Fil67

Membres
  • Compteur de contenus

    1 286
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

4 abonnés

À propos de Fil67

  • Rang
    Cumulus humilis
  • Date de naissance 16/06/1977

Personal Information

  • Lieu
    Hilsenheim, sud Bas-Rhin, 170m

Visiteurs récents du profil

2 054 visualisations du profil
  1. Mettez pas la charrue avant les boeufs Faudrait déjà que ce soit lancé pour de bon sur les reliefs, le coup de l'air froid synchro avec les précipitations! Ca vient tout juste de marcher réellement pour la première fois là haut le week-end dernier, après plusieurs échecs assez cuisants. Laissons dès lors aux basses altitudes, et à plus forte raison aux plaines, le temps de prendre le rythme. De toute façon, on l'a vu ces derniers hivers, pour de la neige très bas, il faut quasiment exclure toute influence maritime dans plus de 90% des cas. Si neige il doit y avoir là en bas, faudra attendre que le flux en basse couche soit presque nul ( mais avec une masse d'air qui en impose déjà à 1500m), ou continental, auquel cas la marge de manoeuvre et l'éventail des possibilités sont alors bien plus grands. Pour le week-end qui vient, c'est océanique plein pot. Même avec un air froid calé sur les précipitations, il nous faudrait déjà autre chose que du -6-/7°C à 1500m pour nous, pauvres plainards ( ceci étant dit, ça risque de foehner sec pour les quelques rares péquins de la plaine centrale alsacienne, alors à la rigueur, pour ceux-là, hein, le dilemme froid sec/humide se pose même pas )
  2. C'est vrai, l'européen est encore source d'incertitudes dans l'évolution à venir. Mais lui-même ne semble pas encore décidé cependant. Si selon la carte d'écart-type tout roule pour mercredi (où il propose une synoptique similaire à celle de l'américain), les choses se compliquent pour lui dès jeudi, avec l'apparition de deux zones de doute: l'une l'ouest sur l'Atlantique (qui concerne l'ampleur de la descente froide dépressionnaire sur l'océan), l'autre sur la Grande-Bretagne ( concernant elle la vigueur des remontées douces et anticycloniques à l'avant). Vendredi le modèle conserve ses doutes, et les amplifie même, notamment en ce qui concerne la zone floue qui aura le plus d' importance pour nous, à savoir celle localisée sur l'Allemagne, qui occasionnera potentiellement le prolongement et le renforcement du coup de doux. Le déterministe opte certes pour un balayage rapide de la douceur dès jeudi, mais l'ensembliste résiste dans l'immédiat.
  3. La durée du jour n'a pas vraiment d'influence dans ce type de configuration. Le soleil est de toute façon bien faiblard pour compenser à lui seul en journée un refroidissement qi aurait eu lieu la nuit précédente. Le potentiel est de fait résolument plus grand pour la fin de semaine qu'il ne l'était en début de mois, comme tu l'as écrit en raison d'un brassage certainement plus sensible. Il me vient presque l'envie de dire que si on avait eu du grand soleil en raison de conditions moins dépressionnaires, mais avec un brassage moindre, on passait à côté de ces températures exceptionnelles ( aux plus basses altitudes tout du moins). Cette combinaison douceur d'altitude/soleil/pas de brassage a marché pour la dernière fois et de manière un peu étonnante quand même durant l'épisode de chaleur exceptionnelle de la mi-octobre. Si elle se reproduisait là maintenant, je pense que l'on ne pourrait plus du tout prétendre à des maxi en rapport avec la température à 1500m. Clairement là, ça va être le combo douceur absolument remarquable en altitude + brassage notable parfois jusque dans les très basses couches qui va jouer plein pot. Pour l'instant, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas appliquer de manière très générale et à minima une règle T850+7 pour les maximas de plaine. On aurait peut-être touché à du T850+9/10 avec des éclaircies suffisamment larges et durables dans cette circulation de SW dynamique ( éclaircies qu'il y aura peut-être ?), mais on voit que ça n'est pas le soleil qui jouera le rôle principal dans cette affaire. Sinon, comme dit, indépendamment des maximas potentiels, il n'est pas impossible que certains secteurs relèvent des températures nocturnes (voire carrément des Tmin) ahurissantes, si tout se goupille bien. Et la nuit de vendredi, en ligne de mire pour l'instant, pourrait prendre parfois des airs de nuit d'été
  4. LE coup de chalumeau de la seconde moitié de semaine est toujours d'actualité sur les modèles. Ca va être la goutte d'eau qui va faire déborder le vase: avec grand peine on conserve à ce jour encore une anomalie négative sur la température moyenne mensuelle, mais tels les vents de sud-ouest qui vont balayer le territoire, cette anomalie va se faire elle aussi balayer in extremis avant la fin du mois pour laisser très probablement place à un joli + . Raté pour ceux qui envisageaient encore récemment un mois de novembre plus frais que la normale! Faut croire que la route du nord est bien plus longue et périlleuse, qu'il faut forcément la dégager avant de l'emprunter, alors que celle du sud, ben comme souvent, c'est l'autoroute sans le moindre péage ni ralentissement En témoigne l'origine de la masse d'air qui nous gratifiera éventuellement de sensations quasi printanières à moment donné en fin de semaine qui vient: Les Canaries, un petit détour par le Sahara occidental, le Maroc, l'Andalousie puis l'Estremadura...des consonnances méridionales qui fleurent bon le printemps à cette époque de l'année On notera le tassement remarquable de la masse d'air durant son trajet vers le nord ces prochains jours. La parcelle d'air qui nous concernera samedi prochain en début de matinée se situe actuellement sur l'ouest algérien, vers 5000m d'altitude. On la retrouvera chez nous à 1500m dans quelques jours. Ca c'est pour le côté anticyclonique de la circulation. A priori le niveau des températures proposé dans mon post précédent pour les journées de jeudi/vendredi/samedi tient toujours dans les grandes lignes. On reste sur du SSW anticyclonique, en limite des influences dépressionnaires, les perturbations se cantonnant durant ces 3 journées vraiment majoritairement à la Bretagne ou aux abords du golfe de Gascogne. Top départ pour l'épisode de douceur sans doute mercredi, avec l'entrée du 8/9°C à 1500m, mais sous conditions probablement encore un peu trop anticycloniques pour pouvoir envisager un réchauffement efficace dans les plaines du nord-est, peut-être pas assez ventilées dans un premier temps, voire même encore partiellement encombrées de grisaille superficielle. Enfin, on se laisse volontiers surprendre maintenant... Les inversions et autres poches de résistance d'air frais devraient commencer à pouvoir être balayées dès la nuit de jeudi, en fonction cependant de la rapidité d'entrée en scène de conditions plus brassées et progressivement plus dépressionnaires/moins anticycloniques par l'ouest. Traditionnellement, ça met toujours un peu plus de temps qu'envisagé, surtout sur l'est du nord-est. Pour la suite, entre jeudi et samedi inclus, on devrait finalement avoir le passage de plusieurs bulles d'iso à 10°c/850hPa, bien brassées jusqu'au sol. Nonobstant une nébulosité qui se montrera la plupart du temps généreuse, ça promet de manière inchangée des Tmax ou des Tmin parfois surprenantes. Pas plus de précisions sur le passage du front froid samedi. Ca varie encore pas mal d'un run à l'autre, ou d'un modèle à l'autre. L'hypothèse d'un bon coup de sang final juste à l'avant reste d'actualité. Il se fera au gré des régions du nord-est soit sur les Tmin si passage de nuit ( et ce sera je pense alors l'événement le plus spectaculaire), soit sur les Tmax si passage de jour ( là, seule l'Alsace pourrait sortir réellement du lot avec l'effet de foehn qui viendrait s'y ajouter). Sinon, on va sagement attendre décembre pour retrouver éventuellement des sensations plus hivernales en plaine, car vu le niveau de départ, le front froid risque fort de simplement évacuer la masse d'air d'origine subtropicale, sans pour autant nécessairement ramener le froid. Edit: Petit avant-goût du suspense, avec la carte des températures au sol prévues jeudi en fin de nuit selon Arpege: C'est un peu le foutoir, mais ça montre le potentiel de la situation
  5. Mouais, la Norvège c'est plus près, et ça doit être un meilleur plan je pense
  6. En recoupant avec les périodes les plus sombres issues de synoptiques similaires, semblerait que le Moyen Orient puisse tirer un "bénéfice" des anomalies douces liées aux flux de SW sur l'Europe occidentale ( qu'ils soient anticycloniques ou dépressionnaires). Par bénéfice, j'entends anomalie négative de la masse d'air. Côté précipitations, on est sur du continental XXL ou sur des latitudes assez basses, donc pour l'humidité, le coup de froid ne doit pas générer une humidité énorme non plus ( après ça doit beaucoup varier avec les micro climats, mais ça j'en n'ai aucune idée). Ca doit cependant être suffisant pour apporter la neige sur les montagnes ou à des altitudes très basses. Sinon, sans surprise, le nord de l'Atlantique nord est l'autre zone "gagnante" au change avec ce type de config: l'air froid s'y amasse systématiquement, ce qui en situation de blocage génère chez nous ce fameux flux de SW pourrave. Bref, on imagine que suivant l'époque du blocage, il doit alors neiger à très basse altitude au-dessus de l'océan, et à une latitude souvent à peine plus élevée que celle du nord de la France. Du beau gâchis quoi
  7. Tiens, ça faisait longtemps, mais la fenêtre 23/24/25 novembre prochains à garder à l'oeil. Flux de SW anticyclonique éventuellement suffisamment brassé, pour finir sur un SW dépressionnaire fracassant vers la fin. Ca sent l'envolée des températures et surtout la casse du côté des records journaliers voire décadaires. Je crois que pour le nord-est, ça va résolument être le point fort météo des 10 prochains jours. Chouette, on a de nouveau de quoi s'occuper avant la fin du mois 8/9°C à 1500m du côté de l'américain, des pointes à 11/12°C chez l'européen. Ce qui est d'ores et déjà sûr et certain, c'est que ce genre de masse d'air a tout à fait le potentiel de générer des tmax ET des tmin très élevées. Un petit jeu/pronostic, qui permettra de tester la fiabilité des prévisions à 5/6 jours quand il s'agit de faire du hors saison de grande classe: Durant la nuit du 23, hors zones inversion pouvant résister sur l'extrême nord-est dans le fossé rhénan: 10/12°C de manière générale sur le nord-est. L'après-midi, 14/15°C, sous ciel globalement nuageux. Si le foehn s'en mêle sur l'Alsace et parvient à balayer la petite couche d'inversion très très superficielle, pointes à 16°c, peut-être localement 17°C. Dans la nuit du 24, bonne douceur, maintien d'un courant de SW suffisamment dépressionnaire pour permettre un brassage de fond et surtout un ciel pas trop dégagé. On reste au-dessus de 10°C aux basses altitudes, mais sur le relief également. Vosges et Jura, faudra grimper à 2800m environ pour retrouver l'iso 0°C Le 24 en journée, apogée du coup de chalumeau chez l'américain. Barre des 15°C facilement atteinte aux plus basses altitudes. Le sort de l'Alsace en suspens, mais c'est une situation à foehn plein pot. On peut raisonnablement envisager des pointes à 18°C sur le piémont. Pour le 25, l'américain met un terme à la fête en faisant passer un front froid. Le timing sera crucial. Pour l'instant, passage en seconde moitié de nuit, et là, jackpot pour l'Alsace, parce que ce type de config pourrait littéralement faire flamber les minimas dans la nuit de vendredi à samedi. M'étonnerait pas que Colmar ou Strasbourg se retrouvent avec un 15/16°c en pleine nuit. Côté européen par contre, on prolonge le plaisir diurne: le front froid passe plus tard, en seconde moitié de journée, en balançant auparavant encore du 10°C à 1500m, bien brassé. Timing crucial là aussi, car si ça passe suffisamment tard, on pourra encore atteindre des sommets en plaine d'Alsace. Plus vers l'ouest, la probabilité de tmax élevées diminue plus rapidement. Sinon: En été, ça. En été nom de Dieu! Ca augmente terriblement les chances de voir de bonnes dégradations orageuses!
  8. Ca Pablo, c'est pour faire passer la pilule Un petit coup de blanc par ci par là, de temps en temps, et hop, après, on ouvre la bouche, et on avale gentiment la pilule, aussi dégueulasse soit le goût Promis, je ne ferai plus preuve d'optimisme à partir de maintenant, parce que les râteaux, ça fait encore plus mal du coup
  9. Bon ben c'est cool tout ça. Je vais finir par arrête de croire que voir les choses du bon côté ça peut payer en météo On prend la synoptique la plus pourrie, mais vraiment la plus pourrie, et on transpose tel quel sur les le reste du mois ( voir plus si affinités)? Bien vu la neige début novembre au passage, comme d'habitude, mis à part l'enthousiasme que ça réveille inévitablement après 6 mois d'attente, ça risque juste d'être de très mauvais augure pour la suite. A quoi peut-on s'attendre maintenant pour nos massifs? 10/15°c vers 1000m ces prochains temps? Tempête de soleil et de ciel bleu? Nuits extrêmement douces sous flux de SW anticyclonique? Rendez-vous en décembre en attendant...
  10. Perso, je pars du principe que tant qu'il y a ne serait-ce qu'un modèle qui fait bande à part, rien n'est exclu. Tout est question de probabilités ensuite, je suis d'accord, mais là, on parle de la tranche 6/8 jours, donc ouep, rien que pour ça, y'a encore de l'espoir. Zallez voir, la patate, la vraie, c'est pas pour ce coup-ci. Je pense qu'on a suffisamment changé de donne depuis 2/3 semaines. Quelque chose se trame, et à mon avis, c'est pas le retour au régime tuberculeux Ca n'exclut évidemment pas des intermèdes calmes, doux et plats, mais je crois pas à un bis repetita des plus horribles fins d'automne/débuts d'hiver des dernières années.
  11. J'ai pris le train en marche hier soir, j'ai lu des histoires effrayantes de flux de SW mou et à moitié anticyclonique, de perspectives sombres à la 2015/2016. Ouf, ce n'était qu'un cauchemar, pour le moment. Ce matin, on se réveille avec des cartes sinon super attrayantes, au moins conventionnelles pour la saison. PAs d'orgie anticyclonique douce à perpette. Du moins pas de manière résolue: le déterministe américain ne veut pas s'y résoudre. Son ensembliste a cependant déjà rejoint les rangs de l'ennemi. Conflit interne donc. On sent EC et GEM sur le point de basculer du mauvais côté à l'horizon des 8/10 jours, mais 1) c'est loin, 2) la fiabilité n'est donc pas super bonne encore, 3) le proverbe c'est jamais 2 sans 3 et non pas 3 sans 4, et 4) personne ne veut de ça ici de toute façon Sinon, en attendant le jugement et l'éventuelle sanction qui l'accompagnerait alors malgré toute notre détermination, les massifs du nord-est seront ces prochains jours en bordure occidentale du flux de NW dépressionnaire qui va oeuvrer des Iles britanniques à l'Europe orientale via l'Europe centrale et la mer du Nord. Petits apports d'humidité assez réguliers pour nous, mais ce seraient à priori vraiment les frontières belges, luxembourgeoises et allemandes qui seraient les plus exposées ( Vosges et Jura déjà légèrement hors des rangs car un poil trop au sud-ouest de la diagonale, le reste du pays n'étant pas concerné du tout). Par contre, avec de drain maritime subpolaire, pas de gros coup de doux. Ca dépendra évidemment de la trajectoire des petites dépressions et ondulations qui jalonneront ce flux de NW et déformeront un peu les iso au gré de leurs passages, mais la marge de manoeuvre se situera à 1500m en atmosphère libre entre -1/-2 et 0/1°C pour commencer. Petits coups de blanc très légers pour les hauts des Vosges et du Jura, si toutefois nos massifs parviennent à se placer à portée dudit pinceau, ce qui ne semble pas gagné.
  12. Lol oui. Quand je disais ça roule, c'était juste pour l'unanimité au niveau de la prévision de température de masse d'air en altitude sur l'ensembliste SInon, même si ça sera un peu problématique parce qu'on serait encore sous la zone "molle" des hautes pressions de surface, il pourrait quand même y avoir des éclaircies demain, mais plutôt sur la moitié sud de la région. Mercredi, ça pourrait ne pas être dégueulasse sur la région. Les prévi de radiosondage ne montrent pour l'instant pas de grosse tendance à l'inversion, ce qui nous verrouillerait en effet les basses couches efficacement. A côté de ça, on ne serait pas forcément sur une grosse épaisseur d'atmosphère saturée en basse couche, donc pourquoi pas une bonne surprise? Après, jeudi, faut voir, ça dépendra déjà de ce qui se sera passé auparavant, sans compter sur les prémices de l'éventuel changement de temps par le nord-ouest.
  13. Ouiiii, de la neige en montagne vers la mi-novembre
  14. De visu, globalement pas de neige sous 650 à 700m sur le versant alsacien des Vosges centrales en début de matinée. Devancé par Get et Romain sur le topic nord-est Sinon, pour le fun: Punaise, c'est pas tous les jours ! Sur l'épisode, 140mm chez Count 40/50km vers l'ouest, 191mm sur cette station du sud de la Forêt Noire 40/50kms vers l'est, et entre les deux, en plaine d'Alsace, 25/30mm seulement. La magie des massifs!
  15. On ne devrait pas avoir le temps de trop s'ennuyer côté météo prochainement. On est certes partis pour 3/4 jours de retour au calme par glissement des hautes pressions atlantiques vers l'Europe centrale, sur le flanc nord du cut-off méditerranéen, mais à priori, à partir de jeudi, la synoptique pourrait déjà commencer à changer. Baisse des géopotentiels par le nord, et apparition sur les cartes d'une ondulation en flux de NW pour le week-end. Bien plus marquée chez EC pour le moment, qui simule un décrochage "polaire", un peu à l'image de celui que l'on a eu ce week-end, tandis que GFS n'est pas aussi incisif, moins méridien, et préfère lui faire prendre la route de l'Europe orientale, sans toutefois aller jusque sur les rivages de la Méditerranée ( GEM propose une version intermédiaire du schéma, tandis qu'UKMO part sur ce qui semblerait être pour le moment la version la plus anticyclonique de l'ensemble du panel de modèles dispo) Le seul ensembliste américain suffira néanmoins à illustrer fidèlement je pense l'éventail des possibilités des différents modèles : Jusqu'à jeudi inclus, le 16, tout roule. Vendredi marque cette journée de transition, avec une chute des températures à 1500m dès le 17. C'est tout ce que l'on peut dire, et l'évolution pour le début du week-end prochain, à partir du 18, est très incertaine, avec des scénarios partant fortement à la hausse, et d'autres continuant la baisse entamée vendredi. Voilà pour les tendances objectives. Cependant, est-ce que la descente polaire de ce week-end n'a-t'elle pas ouvert maintenant une petite "brèche" dans l'enceinte synoptique de notre bout de continent ouest-européen? Une brèche qui pourrait alors éventuellement être réutilisée plus facilement le prochain coup, donnant un léger avantage à l'hypothèse européenne, froide et dépressionnaire, en flux de NNW? L'idée n'est pas si farfelue: après plusieurs essais ratés fin octobre/début novembre, cette énième tentative a maintenant été couronnée de succès, pour la première fois. Pas impossible que les enchaînements synoptiques à venir conduisent désormais, de manière légèrement préférentielle, vers une répétition de ce type de scénario.