Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Yoann44

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    371
  • Joined

  • Last visited

About Yoann44

  • Birthday 10/04/1988

Personal Information

  • Location
    Chauvé (44)
  • Site web
    https://docuclimat.wordpress.com/

Recent Profile Visitors

3075 profile views
  1. Du coup je me demande pour le 44, possible réactualisation dans le nuit en vigi rouge au des dernières sorties des modèles ? Journée de formation importante prévue demain à Nantes, mais dans tous les cas je pense les appeler pour annuler mon déplacement (d'autant que je suis pas si loin de la Vendée..)
  2. https://global-climat.com/2020/06/28/cloud-models/ Extrait : Le réchauffement de la dernière génération de modèles climatiques probablement causé par les nuages " Les scientifiques tentent de déterminer pourquoi les derniers modèles climatiques suggèrent une plus grande sensibilité climatique prévu. Une étude fait la synthèse de la recherche, confirmant le rôle des nuages. Pour la nouvelle génération de modèles du projet CMIP6, la plage de sensibilité climatique à l’équilibre (ECS, la valeur du réchauffement climatique à l’équilibre pour un doublement du CO2) va de +1,8° C à +5,6°C. C’est l’éventail le plus large parmi les différentes générations de modèles qui se sont succédées depuis les années 1990. La réponse climatique transitoire (TCR, la température de surface au moment du doublement du CO 2 au rythme de 1% par an) pour les modèles CMIP6 est de +1,7°C (de +1,3°C à +3,0°C). Ce qui est légèrement au-dessus des modèles CMIP3 et CMIP5. Une nouvelle étude, publiée dans Science Advances, sous la direction de Gerald Meehl (NCAR), donne un aperçu de 39 modèles mis à jour qui font partie d’un effort climatique international majeur. Ces modèles entrent dans le cadre de la sixième phase du projet de comparaison de modèles couplés (CMIP6) qui doit alimenter le prochain rapport du GIEC. L’article passe en revue les derniers développements des valeurs ECS et TCR. Il en ressort que les rétroactions des nuages et les interactions nuages-aérosols sont les contributeurs les plus probables aux valeurs élevées et à la gamme accrue d’ECS dans CMIP6. La génération actuelle de modèles CMIP6 a une plus grande gamme d’ECS, avec des valeurs plus élevées à l’extrémité supérieure de la gamme que les générations précédentes de modèles. Dans le nouvel article, les auteurs ont ainsi cherché à comparer systématiquement les modèles CMIP6 avec les générations précédentes pour déterminer les raisons probables de l’élargissement de la plage de sensibilité. "
  3. Une étude en rejoignant d'autres ces derniers temps sur le fait que nous devrions moins en attendre des forêts pour nous "sauver" du RC tout en montrant qu'il est d'autant plus important de préserver les vieilles forêts et vieux arbres : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-rechauffement-climatique-rend-forets-plus-jeunes-arbres-plus-petits-20775/ Extrait : " Les chercheurs expliquent qu'alors que des niveaux de CO2 plus élevés dans l’atmosphère pourraient laisser espérer une augmentation du taux de croissance des arbres, la plupart des forêts sont confrontées à des limitations en nutriments et en eau qui les empêchent de prospérer. Les températures qui montent limitent quant à elles la photosynthèse, la croissance et la régénération de la forêt tout en élevant la mortalité des arbres. Les sécheresses peuvent avoir un impact direct tout autant qu'indirect lorsqu'elles apportent des insectes nuisibles ou d'autres pathogènes dans les forêts. "
  4. ok, autant dire mission quasi impossible...😰 Par contre @meteor ton gif ne s'affiche pas (ou c'est seulement sur mon ordi), il faut que je clique dessus pour l'afficher. Tu pourrais mettre aussi le lien vers l'article sur le site global carbon project où tu as trouvé le gif ? Merci dans tous les cas pour ce partage !
  5. https://usbeketrica.com/article/climat-temperatures-invivables-atteintes-plus-tot-que-prevu Extrait de l'article citant l'étude : " Des conditions de température et d’humidité que le corps humain est incapable de supporter ont été atteintes pour la première fois dans l’histoire des mesures météorologiques, souligne une étude parue dans la revue Science Advances. Les climatologues n'attendaient pas l'émergence de telles conditions à cause du réchauffement avant 2050. Des terres gelées du Groenland au désert du Sahara, l’être humain est capable de s’adapter, et même de vivre, dans des conditions extrêmes. Mais il existe une limite à l’adaptation. Des niveaux de températures et d’humidité telles que le corps humain est incapable de survivre. Que vous soyez en parfaite santé, à l’ombre, allongé, immobile, hydraté et ventilé n’y changerait rien : l’être humain meurt en quelques heures à peine dans de telles conditions. Heureusement, ces conditions n’existent plus sur Terre depuis plus de 3 millions d’années. Malheureusement, avec le réchauffement climatique, elles viennent à nouveau d’être atteintes. C’est ce qu’affirme une étude publiée dans la revue scientifique Science Advances le 8 mai 2020 par des chercheurs américains et britanniques. Ils ont étudié les données de nombreuses stations météorologiques en analysant à la fois les températures et le niveau d’humidité, s’intéressant plus précisément ce qu’on appelle la « température humide », notée TW. Résultat : la fréquence des évènements météo extrêmes compris entre 27°C TW et 35°C TW a doublé depuis 1979. Et pour la première fois depuis que l’on enregistre ces données météo, les 35°C TW ont été dépassés « pendant une heure ou deux » à Jacobabad, au Pakistan, et à Ras al Khaimah, dans les Émirats arabes unis (EAU). " L'étude en question : https://advances.sciencemag.org/content/6/19/eaaw1838
  6. Merci @TreizeVents pour ce super retour, comme toujours ! Je me doutais bien que l'article du futura sciences et surtout le titre était dans l'accroche sensationnel pour faire du clic et du partage, c'est pourquoi je voulais avoir vos retours
  7. Vous en pensez quoi de cette étude ? https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-va-reveiller-phenomene-el-nino-disparu-80927/ https://advances.sciencemag.org/content/6/19/eaay7684
  8. http://www.meteo-paris.com/actualites-meteo/ouragans-vers-une-saison-2020-active-dans-l-atlantique-nord-25-avril-2020.html Cela rejoint les modélisations du CSU, ne reste plus qu'a attendre les prévisions de la NOAA fin Mai.
  9. Tes positions que l'on retrouve dans pas mal de topics me font penser à ce que l'on vit actuellement avec le COVID. Une pensée qui s'est pas mal répandu qui fait qu'il ne faut pas envisager le pire et clamer qu'il pourrait arriver, mais plutôt rechercher des positions raisonnables et engager des politiques vis à vis de cette pensée. Or, nombre de recherches actuelles et les leçons passées sur les catastrophes touchant des sociétés montrent que nous aurions tout intérêt à développer une véritable culture du pire qui peut nous arriver, d'autant lorsque certains modèles sérieux l'appuient (je ne parle pas de prévisions alarmistes sortant du cadre scientifique bien sûr). Qui plus est dans un monde si complexe et fragile économiquement, où la moindre catastrophe peut ébranler le chateau de cartes (comme l'illustre la crise du Covid, tandis que les autres pandémies n'ont pas eu le même impact social, économique, financier et politique), je pense que nous aurions tout intérêt collectivement à adopter une culture du pessimisme scientifique où le pire est à envisager sérieusement et à adopter nos politiques en fonction. Réflexion peut-être hors sujet mais ta position visant à relativiser sans cesse les projections plus pessimistes (d'ailleurs faisant de plus en plus consensus) me font penser à celles et ceux dans les années 70-80 qui disaient qu'il ne fallait pas alarmer et crier au loup, quand les projections à cette époque étaient à milles lieux de ce que l'on vit actuellement en terme de conséquences et que l'on vilipendait les quelques scientifiques alarmistes... On aurait bien fait collectivement de les écouter sérieusement, on en serait peut-être pas là aujourd'hui...
  10. Dans le domaine des nouvelles pas du tout rassurantes (Etude majeure de l'INRAE parue dans Nature le 16 Avril ) : https://www.actu-environnement.com/ae/news/foret-inrae-rechauffement-climatique-adaptation-35351.php4 " A la lumière de cette découverte, les chercheurs proposent un modèle pour prédire l'effet du changement climatique sur la vulnérabilité des forêts. Contrairement aux modèles existants, il intègre la perte d'eau au niveau de la cuticule des feuilles des arbres, un paramètre non négligeable qui accroit la mortalité prédite, en particulier en période de canicule. « Les prédictions de ce modèle confirment une situation alarmante : si les arbres de nos forêts sont adaptés pour résister aux sécheresses qu'ils subissent depuis des millénaires, ils ne sont pas armés pour survivre à un changement climatique majeur », s'inquiètent les scientifiques. Trois scénarios sont alors envisageables pour les arbres de nos forêts. " [...] « Bien que les forêts montrent des capacités naturelles d'adaptation, elles restent donc très limitées. On peut craindre un impact massif du changement climatique sur la stabilité et la productivité des forêts, ce qui réduirait d'autant plus leur rôle majeur dans le stockage du CO2 », conclut l'Inrae.
  11. Et bien ce n'est pas cette nouvelle étude de l'INRAE qui va te rassurer Fil67 (ni nous rassurer non plus...) : https://www.actu-environnement.com/ae/news/foret-inrae-rechauffement-climatique-adaptation-35351.php4 " A la lumière de cette découverte, les chercheurs proposent un modèle pour prédire l'effet du changement climatique sur la vulnérabilité des forêts. Contrairement aux modèles existants, il intègre la perte d'eau au niveau de la cuticule des feuilles des arbres, un paramètre non négligeable qui accroit la mortalité prédite, en particulier en période de canicule. « Les prédictions de ce modèle confirment une situation alarmante : si les arbres de nos forêts sont adaptés pour résister aux sécheresses qu'ils subissent depuis des millénaires, ils ne sont pas armés pour survivre à un changement climatique majeur », s'inquiètent les scientifiques. Trois scénarios sont alors envisageables pour les arbres de nos forêts. "
  12. Bon bah comment dire... 😰: https://www.actu-environnement.com/ae/news/effondrement-ecosystemes-brutal-GES-climat-temperatures-35309.php4 "Au lieu de décliner graduellement, comme cela était envisagé jusqu'alors, les écosystèmes pourraient s'effondrer de manière brutale si les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter, selon une étude publiée dans la revue Nature. L'équipe de scientifiques à l'origine de cette recherche estime qu'au rythme du réchauffement actuel, les écosystèmes océaniques pourraient atteindre un point de rupture dès 2030, suivis des écosystèmes terrestres tropicaux vers 2050." https://www.nature.com/articles/s41586-020-2189-9?utm_campaign=Hot News&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=86077977&_hsenc=p2ANqtz---GH_EMNhvg_g85zw3hWKB9tCMSxEmaZ83zzNDp_NVvLtpRVXHA0IrL00VZuw-Cf7K02WTazP6U9OfatO3dwzTkiSfrA&_hsmi=86077977 Et malheureusement une étude qui va passer inaperçue dans l'actu actuelle...
  13. Un interview très intéressant et du coup un essai qu'il me tarde d'aller me procurer après le confinement https://diacritik.com/2020/04/01/mark-alizart-le-climato-scepticisme-doit-se-comprendre-comme-un-fait-politique-non-comme-une-opinion-coup-detat-climatique/ Et sinon en écho à cet interview... : " " Si le doute persiste sur les plans de relance occidentaux, les masques sont, en revanche, tombés en Chine, pays à l’origine du quart des émissions anthropiques de CO2. Selon une compilation de projets réalisés par la rédaction du South China Morning Post, l’empire du Milieu s’apprête à injecter 7 000 milliards de dollars (6 520 Md€) pour relancer son économie. Record du monde : presque la moitié de son PIB de 2018. Pas moins de 22 000 projets d’infrastructures sortent des cartons dans tout le pays. Dans le lot, des réseaux de téléphonie mobile 5G, des routes, des lignes de chemin de fer, des lignes THT et des centrales électriques au charbon. Les autorités de la seule province du Shaanxi (centre, 38 millions d’habitants) ont approuvé la construction de 8 installations, pour une capacité totale de 6,6 GWe. Elles s’ajouteront aux 206 centrales au charbon déjà planifiées. À ce rythme, estime Global Energy Monitor (une ONG californienne), la Chine brûlera, en 2035, plus de charbon qu’il n’en faut globalement pour espérer stabiliser le réchauffement à 2 °C. " Source : https://www.euractiv.fr/section/all/news/des-plans-de-relance-a-2-c-ou-4-c -apres-le-coronavirus/
  14. Quelques nouvelles factuelles : https://www.dhnet.be/actu/monde/le-covid-19-pourrait-se-reveler-nefaste-pour-le-climat-5e7e39489978e2284142379a " Certains effets sont bénéfiques sur le court-terme, comme la pollution de l'air qui diminue ou les émissions de gaz à effet de serre qui chutent. Mais à long-terme, ces bienfaits seront sans doute insignifiants, pense l'expert. "On risque de faire exactement le contraire et d'offrir une bouée de sauvetage à l'économie du carbone", alerte François Gemenne. Plusieurs pays annoncent en effet déjà des plans de relance de leur industrie fossile ou des secteurs aériens. "Beaucoup de gouvernements risquent d'en profiter pour remettre en cause les mesures de lutte contre le changement climatique, au nom de la relance économique", écrit le chercheur. La Tchéquie et la Pologne ont déjà demandé d'abandonner le Green New Deal européen, observe-t-il. La Chine envisage de construire des centaines de centrales à charbon pour relancer son économie." https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/23/les-efforts-en-faveur-du-climat-et-de-la-biodiversite-au-defi-du-coronavirus_6034138_3244.html Comme la COP15 pour la biodiversité, une série d’événements majeurs prévus en 2020, dont la COP26 pour le climat, devraient être reportés. Ce devait être une année cruciale pour le climat et la biodiversité, une étape charnière pour accroître les efforts dans la lutte contre le dérèglement climatique et la destruction des écosystèmes. Mais la pandémie de Covid-19, si elle a provoqué une réduction à court terme des émissions de CO2 et une protection accrue pour les animaux sauvages, est en train de réécrire l’histoire. En reléguant ces dossiers au second plan et en entravant la diplomatie nécessaire pour les faire avancer, la crise sanitaire risque de saper les engagements de long terme en faveur de l’environnement. A moins qu’après l’épidémie les Etats ne profitent de la relance de l’économie pour accélérer la transition bas carbone et financer la protection de la nature. " Étrangement, je me permets de douter fortement de la dernière phrase...
  15. Merci de le rappeler ! Par ailleurs, au niveau étude statistique du potentiel dramatique à large échelle de cette maladie et de l'influence des mesures prises sur le taux de mortalité, de contamination, etc.., un des meilleurs articles que j'ai pu lire à ce jour à ce sujet : https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6 " Nous sommes face a une menace exponentielle. Chaque jour compte. Lorsque vous retardez d’un seul jour votre décision, vous ne contribuez pas “peut-être” à “quelques cas” de contamination. Il y a vraisemblablement déjà des centaines ou des milliers de contamines dans votre communauté. Chaque jour qui passe où l’on n’applique pas la distanciation sociale, ces cas augmentent de façon exponentielle. "
×
×
  • Create New...