Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Pansa

Membres
  • Content Count

    295
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Pansa

  1. J'ai essayé de trouver quelque chose d'un niveau accessible, j'espère que ça fera l'affaire : http://hmf.enseeiht.fr/travaux/projnum/book/export/html/3499 Et ça, c'est pour l'explication détaillée (niveau très élevé) : https://atmos.uw.edu/academics/classes/2010Q1/536/2003AP_downslope.pdf
  2. Sur cette animation, on voit bien le phénomène de transition entre un écoulement supercritique en amont de la montagne (au centre de l'animation - vers Omblèze) et sous-critique en aval. On observe que l'épaisseur de la couche effective ré-augmente immédiatement en aval de la montagne. C'est ce qu'on appelle un ressaut hydraulique. On observe aussi des phénomènes analogues dans d'autres écoulements, comme un écoulement de robinet dans un évier par exemple, ou encore des transitions entre écoulement laminaire et turbulent dans les tornades. La personne qui a posté le tweet parle aussi de propag
  3. Salut, Ca dépend de plusieurs paramètres. Pour faire simple, ça dépend de l'angle d'incidence du vent avec la chaine montagneuse, mais aussi de la stabilité statique de l'atmosphère représentée par N (fréquence de Brunt-Väisälä), la vitesse du vent U, et la hauteur de la montagne h. Quand le rapport U/Nh (le nombre de Froude) est de l'ordre de 1 en aval de la montagne, il se produit une transition entre un écoulement supercritique (laminaire) en amont vers un écoulement sous-critique (turbulent) en aval, qui va permettre une pénétration vers la surface, une forte accélération du vent et des
  4. Oui, je parlais bien d'erreur en lien avec les observations. Par exemple, la première mesure (celle en surface) d'un radiosondage provient souvent d'une station de surface. Il arrive souvent que ces capteurs soient mieux calibrés pour mesurer la température et le vent, mais tolèrent une assez grande incertitude sur le point de rosée, car secondaire. Ca peut produire une grosse discontinuité sur le profil d'humidité sur un radiosondage, comme illustré sur la figure ci-dessous (entourée en rouge). Dans ce cas, on ne pourra pas vraiment utiliser la MLCAPE, car elle aura été contaminée par l'erreu
  5. Dave Schultz a écrit un papier sur la question il y a un moment. L'argument pour s'affranchir de l'explication en terme de conflit des masses d'air était le suivant : Le concept de conflit de masse d'air insiste beaucoup sur le gradient horizontal de température à échelle synoptique, mais c'est problématique car : Les zones avec des forts gradients horizontaux de températures ne sont pas propres aux environnements supercellulaires. Les zones de forts gradients sont plus propices au développement de ligne de grain que de supercellules. Autrement dit, les zones où le conf
  6. Indépendamment des sources d'erreurs qui peuvent parfois orienter un choix en faveur d'une CAPE plutôt qu'une autre, la MUCAPE donne le potentiel du scénario le plus optimiste, qui est quand même assez peu souvent réalisé par chez nous. L'utiliser dans tous les scénarios, c'est constamment sur-estimer le potentiel orageux. La MUCAPE est généralement utilisé pour la convection nocturne ou d'altitude, ou en présence d'une couche d'inversion. La MLCAPE est préférée en conditions mélangées, autrement dit surtout en saison chaude l'après-midi. Ca donne souvent une idée du scénario le plus réalis
  7. Super réponse Cers! Puisque tu partages entre autre un document provenant de Keraunos, j'en profite pour rebondir avec une question qui n'est pas totalement hors-sujet et qui me brulait les lèvres sur le thème going beyond MUCAPE. On voit bien dans le document de Keraunos qu'ils prennent le temps d'introduire la CAPE pour différentes parcelles (SBCAPE, MLCAPE, MUCAPE), mais en pratique sur leur site, ils n'affichent graphiquement que la MUCAPE. Même problème pour Météociel qui ne représente également que la MUCAPE uniquement pour la plupart des modèles qu'ils ont à leur disposition. Il y a
  8. Quel est le niveau de réponse demandé?
  9. Salut. J'ai regardé. Quelques belles images mais aussi beaucoup de plutôt moches (les tornades en images de synthèse). J'ai regretté qu'ils recyclent trop souvent les mêmes images de tornades pour décrire tout un tas d'épisodes différents. On a du voir certaines images quinze fois au moins. Par contre, au niveau des explications scientifiques, on restait dans les poncifs habituels (le fameux conflit entre les masses d'air, le courant jet décrit presque comme un des ingrédients principaux pour les tornades...) et c'était parfois complètement à la ramasse. Seuls le type du La
  10. Les gens plus au courant que moi (MF ou autres) me corrigeront si je dis une bêtise, mais il me semble que non, ce n'est pas accessible au public. Et c'est malheureux.
  11. Je pense que tu as raison, en effet. J'ai regardé à l'instant le radar, et l'incendie à proximité (70 km plus au nord ouest) ressort clairement.
  12. C'est très impressionnant ce truc. A quoi est due cette couleur?
  13. Pour compléter ce que dit Tony22, et pour y avoir passé un peu de temps aussi, ce que j'ai trouvé le plus impressionnant à Boulder était la sublimation de la neige après chaque gros épisode. Comme la neige est très sèche là-bas, ainsi que l'air, la neige se sublime dans le courant de la journée sans passer par de la fonte, de la gadoue, ou encore de la neige noire comme nous avons trop fréquemment par chez nous.
  14. On visualise également de la neige sèche sur le radar composite (bleu clair).
  15. C'est curieux @boubou07. Chacun de tes messages s'ouvre par une tentative de mea-culpa, pour finalement réitérer par la suite certaines insinuations (Qui sont ces pseudo experts et en vertu de quoi le sont-ils? Complexité de la science qui justifie de fausses équivalences fallacieuses, Climato-sceptiques "sérieux" = lanceurs d'alerte, Débat scientifique muselé)
  16. Animation composite radar (bien qu'ayant tenté de diminuer la résolution, le fichier reste gros donc l'animation met du temps à charger) : edit : J'ai encore abaissé la résolution. Ca devrait charger mieux. Pour ceux qui veulent voir à meilleure résolution : animation HR
  17. Quelques scans radars. Voici celui du radar de Lake Charles hier soir (environ 21 h, heure française), où on remarque un grand nombre d'alertes tornades, qui dénotaient la présence de circulation type mini-supercellule, fréquemment associés à ce genre de bande pluvieuses extérieures. Pardon pour la faible qualité. Et là, c'est le dernier scan du radar de Houston, celui de Lake Charles (et de Ft. Polk) étant hors services depuis plus de deux heures, et on comprend bien pour quelle raison.
  18. Je ne serais pas contre me joindre à vous, si jamais quelque chose est organisé.
  19. Peut-être car ce sont des lacs dont les valeurs de profondeurs sont renseignées? Il faudrait voir avec les autres lacs ou étangs dont la valeur de profondeur est manquante.
  20. D'accord. Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que le problème pourrait venir de là. Comme la T2M est calculée en utilisant la skin temperature et la température sur le premier niveau modèle au dessus de la surface, le biais peut venir de la skin temperature (donc un problème venant du schéma de paramétrisation, ou justement des paramètres en entrée de ce schéma), de la température sur le premier niveau modèle, ou du type de profil utilisé pour l'interpolation. Tu avais montré plus tôt qu'il y avait biais sur la skin temperature, donc je pense que tu as raison sur l'origine du pro
  21. @_sb Qu'est-ce que cette base dont tu parles? C'est le masque utilisé dans Arôme pour les étangs?
  22. Vu, entendu et senti aussi. Les murs ont tremblé.
  23. On commence à avoir les premières gouttes sur le 13ème.
×
×
  • Create New...