Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Antoine Coeuré

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    172
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Antoine Coeuré

Personal Information

  • Lieu
    Richardménil (54630)

Visiteurs récents du profil

835 visualisations du profil
  1. Ce qui me suprendra toujours avec ce genre de cartes, c'est la lattitude à laquelle il faut "monter" pour retrouver un Jet Stream présent et surtout intense ! Vous me direz que c'est la conséquence des hautes pressions mais cette carte parle d'elle-même : Si on voulait retrouver un Jet Stream assez élevé (> 150 km/h), il faudrait aller assez haut en latitude (au moins 60°, 62° exactement en allant vers le Nord depuis la France). Et voir ça à répétitions ces derniers mois (voire dernières années de manière plus intense et surtout plus répétée, c'est assez impressionnant), voire "inquiétant même. Quant à ce genre de cartes concernant les conditions à 500Hpa qui semblent se prolonger assez longuement (au moins quelques jours après la fin de ce topic) et avec notre soleil qui est déjà assez haut (équivalent à une fin septembre) + un flux solaire déjà élevé (au moins 550-600 W/m2 voire jusqu'à 700 W/m2) : C'est Cuba euh la France sous le soleil ! P.S : on surveillera néanmoins comme dit au-dessus la situation en bordure de quelques anomalies plus ou moins faibles dans la partie Ouest et surtout dans le Sud-Ouest se trouvant notamment au-dessus de l'Espagne, qui pourraient occasionner quelques averses voire quelques pluies. Sinon soleil assez généreux, températures printanières en journée et fraîcheur relative.
  2. Bonsoir à tous, étant étudiant en école d'ingénieur à Polytech Nancy au sein du diplôme EMME (Energie, Mécanique, Matériaux et Environnement), plus particulièrement j'étudie la mécanique des fluides et plus tard, j'étudierai la dynamique des fluides, les turbulences, ... Ceci étant dit, j'ai eu l'idée d'ouvrir ce topic pour la raison suivante : la météorologie et donc les lois qui "gouvernent" la météorologie viennent pour la plupart de la thermodynamique et de la dynamique des fluides. L'objectif de ce topic est donc que vous et moi publions des messages afin de partager nos connaissances dans ces domaines afin de faire comprendre la météorologie même pour les novices en la matière. P.S : pour paraphraser Neumann : en météorologie/mécanique des fluides on ne comprend pas les choses, on s'y habitue.
  3. Antoine Coeuré

    Climats du monde

    Une fois l'un d'entre vous a réalisé une belle étude sur le climat de Rio de Janeiro. Par surprise, vous aviez conclu que ce climat n'était pas climatologiquement tropical, ce qui peut paraître (pour moi en tout cas) contre intuitif. Pourriez-vous faire une étude climatologique de la ville de Miami ? Je suis intéressé par le climat de cette ville. Merci de votre réponse. Cordialement, Antoine.
  4. Comme déjà dit précédemment, il faudrait de sacrés valeurs à 850Hpa pour permettre d'avoir des températures bien froides. En effet, avec l'avancée de la saison nous avons d'une part un soleil qui arrivera à environ 35-40° donc avec un flux solaire déjà assez élevé (potentiellement jusqu'à 650-700 W/m2) et une durée du jour qui augmente sensiblement (11h30-12h00) en se rapprochant de l'équinoxe. Donc à moins d'avoir une masse d'air à 850Hpa inférieure à -10°C, il sera compliqué d'atteindre des valeurs fortement négatives. L''exemple, par excellence, est celui du mois de mars de l'année dernière du 17 au 22 : Le 21 nous avons relevé une T850Hpa de -8°C. Résultat pour la station de Nancy-Essey : tn de -4°C. Logique en même temps avec un flux de 708W/m2. Le flux est un paramètre non négligeable et qui devient important à partir de mi-février. C'est ce fameux flux solaire qui explique pourquoi nous n'atteignons plus des tn aussi basses que fin-janvier/début février où avec un soleil plus bas et qui apporte un flux faible, permet d'avoir des tn basses avec "en même temps" une durée de jour de 8h30 à 9h15. P.S : avoir un flux solaire jusqu'à 700 W/m2 c'est déjà beaucoup pendant une mi-mars (et même si c'est en deçà des 950 à 1050 W/m2 d'une fin juin/début juillet). Cela représente l'effet d'un demi radiateur électrique qui chauffe une chambre de 10 à 15 m2 : même si un tel radiateur est petit, l'effet est déjà important.
  5. Mine de rien c'est en France (et plus particulièrement dans le Nord-Est) qu'on relève les plus hautes pressions ex-æquo avec le Sud-Est du Canada, le Kazakhstan et le Nord-Est de la Chine (jusqu'à 1038-1039 Hpa) dans le monde ! Voir Infoclimat : Pression
  6. je crois que comme dit avant, il faut relativiser. Pour cette excepté le lundi, nous aurons une semaine bien agréable (concernant les T°C et l'ensoleillement). Un peu plus de lux (flux solaire) avec un soleil de mi-février nous fera pas tant de mal (c'est le moins que l'on puisse dire) avec ces dernières semaines marquées par une nébulosité assez marquée (en tout cas en Lorraine) bien que quelques belles journées nous ont concerné cette semaine. Et comme dit à la page 7, nous devrions être content de vivre dans un climat avec peu de contraste (comparativement à la façade Ouest américaine ou d'autres villes comme Chicago). Quant à ceux qui souhaitaient des revirements (comme à la page 7), la situation, d'après les modèles, (et en tout cas pour moi) simulée ces dernières semaines n'a jamais montré majoritairement et unanimement des projections froides, loin de là ou alors de manière éphémère. Fin de l'HS.
  7. Antoine Coeuré

    Climats du monde

    Et quand est-il de Miami ? Il serait intéressant (je trouve) d'étudier le climat de Miami à travers une étude détaillée comme celles réalisées pour toutes les autres villes jusqu'à présent.
  8. Comme dirait nos professeurs dans notre école d'ingénieur : il faut faire attention aux corrélations (surtout entre deux choses qui n'ont rien à voir). On peut tout faire ou voir des rapprochements à partir de corrélations entre deux droites ou deux courbes de manière générale mais le problème est l'interprétation : on arrive souvent à des aberrations ou à des choses tordues.
  9. Nancy-Essey au 19/10/2018 Tx>/=35°C : 4 jours Tx>/=30°C : 27 jours Tx>/=25°C : 96 jours Tx>/=20°C : 163 jours Txx : 36,5°C le 07/08/2018 Tnx : 21,8°C le 05/08/2018 Note : Nous avons pulvérisé le record de 1921 avec 90 jours de tx >/= 25°C, largement battu, no comment... Et que dire du nombre de tx>/=20°C lui aussi très important...
  10. Nancy-Essey au 04/10/2018 Tx>/=35°C : 4 jours Tx>/=30°C : 27 jours Tx>/=25°C : 90 jours Tx>/=20°C : 148 jours (en comptant la journée d'aujourd'hui avec très probablement une tx >/= 20°C) Txx : 36,5°C le 07/08/2018 Tnx : 21,8°C le 05/08/2018 Note : Nous avons atteint le record de 1921 avec 90 jours le 27 septembre. Avec les prévisions, on va très probablement le battre puisqu'il est assez sur que les journées de vendredi et de samedi dépasseront les 25°C de tx.
  11. Pour ma part, je dirais que maintenant on devient plus sensible à l'arrivée de conditions plus dépressionnaires et/ou plus perturbées qu'avant où on était "baigné" dans une sorte de routine à voir de la pluie arriver. Je dirais également que même si pour la nature cette situation n'est pas bonne, en connaissant le climat lorrain et donc les automnes encore il y a plus de quelques années avec des grisailles et de l'humidité, les derniers automnes permettent finalement d'apporter plus de rayons lumineux et moins d'humidité ce qui, en soit, n'est pas forcément plus mal (sauf évidemment en cas d'années extrêmes comme cette année 2018 où cette situation aggrave la sécheresse). Après cette affaire est évidemment subjective et je comprends aussi ton point de vue. C'est vrai qu'il y a de quoi "s'inquiéter" pour la suite quand on sait que ce mois de septembre fait mieux en termes d'ensoleillement (239 heures) que la moyenne de juillet (229 heures) à Nancy, par exemple et surtout quand on sait que le changement climatique va encore s'amplifier, et donc, va modifier encore davantage les saisons (surtout les automnes et les printemps) en termes de températures, d'ensoleillement et probablement de précipitations.
  12. Nancy-Essey au 16/09/2018 Tx>/=35°C : 4 jours Tx>/=30°C : 25 jours Tx>/=25°C : 85 jours Tx>/=20°C : 137 jours Txx : 36,5°C le 07/08/2018 Tnx : 21,8°C le 05/08/2018 Note : Nous sommes proche des record de 2003 (89 jours de fortes chaleurs) et de 1921 (90 jours de fortes chaleurs). Avec la situation prévue de la semaine prochaine, on peut prévoir 4 jours de tx>/=25°C voire 5 si aujourd'hui on en relève un dont un prévu avec une tx >/=30°C. Donc le record de 2003 devrait être atteint ou battu mais probablement pas celui de 1921. A confirmer.
  13. Pour bien comprendre cette notion de Températures à 850HPa, il faut revenir à quelques bases de thermodynamique : On considère un gaz considéré parfait à une pression et à une température donnée. On imagine maintenant ce gaz en élévation correspondant à une altitude à 850HPa (environ 1450-1500 mètres). A ce moment, la pression diminue légèrement et pour des raisons pas forcément simples à comprendre. D'où par la loi des Gaz parfaits, une diminution de la température qui en résulte. Cette même altitude qui reste constante dans les conditions où on imagine le gaz parfait accomplir une ascension évolue en réalité de manière "constante". En effet, en fonction des conditions synoptiques, cette altitude varie entre 900-100 mètres pour une très grosse dépression et 1600 voire 1700 mètres pour un gros anticyclone. ll faudra donc monter ou descendre de manière plus ou moins importante pour retrouver ce niveau de pression de 850Hpa. Comme il a été rappelé ci-dessus, cette température à 850HPa est essentielle pour comprendre pourquoi dans certaines situations hivernales il y a de la neige ou du givre ou de la pluie ou de la pluie verglaçante. La neige correspond à un profil vertical de la température continuellement négatif (exemple : -7°C à 850Hpa et -1°C au sol) Le givre correspond quant à lui à un profil vertical de la température avec une brusque variation de la température aux environs du sol (exemple : -7°C à 1500 mètres et 2°C au sol) La pluie verglaçante correspond en quelque sorte à l'opposé de la situation avec le givre, c'est-à-dire à un profil vertical de la température avec une brusque variation de la température en basse/moyenne altitude (exemple : 2°C à 1500 mètres, -4°C au sol). La neige correspond en quelque sorte à l'opposé de la situation avec la neige, c'est-à-dire à un profil vertical de la température continuellement positif (exemple : 7°C à 1500 mètres, 5°C au sol). P.S : j'ai donné des exemples simples à comprendre mais dans la réalité c'est plus compliqué. Il peut arriver qu'il neige par isothermie avec une température à 850HPa largement plus élevé que les -7°C et inversement il peut arriver qu'il pleuve avec une T850 de -7°C, d'où l'importance de regarder le profil de la masse d'air. Si ça vous intéresse de connaître la raison pour laquelle la pression diminue avec l'altitude, de même pour la température jusqu'à une certaine altitude, n'hésitez pas à me demander.
  14. Comparaison des modèles météorologiques pour la semaine 37 Pour cette semaine, Arpège modélise jusque Mercredi une situation synoptique assez identique à GFS avec ce blog HP qui résiste sur nos centrées : En revanche, la situation est légèrement différente concernant la masse d'air en étant quelque peu plus chaude que celle de GFS puisque Arpège surévalue la masse d'air en terme de températures notamment pour Mardi et Mercredi : La divergence apparaît de manière légèrement plus franche concernant la synoptique en cours de journée de Jeudi où Arpège envisage une résistance des HP par rapport à GFS puisqu'il n'envisage pas le creusement d'une dépression "légère" de surface (d'environ 1015HPa) : CEP, quant à lui, est jusqu'à Jeudi semblable à Arpège avant de rejoindre GFS par la suite notamment Vendredi : Une différence qui, celle-ci est beaucoup plus importante pour la suite, concerne une différence de flux concernant les journées de Samedi et Dimanche. GFS le voyant plutôt Sud-Ouest tandis que CEP le voit d'une manière plus rectiligne (Ouest donc). Ce qui est favorable pour GFS a une résistance de la chaleur/grosse douceur disons du Sud-Ouest au Nord-Est notamment dimanche en contraste clairement avec CEP et donc de conditions plus ou moins estivales (par rapport à CEP avec des conditions plus classiques envisagées pour la saison). Ceci provient du fait que GFS entrevoit la formation d'une bulle d'HP qui résistera par la suite contrairement à CEP : A noter que GEM va clairement dans le sens de GFS pour la fin de semaine : Donc a court terme, concernant les conditions de la masse d'air : Arpège >> GFS >> CEP A plus long terme : GFS-GEM >> CEP d'une manière plus franche. P.S : j'espère avoir diminué suffisamment le nombre de cartes.
  15. Pour la première partie, j'ai tenu compte de plusieurs modèles pour réaliser l'analyse synoptique en l'illustrant notamment avec les cartes de GFS. Effectivement pour les autres parties j'ai pris uniquement le modèle GFS. Je vais ajouter prochainement un post sur la différence des modèles pour la semaine à venir
×
×
  • Créer...