oliv92

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    675
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de oliv92

  • Rang
    Stratocumulus
  • Date de naissance 13/11/1980

Personal Information

  • Lieu
    Issy les Moulineaux

Visiteurs récents du profil

1 047 visualisations du profil
  1. Prévisions dans le Sud-Ouest février 2018

    Selon CEP 0z, ce seraient les zones au sud de l'Aquitaine (Landes au Pays Basque) les plus soumises au risque neigeux (plutôt atypique ce genre de situation) : Journée de mercredi qui est donc à suivre en priorité sur l'Aquitaine avec des températures qui auraient du mal à atteindre le 0. Ce n'est qu'en soirée que le redoux déjà en place sur Midi-Pyrénées se généraliserait à tout le sud-ouest.
  2. En repassant les runs antérieurs, on constate que CEP et son ensembliste ont finalement sous-estimé la puissance de l'AS et par conséquent la faculté du talweg continental à se propager sur l'océan. Voici ce que prévoyait l'ensembliste mercredi soir pour mardi prochain : Et voici la prévision de ce soir pour la même échéance : Globalement, ENSCEP de mercredi a bien perçu les grands acteurs de la synoptique à l'échelle continentale. Il a en revanche exagérer la migration de l'AS en blocage Islandais. Ce point est important car finalement l'AS est beaucoup plus costaud que prévu si bien que rien n'empêche la progression du talweg continental vers l'ouest. A l'échéance suivante, ENSCEP de mercredi dernier prévoyait le rétablissement des basses pressions sur la Scandinavie avec un talweg continental restant scotché sur l'Europe de l'ouest : Ce soir, ENSCEP prévoit au contraire des hautes pressions persistantes sur la Scandinavie favorisant la progression du talweg continental vers l'océan dans un flux d'est : Du coup, l'intéraction entre le talweg continental et la dépression sur les Açores est beaucoup plus significative et se produit beaucoup plus à l'ouest entrainant un redressement du flux au S sur le pays.
  3. Sur ce run de CEP, le redoux gagne le sud-ouest dès la nuit de mardi à mercredi dans le domaine de l'autan. Ce redoux précédé de neige concernerait le nord Aquitaine dans la matinée de mercredi puis s'étendrait rapidement vers le nord. En fin de journée de jeudi, seul le 1/4 NE garderait des températures très froides au sol. Plus au sud, on taperait du 18°C au pied des Pyrénées jeudi. Cette douceur engloberait ensuite tout le pays en cours de week-end avec des pointes à 20°C au sud de l'Aquitaine! Le redoux gagnerait même la Grande Bretagne avec un air froid replié sur la Scandinavie. Quelle évolution par rapport à ce matin.
  4. CEP 12z décale encore plus à l'ouest les centres d'actions. La dépression prendrait une trajectoire Golfe de Gascogne -> Irlande :
  5. Concernant la trajectoire de la dépression, il faut bien se rendre à l'évidence, beaucoup de scénarios suivent le déterministe. Cependant, il persiste quelques scénarios où la dépression prend une trajectoire plus orientale où les régions du nord-ouest restent dans la zone de conflit : P11, P16 sont dans la même optique. On dénombre également 4 scénarios où la dépression est beaucoup plus à l'ouest et ne rentre pas sur le pays.
  6. Assez étonné de voir la concordance des modèles ce soir sur la trajectoire de la fameuse dépression. On se dirigerait donc vers une trajectoire Golfe de Gascogne -> Bretagne -> Grande-Bretagne qui appuie donc l'option redoux brutal et généralisé avec bref épisode de neige de redoux. Sur UKMO, le conflit est vu très au nord sur la GB : CEP et son ensembliste sont désormais bien isolés tant l'accord entre UKMO/GFS/GEM parait solide. L'hypothèse redoux par le sud-ouest à partir de mercredi est donc majoritaire.
  7. Comme évoqué par plusieurs analystes, CEP modélise une sucession de dépessions neigeuses au nord de la Loire entre jeudi et le week-end prochain. Ces situations à conflits de masses d'air sont les plus palpitantes à suivre puisque la zone précise du conflit ne sera connue que 24/48h à l'avance. Inévitablement, la synoptique prévue me fait penser à mars 2013 : Situation typique de conflit de mases d'air par GA. Ceux qui auront la chance de se trouver dans la zone de conflit vivront probablement un bel épisode de neige. Il n'y a qu'à penser aux situations passées de mars 2006 et mars 2013 pour se rendre compte que ces situations à conflits neigeux peuvent être remarquables. En revanche, au sud de la zone de conflit (et il risque d'y avoir du monde!), la douceur pourrait aussi se montrer très marquée.
  8. * - * Le topic des souhaits * - *

    CEP est également très favorable avec une sucession de dépessions neigeuses au nord de la Loire pour la fin d'échéance. Ces situations à conflits de masses d'air sont les plus palpitantes à suivre la zone précise du conflit ne sera connue que 24/48h à l'avance. Inévitablement, la synoptique prévue me fait penser à mars 2013 : Situation typique de conflit de mases d'air par GA. Ceux qui auront la chance de se trouver dans la zone de conflit vivront probablement un bel épisode de neige. Il n'y a qu'à penser aux situations passées de mars 2006 et mars 2013 pour se rendre compte que ces situations à conflits neigeux peuvent être remarquables.
  9. Voici le diagramme pris au point de coordonnées (48,6; -4,5) très proche de Brest (peut être un bug sur Brest??) :
  10. Ça va encore changer mais selon l'ensembliste Européen, c'est à l'ouest d'une ligne Nantes-Lille que le risque neigeux semble le plus marqué et le plus durable : Il faudra suivre avec attention l'évolution de la trajectoire de la dépression. Pour le moment elle est majoritairement vue remonter vers la Bretagne mais ça va forcément changer. Un 1/3 nord peut encore être sujet à des surprises. Dans ce contexte où le jet circule très au sud et avec l'air froid présent sur la Grande-Bretagne, la moindre dépression bien placée suffira à rabattre de nouveau l'air froid.
  11. CEP est moins radical avec une situation propice à des conflits neigeux sur un tiers nord de la France en fin d'échéance. Mais lui aussi modélise une trajectoire septentrionale de la dépression qui a pour effet de généraliser le redoux à 95% du territoire.
  12. Ce n'est que mon avis mais je trouve que GFS 18z fait un pas significatif vers GEM à moyenne échéance : La synoptique à l'échelle continentale est vraiment très similaire. Evidemment à l'échelle de notre pays, le temps sensible serait radicalement différent mais c'est juste lié à la position de la dépression qui est plus sud sur GEM. Elle s'évacue ensuite vers l'est sur le Canadien alors qu'elle remonte plein nord sur l'Américain mais ce n'est que du détail à cette échéance. Il faudra attendre dimanche pour avoir une idée plus précise de la trajectoire et lundi pour cibler zones à neige.
  13. L'épisode hivernal a commencé entre mercredi et jeudi avec la mise en place d'un régime d'est froid et sec, il n'a pas fait bien chaud du côté de Clermont aujourd'hui avec des tx proches de 0°C.
  14. Trajectoire de la dépression Golfe de Gascogne -> Londres sur le dernier GFS, c'est vraiment atypique. Pourquoi pas après tout, l'Américain a l'air d'insister. Attention tout de même car il s'agit d'échéances entre 120 et 144h sur la trajectoire d'une dépression, ça va forcément évoluer.
  15. Désormais il n'y a plus guère de doutes sur le fait que le talweg continental interagisse avec le complexe dépressionnaire situé sur les Açores. Comme les modèles tendent à positionner le blocage un peu plus au nord, l'interaction se ferait probablement plus au nord sur l'océan Atlantique entrainant un redoux par le sud du pays. Seuls NAVGEM 6z et ICON 12z maintiennent un blocage beaucoup plus méridional annihilant le redoux y compris au sud. Maintenant, il reste donc à cibler l'ampleur de l'interaction et la trajectoire de la dépression associée. C'est sur ce point synoptique clé que de fortes divergences apparaissent. GFS 12z modélise une entrée de la dépression à partir du Golfe de Gascogne pour ensuite la faire remonter vers les Hauts de France selon une trajectoire SO/NE. Dans un tel cas, ce sont les régions du NO de la France qui seraient soumises au risque neigeux le plus durable. Sur le 6z, la trajectoire était Golfe de Gascogne -> Champagne Ardennes ce qui augmentait le risque neigeux sur un large 1/4 NO (Bassin Parisien compris). Sur CEP 0z, la trajectoire était beaucoup plus méridionale et rectiligne (Golfe de Gascogne -> Golfe de Gênes) ce qui décale le risque neigeux sur les régions centrales alors qu'un 1/3 nord du pays resterait sous un régime très froid et sec. GEM est encore plus méridional avec une trajectoire Espagne > Golfe de Gênes avec un risque neigeux marqué sur la moitié sud. Sur UKMO, difficile de cerner la trajectoire puisque trop court en échéance. Le temps sensible de la seconde partie de semaine, en particulier les zones susceptibles d'être impactées par un épisode neigeux, sont donc étroitement liées à la trajectoire de cette dépression. On devrait encore assister à pas mal d'ajustements avant d'avoir le bon scénario. Je suis tout de même étonné d'une trajectoire aussi septentrionale que celle modélisée par GFS 12z. Dans ce genre de synoptique, il est fréquent que les creusements issus des Açores circulent selon une trajectoire Baléares -> Golfe de Gênes limitant le risque neigeux à 1/3 sud du pays. D'ailleurs la moyennes des scénarios GEFS va dans le sens d'une trajectoire beaucoup plus méridionale :