Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Météodu37

Membres
  • Content Count

    680
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Météodu37

  1. En fait, l'opérationnel du GFS 12z rejoint nettement le scénario minoritaire proposé par les ensemblistes d'hier soir. Avec l'entretien d'un vaste anticyclone sur l'Est de l'Europe et la poussée d'une dorsale d'altitude sur le centre de l'Europe, le talweg proche Atlantique se retrouverait piégé et soumis à un comblement forcé. Un comblement sous forme de minimum marqué en altitude sur la péninsule Ibérique. Ce minimum apporterait un flux de Sud dynamique mais surtout instable avec l'advection d'air très doux dans les basses-couches. On aurait le droit au retour de la fameuse " latente ", cependant, au vu des forçages qu'apporterait le minimum, cette énergie serait bien utilisée avec des remontées humides. Les régions de la moitié Nord seraient le plus soumises à cette instabilité, la moitié Sud, et plus particulièrement le Sud-Est, pourraient subir le passage de fortes pluies en milieu d'échéance lors de la transition du minimum qui apportera beaucoup d'humidité. Côté températures, on devrait être au-dessus des normes mais en restant dans le raisonnable, tout dépend des scénarios, certaines régions sont plus favorisées par cet air doux que d'autres. CEP adopte le scénario de GFS dans sont 12z, qui est très bien suivi par son ensembliste. Nous serions soumis à une anomalie de température plutôt très positive et donc bien au-dessus des normes, un peu moins alarmiste sur l'ensembliste. On reste dans une dominante d'air chaud et humide avec ces basses pressions omniprésentes sur le proche Atlantique. Hier, on était dans une optique d'air doux avec rafraîchissement en milieu de période, il se trouve que l'air doux pourrait faire de la résistance. En fin d'échéance, les hautes pressions peuvent regonfler par l'Ouest avec le retour d'une petite fraîcheur océanique. Pour le moment, l'incertitude plane sur le placement des centres d'action, on a du mal à cerner comment vont se comporter les HP sur l'Europe et les BP sur le proche Atlantique. La phase de comblement n'était pas forcément prévisible en début d'échéance, et depuis l'arrivée de quelques scénarios de ce genre hier soir, dans les ENS GEFS la situation se concrétise avec la suivie de l'opérationnel de GFS et du CEP. Affaire à suivre.
  2. Effectivement, petite confusion de ma part, dommage que je n'habitais pas encore en Touraine à ce moment-là, faudrait que je me renseigne sur ce qu'il y a eu ce jour-là, puisque la zone était bien concernée également par ce risque de violents orages. 6cm, c'est énorme pour une agglomération comme celle-là. Comme je l'ai mentionné, on voit de moins en moins de phénomènes de ce genre ( et c'est tant mieux pour les cultures et autre ), mais c'est peut-être en lien avec le peu de dégradations organisées qu'on connaît et une dynamique atmosphérique moins favorable.
  3. Pas de réel changement ce soir sur le 12z de GFS, toujours ces dépressions ondulantes autour de la Grande-Bretagne apportant un flux de Sud-Ouest humide sur le pays. Belle poussée de l'anticyclone en fin d'échéance par l'Ouest, autant dire que la situation stationnaire. Cependant, on remarque qu'en regardant le panel des ensemblistes, qu'il y a quelques divergences notables pour le début de période. Le talweg présent sur le proche Atlantique, qui piloterait le réseau de dépressions secondaires, pourrait être contraint à être isolé par des hauts géopotentiels. Le scénario n'est pas majoritaire mais il est présent sur quelques perturbations du GFS comme la P5 et entre P10-13, on peut aussi constater que les hauts géopotentiels enveloppent le pays, voir P9, 16 et 20. Côté masse d'air, on reste dans une relative douceur avec ce flux de Sud-Ouest, le run opérationnel est assez agréable à regarder avec une moyenne de 15°c sur la moitié Nord, avec une tendance à l'augmentation avec le retour des hautes pressions par la suite. Avec la proximité des basses pressions, la semaine pourrait être bien arrosée sur certaines régions, ce qui n'est pas inintéressant pour nos sols secs. Le point intéressant à noter, c'est que CEP rejoins un peu les scénarios que voient certaines perturbations du panel GFS. Le talweg du proche Atlantique se comblerait sous nos latitudes sous l'effet des hauts géopotentiels qui s'imposeraient sur l'ensemble du continent. Bonne douceur en début de d'échéance, avec un nette rafraîchissement en milieu de période. Au final, est-ce-que les HG vont l'emporter sur les BP où ce n'est qu'une illusion et les basses pressions vont finalement prendre le dessus ? Réponse aux prochaines MAJ
  4. Effectivement, j'ai tendance à mettre un peu trop en avant mes souhaits lors de ma prévision, je vais limiter les propos de ce genre à l'avenir pour éviter de le faire trop ressentir En prenant un peu de hauteur, on remarque que le vortex polaire se concentre sur le Nord de la Sibérie en s'étendant jusque entre le Groenland et le Canada. D'ailleurs, on remarque une anomalie négative, de faible amplitude mais présente, entre Canada et Groenland depuis plusieurs jours, et celle-ci semble durable dans le temps. C'est justement celle-ci qui va nous intéresser pour ce topic, puisqu'elle devrait être la principale cause de la circulation dépressionnaire attendue entre Islande et Grande-Bretagne, alors que les hautes pressions envahiraient une bonne partie du bassin Nord. L'activité dépressionnaire du vortex polaire devrait se concentrer entre Islande, Groenland, Canada et golfe du Labrador pour la semaine concernée. En cause, la gonflement de hautes pressions sur le Pacifique avec un réchauffement qui va causer un déséquilibre sur la partie du vortex concentré au Nord de la Sibérie. Tout cela en lien avec un changement de la phase MJO qui s'oriente va s'orienter entre la phase 2 et 3 ( se plaçant entre Inde et Indonésie ). Ce changement de phase correspondent très bien avec les anomalies attendues lors de ces phases ( anomalie de pression positive sur le Nord du Pacifique, plus négative entre Islande, Groenland et Canada ). En fait, le run de CEP observé Lundi soir n'était pas forcément isolé quand on regarde le GFS actuel. La dépression viendrait onduler autour de l'Irlande faisant descendre un flux d'air froid et cyclonique jusque sous nos latitudes. Elle pourrait également piloter un talweg d'altitude bien structuré comportant un réseau de plusieurs dépressions secondaires en faveur d'un courant jet dynamique. La poussée de hauts géopotentiels sur l'Ouest du bassin, incite l'activité dépressionnaire a se concentrer ainsi sur la partie Est du bassin et donc sous nos latitudes. Une petite nouveauté que GFS ne nous a pas sorti sur ces derniers runs, c'est le passage d'une dépression plutôt dynamique ( 990-995 hPa ) entre l'Angleterre et la France entre le 25-26 Avril. Mais c'est à partir de ce moment là que la situation pourrait se débloquer avec une poussée des hautes pressions par l'Ouest ( en lien avec l'approche d'une dépression très dynamique depuis le Canada ), qui occasionnerait le décalage des basses pressions vers l'Est de l'Europe ( en se comblant ), pouvant même être rejetées vers le Nord de la Scandinavie. On assisterait au retour des hautes pressions qui reviendraient timidement sur notre pays par l'Ouest, mais les basses pressions restent tout de même au programme avec l'isolement d'un minimum toujours entrevu entre le centre de l'Europe et le bassin Méditerranéen. Tout au long de l'échéance ( hormis un basculement du flux au Nord-Ouest en fin de période ), le flux serait principalement orienté Sud à Sud-Ouest avec le positionnement du talweg d'altitude et la rotation des dépressions secondaires sur le proche Atlantique. En soit, l'Est et le Sud-Est du pays pourraient être concernés par une masse d'air un peu plus agréable que l'Ouest, qui serait dominé par le passage de plusieurs perturbations et une fraîcheur plus océanique. Ce ne serait qu'en fin d'échéance qu'on pourrait revoir un temps plus calme et agréable avec le retour des hautes pressions par l'Ouest, une situation qui ne bouge pas depuis plusieurs réactualisations déjà. CEP ne change pas trop se position par rapport à hier soir, on reste dans l'optique d'un vaste minimum dépressionnaire qui s'imposerait sur la Grande-Bretagne, et qui apporterait un flux d'Ouest humide mais doux. Les hautes pressions semblent se positionnées plus vers le centre de l'Atlantique par rapport à hier, peut-être pourraient-elles apporter un léger changement de synoptique dans les prochaines réactualisations, à suivre. En soit, les réactualisations ne divergent pas trop, on semble se diriger vers une semaine humide avec plusieurs perturbations mais assez agréable dans l'ensemble ( à voir si la fraîcheur océanique s'impose avec le flux de d'Ouest ). Cependant, la fin de semaine s'annonce plus calme et plus sec avec le retour du soleil et d'une bonne petite douceur. On va commencer à voir la sortie de certains modèles comme UKMO.... qui vont nous éclaircir progressivement sur l'évolution de la synoptique.
  5. Ce soir, le 12z de GFS rejoins un peu le scénario entrevu par le 0z du CEP d'hier soir. La dépression d'Islande piloterait un talweg dynamique et de longue étendue, au moins jusque sur le bassin Méditerranéen. On remarque la naissance d'un minimum secondaire sur la Grande-Bretagne entre le 24-25 Avril. Ce qui signifie la mise en place d'un temps frais et humide avec un flux d'Ouest perturbé et le passage de plusieurs perturbations Mais ce n'est qu'un scénario parmi tant d'autres, espérons que de nouvelles synoptiques soient envisageables lors des prochaines mise à jour. Notons tout de même que ICON prend doucement le même chemin, UKMO suivrait-il lui aussi ? On verra comment se comporte la dépression Islandaise et le placement de la l'anticyclone Atlantique. On se réconforte peut-être en fin d'échéance avec le retour d'un anticyclone plus franc par l'Ouest et l'isolement d'un minimum d'altitude en transit sur l'Europe centrale. Malgré le retour d'une petite douceur, l'humidité pourrait malheureusement persister avec des pressions encore trop timides pour empêcher le passage de quelques fronts. D'ailleurs, si la tendance se confirme, l'ensemble de la semaine serait bien arrosée un peu partout, ce qui ferait du bien au sol tout de même. CEP s'accorde un peu avec le même genre de synoptique en début d'échéance, mais de manière plus importante. La dépression d'Islande pourrait descendre jusque sous nos moyennes latitudes avec un flux d'Ouest bien perturbé. Comme ce genre de grosse dépression est la spécialité de GEM, il suit l'Européen avec quelques décalages mais on reste dans la même optique.
  6. Le climat où je vis en Touraine n'est pas trop à mon goût, le préfère de belles journées ensoleillées et chaudes avec des orages en fin de journée et cours de nuit, comme j'ai pu connaître dans le Sud du côté de Toulon. Mais là où j'aurais vraiment du mal à m'y faire, c'est le climat sur les îles Britanniques. Elles peuvent être affectées par tout type de masses d'air ( Air polaire et arctique maritime, puis tropical maritime et continental ). Puis tout au long de l'hiver, se prendre des perturbations et des coups de vent par dizaines, ça m'intéresse pas
  7. Effectivement, les hautes pressions semblent vouloir se décaler vers l'Est de l'Europe, laissant un chemin où pourrait se frayer un beau minimum sur l'Atlantique jusque sous nos latitudes avant de se diriger vers la Grande-Bretagne. Les hautes pressions semblent vouloir revenir en force en fin d'échéance avec un talweg de faible amplitude persistant sur l'Europe. A garder à l'oeil également, l'isolement de bas géopotentiels sur la péninsule Ibérique pendant le retour des hautes pressions. Par contre, CEP est totalement à l'opposé. Une dépression viendrait circuler vers l'Islande en pilotant un long talweg d'altitude dynamique qui concernerait l'ensemble de l'Ouest Européen. Les hautes pressions tentent de faire de la résistance en Scandinavie, mais pour le moment, on ne peut pas voir au-delà de Mercredi, si le talweg va se résorber où si justement, il va s'imposer, mais on voit qu'il tenterait de se combler sur la péninsule Ibérique, on suivra ça sur les prochaines réactualisations. Pour le moment, la moyenne s'établie avec des hautes pressions qui persisteraient, comme on peut le voir sur NAEFS et les anomalies de géopotentiels qui restent positives. On remarque tout de même le minimum sur l'Atlantique bien anticipé par GFS. CEP semble assez isolé pour le coup, les ensemblistes de GEFS restent dans la bonne synoptique avec des hautes pressions qui semblent dominante sur le run de contrôle et sur le GFS //. Les ensemblistes se concordent avec le placement de l'anomalie proposé par NAEFS, puisque la masse d'air semble légèrement se rafraîchir avec un flux d'Est à Nord-Est.
  8. Même si ça ne va pas être une semaine hyper passionnante, la saison des orages devrait débuter doucement mais surement, avec une chaleur et une instabilité croissante au fil des jours. Espérons que la tendance se confirme de plus en plus. Ce qui faut retenir, c'est un tout début de semaine assez maussade mais doux entre Lundi et Mardi avec le passage d'une perturbation sur l'ensemble du pays, puis le retour d'un temps plus calme et agréable pour le reste de la semaine. Entre Vendredi et Dimanche, avec la présence d'une bonne petite douceur, quelques orages pourraient se mettre à éclater sur quelques régions, mais la tendance est à confirmer. Pour le début d'échéance, on peut se pencher sur les mailles fines tel que WRF( qui est bien suivi par le 6z d'ARPEGE ). En début de semaine, on remarque les hautes pressions se calent sur la Scandinavie , l'Europe reste dans une situation de marais barométrique avec des basses pressions présentent sur le proche Atlantique, ainsi qu'entre l'Est de l'Europe et la Méditerranée, avec l'étirement d'un talweg de faible amplitude. Au large du Portugal, une petite dépression y circule actuellement, et devrait remonter tranquillement vers l'Irlande entre Lundi et Mardi, elle devrait occasionner dans le même temps, une poussée de hauts géopotentiels provenant d'un anticyclone présent sur l'Afrique du Nord. On se retrouverait avec l'établissement d'une petite dorsale qui concernerait le pays en tout début de semaine alors que le talweg présent sur le proche Atlantique devrait rester stationnaire. Une autre dépression, plus dynamique, devrait de nouveau onduler au large de la péninsule Ibérique dans le même temps. Là aussi, on devrait se retrouver avec une nouvelle poussée de hauts géopotentiels depuis le Sud. La dépression irait ensuite se combler au large du Portugal et la dorsale serait déjà mieux formée tout en allant se lier avec l'anticyclone présent sur la Scandinavie. Alors qu'un minimum tenterait de persister sur le Proche-Orient, les hautes pressions engloberont une bonne partie de l'Europe. Pendant ce temps-là, le minimum présent en péninsule Ibérique devrait s'isoler en une belle petite goutte-froide, qui aura plus ou moins son influence. Cependant, le minimum présent sur le Proche-Orient, pourrait avoir son influence étendu jusqu'à notre pays avec de l'air plus frais advecté en altitude, alors que la dorsale apportera de l'air bien doux dans les basses-couches. Avec le passage de la petite dépression près de nos côtes, une perturbation devrait traverser notre pays entre la soirée de Lundi et la journée de Mardi avec une évacuation des pluies par le Nord-Est. Elle devrait apporter de bonnes petites pluies sur l'ensemble du territoire, des pluies pouvant être orageuses dans le Sud-Ouest mais rien d'exceptionnel. Niveau températures, on pourrait encore observer quelques gelées dans la matinée de Lundi avant que le mercure ne monte assez rapidement, jusqu'à 15°c sur la plupart des régions, même si le Nord-Ouest pourrait avoir un peu de mal à les atteindre. Le flux de Sud-Ouest à Sud se rend plus efficace pour la suite de la semaine, avec des matinées moins fraîches ( hormis très localement dans l'extrême Nord-Est ). On devrait observer un léger contraste pour Mardi avec le passage de la perturbation, avec pas plus de 10-12°c sous la pluie, les températures remontent à l'arrière même du front. Belle douceur qui s'imposera progressivement dés Mercredi, même si l'on aurait du mal à atteindre les 15°c dans le Nord-Est, les maximales pourront atteindre les 16-18°c sur une bonne partie du pays, avec jusqu'à 20-22°c voir très localement plus dans le Sud-Ouest. http://images.meteociel.fr/makegifanim.php?url=http%3A%2F%2Fmodeles.meteociel.fr%2Fmodeles%2Fwrfnmm%2Fnmm-25-[1%3A96%3A1]-0.png Pour la suite de la semaine, l'activité dépressionnaire sur l'Atlantique devrait se calmer alors que les hautes pressions devraient englober une bonne partie Nord et centrale du continent Européen. Sur la partie Ouest, la goutte-froide pourrait étendre son influence en s'étirant vers le bassin Méditerranéen d'ici le week-end. Une fin de semaine qui s'annonce un peu plus changeante avec la mise en place d'une petite instabilité lié à un apport de chaleur dans les basses-couches. Avec des remontées humides occasionnées par la goutte-froide, il est possible d'observer quelques orages sporadiques entre Vendredi et Dimanche. Pour le moment, le scénario entrevoit une possibilité d'orages les Pays-de-la-Loire, le Centre, et le Centre-Est du pays, mais il est encore trop tôt pour établir correctement ce risque. Le 0z de CEP s'accroche un peu sur le même scénario synoptique avec GFS. On voit tout de même que les scénarios divergent pour la fin de semaine, JMA propose une goutte-froide moins prononcée et située plus au Sud, avec des hautes pression qui s'étirent depuis l'océan pendant que les basses pressions s'imposeraient sur l'Est de l'Europe ( il faudra surveiller le comportement de ces basses pressions qui pourraient influencer la prévision ). GEM propose un peu le même scénario à l'exception près avec la circulation d'une petite bulle de bas géopotentiels qui descendrait de Scandinavie jusque sur notre pays pilotant de l'air froid en altitude. Cette petite bulle proviendrait justement de ces basses pressions présentent sur le Proche-Orient, elle irait ensuite circuler, en s'isolant les hauts géopotentiels, en mer du Nord avant de retourner sur la Scandinavie puis entamer sa petite descente vers notre pays en passant par le centre de l'Europe, un scénario qui reste très minoritaire tout de même.
  9. Disons que c'est assez aléatoire à mon avis. Les orages en eux-même ne disparaissent pas vraiment, c'est surtout les dégradation orageuses organisées et de longue durée qui se font beaucoup plus rares. Même si les orages semblent moins nombreux, je trouve qu'ils adoptent des intensités plus fortes au fil des années, autant en terme d'activité électrique qu'en activité pluvieuse. Ce que je remarque, c'est la raréfaction des grosses chutes de grêle ( tant mieux pour les cultures ect... ), mais le rapport de cause à effet n'est pas négligeable. La dynamique atmosphérique semble moins importante et les configurations synoptiques sont différentes que ce que l'on a pu connaître entre 2012 et 2014 par exemple. Les axes sont très différents au fil des années, autant, on pouvait souvent observer un axe Sud-Ouest à Nord-Est, qui est l'axe de base. En 2012, l'axe était orienté Sud-Ouest à Centre-Est, en s'arrêtant entre la région Auvergnate et Lyonnaise, cependant, on a pu observer de nombreux orages, parfois violents, sur le Nord-Est et surtout sur les Ardennes entre les mois de Juin et Juillet, la région Bourguignonne a également connue de violentes chutes de grêle avec 6 à 7cm de diamètre en Saône-et-Loire , et jusqu'à 9cm entre la Côte-d'Or et le Doubs. L'année 2013, on observe un axe un peu plus différent avec secteurs habituellement mois concernés par de violents orages. Tout d'abord, le secteur entre Auvergne, Bourgogne et Rhône-Alpes a été très touché, comme par exemple lors d'une violente dégradation orageuse le 16 Juin 2013, avec la formation de 8 supercellules entre le nord de l'Auvergne et la Bourgogne, dont 6 classées comme supercellules abouties. Pendant l'année, on voit que le Nord-Est est un peu plus épargné, et que l'axe s'étire entre les Pyrénées et le Nord du pays, en passant par les régions centrales et le Nord-Ouest du pays. Mai 2013 a été un mois très orageux, surtout pour le Nord du pays avec une dégradation qui restera gravée dans les annales, un épisode orageux d'une rare intensité s'est abattu sur un axe Pyrénées / Nord - Pas de Calais. D'ailleurs, depuis leur création en 2007, c'est la première fois que Keraunos émettait un risque maximal 4/4. Voici à quoi se résume la dégradation pour se rappeler : Dans les grandes lignes, le bilan de cet épisode fait apparaître 7 supercellules distinctes, une quinzaine de dédoublements cellulaires (splitting storms), une tentative de supercellule moteur gauche avortée et un MCS. Les phénomènes associés comptent notamment : + de nombreuses chutes de grêle remarquables, avec des diamètres de 3 à 5 cm dans le sud de la France et de 6 à 12 cm sur le nord, + de puissantes rafales descendantes avec des pointes mesurées par Météo France jusqu'à plus de 120 km/h, + un couloir de micro- et macrorafales sur un axe Soissons - Laon (Aisne), ainsi que de Vervins (Aisne) à Semousies (Nord) + plusieurs inondations éclairs et coulées de boue, + une tornade d'intensité EF1 à Marchiennes (Nord). Source : http://www.keraunos.org Il y a également eu la virulente dégradation orageuse du 26-27 Juillet 2013 entre le Centre-Ouest, le Centre le bassin Parisien avec un violent MCC et le développements de plusieurs supercellules. Le 28 Juillet 2013, un autre système orageux virulent balaye le Sud-Est du pays. La Bretagne et les Pays-de-la-Loire ont connus des orages parfois violents tout au long de l'été, dont principalement au mois de Juillet. La Bourgogne et l'Auvergne ont encore étaient concernés par de violents orages début Août avec de violentes rafales, jusqu'à 120 km/h et de la grosse grêle ( jusqu'à 11 cm ). En 2014, on observe un secteur touché par de forts orages de grêle au mois de Mai, entre l'Aquitaine et le Centre, avec plusieurs épisodes de forts orages. Cela devrait rappeler des souvenirs à pas mal de monde, Juin 2014 et ses fameuses supercellules du 8 et 9 Juin qui on balayées le Centre et le Nord du pays. On voit que l'Est, le Centre-Est et le Sud-Est sont confrontés à plusieurs épisodes forts orages, tout comme les Pyrénées également. L'axe concerne alors le Centre-Ouest et les régions centrales, et dans un second temps, la partie Est du pays. Août 2014 a été marqué par un dégradation orageuse qui a balayée de très nombreuses régions ( dont une LEWP dans le Sud-Ouest ). Puis à partir de 2015, on voit que les dégradations orageuses sont beaucoup moins nombreuses et moins organisées. Les orages sont présents néanmoins, et on ne définit pas réellement d'axe comme on a pu observer entre 2012 et 2014 et même bien avant. L'Ouest et l'Est du pays sont tout autant concernés, un coup l'un, un coup l'autre, le Sud-Est et le Centre-Est ont tout de même connu de nombreux orages aux cours de l'été 2015, surtout au mois de Juin. Août 2015 a été marqué par plusieurs orages, localement violents, sur plusieurs régions du pays. Viens ensuite 2016, avec une instabilité qui reste marquée entre le Nord et le Nord-Est du pays pour le mois de Juin, une instabilité déficitaire ailleurs, comme dans le Sud-Ouest par exemple. L'activité orageuse reste marquée entre le Nord et l'Est du pays pour le mois de Juillet, avec un déficit important d'instabilité sur l'Ouest et le Nord-Ouest. Et le mois d'Août 2016 a été peu orageux malgré quelques orages forts dans l'Est du pays, mais l'instabilité est en déficit un peu partout, d'ailleurs, ce fût l'été le moins orageux de ces 7 dernières années. On observe le même genre de chose pour 2017 avec des orages parfois violents mais pas sous forme de dégradations orageuses organisées avec des axes bien définis, l'instabilité reste très contrastée. Cependant, on se rattrape un peu avec 2018 avec une année record en nombre d'orages, uu niveau national, on dénombre 285 jours avec orage, l'ancien record était de 267 jours en 2014. Autant dire que ces orages ne sont pas forcément si rare que ça, les années ne se ressemblent pas, allons nous connaître un été 2019 très orageux où tout le contraire ? Espérons de bonnes dégradations orageuses tout de même
  10. Nouveau cas : Le 3 Avril, un tuba a été observé en milieu d'après midi sur Caen et une trombe marine a eu lieue dans la même après-midi au large des côtes de Grainville. Source : https://www.facebook.com/MeteoEnNormandie/
  11. On cerne mieux le phénomène sur la première vidéo plus haut, avec un beau rabaissement en rotation sous une base bien rotative. Sur les autres vidéos, on a du mal à distinguer le phénomène, mais on remarque une base bien instable et rotative, y'a t'il eu un contact avec l'eau ? Hâte de rentrer pour étudier en détail ce cas qui a l'air très intéressant
  12. Je n'ai pas pu beaucoup intervenir sur ce topic qui avait l'air bien dynamique avec les nombreuses divergences et différents scénarios qu'on a pu constater. On voit doucement que la situation se concrétise un peu plus pour la semaine, avec des écarts-type devenant moins importants et des accords plus concordants entre certains modèles. De plus, on peut déjà se donner une bonne idée pour ce qui nous attend entre le début et le milieu de semaine avec les mailles fines. L'anticyclone actuellement positionné en mer du Nord devrait entamer un décalage vers l'Est dés le début de semaine à l'approche d'un nouveau minimum dépressionnaire qui viendra onduler vers l'Islande. Progressivement, les hautes pressions devrait se décaler vers l'Est de l'Europe et la Russie et l'anticyclone des Açores resterait ancré dans l'Atlantique. On distingue, de manière assez discrète, un minimum de surface qui ondule en Péninsule Ibérique et qui remonte tout doucement vers notre pays. C'est cette petite brèche qui va nous intéresser ces prochains jours avec l'arrivée du minimum dépression sur l'Atlantique Nord. C'est à partir de Mardi et Mercredi que la situation changerait synoptiquement parlant. Le minimum dépressionnaire présent en Islande va se retrouver avec la poussée d'une puissante dorsale d'altitude sur le proche Atlantique, qui va contraindre à la dépression de descendre sous nos latitudes sous forme de talweg qui se comblera progressivement en descendant vers la Méditerranée. Une zone barocline parfaitement bien constituée, avec un gradient thermique très important, devrait s'opérer dans le même temps en mer du Nord avec de l'air chaud remontant d'Europe par flux de Sud, et l'arrivée d'un plus froid par le Nord, ce qui devrait engendrer une belle petite cyclogenèse d'air froid. C'est dés Mercredi qu'une belle dépression pourrait se creuser en mer du Nord avec un talweg qui devrait rester en forme. Les hautes pressions devraient rester dans leur coin, dont un sur la Russie et l'autre vers les Açores avec l'étirement de la vaste dorsale. Entre Lundi et Mardi, l'air doux devrait faire un peu de résistance, mais à partir de Mercredi, de l'air beaucoup plus frais devrait envahir le pays par le Nord-Ouest avec le plongement du talweg. Pour le milieu et fin de semaine, la situation change encore plus. La dépression en mer du Nord devrait entamer un déplacement vers le Nord de l'Atlantique alors qu'un autre minimum viendrait onduler une nouvelle fois vers l'Islande. Un nouveau minimum qui va également nous intéresser au vu de sont influence sur les hautes pressions, qui pourraient se retrouver écraser. En effet, ces basses pressions viendraient descendre sous nos latitudes en s'isolant entre l'Irlande et le Nord-Ouest de la France, où elle se retrouverait en présence d'un gradient thermique pouvant lui être favorable à un petit creusement en arrivant sur notre pays. On notera également que le talweg présent la semaine, pourrait présenter un début de comblement entre le golfe de Gênes et l'Italie. On remarque un petit décalage entre WRF et ARPEGE par rapport au placement du nouveau minimum et des hautes pressions sur l'Est de l'Europe. Pour le week-end, la situation est encore bien incertaine, sur GFS, les basses pressions continueraient d'onduler tout autour de l'Europe du proche Atlantique alors que les hautes pressions s'étaleraient entre la Scandinavie et le Nord Atlantique. L'air frais et humide ferait donc de la résistance sur le pays, mais on voit quelques signaux qui signalent un possible déblocage pour la semaine suivante mais pour le moment, la probabilité reste très incertaine. Avec CEP, les ensemblistes s'accordent un peu avec le 12z du GFS de ce soir, les hautes pressions s'installeraient sur la Scandinavie alors que les basses pressions continueraient d'onduler autour du continent. Reste à voir sur les prochaines réactualisations sur la situation va se débloquer ou pas.
  13. Bonjour, Il s'agit en fait d'une averse qui a pris forme plus à l'Ouest et qui est venue se diriger vers le secteur dans un contexte de ciel de traîne. Elle a gagnée en vigueur en devenant une forte averse orageuse, probablement à cause d'un environnement faiblement instable engendré par l'effet orographique du Morvan plus au Sud et de l'air froid drainé en altitude, après le passage d'une perturbation. D'ailleurs, après le passage du noyaux pluvio-orageux, c'est la partie stratiforme ( non orageuse ) à l'arrière de l'averse qui a évoluée dans un environnement assez froid en altitude, et par effet d'isothermie, a donc permis à la neige d'apparaître à une assez basse altitude ( en fonction de la hauteur où vous vous trouvez ). Au vu de l'advection froide en altitude,c'est pas étonnant que la neige ai fait son apparition dans certains secteurs du Nord-Est.
  14. Voici à quoi se résume la semaine suivante : Conditions anticycloniques pour l'ensemble de la semaine après l'évacuation de quelques crachins sur le Nord-Est du pays en fin de journée de Lundi. Les nuages seront surtout présents au Nord de la Loire et dans l'Est du pays, mais les éclaircies domineront. Quelques fortes pluies pourront affecter la Corse et une partie de la PACA Mardi avec le passage d'un minimum sur la Méditerranée. En fin de semaine, quelques averses devaient concerner les massifs de l'Est en fin de journée, mais rien de bien méchant. C'est pour le week-end où le temps peut légèrement changer, malgré des hautes pressions persistantes, une petite perturbation pourrait apporter quelques pluies dans le Nord-Est Dimanche avec de nombreux nuages partout ailleurs, avant de s'évacuer par le Sud-Est avec le retour de belles éclaircies à l'arrière en faveur du retour des hautes pressions plus franches par le Nord. Côté températures, on notera toujours la persistance d'une bonne petite fraîcheur matinale avec quelques gelées localement dans les campagnes. En fin de semaine, les températures pourraient atteindre les 13-15°c sur la plupart de nos régions, avec des pointes jusqu'à 18°c localement dans le Sud-Ouest. La journée de Samedi serait la plus douce avec des températures pouvant dépasser les 15°c sur la moitié Nord, et une barre des 20°c qui pourrait être dépassée dans les plaines du Sud-Ouest. Dimanche, le pays sera contrastée avec des températures assez fraîches sur la moitié Nord ( jusqu'à 10-12°c après la perturbation ), mais la douceur devrait persister sur la moitié Sud.
  15. Effectivement, j'ai vu ça, c'est un ami que je connais, je l'ai vu publier ces photos, mais voyant que ça daté de l'année dernière, je n'ai pas voulu publier sur le forum au cas où d'un doublon. Mais un cas tout à fait intéressant, je regarderais les archives radars ce soir pour regarder à quel genre de structures on avait à faire ce jour là.
  16. Le début de semaine s'annonce sous le signe des hautes pressions sur l'ensemble des modèles. Cependant, la fin d'échéance est très incertaine, on a le droit à deux scénarios : GFS et ICON : Persistance des hautes pressions sur l'Ouest de l'Europe, les basses pressions continueront de descendre sur l'Est de l'Europe. On devrait rester dans une ambiance assez douce côté températures, malgré une petite fraîcheur matinale. CEP et GEM: Un scénario plutôt intéressant à suivre, d'ailleurs, on remarque que GFS émet quelques signaux pour la fin de mois mais rien d'alarmant. Sur le CEP, les hautes pressions restent bloquées sur le proche Atlantique, laissant le talweg Européen se combler sur la Méditerranée. Pour la fin de mois, on remarque un retrait de l'anticyclone vers l'Est de l'Europe en s'affaisant rapidement à l'approche d'une dépression synoptique vers la Grande-Bretagne. Basculement du flux au Nord-Ouest avec nouveau défilé de perturbation. Et GEM le rejoint plutôt bien, avec l'installation d'un flux plus zonal par la suite. NOTA : Le run de JMA est bien différent des autres, avec la remontée d'un petit minimum d'altitude dans l'anticyclone Russe alors qu'un beau minimum de surface viendrait s'isoler dans un fond de talweg près de la péninsule Ibérique. L'air froid dominera sur le centre et l'Est de l'Europe alors qu'un flux de Sud-Ouest plus doux devrait nous concerner. Malheureusement, ce scénario reste très isolé.
  17. Il va falloir tout de même surveiller ces signaux indiquant un probable retour d'air plus froid pour l'échéance en question, alors que pas plus tard qu'hier, c'était des signes printaniers qui étaient visibles sur certaines modélisations. Le vortex polaire reste particulièrement en forme, quand on regarde les relevés de certaines stations, il est assez étonnant de voir une température en-dessous de la moyenne ( sur ans ) sur la plupart des stations. Rien ne vient le perturber pour le moment, la faiblesse des vents zonaux, ce qui favorise une meilleure résistance du vortex polaire, comme j'en ai pu parler brièvement avec @gugo sur le dernier topic passé. Ce qui correspond un peu avec les scénarios prévus, les signes pour l'arrivée d'un beau printemps sont encore très limités. Cependant, on remarque qu'une anomalie devrait venir perturber un peu ce vortex, avec un réchauffement visible entre le Nord de la Russie et l'Alaska, la partie froide du vortex polaire se décalerait peu à peu vers le Nord du continent Européen. D'où le fait que certains scénarios entrevoient le retour d'un temps plus froid pour l'échéance concernée. D'ailleurs, une partie des USA pourrait connaître également le retour d'un temps bien froid avec le plongement d'une belle coulée d'air froid sur le continent Américain, lors du décalage du vortex. Sur la plupart des modélisations, comme par exemple le GFS, on assiste à un beau blocage des hautes pressions sur l'Europe Occidental, on distingue toujours la petite anomalie de bas géopotentiels sur le Sud-Ouest de la péninsule Ibérique. Pendant ce temps-là, l'Europe de l'Est sera soumis au décrochage d'une dépression d'origine polaire, qui viendrait se combler en plongeant vers le Moyen-Orient. On se dirige vers une belle situation de NAO+. L'anticyclone apporterait un flux plus continental sur le Nord-Est et l'Est du pays, qui pourraient être soumis à de l'air plus frais alors que sur le Sud-Ouest du pays, l'atmosphère serait beaucoup plus douce avec un flux de Sud en altitude qui rapporterait de l'air doux dans les basses-couches depuis l'Espagne. L'européen CEP est bien différent. En commençant déjà par la différence du positionnement des hautes pressions. Un anticyclone établi sous une belle dorsale sur l'Atlantique, qui resterait positionné à l'Ouest de notre pays. La descente dépressionnaire sur l'Est de l'Europe devrait se propager vers le centre et l'Ouest du continent en milieu de semaine. Ensuite, le talweg irait vite se combler en Méditerranée sous la forme d'un minimum d'altitude marqué, alors que l'anticyclone prendrait place sur le Nord de l'Europe, s'étirant jusqu'en Scandinavie. Le minimum devrait ensuite se caler entre le bassin Méditerranéen et le centre de l'Europe pour le week-end. Son ensembliste est un peu plus optimiste, avec des hautes pressions mieux établies alors que le talweg irait se loger vers le Sud-Est de l'Europe, un peu comme proposé par le 6z de GFS plus haut. Les écarts-types sont très importants par rapport au placement des hautes pressions sur l'Atlantique, autant dire que rien est jouer pour le moment. Quand on regarde les diagrammes ensemblistes du CEP pour la ville de Lille, on distingue clairement que la moyenne des scénarios est bien différente par rapport au scénario proposé, la moyenne voit l'arrivée d'air frais mais sans être notable. Et on note encore pas mal de divergences avec les autres modèles tel que GEM qui entrevoit une belle poussée anticyclonique en surface, mal suivie en altitude avec une dorsale de très faible amplitude et qui resterait ancrée entre le bassin Méditerranéen et la Grande-Bretagne. Les bas géopotentiels auraient du mal à s'infiltrer sur l'Est de l'Europe, mais cependant, il propose le plongement d'un beau talweg sur le proche Atlantique, qui n'était pas forcément entrevu sur les autres modèles. Le 12z de ICON rejoint le scénario proposé par le GFS, sans marqué la petite anomalie sur la péninsule Ibérique et le plongement des basses pressions sur l'Est de l'Europe. Et le modèle Japonnais JMA suit un peu l'idée du GEM, mais avec une dorsale beaucoup plus prononcée, mais il anticipe mieux le plongement de bas géopotentiels sur l'Europe de l'Est, de manière faible tout de même. Et on peut remarquer l'établissement plus ou moins marqué d'un talweg sur l'Atlantique, on va voir comment il se comporte sur les prochaines réactualisations, si le GFS ou CEP vont l'anticiper également. Dans l'ensemble, ça resterait une belle semaine sec et clémente, avec un pays coupé en deux pour les températures. Petite fraîcheur matinale pouvant être ponctuée de de petites gelées sur le Nord et surtout le Nord-Est du pays ( jusqu'à -2 voir -3°c ), pour les maximas, les 10-12°c devraient être atteints sur la moitié Nord, et on pourrait pourquoi atteindre et dépasser les 15°c sur la moitié Sud, surtout dans les plaines du Sud-Ouest avec des pointes jusqu'à 18°c selon certains scénarios, dont certains qui voient des valeurs supérieures à 20°c sur les ensemblistes GEFS.
  18. Oui grosse erreure de ma part en oubliant de préciser la source. C'était surtout le fait de souligner qu'on a des couches de l'atmosphère en mouvement. Une autre question me vient à l'esprit, l'épaisseur de l'atmosphère ne dépendrait t'elle de certains endroits géographiques ? On sait que l'atmosphère est moins épaisse au niveau des pôles avec une limite Tropopause plus basse (7-8 km ) qu'au niveau de l'équateur ( Jusqu'a 15-16 km ). Si ça se trouve, l'épaisseur s'étire plus loins au niveau de l'équateur contrairement aux pôles. Encore désolé pour l'oublie de la source, je vais le notifier.
  19. La Terre et son atmosphère évoluent dans un espace qui constitue l'atmosphère du soleil. On a un milieu intermédiaire, l'exosphère, qui assure la continuité entre les atmosphères terrestre et solaire. La forme de l'exosphère est fuselée, ce qui rend difficile une évaluation de sont sommet qui se site aux environs de 50 000 kilomètres. Sa base se trouve à environ 600 kilomètres d'altitude. Les forces magnétiques y jouent un rôle équivalent à celui des forces de gravité. L'exosphère est considérée comme un milieu interplanétaire. Mais en fait, l'atmosphère s'arrêterait à une altitude de 100 km avec la ligne de Karman puisqu'en effet, on ne retrouve quasiment voir pas du tout de traces de molécules d'air, seul les particules ionisées, les protons, les électrons.... circulent au-delà ( c'est d'ailleurs à cette altitude qu'on observe les aurores boréales... ). L'atmosphère se définit par la présence de molécules d'air, dés qu'il y en a plus, on ne peut se retrouver que dans l'espace, mais ce n'est pas pour autant qu'il n'y a pas d'autres couches. Déjà à partir de la Mésopshère, qui s'étire jusqu'à 80-85 km, les molécules d'air sont vraiment très rares, l'Ozone peut encore se produire, malgré un taux d'humidité très très bas, des nuages de type " nuages noctulescents " qui sont formés de cristaux de glace et de vapeur d'eau congelée. Mais je tiens à allonger un peu plus l'idée de la Ionosphère proposée par @Damien49 La densité de l'air qui constitue l'atmosphère diminue à mesure que l'on s'éloigne de la surface du sol. À 60 km d'altitude, la pression de l'air n'est plus que de 2 Pa. L’atmosphère au-delà de 60 km agit comme filtre absorbant du rayonnement solaire, des rayons ultraviolets et X dont l’énergie est complètement absorbée dans la thermosphère. Ainsi la surface terrestre est protégée de ces rayons agressifs dont l’énergie se perd dans des réactions déchirant des molécules (dissociation) ou leur arrachant un électron (ionisation). La dissociation des molécules fait apparaître des atomes O (provenant de Dioxygène O2) d’une part et N (de Diazote N2) d’autre part. Dans la partie basse de l'ionosphère, la densité de molécules d'air est encore élevée, les collisions entre électrons et ions sont fréquentes ; un électron peut retrouver rapidement un ion positif : la recombinaison est rapide. Dans les couches les plus hautes, la recombinaison est plus lente et l'ionisation ne diminue que lentement après que le rayonnement solaire s'interrompt avec le coucher du Soleil. Couche D : altitude de 60 km à 90 km, pression 2 Pa, température −76 °C, densité électronique 104. Constituée d'ions polyatomiques. Absorbante pour les ondes de fréquence inférieure à quelques MHz, elle apparaît avec le lever du Soleil et disparaît immédiatement après le coucher de celui-ci. Couche E, ou couche de Kennely-Heaviside : altitude de 90 km à 120 km, pression 0,01 Pa, température −50 °C, densité électronique 105. Constituée d'Oxygène et Monoxyde d'Azote moléculaires ionisés et d'ions météoritiques. Diurne et présente tout au long du cycle solaire. Elle réfléchit les ondes de quelques MHz jusqu'à une fréquence limite qui dépend de l'angle d'incidence de l'onde sur la couche et de la densité de celle-ci. Au cours de l'été, en moyennes latitudes, apparaissent parfois pendant quelques dizaines de minutes, voire quelques heures, des « nuages » fortement ionisés dans la couche E (on parle de sporadique E ou Es). Couche F : altitude de 120 km à 800 km, pression 1×10-4 Pa, température 1 000 °C, densité électronique 106. Constituée d'atomes d'Oxygène, d'Azote et d'Hydrogène. Très dépendante de l'activité solaire, elle présente un niveau d'ionisation très important pendant les maxima du cycle solaire. Son altitude fluctue en fonction du rayonnement solaire ; la couche F se décompose pendant la journée en deux sous-couches F1 et F2. Comme pour la couche E, le rôle de la couche F est essentiel pour la propagation des ondes courtes. Source : Wikipedia
  20. Je pense qu'on peut boucler petit à petit ce topic, on remarque que les signaux apparus sur certains runs, dont CEP, sont de moins en moins perceptibles, les hautes pressions l'emporteraient légèrement. Maintenant, on va voir comment va se comporter le comblement du talweg sur la Méditerranéen, s'il affectera le Sud-Est et la Corse, où si les HP serotn suffisantes pour faire office de protection. Pour le coup, on a un cas isolé de la part du GEM, avec un week-end marqué par le plongement d'un talweg d'altitude sur notre pays depuis le Nord-Ouest, en allant se combler en Méditerranée, avant d'être repris dans la circulation d'un minimum d'altitude marqué sur l'Est de l'Europe. Ce qui occasionnerait l'arrivée d'une langue d'air froid en altitude, que temporaire, mais qui ferait chuter les températures dans une ambiance humide après une belle semaine calme et sec. Voilà comment se coupe notre semaine prochaine : - Régime d'averses sur de nombreuses régions attendues dés ce Lundi dans une ambiance assez fraîche le matin, avec probablement et très localement, quelques petites gelées dans le Nord-Est et du côté du massif central. L'après-midi, les températures devraient remonter légèrement jusqu'à 10°c sur la plupart des régions, plus difficilement dans le Nord-Est. On pourra localement atteindre les 12-13°c dans le Sud-Ouest. - Du Mardi au Vendredi, le temps redeviendrait calme et sec sur l'ensemble du pays, hormis la Corse qui serait soumise à des pluies parfois fortes et stationnaires ( conséquences du comblement du talweg sur le bassin Méditerranéen ). Mardi et Vendredi, on pourra observer la tentative d'un front qui essaiera d'accoster notre pays par le Nord-Ouest, mais qui ne devrait se manifester que sous forme de passages nuageux avec peut-être quelques gouttes sur les régions du Nord-Ouest. Les pluies devraient cesser en fin de semaine sur la Corse. Côté températures, la fraîcheur matinale restera assez présente dans l'extrême Est du pays, mais on devrait rapidement et même dépasser les 10-12°c sur la plupart de nos régions avec une douceur assez généralisée pour la fin de semaine, avec la barre des 15°c qui pourrait être atteinte sur bon nombre de nos régions, surtout sur la moitié Sud où les 20°c pourraient être atteints voir dépasser très localement autour du golfe du Lion. Le week-end s'annonce tout aussi calme et doux pour la saison, où l'on pourrait même dépasser les 15°c jusque sur la moitié Nord, avec des maximales pouvant atteindre les 20°c sur l'ensemble de la moitié Sud.
  21. Un cas vraiment original et hyper intéressant à étudier, si jamais quelqu'un a la chance d'aller y jeter un oeil, ça serait vraiment une opportunité pour étudier plus profondément e phénomène. Effectivement, le cas de la terre retournée est vraiment originale, comme quoi, la nature nous surprend toujours. On partage tous la même pensée dans l'ensemble, on a eu affaire à un positif. L'éclair positif peut frapper à plusieurs kilomètres en aval de l'orage, sous l'extension horizontale de l'enclume, dans une région sans précipitations, surprenant ainsi les observateurs de l'orage. L’élévation du potentiel de terre par circulation du courant de foudre dans le sol, aurait pu se conduire a travers le système racinaire de l'arbre, le courant chemine de préférence par les trajets où s'accumule l'humidité, c'est-à-dire par les vaisseaux pleins de sève, et très souvent entre l'écorce et le bois des arbres. J'ai des connaissances ayant étudier en espaces verts, dans l'anatomie et le fonctionnement des racines. De ce que je me souviens, les racines possèdent deux types de tissus conducteurs, le xylème qui conduit la sève brute vers les feuilles et le phloème (ou liber) qui redistribue la sève élaborée dans les plantes et dans notre cas, les arbres. Les vaisseaux du xylème sont constitués de faisceaux de cellules mortes alignées et entourées de lignine. De 250°C à 500°C environ, les constituants du bois (cellulose, hémicellulose et lignine) brûlent et produisent du gaz et du carbone solide. Le mélange de gaz et particules solides forme la fumée, combustion incomplète du bois. Le potentiel électrique se serait infiltrer dans les racines, en les faisant chauffer et dans ce cas, exploser. Mais c'est assez étonnant, à moins d'aller sur place pour regarder de plus près, on ne voit pas de traces de brûlures, comme les incendies qui laissent des traces de carbonisations... De toute évidence, c'est un cas vraiment intéressant.
  22. Avec la poussée des hautes pressions, le courant jet sera automatiquement rejeté vers le Nord, puis il va se concentrer autour du vortex polaire. Certes, ce n'est pas une situation normale pour la saison, mais il y a déjà eu des périodes comme celle-ci, c'est des cycles pour moi. Je pense qu'on devrait plus en discuter dans un autre topic plus approprié que celui-ci, si quelqu'un peut me dire lequel j'irais bien faire un tour pour exposer mes différents points de vue Sinon de manière générale, GFS a rejoint à peu près le même scénario proposé par CEP il y a quelques jours, principalement pour la fin de semaine, avec l'apparition de nouvelles anomalies entre le bassin Atlantique et la péninsule Ibérique. Et on a ce minimum d'altitude marqué vers l'Est de l'Europe, qui ferait effet de compression sur l'anticyclone, qui en fait, regonflerait entre la Grande-Bretagne et la France. Après l'évacuation des dernières pluies Lundi, la semaine s'annonce calme et sec. On observera un contraste entre l'Est et l'Ouest du pays, après une petite fraîcheur en matinée, les 10°c peuvent être dépassés sur l'Ouest, alors qu'on aurait du mal à les dépasser dans l'Est. Dés le milieu et fin de semaine, les températures devraient grimper partout, en atteignant 15°c un peu partout en France, et même plus sur la moitié Sud.
  23. Comme on peut le voir, ça va pas être une semaine très intéressante niveau action, ça devrait rester assez mou. Après la persistance d'un temps perturbé durant le week-end, avec le passage d'une dépression sur la Scandinavie, les hautes pressions devraient revenir en force par l'Ouest dés le début de semaine si l'on en croit le GFS, qui garde ce scénario depuis maintenant plusieurs jours. Le talweg Européen irait s'isoler en Méditerranée en un cut-off avant d'aller progressivement se combler sur l'Afrique du Nord, alors que les hautes pressions s'étaleraient tranquillement sur le continent, les dépressions se retrouvent repousser bien au Nord de la Grande-Bretagne. Néanmoins, on voit encore la trace de quelques bas géopotentiels qui traîneraient entre le centre de l'Europe et le bassin Méditerranéen, mais rien qui viendrait affecter les hautes pressions largement établies sur le pays. Un anticyclone qui devrait prendre de l'ampleur et gonfler dans le courant du week-end, avec une barre à 1040 hPa si l'on en croit les dernières valeurs. En regardant les ensemblistes GEFS, on remarque que les écarts-types ne sont pas trop importants dans l'ensemble, les modèles restent assez stable. A part un au tout début de semaine, où les dernières pluies s'évacueront par l'Est, l'ensemble de la semaine s'annonce sec dans l'ensemble, on pourrait tout de même remarquer quelques fronts qui tenteront de s'infiltrer par les côtes de la Manche, mais les hautes pressions empêcheront leur progression, ces fronts devraient se manifester sous forme de passages nuageux. Côté températures, on devrait légèrement être encore au-dessus de la normale, mais on notera que des petites gelées pourront se produire sur quelques régions, surtout dans l'Est, où l'après-midi, on aurait du mal à atteindre les 10°c. Cependant, partout ailleurs, les températures devraient assez facilement atteindre les 10-12°c, voir plsu localement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. On remarquera qu'avec l'important regonflement de ces hautes pressions en fin de semaine, les températures pourront atteindre les 15°c sur la majeure partie du pays, et jusqu'à 18°c dans le Sud-Ouest. Cependant, on remarque tout de même quelques divergences sur certains autres modèles, comme par exemple ICON-DWD, il suit tout de même la même synoptique entrevu par GFS avec l'étalement vers l'Est des hautes pressions, il change de point de vue par rapport au positionnement et l'intensité du cut-off, qui irait se loger en goutte-froide sur la péninsule Ibérique en passant sur la moitié Sud de notre pays. Sans pour autant affecter le temps sensible, on se retrouverait juste avec la présence d'air beaucoup plus frais sur le pays, avec l'air froid drainer en altitude. surtout sur la moitié Sud au passage de la goutte-froide, là où l'advection froide est la plus forte. Ensuite, GEM et JMA suivent assez copieusement le scénario de l'Américain GFS, cependant, notre Européen CEP propose un autre scénario pour la fin se semaine et le courant du week-end. On se retrouve avec des hautes pressions perturbés avec la descente d'une dépression sous les moyennes latitudes, et la présence d'un minimum d'altitude marqué sur l'Est de l'Europe, ce qui pourrait compromettre l'activité de la dorsale d'altitude. Mais les ENS semblent ne pas suivre ce même chemin, avec des hauts géopotentiels résistants sur l'Europe de l'Ouest. Pour le moment, c'est le seul à entrevoir ce genre de scénario, on verra comment cela se comporte sur les prochaines MAJ.
  24. Cas typique d'un front froid pluvio-venteux. L'image radar a été magnifique d'ailleurs, où l'on voyait très bien la trace du front froid organisée en une ligne ondulée très active, et l'arrière du front plus stratiforme et moins actif. Vu l'intensité du front, les dégâts ne m'étonnent pas, les rafales étaient prévues puissantes de toute façon.
  25. La tendance se maintient pour demain Jeudi, avec du vent fort attendu près des côtes de la Manche, on attend des pointes jusqu'à 100 km/h entre les côtes Normandes et les côtes du Nord-pas-de-Calais. Sur l'ensemble du Nord-Ouest et des régions centrales, les rafales pourront localement atteindre les 70 km/h. C'est au Nord de la Seine, et surtout entre Picardie et Nord-pas-de-Calais que les rafales seront les plus fortes, on s'attend à des pointes jusqu'à 80-90 km/h localement, scénario proposé par le 12z de AROME, il est suivi de près par le run de ARPEGE. Le vent devrait rester fort principalement près des côtes jusqu'à Dimanche avant le retour d'un temps beaucoup plus calme et plus sec.
×
×
  • Create New...