Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

MCS34

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    2044
  • Joined

  • Last visited

About MCS34

  • Rank
    Cumulus congestus

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Beaucoup plus banal et hélas bien plus probable, dans le contexte du RC. Notons l'évolution importante de CEP par rapport à hier : VS
  2. C'est juste beau et original pour la période de l'année.
  3. Je ne cherche absolument pas à te convaincre Jérôme et n'y à imposer mon point de vue. Toutefois, dans la mesure où la liberté d'expression existe, je m'autorise à réagir aux plaintes récurrentes des gens (et pas forcément de certaines personnes d'infoclimat, mais de la population en général) concernant les journées fraîches, que j'estime mal venues compte tenu du contexte actuel du réchauffement. Alors peut-être que si elles réagissent ainsi, c'est qu'elles pensent que ce réchauffement n'est pas grave, du moins en France, mais si tel est le cas, un petit tour dans la littérature scientifique devrait leur faire changer d'avis. Je crois que tu ne m'as pas vraiment compris. Je n'ai jamais été déprimé par quelques journées très chaudes dans l'été, mais plutôt inquiet et agacé par les chaleurs intenses et récurrentes qui se situent dans un contexte de réchauffement tout à fait préoccupant. Je suis tout à fait conscient qu'il est préférable d'avoir des températures élevées pour observer des dégradations orageuses très dynamiques. En revanche, ce que je n'apprécie pas, ce sont les chaleurs qui s'éternisent à n'en plus finir. D'ailleurs, tu remarqueras que ces toutes dernières années, à part certaines dégradations intenses (bien) isolées, les étés ont été davantage anticycloniques qu'orageux dans leur globalité. D'où certainement la lassitude de certains passionnés vis-à-vis des synoptiques estivales qui n'apportent pas toujours, loin s'en faut, les fameux orages tant espérés ! Si tu veux continuer à discuter, viens en MP dorénavant. Bonne journée !
  4. Je pense que cela change à cause de la prise de conscience de la gravité du réchauffement climatique, mais aussi en raison de la simple lassitude envers la banalisation totale des excédents de températures. Même si le temps actuel n'apporte pas d'adrénaline, on peut l'apprécier parce qu'il tranche avec tous les autres mois qui étaient excédentaires. Pourquoi une anomalie de -2 degrés serait moins enthousiasmante qu'une de +2 degrés ? Par ailleurs, de toute manière, même si les conditions fraîches actuelles ne sont pas favorables aux orages, la chaleur durable et intense ne l'est pas forcément non plus. Les étés chauds ne sont pas toujours les plus orageux, loin s'en faut. Pour cela, il faut surtout des contrastes thermiques importants et un champ de pression atmosphérique relativement peu élevé. Personnellement, j'ose espérer que les conditions actuelles augureront d'un été plus changeant et plus dépressionnaire. Franchement, à tous les gens qui se plaignent du temps actuel, j'aimerais bien qu'ils se disent que ce type de temps est de plus en plus rare et que la vraie menace future, pour leur bien-être et leur santé, réside au contraire dans la hausse globale continuelle des températures. Ainsi, je pense qu'il faut apprendre à apprécier ces rares périodes de fraîcheur. Je parle notamment pour les médias : on ne peut pas d'un côté, évoquer régulièrement la menace climatique, et d'un autre, annoncer sur un ton triste des températures inférieures aux normales, alors que 90% du reste du temps, on est au dessus de ces dernières. Enfin, on ne déteste pas les tx supérieures à 25 °C. Ce que ne veulent pas certains passionnés, dont moi, ce sont des conditions estivales et sèches quasi-continuelles de mai à septembre. Bonne semaine.
  5. Du tout, il est raisonnable de souhaiter quelques périodes chaudes et ensoleillées, qui font elles aussi parties de notre climat. En revanche, ce qui l'est moins, c'est d'attendre de la chaleur durable dès le mois d'avril et d'être déprimé dès la moindre descente fraîche, alors que les printemps d'antan en étaient souvent composés. Pour ma part, j'espère que la chaleur intense sera la plus tardive possible et qu'on aura enfin un été orageux et dépressionnaire. Bref, un été bien plus varié et contrasté que les précédents ! Mais peut-être est-ce aussi une attente déraisonnable dans le contexte du réchauffement climatique ?
  6. Rafale de 140,4 km/h à Belle-Ile ! https://www.infoclimat.fr/observations-meteo/temps-reel/belle-ile-le-talut/07207.html.
  7. Rafale de 139,3 km/h à Belle Ile ! https://www.infoclimat.fr/observations-meteo/temps-reel/belle-ile-le-talut/07207.html
  8. Je trouve quand même que certains thermophiles en font beaucoup trop. Ces plaintes me semblent d'autant plus excessives que nous venons de traverser un hiver particulièrement anticyclonique et plutôt doux. Mais surtout, cela revient à être "catastrophé" par des conditions météorologiques qui sont normales pour un printemps français, et même plutôt rassurantes dans un contexte de réchauffement climatique où les anomalies chaudes pullulent. Certains ont des attentes déraisonnables pour le climat français. C'est comme si je me plaignais constamment, lors de la période hivernale, qu'il ne neige pas abondamment et régulièrement ici. Je ne le fais pas et je suis bien conscient que pour vivre de tels frimas, je vais devoir aller vivre ailleurs. Alors peut-être que si les descentes fraîches printanières sont si insupportables pour certains, ceux-ci devraient peut être envisager d'aller vivre dans des contrées bien plus chaudes... Par exemple, au Texas ?
  9. Pour celles et ceux qui sont préoccupés par le sujet, je vous invite à contacter vos députés pour les inciter à interroger les ministres concernés lors des questions au gouvernement. Il faut se mobiliser ! Le 11 décembre 2018, une question de ce type avait été posée par Monsieur le député Marc Le Fur, mais la réponse apportée n'était pas tranchée : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.7067367_5c0f73adb5733.1ere-seance--questions-orales-sans-debat-11-decembre-2018?timecode=3975660. Il y a plusieurs mois, j'avais sollicité à ce sujet le député de ma circonscription, mais on n'avait pas non plus obtenu de réponse précise dans la mesure où le dossier était encore très récent.
  10. Là, vous confondez la démocratie représentative et la démocratie directe. Nous sommes dans un système de démocratie représentative, c'est-à-dire que les citoyens choisissent leurs gouvernants et ensuite, c'est eux qui prennent les décisions. Je ne me vais pas me faire que des amis en disant ça, mais personnellement, la démocratie directe, tout particulièrement le RIC, ça me hérisse ! Même si ce n'est pas du tout populaire et en vogue de dire ça de nos jours, je pense que sur des sujets complexes impliquant de nombreux paramètres à prendre en compte (c'est le cas ici du choix du fuseau : aspects énergétiques, d'harmonisation européenne, sanitaires, d'adaptation aux activités humaines, etc.), l'avis populaire ne peut constituer qu'un élément (parmi d'autres) à prendre en compte dans la prise de décision. De telles décisions ne doivent être prises, selon moi, que par des représentants du peuple qui prennent en compte l'avis d'organismes spécialisés et de scientifiques. Même si ce système est loin d'être parfait, les décisions sont prises avec bien plus de recul que par des citoyens qui choisissent sans opérer toute une réflexion en amont prenant en compte de multiples paramètres. Si toutes les décisions étaient prises par référendum, plein d'avancées n'auraient probablement jamais vues le jour, ou du moins, que très tardivement : obligation du port de la ceinture de sécurité, interdiction de conduire dans un état d'ébriété, augmentation du prix du paquet de cigarette, interdiction de fumer dans les lieux publics, etc. Alors, certes, un mauvais choix du fuseau horaire ne mettrait pas la vie humaine en danger, mais cela pourrait avoir des conséquences néfastes à plus d'un titre, lesquelles nécessitent d'être mesurées bien en amont de la prise de décision. Dans une société, on ne peut pas prendre que des mesures populaires. Bonne soirée.
  11. Mais, il n'y a rien d'étonnant malheureusement. Pour réduire les biais, il fallait uniquement appeler les fuseaux alternatifs, UTC+1 et UTC+2, et non "heure d'été" ou "heure d'hiver". Dans ce pays, le culte de l'été est tellement important que les gens allaient forcément choisir "l'heure d'été". C'est culturel et très ancré. De toute manière, on verra bien à la fin, mais la France à UTC+2, je n'y crois absolument pas. Un décalage horaire de 2 heures entre Paris et Londres pendant 5 mois de l'année ne sera probablement jamais accepté par le Gouvernement français. Par ailleurs, c'est sans oublier des pays nordiques comme le Danemark qui résisteront à l'heure UTC+2 pour faire coïncider, le peu de luminosité qu'ils ont en hiver, avec l'essentiel des activités humaines. Les Français ont beau être obnubilés par les soirées estivales, il n'en reste que leur pays est dans un monde intégré et qu'ils devront accepter un compromis pour éviter un patchwork de fuseaux horaires en Europe. Vous verrez que l'Europe de l'Ouest restera au fuseau UTC+1.
  12. Sauf qu'il vaut mieux adopter l'heure qui convient le mieux aux activités et à la santé humaine plutôt que de compter sur un éventuel réaménagement des horaires, lequel sera très long à mettre à place et à négocier. Par exemple, en cas d'heure d'été permanente, ne croyez pas que la machine de l'éducation nationale se réformera rapidement et mettra fin aux cours à 8 heures. Pendant nombre d'années, assurément, les enfants subiront. Je ne vais pas revenir là-dessus, mais nombre d'études scientifiques ont démontré qu'un coucher de soleil tardif retardait l'endormissement et que ne pas être exposé à la luminosité dès son réveil est un facteur de désynchronisation de l'horloge biologique. Vous allez me répondre que dans les pays nordiques ils font avec, d'accord, mais dans la mesure où nous avons des journées plus longues en hiver, autant faire coïncider le mieux l'ensoleillement avec les activités humaines. Les couche-tard aiment davantage l'heure d'été, mais ils se trompent. Avoir de la luminosité jusqu'à 22h30 heures en été accentue leur décalage. Pour être un vrai couche tard, je peux en témoigner. Je déteste le passage à l'heure d'été puisqu'il me désynchronise encore davantage. De plus, j'ai l'horrible impression de perdre encore plus de temps. Quant à l'argument du lever du soleil à 4 heures, de son coucher à 20 heures et d'un soit disant gâchis... franchement, la vie ne s'arrête pas avec le coucher de soleil. C'est beau parfois la nuit non ? A Rome, le soleil se couche 1 heure plus tôt grosso modo en été que chez nous et je ne pense pas que les italiens en font une maladie. Puis, pour le lever de soleil à 4 ou 5 heures, maintenant l'immense majorité des logements sont très bien occultés (et facilement occultables si ce n'est pas encore le cas pour le vôtre). En revanche, pour les enfants qui devront attendre 9h30 à 10 heures au coeur de l'hiver pour voir le soleil, on ne pourra rien faire, sauf à espérer une très hypothétique réforme de l'éducation nationale qui décalerait les cours... D'ailleurs, une telle réforme aurait dû voir le jour depuis longtemps tellement c'est désagréable de commencer à 8 heures quand le soleil se couche à 22h30.
  13. Effectivement. Pour bien comprendre la situation, il faut se pencher un peu sur le droit européen et le contexte politique actuel. En l'occurrence, le projet est à l'état de proposition de directive. En théorie, cette dernière, conformément au principe de subsidiarité, laisse les Etats compétents pour choisir leur fuseau. Néanmoins, dans la pratique, c'est plus compliqué que cela. En effet, si on appliquait ce principe à la lettre, on risquerait un éclatement des fuseaux horaires en Europe avec même, potentiellement des configurations absurdes (par exemple, une France à l'heure UTC+2 et une Belgique à l'heure UTC+1). Pour éviter cela, il est probable que les Etats n'adopteront la directive que s'ils arrivent à une harmonisation cohérente des fuseaux en amont, faute de quoi, le projet capotera tout bonnement et simplement. Dans une tel processus, chaque Etat a potentiellement un pouvoir très important. En effet, par exemple, d'après plusieurs sources, l'Espagne hésiterait entre UTC+1 et UTC+0. Imaginez, par exemple, une Espagne à l'heure UTC+0 et une France à l'heure UTC+2 ? Ce serait tout simplement absurde. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres... Par exemple, les Gouvernements néerlandais et slovaque souhaiteraient le fuseau UTC+1 tandis que les allemands seraient davantage pour le fuseau UTC+2... Imaginez une Slovaquie à l'heure UTC+1 et une Allemagne à l'heure UTC+2 ?! Comble de l'absurde... On voit bien évidemment qu'une application sans nuance du principe de subsidiarité nous conduirait directement à une fragmentation du marché intérieur. Je ne pense pas que l'on aboutisse à une telle situation et qu'en réalité, on obtiendra des compromis entre plusieurs blocs d'Etats qui ont entre eux le plus de relations économiques. Ainsi, il est tout à fait probable d'avoir le coeur économique de l'UE au même fuseau (Espagne, Portugal, France, pays du Benelux, Italie, Allemagne, Danemark). Compte tenu que l'Espagne souhaiterait abandonner le fuseau UTC+2 et que le Royaume-Uni conservera très probablement son fuseau UTC+0, la solution probable et de compromis pour ces pays est l'heure UTC+1, avec quand même une probabilité non négligeable d'une Italie à l'heure UTC+2 compte tenu de sa position géographique méridionale (coucher de soleil plus précoce en été qu'en Allemagne) et de son Gouvernement assez euro-sceptique qui risque de vouloir marquer encore davantage son indépendance vis-à-vis du bloc franco-allemand. Il faut bien comprendre que les consultations populaires internes menées dans chaque Etat membre ne sont, au mieux, que des outils d'aide à la décision pour les Gouvernements. Les décisions finales respectives prendront en compte des paramètres multiples, qui vont bien au-delà de ces consultations. Bonne soirée.
  14. 26,3 °C : https://www.infoclimat.fr/observations-meteo/temps-reel/bouliac/000GT.html.
×
×
  • Create New...