Ciel d'encre

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    2 251
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    19

À propos de Ciel d'encre

  • Rang
    Cumulus congestus

Personal Information

  • Lieu
    Caen (14) / Plougrescant (22)

Visiteurs récents du profil

2 014 visualisations du profil
  1. L'hiver, ce n'est ni avec ceci : Ni avec cela : Ce qu'il est intéressant de retenir, c'est l'évolution vers une crête d'altitude sur l'Atlantique couplée avec un creux sur le Nord-Est de l'Europe (la Scandinavie). Un régime de dorsale Atlantique semble se mettre en place au cours de cette échéance, mais on ne sait pas dans quelle mesure : une crête d'altitude de très forte amplitude pourrait couper la circulation zonale et évoluer vers un régime de blocage (de type GA, comme le modélise GFS ce matin), mais bien d'autres solutions existent : une crête de moyenne amplitude pourrait nous conduire vers un régime de NO plus ou moins perturbé...ou anticyclonique, si la dorsale est trop proche de la France. Si le régime de NO était perturbé, ce serait surtout intéressant pour des chutes de neige dans nos montagnes. Ce week-end, on "appréciera" déjà une baisse des températures dans un contexte de courant de NO anticyclonique. Il reste à voir si la semaine prochaine nous gratifiera d'un contexte plus perturbé et plus frais. En la matière, absolument rien n'est fait, même si quelques signaux sont intéressants pour la fin d'échéance (après le vendredi 3 novembre), c'est loin... Quant à parler "d'hiver", on n'en est pas là du tout.
  2. Si tu aimes le mistral et la tramontane.
  3. Le 27 octobre (vendredi) est encore aujourd'hui une date charnière : Diagramme sur le Nord-Ouest : Diagramme sur le Sud-Ouest : 1. Ou bien le temps anticyclonique et doux / tiède se poursuit durant le week-end (malgré une légère dégradation de l'ambiance lié à un changement de vents de surface (vers l'E ou le N) moins favorable aux envolées thermiques, (surtout sur le Nord et le Nord-Est du pays exposés à quelques reliquats de perturbations). 2. Ou bien le temps bascule rapidement vers le frais du fait d'une propagation franche de la crête anticyclonique sur l'Atlantique couplée à un déferlement polaire sur la Scandinavie qui déborderait vers nos régions. Dans ce cas, un front froid (plus ou moins actif) balayerait une partie du pays durant le week-end. Dans les deux cas, ce n'est pas une bonne nouvelle pour les régions Méditerranéennes qui connaissent une sécheresse record.
  4. Le coup de "chaud" dans le Sud et de "tiédeur" dans le Nord est corrigé ce matin par GFS et GEFS 0z dans des proportions plus raisonnables. On ne tourne plus que sur 2 jours de T° proches de 15°c à 850hpa dans le Nord-Ouest, et sur 4 à 5 jours dans le Sud-Ouest. La douceur serait beaucoup plus tempérée en allant vers l'Est du pays. Tout ceci, grâce à un léger courant d'E qui pourrait s'installer au sud de notre blocage Oméga. Il modérerait l'intensité de l'alimentation subtropicale. On baisse donc d'un cran par rapport à hier où l'on pouvait augurer un événement record... Il reste encore pas mal de réglages à faire à l'échelle synoptique. L'accord est globalement trouvé entre GFS, UKMO et le CEP à 144h, jusqu'à vendredi. Pour la suite du week-end, il reste des incertitudes notables.
  5. Je crois que je n'avais encore jamais vu de tels diagrammes pour une fin octobre. Ci-dessous, centré sur la Normandie...une région qui peine parfois à atteindre ces valeurs en plein été : 15°c à 850hpa pendant 5 jours... Et pour le Sud-Ouest, que dire...7 à 8 jours de T850 égales ou supérieures à 15°c...avec certains scénarios qui effleurent le 20°c à 850hpa.
  6. Si un scénario à la GFS se réalisait, ce serait une situation de douceur/chaleur exceptionnelle pour la fin d'échéance. Le flux de S propulserait une masse d'air subtropicale du Sud-Marocain vers la France... La récurrence de cette dorsale Méditerranéenne depuis quelque temps est consternante... 16 à 18°c à 850hpa quasi-généralisés sur la France, un 29 octobre. Est-ce déjà arrivé ?
  7. L'extrapolation n'est justement pas à faire. Tu extrapoles comme si tu connaissais tous les paramètres qui président à cette répartition des géopotentiels et à leur évolution. L'anomalie sur la mer Baltique pourrait aussi bien se déplacer vers l'Ukraine à la faveur d'un Jet orienté des îles Britanniques vers la mer Noire. L'advection subtropicale poussant jusqu'en Islande pourrait s'incurver les îles britanniques et l'Europe de l'Ouest. C'est justement le type de scénario que l'on distingue sur GFS...! Alors attention aux extrapolations qui arrangent. On n'anticipe pas de la sorte en étirant les isohypses. On ne maîtrise pas tout. Le GFS18z en donne d'ailleurs une illustration très claire, avec un scénario qui s'apparente au CEP à 500hpa... ...Mais qui évolue comme signalé plus haut... Ce n'est pas de l'extrapolation. Il s'agit de ne pas se substituer aux modèles. C'est une règle de base. Il faut chercher à comprendre ce qui se passe. Il fut un temps ici, un tel écart à la règle de non-extrapolation était sanctionné par des messages cinglants. C'est moins cinglant aujourd'hui, mais il faudrait en éviter de régresser.
  8. Suivi du temps dans les régions Méditerranéennes

    Avec toutes ces pluies et cette sécheresse, ça soit ruisseler sur les sols... ^^
  9. Rappelons que l'indice NAO est calculé par rapport à la différence de pression entre l'Islande (Reykjavík) et le Portugal (Lisbonne), par rapport à une moyenne calculée sur une longue période (1950-2000) et ajustée chaque mois pour prendre en compte les variations saisonnières. Un indice NAO négatif n'est donc pas, en soit, révélateur d'un blocage froid positionné sur les hautes latitudes Atlantiques. Il signe une anomalie négative du courant zonal (zonal inférieur à la moyenne)....qui peut, si l'indice est très négatif, indiquer un blocage atmosphérique. Encore faut-il ensuite que ledit blocage soit placé correctement pour insuffler du froid sur l'Europe de l'Ouest. Par exemple, on a souvent vu des GA (anticyclone puissant sur l'Islande) et un zonal bas en latitude s'accompagner d'un flux de SO bien doux sur la France. Le blocage à venir s'annonce bien doux...pour ne pas dire chaud et sec pour la saison.
  10. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    Ce n'est pas tout à fait comparable quand même. De tels navires sont construits en tenant compte des fortes mers qui sont des conditions fréquentes, et difficilement évitables, pour des bateaux qui naviguent sans cesse d'un continent à l'autre. Même si à bord ça doit procurer des sensations...tout va bien, sauf vague scélérate imprévisible. L'équipage est d'ailleurs très calme.
  11. C'est fini ce temps-là. Maintenant c'est bisounours. On ne s'en plaindra pas, ça a le mérite d'être reposant.
  12. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    Voici le Mont-Saint-Michel, aujourd'hui à 15h10 (ambiance réelle, non accentuée). (Photographe : Vincent M.)
  13. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    Incroyable ambiance ce soir sur Caen, avec un ciel nuageux gris-jaune orangé qui a transformé l'ambiance lumineuse de la ville, avec une odeur de brûlé quand on passait le nez dehors. En pleine réunion, l'atmosphère étrange de l'extérieur a intrigué les collègues. Je vous passe les qualificatifs sur le ton amusé "on dirait la fin du monde", "ça pourrait ressembler à l'hiver nucléaire" etc... J'ai pris quelques photos mais elles rendent beaucoup moins bien.
  14. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    À Caen aussi le ciel est un peu jaunâtre ce matin. Surtout, la température est inouïe pour un 16 octobre puisqu'il fait déjà 19°c... Tout aussi remarquables sont les 20°c à Ploumanach, Lannion et au cap de la Hague...et déjà 21°c au cap de la Hève. En clair, l'ambiance est digne d'une chaude journée du mois de juillet.
  15. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    C'était un ouragan sur l'échelle de Beaufort. Après, en effet, cet ouragan n'était pas un ex-hurricane (ex-ouragan tropical...).