Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Pansa

Membres
  • Content Count

    371
  • Joined

  • Last visited

About Pansa

  • Rank
    Altocumulus

Recent Profile Visitors

2395 profile views
  1. Bonjour, Avec le retour progressif de conditions plus propices aux développements orageux, je consulte les observations par radiosondages à nouveau depuis quelques jours sur le site des données publiques de Météo France sur cet url : https://donneespubliques.meteofrance.fr/?fond=produit&id_produit=97&id_rubrique=33 Je consulte les radiosondages aux formats dit "Ascii Haute Résolution" et "Ascii Haute Résolution Complet" depuis 3-4 jours, qui sont téléchargés sous forme de csv. Gros problème : pour Trappes, ça ne retourne que des fichiers vides depu
  2. Je parle de gradient horizontal de température. Ils ne sont pas le propre des environnements supercellaires, et surtout propices aux orages multicellulaires (type QLCS). Des supercellules peuvent néanmoins se développer dans un tel environnement, au sein d'un QLCS de grande échelle. La morphologie de la supercellule dépendra des autres caractéristiques de l'environnement (principalement l'humidité et la capacité de l'orage a l'ingérer). Justement non. Le concept de conflit des masses d'air se réfère à un fort gradient horizontal. J'ai rappelé plus haut que c'était généralement p
  3. Salut. Oui c'est bien une manière de quantifier l'incertitude modèle (en lien notamment avec les choix physiques). En ce qui concerne le fait qu'il y a des modèles performants et d'autres moins, j'aurais d'abord tendance à dire que ça dépend de plusieurs choses. Principalement, le choix du système d'assimilation de données, et la situation météorologique.
  4. Je vais compléter un peu ce qu’ont dit sb et Ludo. Je pense que c’est nécessaire car certaines choses dites sont approximatives voire inexactes, et parfois oublient de rappeler l’essentiel. Pour faire simple, je vais parler de la façon dont les perturbations initiales sont générées pour obtenir un ensemble dans le système du NCEP, et celui de l’ECMWF, le tout sans faire de maths. Les perturbations sont optimisées afin que le taux de croissance de leur erreur soit du même ordre que celui des modes les plus instables à l’échelle synoptique et à courte échéance (les modes
  5. Cette neige dont tu parles n'est pas du tout visible sur la photo. Tu voulais peut-être écrire "pas de neige"?
  6. Surement du côté de Bialowieza, puisque c'est là, ainsi que de l'autre côté de la frontière au même niveau en Biélorussie, que se situent les dernières populations sauvages de bisons européens.
  7. Je crois qu'il y a méprise. Ce n'est ni une question d'échelle, ni d'obsolescence de ces indices. D'une part, il ne faut pas s'attendre à avoir des corrélations plus élevées que ce 0.5-0.6 pour de tels phénomènes car ce sont des signaux assez bruités, et par conséquent la corrélation est avant tout statistique. C'est surement ce que tentait d'expliquer Treizevents en disant qu'on est souvent confronté en science de l'atmosphère à des coefficients de corrélations souvent plus faibles que ceux là. On voit régulièrement des études de corrélations entre l'écoulement stratosphérique et
  8. Au passage, un deuxième message pour poster quelques photos trouvées sur le net, de personnes (avec leurs enfants) marchant sur le réservoir Zegrze pris par les glaces le 21 février (trentaine de kilomètres au nord de Varsovie, depuis le centre)... Mais avec une température de l'air de l'ordre de 10°. Ca devait pas être très sûr. @Ari Tu es sur que le record de tmax à Varsovie en février n'est pas celui de 2010 sur la figure de IC, de 23.1 degrés?
  9. Merci sasturgis de réveiller un peu ce topic, déserté par ses animateurs habituels (dépités par le retrait du froid et de la neige?). Je ne saurais dire qui a raison, mais sur IC, on trouve ceci (ci-dessous), qui semble dire qu'on aurait déjà eu pour les mois de février une valeur de tmax de 17.2 en 1990, et une autre de 23.1 en 2010, donc peut-être que le record n'est pas atteint (?).
  10. Un épisode de froid intense se prépare en Russie occidentale pour les prochains jours, en pur flux de nord advectant de l'air Arctique assez profondément dans le sud-ouest du pays.
  11. Il ne s'agit pas du "frigo sibérien" à proprement parler puisque ça ne concerne ni la République de Sakha-Iakoutie, ni la Tchoukotka, ni le krai de Krasnoiarsk, mais c'est quand même un épisode remarquable. Une tempête de neige exceptionnelle a eu lieu sur l'ile de Sakhaline lors du passage de l'intense low du 16 au 17 février (voir carte ci-dessous) avec un scénario comparable à ceux qui donnent d'impressionants cumuls dans les Alpes japonaises. Dans la deuxième vidéo, la maison est totalement ensevelie par la neige, et seule une petite gallerie creusée dans la neige p
  12. De beaux cumuls dans le district central fédéral, qui englobe la région de Moscou, avec 56 cm sur la capitale. Sur les réseaux sociaux, les locaux faisaient part du fait qu'il manque un grand nombre de stations clés, et que la couverture neigeuse atteint 71 cm à Kaluga, et excède localement 80 dans certains endroits de la région.
  13. Merci pour ta réponse! Apparemment la largeur à Plock est de l'ordre de 600 m au niveau du pont, et le max semble être autour de 2.5 km proche de Dobrzyn na Wisla. Je m'attendais à bien plus à vrai dire. Je pense comme toi que la faible largeur, en plus des piliers du pont font goulet d'étranglement, et si en plus une des berges est juste à hauteur d'eau, la débacle finit nécessairement par déborder.
  14. Très intéressant. Quasi un lac? On parle de quelle largeur de rivière sur ce tronçon? 10-15 km? Mon impression sur la vidéo est que ça ressemble à une débacle tout ce qu'il y a de plus classique. Ils patissent du fait que la ville est juste au niveau de l'eau.
×
×
  • Create New...