Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/27/21 in all areas

  1. Bonjour, Après un hiver 2020-2021 qui a été assez mouvementé en condition hivernale humide dans la moitié est mais qui a aussi été marqué par la très faible présence de tempêtes, un printemps mitigé et alternant entre records doux et froid, un été plutôt automnal, il est temps de se pencher sur l'automne et notamment l'hiver qui passionne une grande partie de la communauté météo. L'hiver contrairement à l'été est très difficile à appréhender car le nombre de paramètres influents se multiplient ce qui réduit vite les fiabilités, ajoutons à ça un dérèglement climatique (DC) qui remet en cause certains paramètres et logiques générales, cela va rapidement causer du tort aux tendances. L'hiver dernier le DC a faussé la QBO, il y a 2 ans il avait faussé l'ENSO ave Nino travesti, il peut aussi avoir tendance à fausser d'autres indices qui se basent sur les anomalies des océans comme la PDO ou encore la TNA. Mais par ces expériences on sait prendre un certain recul et quelles erreurs ne pas faire dans l'analyse. Il faut donc prendre évidemment des pincettes sur l'analyse suivante, les analyses diverses et variées sur ce forum ou sur les divers sites, elles sont à titre indicatives vers où nous nous orientons, ce ne sont pas des prévisions, ce sont des tendances, la nuance est importante. Il y avait eu des débats sur la fiabilité de ces tendances ces dernières années, après une amélioration nette depuis 2010, il est vrai qu'on peut constater un "tassement" (notamment par la perturbation du DC) de cette amélioration depuis 3-4 ans. Je reste partagé à ce sujet. Sur les indices, avec l'influence du DC ceci peut être véridique mais comme dit ci-dessus on peut apprendre de ces erreurs (dans le cas de l'ENSO on sait ce qu'il faut surveiller pour ne pas se faire avoir) mais aussi savoir analyser malgré les perturbations (cas de la QBO même si on manque de recul à cet évènement particulier du "saut"). Pour ce qui est des modèles par contre je trouve que la progression se fait quand même plutôt remarqué depuis 2 ans, jusqu'ici j'accordais qu'un crédit partiel aux modèles saisonniers mais il faut reconnaitre que sur les deux derniers hivers ils ont plutôt bien anticipé quelques mois avant les situations (même si on a eu parfois des retournements de dernière minute qui étaient une erreur notamment chez CFS, la fameuse influence de la synoptique actuelle sur la prévision à M+1/+2). Bref, tout cela pour dire qu'il faut garder un certain recul sur ce qui va être dit dans la suite de ce post, car les tournures sont bien plus radicales que les 3-4 derniers hivers qui avaient globalement du pour et du contre en faveur d'un hiver froid ou doux sur chaque mois. Pour vous éviter la lourdeur du post à ceux qui ne veulent pas toute la lecture je vous invite à aller en conclusion où il y a un tableau récapitulatif. Pour autant je recommande la lecture pour comprendre le raisonnement. En préambule, rappel rapide pour les novices : (Pour les puristes : Les traits sont volontairement grossis ) NAO- humide et frais mais parfois risque de douceur sèche si les hautes pressions débordent en Europe de l'ouest NAO+ doux et humide ou doux et sec si les hautes pressions débordent en Europe de l'ouest BL froid et sec AR humide surtout au nord, alternant fraicheur/douceur plus ou moins intense AO+ Vortex polaire troposphérique condensé, les basses pressions sont regroupées au pôle AO- Vortex polaire troposphérique décondensé, "attaqué" par les hautes pressions 1) Indice solaire Cet indice se base sur la réception des particules fines d'éruption solaire. Pour faire simple, plus il y a de réception de particules plus la tendance va être à un NAO+/AO+, inversement moins il y a de réception plus la tendance va être au NAO-/AO-. En cette année 2021 et en 2022 nous nous situons au plus bas de la réception. Comme on le voit ci-dessus, le nombre d'éruption augmente de nouveau, mais il faut compter un décalage de 4 ans environ entre l'envoie de particules via les éruptions et la réception. Par conséquent, en cette fin 2021 et en 2022 on devrait se situer sur la zone 2018 du graphique, c'est-à-dire au plus bas : Ceci va donc favoriser une dynamique NAO-/AO- assez forte. On le voit depuis le début d'année d'ailleurs la tendance NAO- est plutôt bien présente sur l'Atlantique-Europe avec une anomalie de hautes géopotentiels sur le nord de l'Atlantique assez flagrante. Pour l'AO c'est un peu moins flagrant avec quand même une structuration du vortex polaire du côté de l'Alaska relativement présente (notamment cet hiver en janvier-février) : Les études ont permis de dégager des résultats plus précis qui pourraient imager cette tendance globale au NAO+ ou NAO-, nous nous situons actuellement en 2020 à l'année +8 du pic d'éruption solaire, de ce fait en 2022 nous allons passer en année +9. Ce que l'on constate c'est un net renforcement des anomalies de l'année +8. Avec des hautes pressions qui vont plus dominer les hautes latitudes et l'Europe-Atlantique devrait subir plus d'anomalies de basses pressions qui commencent à s'étendre vers l'Eurasie. Ceci correspond totalement avec la logique du décalage de 4 ans sur l'envoie/réception des particules. Les USA restent concernés par les basses pressions comme l'année d'avant mais de manière moins vive. Si on affine l'analyse on pourrait noter une possible tendance au formation de basse pression principalement sur l'ouest atlantique, ceci pourrait favoriser rapidement des conditions plus douces malgré la logique NAO- si cela venait à se confirmer : Donc l'indice solaire nous oriente quand même de manière assez nette vers un régime NAO- (qui serait encore plus flagrant les 2 hivers suivants), mais comme on le voit il peut avoir une tendance au "plongeon" des basses pressions au large du Portugal ce qui peut rapidement favoriser de nets dégradés nord-sud comme on a eu parfois l'hiver dernier. De net dégradé nord sud typique du NAO- pourraient avoir lieux, comme on le voit sur la carte. 2) QBO La QBO (Quasi-Biennial Oscillation) est un cycle oscillatoire des vents en stratosphère, il dure environ 28 mois. Il passe par une phase positive (le vent va souffler vers l'ouest) et négative (le vent va souffler vers l'est), pour imager j'ai repris les représentations du site la.climatologie elles sont plutôt bien représentatives : Actuellement nous passons en phase négative, au mois de juillet il a été relevé -13.17 par la NOAA et la descente devrait se poursuivre à l'automne, le ralentissement devrait atteindre la basse stratosphère en plein durant l'hiver. Ceci devrait favoriser la propagation des mouvements stratosphériques notamment en seconde partie d'hiver. La représentation reste grossière et l'évolution sera à suivre à l'automne mais dans les grandes lignes on devrait se situer vers ceci (à moins d'une nouvelle sortie de route dû au dérèglement climatique même si cette fois on semble sur les bons rails) : Les mouvements (ou réchauffements) stratosphériques s'il y en a et s'ils se propagent correctement en troposphère, devraient provoquer des blocages conséquents sur l'hémisphère nord, ceci favoriserait par conséquent une AO- et par chez nous un régime NAO- ou BL ce qui donne un nouveau poids dans la balance en faveur des possibilités hivernales pour notre hiver. Contrairement à d'autres hivers ces dernières années en QBO- ou QBO neutre, cette fois on devrait tomber pile sur une période de propagation de la phase négative vers la basse stratosphère, ceci devrait favoriser le potentiel de réussite de mouvements stratosphériques qui se propageraient en troposphère. Attention il faut savoir aussi que parfois un mouvement stratosphérique qui descend en troposphère ne va pas obligatoirement favoriser des conditions hivernales en Europe de l'ouest. Tout dépend où les répercussions les plus nettes du mouvement se font, si elles sont en Amérique cela peut favoriser un régime NAO+ doux et humide en Europe en général. Il est important de savoir que les blocages en troposphère peuvent favoriser la création de mouvements stratosphériques, donc avoir d'autres facteurs (tel que le solaire, l'ENSO etc) qui favorisent les blocages en troposphère est important pour favoriser l'apparition de mouvements en stratosphère. 3) ENSO A/ Vers une Nina Cet indice bien connu qui est de plus en plus démocratisé auprès du grand public devrait encore être mouvementé cet hiver. Les modèles divergent sur pas mal de point à l'heure actuelle. Tout d'abord sur la validité de la formation d'une Nina à l'automne, on le voit par le panel des modèles que c'est assez divergent et plusieurs ne voient qu'une légère Nina. Mais CFS et BOM qui sont pour moi les deux modèles qui anticipent le mieux les épisodes Nina/Nino durant l'été voient bien un stade Nina atteint en fin d'automne/début hiver : De l'expérience des dernières années quand ces deux modèles voient un phénomène ENSO en août en général il se concrétise et dans le cas des Nina on a pu constater que parfois il avait même tendance à s'intensifier durant l'automne. Il faudra suivre l'indice SOI (qui va permettre d'évaluer si la situation classique sur le Pacifique est bien intensifiée) ces prochaines semaines pour confirmer ou non la teneur de celle-ci, après une très forte hausse des vents il y a quelques jours, la situation semble de nouveau un peu se tasser : Cela reste à confirmer, mais on peut penser que l'on devrait bien avoir une Nina vers la fin automne/début hiver. Pour la suite de l'hiver c'est une autre histoire... B) Nina EP ou CP Il existe deux formes de Nina qui vont favoriser des conditions très différentes sur plusieurs zones de l'hémisphères dont la zone Atlantique-Europe qui nous intéresse. En effet, en fonction du positionnement du "gros" de la zone froide des anomalies SST sur l'équateur du Pacifique on peut déterminer la tournure EP et CP. Et pour l'heure ce que l'on constate c'est qu'il y a des divergences. CFS par exemple voit bien le gros des anomalies à 120W (Nina EP), ici en décembre mais c'est similaire en octobre-novembre. BOM voit également une zone d'anomalie très intense sur la 120W en novembre : Alors que certains modèles comme ECMWF voient une zone bien plus à l'ouest à l'automne (trio octobre-novembre-décembre) : On remarque aussi dans le cas de CFS qu'un redoux sur la zone 120W se forme en janvier pour avoir un basculement du froid plus à l'ouest en février. D'autres modèles voient cette logique (on le voit sur le panel ou même le graphique BOM avec un redoux progressif en janvier mais surtout en février). Que doit on en déduire ? Et bien je ferai encore une fois plus confiance au duo CFS-BOM qui ont montré leur réussite face à ECMWF ces derniers hivers, on pourrait bien avoir une Nina EP en octobre-novembre-décembre-mi janvier puis courant janvier et surtout en février une transition de Nina EP vers CP. En se basant sur les études sur le sujet et sur une logique EP en début hiver on peut en déduire un régime de BL en décembre et une tournure NAO- en janvier avant possiblement un retour vers le NAO+/AR (passage à la Nina CP qui va favoriser ce régime doux-humide) : 4) PDO A/ La PDO La PDO (Oscillation Décennale Pacifique) est un indice qui se situe sur le bassin de l'Océan Pacifique nord, il est cyclique (sur 20-30 ans) et actuellement nous nous trouvons dans la phase négative de ce dernier. Après une transition en 2018-2019 et une situation négative encore faible en 2020, on semble entrer réellement dans des conditions négatives au vu des derniers relevés (-2/-1.8/-1.89 ces 3 derniers mois). La PDO seule n'a pas purement d'influence par chez nous, mais elle va agir sur l'ENSO s'il y a une phase Nino ou Nina. B/ Le couplage PDO-/Nina Selon le type de Nina, la PDO- va avoir un effet particulièrement différent. Dans le cas d'un PDO- couplé à la Nina EP on pourrait avoir un régime de BL en décembre et un risque de NAO- en janvier. Pour février si l'on passe en Nina CP, on pourrait avoir une situation très favorable au NAO+ et donc des conditions humides et douces (tempêtueuse?). On peut donc constater que la PDO devrait renforcer les constats fait précédemment. Attention, dans le cas où au final la Nina EP se maintient jusqu'en février, les chances de conditions hivernales seraient assez hautes en février comme on le voit ci-dessus, mais pour l'heure ça ne semble pas d'actualité. 5) IOD A/ L'IOD C'est un indice qui va fonctionner sur la partie estivale-automnale, il se situe dans l'océan Indien. Sa phase positive et négative vont avoir toute une série de conséquences sur la région, mais quand on s'intéresse un peu à ce dernier on peut constater des choses à des échelles plus larges dont l'échelle Atlantique-Europe. Il devrait être dans une phase négative à l'automne avant de revenir au neutre en janvier selon le BOM : Quelles conséquences peut-on en tirer par chez nous ? Et bien si l'on se base sur les années IOD- relevés dans le passé (pris sur le du BOM) on constate de manière flagrante que l'automne est soumis à des conditions plutôt froides, dont un mois de novembre avec un hiver précoce (automne NAO-/BL). A l'opposé l'hiver lui est plus classique voir tourné vers les hautes pressions, notamment en février (NAO+/AR). Décembre est hivernal (NAO-/AR) dans la continuité de novembre, janvier fait figure de transition et février est propice au printemps précoce si on se base sur la moyenne des années IOD- : Décembre : Février : B/ Le couplage IOD- /Nina La combinaison IOD-/Nina peut renforcer certaines constatations vu ci-dessus, quand on prend les automnes-hivers sous Nina qui ont connu un été-automne sous IOD- on constate un renforcement des anomalies de bas géopotentiels à l'automne. On va vers un renforcement des risques d'un hiver précoce. Sur ce qui est de l'hiver on constate une situation similaire à ci-dessus avec une anomalie de hauts géopotentiels en Europe de l'ouest encadré de bas géopotentiels (anticyclone qui déborde en Europe de l'ouest ?). On garde globalement la même logique, décembre encore sous une logique AR voir NAO-, janvier en transition et février en grande langue de hauts géopotentiels sur l'Europe : On restera prudent sur la fiabilité de ce constat sachant que l'on se base sur seulement 3 hivers dans cette situation. Pour autant, le fait que ça confirme et renforce (pour l'automne) plutôt les premiers constats en amont montre une certaine logique. Ce qu'on peut noter c'est que si l'on couple PDO-/Nina/IOD-, on se retrouve seulement avec les automnes-hivers 1974 et 2010, on constate que décembre gagne en risques hivernaux au niveau des anomalies mais sinon globalement rien ne bouge (2010 doit fortement faussé les choses sachant que décembre 1974 était rythmé par un AA proche de la France sous régime AR, mais pas de grands mouvements NAO-/BL) 6) TNA L'anomalie SST tropicale nord atlantique ne semble pas cette année s'agiter. Une TNA+ va favoriser un NAO- et inversement. UKMO projette une relative neutralité, CFS voit une pointe à +0.6°C en décembre mais ceci est très à la marge et insuffisant pour considérer ça comme une réelle TNA+ (il faut au moins 3mois au dessus de 0.5°C). De plus, sur cet indice j'ai tendance à plus faire confiance en UKMO qui a souvent été plus fiable que CFS dans la prévision de cette dernière : 7) Les anomalies SST estivales sur l'Atlantique du Nord Dans une étude de 2004, Cassou a démontré que selon les anomalies de la fin de l'été sur le Nord de l'Atlantique on pouvait tirer une tendance de l'hiver qui suivait avec des résultats assez probants ( "L’exercice est prometteur, puisque le signe de la NAO est prévu avec succès dans 22 cas sur les 26 hivers dominés par les régimes NAO."). Selon la forme des anomalies on va déterminer un potentiel NAO- ou + sur l'hiver suivant. Le "fer à cheval" est synonyme de NAO- et le "tripole" de NAO+. A noter que plus l'anomalie va être intense plus les chances de réussites de l'indice seront hautes. Et quand on observe au 27 août, malgré la marée rouge du dérèglement climatique il y a bien un air de tripole assez net. La question c'est : est-il intense ou non ? Car plus le phénomène est intense plus cela risque de favoriser la NAO+, avec le dérèglement climatique, il est difficile de se prononcer car il "cache" les anomalies négatives et intensifit le positif. Sur le papier ce facteur DC devrait favoriser la logique NAO+ que met en avant l'indice, car on connait les nombreuses théories comme quoi plus il fait chaud en sortie du labrador plus ça favorise une forte activité dépressionnaire et donc la NAO+. Ceci favoriserait donc la logique NAO+ de la seconde partie d'hiver, mais elle conteste la nette dominance du NAO- en automne et décembre. 8/ Les modèles météo J'ai personnellement l'habitude de me fier à ces CFSECMWF même si le modèle MetOffice notamment - et d'autres - sont également efficaces . Mais on va éviter de se noyer dans trop de modèles. la combinaison ECMWF/CFS je trouve fait souvent la bonne paire avec un en 3 mois et un en mois par mois. A/CFS J'ai regroupé l'ensemble des prévisions d'octobre à février. Ce que l'on constate c'est bel et bien un automne perturbé mais pas forcément frais comme le montre certains indices. Octobre serait assez humide mais plutôt doux avec ces bas géopotentiels sur l'Atlantique, en novembre on distingue une tendance à l'élévation nord atlantique des hauts géopotentiels. Ceci favoriserait des conditions humides et fraiches mais attention aux débordements anticycloniques comme on le voit. Décembre pour sa part tendrait à quelque chose d'hivernal, la vue Européenne n'est pas optimale mais on aurait une situation avec un fort blocage nord atlantique (NAO-/BL) ce qui favorisait des situations hivernales, mais attention aux débordements de hautes pressions sur l'ouest du continent. Janvier serait sous un signe de transition avec un débordement de ces hauts géopotentiels sur l'Europe est des conditions froides surtout en Europe de l'est. Février serait favorable au NAO+ et à des possibilités de douceurs précoces : 2) ECMWF Pour ECMWF, j'ai pris plusieurs groupes de mois avec le facteur pression atmosphérique (mais les constats se vérifient en anomalie de géopotentiels), sur le trio SON, on constate un léger débordement anticyclonique, donc moins dans la logique d'un automne humide et frais. On constate quand même une anomalie positive assez nette au sud du Groenland ce qui est signe de tentative d'élévation. Alternance entre élévation et écrasement de dorsale (AR) ? Possible. En NDJ, on constate une nette élévation de l'anomalie de hautes pressions sur le nord de l'Atlantique (plus flagrant sur les anos z500), il y a aussi des anomalies positives en mer Noire, ceci est signe qu'entre les deux il devrait bien avoir des chutes de basses pressions, la carte montre bien une tendance NAO-/AR. A noter que le trio OND est similaire mais avec une anomalie de hautes pressions plus au sud et un léger débordement sur l'Europe de l'ouest, ce qui veut dire qu'octobre serait plus sous régime AR alors que janvier lui serait plus favorable aux hautes élévations. Enfin quand on prend le trio DJF on ne voit pas de scénario concret qui se dégage hors une anomalie sur le sud de l'Europe. Synonyme de NAO+ dû à l'arrivée de février dans la balance ? Possible. On sent que pour l'heure décembre est bien défini, le trio DJF nous laisse penser que la NAO+ doit dominer en février et janvier reste cette figure de transition. On constate sur la projection NAO de ECMWF que l'incertitude est particulièrement élevée en décembre avec quand même une tendance possible à un NAO assez bas mais inversement la prise d'un NAO haut reste possible. On constate bien la tendance neutre de janvier signe d'un passage d'une synoptique vers une autre possiblement et février une tendance haute avec un risque NAO+ (Les limites des zones violet/gris et de la bande jaune correspondent aux 5e et 95e centiles, celles de la case violet/gris et de la bande orange aux terciles inférieur et supérieur, tandis que la médiane est représentée par la ligne à l'intérieur de la case violet/gris et bande orange.) Ce qui est donc plutôt intéressant c'est que les modèles viennent confirmer pas mal de constats effectués précédemment. Conclusion A partir de tous ces constats, en ce 31 août voilà vers quoi on pourrait s'orienter dans les mois à venir. Maintenant ceci peut bouger et il ne faut pas prendre au pied de la lettre, pour rappel on résonne à une échelle Europe-Atlantique en tendance saisonnière donc ces constats généraux peuvent vite être à géométrie variable pour la France même si ça donne quand même des idées directrices (bleu tendance hivernale (NAO-/BL), rouge tendance douce (NAO+), jaune tendance neutre (AR) : Quelques éléments d'explications. A mes yeux le trio d'influence PDO-ENSO-IOD devrait quand même influencer pas mal notre hiver, notamment le début et la fin. Ils dégagent de manière nette des constats NAO- en novembre-décembre et des constats NAO+ en février. Les autres indices viennent compléter ce constat. Le solaire favorise globalement une NAO- mais les SST Atlantique elles un NAO+ ce sont des indices globaux qui sont influents mais qui peuvent vite être déviés par des indices plus spécifiques comme l'ENSO. La concordance des modèles avec la certaine logique de la PDO/ENSO/IOD vient confirmer la probable influence de ces 3 indices. Pour l'heure novembre-décembre et février semblent quand même bien dégagé des tendances nettes, alors qu'octobre-janvier sont bien plus incertains. On pourrait croire le contraire en regardant le graphique ECMWF mais les tendances hivernales sont très souvent opposés à des risques doux dû aux mouvements de grandes ampleurs à l'échelle de l'hémisphère. Il faudra se méfier de deux facteurs : -Le premier est l'anomalie SST douce en sortie labrador, en cas de maintient, elle devrait favoriser l'activité dépressionnaire au sud du Groenland. Dans le cas où elle se maintient sur la zone ça pourrait favoriser des blocages de très grandes ampleurs sur l'Europe Atlantique (temps froid) mais dans le cas de débordement ceci pourrait rapidement verrouiller le nord de l'Atlantique et favoriser la NAO+. C'est cette transition qui semble possible en janvier avec une activité dépressionnaire qui se débloque vers l'est de l'Atlantique. -Les mouvements stratosphériques : même s'ils sont favorables à des mouvements de très grande ampleur en troposphère, ils peuvent rapidement favoriser des conditions douces du côté Europe-Atlantique si l'impact est côté Américain ou Est Russie. C'est d'ailleurs potentiellement un mouvement stratosphérique qui favoriserait la possible transition en janvier. On surveillera avec attention les mouvements précoces en novembre/décembre qui pourraient favoriser la logique NAO-/BL à l'image de 2010 2010 d'ailleurs qui ressort dans le couplage IOD-ENSO-PDO... Alors beaucoup parlent de 2010 dans leurs premières tendances ces dernières semaines, il est difficile de nier les similarités avec la logique IOD/ENSO/PDO, en plus de cela on aurait un QBO- (contrairement à 2010) ce qui favoriserait encore plus des mouvements précoce en novembre/décembre... Alors est-ce acté ? Non, car si on part par là plutôt que prendre 2010 sur le couplage IOD/ENSO/PDO on peut prendre 1974 et hormis un régime AR poussif en novembre décembre puis un NAO+ en janvier/février RAS. Donc la comparaison à 2010 reste osé, on n'aura pas forcément quelque chose d'aussi hivernal obligatoirement. Par contre le fait que les indices individuellement (si l'on prend IOD- seul, Nina EP/PDO-) favorisent du NAO-/BL en novembre-décembre donne du crédit à cette tendance car ces phénomènes se basent sur un nombre d'hiver bien plus conséquent. Le fait que les modèles saisonniers confirment cette tendance vient aussi donner un certain crédit au risque hivernal en début d'hiver et à un printemps précoce en février. Je reviens pour finir sur l'indice solaire qui est quand même dans une année (lag+9) où les anomalies sont très marqués en Europe-Atlantique, prouvant à quel point cette période (9ans après le pic) est favorable au régime NAO-. Peut être que notre soleil sera la bonne étoile pour les hivernophiles... En tout cas il faudra compter sur cet indice qui a une influence marquante sur des années qui ressortent statistiquement ( tel la 3, 4, 5, 8, 9, 10...). Affaire à suivre... Merci pour la lecture. Gugo Remerciement à @lolman123qui m'a dépanné pour un site que je ne trouvais plus et avec qui j'ai échangé sur la Nina. Sources : Général : http://www.cerfacs.fr/~cassou/Regimes/regime.html https://psl.noaa.gov/cgi-bin/data/composites/printpage.pl https://climatereanalyzer.org/wx/DailySummary/#t2anom Solaire : https://www.swpc.noaa.gov/products/solar-cycle-progression http://www.issibern.ch/teams/interplanetarydisturb/wp-content/uploads/2014/04/Mursula_03_2014.pdf https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/2013JD020062 QBO : http://la.climatologie.free.fr/stratosphere/stratosphere3.htm https://www.geo.fu-berlin.de/en/met/ag/strat/produkte/qbo/index.html https://acd-ext.gsfc.nasa.gov/Data_services/met/qbo/Singapore_u.png ENSO : https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf http://www.bom.gov.au/climate/enso/index.shtml#tabs=Outlooks https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/CFSv2seasonal.shtml https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2006RG000199 https://english.cas.cn/newsroom/archive/research_archive/rp2017/201705/t20170517_177122.shtml PDO : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4200402/ https://journals.ametsoc.org/view/journals/clim/30/9/jcli-d-16-0376.1.xml https://www.ncdc.noaa.gov/teleconnections/pdo/ IOD : https://ds.data.jma.go.jp/tcc/tcc/products/climate/ENSO/method.html http://www.bom.gov.au/climate/iod/ http://ds.data.jma.go.jp/tcc/tcc/products/elnino/iodevents.html http://www.bom.gov.au/climate/iod/#tabs=Positive-IOD-impacts http://www.bom.gov.au/climate/enso/indices.shtml?bookmark=iod http://www.bom.gov.au/climate/model-summary/#tabs=Indian-Ocean&region=NINO34 TNA : https://www.metoffice.gov.uk/research/climate/seasonal-to-decadal/gpc-outlooks/atlantic-indian-ocean SST : http://www.umr-cnrm.fr/recyf/IMG/pdf/Cassou_la_meteorologie_04.pdf Modèles : https://www.tropicaltidbits.com/analysis/models/?model=cfs-mon&region=eu&pkg=z500aMean&runtime=2018072518&fh=0 https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/seasonal_system5_standard_mslp?facets=Type,Forecasts&time=2021080100,744,2021090100&area=GLOB&stats=ensm https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/seasonal_system5_climagrams_teleconnection?facets=Type,Forecasts&time=2021080100,0,2021080100&index_type=NAE
    61 points
  2. Depuis le temps, t'as dû fonder une abbaye.
    59 points
  3. L’hiver approche à grands pas. Allons-nous poursuivre la récurrence d’hivers doux entamé en 2014 ou allons-nous la quitter ? Divers facteurs vont ce jour dans le sens d’un hiver nettement plus froid que les précédents, notamment en première partie. Nous observons des changements majeurs par rapport aux dernières années dans l’Atlantique Nord avec la mise en place probable d’une nouvelle phase chaude dans le Gyre Subpolaire Nord-Atlantique (entre le Labrador et l’Islande au-dessus de 50°N) dont les implications et mécanismes seront largement discutés dans la partie dédiée à l’indice. Il existe effectivement des preuves robustes que le SPGNA (Subpolar Gyre in North Atlantic) bascule actuellement dans une nouvelle phase chaude avec la mise en place d’un transfert de chaleur océanique rapide depuis cet hiver dans ce dernier en provenance de la branche de l’AMOC située aux latitudes moyennes (40-50°N), dont les impacts en profondeur (en particulier vers 300m) commencent à devenir visible. La bulle froide dominante depuis 2014 semble donc sérieusement mise à mal, et cela pourrait favoriser des hivers futurs dominés par une NAO- plus récurrente en raison d’une diminution du gradient de température lié au réchauffement du SPGNA. En parallèle, nous observons de fortes similitudes avec le processus de basculement de 1995-1996-1997 où le SPGNA avait brutalement basculé d’une phase froide à une phase chaude en réponse à un déblocage du transfert par la NAO- durant l’hiver 1996 après plusieurs hivers sous NAO+ ayant renforcé le transfert de chaleur océanique vers le nord (5 à 6 ans de décalage pour un impact sur le SPG). Cela semble donc le changement majeur à suivre pour l’hiver 2022, associé à l’Activité Solaire particulièrement favorable à une NAO- récurrente, en plus du fort QBO- et du PDO- ainsi qu’une Nina faible à modérée. Un hiver potentiellement plus intéressant que ces 8 derniers se profile. Par ailleurs, je tient à préciser que ce travail est l'équivalent de 80 pages en format PDF. J'ai particulièrement poussé l'analyse cette fois-ci dans le but de fournir des résultats plus précis et fiables. Les principales sources permettant d’illustrer ces tendances sont issues des sites suivants : https://crudata.uea.ac.uk/cru/data/nao/viz.htm (NAO) https://www.star.nesdis.noaa.gov/smcd/emb/snow/HTML/snow_extent_monitor.html, https://ccin.ca/index.php/ccw/snow/current (Enneigement) http://www.sidc.be/silso/ssngraphics (Activité solaire) https://climatereanalyzer.org/, https://cyclonicwx.com/sst/ (SST Atlantique et TNA, ENSO, Évolution de la T°C) https://acd-ext.gsfc.nasa.gov/Data_services/met/qbo/ (QBO) https://s2s.worldclimateservice.com/climatepanel/ (PDO) http://www.bom.gov.au/climate/enso/ (ENSO) https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/precip/CWlink/pna/pna.sprd2.gif (PNA) https://nsidc.org/data/seaice_index (Glace Arctique) https://www.stratobserve.com/anom_ts_diags (Stratosphère) https://spaceweather.com/ (Thermosphère) https://climate.copernicus.eu/charts/c3s_seasonal/ (Ensemble des modèles saisonniers) D’autres sources pouvant être utilisées, ces dernières seront alors mentionnées en temps utile. Les indices utilisés au sein de la présente tendance se comptent au nombre de 13 (modèles inclus, voir table des matières) et sont les suivants : NAO/AO, représentant l’oscillation nord-atlantique ainsi que l’oscillation arctique respectivement, la première se situant dans l’atlantique nord, la seconde dans l’arctique respectivement à leur nom. Ces deux indices comprennent deux phases, l’une positive, l’autre négative. Lorsque la NAO est en phase positive, un temps doux et humide prédomine en Europe (présence de zonal atlantique - basses pressions circulant d’ouest en est) et inversement avec la phase négative où un temps froid et généralement humide (parfois sec si continental) est favorisé en Europe du Sud, mais plus doux et sec en Europe du Nord en raison de hautes pressions aux hautes latitudes (en automne). Concernant l’AO, cette dernière est similaire, une phase AO+ se caractérise par un Vortex polaire troposphérique (vortex de basses pressions tournant d’ouest en est en hiver) renforcé, apportant généralement un temps doux à travers l’hémisphère nord, et inversement avec un AO- (Vortex Polaire Troposphérique (VPT) affaiblis) favorisant un temps froid en Sibérie, Amérique du nord, Eurasie principalement, l’Europe dépendant surtout de la NAO. Enneigement en Sibérie, indice représentant l’enneigement sur la Sibérie et pouvant servir à établir des liens entre son état (plus ou moins d’enneigement) et l’état des réserves froides à travers la Sibérie en automne (pouvant servir à faire ressortir des choses comme un risque de froid tardif, ou inversement), mais aussi les perturbations potentielles du vortex polaire stratosphérique en Hiver (vortex tourbillonnant classiquement d’ouest en est à 30km d’altitude en hiver, excepté perturbation majeure). Activité solaire, influençant potentiellement la météo à l’échelle locale¹²³ (par exemple, l’Europe, l’Amérique du nord, ou encore l’Arctique) en fonction de son état (fort, en baisse, faible, en hausse, au pic…), mesuré avec le nombre de taches solaires à la surface du soleil, suivant un cycle de 11 ans durant lequel un pic maximum et un pic minimum sont atteints tous les 6 ans environ, d’autres cycles de 22, 33, … ans existant également. Les impacts seront abordés lors du chapitre dédié. SST Atlantique Nord, MOC, qui comme leur nom l’indique, se situent dans l’Atlantique nord et permettent d’anticiper les évolutions (réactions) possibles en réponse à leur état, dans une zone sensible en particulier : le Gyre Subpolaire de l’Atlantique nord (se situant au sud du Groenland, entre 50-65°N et 25-60°W), qui semble être un grand influenceur de la synoptique (lors d’une phase plus chaude, un régime NAO- ressort plus souvent, et inversement, notamment en hiver mais également valable en automne). Quant au MOC, ce dernier est l’abréviation de “Meridional overturning circulation” et se situe à 26°N, observé par le réseau RAPID qui mesure sa force ainsi que d’autres paramètres relatifs à ce dernier. Un MOC affaibli peut entraîner plusieurs extrêmes comme un froid intense en Europe Occidentale, USA en hiver ainsi qu’une douceur extrême au Groenland, Canada, Québec, mais aussi une chaleur extrême en Afrique (cas de 2010) avec résurgence potentielle l’hiver suivant, pouvant conférer un bon potentiel de prévision en tendance saisonnière. En revanche, lors d’un MOC renforcé, des canicules plus fréquentes en été sont possibles, ainsi que des hivers particulièrement doux en Europe, USA et plus froid au Groenland, Canada principalement (c’est le cas depuis 2015, hormis sur l’hiver 2020-2021 plutôt doux sur le Canada, les USA… et plus froid en Europe, Sibérie) TNA, abréviation de “Tropical north atlantic” et se situant au nord de l’Atlantique tropical. Cet indice va de pair avec les SST Nord-atlantiques, vu qu’il existe des formations en Fer à cheval ou tripôle entre ces deux zones (SST - Sea surface temperature - plus chaude dans le SPG et sur la TNA, plus froides sur la zone du MOC, ainsi que plus froides dans le SPG et sur la zone de la TNA, plus chaudes sur la zone du MOC respectivement) en fonction de sa phase (positive ou négative), un régime NAO- ou NAO+ va être favorisé. QBO, représentant l’oscillation quasi-biennale (Quasi-biennal oscillation en anglais) aux tropiques, situé en stratosphère et possédant deux phases (positives et négatives) se succédant tous les 14 mois environ. Une phase positive va, en fonction d’autres indices favoriser ou non un régime NAO+, et inversement. Cependant, depuis 2016 des perturbations sont apparues au sein du présent indice, rendant plus aléatoire l’anticipation des impacts potentiels. PDO, abréviation de “Pacific decennal oscillation” représenté par un tripôle froid-chaud-froid dans le Pacifique nord sur les SST lors de sa phase négative, et inversement lors de la phase positive. En fonction de la phase de l’ENSO, du QBO, le PDO peut favoriser certaines choses, allant jusqu’à une modification potentielle des SST nord-atlantiques¹ ENSO, SOI, abréviation de “El nino southern oscillation” et “Southern oscillation index”, comportant 3 phases pour l’un, 2 pour l’autre : El Nino, Nada, La Nina (située aux tropiques) pouvant influencer l’atmosphère sur diverses parties du monde, jusqu’en Europe. Le SOI, lui, comprend les phases négatives (caractérisant un épisode El nino), et positives (épisode La nina). La phase neutre pourrait être attribuée. Cet indice représente la différence de pression entre Tahiti et Darwin. PNA, qui comme son nom l’indique (Pacific/North American pattern) se situe dans le Pacifique nord, à cheval avec l’Amérique du nord. Il comprend deux phases (positives et négatives) qui peuvent favoriser un régime NAO-/NAO+ respectivement. En fonction de la phase de l’ENSO, la réponse peut être modifiée (par exemple, pendant El nino et PNA+, les dorsales nord-américaines sont diminuées entraînant un NAO-, tandis que La Nina va favoriser un NAO+ lors d’une PNA-, et par inversion un NAO- lors du PNA+) en renforçant le régime favorisé. Il est à noter qu’un PNA+ favorise de la douceur sur l’ouest de l’Amérique du Nord et du froid sur la partie est, inversement lors de la phase négative. Stratosphère, étant un indice concentré sur la stratosphère (vers 30km d’altitude), cette dernière abritant un vortex polaire puissant tout au long de l’hiver jusqu’en mars/avril environ avant une perturbation finale qui tue ce vortex jusqu’au milieu de l’automne suivant. La stratosphère présente un potentiel de prévisibilité plus lointain que la troposphère, et est donc particulièrement utile. Lors de perturbations majeures, le vortex peut s'éclater en 2 parties et favoriser du froid sur les latitudes moyennes de l’hémisphère nord, sans garantie de réussite toutefois (ce n’est pas automatique !!) Thermosphère, pouvant favoriser certains régimes (décalage possible +/- 1 an) en fonction du stade dans le cycle, d’une durée de 11 ans. Il devrait favoriser une NAO- et des conditions humides et froides au cours de l’hiver 2022 en Europe Occidentale et présente un taux de réussite de 70 à 80% de décembre 2020 à août 2021 à l’échelle de l’hémisphère nord (moins en juin). Glace Arctique, qui comme son nom l’indique est un indice en relation avec l’englacement Arctique, en diminution depuis 1980. Certaines zones du bassin Arctiques sont particulièrement intéressantes vis-à-vis de la tendance saisonnière, à savoir Barents-Kara et Barents en particulier. L’état d’englacement de ces zones peut favoriser/modifier la circulation atmosphérique à l’échelle de l’AO, mais aussi de la NAO¹²³ Un englacement plus faible va favoriser un afflux de chaleur en hiver sur la zone, pouvant monter jusqu’en stratosphère et perturber le VPS, de plus en plus d’études vont en ce sens. Les conséquences peuvent donc passer par des extrêmes froids plus fréquents aux latitudes moyennes de l’hémisphère nord, associé à des extrêmes doux/chauds plus importants sur l’Arctique, et inversement lors d’un plus fort englacement. Modèles saisonniers, qui sont un ensemble de 7 modèles saisonniers mondiaux et permettent de faire ressortir une tendance pour la saison à venir, basé sur l’ensemble du système climatique à partir des conditions initiales. L’ensemble des indices utilisés ainsi que leur explication ayant été présenté, nous allons à présent nous pencher sur la méthode permettant de tirer une tendance mensuelle. La méthode consiste à rassembler tous les indices en fonction de leur poids afin de faire ressortir une tendance globale la plus précise possible (et en prenant compte du forçage induit par le RCA si possible). Certains indices favorisant des variations intra-saisonnières sont particulièrement utiles dans la tendance mensuelle. Les indices sont regroupés en 3 groupes: indices favorisant un temps frais, neutre, doux par rapport aux normes mais aussi humide, normal, ou sec pour la saison. La méthode présente néanmoins certaines limites, que nous verrons dans la section suivante. Comme toute méthode de prévision ou tendance, la présente méthode présente des limites, qui sont les suivantes : Le regroupement des indices permet de dégager une tendance globale, mais en raison d’éventuel facteur non pris en compte ou du réchauffement climatique, la fiabilité peut se retrouver limitée et fausser les tendances. La tendance dégagée à l’échelle mensuelle est globale, et des épisodes de douceur importants, ou de fraîcheur peuvent être ratée, faussant en partie ou totalement la tendance. Les anomalies prévues peuvent être trop ou pas assez fortes en raison du caractère parfois incertain des indices où rien ne ressort de façon significative, mais aussi et principalement du réchauffement climatique. Il convient donc de rester prudent face aux présentes tendances qui ne sont que des tendances globales pour x mois, et pas précises au jour près, ainsi, des erreurs sont possibles. Nous allons à présent voir les indices un par un, afin de voir leurs évolutions récentes ainsi que les impacts futurs pour notre hiver 2022. La NAO a tendance à être constituée de clusters d’une durée de 3 à 4 ans pour une récurrence d’environ 5 ans. L’hiver 2020-2021 a marqué la fin du cluster de NAO+ ayant commencé durant l’hiver 2013-2014, soit 7 ans consécutifs, marquant potentiellement le début d’une série d’hiver sous NAO-. La fig.1 montre l’évolution temporelle de la NAO hivernale depuis 1659 : (Fig.1 - Évolution de la NAO hivernale depuis 1659) Nous remarquons 5 périodes importantes, à savoir 3 renforcements linéaires et 2 chutes. Un crash de la NAO est constaté de 1930 à 1980 avant une reprise. Ce crash sort de la variabilité constatée jusqu’alors, et pourrait être attribué à une modification durable des SST Atlantiques (soit une persistance d’une anomalie au sein du MOC Atlantique) se caractérisant par un schéma de MOC Atlantique durablement affaibli. La fig.2 montre la différence des SST Atlantiques hivernales de 1951 à 1980 par rapport à 1981-2010. (Fig.2- Représentation schématique du schéma ayant potentiellement entraîné le crash de la NAO hivernale) La fig.2 met en évidence un schéma propice à l’installation durable de la NAO- avec une réduction significative du gradient de SST se reflétant probablement en surface. D’autre part, cela était couplé à une phase PDO- durable ayant probablement motivé et renouvelé le processus. Ce schéma a probablement contribué à l’initialisation du renforcement N°3 avec des processus océaniques retardés et enclenchés par un basculement de phase de la NAO (voir mon travail sur les influences du MOC Atlantique sur les hivers européens). Ainsi, l’océan Atlantique semble être à l’origine de ce décrochage. L’évolution de la T°C hivernale montre un réchauffement différent en fonction des mois. Le mois de janvier est le mois présentant le plus fort réchauffement tandis que février se réchauffe très lentement et reste dominé par la forte variabilité naturelle. Décembre est le mois se réchauffant le moins derrière février. Les figs.3, 4 et 5 représentent l’évolution de l’anomalie de la température hivernale par rapport à 1981-2010 de façon mensuelle depuis 1900. (Fig.3 - Évolution de la température en Décembre depuis 1900 par rapport à 1981-2010) Nous remarquons plusieurs choses au cours du mois de Décembre. Premièrement, l’impression d’avoir connu un fort réchauffement en Décembre sur la période 2011-2021 associé au réchauffement de fond n’est pas forcément vraie. D’autres réchauffements abrupts ont eu lieu par le passé mais d’ampleur moindre, le dernier étant sans doute amplifié par le réchauffement climatique. Néanmoins, la nuance importante est que le réchauffement climatologique n’a pas été particulièrement fort sur la période (tendance mobile climatologique stable à légèrement plus haute). Il ne faut pas tomber dans le piège selon lequel on a l’impression que le fort réchauffement de Décembre sur 2011-2021 est exclusivement dû au réchauffement, bien que sans doute amplifié par ce dernier. Ce réchauffement brutal pourrait en partie s’expliquer par une persistance remarquable d’une NAO+ durant toute la période, moins en 2021, de même pour les réchauffements brutaux précédents. Nous remarquons par ailleurs des similitudes avec le réchauffement de la période 1910-1923. Deuxièmement, nous remarquons qu’un refroidissement marqué se produit de façon quasi-systématique à l’issue des réchauffements brutaux, excepté lors de l’avant-dernier où ce dernier semble très raccourci, probablement à cause du RC. Les réchauffements abrupts durant environ 5 à 9 ans, cela indique qu’un refroidissement marqué et temporaire des mois de décembre est possible prochainement. Ceux-ci ont systématiquement été marqués par une anomalie proche de -2°C lors de la première année, suggérant qu’une anomalie vers -1/-1.5°C semble possible en ajoutant le réchauffement de fond, mais que l’on ne sait pas précisément quand cela se produira. Dernièrement, on observe une récurrence cyclique dans l’émergence des réchauffements abrupts en Décembre d’environ 23 ans en moyenne (cycle solaire de Hale) pour un écart-type allant de 18 à 30 ans. La fin du dernier réchauffement s’étant produit vers 1990, nous sommes à 21 d’intervalle pour le début du réchauffement en 2011, ce qui est dans les clous. La fig.4 montre le même graphique pour Janvier. (Fig.4 - Évolution de la température en Janvier depuis 1900 par rapport à 1981-2010) Le mois de janvier présente un schéma fondamentalement différent du précédent au sein duquel 2 réchauffements brutaux probablement naturels sont identifiables tandis qu’un réchauffement persistant depuis 1987 est visible, associé au réchauffement de fond. Ce réchauffement limite considérablement la variabilité interannuelle avec une seule période véritablement froide en 2009-2010, trahissant potentiellement un pseudo-arrêt dans la phase douce tel qu’observé après les périodes douces de 1920 et 1970 marquées par un refroidissement brutal de court-terme (à haute fréquence). Nous remarquons par ailleurs un refroidissement ponctuel très fort d’une récurrence moyenne d’environ 20 ans ne s’étant jamais arrêté. Il est possible que les mois de Janvier 2009 et 2010 appartiennent à ce cycle, mais de toute évidence, le froid a été minoré. En outre, les réchauffements brutaux semblent posséder une durée allant de 10 à 15 ans, ce qui semble cohérent avec l’arrêt temporaire de celle-ci en 2009, avec, néanmoins, une période beaucoup plus longue de 22 ans. En Janvier 2022, cela fera donc 12 ans, ce qui suggère la possibilité de la survenue d’un mois de janvier plus froid quelque part ces prochaines années, si l’on excepte Janvier 2017. Enfin, la fig.5 met en évidence une lente évolution au cours du mois de Février restant très chaotique : (Fig.5 - Évolution de la température en Février depuis 1900 par rapport à 1981-2010) Plusieurs cycles et périodes intéressantes sont identifiables au sein de la fig.5, à savoir deux réchauffements abrupts d’une durée assez longue (15 à 20 ans environ) systématiquement suivis de conditions plus froides durant plusieurs années ainsi que des schémas cycliques d’une récurrence de 20 à 30 ans se caractérisant par un premier creux suivi quelques années après d’un double creux graduellement plus doux parfois précédé par un mois de février doux à très doux d’ampleur variable. Un 3ème rebond est même visible mais ne nous intéresse pas ici. La fig.5 met en évidence que le premier creux froid se situe vers -4°C d’anomalie excepté en 2012 où ce dernier était vers -3°C (mais -4°C selon les données de MF), tandis que le rebond connaît une anomalie variable allant de -2 à -3°C, et le second creux se situe entre -1.5 et -3.5°C avec une préférence vers -1.5/-2°C lors des derniers schémas. Ceci indique que l’anomalie diminue graduellement en avançant dans les rebonds. L’inverse est aussi vrai avec la présence d’un schéma allant dans le sens d’un refroidissement graduel en février qui ne sera pas abordé dans cette première tendance hivernale. L’intervalle entre les rebonds est généralement de 3 ans mais peut aller jusqu’à 5 ans. Cela tombe donc entre février 2021 (qui n’a pas été froid) et février 2023 pour une médiane tombant sur 2022. Ceci converge donc vers la possibilité d’un mois de février assez froid à court-terme. Dans l’ensemble, les statistiques convergent vers un hiver plus froid à court-terme dont l’année d’occurrence est difficile à évaluer précisément. L’intégralité des 3 mois hivernaux pourrait être plus froids à court-terme selon les récurrences cycliques, tandis que la NAO hivernale est peut-être rentrée dans un nouveau cluster de NAO-. L’enneigement Eurasien peut contribuer à favoriser des perturbations au sein du Vortex Polaire Stratosphérique, notamment en fin d’hiver, si celui-ci est plus fort que la normale en début d’hiver/fin d’automne. Les modélisations actuelles vont dans le sens d’un VPS précocement affaibli favorable à l’AO- et donc à l’enneigement en Eurasie/Sibérie. La fig.6 montre ce schéma. (Fig.6 - Moyenne C3S de l’anomalie des Géopotentiels à 500hpa pour le trimestre OND) Ce type de circulation très méridienne est favorable à un enneigement conséquent en Eurasie/Sibérie. La fig.7 montre l’anomalie des Géopotentiels à 500hpa après un mois de novembre particulièrement enneigé en Eurasie (> 1 million de km² d’anomalie). Fig.7 - Anomalie des Géopotentiels à 500hpa en hiver après un mois de novembre présentant une anomalie supérieure à 1 millions de km² d’enneigement sur l’Eurasie) Nous remarquons la mise en place d’un affaiblissement du Vortex Polaire Troposphérique en Janvier aboutissant à un NAO- après un mois de Décembre zonal, tandis que Février se démarque par un régime de dorsales Atlantiques et par un changement de régime dans le Pacifique passant des dorsales aux dépressions. Dans l’ensemble, la seconde partie partie de l’hiver est plus froide sur l’Europe Occidentale lors d’un enneigement excédentaire en Novembre sur l’Eurasie. La fig.8 montre l’anomalie des Géopotentiels en Stratosphère. (Fig.8 - Anomalie des Géopotentiels à 30hpa en hiver après un mois de novembre présentant une anomalie supérieure à 1 millions de km² d’enneigement sur l’Eurasie) Un affaiblissement majeur du Vortex Polaire Stratosphérique (SSW) est observé en Janvier conformément aux observations en troposphère, suivi d’un lent renforcement du VPS en Février. Ce schéma va dans le sens d’un mois de Janvier plus propice au froid, il en va de même pour Février, tandis que le placement de la déstabilisation du VPS en Décembre est propice à la douceur en Europe Occidentale. Dans l’ensemble, l’indice va dans le sens d’une seconde partie d’hiver plus froide soutenue par certains indices que nous verrons plus tard. Le minimum de l’activité solaire a eu lieu durant l’hiver 2019/2020 et nous sommes maintenant 2 ans après ce minimum pour l’hiver 2021/2022, au sein duquel un fort signal de NAO- ressort d’après certaines études. La fig.9 met en avant l’impact de l’Activité Solaire 2 ans après le minimum sur les hivers au travers de la planète. (Fig.9 - Anomalie de la pression au niveau du sol 2 ans après le minimum solaire - Source) La fig.9 montre que les hivers 2 ans après le minimum solaire se caractérisent par des conditions hivernales en tout point de l’Hémisphère Nord sauf sur l’extrême nord du Québec, au Groenland et sur l’Arctique dominé par un VPT affaibli. La présence d’un “Pacific Ridge” (PR) centré relativement à l’ouest de la côte ouest de l’Amérique du Nord favorise une circulation méridionale avec des talwegs puissants sur ce dernier continent motivant des dorsales Atlantiques et un schéma AO-/NAO- récurrent. Par ailleurs, mes recherches montrent qu’un affaiblissement précoce du VPS (en Décembre) est probable cette année, favorisant des conditions hivernales en Décembre-Janvier, moins en Février. J’y reviendrai sur l’indice “Thermosphère”. En outre, le statut de l’Activité Solaire favorise la même chose que lors de l’hiver 2010/2011 dominé également par le lag+9 (9 ans après le maximum solaire). Finalement, l’indice va plutôt dans le sens d’un hiver assez froid en Europe. La fig.10 montre par ailleurs une forte similitude avec l’hiver 2010-2011 en raison du déroulement très similaire à la reprise de l’activité solaire de 2010 avec un décalage de quelques mois. (Fig.10 - Nombre mensuel de taches solaires depuis 2009 - SILSO) L’activité solaire part donc analogiquement sur l’hiver 2010-2011. Les indices semblent par ailleurs favoriser un déroulement proche de l’hiver 2010-2011 dans l’ensemble. Les SST Nord-Atlantiques vont jouer un rôle central dans notre hiver avec le basculement potentiel en cours dans une nouvelle phase chaude comme cela a été souligné dans l’introduction. La bulle froide alors prédominante depuis l’hiver 2013/2014 devrait être considérablement affaiblie cet hiver ayant pour conséquence une NAO- plus probable et plus durable en fonction de l’état de l'avancée du transfert de chaleur océanique au début de l’hiver. La fig.11 montre la progression du transfert de chaleur océanique entre 1995 et 1997 lors du basculement abrupt du Gyre Subpolaire Nord-Atlantique (situé entre le Labrador et l’Islande de 50 à 65°N) de la phase froide à chaude. (Fig.11 - Évolution de l’OHC (Ocean Heat Content) lors du basculement du SPG de 1996 - NCEI) Nous remarquons qu’une extension progressive de la chaleur contenue sur la côte est de l’Amérique du Nord a précédé le transfert, s’étant ensuite rapidement propagé au sein du SPG avant de l'envahir complètement. Il ressort en outre que le transfert à commencer à l’est du SPG avant de se propager vers l’ouest (non représenté ici), la circulation océanique tournant dans un sens antihoraire dans ce Gyre. Le transfert s’est terminé moins de 2 ans après. L’hiver 1996-1997 a par ailleurs été dominé par des conditions froides en première partie (décembre-janvier) avant de renouer avec des conditions plus douces, faisant ainsi de 1997 un analogue intéressant pour l’hiver 2022. Les indices étaient plus ou moins cohérents avec ce dernier. La fig.12 démontre que l’évolution de la situation depuis 2020 est très similaire au transfert de 1996. (Fig.12 - Évolution de l’OHC (Ocean Heat Content) lors du basculement du SPG de 2021 - NCEI) Nous remarquons une extension vers le nord-est précédant une intrusion plus massive de la chaleur dans le Gyre, comme en 1996. Cela s’est véritablement débloqué à partir de l’hiver 2020-2021 probablement en raison de la NAO- persistante ayant débloqué le transfert, à l’image de l’hiver 1996 ayant enclenché le processus. Au printemps 2021, nous étions à la moitié du processus (hiver-été 1996), mais les données journalières d’ORA5 (réanalyse d’ECMWF) suggèrent que le transfert a bien progressé et est désormais au niveau de l’automne 1996 soit finalisé à environ 75%. Une nouvelle phase chaude dans le SPG semble donc imminente si rien ne vient contrarier la suite du processus tel qu’un zonal durable. (Fig.13 - Évolution de l’OHC à 300m depuis le 13 août - ORA5) D’autres preuves plus indirectes mettent également en évidence ce réchauffement. La fig.14 illustre cela : (Fig.14 - Évolution temporelle de l’OHC sur 0-700m sur la branche ouest et nord de l’AMOC (Labrador et SPG) - NCEI) Le schéma ayant précédé le réchauffement brutal du SPG en 1996 se caractérise par 2 réchauffements importants de la branche ouest de l’AMOC entrecoupés d’un refroidissement. Un refroidissement final a lieu à l’issue des 2 réchauffements, marquant le début du réchauffement abrupt du domaine avec un transfert massif de chaleur vers le nord. Le graphique de droite montre la situation actuelle, ressemblant fortement à 1996 avec la présence de 2 réchauffements entrecoupés d’un refroidissement. Cela suggère qu’un refroidissement final à court-terme est possible sur la branche ouest de l’AMOC se soldant par un réchauffement brutal du SPG, comme cela semble le cas actuellement. En outre, la fig.15 montre l’évolution temporelle de la NAO hivernale pendant et avant le basculement. Au sein de celle-ci est discernable un basculement en NAO- enclenchant le processus de basculement de phase au sein du SPG après une longue phase de NAO+. (Fig.15 - Évolution temporelle de la NAO avant et pendant le basculement abrupt du SPG) Nous allons à présent voir les conditions de surface ainsi que les impacts possibles sur notre hiver d’une nouvelle phase chaude. La fig.16 montre l’anomalie des SST du 14 septembre. (Fig.16 - SSTA de l’Atlantique Nord au 14 septembre) Un schéma tripolaire de type chaud-froid-chaud ressort de manière assez faible, par manque d’anomalies froides allant du Golf du Mexique au Labrador. Les SST sont globalement cohérentes avec l’anomalie observée sous la surface. Ce type de schéma va probablement favoriser une NAO- s’il persiste. D’autre part, les SST de mai révèlent une signature tripolaire chaud-froid-chaud pouvant signifier la réémergence de cette anomalie en début d’hiver favorisant une NAO-. Le Golf du mexique semble plus frais ces derniers temps, pouvant être un précurseur de changements à venir plus à l’est. La relation linéaire ainsi que l’évolution temporelle entre la différence des anomalies de SST sur la côte est des USA et l’Islande en hiver et les températures en France est mise en avant sur la fig.17. (Fig.17 - Relation entre le gradient de SST et la Température hivernale en France métropolitaine) La fig.17 expose une forte sensibilité de la température Française à l’océan en Décembre (R=0.42 et 59.97% de la variance totale moyenne explicable par le gradient de SST) diminuant en Janvier avant de devenir négligeable en Février (R=0.22 et variance explicable de 35.94%). Ainsi, le gradient de SST a un plus fort impact sur le début de l’hiver que sur la fin. Nous pouvons dire que la température française est sensible à l’état des SST Atlantiques en Décembre et Janvier tandis qu’elle y est significativement moins sensible en Février, mois très chaotique et probablement très influencé par l’état du VPS très chaotique en Février. L’est du SPG Atlantique entrant lentement dans une nouvelle phase chaude, cela devrait contribuer à favoriser une diminution du gradient entre la côte est des USA et l’Islande, ce qui devrait contribuer à un mois de Décembre plutôt normal à légèrement plus frais. La fig.18 montre l’anomalie des Géopotentiels à 500hpa ainsi que l’anomalie de température en Décembre lors d’un gradient neutre à légèrement négatif (intervalle +0.3 ; -0.5). Le reste de l’hiver étant plus incertain, il est moins facile de comparer. Dans l’ensemble, DJF devrait observer un gradient proche du neutre à légèrement positif, propice à un hiver classique en termes d’anomalies de température. Plus de précisions sur les autres mois dans la prochaine mise à jour. (Fig.18 - Anomalie des géopotentiels à 500hpa, température et humidité) Dans l’ensemble, les SST Atlantiques ainsi que le MOC devraient aller dans le sens d’un hiver classique à légèrement plus doux avec la réduction du gradient de SST entre la côte est des USA et l’Islande, réduisant le zonal en raison d’une nouvelle phase chaude en cours d’installation. Il a été parallèlement mis en évidence une sensibilité graduellement décroissante de la température française au gradient de SST méridional de l’Atlantique Nord. Les mois de Décembre et Janvier y sont très sensibles, tandis que Février n’y est pas significativement sensible (R=0.22 et variable explicable de 35.94%). Environ 60% de la variabilité observée en Décembre et Janvier s’explique par ce gradient, laissant 30% de variabilité externe à ce dernier pour influencer ces mois, conférant un potentiel de prévisibilité élevée en début d’hiver si les SST sont correctement prévus. En outre, la moyenne des modèles montre une réduction de ce dernier par rapport aux autres hivers avec le réchauffement du SPGNA confirmant les observations montrant le début d’une nouvelle phase chaude. L’intensité des anomalies demeure néanmoins incertaine en raison de l’incertitude liée à la vitesse du transfert de chaleur et de son déroulement (sera-t-il ralentit ou non?). La TNA est également un grand influenceur du climat Européen en raison de ces variations associées à l’état des SST Atlantiques plus au nord par transfert de chaleur océanique retardée. Une TNA+ favorise une NAO- en forçant un tripôle chaud-froid-chaud tandis que la TNA- favorise l’inverse. La figure ci-contre montre l’évolution temporelle de l’état de la TNA depuis 1982 ainsi que ces principales évolutions. (Fig.19 - Évolution temporelle de la TNA - OOPC) Nous distinguons une phase froide s’étendant des années 1983 à 1995 et une phase chaude allant de 1996 à aujourd’hui. Le basculement de 1996 est sans doute lié au basculement enregistré au même moment dans le SPG comme nous l’avons vu ci-dessus. Nous remarquons plusieurs pics froids non significatifs au sein de la phase chaude suivis d’un retour aux conditions ultérieures 5 à 6 mois plus tard. Un pic extrême est clairement différentiable du reste de la série chronologique associé à un ralentissement extrême et abrupt du MOC Atlantique à 26°N relativement bien documenté dans la littérature scientifique. En outre, ce pic a été associé à un hiver particulièrement froid et a précédé un mois de décembre 2010 exceptionnellement froid en Europe. Les prévisions actuelles vont globalement dans le sens d’une TNA neutre sur le trimestre hivernal avec la possibilité d’une TNA légèrement positive en Décembre. Ainsi, cet indice ne devrait pas favoriser grand-chose pour l’hiver 2022. (Fig.20 - Modélisation de l’état de la TNA par C3S pour DJF) Le QBO devrait être fortement négatif cet hiver, favorisant des perturbations au sein du Vortex Polaire Stratosphérique. La fig.21 montre l’évolution du QBO depuis fin 2018. Nous y observons les différentes phases du QBO ainsi qu’une perturbation majeure de la phase est fin 2019. (Fig.21 - Évolution temporelle du QBO depuis fin 2018 - Vent zonal) Le QBO- a soudainement sauté sa phase au cours de l’hiver 2019/2020, entraînant une phase ouest précoce et plus basse que d’habitude. Par conséquent, la phase est n’a pas été complètement coupée et celle-ci semble particulièrement faible. Cette mauvaise rupture dans la phase pourrait avoir de multiples implications sur la phase est actuelle, notamment sur la température se comportant de façon anormale actuellement. (Fig.22 - Évolution temporelle du QBO depuis fin 2018 - Température) La fig.22 montre une évolution anormale de la température sur la zone du QBO depuis début 2020 avec la mise en place d’anomalies chaudes très rapidement, se propageant quasi instantanément en surface sans anomalies froides pour ralentir cela, ce qui est très inhabituel, pour ne pas dire inédit. On associe d’habitude les anomalies de température à la phase du QBO (voir fig.23), ce qui ne semble plus du être le cas depuis début 2020. En parallèle de cela, une anomalie négative s’est propagée instantanément en surface en Février 2020, ce qui est très inhabituel. Des anomalies chaudes sont ensuite apparues entre 50 et 100hpa et 10 à 25hpa, ce qui n’est pas du tout la structure habituelle du QBO-. Cela pourrait trahir que la phase est a échoué à se mettre en place début 2020 en raison de la mauvaise rupture de celle-ci. Ainsi, nous pourrions être actuellement dans un faible QBO-, ou pire, dans un QBO+ caché. La fig.23 montre le caractère exceptionnel du schéma actuel. (Fig.23 - Évolution du QBO depuis 1980 - Température) On observe au sein de la figure ci-contre une absence de jonction lors de l'établissement de la phase est, l’affaiblissant considérablement. Cela est par ailleurs inédit, et ressemble à l’inverse de 2016-2017. La température semble trahir une structure de QBO+ descendant avec les restes d’un faible QBO- plutôt qu’une phase QBO- descendante. L’indice est donc incertain, et rien n’en ressort étant donné la contradiction entre les vents zonaux et la température. Un QBO+ associé à La Nina ne serait pas favorable à un ralentissement du VPS alors qu’un QBO- y est favorable, ce qui a des implications considérables. Néanmoins, si jamais le QBO- s’imposait malgré ce schéma, un hiver dominé par une alternance entre NAO+ et son opposé ne serait pas à exclure, ce que montre la fig.24 montrant la moyenne mensuelle hivernale de l’anomalie des géopotentiels à 500hpa lors d’un fort QBO-. (Fig.24 - Évolution mensuelle de l’anomalie des Géopotentiels à 500hpa en hiver lors d’un fort QBO-) Un hiver alternant ressort lors d’un fort QBO- avec les plus forts signaux en Décembre et Février tandis que Janvier se démarque par une plus nette incertitude sur l’Atlantique. Un signal de flux de nord-ouest sur l’Europe Occidentale associé à de faibles dorsales Atlantiques ressort en Décembre alors que Janvier est plus flou mais apparaît comme un signal de flux de Nord/Nord-ouest plus ou moins doux, tandis que Février se caractérise par un signal d’AS propice au froid continental, propulsé par des talwegs récurrents sur l’Atlantique. La France semble se situer en marge du flux continental en Février avec de fréquents conflits de masse d’air. Un VPT faible ressort en Décembre et Janvier tandis qu’il semble plus fort en Février. En revanche, il ne ressort rien sur la moyenne trimestrielle DJF du côté de l’Atlantique rendant l’influence de l’indice plutôt aléatoire sur le trimestre. Associé à d’autres indices tels que l’ENSO, le PDO ou encore la Thermosphère, l’indice renforce son signal en faveur d’un VPT nettement affaibli et d’une NAO-, ce que nous analyserons plus loin. Somme toute, nous aboutissons à la constatation suivante : une phase QBO- forte se met actuellement en place mais est contrariée par la température remettant en question la validité de celle-ci, présentant plutôt un schéma de QBO+ descendant associé au QBO- demeurant faible. Cela a des implications considérables sur l’interprétation de la résultante possible pour notre hiver, une QBO- favorisant un affaiblissement du VPS tandis que son opposé le renforce. L’indice demeure donc incertain pour l’heure. Le PDO constitue une importante source de prévisibilité pour le climat Européen quand ce dernier est couplé à l’ENSO. Une phase négative s’est mise en place début 2020 se renforçant graduellement depuis lors, favorisant des dorsales Atlantiques couplées à l’ENSO en état Nina. En acquittant La Nina de son type et en ignorant le positionnement de la bulle chaude au sein du Pacifique Nord (nous y reviendrons plus tard), la fig.25 souligne les implications possibles d’un PDO- couplé à celle-ci en hiver. (Fig.25 - Évolution mensuelle de l’anomalie des Géopotentiels à 500hpa en hiver lors d’un PDO- modéré et d’une faible Nina) Nous décelons au sein de la fig.23 un hiver caractérisé par de fortes alternances avec un flux de nord à nord-ouest en Décembre favorisant la fraîcheur, voire le froid, tandis que le mois de Janvier se démarque par des impacts diamétralement opposé (zonal dominant, doux et humide) et Février par des conditions froides dominantes en Europe Occidentale. Dans l’ensemble, le PDO favorise un hiver frais à normal avec deux mois potentiellement assez froids et un doux. Cependant, cette réponse peut être profondément impactée par le type de Nina et par la bulle chaude Nord-Pacifique. La fig.26 montre la réponse de la NAO au type de Nina et de PDO combiné. (Fig.26 - Précurseurs et impacts des différents types de Nina en fonction de la phase respective du PDO) La fig.26 expose les précurseurs et impacts de La Nina couplé au PDO-. Nous observons une NAO+ en Septembre/Octobre avant une Nina de type EP lors de l’hiver suivant, avec le plus fort signal en Septembre (confiance de 90%), tandis qu’une Nina CP se caractérise par une NAO neutre à légèrement négative en Novembre. Les implications d’une Nina EP passent par une forte NAO-, notamment en Janvier/Février tandis que celle-ci est moindre en Décembre. La Nina CP se caractérise par des impacts opposés atteignant leurs paroxysmes en Janvier/Février. Le mois de Septembre devrait être dominé par un zonal majoritaire, sauf éventuellement à la fin selon les modélisations actuelles (16 septembre). Cela pourrait être un précurseur d’une Nina de type EP à venir. En parallèle de cela, la majorité des modèles voient une Nina EP en début d’hiver jusqu’à Janvier a minima. Seuls 2 modèles voient une Nina CP (ECMWF et MFS8), tandis que les autres voient une EP (Met-Office, CFS, NMME, BOM en particulier). Ce classement exclut les modèles ne voyant pas de Nina sur le trimestre DJF (CMCC, DWD, …). L’indice semble donc particulièrement favorable à un début d’hiver dominé par la NAO-, en particulier en Décembre, voire Janvier si La Nina EP persiste. Néanmoins, une bulle chaude récurrente depuis 2014 dans le Pacifique Nord pourrait compliquer la tâche. Une étude à mise en évidence une relation entre la bulle chaude Nord-Pacifique et le zonal sur l’Atlantique, et même entre cela et la bulle froide Nord-Atlantique. Il en ressort que la bulle chaude Nord-Pacifique peut influencer les SST ainsi que les régimes de temps sur l’Atlantique avec 4 mois de décalage. Cela implique que la bulle chaude de Septembre va influencer Janvier voire Décembre, tandis que son état d’Août va plutôt influencer Novembre-Décembre. Mais ce n’est pas tout : le type d’impact dépend du positionnement de cette bulle. La fig.27 montre l’impact sur les SST et les Géopotentiels à 500hpa. (Fig.27 - Impact du “hot blob” Pacifique en fonction de son positionnement) Nous observons que quand le blob est placé à proximité de la côte est des USA, un hiver globalement zonal ressort, tandis que quand ce dernier est plus à l’est et plus étendu, une forte dorsale sur le Pacifique-Nord Central ressort, favorable aux échanges méridiens marqués dans l’Hémisphère Nord, et entre autres à la NAO- sur l’Atlantique. Alors, qu’en est-il de la situation d’Août et de Septembre ? La situation moyenne du mois d’Août par rapport à 1991-2020 ressemble à un entre-deux entre la situation (a, e) et (c, g), favorable à une alternance entre NAO+ et NAO-, avec une légère préférence pour la NAO+ car la bulle chaude n’était pas non plus très à l’ouest comme sur (c ,g). Cette dernière semble se recentrer en cette mi-septembre comme sur (c, g), probablement plus propice à une NAO- fin décembre et durant le mois de Janvier. La fig. suivante illustre cela : (Fig.28 - Évolution du blob chaud Nord-Pacifique entre août et septembre) Notons en outre qu’il n'existe pas de relations entre le PDO et la bulle chaude. Cela a été inclus ici de par la proximité spatiale au PDO, mais sera peut-être séparé en 2 indices lors de la prochaine tendance (PDO et SST Pacifiques). Au final, le PDO couplé à l’ENSO devrait être favorable à un hiver plutôt froid avec un accent sur Décembre-Janvier, tandis que la préférence tombe sur Décembre et Février si l’on exclut son type. La bulle chaude du Pacifique va dans le sens d’un mois Décembre alternant et sans doute un peu plus doux que la normale tandis que Janvier serait plus froid. L’influence de l’ENSO sur la météo Européenne dépend de son type et du PDO, comme cela a été mis en exergue plus tôt. Les modèles les plus performants pour la prévision de l’ENSO voient une Nina EP (CFS, le BOM et Glosea6, qui est le Met-Office), notamment en début d’hiver, ce qui renforce ce constat. D’une façon générale, une Nina favorise un début d’hiver plus froid (dorsales) et une fin d’hiver plus douce (zonal), tandis qu’El Nino favorise l’inverse. Associé au PDO ou encore au QBO et l’IOD, l’ENSO renforce son signal de fond comme le montre la figure suivante. Au sein de celle-ci est discernable l’influence du QBO sur la réponse atmosphérique associée à l’ENSO au travers d’une sélection d’années au sein desquelles La Nina est associée à un fort QBO-, en supposant que ce soit bien le cas actuellement. (Fig.29 - Hivers dominés par une Nina associée au QBO-) Nous y décelons un signal de dorsales Atlantiques en première partie d’hiver suivi d’un signal de froid continental en seconde partie (Février). Dans l’ensemble, un hiver associé à une Nina couplée au QBO- se caractérise par des conditions froides récurrentes. Associé à l’IOD-, le constat est similaire avec la présence de dorsales Atlantiques marquées en Décembre, une NAO- en Janvier propice au flux continental en Europe Occidentale et un flux zonal incliné en Février. (Fig.30 - Hivers dominés par une IOD- en Novembre et une Nina faible à modérée) De surcroît, nous sommes dans une Nina de seconde année, ce qui n’est pas négligeable car les influences de celles-ci sont différentes des influences d’une Nina de première année. Les hivers dominés par une Nina de seconde année se définissent par des conditions zonales en Décembre, tandis qu’un signal d’Anticyclone Scandinave (AS) ressort en Janvier ainsi qu’un zonal en bout de course sur l’Europe en Février potentiellement associé à un froid de basse couche sur l’Europe Occidentale qu’illustre la fig.31. (Fig.31 - Hivers dominés par une Nina de seconde année) En fin de compte, l’indice sera favorable à des dorsales parfois marquées en Décembre-Janvier pouvant tourner en NAO- tandis que Février demeure plus incertain avec des divergences entre la résultante associée aux indices cités (La Nina de seconde année va dans le sens d’un zonal en bout de course tandis que l’IOD- favorise un zonal incliné, et le QBO- un flux continental marqué). Notons cependant que l’influence de l’IOD- devrait graduellement diminuer au fil de l’hiver et que son niveau d’intensité en Novembre (déterminant pour Décembre-Janvier) est incertain et se situe entre -0.8 et -0.2°C. La figure ci-contre illustre l’incertitude. (Fig.32 - Modélisation et représentation de l’incertitude de la prévision de l’IOD) La PNA va être négative cet hiver en réponse à l’ENSO, favorisant une NAO+. Néanmoins, comme nous l’avons vu plus haut, cela dépend du placement de l’Anticyclone caractérisant la PNA-. Si celui-ci est plus à l’ouest (vers Béring), alors d’importants flux méridiens sont excités tandis que si ce dernier est plus à l’est (vers la côte est de l’Amérique du Nord), alors le zonal est favorisé. Le placement de l’Anticyclone dépend, comme nous l’avons vu précédemment, du placement du “Hot blob” Nord-Pacifique et du type de Nina associé au PDO. La majorité des modèles performants modélisant une Nina EP au moins jusqu’en Janvier, cela va dans le sens d’une PNA favorable à une première partie d’hiver particulièrement froide, tandis que la fin demeure plus incertaine et probablement plus douce d’après l’indice. Les modèles saisonniers réagissent particulièrement bien à ce signal avec la présence d’un fort Anticyclone au centre du Pacifique produisant de fort flux méridiens au travers de l’Hémisphère Nord découlant en de fortes dorsales Atlantiques favorables à de fréquents décrochages polaires sur l’Europe Occidentale qu’expose la figure ci-jointe. Somme toute, l’indice devrait être favorable à une première partie d’hiver plus froide et une seconde partie plus douce (à confirmer). (Fig.33 - Modélisation de l’ensemble C3S pour le trimestre NDJ - Anomalies des Géopotentiels à 500hpa) L’englacement Arctique s’est révélé globalement meilleur que ces dernières années cet été tandis que l’épaisseur est restée très basse. L’englacement sur Barents-Kara en fin d’automne peut être un indicateur de l’état du VPS au cours de l’hiver suivant. Les modélisations actuelles mettant en avant un VPT affaibli vont dans le sens d’un englacement déficitaire sur B-K en Novembre et durant le reste de l’hiver. Une étude a quantifié la réponse atmosphérique en fonction du niveau de la perte de la glace, ce qu’expose la figure 34. (Fig.34 - Réponse de la pression au niveau de la mer en Janvier-Février à la concentration de glace sur Barents-Kara) Nous apprécions une réponse atmosphérique semblable sur l’intégralité des scénarios de concentration d’englacement, à l’exclusion du ∆C20 présentant une anomalie anticyclonique plus étendue. En outre, les scénarios ∆C60 et ∆C80 sont les plus froids pour l’Europe Occidentale en raison d’un blocage spatialement restreint. Ainsi, une concentration de glace médiocre mais satisfaisante (60-80%) favorise un froid plus marqué qu’une concentration moindre (20-40%) en raison de l’extension spatiale de la réponse atmosphérique à la perte de glace Arctique. Les modélisations de CFSv2 mettent actuellement en avant un englacement légèrement déficitaire en Janvier-Février sur les mers de Barents-Kara tandis que ce dernier est excédentaire côté Pacifique (réponse au PDO- ?) et au Groenland, ce qui est particulièrement propice pour perturber le VPS (l’excédent de glace sur le Groenland réduit le transfert de chaleur vers l’atmosphère, renforçant les dépressions tandis que le déficit sur Barents-Kara l’augmente, ce qui accroît la probabilité d’un blocage Anticyclonique sur la zone, associé aux dépressions sur Béring en réponse à l’excédent d’englacement, cela crée un tripôle hémisphérique excitant les ondes perturbant le VPS). La fig.35 illustre les modélisations de CFS pour Janvier-Février ainsi que Novembre. Celle-ci expose par ailleurs la concentration moyenne ∆C sur Barents-Kara. (Fig.35 - Modélisation de l’anomalie du SIC (Sea Ice Concentration) et de son total par CFSv2 pour Novembre-Janvier-Février) Un tripôle persistant se distingue des modélisations de CFSv2 pour la seconde partie de l’hiver (Janvier-Février) favorisant un affaiblissement du VPS pouvant s’achever en conditions plus froides au travers de l’Hémisphère Nord. L’anomalie négative sur le Groenland et le Labrador en Novembre pourrait trahir un blocage anticyclonique sur le Groenland. Le SIC moyen est proche de 70-80% sur Janvier-Février (approximatif faute de données en open-data concernant la modélisation de l’englacement), nous classant sur un scénario plutôt favorable au froid en Europe. L’étude mentionnée précédemment explicite par ailleurs que la réponse atmosphérique à l’englacement pourrait être influencée par les SST et les autres indices. Des SST chaudes sur l’Atlantique en forme de tripole chaud-froid-chaud auraient tendance à favoriser une réponse atmosphérique plus favorable pour l’Europe (pour le froid) que dans le cas de SST froides, ce qui fut le cas de 2014 à 2021. Somme toute, l’indice est plutôt favorable au froid en Europe Occidentale. La Stratosphère impose une influence parfois déterminante sur la troposphère et présente généralement une prévisibilité plus longue qu’en Troposphère en raison de sa stabilité plus forte que cette dernière. Les principaux indices (Activité Solaire, ENSO, PDO, QBO, mais aussi Thermosphère) vont dans le sens d’un affaiblissement possiblement précoce du VPS cette année avec des caractéristiques propices à son affaiblissement. Nous pouvons également citer l’Englacement Arctique, l’Enneigement Sibérien/Eurasien, la PNA ainsi que les SST au sein du Pacifique comme indices secondaires favorables à un affaiblissement de ce dernier. Les modèles penchent également sur un affaiblissement précoce du VPS depuis de nombreux mois. La figure ci-après explicite l’évolution prévue du Vortex Polaire Stratosphérique par l’ensemble des principaux modèles constituant C3S. (Fig.36 - Modélisation de l’évolution du VPS jusqu’en mars par les 6 principaux modèles de C3S) La figure ci-jointe représente l’ensemble des modèles concernant la Stratosphère au sein desquels un ralentissement du VPS est mis en avant entre Novembre et Janvier avec une période pré-impacts située entre mi-octobre et début novembre principalement, tandis que les impacts potentiels les plus forts tombent principalement en Novembre (66% des modèles). L’extension des impacts associés à la poursuite du ralentissement (d’une durée moyenne de 2 mois et demi, ce qui est très inhabituel) est variable et va de décembre à fin février. Il existe par conséquent un signal non négligeable de ralentissement (entrevu par l’ensemble des modèles) en Novembre ou Décembre. Je privilégie Décembre, car cela est trop précoce pour être assez fort en Novembre (la moyenne des modèles voit aussi le paroxysme en Décembre). Je pense qu’il est probable d’obtenir un SSW entre mi et fin décembre. La période d’impacts potentiels se situerait alors entre fin décembre et après la mi-janvier, voire fin janvier à début février si le caractère faible du VPS persiste comme cela est mis en avant par les modèles. La stratosphère semble donc favorable à une première partie d’hiver froide s’il y a une propagation (ce qui n’est pas systématique) qui me semble assez probable au vu des principaux indices. (Fig.37 - Réponse atmosphérique aux SSW / Pré-impacts) Le rôle de la thermosphère dans le système climatique terrestre de l’Hémisphère Nord n’est que marginalement étudié par la communauté scientifique mais j’en ai personnellement étudié l’influence hivernale durant plus de 6 mois. Il ressort pour cet hiver une probabilité non négligeable (83% depuis 1956) d’un SSW en Décembre, tandis que la probabilité décroît nettement en Janvier et croît marginalement en Février (respectivement 33 et 50% de probabilité) tandis que la probabilité de propagation est optimale en Janvier, à l’instar de Janvier 2021 avec 100% de probabilité d’une propagation correcte en Janvier du SSW de Décembre. En décembre, cette probabilité est de 75% tandis qu’il existe en parallèle 50% de probabilité de la propagation d’un VPS fort en Décembre-Janvier et 100% en Février. Ce dernier devant être faible en Décembre-Janvier, cela ne nous concerne pas. En outre, les statistiques troposphériques montrent un signal d'une NAO- persistante (41.5% en Décembre-Janvier et 58% de probabilité en Février depuis 1900). Le signal de Février s’oppose à la théorie selon laquelle un SSW précoce favorise un renforcement du VPS en fin d’hiver pouvant aboutir à un mois de Février plus doux. Deux pistes pouvant expliquer cela sont possibles, à savoir un VPS durablement affaibli ou bien une mauvaise propagation de son renforcement. De plus, j’ai développé un modèle personnel se basant sur les interactions thermosphère-troposphère. Ce dernier met en évidence une NAO- modéré à forte sur le trimestre DJF tandis qu’une Nina modérée à faible et un faible PDO- associé à une nouvelle phase chaude au sein des SST Atlantiques ressort. Le QBO- devrait en outre atteindre son paroxysme vers Janvier-Février ou Mars au plus tard (vers -20/-25m/s) en supposant que ce dernier soit réel comme nous l’avons vu plus haut. Je ne rentrerais pas plus dans les détails mais l’indice est favorable à un hiver assez froid dans l’ensemble avec une préférence sur Décembre-Janvier. Ma modélisation fait par ailleurs ressortir de bonnes probabilités d’un SSW (63%) associé à une propagation (98-100%). Une TNA neutre à légèrement positive est probable. Le Vortex polaire troposphérique est l’acteur le plus proche de nous, nous influençant de façon directe en hiver. Ce dernier pourrait être affaibli cet hiver en réponse à l’affaiblissement du VPS, mais aussi grâce à une Nina de type EP couplée au PDO- ou encore le fort QBO- favorisant des perturbations (toujours sous incertitude quant à son état réel) au sein de ce dernier. La moyenne des modèles envoie également des signaux de VPT affaibli favorisant les flux méridiens à travers l’Hémisphère Nord. Dans la configuration actuelle, et plus particulièrement si les SST Nord-Atlantiques restent chaudes, on s’attend à des flux méridiens plus marqués sur l’Atlantique en réponse aux fortes dorsales envisagées sur le Pacifique. La fig. ci-après explicite cela, tandis que le VPT pourrait se renforcer en fin d’hiver mais cela reste sujet à des incertitudes. (Fig.38 - Moyenne de l’ensemble C3S - Anomalie des Géopotentiels à 500hpa pour DJF) La moyenne de l’ensemble C3S présente les caractéristiques d’un VPT affaibli et de flux méridiens marqués. Le VPT affaibli semble acquis tandis que le zonal Atlantique modélisé n’est pas crédible pour des raisons que nous verrons en de plus amples détails plus tard. Dans l’ensemble, le VPT va dans le sens d’un hiver précoce associé à son affaiblissement précoce. La fin de l’hiver demeure incertaine. Les modèles dynamiques modélisent de fortes dorsales Atlantiques pour la fin de l’automne et le début de l’hiver, tandis que la moyenne de ceux-ci modélise la même chose pour DJF qu’en septembre 2020, décrédibilisant la modélisation car il est impossible d’obtenir deux fois le même schéma avec des conditions initiales différentes. Les modèles doivent soit faire une prévision dite “climatologique” qui copie et colle la réponse moyenne à l’ENSO ou tout autre facteur, ou bien donner trop d’importance aux SST Pacifiques ou Atlantiques. Dans tous les cas, la modélisation n’a que très peu de chances de se produire en raison des facteurs cités précédemment. La fig.39 montre la moyenne pour OND, NDJ et DJF. (Fig.39 - Moyenne C3S - Anomalie des Géopotentiels sur les trimestres OND, NDJ et DJF) De fortes dorsales ressortent sur le trimestre OND, s’affaiblissant marginalement sur le trimestre suivant (NDJ). Ce schéma est propice à de fréquentes coulées froides sur l’Europe Occidentale et en Amérique du Nord. Un polaire maritime est mis en exergue sur ces deux trimestres pour l’Europe, tandis qu’un zonal légèrement incliné ressort sur DJF mais ce scénario n’a que peu de crédibilité pour les raisons citées précédemment. De plus, j’ai récemment développé un modèle de prévision saisonnière statistique se basant sur la réponse moyenne de l’atmosphère aux indices (quantification statistique). J’ai fait tourner 10 fois le modèle se composant d’un ensemble de 10 scénarios et d’un run de contrôle. Il ressort de la moyenne des 100 scénarios un hiver plus doux que la normale 1981-2010 (+0.43°C pour une incertitude de 0.15°C et une fiabilité de 33%). Le cluster le plus fiable fait ressortir une anomalie de +0.47°C pour une incertitude d’1.29°C et une fiabilité de 35% tandis que les scénarios les plus fiables font ressortir une anomalie de +0.69°C pour une incertitude de 0.05°C et une fiabilité de 42%. Le modèle sera amélioré à l’avenir dans la perspective d’une fiabilité maximale allant de 55 à 70% dans un premier temps. La moyenne de l’ensemble de ces scénarios fait ressortir une anomalie de +0.55°C pour une incertitude moyenne de 0.21°C (entre clusters) et totale de 0.59°C associée à une fiabilité de 39%. Celle-ci restant très médiocre, il convient de prendre les résultats avec du recul. En outre, la moyenne étant trimestrielle, cela peut cacher des disparités mensuelles comme une première partie d’hiver plus froide suivie d’une fin d’hiver plus douce contrebalançant cela. Dans l'ensemble, il existe de fortes chances d'avoir un hiver doux entre +0.47 et +0.69°C constituant l'hiver le plus frais depuis 2018 avec une marge d'incertitude de 0.21°C et une fiabilité médiocre. La fig.40 montre l’ensemble des clusters de scénario ainsi que les scénarios les plus fiables. (Fig.40 - Résultat des modélisations statistiques - Anomalie de la Température en France métropolitaine pour l’hiver 2021-2022) Cette modélisation est susceptible d’évoluer en s’approchant de la saison et n’est donc, comme tout modèle, à ne pas prendre au pied de la lettre mais plutôt comme une indication de l’anomalie trimestrielle possible. Dans l’ensemble, les modélisations des modèles dynamiques vont dans le sens d’un hiver précoce avec des dorsales Atlantiques propice au polaire maritime en Novembre-Décembre-Janvier principalement tandis que le cœur de l’hiver (DJF) serait dominé par un faible zonal incliné, scénario a priori peu crédible car la modélisation est quasi-identique à septembre 2020 avec des conditions différentes. En outre, mon modèle statistique soutient un hiver doux. Les analogues permettent de comparer la situation passée à la situation future afin de se faire une idée de comment peut réagir l’atmosphère à une certaine conjonction d’indice. Nous avons vu au sein de la tendance automnale que fin 2005 semble analogue à fin 2021, favorisant des mois de Novembre et Décembre plutôt froid. 1996 est également analogue en raison de sa proximité à la situation actuelle dans l’Atlantique et plus globalement dans le monde (Nina, PDO-, QBO-, etc). Décembre 1996 et Janvier 1997 ont été particulièrement froids en Europe Occidentale, avec la seconde valeur de NAO- la plus basse jamais enregistrée derrière 2010 en Décembre tandis que Février fut doux. D’un point de vue analogique, le début de l’hiver semble propice au froid. Nous pouvons également prendre en considération 1985, 2001 et 2006 de par leur proximité à la situation actuelle dans les grandes lignes : PDO légèrement négatif, ENSO négatif faible à modéré et SST Atlantiques chaudes. Ces hivers se sont caractérisés par des températures normales à froides en Décembre (75% des cas, seul 2000 doux), froid en Janvier tandis que rien ne ressort en Février (respectivement 75 et 50% des cas). Dans l’ensemble, les analogues vont dans le sens d’un hiver graduellement plus doux. Il ne semble pas exister beaucoup d’analogues à 2022 en outre. Le tableau ci-contre montre l’intégralité des indices ainsi que leurs résultantes potentielles (froid, neutre ou doux). Les indices les plus importants sont surlignés en jaune. Les tableaux 2, 3 et 4 montrent les attentes mensuelles associées aux indices. (Tableau 1 - Résultante des indices pour le trimestre DJF) La moyenne des indices met clairement en avant un hiver dominé par le froid (78%) probablement associé à des précipitations normales à déficitaires en fonction de l’origine du froid. Les indices les plus importants font ressortir de façon plus marginale un hiver froid (61%). Les tableaux suivants montrent la résultante mensuelle. (Tableau 2 - Résultante des indices pour le mois de Décembre) Il ressort du tableau 2 un mois de décembre majoritairement froid (69 à 73% des indices). Seuls 3 indices dont 2 sont importants montrent un mois de Décembre doux (15% du total des indices importants et 15% du total). Il semblerait donc que nous partions sur un début d’hiver plutôt froid, modulé par le réchauffement en cours. (Tableau 3 - Résultante des indices pour le mois de Janvier) Un signal plus fort que Décembre est mis en exergue pour le mois de Janvier avec 73% des indices penchant en faveur du froid dont 76% concernant les indices de poids. La première partie de l’hiver 2021-2022 semble partir sur du froid dominant, à l’opposé de septembre 2020 très incertain. Le mois de Février semble hautement incertain avec 42% des indices allant dans le sens d’un mois de Février froid, contre 21 à 26% dans le sens d’un mois de Février normal (soit 68% au total entre Froid et normal), et 21% dans le sens d’un mois de Février doux. Le froid semble néanmoins ressortir, mais il reste de grandes incertitudes sur ce mois. De plus, les indices importants mettent en avant un mois de Février froid (46%), suivi d’une probabilité moindre d’anomalie thermique normale (26%) et douce dans une moindre mesure (21%). Les mois de Février étant plutôt dans les extrêmes que proche des normes, un mois froid est privilégié. Dans l’ensemble, un hiver froid et durable semble ressortir ce jour. Nous avons vu ci-dessus que les indices penchent très majoritairement vers un hiver froid. Voici mes tendances à l’échelle mensuelle. Décembre - Un début d’hiver froid ? Dans la continuité de fin novembre, le mois de Décembre pourrait se caractériser par des conditions froides dominantes et une anomalie thermique située entre 0 et -0.5°C tandis que les précipitations seraient normales à légèrement excédentaires (-10 à +20%). De nombreux indices soutiennent un régime de dorsale récurrent au cours du mois, tandis qu’une période nettement plus froide est possible en fin de mois. Janvier - Poursuite d’un temps froid ? Le mois de Janvier devrait être dans la continuité de Décembre en étant légèrement plus froid (anomalie entre -0.5 et -1°C) tandis que les précipitations seraient proche des normes (-10 à +10%). De fréquents conflits de masse d’air sont possibles tandis qu’une période particulièrement froide n’est pas à exclure du début au milieu du mois. Février - Une fin d’hiver froide ? La fin de l’hiver pourrait être semblable aux précédents mois mais ce point est incertain. La reprise de la force du VPS ainsi que l’éventuel basculement en Nina CP pourrait favoriser le zonal pour ce mois. La majorité des indices font ressortir une fin d’hiver plutôt froide, située entre +0.3 et -0.5°C d’anomalie, tandis que les précipitations seraient conformes aux normales saisonnières (-10 à +10%). Décembre-Janvier-Février - Un hiver nettement plus froid que les précédents ? En somme, il semblerait que nous partions sur l’hiver le plus froid depuis 2013 avec une anomalie moyenne située entre -0 et -0.6°C pour une moyenne de -0.3°C tandis que les précipitations seraient dans les normes (entre -10 et +20%). Il faut néanmoins rester prudent sur ce scénario, cela peut vite bouger en octobre et novembre. Néanmoins, ce signal d’hiver froid persiste depuis juillet, ce qui l’accrédite particulièrement. La fiabilité est jugée bonne sur Décembre-Janvier, médiocre sur Février. De plus, voici le tableau du taux de réussite de mes tendances depuis 2018 : (Tableau 5 - Taux de réussite des tendances depuis 2018) Nous observons les meilleurs pourcentages de réussites en Janvier, Mars, Juin, et Août suivi de Juillet, Novembre et Décembre. La marge d’erreur reste limitée sur ces mois mais n’est pas nulle. En outre, les mois de Février, Avril, Mai et Septembre, Octobre semblent particulièrement difficiles à prévoir. D’autre part, la période 2018-2020 n’est pas forcément comparable à 2021 car je n’utilisait pas les mêmes indices, j’avais moins d’expérience, de recul et une méthodologie moins fine qu’actuellement. Merci de votre lecture ! Lolman123.
    37 points
  4. Bonjour a tous En effet, comme prevu, la neige a fait son grand retour sur Dawson. Elle a encore un peu de mal a tenir en ville ou il faisait a peine en dessous de 0 et ca degel meme legerement cet apres-midi. Par contre chez moi un peu plus haut la neige tient tres bien et nous en sommes a 6cm au sol a 14h et la neige continue de tomber! Il est meme encore prevu 5-10cm d ici demain matin! Apres cet episode, le ciel devrait se degager un peu mercredi soir donnant une nuit tres froide avec pres de -10 possible jeudi matin! Ca commencerait a faire pas mal pour un 23 Septembre. J'irai sans doute faire un tour un peu en hauteur demain apres-midi, ca devrait etre assez sympa la haut! Photos a suivre. En tout ca, l'automne est donc bien fini ! Enfin, pour le moment. Il reste meme encore pas mal de feuilles sur les arbres! L'ambiance est en tout cas radicalement differente aujourd'hui par rapport a....hier! Il faisait -4 hier matin en tn chez moi apres une nuit bien clair, la tn de la saison. Un temps un peu plus doux est prevu en fin de semaine avec meme peut etre un peu de pluie mais cela pourrait ne pas trop durer, les modeles restent tres incertains au dela de 3 jours. En tout cas, l'enneigement permanent a sans doute commencé en montagne au dela de 1000m, sauf radoux marque dans les 2-3 prochaines semaines, ce qui reste possible. A l'heure ou j'ecris ce mot, il a neige a gros flocons chez moi, le cumul va vraiment etre interressant demain apres l'episode, surtout un peu plus en hauteur ou il ne degel pas aujourd hui. En attendant, voici quelques photos prises la semaine derniere et jusqu'a ce week end. A bientot. l.
    36 points
  5. Non pas trop tard. Le jour où la population (et les passionnés également) comprendront enfin qu’une vigilance rouge n’est pas là juste pour faire beau afin de se dédouaner, mais est surtout là pour le renforcement officiel des moyens de sécurité civile, on arrêtera de râler contre Meteo-France
    36 points
  6. Bonjour a tous Net changement de decors en effet depuis avant hier. Il restait encore environ 10cm hier apres un leger degel dans la journee. Il y avait 17cm mercredi matin en fin d episode. Ce matin il tombe de gros flocons charges d eau...une belle neige mouillee qui va sans doute tourner a la pluie temporairement avant de retourner en neige dans l apres -midi. Il pleut en ville. Le temps devrait par contre nettement se refroidir ce week end et en debut de semaine prochaine avec des tn tres basses, possiblement en dessous de -10 en fonction de l'ennuagement nocturne. On se rapproche d'Octobre et l'hiver pourrait avoir debute pour de bon! A suivre en cours de journee. Voici en tout cas les photos prises mercredi matin
    29 points
  7. Bonsoir, comme vous l'avez très bien dit, c'était chaud sur la Vaunage ce matin. Mais surtout, je n'avais plus vu pareille activité électrique depuis l'orage de début Octobre 2014 sur le coin (qui avait aussi provoqué une vigilance rouge, mais c'était de nuit). Vestric-et-Candiac (30), avant un déluge d'une incroyable violence et de la grêle de bonne taille.
    28 points
  8. Une nouvelle VP2, financée par notre association et installée par notre Président @Laurent15 et l'un de nos vices-présidents @flying38 vient de rejoindre le réseau StatIC. Elle se situe en Haute-Savoie, au fond du fameux cirque de Sixt-Fer-A-Cheval, dans le hameau de Nambride. Il s'agit donc de la 24ème station entièrement financée par Infoclimat.
    27 points
  9. Désolé pour mon absence de ce matin, pas mal de choses à faire de mon côté après une nuit pas très reposante on va dire... Il est donc temps pour moi de vous faire une petite synthèse des relevés sur ce couloir qui est remonté du Lot en passant par l'ouest du Cantal et l'Est Corrèze avant de s'incurver vers le relief, le Cézallier pour s'échapper vers le Puy de Dôme. 58 mm à Aurillac (en bordure externe du couloir) contre 124 mm à Saint Paul des Landes à une dizaine de km de là. 175 mm à Cheylade 166 mm à Salins 148 mm à Saint Illide 136 mm à Mauriac 136 mm à Saint Privat 130 mm à Marcenat 124 mm à Argentat 121 mm à Maurs 114 mm à Soursac Dans l'Ouest Cantal, quasiment toutes les stations ont battu leurs records absolu de précipitations en 24 heures. Je n'ai pas les valeurs records sur la Corrèze, mais il est fort probable qu'il en soit de même. PS : désolé Thundik, je n'arrive pas à poster la vidéo de la Cascade, je pense que le réseau à un peu pris l'humidité lol. J'essaierai à nouveau ce soir
    25 points
  10. Bonsoir, Je vous partage juste quelques photos prises à côté de chez moi, dans la Chataigneraie cantalienne, vers Le Trioulou. Une vue sur la butte de la Garenne, sur la commune de Saint-Santin-de-Maurs (15). La frontière entre 12 et 15 (donc Occitanie/Auvergne) passe justement au milieu de la commune de Saint-Santin (avec la célèbre histoire de l'habitant dont la frontière passe au milieu de sa maison). Et une petite vue sur le lit du ruisseau Aujou (affluent du Célé), à sec. Sinon, au niveau météo, Journée ensoleillée avec quelques nuages. Tn : 7°C / Tx : 25°C (chez moi, à 3 ou 4 kms du lieu des photos).
    25 points
  11. Effectivement certains impacts étaient particulièrement puissants : Jusqu'à 5 impacts ramifiés en simultanés : Ca faisait longtemps qu'on avait pas eu un orage aussi esthétique à se mettre sous la dent 😉 Une pensée pour ce chasseur d'orage croisé sur la tête de chien qui est parti tellement vite de chez lui (surpris par cet orage comme beaucoup) qu'il est arrivé sans ses batteries 😱 Je crois qu'il doit encore s'en mordre les doigts lol
    24 points
  12. Qui s'est ramassé une bien belle réponse 👍
    24 points
  13. Bonjour, un topic fantôme? Pourtant, le début de semaine devrait voir un écoulement favorable à l'agitation au moins sur une grande moitié sud. En moyenne, et sur les différents modèles, un potentiel est bien réel. L'évolution de ce talweg devrait se préciser assez vite, nous sommes déjà jeudi... mais le passage par une phase de flux de sud-ouest dynamique semble difficile à contourner: On a connu des débuts d'automne plus vivants sur le forum alors que cette semaine pourrait l'être au niveau météo !
    24 points
  14. Ah les belles photos qui régalent Initialement j'étais parti pour observer les cellules qui avaient pris dans le coin entre est hérault et ouest gard, du classique par flux de nord avec une ambiance bien digne des giboulées de mars. Comme la semaine dernière, gros arc-en-ciel avec une observation au plus près alors que le soleil brille sans partage ou presque à l'ouest : Puis le soleil déclinant rapidement dorénavant (l'avantage de l'automne), les bouillonnement à l'horizon commençait à s'illuminer. Alors on observe, de loin, après que la pleine Lune se soit levée et que les derniers cadavres d'averses filent sur le Gard... et la frénésie que vous avez pu observer de près l'était tout autant de loin, avec la douce lumière lunaire... Malgré le fraicheur, observation fort agréable, reposant ! (au 50mm) (et au bazooka ^^ 400mm) De quoi agrémenter le futur timelapse. En attendant des choses plus proches et photogéniques. Bonne nuit.
    22 points
  15. Deux maintenances en 2j sur nos stations: - la première est celle de Dumont d'Urville en Terre Adélie dont l'anémo a été remplacé par un technicien MF sur place (2h d'intervention par - 18°C, avec des difficultés de rigidité de câble que nous n'avons évidement jamais rencontrées jusque là!) - la seconde à l'instant à Piedigriggio en Corse par celui qui, précisément, avait déjà installé la station de DDU, à savoir @CFR - remplacement complet de l'ISS, en récupérant simplement le capteur d'ensoleillement de la station installée en janvier 2015
    22 points
  16. La prévision à +108h donne un bon petit potentiel sur une zone Sud Ouest- Sud Centre, jusquau Massif Central en effet: Avant, à +102h, c'est le pourtour Sud Ouest littoral Atlantique qui serait concerné - et encore, faiblement... Vu la distance temporelle qui nous sépare de ces cartes, la finesse de l'analyse Cape et LI, et le balayage très rapide entre les deux, les conflits de masses d'air me semblent pour l'instant soit peu sûres, soit insuffisamment alimentées, pour concerner la majeure partie du territoire (contrairement à ce milieu de semaine-ci). Le Jet est, quant à lui, débranché de son courant principal, avec une dynamique poussive, son maximum n'étant atteint qu'à +108h (sur la 1ère carte). N.B. : c'est mon 1er post de previ... je vous remercie d'avance de votre indulgence... 😊
    22 points
  17. Bonsoir, Très belle matinée et début d'aprem sur Super Besse. Le retour de l'été fait du bien. Ce matin, balade que j'aime toujours autant autour du lac Pavin. Il n'y avait personne par rapport à il y a 2-3 semaines ! Le vent était quasi inexistant ce qui donnait des paysages magiques dans ce lieu magique ! Et la vue d'au dessus du lac avec la vue sur Super Besse : Puy de Paillaret à gauche, Puy de la Perdrix et Puy Ferrand au centre et le Puy de Chambourguet à droite. Sur Artonne, très belle fin de journée avec un joli 28,3°C de Tx après les 12,8°C de Tn. 22,4°C de Ta. Bonne soirée
    22 points
  18. Bonjour à tous, amis du forum, Première observation de vautours sur le secteur ce matin, au lieudit Lauriat, commune de Beaumont-43. 4 individus dépeçaient la carcasse d'une brebis... 3 fauves et un moine (visible au premier plan photo 1). Sinon, temps estival, sans plus.
    22 points
  19. Merci du partage @orage30 ! RIP le lampadaire ! Animation Radar depuis 5h ce matin :
    21 points
  20. Bonsoir, une situation qui ne semble pas attirer les foules et pour cause. Les modèles convergent vers une entrée tout en douceur dans l'automne. Pas de synoptique favorable à une forte dégradation méditerranéenne, pas d'abaissement suffisant de la zone barocline pour une entrée en fanfare en circulation océanique, pas d'advection chaude assez marquée pour une extension purement estivale sur le début du mois de septembre, pas d'injection massive d'humidité pour baliser une tournant agité à la charnière saisonnière. Une configuration marquée par une dissipation lente d'une anomalie moribonde pouvant occasionner quelques développements d'averses orageuses en provenance de la péninsule ibérique sans que cela amorce une dégradation marquée. au niveau des températures un écart à la moyenne assez réduit d'autant plus que la composante continentale qui porte des minimales basses en ce moment devrait s'essouffler. Pour résumer, une entrée en douceur, presque sur la pointe des pieds dans l'automne météorologique.
    21 points
  21. Et voilà la lame d'eau et pluvio en 24h jusqu'à midi loc ce jour
    20 points
  22. Orage persistant noyé dans de la flotte généralisée. Une parmis d'autres. Bonne nuit
    20 points
  23. Temps calme et doux ce matin avec une Tn de +7.6° à 7h et une Ta de 14.2° à 10h (j'ai quand même fait une petite flambée ce matin pour réchauffer la maison). L'ambiance est à un beau dimanche de début d'automne, quelques clichés pris ce matin: Le village dans sa torpeur dominicale: Mes voisines proches (des filles du coin): Mes voisines plus éloignées (des touristes hollandaises): Le Plomb:
    20 points
  24. La vitesse à laquelle le coup de chaleur est apparu sur les modèles est ahurissante, avec une quasi unanimité les modèles ont longtemps enclenché une nième perturbation déboulant par le nord ouest. La prédiction de ce coup de chaud est parmi les plus tardives qu'on puisse avoir dans l'état de l'art qui a, dans ce domaine, fortement progressé jusqu'ici. La circulation cyclonique qui longe Terre-Neuve est sans doute responsable tant de ce changement que du manque de visibilité qui l'accompagne. Mais après un samedi assez chaud, on passe brutalement à un lundi brûlant (on a des 35° qui commencent à apparaître ce n'est pas anodin), et ce soir, on ne peut absolument pas garantir que ce fort coup de chaleur sera éphémère car il tend à se prolonger mardi voire mercredi, encore moins qu'une perturbation pluvio-orageuse le balaiera. On retrouve soudainement une sensation à laquelle nous avions été habitués les étés précédents, c'est à dire le rouge qui dure. Nous ne sommes plus en été paraît-il ; une fois de plus, la météo du calendrier astronomique s'avère plus pertinente que celle du calendrier météo.
    20 points
  25. Quels orages ce soir sur la CA en effet ! Structure supercellulaire bien aboutie en fin d'après-midi sur la vallée de la Siagne s'étant propagée jusqu'au proche littoral et à la région de Grasse au coucher du soleil avec quelques chutes de grêle et jusqu'à 25.6mm relevés à ma station sur l'Ouest de la ville. Le spectacle électrique fut également au rendez-vous, vu depuis Tanneron : Les cellules ont ensuite explosé devant Antibes, évoluant en structure supercellulaire très aboutie en s'éloignant vers le large. Là encore un superbe spectacle avec de nombreux extranuageux sur fond de pleine lune, vu depuis Saint-Aygulf (83) : Une des situations de l'année sur la région !
    19 points
  26. Hello Olivier Elle est située en limite de propriété du petit hôtel des Choucas à Nambride, donc elle est toujours à vue et les randonneurs ne passent pas par là. Plus qu'avec les randonneurs, il a plutôt fallu tabler avec les gamins qui peuvent jouer au foot ou avec des raquettes. Le gérant nous a conseillé l'endroit le plus sûr selon lui, en limite de propriété. Un arbre de dimension modeste se trouve dans l'axe de la direction nord mais ne gênera en rien la mesure des paramètres et évitera justement que les ballons ne viennent s'échouer sur la station. Les autres endroits potentiels étaient source de risques. Déjà cette nuit elle a recueilli 39 mm .... Son objectif sera de mesurer l'impact de ce cirque parfait de 2000 m de hauteur sur les précipitations et l'effet de la vallée plate sur les températures; car cette vallée est certes située au creux du massif alpin, protégée par les préalpes, mais ouverte sur l'ouest. Lequel des deux aspects prédominera l'autre ?..... Nous avons été accueillis par le gérant et son équipe d'une très grande gentillesse et avec beaucoup de bienveillance, et certains d'entre eux sont passionnés de météo, nul doute que la station sera surveillée et choyée. Vraiment merci à eux, c'était un vrai plaisir de les rencontrer après nos échanges par tel et sms. Nous avons installé et fixé la console dans le hall d'entrée, ainsi chacun y compris les clients pourront disposer le matin avant de partir en rando ou au ski des dernières infos météo. Merci à l'autre Olivier et à l'équipe StatIC à distance pour avoir rédigé ce message d'info et intégré la station au réseau pendant que nous étions sur le chemin du retour et merci aussi à Fabrice de l'asso régionale ROMMA de nous avoir rejoint pour nous aider dans cette installation. Les données sont bien évidemment partagée sur les sites de nos deux associations. C'est un superbe exemple d'échange de nos informations et de partage de nos réseaux pour à deux, enrichir le maillage du territoire jusqu'au fin fond des vallées comme c'est le cas ici et comme ce fut le cas avec les pratages récents des stations de Névache, Avoriaz, Les Sept Laux ....
    19 points
  27. Bonsoir, Les grandes voiles en patrouilles Sinon on sent bien que le compte a rebours automnale est enclenché sur les cimes Bonne soirée!
    19 points
  28. Tx 26,4 °C avant que les grains orageux ne siphonnent la chaleur (Ta 18,4). 1 petit millimètre récolté ici, mais je pense qu'il en restait d'hier. Pour nous ça a été balade à Gergovie avec pleins de choses à découvrir pour Summer ! Par exemple ses premiers moutons : Un grain (avec tonnerre) que je situais vers Pérignat es Allier à 17h30 (celui mentionné par @darkminimouf je pense) : Peut-être une toge gauloise, mais faudrait un avis expert (je sais qu'on a ça ici ) !? Summer satisfaite d'avoir fait ranger les moutons Temps brouillé sur les Puys (et Clermont aussi) : et puis, vu le site, les fouilles de la Porte Sud de Gergovie :
    19 points
  29. Une nouvelle VP2 dans les Alpes de Haute-Provence avec un cadre bien sympathique vient de rejoindre le réseau StatIC, elle se situe à Allos : Nous remercions son propriétaire pour le partage des données
    19 points
  30. Hello, Tn 9,9 et Tx 22,7 °C Mais c’est surtout l’arrivée de Summer qui marque cette journée ! (nom qui devrait changer) Découverte de son nouvel environnement : Déjà une passion pour le bricolage (et mes gants) et les tomates (les tiennes Damien) ! Et un brin déco—euse ça promet à 2 mois et demi !
    19 points
  31. Le ciel est dégagé ce matin mais l'ambiance est bien fraîche avec une Tn de +5.7° à 6h Petit passage matinal de Christian Moullec au dessus du village avec son ULM et ses oies, toujours un bon moment:
    19 points
  32. Maeva et Amaüti nous l'ont confirmé : le parcours de ce matin n'était pas trop détrempé ou boueux. Il n'a donc pas plu beaucoup sur le secteur de St Front, la nuit dernière. Rentrés sur St Etienne cet aprèm, en passant par les chemins des écoliers (Estables, Mézenc, Gerbier ...) : temps mitigé avec tantôt un peu de soleil, tantôt plus nuageux. On a eu quelques gouttes au pied est du Mézenc. On a retrouvé un peu plus de soleil à partir de l'Yssingelais. Enfin, pour finir, un petit coucher de soleil stéphanois assez sympa.
    18 points
  33. Quelle nuit les enfants ! Depuis Salins, orage sans discontinuer durant 6 heures cette nuit avec un éclair qui allumait l'autre en direction de l'ouest (sur la Corrèze) puis lorsque les orages ont décidé de se mouvoir vers l'Est, ils se sont montrés violents sur le relief avec de vifs éclairs blancs et de puissants coups de tonnerre. En synthèse, voici globalement ce que l'on a pu relevé sur la journée météo d'hier pour quelques postes situés dans les axes les plus touchés par ces orages : PUY DE DÔME : Chaptuzat : 16.2 mm Artonne : 15.2 mm Clermont Ferrand : 24.5 mm Manglieu : 12.4 mm Saint Genes Champanelle : 23.5 mm Laqueuille : 34.5 mm La Bourboule : 30.6 mm Vernines : 40.1 mm CORREZE : Saint Angel : 29.6 mm Soursac : 57.6 mm Marcillac : 42.0 mm Pérosl sur Vézère : 22.0 mm Saint Yriex le Déjalat : 28.2 mm Ussel : 33.8 mm Argentat : 32.3 mm Brive : 23.0 mm CANTAL : Marcenat : 42.1 mm Cheylade : 31.4 mm Salins : 25.8 mm Le Falgoux : 36.4 mm Mandailles : 20.6 mm Marmanhac : 36.9 mm Saint Illide : 27.7 mm Saint Paul des Landes : 41.0 mm Naucelles : 36 mm Aurillac : 30.8 mm LOT : Lunegard : 57.5 mm Livernon : 26.8 mm ARDECHE : Orgnac Aven : 113.2 mm Aubenas : 98.4 mm La Croix millet : 98.0 mm Grospierre : 50.4 mm LOZERE : Saint Etienne Vallée Française : 36.5 mm
    18 points
  34. De retour à Nîmes (après la bataille), j'étais en réunion à Avignon pendant l'orage (je suis parti au sec en début de matinée). Outre les pluies, les rafales descendantes ont fait pas mal de dégâts sur l'Est de la ville avec pas mal d'arbres et poteaux à terre. Beaucoup de voitures noyées avec traces d'eau jusqu'au parebrise dans le secteur des 7 collines. Comment on appelle un passionné d'orages qui rate le plus gros orage des 10 dernières années dans la ville où il habite ?
    18 points
  35. Salut, Eh bien on peut dire que j'ai été servi sur cette dégradation, quand je vois vos différents relevés ! 26.8 mm pour hier, et 4.0 mm de plus ce soir vers 19h30, au cours d'une averse que je me suis pris lors d'une petite balade (mais j'avais pensé au parapluie, vu l'aspect du ciel). Un total de 30.8 mm qui fait plaisir. Auzances caracole en tête avec pas moins de 57 mm tombés hier ! Il était déjà tombé 63 mm le 23 juin, des cumuls qui paraissent hors de portée ici, à seulement 8 km au sud-est ! À part ça, après les pluies nocturnes, l'atmosphère était encore bien douce aujourd'hui : 12.7° / 21.1° pour les extrêmes de température, sous un ciel couvert le matin, plus lumineux l'après-midi dans un ciel chaotique. Ce soir il fait encore 15.2°, c'est pas mal du tout, sachant qu'il a plu juste avant la nuit. La petite saucée d'avant le dîner : Et l'arc en ciel qui suivit l'ondée : A+ !
    18 points
  36. Bonsoir Le mois de septembre débute ici de manière ordinaire, alternant périodes pluvio orageuses et belles tranches estivales, avec des températures parfois très au dessus de ce que nous avons connu en fin aout( mardi dernier particulièrement ). Les averses et front faibles ont ici donné 7 mm hier matin, (entre 3h et 8 h environ), et 2 mm supplémentaires la nuit passée. Les nuages étaient bien épais par moments, mais seulement une faible averses vers 10h 30 a marqué la journée; les éclaircies et nuages ont alterné ensuite. Le mercure est raisonnable, 12°c ce matin, près de 20°c de maximum, avec un vent qui est passé de Sud Est ( depuis lundi ) a Nord ouest désormais ce soir. Souvenir du 28 Aout dernier: Hier soir vers 18 h; Ce matin, vers 9 h:
    18 points
  37. Malgré un bloc anticyclonique qui semble homogène sur la carte du géo potentiel à 500hPa, on voit bien à travers la hauteur de la tropopause que ce bloc sera constitué de deux régions bien distinctes: -d'une part une imposante dorsale atlantique qui après avoir perdu ses racines tropicales va venir s'échouer sur l'Europe en début de semaine. -d'autre part une advection subtropicale en amont de la goutte froide sur le Proche-Atlantique. accompagnée d'air très chaud en basse couche. La fusion de ces deux régions de l'atmosphère sera empêché par une fine jonction entre la goutte froide du Proche Atlantique et celle des Balkans. La goutte froide atlantique ne redressant pas suffisamment le flux, la dorsale subtropicale va rapidement s'affaisser, prise en étau par la progression de la Gf à l'est et par la dorsale atlantique au nord et à l'est. +Malgré tout cela sera suffisant pour qu'une masse d'air remarquablement chaude envahisse les régions de l'ouest dés lundi, avec des maximales s'envolant bien au delà des 30° sur la façade atlantique jusqu'en Bretagne, la chaleur deviendra très forte en allant vers l'Aquitaine avec localement 36°-37° dans les Landes. Globalement ce lundi sera une magnifique journée sur l'ensemble du territoire avec du soleil et de la chaleur, une évolution orageuse est probable sur les Alpes du sud. + Les advections d'air très chaud en basse couche vont s'accentuer la nuit suivante et dans la journée de mardi. De nombreux records mensuels de tn sont en danger avec des minimales tropicales sur la cote atlantique ainsi que dans les plaines du SO. L'après midi sera torride sur ces mêmes régions avec la barre des 35° qui sera franchis de manière plus généralisé en Nouvelle Aquitaine, sur tout ouest du pays les records mensuels ne seraient pas très loin. Chaleur forte sur tout l'ouest du pays, plus modérée en allant vers l'est. Une importante convergence humide va se mettre en place, d'abord dans le SO, puis sur toute la façade atlantique. En soirée et nuit suivante, des orages pourraient s'y développer profitant d'une situation divergente en altitude à l'avant de la goutte froide. La convection pourrait s'organiser en petit système multicellulaire . + Mercredi, la chaleur va gagner les régions du nord et de l'est. L'atmosphère sera de plus en plus humide avec des points de rosée autour de 20° sur tout l'ouest du pays. Une anomalie de tropopause va gagner le nord ouest du pays en journée. La divergence d'altitude et donc le soulèvement dynamique induit à l'avant est à affiner, ARPEGE et WRF sont en désaccord sur ce point. De gros paquets pluvio-orageux pourraient se développer des Pyrénées au Nord du pays, le quart nord-ouest semble le plus visé par le risque d'orages organisés en raison de cisaillements plus importants . A suivre.
    18 points
  38. Fin de journée plus fraîche (16°C à 21h) et le ciel se dégage : quelques gouttes isolées en soirée. Arpège modélise quelques averses cette nuit et demain sur ma position, mais Arôme que dalle. Et après.. la sécheresse risque de continuer encore une bonne semaine. Ce qui nous amènera à pas loin d'un mois sans précipitation notable (et au vu des prévis, une première moitié de septembre au-dessus des normes de températures) Quelques images du jour autour du village : Un animal est caché sur cette photo : sauras-tu la retrouver ?? Une vue vers les hauteurs de Thiers ce soir : Et un petit bout de ciel :
    18 points
  39. en plus au restaurant des chats les merles, après avoir laissé leur QRcode observent la distanciation sanitaire...
    18 points
  40. une immensité de ciel bleu peuplée de quelques créatures évaporées, que portait un vent d'ouest léger comme une plume de lynx bleu à l'odeur étrange que je reniflais et reniflais encore, tout émerveillé par les renards volants qui dansaient dans le ciel avec les licornes et les chasse-neiges sauvages, mais d'où vient donc ce doux parfum, me demandai-je en souriant d'un air stupide, des hauteurs de Clermont m'a-t-il semblé, à vue de nez, et de Beaumont même pour être précis, je me suis dit, encore un géologue qui refait ses joints de terrasse ou quelque chose dans ce genre... 🥳 Sinon, donc, humm, il a fait bien joli temps par ici, ciel majoritairement bleu et grande douceur, Tx de 20,9°C et ce petit vent donc (de Nord à vrai dire plutôt que d'ouest Quelques promenades (Martinanches et autour de chez moi), le top. (par contre, le ruisseau de Martinanches a pris un coup sévère là.. ça coule encore, mais c'est pas bien fringant)
    18 points
  41. Bonjour, tn: 11,3 encore là je suis à Clermont limite cham, banque de France et c’est le jour d’après, on est tous en doudoune et avec de grosses engelures
    18 points
  42. 6,3 mm et le compteur a dysjoncté ! Quel spectacle !
    17 points
  43. J'obtient les anomalies de températures à partir de la conjonction des indices ainsi que la résultante moyenne au niveau synoptique par rapport aux indices. Si un signal froid ressort majoritairement, alors j'obtient une anomalie plus ou moins marquée en fonction de certains indices plus importants que d'autres et vice-versa. Je m'aide aussi des analogues quand cela est pertinent. Les marges d'erreurs sont déjà précisées, allant de a à b pour une moyenne x (par ex. de -0.5 à -1°C pour une moyenne de -0.75, soit une marge d'erreur de 0.5°C ou 0.25°C à partir de la moyenne)... J'estime la réussite ou non de la tendance en fonction de si l'anomalie observée est proche ou va dans le signal préalablement anticipé. Si une anomalie de +1°C est envisagé et qu'il ressort +0.5 ou +1.5°C, alors la tendance est validé, car le signal doux est validé, et inversement. Pour le neutre, si cela sort de 0.3 voire 0.5°C, alors la tendance est fausse. Je me base toujours sur la dernière tendance pour estimer la réussite ou non. Pardon ? Faire du wishcasting, être influencé par mes envies personnelles ou ne pas croire à la véracité de mes prévisions ? Très peu pour moi. Les états des indices sont les états des indices et ne peuvent être modifiés. J'analyse l'ensemble des facteurs, qu'ils aillent dans le sens la douceur ou du froid. Ma conclusion résulte de l'état des indices, et n'est nullement influencée par mes envies personnelles. (J'annonçais en outre un hiver dans les normes à légèrement plus doux avec Décembre doux (+0.8°C), Janvier froid (-0.5°C) et Février neutre (+0.2°C) en septembre 2020, seul février ne s'est pas vérifié.) Absolument, il est décent. La douceur ne ressort que de façon minoritaire, de même pour le neutre (environ 20%). Plus la conjonction entre les indices est forte, plus la confiance est forte (j'en avait fais un graphique l'année dernière). Un signal est un signal. On ne le jette pas car il tend au froid, sinon ce serait du tri pour aller uniquement vers la douceur, et là les conclusions seraient influencées... Ce n'est pas parce-que le dernier hiver froid remonte à 2013 qu'il est impossible d'en avoir un nouveau, bien que le réchauffement en limite la probabilité. Les hivers fonctionnent par clusters de 3-5 ans en général (mais pas toujours, voir l'image ci-après).. Ma prévision n'est pas probabiliste (dans le sens probabilité pure issue uniquement de la statistique de l'évolution des températures) mais ce base sur l'ensemble des indices. Libre à toi de faire une prévision entièrement statistique. Je tient compte du réchauffement dans mes conclusions (c'est d'ailleurs pour cela que la moyenne tombe sur -0.3°C pour cet hiver, une conjonction d'indice allant vers le froid terminant souvent/ayant plus de probabilités de tomber dans le neutre ou légèrement au-dessus, mais pas toujours). C'est pourquoi il faut ajuster la prévisions au réchauffement. J'en tient compte à partir de l'évolution climatologique mobile de la température présenté au début de la tendance. Et la prévision ajustée au réchauffement via les indices se vérifie plutôt bien en fonction du niveau de la conjonction... (conjonction plus faible se vérifie moins qu'une conjonction plus forte). Tout n'est pas à jeter non plus.
    17 points
  44. Bonjour a tous. Une belle periode d ete indien qui s acheve doucement. Des couleurs flamboyantes (photos à venir) et des temperatures de saison avec quelques gelées matinales ces derniers jours. Les tn sont entre-2/+4 et les tx entre 10 et 15 depuis une bonne semaine. Mais les conditions sont sur le point de changer drastiquement a partir de mardi. Un net refroidissement et un passage neigeux assez marqué va nous concerner mardi et mercredi. Preceder sans doute d un peu de pluie en debut d’episode. Il neigera jusqu’en ville mercredi. Le sol pas encore gele devrait cela dit ralentir un peu la tenue au sol. Par contre, au dela de 600m environ. il s’agira de neige des le debut de l’episode. 5 a 15cm sont attendus, en fonction de l’altitude. Derriere ce passage neigeux, un premier coup de froid avec peut etre meme en dessous de -10 jeudi matin! Un léger redoux en fin de semaine n est pas exclu mais le froid et la neige pourrait revenir tout de suite derriere...ca reste loin. En tout cas au dela de 800/1000m, il pourrait bien s agir du debut de l enneigement permanent!! Situation assez exceptionnelle donc , a suivre! A bientot L
    17 points
  45. Bonsoir, Temps plus calme au nord, temps agité voire très agité au sud ? Autant les régions méditerranéennes ont connu un été conforme à la climatologie pendant que le reste du pays connaissait un temps très contrasté, autant la semaine qui s'achève et celle-ci inverseraient cette tendance. Sur l'Atlantique, notre bout d'Europe persiste à rester dans le ventre mou de la configuration synoptique. Entre des mastodontes sur le Groenland et les Açores, les petits centres secondaires errent ou s'arrêtent à proximité. Ainsi, une goutte froide viendrait à nouveau se positionner proche du golfe de Gascogne et pourrait s'y attarder plusieurs jours sans que les modélisations ne s'accordent sur une position. =>Pour l'instant, l'évolution est à un temps chaud / doux, avec des averses sur la façade ouest en lien avec la GF. Sur un large NE, le temps serait plutôt calme. Sur un tiers sud, l'agitation pourrait se maintenir avec des passages pluvio-orageux fréquents. Les régions méditerranéennes sont sous la menace d'un ou plusieurs épisodes potentiels de fortes pluies / d'orages : la GF pilote un flux de SW chaud et humide, caractéristique de tels évènements. En fin de semaine, peut-être les BG groenlandais se rapprocheront mais c'est encore bien hypothétique. À H96, les spaghettis sont encore bien structurés : 24h plus tard, ce n'est plus du tout la même recette, la position de la GF, majoritairement vers la Corogne sur cette sortie de GEFS, se montre déjà capricieuse. À H240, ben ... à part une tendance aux rapprochements des BG, tout est permis ! Chez IFS, configuration caractéristique à épisode méditerranéen : flux d'altitude cyclonique de SW, chaud et humide des Açores au golfe du Lion via les côtes marocaines avec intrusion froide et, en surface, marais barométrique dépressionnaire et creusement de méso-échelle du côté des Baléares ou de Lion. On retrouve cette configuration plusieurs jours chez les modèles.
    17 points
  46. Bonsoir, @LQ'03Ton témoignage est poignant, heureusement tout s'est bien terminé. Je n'ai pas non plus écrit sur le forum depuis cet orage incroyable ; je travaillais chez Predict à Montpellier ce mardi matin et nous avons essayé d'informer du danger les communes de la Vaunage et de la Vistrenque le plus tôt possible en observant la stationnarité de l'orage et les lames d'eau exceptionnelles associées. La crue du Rhôny a été historique : avec 4.45 m, on dépasse largement celle du 10 octobre 2014 (3.70 m environ). Pas étonnant puisque la partie amont du bassin a enregistré plus de 200 mm en moins de 4h. Pas de données de 1988 mais on devait s'en rapprocher. La plaine de la Vaunage est devenue un véritable lac. Le retour depuis Montpellier pour rejoindre Langlade, le village de mes parents, a été très difficile. Je vais essayer de monter un petit reportage dans les jours à venir. Du côté purement météo : l'épicentre de l'orage se situe entre Nages, Boissières, Uchaud et Bernis avec 300 à 320 mm en 3h30 environ. 276 mm au pluvio de St-Dio. Les intensités précisées par @Ventdautandans le topic climatologie sont incroyables. N'y-avait-il pas à un moment un pluvio à Bernis (celui qui a relevé 530 mm lors de l'épisode de septembre 2005) ? En se basant sur le PPRI du Vistre de la DDTM qui a calculé des quantiles extrêmes de pluie sur le secteur, les valeurs observées sur 1h, 3h, 6h et 12h ont une période de retour plus que centennale pour les villages cités plus haut. On dépasse localement en intensité 1988 et 2005. @loisCongénies est resté un peu plus à l'écart, tout s'est bien passé de ton côté ? Du côté dégâts : ils sont nombreux sur la voirie; il y a aussi de nombreux effondrements de murs et mouvements de terrain. Je me réjouis de ce bilan miraculeux (il n'y a aucune victime) : le travail de prévention et la réactivité des services de secours ont vraisemblablement bien fonctionné. Bonne soirée à toutes et à tous !
    17 points
  47. Je craque, MF se tue à préparer des données parfaites pour les présentateurs météo, et il faut toujours que ceux-ci y ajoutent la remarque qui gâche tout. F2 hier soir : A propos du prochain week end "nous allons...vers des températures un peu trop fraîches encore pour la saison". Ce "encore" est une fois de plus de trop. Cette présentatrice ne peut pas ignorer, car elle se fournit chez MF, que nous n'avons pas des températures trop fraîches pour la saison, qu'elle clique donc sur le bilan d'été de MF et surtout qu'elle ne fasse pas comme si cette première décade de septembre était anormalement fraîche : À l'échelle de la France et de la saison, la température moyenne de 20,0 °C a été supérieure à la normale* de 0,4 °C. Et au 10 septembre, Paris Montsouris est à près de 6° au dessus de la norme en tx...Normales que je rappelle être en hausse constante depuis 50 ans. Je ne nie pas que nous avons en revanche vécu un été très pluvieux et très nébuleux, mais la façon dont, en permanence, l'ensemble des journalistes audio-visuels estiment qu'en dessous de 30° le temps est frais devient de la contre-information qui alimente les derniers bastions du climatoscepticisme. Pourquoi cette profession est-elle à ce point frileuse😂?
    17 points
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...