serge26

Tendances printemps 2016

Messages recommandés

Le 1/4/2016 à 20:18, ggdu19 a dit :

Et voilà! Sans surprise, le premier mois du printemps se fini avec une anomalie de -0,7°C à l'échelle du pays par rapport à la normale. Cela faisait longtemps! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" />

 

Le 1/4/2016 à 21:14, zorglub71 a dit :

Mars 2013 était bien plus froid, en 2006 il fut glacial sur le Nord...

 

Le 2/4/2016 à 09:02, ggdu19 a dit :

Je ne le sais que trop bien mais ou est le rapport??... On est ici pour parler des tendances et des conclusions de ce printemps. Comparé Mars à d'autres d'année pour dire qu'il n'est pas autant que ça sous les normes, je peux aussi le faire avec tout les mois de l'année.

Pas de parti pris les amis, mais ça ne sent pas le ping-pong stérile? Relisez-vous. Fin du HS....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la synoptique qui se mettra en place à partir de ce weekend risque de perdurer tout au long du mois d'avril .

 

ici CANSIPS ( model saisonnier Canadien )

 

RDSmN7B.jpg?1

ZjvfwLg.png

 

Frais en péninsule ibérique et dans le NE des USA  trés doux en Europe centrale et de l'est .

 

ceci est aussi confirmé par les modèles long terme à savoir Ecmwf ensemble.

 

YyW4mZP.jpg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 9 heures, Henri bubuf a dit :

Merci pour ces belles cartes.

Quel est le site dans lequel nous pouvons les trouver?

 

 

la première et la troisième proviennent de twitter sur le compte de wsi europe et à la base du site http://modellab.wsi.com/

celle du milieu du site de prévision saisonnière du model Canadien CMC

 

http://www.cccma.ec.gc.ca/cgi-bin/data/seasonal_forecast/sf2

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors que nous arrivons au 2/3 du printemps, force est de constater que les prévisions d'un début de printemps globalement assez frais se sont bien confirmées.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a 12 minutes, serge26 a dit :

Alors que nous arrivons au 2/3 du printemps, force est de constater que les prévisions d'un début de printemps globalement assez frais se sont bien confirmées.

 

Oui en effet... et les dernières prévisions pour le mois de Mai semble confirmer cette tendance assez mitigée. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 23/04/2016 à 16:30, serge26 a dit :

Alors que nous arrivons au 2/3 du printemps, force est de constater que les prévisions d'un début de printemps globalement assez frais se sont bien confirmées.

 

 

Bonjour,

 

Dès la première page du sujet, c'était écrit ainsi, ça semblait presque évident ne serait-ce que par le fait que  les conséquences de nombreux mois au dessus des normales dans tout l'hémisphère allaient forcément opacifier l’atmosphère à un moment donné.

Personnellement, je préfère que cette espèce de retour à terre de l'énergie accumulée dans les airs se fasse au printemps qu'en été.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a 19 minutes, franckdemline a dit :

 

Bonjour,

 

Dès la première page du sujet, c'était écrit ainsi, ça semblait presque évident ne serait-ce que par le fait que  les conséquences de nombreux mois au dessus des normales dans tout l'hémisphère allaient forcément opacifier l’atmosphère à un moment donné.

Personnellement, je préfère que cette espèce de retour à terre de l'énergie accumulée dans les airs se fasse au printemps qu'en été.

 

 

Je suis un peu étonné que tu sois persuadé que notre printemps assez frais soit la résultante du couche nuageuse au dessus de la moyenne en raison du el nino.

En effet, bien qu'en léger recul, les anomalies globales restent toujours très élevées, avec par exemple de fortes anomalies actuellement du coté de l'alaska (entre autres).

Je ne remet pas en cause qu'une hausse de la t° globale puisse conduire à une plus grande evaporation, mais de la à justifier notre printemps par ce phenomene d'ennuagement prononcé, je trouve le raccourci un peu rapide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas un raccourci mais plutôt une supposition.

En tous cas, c'est celle que je faisais en janvier lorsque j'avais écrit l'éventualité d'un schéma plus frais pour notre printemps.

Et puis la nébulosité, favorise la douceur des saisons froides à l'inverse des saisons chaudes qu'elle rafraichit.

Un peu comme si l'ennuagement lissait les saisons.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le principe je suis d'accord avec toi, mais alors pourquoi cela ne serait valable que pour l'europe de l'ouest? On devrait voir apparaitre beaucoup plus d'anomalie froide si ta supposition etait bonne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puis il faut voir que le printemps 2013 a été très nuageux (pire que cette année) avec un ensoleillement qui a par endroit été déficitaire de 30 % (ce qui est bp) suivant météo-france alors que pourtant il n'y avait pas d'El Nino mais un La Nada avec tout de même une anomalie des SST plutôt légèrement négative depuis un moment par endroit (environ depuis l'été 2010 en moyenne) :  http://www.cpc.noaa.gov/products/analysis_monitoring/ensostuff/ensoyears.shtml  suite au La Nina qui l'a précédé qui fut assez fort et voir long 2010/11 voir presque 2011/2012 .

 

Donc le fait que ce printemps soit moins ensoleillé que la norme ne vient pas du El Nino mais plutôt de la position des anticyclones et dépressions.

 

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 11 heures, serge26 a dit :

Sur le principe je suis d'accord avec toi, mais alors pourquoi cela ne serait valable que pour l'europe de l'ouest? On devrait voir apparaitre beaucoup plus d'anomalie froide si ta supposition etait bonne

 

Mon raisonnement est très simple (et donc certainement pas satisfaisant aux yeux de certains).

Plus de nébulosité = plus de chaleur au sol par "effet couvercle" l'hiver = moins de chaleur par albédo l'été.

Je m'étais imaginé, en janvier, que c'était l'énergie latente accumulée qui réchauffait l'atmosphère de notre hémisphère par une couverture nuageuse plus intense mais que dès que les jours seraient plus longs que les nuits, l'albédo de cette nébulosité rafraichirait l'air ambiant.

Après, par principe, je m'orientais vers le fait que cette nébulosité était probablement plus près des côtes océaniques qu'en intracontinental d'où notre situation accentuée en Europe de l'ouest.

Mais , j'accepte tout à fait de t'entendre lorsque tu me dis que ma supposition n'était pas bonne. _thumbup1.gif

On dira que ma position de janvier n'était qu'un coup de bol default_rolleyes.gif

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, williams a dit :

Donc le fait que ce printemps soit moins ensoleillé que la norme ne vient pas du El Nino mais plutôt de la position des anticyclones et dépressions.

 

Williams

 

Oui, ça, c'est sur ! _thumbup1.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a 39 minutes, franckdemline a dit :

 

Mon raisonnement est très simple (et donc certainement pas satisfaisant aux yeux de certains).

Plus de nébulosité = plus de chaleur au sol par "effet couvercle" l'hiver = moins de chaleur par albédo l'été.

Je m'étais imaginé, en janvier, que c'était l'énergie latente accumulée qui réchauffait l'atmosphère de notre hémisphère par une couverture nuageuse plus intense mais que dès que les jours seraient plus longs que les nuits, l'albédo de cette nébulosité rafraichirait l'air ambiant.

Après, par principe, je m'orientais vers le fait que cette nébulosité était probablement plus près des côtes océaniques qu'en intracontinental d'où notre situation accentuée en Europe de l'ouest.

Mais , j'accepte tout à fait de t'entendre lorsque tu me dis que ma supposition n'était pas bonne. _thumbup1.gif

On dira que ma position de janvier n'était qu'un coup de bol default_rolleyes.gif

 

 

j'avais lu une étude il y a quelques temps qui montrait que + de chaleur = + d'evaporation = + de convection (car les hautes couches ne se rechauffent pas ) = precipitations + intenses et fortes.

faudrait que j'y remette la main dessus

Apres j'accepte tout autant que ce raccourcit ne soit pas le bondefault_rolleyes.gif

je crois que seul le futur nous le dira....

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En physique, l'évaporation fabrique du froid, la condensation fait du chaud.

Donc, au sol, l'eau s'évaporant fabrique du froid.

Dans l'atmosphère, le gaz de l'eau (vapeur) se condensant, fabrique du chaud.

 

Le climat de notre planète est un formidable coup de chance.

La gravité est juste à la valeur qu'il faut pour que les phénomènes climatiques se produisent.

Pus petite, notre planète verrait toute son eau s'évaporer et partir dans l'univers (comme ça a été le cas pour Mars).

Plus grosse, la convection ne se ferait pas, la vapeur resterait en surface puis recondenserait aussi vite qu'elle se créerait.

 

Personnellement, ce qui me passionne dans la climatologie, c'est cet extraordinaire point d'achoppement entre la physique et les phénomènes météorologiques.

Encore une fois, le climat terrestre est lié à un concours de circonstance incroyable et à un équilibre parfait.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 25/4/2016 à 20:27, franckdemline a dit :

Dès la première page du sujet, c'était écrit ainsi, ça semblait presque évident ne serait-ce que par le fait que  les conséquences de nombreux mois au dessus des normales dans tout l'hémisphère allaient forcément opacifier l’atmosphère à un moment donné.

 

Au niveau global la nébulosité a été particulièrement basse en mars, témoin au contraire d'une atmosphère qui a été dans l'ensemble bien moins nuageuse que d'habitude. Bilan global nettement tiré par la sécheresse extrême -mais normale en situation Niño- de l'Asie du Sud-est et de l'Indonésie, mais également part une nébulosité qui a été anormalement basse sur toute la moitié nord de l'HN.

 

Pas de retournement de situation en avril, au contraire la nébulosité est toujours en recul avec un renforcement des anomalies en Asie du sud-est et dans les régions les plus au nord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans doute.

 

Mais je n'imagine pas qu'un phénomène tel qu'El Nino ne génère pas une surabondance d'énergie dans l'atmosphère.

Après, qu'elle soit sous forme de vapeur sèche ou de vapeur humide, le résultat est le même elle est globalement dans l'atmosphère.

Pour ce qui est de notre zone Europe de l'ouest (c'est bien celle dont je parlais) je ne pense pas que nous ayons été très déficitaires en termes de nébulosité.

 

Le bilan MF :

Sur l'ensemble de l'hiver, l'ensoleillement a été contrasté. Il a été déficitaire de 10 à 20 % sur la pointe bretonne, le pourtour méditerranéen et localement dans le Nord-Est. A Nîmes (Gard) avec 315 heures de soleil, le déficit a atteint 30 %, soit 125 heures de moins que la normale**. Il a été en revanche excédentaire sur le reste de l'Hexagone, dépassant parfois 20 % dans le Sud-Ouest ainsi que du Poitou à l'Île-de-France. Le soleil a brillé 234 heures à Paris, soit un bonus de près de 50 heures par rapport à la normale.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a 43 minutes, franckdemline a dit :

Sans doute.

 

Mais je n'imagine pas qu'un phénomène tel qu'El Nino ne génère pas une surabondance d'énergie dans l'atmosphère.

Après, qu'elle soit sous forme de vapeur sèche ou de vapeur humide, le résultat est le même elle est globalement dans l'atmosphère.

Pour ce qui est de notre zone Europe de l'ouest (c'est bien celle dont je parlais) je ne pense pas que nous ayons été très déficitaires en termes de nébulosité.

 

Le bilan MF :

Sur l'ensemble de l'hiver, l'ensoleillement a été contrasté. Il a été déficitaire de 10 à 20 % sur la pointe bretonne, le pourtour méditerranéen et localement dans le Nord-Est. A Nîmes (Gard) avec 315 heures de soleil, le déficit a atteint 30 %, soit 125 heures de moins que la normale**. Il a été en revanche excédentaire sur le reste de l'Hexagone, dépassant parfois 20 % dans le Sud-Ouest ainsi que du Poitou à l'Île-de-France. Le soleil a brillé 234 heures à Paris, soit un bonus de près de 50 heures par rapport à la normale.

 

 

 

Je confirme que sur la méditerrannée et plus précisément le Languedoc, nous avions été bien déficitaire en soleil du aux entrées maritimes récurrentes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème n'est pas tant dans la surabondance d'énergie, que dans la manière dont elle va se répartir. La particularité d'El Niño, c'est de générer un apport humide et chaud (avec la convection et la nébulosité qui vont avec) excessivement conséquent .. mais sur des zones géographiques excessivement concentrées. Alors que les zones soumises au contraire à des conditions qui vont être plus sèches (et donc moins nébuleuses) sont plus importantes en superficie, ce qui génère un déséquilibre au niveau global. Cette année, le déséquilibre est même encore plus prononcé, car pas mal de régions traditionnellement très humides en période Niño sont restées au régime sec, comme le sud-ouest des Etats-Unis qui espérait se relever d'une sécheresse historique et qui sort de l'hiver avec une sévère désillusion. On n'a pas fini d'entendre parler des problèmes d'eau en Californie.

 

Pour l'Europe, ce que l'on peut dire jusqu'à présent, c'est que le schéma qui est bien installé et qui pourrait perdurer en mai consiste à avoir des incursions humides, grises et fraîches à répétition sur l'Europe de l'ouest, et des remontées chaudes et sèches sur l'Europe de l'est. Paris fait grise mine, mais Sofia (Bulgarie) devrait finir ce mois d'avril avec pas très loin des +5° d'excédent thermique et avec dans les 240 heures d'ensoleillement pour une normale d'environ 170.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, TreizeVents a dit :

Pour l'Europe, ce que l'on peut dire jusqu'à présent, c'est que le schéma qui est bien installé et qui pourrait perdurer en mai consiste à avoir des incursions humides, grises et fraîches à répétition sur l'Europe de l'ouest, et des remontées chaudes et sèches sur l'Europe de l'est. Paris fait grise mine, mais Sofia (Bulgarie) devrait finir ce mois d'avril avec pas très loin des +5° d'excédent thermique et avec dans les 240 heures d'ensoleillement pour une normale d'environ 170.

 

_thumbup1.gif

Nous sommes bien d'accord.

Et Météo France, dans son bilan, est également raccord avec cette vision des choses.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Météo-France a actualisé ses prévisions pour le trimestre suivant, évoquant ainsi :

Citation

[...] la présence d'un puissant phénomène El Niño a très probablement permis d'améliorer les performances des prévisions saisonnières, jusqu'à nos latitudes. Avec la disparition de cette contrainte, les prévisions sont plus chaotiques. Ainsi aucune option majoritaire ne se dégage de l'analyse des modèles des centres de prévision saisonnières de part le monde sur l'essentiel de l'Europe.

 

C'est précisé que malgré ces prévisions chaotiques :

Citation

Les seules zones où une tendance semble se dessiner sont d'une part : l'ouest des îles Britanniques sous l'influence de températures océaniques froides et persistantes, et d'autre part l'ouest du bassin méditerranéen, où un trimestre chaud est probable.

 

La prévision pluviométrique est encore plus chaotique :

Citation

Les simulations numériques ne dégagent là non plus aucun scénario dominant sur une grande partie de l'Europe, sauf sur l'ouest du bassin méditerranéen avec une probabilité légèrement renforcée d'avoir un trimestre plus sec que la normale.

 

Le modèle CFS voit toujours un mois de mai plus frais (à 850 hPa) et légèrement plus anticyclonique que la normale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue

Le ‎10‎/‎01‎/‎2016 à 15:35, Sky Blue a dit :

Allez pour te faire plaisir, je dirai un printemps NAO- pour rattraper son déficit actuel, à moins que notre seconde partie d'hiver ne comble ce déficit à lui tout seul.sick.gif

post-21454-0-32139200-1452522898_thumb.jpg

C'est un peu daubesque je l'avoue mais je n'ai pas mieux à proposer pour le moment.

Rien dans le sac.

Il va s'en dire pour les profanes, qu'un début de printemps en NAO- ressemble plus à une prolongation de l'hiver qu'à de la douceur précoce.bored.gif

Auto citation, on va encore me prendre pour un prétentieux à l'égo démesuré, mais pour le moment on n'en est quand même pas loin de notre rattrapage, la bascule en mode été des régimes Cassou (15.04) confirme que la NAO- se retape bien la cerise sur les 30 derniers jours par exemple.

Il faut juste espérer qu'elle ne vampirise pas tout notre été 2016.

A suivre à quelques jours de l'été météo.

On joue notre belle saison sur le coup.(au moins le début+ si affinité)

 

573cb21191a6d_CASSOU15052016.JPG.b95005ad811a1052307403acdf8ca8e8.JPG

il y a des scénarios très pessimistes dans la PE Américaine.

 

573cb449acd72_nao1805.JPG.6ee8223640f0d949df02f87e9d4710aa.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Bon, ben finalement même avec des raisonnements différents, on arrive presque tous aux mêmes conclusions default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" title=":D" width="20" />

 

Ce qui nous paraissait crédible en début d'année s'est finalement bien passé comme tel.

 

L'été qui arrive sera riche en "non évènements" .............. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" title=";)" width="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Phillipe pour ce suivi, et en effet la NAO- s'est assez bien rattrapée, espérons qu'elle ait assouvi totalement sa faim à l'approche de l'été. Le blocage scandinave (BL) semble etre le grand absent de l'hiver/printemps 2016, peut etre un rattrapage cet été? mais il ne faut pas oublier aussi la dorsale atlantique (l'AR) qui se fait tres rare, même s'il est vrai que cette dernière n'est pas très tendance en été à cause de l'amplification polaire qui domine les débats et peut être aussi en raison de cette fameuse anomalie froide de l'Atlantique Nord (supposition)!!!

 

slide_10.jpg.c4134d565c8993675fd7838fe06e419a.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.