Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 18/09/2018 dans toutes les zones

  1. 40 points
    Bonjour, Voici un état des lieux dans l'est de la Creuse et l'ouest du Puy-de-Dôme, où les vagues de chaleur et de sécheresse se succèdent depuis quatre étés. Quelques chiffres pour commencer. Les écarts à la norme sont calculés par rapport aux moyennes 1981-2010 de la station d'Auzances, à 7 km au nord-ouest d'ici, et à 13 km au nord de Mérinchal. Je m'intéresse au trio Juillet-Août-Septembre, qui présente un déficit chronique depuis l'été 2015. Mes relevés pluvio, eux, ne datent que de 2016. Auzances 1981-2010 : J : 77.8 mm A : 69.7 mm S : 83.1 mm Total : 230 mm 2016 à Mérinchal : J : 27 mm A : 37.5 mm S : 62.5 mm Total : 127 mm, soit 55% de la norme 2017 à Dontreix : J : 43 mm A : 43.6 mm S : 65.7 mm Total : 152 mm, soit 66% de la norme 2018 à Dontreix : J : 52 mm A : 30.4 mm S : 23.6 mm Total : 106 mm, soit 46% de la norme Depuis mon arrivée dans le coin il y a 4 ans, tous les ans, dans le courant du mois de juin, se produit un basculement très net qui du jour au lendemain nous fait passer de la saison humide à la saison sèche : - 2015 : 19 juin. Sécheresse totale jusqu'au 19 juillet et fortes chaleurs récurrentes. - 2016 : 25 juin. Pas de pluie notable (>2mm) jusqu'au 23 juillet, sécheresse totale du 21 août au 13 septembre + fortes chaleurs. - 2017 : 6 juin. 8 mm du 6 au 25 juin et fortes chaleurs précoces, 8 mm du 12 au 29 août, très chaud en fin de mois. - 2018 : 16 juin. Sécheresse totale du 16 au 30 juin, pas de pluie notable du 13 août au 11 septembre, chaleur/douceur quasi constante depuis le 19 juin... Ces conditions entrainent des bouleversements de plus en plus visibles sur la végétation, je vais essayer de les détailler un peu ci-après. Tout d'abord, un aperçu des paysages en ce mois de septembre 2018. C'est très sec. Comme on peut le voir sur cette première photo, le phénomène de roussissement précoce dû au stress hydrique gagne les forêts, ce qui n'était pas le cas les années précédentes. Les sapins commencent eux aussi à être touchés : Dontreix (23) 20-09-2018 Paysage typiquement creusois, le vert en moins : Dontreix (23) 20-09-2018 Dontreix (23) 20-09-2018 Dontreix (23) 15-09-2018 Dontreix (23) 20-09-2018 Les haies du bocage, les arbres isolés et les bordures forestières sont souvent en grande souffrance : Villossanges (63) 20-09-2018 Dontreix (23) 17-09-2018 Villossanges (63) 20-09-2018 Par endroits, et c'est comme ça depuis début septembre, on pourrait se croire à quelques jours de la Toussaint : Auzances (23) 24-09-2018 En plus de ces feuillages brûlés, qui sont observés tous les ans (peut-être un peu moins en 2017), on distingue clairement un deuxième problème, moins spectaculaire car plus lent, mais pas moins inquiétant car il se répand comme un cancer dans les campagnes. Je veux parler du dépérissement progressif mais très net de quantité d'arbres, qui se traduit parfois par des descentes de cimes (l'arbre dépérit par le haut), mais plus souvent encore par un phénomène de mitage ou "effet dentelle" : l'arbre se dégarnit de façon homogène et finit par présenter un aspect dépouillé, son feuillage laisse abondamment passer la lumière. Ce phénomène touche particulièrement les chênes pédonculés, à tel point qu'il devient difficile d'en trouver en parfaite santé. Voici deux exemples, à un stade précoce, puis avancé : Dontreix (23) 04-09-2018 Des chênes comme ceux-ci sont légion dans le secteur. En isolé et en bocage, on doit pas être loin des 50% : Dontreix (23) 18-09-2018 Les merisiers sont décimés. Je me demande s'il y en aura encore dans 20 ans... Pratiquement tous les vieux merisiers sont déjà morts, ceux qui ne le sont pas encore font peine à voir : Dontreix (23) 20-09-2018 Les plus jeunes s'épuisent sous le soleil et finissent souvent par crever aussi : Dontreix (23) 15-09-2018 Montel-de-Gelat (63) 15-09-2018 Pour les frênes, c'est la double peine. Déjà décimés par la maladie, les vagues de chaleur et de sécheresse finissent de les achever. Qu'en restera-t-il dans 20 ans ? Condat-en-Combraille (63) 15-09-2018 Je vois bien que les hêtres, qui jusque là m'avaient surpris par leur résistance, commencent aussi à sérieusement accuser le coup avec des défoliations totales de plus en plus fréquentes : Dontreix (23) 15-09-2018 Le dépérissement touche aussi les bouleaux, surtout les vieux : Charensat (63) 13-09-2018 Et cette année, on peut ajouter à cette longue liste les aulnes, qui commencent eux aussi à subir des dépérissements massifs : Dontreix (23) 24-09-2018 Ceux qui résistent, car il y en a, ce sont les tilleuls, même si certains commencent à présenter les premiers signes de faiblesse, et les conifères dans leur ensemble malgré l'apparition de quelques symptômes caractéristiques chez les sapins (voir 1ère photo). La strate arbustive est également touchée. Aubépines, prunelliers, sureaux, sorbiers, pommiers sauvages sont nombreux à subir des défoliations en plein été et à présenter des signes de dépérissement. Seuls les noisetiers semblent ne pas trop souffrir. Le constat est amer et inquiétant. Un dépérissement brutal et généralisé de la flore locale peut-il s'inscrire dans le cadre de la variabilité climatique ? Personnellement j'en doute. Et dans la perspective d'un réchauffement qui n'a aucune raison de s'arrêter en si bon chemin, je me prépare de plus en plus à vivre un grand bouleversement paysager, d'autant plus déroutant que l'on ne sait rien de la façon dont ça va se passer et des conséquences que cela aura sur nos vies... Une version cool avec implantation/acclimatation rapide d'essences mieux adaptées, sous un climat qui se réchauffe modérément avec des pluies qui restent suffisantes l'été malgré quelques années difficiles par-ci par-là ? Une version cauchemardesque avec installation d'un nouveau climat en 20/30 ans se traduisant par une remontée systématique des hautes pressions nord africaines sur une moitié sud de l'Europe en été, entrainant des sécheresses estivales de plus en plus longues, couplées à des canicules de plus en plus fortes qui menaceraient nos centrales nucléaires et notre approvisionnement en énergie, provoqueraient une débâcle agricole, et déclencheraient d'immenses incendies à travers tout le pays ? Ce dernier scénario pourrait me valoir un procès en catastrophisme, pourtant, honnêtement, quand on voit l'indifférence relative face à l'urgence de la situation, quand on entend nos politiques nous dire, en 2018, que l'écologie c'est la chasse et que l'État c'est les lobbies, je finis pas me dire que l'avenir, c'est l'obscurité sous un soleil de plomb. En attendant de voir comment ce 21ème siècle va évoluer pour nos sociétés du confort et des loisirs, nous débutons aujourd'hui la énième vague de chaleur sèche de l'été, sous un ciel tout bleu, et avec un taux d'humidité qui baisse à nouveau fortement après quelques journées de fraicheur à peine humide...
  2. 37 points
    Je n'irais pas jusque là quand même. Certes, nos derniers hivers n'ont pas été aussi catastrophiques que des hivers du type 2013/2014 ou 2015/2016, mais on a quand même eu des séquences zonales encore assez récemment, notamment pendant l'hiver 2017/2018. Bien que celui-ci ait connu des fenêtres météorologiques froides, au début et à la fin de l'hiver, il ne faut pas oublier que cette période hivernale a été très contrastée et que sur une majeure partie de l'hiver (grosso modo de mi-décembre à mi-février), une récurrence plutôt zonale ponctuée d'intermèdes un peu plus ondulatoires (ondulations essentiellement européennes) a été de la partie avec à la clef un mois de janvier 2018 assez remarquable (forte pluviométrie en particulier dans l'est et le centre est de la France, déficit d'ensoleillement généralement supérieur à 30% sur l'hexagone, anomalie thermique nationale d'un peu plus de +3°c ... mois de janvier le plus chaud depuis 1900 (merci au RC x( )). Plus globalement, on peut constater qu'en termes d'occurrence de régimes de temps ou plutôt de positionnements des grands centres d'actions, l'activité dépressionnaire au-dessus de l'Atlantique est généralement assez omnipotente depuis 2013 et que les conditions anticycloniques nous collent souvent à la peau en France. Ce qui était un peu moins le cas au cours des années antérieures à 2013. L'un des grands absents reste le régime à anticyclone groenlandais, peu entrevu au cours des années précédentes. Par le passé, de pareilles périodes, fortement dominées par le complexe dépressionnaire au-dessus de l'océan et caractérisées par une faible occurrence en régime NAO- ou à anticyclone groenlandais ont déjà eu lieu. Pour mieux caractériser la puissance du régime d'ouest au-dessus de l'océan, j'ai réalisé un petit graphique excel. La courbe bleue représente les anomalies de vents zonaux à 500 hpa (dans la moyenne troposphère) par rapport aux normales 1981-2010, au-dessus d'une zone délimitée par le 60e et le 50e parallèle, et par les longitudes -60° et -20° , ce qui correspond grosso modo à la zone de l'Atlantique située entre Terre-Neuve et les îles britanniques (courbe déjà exploitée par 13V l'an dernier, mais pas exactement au niveau de la même zone je crois). Il s'agit ici d'une moyenne glissante de 36 mois afin "d'éliminer" le bruit de fond, de lisser la courbe et afin de mieux apprécier le "signal global" (attention : il ne faut pas prendre au pied de la lettre ce graphique) . A ceci, j'ai rajouté également le nombre moyen de tâches solaires (moyenne glissante sur 13 mois) en vue de visualiser l'activité solaire (courbe verte), c'est loin d'être impertinent. Et en plus de cela, j'ai placé les SSW majeurs (ou réchauffements stratosphériques majeurs) qui se sont manifestés depuis 1958 (bâtonnets oranges). Tendanciellement, on remarque 4 périodes qui sortent du lot avec des anomalies positives de vents zonaux, et donc tendanciellement un régime d'ouest plus important. La période du début des années 90 étant la plus imposante, elle est suivie après par 3 autres périodes de moindre importance : entre autre celle que nous avons vécu depuis grosso modo 2013 et que nous vivons toujours actuellement, une séquence au milieu des années 70 ainsi qu'au milieu des années 80. Il est notamment possible de noter que ces "phases" au cours desquelles, le flux d'ouest était en moyenne un peu important (là c'est un peu un abus de langage car il s'agit d'une moyenne glissante de 3 ans !) sont précédées par des pics d'activités solaires (avec un certain temps de retard). Ce commentaire est à mettre en parallèle avec l'analyse de 13Vents d'il y a 2 ans ou le très long post de Gugo de cette année . Toutefois, réciproquement, on ne peut pas faire la même observation sur ce graphique, un pic d'activité solaire n'est pas systématiquement suivi par un "cycle" au cours du quel, en moyenne, le régime d'ouest est plus puissant. Par ailleurs, 3 de ces 4 périodes sont marquées par l'absence de SSW majeurs sur plusieurs années (voir grandes flèches rouges). Dans les années 1990, cette absence a duré près de 10 ans, dans les années 70 : 4 ans. Et plus récemment, après le SSW du 18 janvier 2013, il fallu attendre 5 ans avant de voir se manifester un nouveau SSW majeur (cette année au cours du mois de février). A titre d'informations, nous avons en moyenne 6 SSW majeurs approximativement chaque décennie. Cette remarque n'est pas dénuée de sens car un SSW majeur génère dans certains cas (pas dans tous les cas) la désorganisation du complexe dépressionnaire et donc davantage de flux méridiens vers les latitudes septentrionales et l'affaiblissement de l'activité dépressionnaire au-dessus de l'Atlantique. L'absence d'un tel phénomène est donc plus susceptible de laisser le régime d'ouest en pleine vigueur au cours de la saison hivernale. Tout ceci peut donc nous interpeller sur l'existence possible de grands cycles plus ou moins réguliers, plus ou moins variables, mais certainement très difficiles à définir à des échelles de temps de plusieurs mois, voire plusieurs années. Bien évidemment, je ne vais pas pouvoir produire une tendance saisonnière pour l'hiver prochain à partir de ce que je viens de vous partager. Je remarque juste que depuis quelques temps, l'activité dépressionnaire sur l'atlantique a souvent tendance à nous importuner, hivernophilement parlant (même si c'est un peu moins le cas maintenant : exemple de l'hiver dernier). Ceci va-t-il se poursuivre l'hiver prochain ? Je ne suis pas en mesure de le dire, seulement à l'analyse des éléments que je viens de vous exposer.
  3. 28 points
    En effet, on risque d'en voir de plus en plus. On se cotise pour racheter aux Etats-Unis des Lockheed P-3 Orion puis on crée la MEDICANE HUNTERS INFOCLIMAT ? Les livrées sont déjà prêtes en tout cas:
  4. 27 points
    Pour les amateurs de froid hivernal, une chose est sûre concernant le Moscou-Paris...
  5. 27 points
    T'es sur un forum de passionnés de météo: soit tu intègres cette données une bonne fois pour toutes et nous épargnes tes commentaires hors sujet, soit tu arrêtes de nous lire et tu regardes simplement les prévisions sur le site de Météo-France.
  6. 25 points
    Bonjour, tous à vos agendas ! La prochaine rencontre nationale hivernale se déroulera du samedi 23 au mardi 26 février 2019 sur le territoire de la commune de Saint-Front (43). Nous logerons au sein du gîte La Redonde dans le massif du Mézenc à 1250m d'altitude. Pour l'anecdote, cette commune se situe pile au niveau du 45e parallèle Nord, à mi-distance entre le pôle et l’équateur (en espérant des conditions plus polaires qu'équatoriales !). http://www.gitelaredonde.com/ Vous l'aurez constaté, petit changement pour cette 36e rencontre. En raison d'un effectif en baisse constante au fil des années, nous avons décidé de réorganiser ce système de rencontre nationale. Nous avons alors opté pour une durée de séjour plus restreinte (4 jours / 3 nuits). Ceci devrait permettre une organisation plus optimale de cette rencontre avec une programmation d'une (ou plusieurs) sortie(s) commun(es) définies à l'avance. Mais bien évidemment, vous restez toujours libres de vos mouvements ! Station de ski des Estables à 10 minutes, lac de Saint-Front, mont Mézenc, les idées de balades sont nombreuses... Puisque ces prochains séjours devraient être plus courts (à condition que ce nouveau format se prolonge dans le temps), nous avons également décidé de décorréler les Assemblées Générales de ces rencontres, qui se dérouleront à des dates ultérieures dans des sites bien plus accessibles (grandes agglomérations). Nous vous tiendrons au courant progressivement de l'organisation précise et des détails de cette future rencontre
  7. 25 points
    Première semaine d'octobre...Le temps passe et les modèles ne semblent pas vraiment vouloir évoluer même a l'échelle de l'hémisphère nord, avec un vortex polaire toujours pas décidé a se mettre en ordre de marche et donc un flux d'ouest aux abonnés absent. Cela donne un désordre peu habituel, et a l'image aussi du reste de l'année les hautes-pressions sont là, un peu partout et surtout là ou elles ne devraient pas (plus) être... Évidemment le thermomètre suit le mouvement, ça chauffe toujours de trop aux hautes latitudes... Le pays ne devrait pas échapper a ce désordre météo mais une tendance semble se dessiner, avec des hautes pressions bien campées sur leur base Atlantique mais assez haut perchées et débordant principalement sur le nord du pays, quelques talwegs perdus dans la brousse pourraient se glisser par l'est sous ce bloc anticyclonique, autrement dit circulation quasiment inversée a notre latitude, intéressante en hiver, beaucoup moins a cette période de l'année surtout avec cette ceinture subtropicale perchée assez haut... Cet éventuel déboulé de GF serait encore bien la seule vraie animation de l'échéance, sauf que l'on connait leur sale caractère et elles ont parfois la fâcheuse tendance a promettre pour au final ne rien donner, a cela s'ajoute une modélisation a géométrie variable d'un modèle a l'autre. Un accord général se détache sur les ensembles, reste donc les réglages fins ou petits ajustements qui pourraient donner un peu de saveur a la prévision. C'est quand même pas gagné cette affaire...
  8. 25 points
    Merci pour vos réactions, ça soulage un peu de voir qu'on est pas tout seul à sentir que ça part sérieusement en vrille... Comme tu le dis, Thib, c'est bien le niveau des températures, presque constamment en excédent, qui est le principal moteur de ce dépérissement accéléré. Voici ce que ça donne, comparé aux moyennes 1981-2010 de la station de Saint-Gervais-d'Auvergne, située à 20 km au nord-est d'ici à 705 m. d'altitude (717 m. pour ma VP2) Mois / Tm Dontreix 2018 / Tm St-Gervais 81-10 / anomalie de T° J : 5.3° / 2.0° ==> +3.3° F : -0.9° / 2.8° ==> -1.9° M : 5.2° / 5.4° ==> -0.2° A : 11.2 / 7.9° ==> +3.3° M : 12.7 / 11.9° ==> +0.8° J : 16.6° / 15.3° ==> +1.6° Jt : 19.6° / 17.8° ==> +1.6° A : 19.4° / 17.5° ==> +1.9° S : 16.5° / 14.0° ==> +2.5° Le plus fou c'est de se dire que ces écarts de T° sont calculés par rapport à une moyenne déjà considérablement réchauffée. On va vraiment tomber de notre chaise quand les moyennes 1991-2020 sortiront ! Comme l'a remarqué Bernard, on peut accuser le climat, il n'en reste pas moins que la dégradation systématique des milieux naturels, et en particulier des zones humides participe probablement pour beaucoup à cette situation. Chez moi, il ne reste plus une seule zone humide naturelle. 100% des prairies humides de fond de vallée ont été drainées pour favoriser l'élevage. Alors que dans des coins comme ici, l'eau devrait stagner un peu pour alimenter les cours d'eau en période d'étiage, on voit bien qu'à chaque épisode pluvieux, l'eau monte vite, puis baisse tout aussi vite. Ensuite l'été arrive, et les rivières que sont le Cher, la Tardes, le Sioulet ou la Voueize, se retrouvent en quelques semaines à des niveaux dramatiquement bas, faute de pluie et de soutient suffisant au niveau des têtes de bassin. Je poste une nouvelle série de photos, prises hier en deux heures de temps au cours d'une balade dans le coin. Histoire de montrer à quel point le phénomène s'est brutalement généralisé cette année. Je pense sincèrement que 2018 c'est l'été de trop, qu'il y aura un avant et un après. Pour rappel, il est tombé ici 54 mm depuis le 1er août. La dernière pluie conséquente (>10 mm) remonte au 4 juillet, cela fera 3 mois dans quelques jours ! À gauche un frêne mort, et des bouleaux en fin de vie à droite : Mérinchal (23) 27-09-2018 Frêne mourant : Mérinchal (23) 27-09-2018 Dépérissement de chênes et de frênes : Mérinchal (23) 27-09-2018 Dépérissement sur aubépines et chênes. Cas typique de fond de thalweg drainé pour l'élevage et transformé en "steppe" à force de chaleur sèche : Mérinchal (23) 27-09-2018 Aubépine morte et aulnes à l'agonie : Mérinchal (23) 27-09-2018 Un merisier qui décline, année après année : Mérinchal (23) 27-09-2018 Différents exemples de dépérissement avancé dans le bocage (chênes, hêtres, frênes) : Chard (23) 27-09-2018 Chard (23) 27-09-2018 Chard (23) 27-09-2018 Chard (23) 27-09-2018 Et pour finir, les conifères qui commencent ponctuellement à être touchés : Chard (23) 27-09-2018 Et le pire c'est que ça continue, encore et encore. Plus de 26° hier, avec 25% Hr tout l'après-midi, encore près de 23° aujourd'hui et toujours aucune dégradation majeure en vue, la première décade d'octobre semble déjà pliée. Quand je parle de tout ça autour de moi, mis à part quelques personnes informées et lucides, je sens que le déni s'installe, ou du moins que la question du maintient de notre niveau de vie et de confort à l'échéance de 20 ou 30 ans devient taboue. J'ai souvent l'impression de passer au mieux pour un dépressif un peu parano, au pire pour un emmerdeur. L'Humanité s'est engagée dans une impasse, et le mur du fond se rapproche à toute vitesse, mais on va continuer de faire comme s'il suffisait de saupoudrer notre économie d'un peu de vert, comme s'il suffisait de créer quelques zones Natura 2000 ici et là ; alors que tout le monde sait bien que ce qu'il faudrait, c'est à l'échelle mondiale des mesures radicales et très contraignantes. Genre une dictature écologique mondiale. Qui voudrait d'un tel système alors que nos ancêtres ont passé des siècles à se battre pour la liberté ? Quid des pays émergents et de leur volonté effrénée et légitime de rattraper notre niveau de vie ? Combien de milliards d'êtres humains en plus à l'horizon 2050 ?? Je m'arrête là avant de trop partir en HS, et je m'excuse pour le ton dramatique que j'emploie, mais j'avoue que ces problématiques me travaillent de plus en plus, et la vision permanente de ces milliers d'arbres en train de crever qui nous montrent que l'on atteint plus vite que prévu le point de non retour accentue chaque année un peu plus ce sentiment de malaise. Quand j'étais jeune, dans les années 80/90, je vivais comme tous les gamins avec cette idée communément admise depuis l'après-guerre que le progrès et la science étaient une sorte d'assurance que tout irait toujours bien, ou du moins que l'on arriverait toujours à se sortir des problèmes rencontrés. Le mythe de la croissance éternelle battait son plein, notre destin était d'être toujours plus riches et toujours plus heureux. On imaginait l'an 2000 comme une porte vers le futur, un futur idéal fait de découvertes révolutionnaires qui amélioreraient le confort de tous, dans une société apaisée et mature qui vivrait en harmonie avec son environnement. Et puis en l'espace de 30 ans la réalité vous rattrape, bête et méchante mais pourtant tellement évidente : 1) la croissance infinie n'est pas possible dans un monde fini. 2) on ne change pas fondamentalement la nature humaine en l'espace de 2 ou 3 générations. Qui veut du gâteau ? Tout le monde ? Ben il va falloir se battre les enfants, comme au bon vieux temps, car il n'y en aura pas pour tout le monde !
  9. 24 points
    Parce que, comme les gosses, faut bien aller jouer dans les premières neiges...:
  10. 23 points
    Aller j'y vais de ma rétrospective photographique A peine arrivé ça tape dans la chopine sur le parking en attendant les retardataires : Puis on se met en route à l’assaut des sentiers des cheminées de fées: Un image qui résume à elle seul l'état de ciel de la journée : Puis enfin nous voilà face à cette curiosité géologique: Vue au travers de mon oisillon: Il y a du monde au balcon.....: Le sous bois bien sec Puis arrive le moment du repas et la famille @papulefer ne plaisante pas avec un sac à couvert digne de mon sac photo..... A peine le repas fini, ça parle technique dans un coin: Ahh puis une rencontre MC ne serai rien sans une photo de famille: A partir du haut et de gauche à droite: bon désolé ça se fait pas mais je commence donc par moi ensuite @Neness064, @Vedasien, @segusiave, @papulefer, @JPGrèzes48, madame sylver19 (bien caché) @Scorpion48, @sylver19, @montadou, @metre3, mamade segusiave, @Matt54, madame papulefer, @Ffred, famille @jul63, madame montadou, @jeantou63, little Ivoirette, @ivoire42, @le-planezard, @bill07 et pour finir en beauté @Fanfoe63. Voile je pense ne pas m'être trompé La même en plus fun: Encore une belle édition donc malgré le manque de soleil. A l’année prochaine!
  11. 23 points
    Bonsoir, en région Annonéenne c'est bien descendu également avec ce matin avec une Tn de 6.5°C. S'en est suivi d'une agréable journée avec bien moins de vent qu'hier et surtout plus de soleil. Petite Tx de 18.8°C. Ce soir la pleine Lune s'est levé dans une ambiance douce par 14/15°C idéal pour faire un peu de photographie
  12. 22 points
    Bon autant aller voir sur place car on ne sait pas quand aura lieu la prochaine ! Le plafond est remonté en deuxième partie d'AM : Avant c'était plus nébuleux : Juste un saupoudrage mais c'est bon pour le moral quand même pour les hivernophiles ! Comme chez les voisins, bcp de vent sur les crêtes, T négative vers 1600 m (cf données station Infoclimat Sancy) Bonne soirée
  13. 21 points
    Qu'est-ce que c'est gonflant ces titres racoleurs ! Typiquement le truc qui vient décrédibiliser les recherches en météo/climato - surtout à une époque sinistre où l'effort de lecture ne dépasse guère les deux lignes - et encore, en gros caractère et en couleurs avec des points d'exclamation. Petite remarque d'ailleurs au passage : Ce n'est pas une histoire de "croyance" justement, ni de "respect". Sans entrer dans des discussions épistémologiques, on peut croire ou pas en Dieu, on peut respecter ou pas une personne, mais là, il s'agit d'énoncés complexes qui sont vérifiables, réfutables et discutables, avec des hypothèses, des arguments etc, et se présentent sous la forme de probabilités (comme la plupart des énoncés scientifiques soit-dit en passant). Il ne s'agit donc pas d'y croire ou de respecter ces énoncés mais de les discuter (si tant est qu'on en ait les compétences, ce qui n'est pas mon cas). Je dis ça de manière générale hein, pour la suite de ce topic (et puis parce que récemment, un voisin m'a dit, après qu'on ait parlé du temps pour la semaine prochaine : "la météo, je n'y crois pas !" - ce qui laisse songeur.. malheureusement, les titres racoleurs contribuent à créer cette espèce de défiance absurde envers les recherches et les modèles et c'est assez triste)
  14. 19 points
    Bonjour à tous, Une semaine en trois temps est à attendre: Premier temps lundi-mardi avec le passage d'une coulée dépressionnaire. Alors que l’anticyclone prend une place solide sur l’atlantique un talweg viendrait glisser sur la France et l'Allemagne, il provoquera l'isolation d'une GF en atlantique qui pourra potentiellement avoir une influence sur la suite de la semaine. Pendant ce temps sur la Scandinavie un système dépressionnaire se développerait de manière marqué. De la pluie sur la moitié Est est à attendre par régime d'averse plus où moins longue lundi, sur l'ouest c'est assez limité même si au-dessus de la Loire quelques averse le mardi sont à attendre, de même sur le NE des averses semblent possible le mardi également: Ce talweg apporterait un rafraîchissement sur l'ensemble du pays, de la neige est à attendre sur les alpes vers les 2000m, à regarder en détail selon le moment de la journée: Deuxième temps un retour plus anticyclonique de mercredi à vendredi avec un retour de l'anticyclone par l’ouest. Cependant même si en altitude les températures à 850hPa seront assez douces, en basse couche on aura des températures assez fraîche en perspective et évidemment un temps sec. En effet, le sens de rotation de l’anticyclone favoriserait un flux de N le mercredi puis NE le jeudi puis E le vendredi. des températures qui ne seront donc pas si excessive avec un dégradé SO-NE assez marqué exemple ici avec le jeudi (A noter le fond de l'air sera frais il faudra se couvrir ): Dans un troisième temps samedi-dimanche potentiellement plus agité, même si l'incertitude est encore assez présente pour ces deux derniers jours. En effet, une divergence apparaît sur une dépression qui pourrait potentiellement s'isoler en goutte froide sur l'Europe de l'ouest. GFS est assez sceptique car il développe peu la dorsale à l'arrière de cette dépression. Cette dorsale se développe peu à cause de l'activité dépressionnaire au sud du Groenland (la revoilà .... ) la rabote assez fortement. De ce fait cette dépression passe sur le Ru apportant potentiellement quelques gouttes sur l'extrême nord et un peu frais avec un flux de NO mais rien de bien exceptionnel: CEP lui est à l’opposé de GFS. La dorsale se développe mieux et se fait moins rabattre par l'activité dépressionnaire, un autre élément déterminant (que ne modélise pas GFS) c'est que la GF en méditerranée attire cette dépression qui s'isolerait aussi en GF. De ce fait un temps plus instable et assez frais pour la saison, très automnal quoi... : GEM lui est l'entre deux de GFS/CEP, avec une dépression qui s'isole en Europe mais qui a plus de mal que CEP, de ce fait elle s'isolerait sur l'Allemagne apportant un dégradé sud-ouest/nord-est marqué, des précipitations sur le nord et un temps assez frais quand même: L'incertitude de la fin de semaine est assez bien visible quand on prend les graphiques au nord: Au sud ça reste plus limité il faudrait un véritable scénario de GF pour que l'on voit une chute des T850 et des courbes PPs s'agiter un peu: Donc à voir cette fin de semaine qui serait le troisième acte de la semaine, assez calme et un peu au dessus des normes globalement. Bonne soirée. Gugo
  15. 19 points
    Image du satellite Terra en début d'après-midi !
  16. 19 points
    Splendides images de Trami capturées depuis l'ISS ce mardi. https://www.facebook.com/ESAAlexGerst/
  17. 19 points
    Bonsoir, Belle journée avec Tn +9,5 °C et Tx +23,5 °C J'ai l'impression que la nature a apprécié les pluies du 18/09, car ça a un peu reverdit ! Sinon balade entre Naidaillat et Rouillas Haut cet aprem, pas loin de Clermont et un peu plus haut : il faisait un peu frais en sous bois à l'ombre mais très sympa ! Vue sur Nadaillat et de célèbres volcans Des bestioles accueillantes Vue sur le Sancy Et un esthétique lenticulaire Petite chapelle et "œuvre d'art à Rouillas Haut Explosion de lenticulaires Un copain croisé en chemin Je m'en lasse pas Un champ de volcans ! Puis de retour à la maison en fin de journée, je me demande si c'était pas la Saint Lenticulaire (vers le Sud puis vers l'Est)
  18. 18 points
    Bonsoir Les journées se suivent et la sécheresse se poursuit, soit 12 mm pour septembre, et sur la période du 15 juin à aujourd’hui ( et sans doute jusque à la fin du mois ), on atteint même pas 90 mm sur ma position, c'est vraiment très faible, d'autant que les températures dépassent quasi quotidiennement les 20°c, et le vent est assez fréquent. C'est vraiment brutal cette période de déficit drastique, après un premier semestre pourtant si humide, frais et peu ensoleillé. Le mercure a évolue de 5°c a 22°c l’après midi , le ciel est resté bien bleu ( pas de nuages méditerranéens comme hier matin ), et le vent de Sud toujours présent.
  19. 18 points
    C'est l'automne en Planèze : on vient juste d'atteindre les 9°C, et je doute que ça monte beaucoup plus haut. Le vent n'a pas cessé de souffler, mais à l'abri du bois des Fraux c'était agréable : polaire et doudoune de rigueur, pour un peu, j'aurais apprécié des gants !
  20. 17 points
    Suite des animaux du Beaumont Circus (j'adore vers la fin ) ... (quand je saurais faire je le mettrai en masqué pour éviter le HS surtout en ces périodes de neige abondante, mais pour l'instant je ne sais pas ...)
  21. 17 points
    Pas de pluie par ici et donc balade dans le secteur du Lac Chambon / Murol (en milieu d'aprem hein !) ... Le Lac Chambon et la Sancy (ou Massif Adventif ?) en arrière plan (la falaise au milieu c'est la Dent du Marais qu'on verra plus loin) : Un panneau à la c-n !? Vu de la plage si, si ! (Pamela Anderson venait de partir) Vue du sommet de Tartaret (Sancy au-dessus du lac et Massif Adventif à droite) : LE Château de Murol : Ça c'est pour le topic à très long terme Et comme certains doutent qu'on voit le Puy de Dôme partout quand on est du 63 ... Re le Lac Chambon, mais surtout la Dent du Marais (l'éperon rocheux) : Et en redescendant le Château de Varennes (moins bien entretenu que celui de Murol ... ) : PS : les photos les plus jolies sont à mettre au crédit de Fanfoette63
  22. 17 points
    Bonjour Première gelée blanche ici en bord de rivière et premier grattage de pare brise. Ta de +2°C.
  23. 17 points
    En même temps, si on prend le temps d'imaginer ce que ça implique de passer des cartes de gauche aux cartes de droites, là où l'adaptation ne sera pas accompagnée, ça risque de ne pas être beau à voir : https://www.alterrebourgognefranchecomte.org/_depot_alterrebourgogne/_depot_arko/articles/454/adcc-mc-deconninck_doc.pdf http://data.over-blog-kiwi.com/1/11/12/84/20180409/ob_1a00b5_reunionchangementclimatiqueblog.pdf https://www.researchgate.net/publication/268445295_Le_hetre_face_au_changement_climatique
  24. 17 points
    Bonjour, En effet, nous avons implémenté hier soir une mise à jour du calcul des TN/TX pour les StatIC, pour le moment appliquée uniquement à la climatologie mensuelle (à venir sur la climato annuelle). Désormais, les valeurs sont actualisées au fil de la journée grâce aux valeurs de température instantanée. De même, auparavant les TN pouvaient être incorrectement reportées si elles se produisaient avant minuit locales, désormais elles sont recalculées grâce aux températures instantanées. Dans un futur proche, nous allons encore affiner ce fonctionnement, en intégrant dans l'algo la TN et la TX minimales à chaque pas de temps pour weatherlinkIP, et le fichier downld0x.txt pour ceux qui sont sur weatherlink standard. Egalement, je ne sais pas si je l'avais signalé plus haut ou pas, mais un bug sur le calcul des rafales sur la climatologie annuelle avait également été corrigé récemment, mais nécessite un recalcul. Edit: modification désormais implémentée sur la climato annuelle. Désormais, les deux algorithmes seront strictement identiques et la climato annuelle ne dérivera plus par rapport à la climato mensuelle. Fred
  25. 17 points
    On a eu droit a une très belle Tn de 25.7° à 16H, il est vraiment temps que ça se termine... Sinon il faisait à peu près 30° cet après- midi sur le plateau de Chalet (690m d'altitude en moyenne) au dessus de Massiac (faut pas trop se plaindre non plus), voici quelques clichés pris vers 14h: La chapelle Ste Madeleine à la pointe de l'éperon septentrional du plateau (celle que l'on voit depuis l'A75, sue la gauche après Massiac si l'on vient du sud: Vue de Massiac et de son bassin depuis le nord et le bord du plateau de Chalet Vue vers l'ouest avec les contreforts orientaux du Cézallier et son point culminant, le Signal du Luguet (1551m) tout au fond et la vallée de l'Alagnon entre Blesle et Massiac au 1er plan: L'éperon voisin de St Victor avec ses falaises basaltiques, il constitue avec celui de Ste Madeleine les fameuses "portes" de la Haute-Auvergne
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00