Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sastrugis

Membres
  • Content Count

    3164
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    42

2 Followers

About sastrugis

  • Rank
    Cumulonimbus calvus

Recent Profile Visitors

12215 profile views
  1. En regardant l'évolution prévue des masses d'air sur GFS depuis une semaine pour le début de ce topic, on se rend compte que ce modèle garde bien son cap à échelle large (couple dorsale Atlantique/talweg européen) mais à échelle fine les réajustements montrent une attaque plus massive des masses d'air froid en altitude, comme on peut le voir ci-dessous. Bien entendu c'est plus spectaculaire à 500 hPa qu'à 850 hPa car la masse d'air serait encore une fois d'origine polaire maritime.
  2. Amha (expression d'usage ce soir !), si l'on compare la T° de la masse d'air à 850 hPa pour CEP et GFS avec Paris et Toulouse comme repère, on remarque le resserrement des scénarios et la bonne concordance globale des deux modèles, avec un décalage N/S classique. La semaine du topic commencerait dans une certaine fraîcheur au S et une fraîcheur certaine au N, avant d'amorcer rapidement un radoucissement certain au N comme au S (plus marqué) et oscillé ensuite (d'après GFS qui prolonge les simulations) au gré du passage des perturbations et de la succession des secteurs chauds (grande douceur)
  3. Du vent fort oui, sûr et certains mais au-delà... ? Quand on regarde au niveau du Jet qui pilote généralement les dynamiques tempétueuses fortes, on ne retrouve pas ici d'éléments bien organisés à travers l'Atlantique avec un zonal puissant sur des milliers de km et ses possibles développements explosifs en fin de course en arrivant sur la France (?). A suivre !
  4. Oui, c'est ce que j'allais ajouter. Et en février 1956 grosse advection froide à tous les niveaux, ce qui n'a pas véritablement été le cas en Espagne.
  5. J'ai trouvé ces données-là pour janvier 2021 : Allez, on arrête de rêver, c'est bien Brest... mais en Bielorussie 😑
  6. L'autocatalyse du froid est un phénomène bien connu... mais si un élément du système vient à fléchir celui-ci peut disparaitre très rapidement. D'où la surchauffe rapide de l'Arctique avec la diminution des surfaces de banquise ce qui réduit l'albedo et permet à l'apport solaire d'être absorbé par l'océan au lieu d'être réfléchi vers l'espace sans bénéfice thermique dans les basses couches... On passe alors à une chaîne de rétroactions positives et la surchauffe s'accélère !
  7. L'albedo oui mais combiné à un air sec et une absence de brassage dans les basses couches qui permet un fort refroidissement radiatif dès que le soleil décline
  8. Bonjour, Eh oui, toutes les belles choses ont une fin et on voit bien ce matin l'avancée inexorable de la douceur d'origine atlantique qui commence à bien s'enfoncer par l'ouest du pays... Edit : ce soir (carte de droite) on remarque que le froid intense où il était bien présent s'atténue mais il résiste bien quand même avec à l'est de la Pologne des T° encore < -10°C . A l'ouest le dégel (et la pluie...) est bien là mais cela ne monte plus, même un peu plus frais que ce matin...
  9. Bonjour, Pour le début de ce topic, je vois des points communs entre tous les modèles avec notamment le retour de la large pulsion de HG au niveau de la Russie occidentale qui vient bloquer le système et la tentative de crête chaude sur le proche Atlantique. Entre les deux, l'insertion d'un talweg en direction des Balkans dont les effets pourraient légèrement déborder par le nord-est du pays alors que le reste de la France serait dans la masse d'air contrôlée par la poussée des HG d'origine subtropicale.
  10. Image ce matin des masses d'air en présence (T° à 500 hPa) : la France à l'interface des deux mondes ! On sait déjà qui va gagner pour cette semaine... En attendant la Pologne a connu cette nuit ses valeurs les plus froides depuis plusieurs années avec des TN souvent comprises entre -20 et -25°C (voir le topic dédié) et les régions enneigées d'Espagne conservent encore des nuits bien froides (malgré la masse d'air douce surmontant)
  11. Pour remuer un peu le couteau dans la plaie... Si nous passons loin de ce qui avait été envisagé un temps question froid pour cette semaine avec la continentalisation hypothétique du flux, d'autres partent sur des bases très basses ! Après avoir envahi la Scandinavie, le froid s'est ensuite bien vite installé cette semaine en Russie et a progressé vers l'Europe de l'est avec ce matin des T° <-20° de la Mer Noire à la Baltique. La carte de gauche montre que les gelées avaient pourtant bien du mal à s'y installer 10 jours plus tôt. On verra dans les prochains jours comment l'onde de douc
  12. On peut juste remettre ici le dernier paragraphe qui est très éclairant sur les conséquences possibles des SSW... Selon Thierry Lefort [MF], "quand on fait la moyenne de tous les épisodes de vortex qui se déplacent, on voit qu'au niveau des températures, seuls le nord de l'Europe, le nord de la Scandinavie et de la Russie, ont un impact systématique, avec des vents d'est beaucoup plus marqués, des masses d'air continentales plus froides". A l'inverse, "le bassin méditerranéen oriental, donc la Grèce, la Turquie, le Proche-Orient, Israël" accusent des températures plus douces que la
  13. Merci @Kyrion pour ce tableau de la situation qui, contrairement au précédent topic au même moment de l'analyse, n'a que peu de risque/chance de changer son fusil d'épaule tant cela parait bien huilé dans des mécanismes qui ont fait leur preuve depuis des années et des années et encore des années ! Pour enfoncer le clou, une vue de tous les modèles disponibles à J+7 (samedi 23/01, fin du prochain topic) montre que sans aucune exception ils projettent globalement la même carte. S'en est même troublant (tout le monde s'est copié dessus ???). La bulle d'air relativement chaud sur le N
×
×
  • Create New...