Fil67

Membres
  • Compteur de contenus

    1 145
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

4 abonnés

À propos de Fil67

  • Rang
    Cumulus humilis

Personal Information

  • Lieu
    Vosges, 1200m, entre le col de la Schlucht et le Hohneck

Visiteurs récents du profil

1 714 visualisations du profil
  1. Voilà une situation qui fera(it) le bonheur des diverses pollutions et particules fines dans quelques mois: Le tracé en rouge sur la carte représente l'origine de la masse d'air présente au sol le 28 septembre prochain à minuit, soit dans 9 jours. Difficile de repérer le point de départ exact de la masse d'air en ce mercredi matin compte tenu du peu de mouvement attendu, mais ça part en ce moment même du sud de la Bavière. La platitude de la courbe rouge sur le graphique dans la partie basse de l'image apporte un autre élément intéressant: la masse d'air ne va subir aucun soulèvement ces 9 prochains jours, plaquée au sol par la situation de marais barométrique anticyclonique. Pas réellement de brassage par convection diurne non plus. En gros, ça s'appelle du recyclage XXL Ca va être l'occasion de voir si au fil des jours et en l'absence totale d'apport d'air nouveau le soleil pourra maintenir le niveau des températures en journée. A mon avis, après avoir rapidement atteint un niveau "optimal" d'ici après-demain ( une vingtaine de degrés), ça risque peut-être d'avoir tendance à baisser légèrement ensuite jour après jour.
  2. Je ne suis pas certain que l'Alsace soit bien représentative de la situation à l'échelle nationale. A ce jour, semblerait que ce soit l'une des rares (seules?) régions françaises à afficher une anomalie négative minime ( surtout le Haut-Rhin d'ailleurs, qui taquine le littoral méditerranéen à ce niveau). Comme quoi, plusieurs jours avec 4/5°c sous les normes à 850hpa ne suffisent même plus à générer de l'anomalie négative au sol parfois! Le bilan actuel doublé de la prévision des 7 prochains jours ( modèle américain) donne actuellement cette carte d'anomalie de la température au sol: A priori le redoux attendu ne changera guère la donne en terme d'anomalie, on conserve le schéma observé jusque là en fin de seconde décade. Faut dire que jusqu'au 26 ( date jusqu'à laquelle est calculée cette carte), le redoux se manifestera d'abord surtout en altitude. Au sol, la configuration de marais barométrique et le manque d'advection de masse d'air va permettre de continuer à "vivre" avec notre masse d'air actuelle, qui ne se radoucira que très lentement ( surtout qu'on risque de rester en flux légèrement continental au sol, ce qui pourrait de surcroît favoriser par moments une nébulosité de basse couche).
  3. C'est marrant, parce que personnellement, que ce soit une impression, un souvenir ou encore un constat, tous trois approximatifs ou bien même carrément non corrélés à la chose, j'associe depuis plusieurs années maintenant le regain d'activité cyclonique sur l'Atlantique en fin d'été et durant l'automne quasi systématiquement à un assagissement notable du temps sur notre petit bout d'Europe occidentale continentale. Je veux dire par là que tout ouragan qui vient prendre son bain au beau milieu de l'Atlantique nord tempéré a de grandes chances de ne pas provoquer autre chose que des remontées douces anticycloniques à l'avant, en l'absence de flux d'ouest sous nos latitudes ( ce qui en septembre est encore statistiquement souvent le cas). Là on part sur une circulation pour le moment déjà archi méridienne ( cf les hautes pressions scandinaves qui vont massivement squatter les cartes ces prochains temps), et l'intervention éventuelle/ultérieure d'un ouragan sur cette scène synoptique atlantico-européenne ne pourra que renforcer cet aspect méridien. Il faudra attendre le renforcement du flux d'ouest aux hautes altitudes maintenant pour déverrouiller progressivement ces hautes pressions continentales par le nord et basculer dans une autre synoptique. Et tout assaut dépressionnaire par l'ouest sera probablement voué à l'échec, voire même contraproductif, puisque soutenant carrément le blocage anticyclonique en advectant énormément de douceur sur sa face ouest ( et ce d'autant plus si c'est un ex-ouragan qui s'en mêle). Il faudra attendre. Et oui, comme tu sembles aussi le pressentir, ça risque de prendre beaucoup de temps. Cette config est en tout cas fortement propice à de bons coups de chaud chez nous à moment donné ( hors de portée des effluves fraîches des hautes pressions scandinaves, mais à la merci de toute pulsion chaude par le sud dans leur zone " d'alimentation" sud-occidentale). La plupart des ensemblistes commence à y réagir assez significativement. L'avancée inexorable dans la saison risque cependant de limiter peu à peu ces advections douces/chaudes essentiellement aux seuls reliefs. Mais si ça prend quand même dans les plaines ( début octobre c'est tout à fait possible encore) et qu'un scénario particulièrement doux/chaud venait à se produire, on pourra - en partie - vite oublier ce mois de septembre pour le moment quasi historiquement frais. Y'a qu'à regarder les ensemblistes pour le sud-ouest pour les prochains temps, de là d'où nous parviendra très certainement le plus souvent la masse d'air : ça en aurait satisfait plus d'un dans le nord-est, même en plein coeur de l'été Profitons de notre dernier jour de traîne demain. Ce sera le dernier avant un temps certain.
  4. Fais gaffe Judd, quand j'ai parlé il y a une dizaine de jours du retour alors probable des hautes pressions pour cette dernière décade ( ce qui se confirme de plus en plus), et émis ensuite quelques inquiétudes, certes implicites, sur la durée possible de leur persistance ensuite ( ça, ça reste encore à voir), on m'a rapidement fait comprendre que j'avais encore dit un truc que je n'aurais pas du dire Du coup, tu fais bien de préciser "temps agréable" dans ton post
  5. Suivi du temps dans le Nord-Est

    Comme l'a dit Judd, ça peut aller vite. J'en ai dans le jardin qui reviennent tous les ans au même endroit. Entre le moment où ça pointe et celui du stade bouchon de champagne, 3 jours avec une vingtaine de degrés. Après, pour le stade chapeau déployé ça va assez vite. En général je n'ai qu'une pousse ici. Mi-août cette année, seulement début octobre l'an dernier! Complètement HS désolé.
  6. Le topic des lamentations #5

    Ouille, dirait que ça va commencer à bloquer sévèrement sur la scène synoptique, passée la traîne de cette fin de semaine. Circulation progressivement plus méridienne la semaine prochaine, coulées froides dépressionnaires répétées sur l'ouest/centre Atlantique, remontées anticycloniques assez brouillon en réponse sur l'est Atlantique et le nord du continent européen. Le tout garni vers le centre et le sud-est d'un magma dépressionnaire résiduel dont il conviendra de préciser le rôle ( très certainement très secondaire pour ne pas dire totalement superflu pour bon nombre de régions françaises). Ajoutons à cela des restes d'ouragan qui vont venir alimenter le schéma déjà en place, en soutenant la composante méridienne. Bref, temps mou sous anticyclone automnal, round 1. Ca commence pour de bon je crois. En général, les anticyclones d'automne, ça peut durer plusieurs semaines. Il n'y aura peut-être qu'un seul - trèèèès long- round jusqu'à l'arrivée de l'hiver? Certains automnes passés nous ont en tout cas montré que c'est parfois extraordinairement possible. En espérant qu'on va pas commencer déjà avec les interminables stratus et autres grisailles à n'en plus finir, qui n'ont rien à voir avec celles - très dynamiques et comparativement très motivantes - des jours passés (normalement non, c'est encore un peu tôt dans la saison). Réjouissons nous par conséquent déjà d'une éventuelle période de temps mitigé ou mieux, agréable peut-être, pour entamer ce round anticyclonique. Après 2/3 semaines d'inaction, si ça semble alors ne pas vouloir se débloquer, il sera encore temps de commencer à en avoir marre
  7. Si l'hiver s'annonce ne serait-ce que simplement normal, si. On peut raisonnablement envisager de revoir l'une ou l'autre période similaire. Après tout, la synoptique des derniers jours n'aurait objectivement parlant à priori rien d'exotique au coeur de la saison froide ouest-européenne, même en version 2017/2018: NW dépressionnaire, avec de courtes pulsions douces dynamiques et humides précédant des secteurs froids en bonne santé, comme il se doit. Après, je sais. Le sempiternel coup des cartouches et des cibles ratées, ou de manière plus pacifique celui des cigales ou des fourmis... En attendant, la synoptique automnale/hivernale de cette première quinzaine a quand même enfin porté ses fruits pour beaucoup dans le nord-est ces tous derniers jours, tout en plaçant cependant, il est vrai, la barre très haut. Hauteur pour laquelle il faudra faire preuve d'une sacrée détente verticale le prochain coup, si il est question de renouer avec des sensations similaires à celles vécues tout récemment. Mais gardons ça pour l'hiver prochain, à la rigueur D'ici là, comme tu le dis, un épisode de traîne sympa pour les jours à venir, avec un écart de température généralement suffisant entre la moyenne et la basse troposphère pour entretenir des conditions d'instabilité quasi permanentes, ne demandant qu'à être attisées en journée par les apparitions d'un soleil encore suffisamment vaillant à cette époque. Coups de tonnerre et averses de grésil à prévoir?
  8. Youhou, 15mm depuis hier matin dont la moitié hier. La loose! Tout comme les orages estivaux, la grande crête n'accroche plus grand chose niveau flotte même en situation de flux d'ouest dépressionnaire.
  9. On cumule péniblement 7/8mm depuis ce matin par ici, malgré un temps quasi constamment pluvieux depuis 8h, en dehors de quelques accalmies temporaires. Le fait marquant, c'est surtout le vent, comme l'a dit Joe88.
  10. Suivi du temps dans le Nord-Est

    http://www.wetteronline.de/profiradar/karlsruhe?wrh=true&wrp=periodLast30m&wro=true L'anim de ce radar montre bien une succession de petits noyaux assez actifs dans ton secteur.
  11. Oui, et c'est tellement motivant en ce moment qu'effectivement plus personne ou presque ne prend la peine de proposer des prévisions. Je vais d'ailleurs peut-être en faire de même pendant quelque temps aussi. Après ce mois d'août et ce début septembre déjà super agités, ça devient maintenant indispensable.
  12. Enfin une tendance fiable: la hausse successive des pressions, et la fin progressive de l'interlude "dépressionnaire". J'ai cru un instant que les modèles n'étaient plus très bons passée une certaine échéance Allez hop, sous peu, on sera mûrs pour 3 ou 4 semaines d'anticyclone!
  13. Bien, pour les précipitations, c'est du sabrage en règle qui se profile. On se rappelle des ensemblistes d'il y a 3/4 jours à peine, aussi bien américain qu'européen. Ca paraissait devenir mine de rien sensiblement plus humide que jusqu'à présent. Le constat ce matin est néanmoins sans appel. Respectivement l'américain et l'européen Que GFS se fourvoie et s'égare sur ce type de chemin, oui, à la rigueur, on le sait. Que le modèle européen s'y mette de la sorte aussi, ça devient vraiment moyen. La censure, la modération, la pondération ont encore oeuvré, et on risque fort de se retrouver avec une synoptique clairement dépressionnaire 7 à 9 jours durant, mais toutefois incapable de n'apporter autre chose que de la demi-teinte, et 10 à 15mm de précipitations, parfois âprement cumulées. Et une nouvelle fois, comme si avec les orages estivaux on n'avait pas eu notre compte jusque là, l'est du nord-est pourrait endosser le fameux maillot, vous savez, celui où y'a un gros dindon dessiné dessus recto verso, tandis que tout le monde autour rit aux éclats Ca semble en effet plus arrosé sur le reste du nord-est, les deux grands cadors ( si ils méritent encore réellement cette appellation) y voient 20 à 25mm, localement 30/40mm. C'est mieux, mais c'est pas cher payé au vu de la synoptique. Et, surtout, faut-il encore que ça se concrétise! Ajoutons à cela les rafales affichant encore tant bien que mal 50-60km/h dans les plaines pour le coup de vent à venir, et nous voici gratifiés d'un "superbe" intermède automnal. Du coup, là, oui, ça commence à devenir du gâchis, cette belle synoptique initiale qui va finir par accoucher d'une souris Bien vu Romain, ton pressentiment était le bon, tout ça est en train de tourner en jus de boudin maintenant. Fil67, ( de nouveau) en mode blasé, et qui va finir par laisser totalement tomber les prévisions au-delà de 12 à 24 h d'échéance.
  14. Suivi du temps dans le Nord-Est

    Ici sur la crête versant lorrain, le court passage pluvieux de 11h30 a laissé place depuis à une bruine quasi persistante. L'orographie dans ce type de flux joue plein pot. On cumule quand même 5mm environ, dont une bonne moitié sur de la nébulosité de basse couche, simplement pressée contre le barrage de la crête, comme en témoigne ce radiosondage de début d'après-midi, montrant une belle inversion au-dessus de 1800m d'altitude: Tout se passe en-dessous de cette altitude.
  15. Certes, mais que dirait-on si on assistait réellement à la première tempête à basse altitude, aux premières neiges sur les sommets vosgiens, et à un temps vraiment complètement perturbé pendant 8/10jours? Perso, ça ne me rassurerait pas du tout d'avoir tout ça début septembre, ne serait-ce que parce que d'expérience, on sait que ce type de conditions avec agitation survoltée, ça brûle comme un feu de paille sous nos climats très modérés 90% du temps. Alors non, c'est pas le top pour un début septembre parce que ça risque de n'être au final ni du lard ni du cochon tu as raison, mais gardons le "croustillant", le vrai, s'il doit toutefois y en avoir, pour un peu plus tard, quand ça vaudra certainement plus le coup A l'inverse d'un printemps chaud et sec qui peut augurer très facilement d'un été également chaud et sec, un automne globalement trop précocement agité et/ou frais me semble de très mauvais augure pour l'hiver qui suit. En 2017, je crois que ça n'est tout simplement plus possible d'aligner deux saisons complètes en anomalie négative et en excédent "dépressionnaire". Ca relève en tout cas de l'extraordinaire. Et à tout dire, je serais même carrément rassuré de revoir des sensations estivales tardives venir nous rendre visite plus durablement en octobre, voire en novembre, même si il faut pour ça "sacrifier" l'automne dans son ensemble sur l'autel ( déjà bien ensanglanté ) du sacro-saint duo excédent thermique/absence d'action. Pourvu que la suite rentre alors de nouveau à peu près dans les clous. Au moins dans les clous. Histoire que l'on ait après 4 ans de nouveau un hiver un peu moins mou du bide, ne se limitant pas juste à 2 ou 3 semaines froides.