Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Yoann44

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    355
  • Joined

  • Last visited

About Yoann44

Personal Information

  • Location
    Chauvé (44)
  • Site web
    https://docuclimat.wordpress.com/

Recent Profile Visitors

2421 profile views
  1. Merci de le rappeler ! Par ailleurs, au niveau étude statistique du potentiel dramatique à large échelle de cette maladie et de l'influence des mesures prises sur le taux de mortalité, de contamination, etc.., un des meilleurs articles que j'ai pu lire à ce jour à ce sujet : https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6 " Nous sommes face a une menace exponentielle. Chaque jour compte. Lorsque vous retardez d’un seul jour votre décision, vous ne contribuez pas “peut-être” à “quelques cas” de contamination. Il y a vraisemblablement déjà des centaines ou des milliers de contamines dans votre communauté. Chaque jour qui passe où l’on n’applique pas la distanciation sociale, ces cas augmentent de façon exponentielle. "
  2. De quoi rendre un peu plus pessimiste... https://global-climat.com/2020/02/11/confirmation-de-la-presence-deau-chaude-sous-le-glacier-thwaites-en-antarctique/ " Des eaux chaudes, plus de deux degrés au-dessus du point de congélation, ont été observées sous le glacier Thwaites, dans l’Antarctique de l’Ouest. La découverte a été faite dans la zone d’ancrage (ou d’échouage) du glacier. [...] Son effondrement augmenterait à lui seul le niveau de la mer de 65 centimètres. [...] Deux degrés au-dessus du point de congélation, c’est beaucoup (d’autres régions pourraient être sous l’influence d’une eau encore plus chaude), et les scientifiques estiment que le phénomène est récent, sinon le glacier n’aurait pas pu rester en place. [...] Le fait qu’une telle eau chaude ait été enregistrée récemment le long d’une section de la zone d’échouage de Thwaites, où le glacier fond, suggère ainsi qu’il pourrait subir une retraite imparable." Et ce n'est pas le seul glacier qui sera étudié de près, les scientifiques s'attendent à d'autres découvertes alarmantes sous d'autres glaciers de l'Antarctique...
  3. Pour celles et ceux qui ne l'auraient pas vu @hma a ouvert un topic Suivi de la tempête Ciara - 9-10/02/2020 :
  4. " Publiée le 1er janvier 2020 dans la revue Nature Climate Change, une étude réalisée par des chercheurs de l'École polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) montre que depuis 2012, chaque journée écoulée porte la marque du réchauffement climatique, du moins lorsqu'on analyse la météorologie mondiale. Ainsi, la notion de "futur" qui entoure le climat perdrait de son sens pour les auteurs de l'étude, qui estiment que la frontière entre cette notion et celle de "météorologie" s'estompe au niveau mondial." https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/de-2012-chaque-journee-ecoulee-porte-la-marque-du-rechauffement-climatique_140327 https://www.nature.com/articles/s41558-019-0666-7 Intéressant, des spécialistes pour nous en dire un peu plus sur cette étude ?
  5. Johan Lorck en parle justement ici : https://global-climat.com/2020/01/03/temperature-mondiale-2019-deuxieme-annee-la-plus-chaude-dapres-ncep-ncar/ Sinon, ne manquez pas cet excellent article bilan climatique de l'année 2019 : https://global-climat.com/2019/12/29/retour-sur-lannee-2019/ Et une analyse des prévisions d'anomalie de température mondiale du Met Office pour 2020 : https://global-climat.com/2019/12/22/temperature-mondiale-les-previsions-du-met-office-pour-2020/
  6. " Le 24 décembre dernier, alors que le monde célébrait le réveillon de Noël, 15 % de la surface de la calotte polaire australe était en train de fondre. Il s’agit là d’un record tous mois confondus depuis que l’on dispose d’un suivi adapté. Autrement dit, depuis 1979. De manière générale, la fonte saisonnière est anormalement active depuis mi-novembre. En effet, la courbe en rouge sur la figure ci-dessous se situe systématiquement bien au-dessus de la moyenne. " https://sciencepost.fr/calotte-antarctique-un-taux-de-fonte-record-a-ete-atteint-le-24-decembre-dernier/ Ce qui m'interroge, c'est que cette année ne présentait pas de vrai el nino favorable à l'incursion de masse d'air chaudes sur l'Antarctique Ouest, à se demander ce que sera la situation là bas lorsque nous retrouverons à nouveau un fort el nino ... Il faudrait également voir ce qu'il en est au niveau de la température des eaux océaniques bordant les plateformes de glace en cette saison de fonte. A priori pour l'instant, l'extension de la banquise Antarctique n'est pas proche des records bas, mais on connait les phénomènes de stratification et cela n'indique en rien d'une température des eaux peu favorables à la fonte basale des plateformes de glace (au contraire la fonte de l’inlandsis peut même favoriser l'extension de la banquise par stratification renforcée des eaux côtières). On surveille beaucoup plus facilement ce qui se passe en Arctique, mais l'Antarctique m'inquiète bien plus... au fur et à mesure des découvertes on se rend compte que le continent est impacté bien plus fortement et rapidement que prévu par le réchauffement climatique... Cf ces articles par exemple : https://global-climat.com/?s=antarctique
  7. Une étude majeure qui établit enfin scientifiquement la corrélation forte entre perte de masse observée de l’inlandsis Antarctique et l'accélération de la déstabilisation des plateformes de glace dû au réchauffement des eaux côtières de l'Antarctique et de l'atmosphère... et l'étude est loin de rassurer, au contraire... https://sciencepost.fr/antarctique-la-fragilisation-des-plates-formes-de-glace-accelere-les-pertes-de-masse-de-la-calotte/ " Alors que l’étude porte à l’échelle du continent, on apprend sans grande surprise que le mécanisme est tout particulièrement actif au niveau des glaciers Thwaites et de l’Île du Pin. Deux individus connus pour être particulièrement vulnérables. Par ailleurs, les résultats ont révélé que lorsqu’une barrière se fragilise, l’influence se propage de manière presque instantanée loin en amont. « Généralement, nous distinguons une réponse instantanée et une réponse transitoire (retardée). Notre étude montre que l’amincissement des plateformes de glace se traduit par une réponse instantanée significative et donc à une perte de masse effective » explique l’auteur principal. En d’autres termes, il ne faut pas compter sur un temps de réponse long qui pourrait retarder les impacts sur la hausse du niveau de la mer. " A mettre en lien avec les épisodes el nino qui selon plusieurs études devraient s'intensifier dans les décennies à venir (et qui se sont déjà intensifiés) et qui sont directement corrélés à un plus fort réchauffement des mers entourant l'Antarctique Ouest : https://global-climat.com/2019/10/23/levolution-passee-del-nino-laisse-presager-de-futurs-evenements-extremes/ https://www.nature.com/articles/s41561-017-0033-0
  8. " Les modèles de climat qui nous promettent le changement climatique le plus fort ont raison. C’est la conclusion d’une équipe de chercheurs de Corée du Sud et des Etats-Unis dans un article (1) paru hier dans la revue Sciences Advances. Une conclusion venue… du nord et du passé. " [...] Parmi les modèles, il faudrait donc faire plus confiance à ceux qui prévoient une rétraction plus forte de la banquise arctique. Une conclusion qui semble logique. Masa Kageyama (Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement) souligne que c’est la première fois que cet aspect est étudié systématiquement à partir d’un ensembles de simulations effectuées avec différents modèles. Mais Olivier Boucher, directeur de recherche au Cnrs, spécialiste es-modèles numérique du climat au Laboratoire de météorologie dynamique (Institut Pierre Simon Laplace) nuance ce point de vue. Certes, l’amplification arctique et la rétraction de la banquise jouent un rôle dans le changement climatique planétaire, admet-il, et de ce point de vue, l’affirmation des auteurs lui semble juste. Mais d’autres rétroactions – comme l’augmentation de la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère ou les nuages – sont plus importants à cette échelle globale. Et le lien entre amplification arctique plus forte et une sensibilité plus forte des modèles à l’augmentation de la teneur en CO2 lui semble à confirmer. Surtout que la mesure de l’étendue de la banquise à cette époque lointaine est plus un résultat de simulations numériques qu’une données paléo-climatique. https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/12/12/climat-une-mauvaise-nouvelle-de-6000-ans/ Je ne savais pas trop où mettre cette étude, cela aurait pu également être dans le topic suivi de l'englacement au pôle nord. A transférer si pas pertinent ici, bien que cette étude mentionne des implications au niveau mondial.
  9. Sur le protoxyde d'azote : https://sciencepost.fr/le-protoxyde-dazote-n2o-saccumule-dans-latmosphere-a-un-rythme-inquietant/ Une élévation 2 fois plus rapide que prévue De nouveaux résultats publiés dans la revue Nature climate change indiquent que ce gaz se stocke dans l’atmosphère à un rythme bien plus élevé qu’anticipé jusqu’alors. La période couverte par l’analyse s’étend de 1998 à 2016. « Nous constatons que les émissions de N2O ont considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies (>10%), et tout particulièrement à partir de 2009 » relate Rona Thompson, climatologue et auteure principale de l’étude. La hausse observée atteignant le double de celle attendue dans les scénarios standards du GIEC.
  10. Je mets ça là, intéressant : https://sciencepost.fr/les-episodes-el-nino-des-dernieres-decennies-sont-sans-precedent-depuis-au-moins-7-000-ans/
  11. Les plateformes de glace de l’Antarctique érodées par des « rivières inversées » Selon une nouvelle étude, des « rivières inversées » d’eau chaude océanique érodent les bords fracturés des épaisses plateformes de glace flottantes de l’Antarctique, contribuant ainsi à créer des conditions propices à leur rupture et à l’élévation du niveau de la mer. Les résultats, publiés dans Science Advances, décrivent un processus encore peu étudié qui pourrait s’avérer déterminant pour l’avenir de la glace en Antarctique et impacter la contribution du continent à la montée du niveau de la mer. Les modèles et prévisions ne prennent pas encore en compte ce scénario, qui est déjà en cours, selon les auteurs de l’étude. Ce sont les points les plus vulnérables des plateformes qui sont attaqués, d’après Karen E. Alley, l’auteure principale. Les effets pourraient être importants mais il n’est pas encore possible de déterminer à quel point. Suite de l'article citant l'étude ici : https://global-climat.com/2019/10/20/les-plateformes-de-glace-de-lantarctique-erodees-par-des-rivieres-inversees/
  12. Je parlais bien du débit mais effectivement fin Juillet dans le 44 la Loire n était pas au débit le plus bas depuis 150 ans, elle était dans le top 3 depuis 150 ans, j ai légèrement exagéré sur le coup mais de peu : https://www.rse-magazine.com/Secheresse-la-Loire-a-un-niveau-historiquement-bas_a3357.html
  13. Effectivement du côté du Jura Suisse, c'est une véritable catastrophe du fait des sécheresses sévères qui se succèdent... : https://www.letemps.ch/suisse/jura-situation-catastrophe-forestiere Extrait " Le hêtre se meurt dans les forêts jurassiennes. La faute au réchauffement climatique qui accélère la mort de cette espèce d’arbres. Ce lundi, le canton du Jura a officiellement tiré la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, son gouvernement parle d’un phénomène «grave et inédit». Il a déclaré la situation de «catastrophe forestière». Les investigations ont en effet confirmé que plus de 100 000 m3 de bois étaient secs ou en passe de dépérir, en particulier en Ajoie. «Dans ce district, près de 1500 hectares sont affectés et dans certaines zones, 50% ou plus de ces arbres sont touchés, se désole Marc Ballmer, collaborateur scientifique à l’Office de l’environnement du Jura. Les dégâts sur la forêt sont plus importants que lors du passage de l’ouragan Lotharen 1999.» " Nous ne sommes qu'au début des conséquences sérieuses du RC et nous voyons déjà que les impacts sur la végétation seront surement plus graves que prévu... 😓 J'aurais pas mal de choses à dire à ce propos sur la situation actuelle dans le Pays de Retz et les impacts sur les arbres/cultures mais manque de temps entre le maraîchage et la mobilisation contre des projets dingues dans mon coin On prépare en effet en ce moment un gros week-end de résistance contre un projet de Surf Park (bassin à vagues artificielles contenant plusieurs millions de litres d'eau sur 8ha de terres agricoles à... 10km de l'Océan !) et ce sur un secteur où depuis quelques années nous sommes régulièrement en arrêté crise ! http://terres-communes.zici.fr/week-end-de-resistance-et-doccupation-contre-le-projet-de-surf-park-de-saint-pere-en-retz-44-le-20-et-21-juillet-2019-zap-la-vague/ Je pense qu'au delà de la lutte contre les émissions de GES, il va falloir aussi se mobiliser localement contre les projets qui utilisent énormément d'eau et la soumettent à l'évapotranspiration (bassins) notamment dans des secteurs comme le nôtre où il n'existe pas de nappes phréatiques à proprement dites (massif armoricain) mais où ces nappes superficielles sont importantes et nécessitent d'avoir des terres non-urbanisées pour que l'eau s'y infiltre à chaque pluie importante ! Et où les terres sont à dominante sableuses donc se ressuyant rapidement... (que dire des prairies permanentes que j'observe de plus en plus être converties en terres cultivées (maïs, colza, etc...) pour soutenir l'élevage hors sol (stabulation permanente des vaches avec robot-traite)... On a l'impression qu'on assiste à une schyzophrénie de plus en plus grande de notre société, plus on connait la situation, plus les collectivités et entreprises continuent à promouvoir des projets/modèles l'aggravant... Seul des réactions citoyennes locales sont à mêmes de régler cela et la multiplication des petits projets paysans également (mais là c'est un autre sujet et il y a aussi beaucoup à craindre pour l'avenir avec l’accaparement grandissant des terres en France...) Au niveau des arbres, la situation m'inquiète également, car lorsque nous n'aurons plus de pétrole ou qu'il faudra nous en passer par rapport au RC (et cela devrait être urgent), nous ne pourrons plus acheter des meubles IKEA qui durent 5 ans provenant de forêts industriels parfois de l'autre bout de la planète... Il nous faudra du bois d'oeuvre local pour refaire de la vannerie, des charpentes, des manches d'outils, du bardage, des planches, des meubles, etc... or la ressource dans le bocage s'amenuise de plus en plus pour du bois d'oeuvre de qualité (et que dire des forêts françaises... cf la mobilisation des salariés de l'ONF contre l'industrialisation des forêts Françaises pour répondre à la demande en bois énergie...) Et là où cela m'inquiète, c'est qu'en dehors du fait déjà important qu'on continue à arracher les haies et les vieux arbres, c'est qu'on plante parfois à tout va sans réfléchir à l'adaptation des essences au conséquences du RC et parasitisme à venir... Je le vois déjà à mon échelle avec des collègues s'installant en permaculture ou des jardiniers voulant planter des arbres qui ne réfléchissent quasiment pas une seconde à cette question ou alors se mettent à vouloir planter en masse des essences exotiques... Bref, on a du boulot... 😰
  14. Je n'interviens plus beaucoup ici par manque de temps et j'avoue que je fais injustice au forum sur la question du suvi de l'arctique en allant sur les topics d'Artic Sea Ice Forum que certains d'entre vous connaissent déjà et qui est d'une richesse rare. Pour le suivi en direct sur l'arctique c'est la référence : https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php Et tu verras alors @meteobreizh35 , comme te le relevais @serge26, qu'il y a de quoi relativiser quelque peu ton analyse optimiste de la situation en y faisant un tour... Ci-dessous un GIF d'un membre du forum à partir des données du satellite ASCAT ( du 17 Septembre 2018 au 11 Juin 2019), assez révélateur en lui-même... Source : https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php/topic,2417.250.html Et @meteobreizh35, tu verras dans les discussions sur les deux liens suivant que SMOS n'est pas du tout à prendre au pied de la lettre si on peut dire. Il peut indiquer certaines conditions de la glace mais ne permet pas par exemple de donner une indication fiable de l'épaisseur de la glace : https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php/topic,2591.1800.html https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php/topic,2533.1100.html Je te laisse parcourir ce forum, au bout d'un moment on finit par en devenir accro ascat-sep17-jun11.mp4
×
×
  • Create New...