Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Confluence, convergence,...


Recommended Posts

Bonjour, est ce que quelqu'un peut me dire ce que veut dire les termes suivants : confluence, divergence, convergence, diffluence? et ce qu'ils provoquent s'il vous plait.

Merci d'avance.

Link to post
Share on other sites

Posted
Toulouse (quartier Lardenne)

Bonjour,

 

Je vais juste rappeler quelques définitions avant d'expliquer ces termes là pour bien les comprendre.

 

Isophypse = ligne d'égale géopotentiel à un niveau de pression donné.

 

On décompose le vent réel en la somme d'un vent géostrophique et d'un vent agéostrophique.

 

Le vent géostrophique est le vent résultant de l'équilibre de la force de pression et de la force de Coriolis, il est donc toujours parallèle aux isohypses et est d'autant plus fort que l'espacement entre les isohypses est petit. On suppose généralement que ce vent est non divergent si on fait l'hypothèse du f-plan (pas de variation du paramètre de Coriolis avec la latitude).

 

Le vent agéostrophique peut être décomposer en 3 termes : le vent isallobarique (vent lié au gradient de la tendance du champ de pression), le vent de courbure (vent lié à la courbure des isohypses) et le vent de diffluence (lié à la courbure des isohypses). C'est lui qui est responsable des ascendances et des subsidences si on fait l'hypothèse du f-plan.

 

Maintenant, passant aux termes que tu demandes.

 

Une zone de convergence est une région de l'atmosphère où les flux d'air génèrent une accumulation de masse dans cette zone menant à un mouvement vertical (pour conserver la masse afin de respecter de l'équation de continuité). Par exemple, si on a près du sol, un vent qui ralenti alors que l'espacement entre les isohypses reste le même (ce qui signifie que le vent géostrophique reste le même et donc que le vent agéostrophique est négatif), alors cela génère une zone de convergence et donc des ascendances (pour évacuer le surplus de masse généré par un tel flux).

 

Une zone de divergence est une région de l'atmosphère où les flux d'air génèrent un déficit de masse dans cette zone menant à un mouvement vertical.

 

Ces zones sont généralement présentes soit près de la surface ou soit près de la tropopause.

 

Une zone de confluence est une région où lorsque les isohypses se rapprochent, le vent géostrophique augmente. La conséquence de cela est que le vent réel est dévié vers les bas géopotentiels par rapport au vent géostrophique.

 

Une zone de diffluence est une région où lorsque les isohypses s'écartent, le vent géostrophique diminue. Ainsi, dans cette zone, le vent réel est dévié vers les hauts géopotentiels par rapport au vent géostrophique.

 

Voici la représentation de ce phénomène sur le schéma suivant (B représente un bas géopotentiel, H un haut géopotentiel, les lignes Z1 Z2 et Z3 des isohypses, Vh le vent réel, Vg le vent géostrophique et Vs le vent agéostrophique dans ce cas là).

 

diff.PNG

 

Le dVg/ds>0 signifie que le vent géostrophique augmente, le dVg/ds < 0 signifie que le vent géostrophique diminue.

 

Ainsi, vu qu'à gauche, le vent géostrophique augmente et qu'à droite, le vent géostrophique diminue, on a donc un maximum de vent au centre correspondant au jet.

 

Ce phénomène de diffluence explique le lien entre mouvement vertical et horizontal de grande échelle dans une configuration de jet.

 

En effet, d’après le schéma précédent, on constate qu’en amont du thalweg, soit dans le secteur de confluence, la composante agéostrophique du vent est transversale et orientée de droite à gauche du courant. Cela induit de la divergence à droite de l’entrée du jet, et de la convergence à gauche.

Comme la masse doit se conserver, on peut donc en déduire que dans la troposphère on observera de l’ascendance à droite de l’entrée du jet, et de la subsidence à gauche.

 

Inversement, on trouvera le plus souvent de l’ascendance dans la troposphère à gauche de la sortie du jet, et de la subsidence à droite.

 

C'est cela qui explique que les entrées droites et sorties gauches de jet sont favorable à la convection (car c'est la zone où il y a des ascendances synoptiques).

 

Voici le schéma correspondant :

 

jet.PNG

 

J'espère que mes explications sont relativement claires même si ce n'est pas évident à expliquer ces processus.

 

Edited by Ventdautan
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

  • 4 years later...
Le 31/12/2015 à 13:07, ludo47 a dit :

Merci pour les infos, tes explications sont très claires je vais maintenant essayé d'appliquer lors de la prévi

@Ventdautan

Je lis avec intérêt cet article. Pourrais-tu actualiser les liens vers les trois schémas ? Merci d’avance 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Le 20/09/2020 à 13:43, Yves70 a dit :

@Ventdautan

Je lis avec intérêt cet article. Pourrais-tu actualiser les liens vers les trois schémas ? Merci d’avance 

 

Sans doute pas les mêmes schémas, le principe reste le même !

 

Vent de diffluence:

 

diffluence.png.aa1be0d198d0d56eb9186a387a95341f.png

 

P1, P2, P3 sont les isohypses tels que définis par Ventdautan.

Vg est le vent geostrophique, tangent aux isohypses.

V est le vent réel.

Vd est l'effet apporté par la confluence / diffluence. La différentielle du post initial impose la déviation au vent réel vs vent geostrophique.

 

19813627_diffluence2.png.4353e9d3719a3dd141706ee9abecd300.png

 

Le vent ageostrophique représente là aussi la correction à appliquer au vent géostrophique pour déterminer le vent réel.

Les isallobares sont des lignes d'égal gradient de pression (plus précisément, tous les points d'une ligne subissent le même changement de pression en une période donnée, par convention 3h mais ça peut être une autre période).

Le vent isallobarique cité par Vendautan, perpendiculaire aux isallobares, est toujours dirigé vers le gradient le plus faible.

Le vent de courbure, toujours cité, est le vent lié à la courbure que prend l'isohypse en un point considéré. Il est normal et dirigé vers le centre (on définit la courbure en ce point comme un arc de cercle possédant donc un centre et un rayon de courbure définis). Il s'ajoute au vent géostrophique pour une courbure anticyclonique et se soustrait dans le cas d'une courbure cyclonique.

 

Bien sûr, seul le vent réel est ... réel ! Tous les autres vents cités n'ont aucune existence physique dans l'atmosphère, ce sont des objets mathématiques qui permettent de définir le vent réel.

 

 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Posted
Toulouse (quartier Lardenne)
Le 20/09/2020 à 13:43, Yves70 a dit :

@Ventdautan

Je lis avec intérêt cet article. Pourrais-tu actualiser les liens vers les trois schémas ? Merci d’avance 

J'ai actualisé les 2 schémas principaux. Par contre, impossible de retrouver le 3ème schéma mais c'était le schéma le moins essentiel à la compréhension de ces mécanismes physiques.

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...