anecdote

Membres
  • Compteur de contenus

    5 102
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de anecdote

  • Rang
    Orage monocellulaire
  • Date de naissance 26/09/1978

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. anecdote

    Suivi de la secheresse

    Trois remarques : - Personne n'évoque la période 1989 - 1993, pourtant cette longue sécheresse avait beaucoup fait parler d'elle à l'époque, surtout dans le sud. - Derrière les propos, on sent une extrapolation du genre "l'assèchement du climat vient du sud" et pourtant les régions méridionales ont été les plus arrosées cette année (voir aussi ce que l'Espagne et l'Italie ramassent comme flotte cette année). Ca sent un peu le régionalisme sur ce topic (disons nord-est, hum). - L'humanité a survécu à de grandes sécheresses et de grandes chaleurs dans les précédents siècles, et ce malgré de bien plus faibles moyens à sa disposition. On peut citer les nombreuses années chaudes et sèches du XIIIème siècle ou des séquences plus isolées comme par exemple le couple d'années 1718-1719. Les chroniques parlent, pour certaines années, de moisson en juin, d'arbres qui donnent plusieurs fois des fruits au cours d'une même année, d'absence de pluie entre Pâques et la Toussaint, de traversée des grands fleuves à pied sec, etc. Il faut relire les ouvrages de Leroy-Ladurie. Enfin il faut rappeler que ce qui a tué (et tue encore) le plus c'est le froid et ses conséquences, c'est historiquement et médicalement prouvé. Extrait de https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article644 : Une belle série : "En 580, les arbres fleurirent une seconde fois aux mois de septembre ou d’octobre. Des pluies abondantes et des inondations terribles avaient précédé cette floraison inaccoutumée ; et la chaleur, dont elle était la suite, fut accompagnée de tremblements de terre, d’incendies et de grêles, spécialement à Bordeaux, à Arles et à Bourges. Cette seconde floraison fait supposer au moins une température printanière prolongée, soit 12° à 14° de chaleur moyenne, et 24° à 25° de chaleur extrême. La chaleur de l’année 582 fit fleurir les arbres au mois de janvier. En 584, on eut des roses en janvier : une gelée blanche, un ouragan et la grêle ravagèrent successivement les moissons et les vignes ; l’excès de la sécheresse vint consommer ensuite les désastres de la grêle passée : aussi ne vit-on presque pas de raisins cette année ; les cultivateurs désespérés livrèrent leurs vignes à la merci des troupeaux. Cependant les arbres, qui avaient déjà porté des fruits au mois de juillet, en produisirent une nouvelle récolte au mois de septembre, ce qui implique régulièrement 20° à 24° de chaleur moyenne, et 32° à 34° au moins de chaleur extrême ; quelques-uns refleurirent encore au mois de décembre, et les vignes offrirent à la même époque des grappes bien formées, augurant 12° à 14° de chaleur moyenne, et 24° à 25° de chaleur extrême. Les arbres refleurirent au mois de juillet 585 ; ils refleurirent encore au mois de septembre 586, et un grand nombre de ces derniers, qui avaient déjà porté des fruits, en produisirent une seconde fois jusqu’aux fêtes de Noël. Au mois d’octobre 587, après la vendange, les vignes présentèrent de nouveaux jets avec des raisins bien formés. Les arbres refleurirent pendant l’automne de 589, et ils donnèrent ensuite d’autres fruits : on eut aussi des roses au mois de novembre." "Les deux années de 1718 et 1719 eurent l’une et l’autre des chaleurs sèches, violentes, longues et soutenues. A Paris, le 7 août 1718, le thermomètre de Lahire, malgré son exposition défavorable, indiqua néanmoins vers trois heures de l’après-midi 35° ou 36° : il s’éleva aux mêmes chiffres le 11, le 21 et le 23. Un hiver très doux succéda à ces chaleurs. La plupart des arbres se couvrirent de fleurs dès le mois de février et de mars 1719. Les fortes chaleurs reparurent avec le mois de juin. Plus intenses que celles de l’année précédente, elles durèrent aussi beaucoup plus longtemps. A Paris, le thermomètre de Lahire indiqua au maximum une température de 37° ; en outre, la table de Cassini attribue à cet été quarante-deux jours d’une température de 31° ; enfin, les chaleurs ont persévéré trois mois et demi, depuis le mois de juin jusqu’à la moitié du mois de septembre. L’extrême abaissement des eaux de la Seine au pont de la Tournelle, durant cette année si sèche, donna le zéro des mesures pour les hauteurs variables de ce fleuve. Le père Feuillée, cité par Maraldi, écrivait en même temps de Marseille que des chaleurs insolites y avaient fait refleurir les arbres au mois d’octobre, et qu’ils s’étaient plus tard chargés de nouveaux fruits. Les froids survenus au mois de décembre empêchèrent ces fruits de grossir comme à l’ordinaire, mais ils ne les empêchèrent pas d’aboutir à une parfaite maturité. Le père Feuillée ajoute qu’il a cueilli, le 18 décembre, des cerises et des pommes complètement mûres." Par conséquent, je ne partage pas le catastrophisme ambiant, surtout parce que ses arguments historiques s'arrêtent au siècle précédent.
  2. Patate chaude : Patate hydratée (légèrement) : Patate douce : Patate froide :
  3. anecdote

    Suivi du temps à Dawson, Yukon

    Ah ? Un film va sortir avec lalaskan ? Ravi de mettre un visage sur l'auteur d'un de mes suivis favoris
  4. anecdote

    Vigilance Météo France

    Dans ce cas, MF doit devenir ultra-reactif. Mais structurellement, je ne vois pas comment : il y a trop d'intermédiaires entre le phénomène et le public pour que l'info lui arrive dans les temps.
  5. anecdote

    Vigilance Météo France

    Oui, devant la surinformation et la désinformation, quoi de mieux qu'un accès direct et simple aux données brutes ?
  6. anecdote

    Vigilance Météo France

    Actuellement c'est dur pour le personnel MF en raison de toutes ces accusations. Par nature MF ne peut pas réagir rapidement. Tandis que via des applis on voit le danger plus vite. De ttes façons je suis persuadé qu'on aura bientôt tous accès plus directement au radar pour savoir où il pleut et avec quelle intensité, et sur quelle durée. Et je pense que le personnel MF ne serait pas contre, ça le déchargerait un peu sans lui enlever le boulot de la prévision à un et plusieurs jours.
  7. anecdote

    Vigilance Météo France

    Faire du chiffre, oui, mais les clients mécontents ont le droit de résilier leur contrat. A part cela un exemple de service qui a su exploiter les nouvelles technologies avec le temps : https://www.bison-fute.gouv.fr/nous-connaitre.html Ceci dit on utilise plutôt Waze pour ce genre d'infos maintenant, en tous cas on connaît la situation du trafic en temps réel, alors pourquoi pas celle des précipitations ? Les pilotes d'avion ont accès au radar météo, pourquoi pas les automobilistes ?
  8. anecdote

    Vigilance Météo France

    Mais de toutes façons, si une boîte privée se plante, les gens s'en détournent, non ? La concurrence entre boîtes privées améliorera la prestation, c'est quand même le client qui jugera. Actuellement on est quand même très subordonnés à MF...
  9. anecdote

    Vigilance Météo France

    Pourtant je pense que c'est ce qui va se passer, le grand public se lassant de l'inertie de MF... Pour les prévisions à court terme c'est ce qui se passe déjà : les jeunes consultent leur appli, t'as beau leur expliquer la situation météo, non, c'est mon appli qui dit...
  10. anecdote

    Suivi du temps en Ile-de-France - Octobre 2018

    Attention il a déjà fait 24.8°C un 22 octobre (1989)... Ce qui serait marrant ce serait de dépasser 25°C juste après le passage à l'heure d'hiver, soit le 28 octobre : plus de 20°C à la tombée du jour, à 17h30
  11. anecdote

    Suivi du temps en Ile-de-France - Octobre 2018

    98e jour de chaleur à Paris...
  12. anecdote

    Vigilance Météo France

    Oui. La culture du risque ne se transmet plus beaucoup de génération en génération, car la mobilité géographique a cru. Quantité de gens vivent dans le Midi sans connaître les risques naturels locaux. La tendance chez les jeunes est à consulter les applis sur leur mobile, et cela va s'amplifier. Il faudra donc un système d'alerte accru par appli, par le biais de boîtes météo privées qui consulteront IC d'une façon ou d'une autre, pour une réactivité maximale.
  13. anecdote

    Vigilance Météo France

    Les boîtes météo privées ont peut-être une carte à jouer là-dessus, avec l'appui d'IC ? Qui mieux que nous suivent en direct et finement une situation météo potentiellement dangereuse, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit ? Où la réactivité est meilleure sinon sur IC ?
  14. anecdote

    Suivi du temps en Ile-de-France - Octobre 2018

    97 jours de chaleur à Paris cette année, probablement 98 demain... Une chance d'atteindre le seuil des 100 jours ?