l'état des NWT. Apparemment les records de l'Alberta / Sask tiennent toujours mais ce sont des valeurs datant des années 1930 donc je ne sais pas ce qu'ils valent en terme de fiabilité.

 

 

Merci pour ce travail de compilation, cela fait vraiment plaisir d'avoir accès à une synthèse des données, incroyable que Lytton ait battu son record absolu de +7,5°C ! 😅

Sinon on est où niveau prévisions de ce dôme d'air chaud sur les US... Il me semble qu'on risque d'avoir droit à un deuxième round ? 🤪

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

  • Replies 192
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Comme promis, voici quelques éléments d'analyse climato sur les valeurs enregistrées lors de ce coup de chaud exceptionnel.   Déjà, j'aimerais commencer par une parenthèse spécifique sur Lyt

Je ne pense pas que l'on puisse connaitre des valeurs similaires (47°c ou +) dans la moitié nord de la France, en raison de la topographie complètement différente: ici en France point de grands bassin

C'est reparti pour un tour de manège...   Contexte: le Sud Ouest des US a passée une bonne partie de Juin en proie a une chaleur pesante, meme pour cette partie du monde tant habituée au cag

Posted Images

Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois
Posted (edited)
il y a 39 minutes, LuckyFrenchy117 a dit :

 

Merci pour ce travail de compilation, cela fait vraiment plaisir d'avoir accès à une synthèse des données, incroyable que Lytton ait battu son record absolu de +7,5°C ! 😅

Sinon on est où niveau prévisions de ce dôme d'air chaud sur les US... Il me semble qu'on risque d'avoir droit à un deuxième round ? 🤪

 

On devrait retrouver une situ très chaude mais plus classique des maxi estivaux. 

Il est toujours un peu là ce dôme chaud (il culmine d'ailleurs en juillet), mais qu'il soit aussi intense à vegas qu'en Alberta et qu'il remonte aussi haut comme la semaine dernière c'était jamais arrivé. 

Et qu'il soit pas vraiment fondamentalement dégagé ou nettement rétrogradé vers le sud comme dans les 10 prochains jours ça doit pas être banal non plus... 

 

Pendant ce temps notons qu'à la inverse le reste des US connaît un temps plutôt agréable. 

 

Edited by edd
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Ce qui m'impressionne c'est que les previsions montrent en gros des temperatures supérieures aux normes de 4 a 10 degres sur les zones deja tres touchees (BC notamment) pour les deux semaines a venir. Il y avait deja eu un coup de chaud vers le 15-20 Juin sur l'Ouest Américain: la période 15 Juin - 15 Juillet va etre absolument dantesque, comme l'été 2020 en Sibérie, l'été 2010 en Russie d'Europe ou l'été 2003 chez nous.

 

Exemple du dernier GFS: on est de retour 10 degres au dessus des normes pendant quelques jours la semaine prochaine... Quand les recurrences s'acharnent... Les glaciers de BC vont en prendre plein la gueule

 

gfsna-1-138.thumb.png.d12930ea4c7595f777fe517975e00bfa.pnggfsna-1-114.thumb.png.addd81fe7f3a75e02826c015aac1d4c2.png

  • J'aime 2
  • Surprise 4
Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas encore vu de cartes montrant l'étendue des records absolus battus mais je pense que cette canicule était marquante de ce cote la aussi. En 2003, les records absolus étaient de manière générale cantonnes aux Sud Ouest de l'Europe (Espagne, France, Italie, peut etre Benelux et Sud du RU?) alors que ce coup ci, on parle d'étendues grandes comme la moitié de l'Europe au minimum...

 

difficilement concevable mais il y a plus de 2000km entre l'Oregon et le Nord de la BC ou le Sud des NWT, et plus de 1500km entre l'Ouest de la BC et l'Est du Saskatchewan... et la majorité des records absolus (sur les 40 dernieres années - je n'ai pas les valeurs d'avant sur IC) ont été battus sur cette zone.

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Paris II & VIII (occasionnellement Besançon)
Le 02/07/2021 à 07:56, edel a dit :

Même si ce n'est qu'une modélisation, le fait que les supercalculateurs voient le 30° s'installer sur le sud de la péninsule ibérique de nos jours n'est pas du genre rassurant non plus...

 

Le potentiel est toujours bien présent dans les modèles (et même si c'est plutôt HS ici, je conseille d'aller consulter les cartes de T°C 850hPa pour la journée de dimanche, la forme de dôme est esthétique). Il y a visiblement quelqu'un parmi nous qui a porté la poisse aux espagnols :

 

Le 30/06/2021 à 14:33, mottoth a dit :

L'Espagne est plus susceptible de connaitre cela que nous, non pas par sa latitude mais par ses plateaux qui occupent une grande partie du pays. Je pense que les records absolus Espagnols sont désormais 'fragiles'.

 

:D

  • Haha 7
Link to post
Share on other sites

Bon les derniers modèles donnent du 20-24 degrés a 850hpa sur le Nord de la BC, l'Alberta, le Saskatchewan et meme le Sud des NWT...

 

A voir si on peut faire le doublet records de Juin et Juillet la meme année...??

 

A mon avis pas beaucoup de records a attendre, mais on est tout de meme 10 a 14 degrés au dessus des normes en altitude donc pas impossible

 

En tout cas pour les glaciers d'altitude ca doit etre absolument dramatique et les feux de foret ca va entrer l'enfer encore cette année 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)
Il y a 22 heures, Arkus a dit :

Comme promis, voici quelques éléments d'analyse climato sur les valeurs enregistrées lors de ce coup de chaud exceptionnel.

 

Déjà, j'aimerais commencer par une parenthèse spécifique sur Lytton, car on a beaucoup parlé de cette valeur assez symbolique, mais elle ne vient pas de nulle part. Il faut quand même se rendre compte que ce coin possède un climat très particulier sans équivalent chez nous. Lytton, située à 50°N atteint les 30°C de Txm (moyenne 81-10) au coeur de l'été, un seuil réservé (enfin, dans un climat révolu ...) aux coins méditerranéens en France. Mais au delà de cette moyenne c'est surtout la dispersion des Tx estivales qui est frappante : malgré cette moyenne haute, on peut avoir des Tx ponctuellement très fraîches, les valeurs extrêmes basses sont en dessous de 15°C même en plein été, et à l'inverse les valeurs extrêmes hautes sont vraiment hautes. Les 40°C ne sont pas rares là bas avec une moyenne de 0.8 jour / an, et une amplitude d'occurrence allant de fin mai à fin août. Par comparaison, Saragosse, dans le climat semi-aride de l'Aragon n'a que 0.5 jour / an au dessus de 40°C !

 

Visuellement, voici la comparaison des Tx moyennes, écart-type et records sur la saison chaude entre Lytton et Nîmes, c'est surprenant :

 

Txm_Nimes_Lytton.thumb.png.2fcfe3d1bba7170f982b6af3a6c9041b.png

 

 

En combinant un événement extrême avec un climat déjà plutôt extrême en soi, il n'est donc pas étonnant qu'on ait atteint une valeur difficile à concevoir. Mais si c'est elle qui a été retenue par les médias pour cette raison, ça ne doit pas occulter le fait qu'une zone bien plus large a été touchée par un événement tout aussi anormal que dans ce coin particulier.

 

Pour avoir un contexte statistique assez couvrant sur cet événement, j'ai analysé les données de 6 localités dans la zone touchée :

  • 3 proches de la cote (Portland, Seattle, et Abbotsford, représentant la zone la plus touchée de l'agglo de Vancouver)
  • 2 à l'intérieur des Rocheuses (Lytton, Kamloops)
  • 1 à la limite est des Rocheuses (Jasper)

J'ai récupéré les plus longues séries possibles quitte à grouper des séries d'emplacements différents : on peut accepter quelques biais d'homogénéités dans la mesure où on se focalise sur des données quotidiennes, avec une variabilité qui domine largement les biais d'homogénéité. De plus les Tx y sont moins sensibles, et comme on cherche les événements extrêmes, ceux-ci doivent normalement largement ressortir.

 

Voici le résultat avec l'ensemble des anomalies des Tx estivales sur le jeu de stations, avec la tendance long terme :

 

anom.thumb.png.cd9392a9a4cb693b900a0c3ae4d2a3f1.png

 

L'événement de juin 2021 domine la série, avec un max supérieur à 4 sigmas par rapport à la moyenne 81-10 pour toutes les stations sans exception. Aussi loin que l'on puisse remonter dans le temps, il n'y a aucun équivalent a ce qui a été observé ces derniers jours. Mais plus intéressant encore, l'événement n'est pas explicable par l'évolution de la tendance long terme. Même en retirant cette tendance des séries, on reste sur des valeurs autour de 4 sigmas, toujours à peu près inédites :

 

anom_detrend.thumb.png.e09690cca5b7c1964913beeba1671ae2.png

 

Si on essaie de "rejouer" l'événement en se basant sur l'évolution de la tendance à la manière de ce que j'ai présenté , l'écart le plus marquant à la tendance dans le passé semble être 1942 (j'écarte volontairement les valeurs plus anciennes de Seattle, dont le caractère isolé pose question). A Portland par exemple on avait atteint 40.6°C le 1er juillet. En projetant cet événement sur la tendance de fond actuelle, ça nous donnait quand même un record potentiel à 45.4°C début août, mais seulement 42.6°C fin juin. Si on tombe bien largement au dessus du record d'avant 2021 (41.7°C le 31 juillet 1965), on reste quand même bien en deçà de l'événement de cette année.

On peut essayer d'avancer deux explications possibles (pas forcément exclusives) :

  • L'événement de juin 2021 est un "ovni", une rareté qui n'avait jamais été observée sur les plus de 100 ans de données disponibles (en même temps 4 sigmas ça fait une durée de retour bien supérieure à ça)
  • L'évolution de l'occurrence d'extrêmes climatiques ne suit pas celle de la tendance du centre la distribution. En gros, les extrêmes vivent leur vie en dehors de la gaussienne de la majorité des événements. C'est quand même plus ou moins ce qui était annoncé dans le cadre du RC, avec des extrêmes qui augmentent plus vite que le reste.

On pourrait se dire qu'avec un événement, il est encore tôt pour trancher et qu'il faudrait voir si on n'en observe pas d'autre avant d'avoir un avis plus tranché. Sauf que ... et là vous devinez sûrement où je veux en venir puisque je l'avais plus ou moins annoncé dès le début ... cet événement n'est pas inédit ! Si on élargit un peu le champ de vision géographiquement, il se trouve qu'il y a au moins un événement que nous connaissons tous ici et qui présente des caractéristiques très similaires : évidemment, juin 2019 dans le Languedoc !

 

Voici le même jeu de comparaison entre stations, mais cette fois entre Portland et Nimes :

 

anom_comp_nimes.thumb.png.abbd9a6a50fff1c951521ba5ab0abca0.pnganom_detrend_comp_nimes.thumb.png.d8afb476353878f09253f20c2e790064.png

 

 

La similitude est assez frappante : longue série de données, même événement ovni, non entièrement expliqué par la tendance de long terme. Drôle de coïncidence pour des événements censés être très rares, non ? On pourrait continuer car ce genre d'anomalie, on en trouve encore d'autres ces dernières années, à des dates et dans des endroits complètement indépendants (par ex : Svalbard, été 2020).

 

Ça mérite des analyses sans doute bien plus poussées et plus exhaustives que ce que je présente ici, mais je pense qu'on a un signal qui mérite une certaine attention. Car quand on fait une simple extrapolation des événements passés sur la tendance long terme, on trouve déjà des valeurs surprenantes (notamment, dans le post que j'ai mis en lien plus haut, potentiellement pas loin de 45°C à Lyon et Toulouse). Si en plus on doit ajouter la possibilité dépasser d'une bonne marge ces valeurs, il y a de quoi se poser quelques questions.

 

Sur ce, pour terminer par quelques autres graphiques illustratifs peut-être plus concrets pour le commun des mortels, voici la série de Tx de Portland avec les stats sur 140 ans de données :

 

image.thumb.png.b9738f3ac7fd01df96b8c04791cc3349.pngimage.thumb.png.6da661a790788d20eac12c7bcdbfbd1a.png

 

Que dire à part un énorme merci pour ce post de qualité et riche en enseignements ! 🙏

Tu fais toujours un excellent travail de mise en perspective statistique qu'on est malheureusement peu à être capable de faire sur le forum et ça fait extrêmement plaisir ! 😊

  • J'aime 9
Link to post
Share on other sites

Posted (edited)
Il y a 23 heures, Arkus a dit :

Comme promis, voici quelques éléments d'analyse climato sur les valeurs enregistrées lors de ce coup de chaud exceptionnel.

 

Déjà, j'aimerais commencer par une parenthèse spécifique sur Lytton, car on a beaucoup parlé de cette valeur assez symbolique, mais elle ne vient pas de nulle part. Il faut quand même se rendre compte que ce coin possède un climat très particulier sans équivalent chez nous. Lytton, située à 50°N atteint les 30°C de Txm (moyenne 81-10) au coeur de l'été, un seuil réservé (enfin, dans un climat révolu ...) aux coins méditerranéens en France. Mais au delà de cette moyenne c'est surtout la dispersion des Tx estivales qui est frappante : malgré cette moyenne haute, on peut avoir des Tx ponctuellement très fraîches, les valeurs extrêmes basses sont en dessous de 15°C même en plein été, et à l'inverse les valeurs extrêmes hautes sont vraiment hautes. Les 40°C ne sont pas rares là bas avec une moyenne de 0.8 jour / an, et une amplitude d'occurrence allant de fin mai à fin août. Par comparaison, Saragosse, dans le climat semi-aride de l'Aragon n'a que 0.5 jour / an au dessus de 40°C !

 

Visuellement, voici la comparaison des Tx moyennes, écart-type et records sur la saison chaude entre Lytton et Nîmes, c'est surprenant :

 

Txm_Nimes_Lytton.thumb.png.2fcfe3d1bba7170f982b6af3a6c9041b.png

 

 

En combinant un événement extrême avec un climat déjà plutôt extrême en soi, il n'est donc pas étonnant qu'on ait atteint une valeur difficile à concevoir. Mais si c'est elle qui a été retenue par les médias pour cette raison, ça ne doit pas occulter le fait qu'une zone bien plus large a été touchée par un événement tout aussi anormal que dans ce coin particulier.

 

Pour avoir un contexte statistique assez couvrant sur cet événement, j'ai analysé les données de 6 localités dans la zone touchée :

  • 3 proches de la cote (Portland, Seattle, et Abbotsford, représentant la zone la plus touchée de l'agglo de Vancouver)
  • 2 à l'intérieur des Rocheuses (Lytton, Kamloops)
  • 1 à la limite est des Rocheuses (Jasper)

J'ai récupéré les plus longues séries possibles quitte à grouper des séries d'emplacements différents : on peut accepter quelques biais d'homogénéités dans la mesure où on se focalise sur des données quotidiennes, avec une variabilité qui domine largement les biais d'homogénéité. De plus les Tx y sont moins sensibles, et comme on cherche les événements extrêmes, ceux-ci doivent normalement largement ressortir.

 

Voici le résultat avec l'ensemble des anomalies des Tx estivales sur le jeu de stations, avec la tendance long terme :

 

anom.thumb.png.cd9392a9a4cb693b900a0c3ae4d2a3f1.png

 

L'événement de juin 2021 domine la série, avec un max supérieur à 4 sigmas par rapport à la moyenne 81-10 pour toutes les stations sans exception. Aussi loin que l'on puisse remonter dans le temps, il n'y a aucun équivalent a ce qui a été observé ces derniers jours. Mais plus intéressant encore, l'événement n'est pas explicable par l'évolution de la tendance long terme. Même en retirant cette tendance des séries, on reste sur des valeurs autour de 4 sigmas, toujours à peu près inédites :

 

anom_detrend.thumb.png.e09690cca5b7c1964913beeba1671ae2.png

 

Si on essaie de "rejouer" l'événement en se basant sur l'évolution de la tendance à la manière de ce que j'ai présenté , l'écart le plus marquant à la tendance dans le passé semble être 1942 (j'écarte volontairement les valeurs plus anciennes de Seattle, dont le caractère isolé pose question). A Portland par exemple on avait atteint 40.6°C le 1er juillet. En projetant cet événement sur la tendance de fond actuelle, ça nous donnait quand même un record potentiel à 45.4°C début août, mais seulement 42.6°C fin juin. Si on tombe bien largement au dessus du record d'avant 2021 (41.7°C le 31 juillet 1965), on reste quand même bien en deçà de l'événement de cette année.

On peut essayer d'avancer deux explications possibles (pas forcément exclusives) :

  • L'événement de juin 2021 est un "ovni", une rareté qui n'avait jamais été observée sur les plus de 100 ans de données disponibles (en même temps 4 sigmas ça fait une durée de retour bien supérieure à ça)
  • L'évolution de l'occurrence d'extrêmes climatiques ne suit pas celle de la tendance du centre la distribution. En gros, les extrêmes vivent leur vie en dehors de la gaussienne de la majorité des événements. C'est quand même plus ou moins ce qui était annoncé dans le cadre du RC, avec des extrêmes qui augmentent plus vite que le reste.

On pourrait se dire qu'avec un événement, il est encore tôt pour trancher et qu'il faudrait voir si on n'en observe pas d'autre avant d'avoir un avis plus tranché. Sauf que ... et là vous devinez sûrement où je veux en venir puisque je l'avais plus ou moins annoncé dès le début ... cet événement n'est pas inédit ! Si on élargit un peu le champ de vision géographiquement, il se trouve qu'il y a au moins un événement que nous connaissons tous ici et qui présente des caractéristiques très similaires : évidemment, juin 2019 dans le Languedoc !

 

Voici le même jeu de comparaison entre stations, mais cette fois entre Portland et Nimes :

 

anom_comp_nimes.thumb.png.abbd9a6a50fff1c951521ba5ab0abca0.pnganom_detrend_comp_nimes.thumb.png.d8afb476353878f09253f20c2e790064.png

 

 

La similitude est assez frappante : longue série de données, même événement ovni, non entièrement expliqué par la tendance de long terme. Drôle de coïncidence pour des événements censés être très rares, non ? On pourrait continuer car ce genre d'anomalie, on en trouve encore d'autres ces dernières années, à des dates et dans des endroits complètement indépendants (par ex : Svalbard, été 2020).

 

Ça mérite des analyses sans doute bien plus poussées et plus exhaustives que ce que je présente ici, mais je pense qu'on a un signal qui mérite une certaine attention. Car quand on fait une simple extrapolation des événements passés sur la tendance long terme, on trouve déjà des valeurs surprenantes (notamment, dans le post que j'ai mis en lien plus haut, potentiellement pas loin de 45°C à Lyon et Toulouse). Si en plus on doit ajouter la possibilité dépasser d'une bonne marge ces valeurs, il y a de quoi se poser quelques questions.

 

Sur ce, pour terminer par quelques autres graphiques illustratifs peut-être plus concrets pour le commun des mortels, voici la série de Tx de Portland avec les stats sur 140 ans de données :

 

image.thumb.png.b9738f3ac7fd01df96b8c04791cc3349.pngimage.thumb.png.6da661a790788d20eac12c7bcdbfbd1a.png

 

 

Dans le même ordre d'idée, les -19°C de Toulouse en janvier 1985 devaient être également hautement improbables j'imagine...

 

Edited by anecdote
Link to post
Share on other sites

Il y a 5 heures, anecdote a dit :

 

Dans le même ordre d'idée, les -19°C de Toulouse en janvier 1985 devaient être également hautement improbables j'imagine...

 

 

Absolument, et je pense que le parallèle est intéressant car il peut aider à comprendre de quoi on parle quand on entre dans le monde particulier des extrêmes météo.

Voici le graphique pour les anomalies de Tn quotidiennes hivernales à Toulouse, corrigées de la tendance de fond (au demeurant relativement faible au pas quotidien) :

 

image.thumb.png.c869f3cdb2be5e24e6e4e811d65d30cc.png

 

Nous avons 2 événements largement sous les 4 sigmas : 1956 et 1985, et d'autres qui s'en approchent pas mal (1947, 1963, 1987 et même 2012). A l'inverse nous n'avons rien d'équivalent dans les anomalies positives. La queue de distribution du côté froid est plus étirée que ce qu'on attend d'une distribution gaussienne. Dit autrement, ces événements se répètent nettement plus fréquemment que ce que laisserait penser un calcul brut de durée de retour basé sur le niveau d'anomalie seul. Mais ici on sait précisément ce qu'il se passe : il est connu que l'Europe de l'Ouest est soumise de manière occasionnelle à des vagues de froid qui peuvent être assez extrêmes relativement à son climat hivernal à dominante océanique. Comment interpréter ça d'un point de vue statistique ?

A mon sens la distribution des anomalies suit une belle gaussienne quand on a affaire à des variations météo qui restent dans une gamme raisonnable : on peut changer la nébulosité, la direction des masses d'air mais avec des variations continues et qui restent dans des conditions qui suivent des variations autour de caractéristiques de base inchangées. Mathématiquement, on sera alors dans une distribution unimodale.

A l'inverse, si on change de manière trop drastique les règles du jeu, on bascule dans un mode statistique différent, avec des propriétés (moyenne, dispersion) qui peuvent être radicalement différentes. Et la distribution complète des anomalies comprendra alors la superposition de ces modes, avec leurs fréquences respectives, et c'est pour ça qu'elle ne ressemblera plus à une gaussienne "pure". Un bon moyen de changer de mode statistique dans le cas des grosses vagues de froid est la présence de neige au sol. A synoptique égale ça change complètement les règles du jeu en terme de températures : difficultés à monter en journée, facilité à plonger la nuit, et surtout c'est un changement de conditions qui peut être assez discontinu. La coupure peut être assez nette entre des conditions sans neige, et des conditions avec neige, dès la présence de quelques centimètres. Et c'est probablement une bonne partie de l'explication de ces anomalies qui paraissent "trop fortes".

On peut observer également des ruptures de modes statistiques pour des stations côtières : les modes "influences maritimes" et "influences continentales" correspondent à des conditions tellement différentes que ce sont deux mondes à part entière, et la distribution qui combine les deux s'éloigne nettement d'une gaussienne pure.

L'aspect particulièrement intéressant avec le parallèle sur les vagues de froid, c'est qu'on comprend bien que le mode statistique de ces événements est potentiellement fragile : à Toulouse la neige au sol, et surtout durable, est rarement acquise et même une évolution modeste de la tendance de fond peut potentiellement la faire quasiment disparaître et donc toutes les conditions particulières de températures qui vont avec.

Et à l'inverse l'évolution des étés peut très bien ouvrir la porte à un nouveau mode statistique inconnu jusque là qui fait apparaître des extrêmes chauds aux latitudes tempérées. Si c'est vraiment à ça qu'on assiste, tout l'enjeu est d'arriver à déterminer ce qui caractérise le basculement dans ce "mode chaud" et surtout qu'elle en serait la loi de probabilité associée, dans la mesure où l'analyse de la distribution dans son ensemble, comme on l'a vu, nous renseigne peu là-dessus.

 

Je précise que c'est une interprétation personnelle, mais je sais qu'il y a et qu'il y aura probablement encore plus des travaux là-dessus, car c'est un enjeu important des prochains années, outre la détermination des tendances de fond. Si certains ont des choses à partager dessus je suis d'ailleurs preneur.

  • J'aime 8
  • Merci 6
Link to post
Share on other sites

Posted
Nîmes(30) - Lattes(34)

Devinez qui est de retour de l'enfer ...

Capturelytton.thumb.PNG.a57006f5d5c9a43451d6af35c9989318.PNG

  • J'aime 3
  • Haha 10
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites

9 minutes ago, Cyclone30 said:

Devinez qui est de retour de l'enfer ...

 

 

 

On devrait atteindre a nouveau les 35 degrés a Lytton dans les prochains jours... EC voit 34 cette aprem, et 35 Vendredi et Samedi...

 

Ca n'en finit pas sur ce secteur c'est dingue...

  • J'aime 1
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites

Posted
Nanterre Parc / Grande Arche (92) Altitude: 58 m
il y a 22 minutes, Hugo_HK a dit :

les 35 degrés a Lytton dans les prochains jours

 

35°C à Lytton ? je ne savais pas qu'il était prévu une vague de froid !

  • Haha 9
Link to post
Share on other sites

Posted
Nîmes(30) - Lattes(34)
il y a 27 minutes, RidersOnTheStorm a dit :

 

35°C à Lytton ? je ne savais pas qu'il était prévu une vague de froid !

Un "dôme de froid" s'il vous plait :D 

  • J'aime 1
  • Haha 6
Link to post
Share on other sites

Allez c'est reparti: 37 degres a Lytton a 16h locale, il fait aussi 34 a Kamloops et Kelowna. 30 degres a Fort Simpson dans le Grand Nord Canadien. les anomalies sur mi Juin mi Juillet vont etre absolument énormes sur la moitié Ouest du Canada

 

Lytton:

 

Heure locale  Température Temps Vent Pt. de rosée Pression
16h 37 °C   9 km/h
 
6 °C 1010hPa
=
15h 35 °C   4 km/h
 
10 °C 1011hPa
=
14h 34 °C 2/8 6 km/h
 
11 °C 1012hPa
=
13h 32 °C   4 km/h
 
13 °C 1013hPa
=
12h 29 °C   7 km/h
 
14 °C 1014hPa
=
11h 27 °C 4/8 9 km/h
 
15 °C 1016hPa
=
10h 24 °C 4/8 9 km/h
 
15 °C 1017hPa
=
09h 21 °C   4 km/h
 
15 °C 1018hPa
=
08h 18 °C 4/8
 
15 °C 1018hPa
=
07h          
06h 15 °C temps observé2/8
 
15 °C 1018hPa
  • J'aime 4
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites

Posted
montois (Donnemarie-dontilly) dans l'Est 77, paris 7 parfois

douce nuit à Vegas avec 34 actu.

On va être pour 2 ou 3 jours au niveau des absolus avec autour de 47 prévus.
En fait, c'est un peu comme le sahara, c'est des endroits tellement brûlants (Txm égale ou supérieure à 40) que les tempé peuvent pas s'éloigner autant que ça des normes. Il suffit donc d'un écart de "seulement" 8 degrés pour battre des records mensuels.

A suivre évidemment aussi la death valley.

On constate actu que ces zones les plus chaudes du monde (SO USA, Maghreb, persique, asie centrale sud) sont en surchauffe modérée (cf carte), mais ça suffit pour qu'on y titille les 50 en pleins d'endroits.

 

 

 

 

 

 

gfs_world-ced_t2anom_1-day.png

  • J'aime 5
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)
Il y a 8 heures, edd a dit :

douce nuit à Vegas avec 34 actu.

On va être pour 2 ou 3 jours au niveau des absolus avec autour de 47 prévus.
En fait, c'est un peu comme le sahara, c'est des endroits tellement brûlants (Txm égale ou supérieure à 40) que les tempé peuvent pas s'éloigner autant que ça des normes. Il suffit donc d'un écart de "seulement" 8 degrés pour battre des records mensuels.

A suivre évidemment aussi la death valley.

On constate actu que ces zones les plus chaudes du monde (SO USA, Maghreb, persique, asie centrale sud) sont en surchauffe modérée (cf carte), mais ça suffit pour qu'on y titille les 50 en pleins d'endroits.

 

 

 

 

 

 

gfs_world-ced_t2anom_1-day.png

 

J'ai aussi l'impression que c'est la fin du congelo Antarctique... L'anomalie mondiale va repartir et ça va faire mal ! 😁

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Posted (edited)

C’est possible de considérer le record de chaleur de 112 °F / 44.4 °C à Lytton du 16 et 17 juillet 1941 ? Sachant qu’il me semble que les abris Stevenson étaient utilisés dans toutes les stations météorologiques dès les années 1910 en Amérique du Nord. Donc contrairement à la France, la règle qui exclut les records d’avant la seconde guerre mondiale ne s’applique pas vraiment en Amérique du Nord.

Edited by THE_PHOENIX
Link to post
Share on other sites

Voici les prévisions pour Furnace Creek : https://forecast.weather.gov/MapClick.php?lat=36.2466&lon=-116.817#.YOi2wS3M0cj

 

50°C à 12h heure locale, ça devrait monter proche des 53°C aujourd'hui (127°F soit 52.7778°C plus exactement).

 

Pour demain, une température de 130°F est prévue, soit 54.4444°C, au niveau du record absolu mondial mesuré au même lieu l'année dernière (celui de 1913 étant clairement pas fiable du tout).

  • Merci 2
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites

Le Visitor Center de Furnace Creek affiche 130°F à 4:54pm alors qu'il était prévu 127°F. Hâte de voir les chiffres de samedi et dimanche. 😱

afurnacecreek.jpg

Edited by Prospect_Creek
  • Surprise 4
Link to post
Share on other sites

Oui encore un record a a la clef potentiellement. Ils tombent comme des mouches cette annee!

 

 

 

 

 

 

  • Haha 3
Link to post
Share on other sites

Bonjour .Voici le lien vers la station de Furnace Creek .Ce sont des valeurs arrondies .   USCRN SITE NEAR STOVEPIPE WELLS 1SW (noaa.gov) . Question  :IC  dans son article sur les records menacés  de ce we cite aussi  les   +46 °c sur lytton  en référence , , alors que l'on a relevé +48.6 et +49.6 sur les deux stations ces données ont elles été invalidées ? La Phrase concernée A propos des Etas Unis, après les 46.0°C de Lytton, voici qu'un autre record est lui aussi menacé. Et pas des moindre puisque les 54.4°C relevés dans la Vallée de la Mort semble menacés pour ce week end.

Edited by bicriphil
  • Merci 1
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...