Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

TreizeVents

Prévisions stratosphériques à moyen & long terme

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

Je ne suis certainement pas le plus pédagogue de ce forum, mais je vais tout de même essayer de répondre à tes questions.

 

Il y a 15 heures, Crawlings a dit :

Sur la première, je pense apercevoir en fin décembre un renversement des vents zonaux à 1hPa. Si j'ai bien compris, le renversement des vents zonaux en stratosphère aurait pu sérieusement impacter la troposphère dans le même sens et provoquer sous une vingtaine de jours un scénario intéressant pour nous ?

 

Je remets ici une réponse que j'avais apporté sur ce même topic il y a 20 jours environ:

 

Le 12/12/2018 à 21:08, Cirus a dit :

C'est une question qui revient régulièrement chaque hiver, mais malheureusement, au regard des répercussions en troposphère, il n'y a pas vraiment de règles générales même si on parvient à identifier des schémas moyens de propagation selon différentes catégories de réchauffements stratosphériques. Dans l'absolu, chaque SSW réagit différemment et les processus de propagation ne sont pas complètement compris par les chercheurs. Les premières répercussions dans la circulation générale en troposphère peuvent apparaître quasiment simultanément par rapport au SSW, 1 semaine, 2 semaines après ...

 

Dans le cas présent, on aurait pu effectivement s'attendre à une "propagation efficace de l'affaiblissement du vortex polaire" (matérialisé par des valeurs faibles de vents zonaux) en direction de la troposphère sur la première quinzaine du mois de janvier (sur les modélisations), mais ceci n'est pas le cas pour tous les SSW majeurs, sinon ça aurait été trop simple. Sur les modèles numériques, la propagation de cet affaiblissement est effective jusqu'à la basse stratosphère, mais est relativement faiblarde par extension dans la troposphère. Ainsi, les répercussions dans la circulation générale en troposphère seraient plutôt limitées selon les projections. Ici, je parle uniquement du début du mois de janvier.

 

Il y a 15 heures, Crawlings a dit :

 Est-il toujours possible qu'avant fin janvier un scénario froid à très froid soit envisageable à la seule analyse de la température stratosphérique? 

 

Malheureusement, la seule analyse des courbes de températures à 10 ou 30 hpa (moyenne stratosphère) ne permet pas de déterminer les suites à donner au SSW dans la circulation générale troposphérique. Les réchauffements stratosphériques majeurs ne garantissent pas la survenue de scénarios froids pour l'Europe de l'ouest.

 

Il y a 15 heures, Crawlings a dit :

Or, si j'ai bien analysé une autre carte (la 2e), ce serait majoritairement un SSW pour la partie Est de l'Europe ? Le fait que sur cette deuxième carte on voit un net SSW sur l'Europe de l'est entraîne-t-il forcément un scénario plus froid sur l'Europe de l'est ces prochains jours ? 

 

Faudrait-il un décalage du SSW plus à l'ouest ces prochains jours pour donner une tendance plus hivernale en France ?

 

Tu fais bien de poser ces questions car c'est une erreur courante chez tous ceux qui commencent à s'intéresser à la stratosphère. Moi-même, je suis tombé dans le panneau quand j'y connaissais encore que dalle il y a 9 ans ^^.  On passe tous un jour par là (à faire des erreurs), mais saches que je t'encourage à poursuivre. Ca ne sera sans doute pas facile, mais en avançant pas à pas, ça viendra j'en suis sûr 😉

 

En première approche, il ne faut pas calquer/reporter strictement à l'identique une situation observée sur une carte de modèle dans la moyenne stratosphère par "vue de l'esprit" sur la circulation générale possiblement attendue dans la troposphère. Cette façon d'extrapoler n'est pas correcte et elle est à éviter autant que possible.

 

Dans le même genre de raisonnement, voici un exemple à ne pas suivre, celui de Régis Crépet :

 

regis2.png.20609d5dd94054c9d08f7fcc0116b169.png

 

regis.png.63ab2e9937766e59306aaf98790511db.png

 

"Le nouveau mot à la mode de l'hiver "SSW" n'est pas bien situé pour valoir une vague de froid en France"

"En fonction de la situation géographique de ce SSW, on pourra situer la localisation géographique de la vague de froid"

"Cet emplacement n'est pas propice à la propagation d'une vague de froid vers l'Europe de l'ouest, bien qu'il soit prévu se propager un peu vers le nord de la Russie"

 

-----> du grand n'importe quoi

 

Pour un soi-disant "pro", c'est presque intolérable de lire certaines lignes de ses posts empreints de certitudes (conditionnel please !). Autant s'abstenir de commenter dans ce cas là, au lieu de débiter çà et là quelques conneries... Je déconseille de porter un quelconque crédit aux publications de Régis Crépet quand il est question de SSW ou de stratosphère (mais pas que malheureusement!). Beaucoup d'ICéens font mieux que ça, j'en suis sûr. Même @Crawlings fait mieux, en s'interrogeant et en prenant du recul.

Modifié par Cirus
  • J'aime 13
  • Merci 15
  • Haha 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Anzin

Un grand merci à @gugo et @Cirus pour m'avoir éclairé... Donc en soit, une analyse unique est absolument impossible pour être certain, à forte probabilité, des conséquences de cette seule analyse... Mais à l'heure actuelle, le VP semble assez attaqué, avec vents zonaux en prévision assez stables et peut-être, comme le disait gugo, une troposphère atteinte par le réchauffement de la stratosphère... Ça peut sembler être bon pour la 3e décade ?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Beaucaire (30)
Le 29/12/2018 à 17:40, Cirus a dit :

La situation est particulièrement borderline sur les modèles en ce moment. GFS a tempéré ses ardeurs avec des "résurgences" de NAM+ moins poussives en troposphère qu'auparavant. GEOS, de son côté, s'est également rapproché de GFS, aujourd'hui. A l'heure actuelle, on se retrouve au final avec un scénario intermédiaire,  où on ne sait pas vraiment qui va prendre le dessus sur l'autre à terme (stratosphère vs troposphère). La propagation des anomalies négatives de NAM semble bloquée dans son élan et la troposphère serait -à priori- peu affectée. GFS donne une lueur d'espoir un peu avant la mi-janvier avec une propagation vers le bas qui tendrait à se remettre en route. Mais c'est tellement loin.

 

Les effets du SSW majeur risqueraient d'être limités sur la première décade de janvier. On pourrait peut-être espérer davantage de répercussions, en particulier pour la seconde quinzaine de janvier, si la propagation vers le bas est relancée. De ce côté là, rien n'est acquis pour le moment. Affaire à suivre ...

 

Bonsoir, aujourd'hui les projections de GEOS et GFS semblent avoir changés avec une meilleure propagation des anomalies négatives en stratosphère à partir du 10 janvier environ, non ? 

Modifié par MagicSummer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Vandoeuvre-lès-Nancy

Depuis quelques runs sur GFS//, CEP, GEM et gfs aujourd’hui, comme dit dans mon post sur le topic LT, un anticyclone est modélisé vers l’ocean Arctique déstabilisant le vortex polaire à partir du 12-13 (comme  l’évoquait gugo). On peut d’ailleurs  noter la corrélation avec les projections d’arrêts ou d’inversions des vents zonaux en troposphère vers le pôle (autour du 12-13 aussi). Donc en soit des répercussions encore mal appréhendées par les modèles vu l’echeance mais qui commencent à être prises en compte par les modèles « les plus performants ». Ensuite si on considère que le SSW est devenu majeur toute fin décembre, on a 2 semaines entre le SSW et de vraies conséquences en troposphère modélisées, timides certes, mais il me semble avoir lu ici que c’est au final le temps moyen de propagation. Le deuxième split en strato devrait avoir lieu le 3-4 janvier et 10 jours après les modélisations vont dans le sens de basses pressions/geopotentiels propulsés vers les latitudes moyennes par les hautes pressions près du pôle, comme sur GFS// 6z.

tempresult_fpr4.gif

Alors certes les échéances sont totalement déraisonnables mais ça nous permet de voir émerger une tendance à l’echelle hémisphérique pour la deuxième décade (et potentiellement le reste de janvier). Qui correspond aux répercutions possibles  d’un SSW avec une propagation moyenne vers la troposphère. Sur les projections actuelles on y est plus ou moins. Mais bon ça reste du TLT pour la troposphère c’est pour ça que je parle de tendance, malheureusement elle peut vite s’inverser. Sans oublier que ça peut aussi nous être défavorable à nous en France par bon nombre de mécanismes et petits réglages qui n’ont absolument aucun lien avec le SSW. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 3 heures, Crawlings a dit :

Un grand merci à @gugo et @Cirus pour m'avoir éclairé... Donc en soit, une analyse unique est absolument impossible pour être certain, à forte probabilité, des conséquences de cette seule analyse... Mais à l'heure actuelle, le VP semble assez attaqué, avec vents zonaux en prévision assez stables et peut-être, comme le disait gugo, une troposphère atteinte par le réchauffement de la stratosphère... Ça peut sembler être bon pour la 3e décade ?

 

Il y a 3 heures, MagicSummer a dit :

Bonsoir, aujourd'hui les projections de GEOS et GFS semblent avoir changés avec une meilleure propagation des anomalies négatives en stratosphère à partir du 10 janvier environ, non ? 

 

En considérant les runs de ces derniers jours, on semble s'acheminer vers une propagation de valeurs plus faibles de vent zonal dans la très basse stratosphère. Après, cela sera-t-il suffisant pour impacter la troposphère dans le sens que l'on souhaite "hivernophilement parlant"? Je ne suis pas en mesure d'apporter de réponses concrètes. Toutefois, les chances d'avoir des répercussions dans la circulation générale (migrations de hauts géopotentiels en direction des hautes latitudes) pourraient augmenter à mesure que cette propagation dans la basse stratosphère progresse. Les 2 dernières décades de janvier seront à surveiller car des surprises pourraient être possibles.

 

Quant à guetter de possibles sursauts d'AO- en troposphère sur cette coupe verticale : https://www.stratobserve.com/anom_ts_diags

Ca revient presque à suivre l'évolution de ce graphique : https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/precip/CWlink/daily_ao_index/ao.shtml

Et je ne pense  pas que ce soit très pertinent à notre niveau car ça ne reflète en rien la dynamique qu'on pourrait avoir au-dessus de la région "euro-atlantique".

Il va peut-être être temps de laisser la place aux topics hebdomadaires de prévisions à propos de cet aspect là.

 

Autrement, j'ai mis à jour mon graphique excel avec un code couleur plus simplifié que le précédent. Les dSSW (Downward Stratospheric Sudden Warming ou SSW "propagatif") et les nSSW (Non Downward Stratospheric Sudden Warming ou SSW "non propagatif) apparaissent respectivement en orange et en bleu. En vert figurent les modélisation de la nuit dernière. Toujours par rapport au code couleur, j'ai repris un tableau de Alexey Karpechko au sein duquel les SSW de 1998 à aujourd'hui étaient catégorisés en nSSW ou en dSSW. Pour les SSW de 1979 à 1998, j'ai repris la définition exacte  de l'étude "Predictability of downward propagation of major sudden stratospheric warmings" de Karpechko et al. (2017) d'un dSSW et j'ai fait la classification moi-même à partir d'une base de données mise à disposition par Mark Baldwin contenant l'indice NAM à plusieurs niveaux de pression que ce soit dans la troposphère ou dans la stratosphère.

 

En plus des travaux de Karpechko et al., j'ai également considéré l'article scientifique "Absorbing and reflecting sudden stratospheric warming events and their relationship with tropospheric circulation" de Kodera et al. (2015).

 

En tant que critère distinctif, les auteurs de cette étude ont considéré le flux de chaleur associé aux composantes à ondes n°1 et n°2 à 100 hpa (basse stratosphère) sur la semaine qui a suivi le pic de température à 50 hpa (au-dessus du pôle) pour chaque SSW majeur depuis 1979. Si le nombre de jours accompagnés d'un flux de chaleur négatif est supérieur ou égal à 2, le SSW est considéré comme étant "réfléchissant" (reflecting sudden stratospheric warming event). Dans le cas contraire, il est considéré comme "absorbant" (absorbing sudden stratospheric warming events).

 

Cela dit, il a fallu que je réadapte la méthode exposée dans l'article scientifique. En effet, le flux de chaleur associé aux composantes à ondes n°1 et n°2 n'étant pas disponible comme paramètre dans les réanalyses MERRA2, je me suis appuyé sur le flux de chaleur total à 100 hpa (toutes les configurations d'ondes sont prises en compte). Par ailleurs, au lieu de prendre en compte la semaine qui a suivi le pic de température à 50 hpa, j'ai considéré les 2 semaines qui ont suivi le premier jour du renversement du zonal stratosphérique (U60_10hpa) dans la moyenne stratosphère (critère relativement admis par la communauté scientifique pour définir un SSW majeur).

 

Sur le graphique ci-dessous,  pour une bulle considérée, la valeur correspondante sur l'axe des abscisses équivaut au minimum de flux de chaleur à 100 hpa sur la période de 2 semaines, ultérieure à la date du début du renversement du zonal stratosphérique à 10 hpa. Quant à la valeur reportée sur l'axe des ordonnées, il s'agit de l'anomalie négative la plus forte en termes de vents zonal à 10 hpa associée au SSW majeur. La taille des bulles est représentative de la durée du renversement à 10 hpa. Plus la bulle est grande, plus cette durée a été importante.

 

Sur ce graphique, les SSW majeurs situés à gauche de l'axe des ordonnées peuvent être considérés de façon approximative (puisque la méthode n'est pas strictement similaire à celle de l'article) comme étant des SSW "réfléchissant". A droite de l'axe des ordonnées, pour des plages positives de flux de chaleur, les SSW majeurs sont de type "absorbant".

 

Grossièrement, voici où se trouve le SSW actuel par rapport aux SSW de 1979 à aujourd'hui, selon les modélisations actuelles :

 

graphe.png.4fae83fcb863d40cc7e132b4cf4afa70.png

 

Parmi les SSW "réfléchissants" (à gauche de l'axe des ordonnées), on retrouve davantage de SSW "non propagatifs" (7) que de SSW "propagatifs" (3), donc davantage de SSW qui ne marchent pas "hivernophilement parlant". A l'inverse, parmi les SSW "absorbants" (à droite de l'axe des ordonnées), on a plus de SSW "propagatifs" (10) que de SSW "non propagatifs" (3), donc davantage de SSW qui marchent "hivernophilement parlant". Toujours du même côté du graphique, les 3 SSW en bleu (1987, 1998 et 2001) se sont manifestés en décembre, ce qui n'est pas le cas des autres SSW en orange à droite de l'axe des ordonnées.

 

A première vue, le SSW actuel est bien situé sur le graphique. Ainsi, on aurait peut-être davantage de chances de s'en tirer avec un SSW "propagatif". Affaire à suivre tout de même car on peut s'apercevoir que les SSW qui se sont produits en décembre (1987, 1998 et 2001) n'ont pas été très fructueux de ce côté du graphique...

 

Modifié par Cirus
  • J'aime 10
  • Merci 16

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Haute Joux, Les Fourgs 1140m

merci cirus, ça confirme un peu les ressemblances avec janvier 2013, avec d'ailleurs une évolution actuelle des modèles dans ce sens, cf mon dernier post du 24/12.

On a une date de début quasi identique à 2013 avec un schéma HN de départ avec AF et pour finir tes caractéristiques de propagation similaire, que tu viens de formidablement bien décrire.

Encore une fois, c'est l'interaction entre la situation HN initiale et la propagation verticale du SSW qui semble être importante sur la prévision de j7 à j21 après le début de l’événement stratosphérique 😉

En tout cas on part au minimum sur de grandes ondulations, plus favorables, décalées vers l'ouest, c'est déjà ça! Grande probabilité de blocage GA

 

  • J'aime 5
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 13 heures, pablo25 a dit :

Encore une fois, c'est l'interaction entre la situation HN initiale et la propagation verticale du SSW qui semble être importante sur la prévision de j7 à j21 après le début de l’événement stratosphérique

 

 

Au passage, on remerciera grandement le blocage ouest européen actuel entre j+0 et j+5 (par rapport au SSW). Ce dernier va jouer un rôle important ces prochains jours dans la survenue du Splitting Event dans la stratosphère. En comparant les 2 images ci-dessous, on remarque bien l'amplification avec l'altitude de l'onde planétaire initialement présente dans la troposphère et la basse stratosphère (sous le niveau 30 hpa) au-dessus de l'Europe occidentale, entre le 1er et le 5 janvier (modèle GEOS).

 

GPH.thumb.png.9f15947d9dc04894330522947407af38.png

 

@Crawlings   A travers ces 2 images, je pense que tu comprendras mieux pourquoi il ne faut pas appliquer rigoureusement la même situation en troposphère qu'en moyenne stratosphère 😉 Rien n'est identique à la verticale.

Modifié par Cirus
  • J'aime 7
  • Merci 1
  • Surprise 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 9 minutes, Cirus a dit :

 

Au passage, on remerciera grandement le blocage ouest européen actuel entre j+0 et j+5 (par rapport au SSW). Ce dernier va jouer un rôle important ces prochains jours dans la survenue du Splitting Event dans la stratosphère. En comparant les 2 images ci-dessous, on remarque bien l'amplification avec l'altitude de l'onde planétaire initialement présente dans la troposphère et la basse stratosphère (sous le niveau 30 hpa) au-dessus de l'Europe occidentale, entre le 1er et le 5 janvier (modèle GEOS).

 

GPH.thumb.png.9f15947d9dc04894330522947407af38.png

 

@Crawlings   A travers ces 2 images, je pense que tu comprendras mieux pourquoi il ne faut pas appliquer rigoureusement la même situation en troposphère qu'en moyenne stratosphère 😉 Rien n'est identique à la verticale.

Bonjour vous voulez dire que c'est grace au blocage ouest europeen que le splitting est amplifie? ou l'inverse?

Modifié par ALASKA
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 10 minutes, ALASKA a dit :

Bonjour vous voulez dire que c'est grace au blocage ouest europeen que le splitting est amplifie? ou l'inverse?

 

Bien que cela ne soit pas le seul ingrédient, c'est bien par l'intermédiaire du blocage ouest européen (et de son extension verticale progressive vers les hautes altitudes) que l'éclatement du vortex polaire va survenir.

Modifié par Cirus
  • J'aime 4
  • Merci 2
  • Surprise 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Gentilly

Donc le blocage ouest européen qui est un phénomène en troposphère aurait une incidence dans la stratosphère avec des répercussions possibles en troposphère ?

C'est le chien qui se mord la queue.🙃   

Modifié par Jack75

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Haute Joux, Les Fourgs 1140m
il y a 27 minutes, Jack75 a dit :

Donc le blocage ouest européen qui est un phénomène en troposphère aurait une incidence dans la stratosphère avec des répercussions possibles en troposphère ?

C'est le chien qui se mord la queue.🙃   

les échanges verticaux sont dans les deux sens, ce serait logique que l'influence retour soit plus facile à se mettre en place, une fois la stato désorganisée et réchauffée, qu'en penses tu cirus?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Etienne Kapikian :

 

 

 

  • J'aime 4
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Moncoutié 13kms au nord de Cahors(46)-350m
il y a une heure, James a dit :

Etienne Kapikian :

 

 

Auquel il a rajouté:

 

1486385661_Capturedcran2019-01-0317_53_01.png.b3fd1ee4eca4882e22186a1dc69fdb2b.png

 

Ce dont on a jamais douté, mais bon si maintenant la strato peut en rajouter une couche je ne dirais pas non...( et je ne pense pas être le seul:P)

Modifié par cédric du Lot
  • J'aime 5
  • Haha 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 10 heures, pablo25 a dit :

les échanges verticaux sont dans les deux sens, ce serait logique que l'influence retour soit plus facile à se mettre en place, une fois la stato désorganisée et réchauffée, qu'en penses tu cirus?

 

Il est certain que cette nouvelle attaque (modélisée depuis de nombreux jours) va une fois de plus perturber un vortex polaire déjà bien affaibli par les assauts du mois de décembre. Sur les modèles, le complexe dépressionnaire en moyenne stratosphère est complètement anémique, désorganisé, éclaté et il va mettre énormément de temps à  renaître de ses cendres. Le renversement du courant circumpolaire d’ouest est franc et relativement durable à 10 hpa (prévu à ce jour pour peut-être durer une quinzaine de jours, ce n’est pas rien). Toutefois, il n’est pas sûr que l’influence retour soit facile à se mettre en place.

 

Pour l’instant, on voit difficilement la couleur de cet affaiblissement profond dans la très basse stratosphère et surtout dans la troposphère. La propagation de cet affaiblissement vers le bas est bien là sur les modèles pour ce début de mois de janvier, mais c’est plutôt lent et la propagation n’est pas tout à fait optimale dans la basse stratosphère et dans la troposphère.

 

Je continue à penser que cette propagation vers le bas va connaître ses beaux jours un peu plus tard, au cours du mois de janvier, bien que je n’en sois pas complètement certain. Ça pourrait bien bouger dans la circulation générale sur les 2 dernières décades de janvier, voire courant février, avec une migration plus aisée des hauts géopotentiels vers les latitudes nordiques.

 

Modifié par Cirus
  • J'aime 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Haute Joux, Les Fourgs 1140m
Il y a 7 heures, Cirus a dit :

 

Il est certain que cette nouvelle attaque (modélisée depuis de nombreux jours) va une fois de plus perturber un vortex polaire déjà bien affaibli par les assauts du mois de décembre. Sur les modèles, le complexe dépressionnaire en moyenne stratosphère est complètement anémique, désorganisé, éclaté et il va mettre énormément de temps à  renaître de ses cendres. Le renversement du courant circumpolaire d’ouest est franc et relativement durable à 10 hpa (prévu à ce jour pour peut-être durer une quinzaine de jours, ce n’est pas rien). Toutefois, il n’est pas sûr que l’influence retour soit facile à se mettre en place.

 

Pour l’instant, on voit difficilement la couleur de cet affaiblissement profond dans la très basse stratosphère et surtout dans la troposphère. La propagation de cet affaiblissement vers le bas est bien là sur les modèles pour ce début de mois de janvier, mais c’est plutôt lent et la propagation n’est pas tout à fait optimale dans la basse stratosphère et dans la troposphère.

 

Je continue à penser que cette propagation vers le bas va connaître ses beaux jours un peu plus tard, au cours du mois de janvier, bien que je n’en sois pas complètement certain. Ça pourrait bien bouger dans la circulation générale sur les 2 dernières décades de janvier, voire courant février, avec une migration plus aisée des hauts géopotentiels vers les latitudes nordiques.

 

confusion, je parlais de la phase aller, une crête en troposphère pouvant catalyser la chute verticale vers le bas, compte tenue de la désorganisation initiale en stratosphère?

Pour l'instant, à notre niveau, on reste en situation ondulatoire davantage profitable aux montagnes, à voir deuxième quinzaine pour un blocage sur AP? Patience pour la plaine, c'est décalé😉

Modifié par pablo25

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, pablo25 a dit :

confusion, je parlais de la phase aller, une crête en troposphère pouvant catalyser la chute verticale vers le bas, compte tenue de la désorganisation initiale en stratosphère?

Pour l'instant, à notre niveau, on reste en situation ondulatoire davantage profitable aux montagnes, à voir deuxième quinzaine pour un blocage sur AP? Patience pour la plaine, c'est décalé😉

 

Dans le cas présent, je ne pense pas qu'on puisse parler "d'influence retour". Il est peu probable que l'émergence de la crête d'altitude actuelle ait été causée par le SSW ou par sa phase d'initiation. La troposphère peut également se débrouiller seule.

 

Autrement oui, l'activité ondulatoire venue de la troposphère (si elle se maintient bien après le SSW , ce qui n'est pas systématiquement le cas) peut catalyser la chute verticale vers le bas.

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Volstroff, 190 m d'altitude, à 30 km au sud de Luxembourg-ville

Bonjour, voici un article que j'ai trouvé sur le site météo contact qui parle de la possibilité d'un split event et d'un temps très hivernal:

RÉCHAUFFEMENT EN STRATOSPHÈRE : QUELLES CONSÉQUENCES POUR L’EUROPE ?


 

Alors que l’hiver 2018-2019 a débuté avec une anomalie thermique positive, un net changement de synoptique semble se dessiner pour les semaines à venir. En effet, le QBO (Quasi-Biennal Oscillation) qui est passé du négatif au positif et la faible activité solaire pratiquement à son minimum sont rentrés en interaction entre novembre et décembre 2018. La jonction de ces deux indices en règle générale donne lieu à des réchauffements stratosphériques soudains (entre 12 et 50 km d’altitude). Ce fait s’est avéré fin décembre avec l’apparition d’un SSW majeur au-dessus de la Sibérie. 

Un SSW (Sudden Stratospheric Warming) est un réchauffement stratosphérique soudain qui se caractérise par une brusque hausse des températures à des milliers de kilomètres d’altitude. Il se produit principalement en hiver en raison d’un vortex polaire concentré et froid, atteignant une température moyenne de -75°C. Or, dans certains cas, il arrive que l’air du vortex se réchauffe occasionnant au bout de 10 à 15 jours une déstabilisation mondiale du vortex polaire donc des vents zonaux stratosphériques. On vous explique.

 

Fin décembre 2018, une spectaculaire remontée des températures s’est faite ressentir au sein du vortex. En effet, une amplitude thermique importante de l’ordre de 90°C environ s’est manifestée. Lorsqu’une partie de la stratosphère se réchauffe, le vortex polaire tend à se déplacer (displacement event : déplacement du vortex polaire). Les conséquences de ce dernier ne sont pas très importantes si l’air chaud se propage en troposphère (altitude de la circulation générale des centres d’actions). Autrement, il arrive que l’air chaud se déplace à différents endroits (split event : scission du vortex polaire), comme c’est le cas sur l’image ci-dessus. Cette situation va arriver dans les prochains jours. Ainsi, le vortex polaire stratosphérique risque d’être prochainement chamboulé et fissuré en 3 parties. Là, les conséquences peuvent être importantes car ce type de SSW va se propager en troposphère.

 

Bien que l’Amérique du Nord et la Sibérie soient les premiers à risques, il n’en est pas moins pour l’Europe. En effet, dans cette configuration, les conséquences d’un tel événement se caractérisent globalement par des conditions franchement hivernales sur notre continent. Ainsi, froid et neige pourraient se produire dans les semaines à venir résultant de conditions NAO-. On le remarque sur les modèles ensemblistes issus de 20 scénarios qui mènent le bateau avec l’installation des anticyclones vers le Groenland et le plongeon d’une partie du vortex polaire sur l’Europe. La fiabilité des événements décrits reste limitée bien qu’une tendance de plus en plus hivernale semble se propager d’ici la fin du mois

Lien de l'article: https://www.meteocontact.fr/actualite/rechauffements-en-stratosphere-quelles-consequences-pour-leurope-47294

J'ai une question: est ce qu'en janvier 2013 un réchauffement stratosphérique s'était produit?

Modifié par Oymyakon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Saint-Quentin-de-Baron (33) & parfois Dax (40)

Pour le moment, j'ai l'impression que la propagation strato / tropo reste bien délicate (sous réserve d'une meilleure évolution dans les prochaines mises à jour). On dirait que ça cafouille, en moyenne et haute troposphère, voire en très basse stratosphère :

 

ulpq.png

 

Après, plus dans les détails, on dirait qu'il y a quand même une petite propagation effective autour du 15/01, même si pas vraiment proche du 60 // :

 

rhvj.png

 

Je n'en dirais pas plus, en attenant que Cirus puisse avoir un avis plus concret et détaillé 😊.

Modifié par DoubleKnacki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Dax (40)
Il y a 4 heures, Oymyakon a dit :

Un SSW (Sudden Stratospheric Warming) est un réchauffement stratosphérique soudain qui se caractérise par une brusque hausse des températures à des milliers de kilomètres d’altitude. Il se produit principalement en hiver en raison d’un vortex polaire concentré et froid, atteignant une température moyenne de -75°C. Or, dans certains cas, il arrive que l’air du vortex se réchauffe occasionnant au bout de 10 à 15 jours une déstabilisation mondiale du vortex polaire donc des vents zonaux stratosphériques. 

 

"à des milliers de kilomètres d'altitude", rien qu'avec le premier millier on a déjà dépassé la station spatiale internationale ..

"[le SSW] se produit [...] en raison d'un vortex polaire concentré et froid", il va falloir réviser la notion de causalité ..

"une déstabilisation mondiale du vortex", sûr que même sous les tropiques et en Antarctique ils vont le sentir passer ..

En un paragraphe, on m'a franchement fait passer l'envie d'aller plus loin dans l'article.

 

J'ai pas loin de 39° avec la grippe et l'impression d'avoir la caboche sur orbite dès que je me lève, mais il y a quand même des trucs que j'aimerais ne jamais lire, encore plus sur un site qui se veut spécialisé en météo. Je ne veux pas critiquer l'idée de parler de la stratosphère sur les médias un peu spécialisés, surtout en ces temps de vaches maigres hivernophiles, mais quitte à aller repomper des informations qu'ils sont venus en grande partie chercher ici (je ne parle pas de Météocontact en particulier, tous les "médias" le font), ils pourraient au moins faire l'effort soit de se renseigner davantage s'ils veulent expliquer un peu plus les choses (ça ne manque quand même pas l'information dans ce topic !), soit d'éviter de sortir des enrobages d'âneries qui viennent au final décrédibiliser l'ensemble.

Modifié par TreizeVents
  • J'aime 18
  • Merci 4
  • Haha 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Question: est-ce qu'on ne voit pas les premiers signes de propagation (très lente) du split vers des couches un peu plus basses (30hpa)?

Je mets l'image prévue pour le 16/01, mais l'évolution sur cette couche est intéressante à suivre:

ecmwf30f240.gif

 

Edit:

Bon, l'image qui s'affiche n'est pas celle que je comptais mettre (bug déjà rencontré l'an dernier il me semble). Pas grâve. L'évolution est à suivre à l'adresse suivante:

http://www.geo.fu-berlin.de/en/met/ag/strat/produkte/winterdiagnostics/

 

Choisir 30hpa sur la dernière date en cours.

Modifié par Iconoclaste
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Montreuil (93) ou Ciran (37)
Il y a 2 heures, Cirus a dit :

En conclusion, je ne doute pas que tu sois un bon présentateur, mais de là à te faire passer pour un pro ou pour un homme d’expérience en matière de prévisions stratosphériques à moyen & long termes, c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

 

Même pas, c'est le niveau 0 du journalisme scientifique, sur tous les plans. On l'a jamais vu publier un quelconque article qui ne soit pas du recopiage bidonné d'autres informations reprises à droite et à gauche, et encore moins une publication scientifique. Un seul de tes posts Cirus dépasse de très loin tout ce qu'il n'a jamais pu pondre!

 

Le Monde a récemment mis en ligne l'outil de référence utilisé par R.Crépet depuis qu'il s'intéresse à la climato et à la météo:  https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/01/02/correlation-ou-causalite-brillez-en-societe-avec-notre-generateur-aleatoire-de-comparaisons-absurdes_5404286_4355770.html

 

crepet.thumb.jpg.6f51b6604f097a7516095b467a493f58.jpg

  • J'aime 21
  • Merci 2
  • Haha 12

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Cirrus :   ne prenez pas des accusations personnelles comme sincères : elles sont stratégiques. Ce n'est rien d'autre que de la stratégie.  Si on vous répond en public, c'est a priori que vous êtes un concurrent "dérangeant", donc c'est potentiellement bon signe sur vos qualités.  Par contre, il faut savoir qui ou quoi on dérange.

Modifié par Cotissois 31
  • J'aime 14

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Aubagne (13400)

Serait-ce Régis Crepet qui est stratosphérique ? Voire exosphérique ? :D

Comme vous dîtes, la qualité des sources ne trompent pas. :)

 

  • J'aime 1
  • Haha 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Vandoeuvre-lès-Nancy

Moi ce qui me choque personnellement c’est la façon méprisante dont il fait preuve pour s’adresser à Cirus et pour soit disant pointer un ego surdimensionné.  La seule chose qu’il prouve sur quelqu’un c’est bien sur lui même et inconsciemment, vu qu’il ne connaît rien sur Cirus, il parle de lui et de son propre ego. Ce qui me choque vraiment c’est qu’il ose employer  « amateur » pour parler de Cirus. Il fait ça exclusivement pour se placer au dessus de part son pseudo statut de professionnel. Il est professionnel que par ce statut, et donc c’est pour lui la seule façon de se placer au dessus puisqu’il n’a aucune expertise contrairement à Cirus qui certes est amateur mais surtout expert. On en apprend donc plus sur son égo à lui qui est, semble-t-il, surdimensionné. Mais on en apprend surtout sur sa personnalité et que c’est un sacré mégalomane... pas vraiment bon pour un « météorologue » mais sûrement + adapté au monde de la télévision... En fait il se croit simplement meilleur et sur de lui parce que lui passe à la tv pour présenter ses « analyses » bidons. Ce qu’il ne sait pas c’est que lui est peut être suivi par les gens qui veulent connaître le temps (donc pour le temps uniquement) mais Cirus lui est suivi par des passionnés (dont moi) qui trouvent ses posts et analyses très pertinents et pédagogiques. Ce que Regis ne comprendra jamais puisque seul le regard des gens compte pour lui et non la transmission de la passion et du savoir (après c’est pas sur qu’il ai ne serait-ce qu’un des deux).  Donc je pense que seule la jalousie motive son message car il voit en Cirus un concurrent direct sauf que c’est deux mondes différents, l’un est passionné par la météo, l’autre par la réputation. En tout cas ça nous permet juste de justifier ce qu’on pensait déjà tous (en grande majorité) de lui sur ce forum..

Modifié par Sach54
  • J'aime 24

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne

×