Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

faycal

Membres
  • Content Count

    622
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

2 Followers

About faycal

  • Rank
    Stratocumulus

Personal Information

  • Location
    St Germain les Corbeil

Recent Profile Visitors

2889 profile views
  1. Canicule sur la région à partir lundi après-midi, rapide augmentation du mercure avant l'atteinte voire le dépassement des records en milieu de semaine. Voici, les températures envisageables : Dimanche : 15 / 18° , 27/28° Lundi : 16 / 18° , 32/33° Mardi : 19/22° , 36/38° Mercredi : 21/25° 39/41° Jeudi : 22/27° , 40/42° Pas bien frais tout ça... A mon avis, les records absolus vont tous tomber notamment les records de tn vu le vent de sud qui devrait etre de la partie mercredi et jeudi.
  2. Ce matin, plus de doute, on part sur une intense canicule, tout comme fin juin, les températures devraient atteindre des niveaux rarement voire jamais atteints. En raison des sols très secs, la hausse des températures devraient bien plus marquée que fin juin notamment dans le nord. Pour une fois le parallèle avec 2003 est largement justifié malgré la durée moins importante ( à priori ). En effet à l'instar de celui de juin , cet épisode risque de faire tomber de très nombreux records mensuels et absolus, jour comme nuit, les journées de mercredi et jeudi semblent pour l'instant les plus incroyables. Quand au risque orageux, il semble pour moi assez limité au vu des modélisations de ce matin. Sur certains scénarios (à l'image de CEP0z), le talweg reste trop éloignés pour induire des forçages suffisant. Sur d'autres (à l'image de GFS6z), le talweg attaque bien mais la dorsale est beaucoup trop imposante à l'avant , autrement dit les moyennes couches de l'atmosphères sont beaucoup trop chaude pour que l'instabilité soit suffisante , de plus les basses couches seraient trop sèches pour fournir une humidité suffisante. Dans ces conditions, difficile voire impossible d'avoir une vraie degradation orageuse en fin de canicule (dans le cas ou celle ci se termine Jeudi-Vendredi). Par exemple sur GFS6z, on aurait un simple front froid avec des pluies probablement pas très conséquentes. Enfin, on surveillera le prolongement de cette canicule, c'est ce que CEP, isolé dans son ensemble, propose ce matin, cette option reste absente de l'ensemble GEFS, donc elle reste pour l'instant peu envisageable.
  3. Rennes à gauche, Nimes à droite. Respectivement 24,5° et 30,4° pour la tx moyenne en juillet ... Les 3 dernières semaines n'ont pas grand chose d'océanique à Rennes avec une sécheresse absolue et des températures autour de 27-28° quelque soit la direction du vent. Quand à Nîmes, on se croirait en Afrique du Nord à la lisière du Sahara, en effet, on compte seulement 4 jours avec tx<35° en 19 jours. Ce que je veux montrer là, c'est que "l'équilibre thermique en France" est particulièrement élevé cet année, c'est à dire que meme avec un flux de nord-ouest anticyclonique, on dépasse les 25° dans le nord. J'avais d'ailleurs fais la même observation l'année dernière. En résumé, non seulement le thermomètre s'envole trop haut quand la synoptique s'y prête mais il reste également perché trop haut quand la synoptique ne s'y prête pas. Revenons en à la prévision, l'épisode de fortes chaleur se précise pour la semaine prochaine avec un sérieux risque de canicule. Ce qui est inquiétant, c'est que les projections font à nouveau état d'une masse d'air beaucoup trop chaude, 2 à 4° supérieurs aux standards que nous avions pour ce genre d'épisode il y a quelques années. Sinon effectivement ce n'est pas parce que ça à pris en juin que ça va prendre, non c'est parce que aujourd'hui dans notre nouveau climat, ça prend à tous les coup. Sur les 5 dernières années , toutes les fois où ça a bien pris : Fin Juin 2019 Fin juillet / début aout 2018 Début août 2017 Fin juin 2017 Fin août 2016 Début août 2015 Fin juin / début juillet 2015.
  4. Après la canicule historique de fin juin, aucune véritable dégradation n'est survenue sur le pays avec notamment une sécheresse supreficielle qui devient souvent préoccupante alors que nous approchons du cœur de l'été. Et la situation n'est pas partie pour se débloquer bien au contraire: + Les ensemblistes américain et européen sont allignés pour le début de semaine, avec une imposante dorsale qui gonflerait sur le pays. Ces cartes laissent pour l'instant peu de place au doute, un épisode de fortes chaleurs potentiellement caniculaire est à surveiller pour la fin juillet.
  5. En effet, les modèles commencent à prendre une direction que nous connaissons bien maintenant, une circulation atlantique qui s'accélère sur l'océan et une dorsale monstrueuse qui viens de manière naturelle s'étaler sur le pays. Je vais ouvrir le prochain topic, histoire de ne pas déborder.
  6. ARPEGE a une legère tendance à surestimer un peu les températures en période de canicule mais j'ai l'impression que ce biais a été bien corrigé l'été dernier car j'ai trouvé qu'ARPEGE était souvent pas mal du tout. GFS est par contre à oublier pour faire une prévision à 2m, notamment sur la moitié nord où il oublie parfois plus de 3-4° voire plus. Petit exemple avec les 2 derniers gros coup de chaleur en date. Le 26 juillet dernier : ARPEGE / GFS La realité : Le 6 août dernier : ARPEGE/GFS Réalité : Les cartes parlent d'elle même, GFS n'est vraiment pas bon à cet exercice. La nouvelle version de GFS ne semble pas déroger à la règle : Les 2 cartes n'ont absolument rien à voir, entre 5 et 8° d'écart à un endroit donné. ARPEGE est bien sur bien plus proche de ce qui est envisageable pour autant il se pourrait qu'il nous fasse une petite ARPEGADE avec ces 44° au nord du Massif-Centrale, le record absolu national serait déjà en jeu dés mercredi. Dire que le paroxysme de cette canicule est attendu pour Jeudi, Vendredi...
  7. Au vu des modélisations de ce soir, on se dirige vers une canicule historique. On discerne 2 phases : + De dimanche à mardi , la goutte froide va progressivement s'isoler sur le proche atlantique redressant le flux lequel amenant une masse d'air déja remarquablement chaude pour un mois de juin, dés mardi , les températures afficheraient déja des niveaux proche des records, les 35° seraient depassés un peu partout sauf dans le NO et les 40° localement approchés voire atteints. + A partir de mardi soir , la dorsale européenne va se joindre à la dorsale atlantique, le flux va alors nettement se continentaliser, et une masse d'air encore plus brulante va s'engouffrer dans le pays en commençant par le SO. La canicule attiendrait alors son paroxysme, la chaleur atteindrait des niveaux historiques, les 40° pourraient etre dépassés sur de larges superficie dans le nord comme dans le sud. Sinon , il convient de rappeler que GFS sous-estime très nettement les tempéraures , il n y a qu'à comparer GFS et ARPEGE pour lundi.
  8. Ce midi, CEP est maintenant beaucoup plus chaud de GFS, que ce soit le deterministes ou l'ensemblistes. Voici le diagramme de Toulouse , la moyenne des scénarios atteint les 25° à 850hpa mardi, le deterministes est hallucinant... L'arrivée d'une telle masse d'air (t850>25°C) sur notre doux pays est, de base, un événement rarissime, en juin, ce serait tout simplement inédit, pour cette raison, il convient de garder une certaine réserve face au modélisation les plus extrême. Pour autant, ce midi, même les scénarios médians font état d'une canicule majeure (t850 >20°C sur la majeur partie du pays, ponctuellement t850>25°). Cette barre des 25° à 850hpa qui nous menace n'a été atteinte et même approché qu'une poignée de fois, jamais de manière durable et généralisé. Voici un petit mémory : + En 2003, la t850 fut de l'ordre de 22-23° pendant 10 jours, ce qui déclasse complètement cet événement en terme de durée, les 25° furent ponctuellement atteint dans la moitié sud. Cet épisode détient les records absolus de chaleur à 850hpa sur tout un quart nord-ouest. Au sol, je pense que tout le monde, connait le résultat, des 40° à la pelle un peu partout et une bonne partie des records absolus. + Fin juillet 1983 , un petit cut-off très dynamique sur le Portugal va amener une masse d'air incroyablement chaude sur tout une moitié est du pays. là aussi les 40° sont aisément dépassé avec meme plus de 42° dans le Var. Les records de t850 dans le sud-est datent tous de cette décade exceptionnelle. + Mi août 2012, cet événement fut plus remarquable en altitude qu'au sol en raison de l'avancée dans le saison, en effet, le soleil de fin août n'est plus aussi chaud qu'au coeur de l'été. Dans le SO, il s'agit là du record de chaleur à 850hpa + Début juillet 2015, Les 25° à 850hpa ont à peine été atteint et pourtant les 40° ont été atteint jusqu'à la moitié nord et même 41° à St-Etienne et Cazaux.
  9. Gfs sous-estime beaucoup les températures au sol en été (je suis sur mobile , je ne peux pas amener mes preuves ). Plus de 25°C à 850hpa en juin avec du soleil , ça dépasse assurément les 40° en plaine. MF est un organisme publique qui ne peut pas se permettre d'alarmer la population à J+7 sur un phénomène extreme qui n'est pas totamement confirmé. Sinon les méteorologues de MF ont les meme modèles que nous , et les amateurs IC ont pour certains des décennies d'experience dans la lecture des modèles... De toute manière, MF risque d'en parler dés ce soir vu que Cep devient lui aussi alarmant.
  10. Des cartes comme ça c'est tout simplement du jamais vu tous mois confondu. Au vu des sorties du soir, un sévère coup de chaleur est confirmé pour le début de semaine. S'il s'inscrit dans la durée comme sur GFS, il pourrait s'agir d'un véritable épisode caniculaire. Gfs continue dans sa folie. Gfs18z modélise tout simplement la canicule la plus intense de l'histoire climatologique, on aurait pour la première fois 40° generalisé sur de grandes zones du pays.
  11. CEP ne suit toujours pas GFS dans son scénario extreme. Juste pour l'anecdote, une chaleur aussi intense, ce serait du jamais vu dans l'histoire de la meteo moderne. Bon tant que CEP ne suit pas , inutile de tirer la sonette d'alarme.
  12. Ça par contre c'est une héresie de dire qu'un des modèles du monde est dereglé . Surtout que CEP 12z est très proche, avec là aussi une masse d'air digne du Pakistan qui vient englober toute la méditerannée occidentale. Je pense que l'on peut d'ores et dejà parler d'un risque de canicule pour un quart sud-est et pour la Corse. Quand au fait que GFS soit isolé dans son ensemble, c'est un peu le role d'un deterministe de flairer ce genre de chose à long terme.
  13. Gfs6z est vraiment incroyable et ces modélisations sont , je trouve assez inquiétante. Cette article : https://www.google.com/amp/s/m.20minutes.fr/amp/a/2311555 m'avais fait sourire mais quand je vois GFS 6z et ces 30°C à 850hpa en Provence, je me dis pourquoi pas. Malgré que ce dernier soit isolé, un eventuelle épisode caniculaire est à surveiller sur ce topic.
  14. Une potentielle supercellule à moteur gauche se dessine au nord de l'Orne. Sur l'animation on voit qu'elle est issue d'un split ayant eu lieu au nord d'Alençon il y a une trentaine de minutes.
  15. Cette semaine s'annonce particulièrement agité. Aujourd'hui, lundi, un complexe dépressionaire se présente sur les Iles de Britanniques, un premier front froid, bien que peu marquée à chasser la chaleur du weekend dans la nuit. Mise à part quelques orages épars, le temps devrait rester relativement calme. + Demain mardi, un premier talweg va pénétrer dans le Golfe de Gascogne redressant le flux notamment en altitude, dans le même temps, une masse d'air de plus en plus chaude et instable va gagner les 2/3 du pays avec le retour des fortes chaleurs sur tout une moitié est jusqu'au bassin parisien, des pointes à 35° sont même possibles dans les vallées de l'est. Au fil des heures, le contexte deviendra de plus en plus cyclonique avec le creusement d'un minimum dépressionaire au sein d'une onde chaude bien marquée avec des pointes de ThétaW à 20°. Ce dernier accentuera la convergence humide le long d'un axe Poitou-Centre-IDF-Champagne- Haut de France. On distingue donc une dégradation orageuse potentiellement marquée à partir de demain après-midi avec une concordance assez forte de paramètre favorable à la mise en place d'une convection profonde de grande échelle. On s'aperçoit que la zone à surveiller de prés se situe entre l'Ile de France et les frontières belges. La branche de jet particulièrement vigoureuse an place sur le nord-ouest déborderait largement sur la zone à risque rendant le contexte bien cisaillé en profondeur avec donc la possibilité de structure multicellulaire très aboutit notamment sur les Hauts de France là où les cisaillements seront les plus marqués. L'eau précipitable ne manquera et sera largement suffisante pour supporter la formation d'un système convectif de méso-échelle (MCS). Enfin malgré que la rotation de vents avec l'altitude ne soit pas optimale (il manque un jet de basse couche pour ça ), le contexte sera favorable à l'éclosion de supercellules notamment en début d'épisode lorsque la quantité d'énergie sera encore importante, attention à la grosse grêle, c'est classiquement ce qui peut faire le plus mal dans ce genre de situation à forte instabilité.
×
×
  • Create New...