Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

alaindelain

Membres
  • Content Count

    7
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by alaindelain

  1. Salut à toutes et tous,

    Avis aux amateurs: MeteoNews (Fred Decker, PA Dutheil) cherche un météorologue.

    Info piochée ce matin sur la page Facebook de MeteoNews

    https://www.facebook.com/meteonewsfr

    Bonjour à toutes et tous: afin de renforcer son team, MeteoNews cherche un(e) prévisionniste météo à 100% en CDI, basé idéalement en IDF, sinon Picardie, Normandie, CA, Lorraine ou NPDC. Début: au plus tard le 1er septembre 2014. Expérience pratique dans le domaine de la prévision exigée. Aisance rédactionnelle, motivation, dynamisme, flexibilité dans les horaires et passion pour la météo sont souhaités. Notions ou maîtrise de l'allemand sont un atout. Si vous pensez correspondre au profil, merci d'envoyer votre CV et lettre de motivation sans tarder par mail uniquement à f.glassey (at) meteonews.fr.

    A vous de jouer les amis !

  2. Du coup, on peut comprendre la certaine hargne que peuvent avoir les entreprises privées, obligées de payer plein pot les données qu'elles affichent et/ou qu'elles utilisent, envers des sites amateurs sans but lucratif qui peuvent en afficher un certain nombre plus ou moins librement. La salve d'Alain n'était pas anodine, mais objectivement elle peut se comprendre quand on se place dans le point de vue de ces sociétés.

    C'est exactement ce que je dis. Les privés sont pris en tenaille entre l'opérateur public détenteur du Saint-Graal à qui il vent plein pot les données essentielles, alors que dans le même temps certaines associations sans but lucratif dont infoclimat bénéficient de ces données pour 0 €. La critique ne porte pas sur MF ou IC, ni pour soutenir aveuglément les privés. Mais regardons la réalité en face. Si l'on se place au niveau de l'utilisateur final, il y a en France (et ailleurs) 4 acteurs: le public (MF), les sociétés privées (MG, MC, MN, ...) et les sites persos ou associations (IC) et enfin des solutions hybrides qui mêlent site perso et vocation commerciale (meteo-paris.com,...). Jusqu'à preuve du contraire, Nicolas le Friant de MeteoGroup ou Fred Decker de meteo news ne bossent ni en Angleterre pour l'un, ni en Suisse pour l'autre default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20"> Les acteurs privés de la météo en France, que leur maison mère soit située en Angleterre, en Suisse ou en France (LCM) ont donné la chance à toute une série de passionnés (et nombreux utilisateurs du site IC), recalés du concours de l'ENM pour certains, de pouvoir faire d'une passion un métier. Dans un pays en crise, avec un nombre de passionnés de la météo sans emploi dans leur domaine de prédilection, je pense qu'il faut non pas cracher dessus, mais encourager l'initiative privée. Je milite pour faire vivre un plus grand nombre de vrais passionnés de la météo de leur passion. Hélas, la filière MF, réservée à une caste de fous de physique (et à la base pas forcément passionnés de météo), pas plus que celle associative à la IC (sans pour autant lui retirer son utilité et sa grande qualité), ne représentent pas à mes yeux le meilleur cursus pour offrir un job de prévisionniste pro à des passionnés. C'est tout le sens de mon message dès le début. Oubliez l'économiste qui ne pense qu'au fric. On ne devient pas riche en faisant de la météo. Tous les acteurs le savent, et les privés en tête.
  3. Dites moi Alain, qui fabrique et maintien les modèles météos utilisés par ces sociétés privées ?? Avez-vous la moindre idée du coût humain et financier de la mise en place de tels systèmes (qui nécessitent entre autres l'achat des fameux supercalculateurs) ?

    Ce coût, entièrement à la charge des états via les entreprises publics comme M-F, le Met-office, le NCEP ou autres ne devrait-il pas être aussi assumé en partie par ceux qui vont ensuite profiter des résultats de ces modèles pour en tirer de gros bénéfices ?

    Pour ton information IDS, les sociétés privées paient très cher ces données. Radar, Radome, Image Sat, etc... Ce n'est pas parce que le GFS est en libre accès que les privés ne paient rien. Dès que tu as un partenaire TV, une société privée paie des droits (très coûteux) pour diffuser une animation sat, une animation radar ou la diffusion des données. Ce qui plombe évidemment le prix de la prestation. Pour le cas de MeteoGroup, comme la société est active dans 14 pays, ils paient une fois une grande partie de leurs contenus et le réutilisent pour tous les pays concernés. MeteoGroup a le droit d'acheter un composite radar européen en Angleterre et le réutiliser sur son site ou son app Weather pro dans les autres pays. Mais pour le cas de France 2, si MeteoGroup diffuse une animation radar, la directive ECOMET l'oblige à diffuser le radar France de MF. Je ne sais pas comment ils vont régler cette astuce juridique, mais je crains que ça finisse devant les tribunaux, avec la rancoeur qui va avec.

    Il n'y a guère que les sites perso et les associations qui peuvent se permettre de diffuser ces infos sans sortir le moindre euro et sans verser le moindre droit de diffusion à MeteoSat, MF, ou ECMWF.

  4. Car, pour dire que MF génère une distorsion de concurrence préjudiciable aux boîtes privées, il ne faut pas manquer d'air: Météogroup serait soumis à une redevance à la hauteur du coût des données utilisées, peut-être pourrait-on alors parler de sa difficulté à gagner des parts de marché face à l'ancien monopole historique. Mais comme on en est bien loin...

    Mon cher Sebaas. La directive ECOMET (qui gère les relations et échanges entre les acteurs publics de la météo en Europe) impose à toute société privée de se fournir en données météo auprès du prestataire météo public du pays dans lequel elle est active. Vous savez combien MF facture ses images radar et radome aux sociétés privées ? Cela se chiffre entre 80'000 et plus de 100'000 euros par année. Idem pour le modèle CEP et les images MeteoSAT. Contrairement aux sites perso ou aux associations qui diffusent ces contenus sans verser le moindre sou, les sociétés privées de météo paient ces données et au pris fort. Données qui soit dit en passant on déjà été financées par les contribuables et les sociétés par l'entremise des impôts.

    Je te trouve un peu réac par rapport aux sociétés privées. Combien de passionnés de météo ont pu faire le job de leur rêve grâce à LCM, MC, Meteogroup ou Meteonews ? Pour la plupart de ces gens, pas suffisamment blindés en physique pour passer et réussir le concours de MF, ils n'auraient jamais trouvé un job dans la météo, au-delà de l'exploitation de leurs sites perso.

    Comparons 2 secondes MF et la SNCF. Supposons que la SNCF autorise des sociétés privées d'exploiter une partie de son réseau ferré, moyennant une redevance d'exploitation. Maintenant, trouverais-tu normal que sur une ligne exploitée par 2 acteurs dont la SNCF, cette dernière propose à ses voyageurs la gratuité pour qu'ils renoncent à voyager avec la société privée ? Evidemment non. D'autre part, je suis d'accord que cela coûte une fortune pour entretenir les systèmes, les réseaux de mesure, etc...Mais désolé, ce sont les citoyens qui le financent avec leurs impôts. MF n'a jamais été contraint à être rentable et surtout pas sur ses missions régaliennes. Dès lors, je ne trouve pas normal qu'une structure comme MF soit tentée de pratiquer des prix dumpés sur certains marchés stratégiques alors que dans le même temps leurs coûts ont plutôt tendance à augmenter. Aucune entreprise privée ne peut pratiquer cela, où du moins pas très longtemps avant de se casser la figure.

    La météo n'est pas un business rentable, certes, mais elle permet aux passionnés d'en vivre plus ou moins décemment. Que les règles soient les mêmes pour tout le monde. Ce n'est pas de l'ultralibéralisme, juste du bon sens. Si MF veut être mise en concurrence loyale avec les privés, qu'elle adapte ses prix en lien avec les coûts engendrés et non pas par rapport au risque pour elle de perdre un marché face à ses concurrents privés. A force de baisser les prix de manière artificielle, c'est la valeur même du métier qui décline, bien plus que la qualité intrinsèque des prévisions météo. Et force est de constater que dans le monde médiatique, on a pas quitté MF pour des questions de prix jugés trop élevés, mais bien plus sur leur manière de travailler. Dans les médias, il faut parfois modifier une maquette du jour au lendemain, pas en 6 semaines, le temps que la demande remonte la voie hiérarchique... A méditer.

  5. Désolé de vous embêter avec des considérations économiques, mais c'est le coeur du problème. MF pratique des tarifs dignes du Bengladesh pour emporter certains marchés alors qu'il font payer plein pot des prestations sur des marchés de niche où les privés n'ont pas accès. Définitivement, il est malsain de laisser intervenir une entreprise publique en confrontation avec des privés qui ne disposent pas des mêmes règles du jeu. Dans la plupart des cas, le dumping a été fait par MF, pas par les privés, qui doivent être rentables pour survivre. Mais je le répète, les privés n'ont rien volé à personne. En 10 ans, la qualité de la prévision météo s'est améliorée alors que les coûts de production ont été réduits sensiblement. Cela n'a rien à voir avec du Low cost. Voici 15 à 20 ans, il fallait impérativement acheter ses éléments météo à Meteosat ou MF, car rien n'était disponible gratuitement sur le web. Maintenant, tout s'est démocratisé et les privés n'ont eu d'autre choix que de s'adapter. MF a deux guerres de retard et à mon avis, n'a plus la structure (je ne parle pas des ressources) pour s'y adapter aussi vite que voudrait le marché. Je pense également que MF doit se concentrer sur ses missions régaliennes qui justifient un service national et de ne pas distordre la concurrence avec les privés.

  6. Il serait malvenu de victimiser MF et de diaboliser les privés. La réalité est que les privés ont du apprendre depuis 10-15 ans à améliorer la qualité de leurs prévisions tout en faisant baisser les coûts. On appelle cela la productivité et l'efficacité. Pour autant, la qualité n'a pas baissé. Avec son armée d'ingénieurs et de spécialistes, MF n'a toujours pas compris que sa carte de vigilance était inadaptée à la réalité (il manque clairement un seuil d'alerte alors qu'il faut pouvoir alerter au-delà de 24 heures). Je précise que je ne suis pas un troll de MeteoGroup, mais je ne peux pas vous laisser dire que les privés travaillent sur des prévisions automatiques. C'est faux. La prévision MOS de MeteoGroup intègre une dimension humaine. Je sais aussi que MeteoNews (ayant lu ou entendu une ITW de Frédéric Decker), travaille sur une matrice de prévision établie par le météorologue et basée sur plusieurs modèles (CEP, GFS, UKMO). Jusqu'à preuve du contraire la prévi de MF (sur son site en tous cas) est 100% automatisée et basée exclusivement sur le modèle Arpège puis aladin, avec ses qualités et ses défauts. Quand on voit ce que les entreprises privées arrivent à faire, souvent avec le 2% du budget annuel de MF, on comprend pourquoi cette grande machinerie étatique est en déconnexion avec le marché médiatique. Les médias aiment travailler avec des acteurs qui les ressemblent (dynamiques, réactifs, productifs et passionnés). Chez les privés, la grève n'existe pas, pas plus que les conflits sociaux. Elles regroupent des team de passionnés de la météo, comme vous toutes et tous ici sur ce forum. Les médias aiment s'entourer de gens passionnés, qui aiment leur métier et qui sauront captiver le public avec la météo. Les privés n'ont rien volé à personne et surtout pas à MF. A mon avis, si MeteoGroup a été choisie en lieu et place de MF, ce n'était pas exclusivement lié au prix. La notion du prix permet d'éviter de parler du vrai blocage que suscite MF dans le milieu médiatique. Il faut se demander si les médias, et même ceux appartenant à l'état comme France TV, en concurrence féroce et devant donc sans cesse se renouveler, se réinventer, peuvent encore accepter de travailler comme en 1980 avec MF ? C'est lourd, c'est lent, c'est hiérarchique et donc trop peu réactif. Même bon marché ou meilleur marché que les privés, MF est un boulet. Je précise que je ne critique pas le personnel de MF que je respecte, mais la structure totalement inadaptée aux conditions actuelles dans laquelle ils doivent travailler. Quand tout est planifié d'en-haut, quand une bonne idée venue d'en-bas doit passer 5 échelons et toutes les semaines qui vont avec, que reste-t-il de l'innovation, de l'émulation. Les privés ont peu de moyens mais on du apprendre à les exploiter à fond pour survivre. Si MF devait être privatisée, l'économiste que je suis estime qu'elle devrait baisser ses prix de 30% et licencier plus des 2/3 de son personnel pour être au seuil de rentabilité. Celles et ceux qui aiment consulter les bilans et comptes d'exploitations partageront mon avis. AL1

×
×
  • Create New...