Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

arKanis

Membres
  • Content Count

    921
  • Joined

  • Last visited

2 Followers

About arKanis

  • Rank
    Stratocumulus

Personal Information

  • Location
    Pully (CH- 410m).

Recent Profile Visitors

2878 profile views
  1. Le "trou" de précipitations que nous venons de connaître est quelque peu visible sur le graphique de précipitations journalières de l'année en cours 😄 : La série de journée sans précipitations significatives (pp < 1 mm) aura finalement resistée 45 jours (13 mars au 26 avril). Depuis c'est la fête à la grenouille. Près de 50 mm sont tombés. Le mois d'avril qui s'est bouclé est un nouveau mois bien trop chaud. Il dénombre 13 tx > 20°. Derrière les mois d'avril 2007 (20 tx > 20°) et d'avril 2011 (16 tx > 20°). La Tm a survolé la norme de + 3,6°. Pour rappel, le début d'année est inédit avec une Tm de janvier à avril +2,8° au dessus de sa norme. Dans le détail, nous avons +2,57° sur les Tn et +3,05° sur les Tx. Sur 4 mois ! 🤐 2018 avec son anomalie de +1,5° sur 12 mois est clairement dans le viseur.
  2. Genève égalise aujourd'hui (et devrait battre demain) son record de jours consécutifs sans précipitations (41 jours). Il n'a finalement pas plus depuis aussi longtemps que le pays est confiné (...). C'en est par contre fini pour Pully. Nous avons reçu 0,3 mm dimanche dernier (sic. !). Une série qui s'est donc stoppée à 37 jours. Le record était encore relativement loin (45 jours). En revanche, une période sans précipitations significatives (PP < 1 mm) est encore en cours. Il faudra que je regarde quel est le record en plaçant le curseur à ce niveau, mais il est fort probable que nous situions proche des records (41 jours aujourd'hui compris). Je suis toujours autant sidéré de voir des pelouses dans le même état qu'en plein mois de juillet.
  3. Pour illustrer mes propos ci-dessus, voici quelques photos de l'état dans lequel on peut trouver certaines pelouses à Pully, en ce jour 37 sans précipitations :
  4. Salut @Orage FM, Oui en effet, pour Pully et pour le nombre de jours de gel, nous avons eu respectivement pour cette saison froide : Novembre : 0 Décembre : 1 Janvier : 3 Février : 0 Mars : 4 C'est donc bien le mois de mars qui a été le plus "gelé" ! 🤷‍♂️ Il détient à lui seul 50% du nombre de jours de gel de la saison 😄 Je ne sais pas où vous en êtes de l'autre côté du lac, mais ici nous atteignons le 34 ème jour sans précipitations. Quand je parle de jours sans pp, je parle bien des jours consécutifs sans aucune goutte d'eau (sans aucun jours à 0,2 mm, ni même 0,1 mm pendant la période). Et si l'on tient cette rigueur, je ne trouve pas d'autres périodes aussi longue en été ou au printemps. Les périodes sèches comme avril 2007 ou février 2011, en plus d'avoir été plus courtes, avaient été entrecoupées de pluies faibles et sporadiques. La seule et unique période plus longue que je trouve est celle de novembre 2016 - janvier 2017 avec 45 jours. Nous verrons si nous menacerons ce record, mais cette séquence avait été tellement exceptionnelle que je m'étais dit que nous n'allions pas en revivre une aussi longue de mon vivant (et je n'ai que 30 ans (ou déjà c'est selon) 😂). La différence avec cette séquence de 45 jours et l'actuelle, c'est qu'en hiver, la sécheresse reste généralement invisible. Heureusement pour le moment il ne s'agit que d'une sécheresse de surface. Quoique la durée de cette période sèche commence désormais à griller le "bénéfice" que nous avions sur nos milieux aquifères et à les impacter. En surface, les sols sont durs et secs. De nombreuses crevasses sont visibles. Les pelouses et friches sur leurs contours sont jaunies et dégarnies. Des arbustes commencent à montrer des signes de stress hydrique aussi. Certains ont déjà des feuilles molles qui pendent... Toutes ces observations sont quand même impressionnantes pour un 15 avril... Quelques espaces verts laissent croire que nous vivons une séquence sèche qui serait plutôt classique en juillet ces dernières années.
  5. Déjà 3 tx > 20° pour ce mois d'avril (pour les "grands" mois d'avril, c'est 16 tx > 20° en 2011 et 20 en 2007). Une fin de semaine prochaine aussi chaude, voire davantage... 30 jours sans une goutte d'eau (un mois complet aujourd'hui selon le développement des averses orageuses). La seule période plus longue connue s'est déroulée pendant l'hiver 2016/2017. Il n'avait alors strictement pas plu pendant 45 jours consécutifs (20 novembre 2016 - 3 janvier 2017). Une anomalie de température inédite depuis le début de l'année de +2,4° entre le 1 janvier et le 11 avril. Mention spéciale aux tx qui survolent la norme de +2,6° (+2,1° pour les tn). L'année 2018 la plus chaude jamais enregistrée avait terminé sur une anomalie de +1,5° pour rappel (sans préfigurer d'une année record bien entendu). Voilà le tableau...ce début de saison chaude frappe fort, et plus globalement nous connaissons un début d'année 2020 en surchauffe totale.
  6. Bonjour, Voici un bilan (qui ne devrait plus évoluer) de la saison froide 2019/2020 à Pully : Grâce à un mois de mars dans les normes concernant le nombre de jours de gel (4 gelées contre une norme 1981-2010 de 4,6), nous n'avons pas battu le record bas, toujours détenu par l'hiver 2015/2016 avec 7 jours de gel (contre 8 cette saison). Le suspens est donc resté entier jusqu'au bout ; Pour la deuxième année consécutive, la Tnn de l'hiver (-1,3°) est extrêmement élevée. L'année dernière déjà, nous n'avions pas eu moins de -3,3° au plus froid. Ces valeurs traduisent l'absence de froid vif depuis 2018 mais aussi certainement le lac qui tempère davantage avec des eaux toujours plus chaudes. Historiquement, il est plus habituel d'avoir -10° à -6° au plus froid, et rarement au dessus de -6° ; Pour la deuxième année consécutive aussi, il n'y a pas eu de jours sans dégel. C'est certainement l'élément le plus marquant. La dernière journée sans dégel date du 28 février 2018, il y a donc presque 26 mois. J'en viens à Fribourg maintenant, qui a aussi connu une saison froide exceptionnelle et qui, il me semble, est partie pour inscrire 2 records sur 2 paramètres : le nombre de jours de gel et le nombre de jours sans dégel. On compte seulement 61 jours de gel (contre 69 en 2015/2016) et 2 journées sans dégel (contre 3 en 2015/2016). Ceci dit, le nombre de jours de gel peut encore légèrement évoluer. La Tnn de l'hiver (-6,7°) est là aussi anormalement élevée. Habituellement, il fait au plus froid -10° à -15° selon les hivers. J'en reviens à Pully pour finir, et à un fait marquant en cours, puisqu'il n'a pas plus depuis 24 jours. Il est même possible que nous atteignons un mois glissant entier sans une goutte d'eau selon l'importance de l'instabilité la semaine prochaine. Dans tous les cas, une telle série est peu fréquente au plein coeur du printemps. Avec la période de beau temps actuelle, les brises lacustres ont fait leur grand retour. Selon la durée de l'épisode, les nuits devraient devenir bien douces. Bon courage à tous en cette période troublée. 🍀
  7. ⚠️ Après l'avoir déjà titillé en début de mois (le 3 février dernier), le record national mensuel (24,5° du 29 février 2012) est de nouveau menacé aujourd'hui. On a aux derniers relevés 24,4° à Biasca et 23,2° à Grono. EDIT : c'est chose faite à 13h40 avec 24,6° ! On vise le premier jour de chaleur pour un mois de février en Suisse ?
  8. Journée exceptionnelle hier avec des records mensuels de douceur sur certaines stations du pourtour du lac Léman. Genève a approché le sien avec une maximale de 19,9° (record de 20,4° le 22 février 1903). Record mensuel en revanche à Nyon avec 18,8°. Pour Pully, maximale de 17,3°, ce qui est 10,4° au dessus des normes. Des anomalies de cet ordre de grandeur sont peu fréquentes au bord du lac.
  9. Entre le 1 janvier et le 20 février, soit 51 jours, nous avons pour Pully : 5 jours avec une minimale inférieure aux normes 1981/2010 (46 jours avec une minimale supérieure aux normes). Pour les extrêmes, nous allons d'une anomalie de -1,7° le 21 janvier à +9,6° le 3 février, suivie de celle du 2 février qui était 9,0° au dessus des normes. A ce jour, en moyenne et depuis le début de l'année, les minimales affichent une anomalie de +2,9°. 9 jours avec une maximale inférieure aux nomes (42 jours avec une maximale supérieure aux normes). Pour les extrêmes, nous allons d'une anomalie de -3,3° le 23 janvier à +9,8° le 3 février. A ce jour, en moyenne et depuis le début de l'année, les maximales affichent également une anomalie de +2,9°. Sinon, le mois de février en cours affiche une anomalie de +4,2° au 20 février... Tout ceci sans prendre en compte le week-end printanier qui nous attend !
  10. Ce n'est un secret pour personne, l'hiver (j'hésite à appeler ça "hiver", alors disons "saison froide") -- la saison froide qui va bientôt s'achever devrait être la plus douce jamais mesurée (Météosuisse le confirme aujourd'hui), d'une belle marge devant l'hiver 2015/2016. Il faut souligner que certaines localités battront leur précédent hiver doux (qui date de seulement 4 ans) de 0,4 à 0,9° ! Alors les frileux chantent avec les oiseaux et en redemandent, mais je ne vous fais pas un dessin si un jour des stations battent leur été record (c'est à dire 2003) avec une telle marge... Comme toute saison record, cet hiver 2019/2020 apporte aussi son lot de faits exceptionnels. Mais au delà de tous, c'est bien ceux qui concernent le nombre de jours de gel qui retient mon attention. Car devant certaines statistiques, nous pourrions sérieusement nous poser cette question : quand est-ce qu'une station suisse enregistrera son premier hiver sans gel ? La ou les prochaines décennies qui viennent ? Je pense bien sûr aux stations lacustres de notre pays qui sont naturellement en ligne de mire pour réaliser un tel exploit les premières. Lugano et Locarno n'en passeront pas loin cette année. Lugano compte 2 jours de gel (c'est provisoirement un record). Pour Locarno, c'est encore plus remarquable avec une seule gelée le 21 janvier de -0,1° (sic!) (c'est également provisoirement un record). Et puisque je parle des stations lacustres, ma transition est toute trouvée pour vous parler maintenant de Pully, qui bouclera des statistiques qui n'ont pas à rougir : Bientôt 2 ans sans une seule journée sans dégel (la dernière date du 28 février 2018) ; Probable record du faible nombre de jours de gel (4 jours provisoire contre 7 en 2015/2016) ; Une minimale provisoire record de -1,3° "seulement" ; Une anomalie de +2,5° en décembre, de +2,3° en janvier. Et nous sommes en passe de boucler un OVNI météo pour février (actuellement +4° à +5° d'anomalie...). Il est bien probable que si nous continuons à enchainer les saisons comme nous le faisons depuis 2015, nous ne parlerons plus de réchauffement climatique, mais d'accélération du réchauffement climatique. Cette époque est bien triste par ce qu'elle semble nous promettre dans les décennies qui viennent ! Je retourne hiberner -- pardon déprimer !
  11. Sur certaines stations, les précédents records de douceur nocturne pour un mois de février sont pulvérisés. C'est le cas par exemple pour Genève qui améliore son record de +2,4° (12,2° versus 9,8° le 2 février 1866) ou encore Lucerne qui explose le sien de +5,0° (13,3° versus 8,3° le 16 février 1958).
  12. ⚠️ Nous approchons le record mensuel national (24,5° datant du 29 février 2012) avec 24,1° à l'heure actuelle à Biasca.
  13. Après un mois de janvier très doux (anomalie de +2,3° à Pully), on commence février dans le délire total. Les Tn sont 6/9° au dessus des normes sur les 3 premiers jours, et les Tx 5/7° au dessus. Un coup de Printemps avant l'heure avec les oiseaux qui gazouillent à merveille.
  14. Salut, très intéressant ton analyse sur les microclimats de Lausanne. Ça serait cool de pouvoir en discuter autour d'un verre. Car, parmi mes amis, aucun n'est passionné de météo et du coup je ne peux jamais discuter de ces sujets. Si t'es intéressé, fais-moi signe et on se boit un verre à Lausanne un de ces 4 😊

  15. Salut @djoss, en effet ton analyse est très pertinente quant au microclimat particulier qui concerne Pully. Plus on va vers l'Est en quittant Lausanne, plus les pentes qui plongent dans le lac sont abruptes et amènent avec elles leur lot de brises et vents qui se renforcent les uns aux autres et qui modèrent les températures, et moins la topographie est favorable à la génération et à la rétention du froid. C'est encore plus sensible à Lutry, puis dans le Lavaux avec Cully et Saint-Saphorin où je me demande s'il a gelé ou non jusque-là cet hiver. De ma petite expérience sur place (depuis mars 2019 - bientôt un an) et de ce que j'ai tiré de mes nombreux déplacements entre chez moi (50m sous la station de Pully) et le centre ville de Lausanne selon les saisons : En été, les Tx ne sont jamais très élevées grâce au Rebat et au vent anabatique (de pente) qui viennent du lac et se superposent. Le thermomètre s'autorise parfois une envolée (Tx > 32° en général - le Rebat atteint rarement ce niveau) lorsque que la synoptique les contrarie et que le vent vient de terre ou prend une autre composante (vent blanc par exemple etc.). L'autre cas favorable à une envolée du thermomètre, c'est lorsque la bascule s'effectue du Rebat et vent anabatique au Bisotton et vent catabatique plus tôt dans la journée sous l'incursion d'un courant de bise qui force la bascule. Dans ce cas, l'échauffement peut être soudain (un voire deux degrés en quelques minutes) car le vent provient des terres très chaudes. La nuit, les Tn sont extrêmement élevées. Je me permets ce terme car j'ai souvent vu Pully sur le podium national des Tn l'été dernier avec Lugano et Vevey. Enfin, j'ai souvent trouvé le Bisotton assez fort chez moi, avant de comprendre qu'il était bien renforcé par la brise de pente la nuit. Brise de pente inexistante à Morges ou à Genève. Par contre, avec tout l'armada de brises nocturnes, Pully n'a pas aussi chaud que le centre ville de Lausanne (l'îlot de chaleur urbain est plus fort) car j'ai souvent (si ce n'est toujours) remarqué qu'il faisait bien plus chaud en été le soir et la nuit au centre ville de Lausanne qu'à Pully. En hiver, et je rejoins les observations de @djoss, j'ai constaté qu'il faisait toujours plus froid au centre de Lausanne qu'à Pully quand je pars le matin et rentre le soir du travail. La différence doit parfois être importante sur le thermomètre tant elle se sent au niveau de la peau (et sur à peine 3 km à vol d'oiseau c'est loin d'être anodin). Parfois par temps ensoleillé, le Rebat se met en place (il est cependant très faible - à peine agite t'il les fines branches des arbres) mais on sent bien le léger écoulement de l'air. Du coup, j'imagine que ça doit être un peu la même chose la nuit, avec un écoulement de l'air sur les pentes, d'où le gel très peu fréquent en général à cette station et encore plus cette année. Car Pully ne "score" pas lorsque nous sommes en situation de "faux" froid avec un anticyclone et de la douceur en altitude. Le froid parvient difficilement à s'accumuler avec le lac et la topographie dans cette situation. Il n'y a pas de secret, pour un temps hivernal à Pully, il nous faut de puissantes advections d'air froid, qu'elles proviennent de l'Est ou qu'elles soient d'origine polaire maritime, mais elles sont de plus en plus minoritaires... Après, il faut rappeler que malgré ses particularités climatiques (déjà exceptionnelles pour les régions alentours), l'hiver qui se déroule est aussi exceptionnel. J'en profite pour faire un petit point aux deux tiers de l'hiver : - 4 jours de gel versus une moyenne de 41,8 j/an. - Aucun jour sans dégel, et ce depuis bientôt deux ans, versus une moyenne de 7,8 j/an. - Une minimale provisoire de -1,3°. Bref cet hiver, on est en dessous de tout. La saison 2015/16 est clairement dans le viseur avec 7 jours de gel, 1 jour sans dégel et une Tn qui paraît bien froide de -5,8°...😅
×
×
  • Create New...