Fil67

Membres
  • Compteur de contenus

    1 974
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

4 abonnés

À propos de Fil67

  • Rang
    Cumulus mediocris
  • Date de naissance 16/06/1977

Personal Information

  • Lieu
    Massif du Hohneck, 1220m

Visiteurs récents du profil

4 240 visualisations du profil
  1. Après le gros pied de nez pour l'extrême nord-est lundi : Quelqu'un pour surveiller les conneries du talweg suivant vendredi prochain ? Timing a priori encore plus pourri, avec un passage frontal en début de matinée sur le nord-est (et par conséquent du préfrontal en pleine nuit), et une réactivation diurne possible plutôt chez nos voisins allemands, pour pas changer dans ce type de configuration: Bref, j'irais pas plus loin ce coup-ci non plus Un petit tour rapide du côté des ensemblistes pour prendre un peu de recul ( centre du nord-est). A commencer par l'américain, avec masses d'air et précipitations à gauche, et indices d'instabilité/énergie à droite: Températures globalement de saison pour les 5 premiers jours, avec 10 à 15°c à 1500m. Une chute se profile vendredi, suite au passage du talweg évoqué juste auparavant, ramenant de l'air océanique rafraîchi ( 10°C à 1500m). On notera que l'ensembliste ne réagit pas niveau flotte, et guère plus niveau instabilité, ça peut déjà donner quelques précieux indices sur la tournure possible des événements pour cette fin de semaine (non non les amateurs d'orage, on vous a dit que la saison était terminée!) La fraîcheur atlantique ne sera pas spécialement collante car le mercure réamorcerait quasiment dans la foulée une lente hausse ensuite durant 4 à 5 jours, qui nous ramènerait de nouveau vers les 15°C à 1500m. Retour de la chaleur par conséquent, mais sans le moindre soupçon d'énergie cependant, flux d'ouest anticyclonique oblige. Gros bordel en début de dernière décade, avec deux gros groupes, l'un privilégiant la poursuite de conditions chaudes, incluant la moyenne, le run de contrôle et une bonne moitié des scénarios de l'ensembliste, et l'autre, mené par le déterministe, simulant une chute significative, mais visiblement très désordonnée , avec de gros décalages temporels parmi les membres séduits par cette option. Ca s'agite un peu niveau précipitations, sans doute en grande partie grâce aux scénarios optant pour la chute, les valeurs de CAPE en hausse sur le graphique de droite étant majoritairement imputés du coup aux scénarios qui votent pour la prolongation de la chaleur ( et on trouve du coup quelques pics de précipitations associés à cette énergie. Mon dieu mon dieu, des possibilités d'orages? ) L'ensembliste européen: DU même acabit, avec la hausse ces prochains jours, la chute après le passage du talweg vendredi, puis le retour certain de la chaleur pour le début de dernière décade. Evolution ultérieure là aussi très contrastée, comme en témoigne l'écart de 15°C 10°C à 1500m entre les scénarios les plus chauds et les plus frais, même si le déterministe et la moyenne se rangent sagement parmi les possibilités moins chaudes ou plus fraîches. Inutile à ce stade d'aller voir le canadien, à peu de choses près, c'est le même programme. Pour conclure donc, chaleur de fond, pas excessive dans un premier temps, brièvement interrompue par l'une ou l'autre journée passagèrement plus fraîche. Pour la dernière décade, tout est encore possible: d'une arrivée tout en douceur de l'automne à un prolongement des conditions pleinement estivales. A ce sujet, petite mise à jour du comparatif des étés les plus chauds sur Entzheim: Sacré coup de frein depuis quelques jours pour l'évolution de la courbe jaune de 2018. On reste pour l'instant entre 2003 et 2015, et on devrait a priori y rester jusque vers le 20 août vu les tendances. Côté flotte autrement, pas de scoop, pour le moment, on ne voit toujours pas la fin de la sécheresse, et, selon les hypothèses les moins favorables on peut encore largement parler d'une possible aggravation pour cette fin d'été.
  2. Enfin 2/3 averses dignes de ce nom durant l'après-midi, portant le cumul journalier à pas tout à fait 10mm ce soir, ce qui, pour les 8 semaines passées, est tout simplement le second cumul le plus important sur 24h, c'est dire!
  3. 0.5mm supplémentaires au terme de quelques heures de broussinage. On arrive péniblement à 2.5mm, mais on est fiers, si si! Sinon, fait exceptionnel, et pour la troisième fois depuis la mi-juin me semble-t'il, du brouillard aujourd'hui sur les crêtes.
  4. Je commence à penser qu'elle pourrait tarir en cours d'automne, comme en 2015 il me semble.Il ne pleut tout simplement pas aujourd'hui. Ca crachine comme tu dis, et encore, de temps en temps seulement. Ca ne va pas plus loin que ça, le sol est toujours poussiéreux si on gratte les 1 ou 2 cm humidifiés en surface.
  5. En temps normal je dirais que ça pleuviotte par ici. Vu ce qu'on a derrière nous, on va dire que c'est le déluge, 1.5mm pour les averses de la nuit, et, le meilleur, c'est que ça continue! En route pour du 5mm/24h? On s'en réjouirait presque, les mailles fines ne sont de loin pas aussi généreuses avec les Vosges sur cette perturbation, et il se pourrait bien que ce soit la dernière avant un certain temps ensuite ( 10jours, 15 jours, 3 semaines?) : bien qu'il ne l'ait pas spécialement été jusque là, le talweg de fin de semaine n'a plus l'air très vaillant niveau flotte pour nous.
  6. Sans compter que niveau énergie, si déjà c'était pas brillant brillant jeudi dernier, pourtant dans un contexte avec advection par le SSW, là, avec au mieux un flux d'W ondulant simplement temporairement au passage du talweg, on peut se brosser pour les valeurs de CAPE. Sans parler des planètes qui ne seront plus alignées. Alors si en plus y'a un mauvais timing pour couronner le tout ... Enfin bref, on ne m'aura pas avec ce genre de futilités ce coup-ci On espère juste un peu d'eau au passage de la perturbation, en attendant l'hypothétique prochaine occasion lors de la visite d'un nouveau talweg en fin de semaine ( qui sera sans doute du même acabit que celui de demain) Ca va donner raison aux passionnés de météo: maintenant la canicule disparue de nos écrans ( pour le moment), sans orages à la clef, finie les bonnes "vibrations", avec ce vieux flux d'ouest anticyclonique sans vraie pluie et du 25°c en moyenne. En fait, ça se passe comment et quand les orages en Alsace maintenant en été ? Parce qu'après un mois d'Août 2017 déjà abyssal de ce côté là, maintenant ce duo juillet/août 2018, doit-on craindre en 2019 une saison désastreuse tout simplement du début à la fin ?
  7. Fil67

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Août 2018

    Grosses inversions en très basses couches en fin de nuit ( air sec, pas de vent, ciel dégagé), on attaque la saison froide ! Sur le radiosondage de 6h ( prévi) 17°C à 400m, et 10°C au sol ( ce qui correspond aux valeurs que tu as données ).
  8. EN lien avec l'évolution des températures ces prochains temps, juste un petit comparatif des compétiteurs sur le podium des étés les plus chauds pour Entzheim: Le graphique montre l'évolution de la moyenne des températures moyennes quotidiennes pour Strasbourg pour les étés 2003/2015 et 2018. L'été 2014 est là pour donner une référence d' été "normal" ( selon la norme trimestrielle 1981/2010) . Au 9 août en fait, si je ne suis pas trompé, on note que selon ce mode de calcul ( certes biaisé, car dans le graph, moyenne journalière= Tmin + Tmax /2 , calcul non officiel par conséquent) , 2018 se place déjà devant 2015! Il faut dire que les 15/20 jours de forte chaleur que l'on a derrière nous depuis le 20 juillet ont permis de repasser allègrement devant 2015. A moins d'une seconde quinzaine d'août pourrie, je crois qu'on peut dire que 2018 sera le second été le plus chaud après 2003. Faut maintenant voir si y'a moyen de faire trembler 2003, mais bon, tenir le rythme actuel en fin de graph va devenir très difficile, et prendre encore presque 1degré sur la moyenne des moyennes quotidiennes d'ici 20 jours pour tutoyer 2003 au 31 août serait juste énorme.
  9. Petit retour sur la dégradation orageuse de ce jeudi, avec ci-dessous la carte des cumuls pluviométrique sur 24h sur la France à gauche et sur l'Allemagne à droite: On y voit l'orientation plutôt SSW du flux au tracé des rares cellules pluvieuses qui ont réussi à pénétrer sur le nord-est, alors que le flux était plutôt au SW de l'Aquitaine au Massif Central et à la Bourgogne. Cette orientation SSW devient bien plus évidente sur l'extrait radar de la carte allemande à droite. IL s'explique en tout cas par le flux en altitude, que l'on pourra voir sur l'animation suivante: L'animation ci-dessus montre surtout que l'est du nord-est est resté en marge du dynamisme principal ( zones rouges), à peine tangenté, comme souvent quand le flux se redresse au SSW. Le talweg, du moins la première salve, la plus instable, n'a pas réussi à rentrer suffisamment sur le pays pour entraîner un balayage d'ouest en est de la dégradation orageuse en présence de l'air encore chaud et instable. Une fois de plus j'ai envie de dire. L'archive de l'activité foudre sur les dernières 24h est à ce titre encore plus éloquente: 3 choses: - une zone active sur le quart sud-est, avec là bien moins de dynamisme, mais a priori l'avantage de la proximité de l'air humide apportée en basse couche par une mer Méditerranée déjà très chaude, permettant une activité orageuse tout au long de la journée, et même aux heures froides du coup ( matin vers l'ouest de la zone et soir ensuite vers l'est). - une bande d'activité frontale nocturne et matinale peu intense du Massif Central aux Ardennes - la reprise de l'activité orageuse diurne, surtout sensible aux heures chaudes ( fin de matinée/mi-journée) sur l'ouest de l'Allemagne, à peine les frontières du nord lorrain ou alsacien passées, et en fin de journée vers le nord. Entre tout ça, et malgré un emplacement pourtant idéal au sein de la masse d'air énergique ET instable, le traditionnel no man's land, cette fois centré Centre-Est et extrême nord-est de la France. Finalement après ce premier passage de talweg raté car flirtant simplement en flux de SSW, ça n'est qu' aujourd'hui et demain, soit en deux fois, que le nord-est sera enfin intégralement traversé par les talwegs atlantiques, mais dans un contexte déjà plus anticyclonique au sol, et surtout sans air instable et énergique. Ca rejoint à peu près l'idée que je me fais de la manière dont se démonte une dorsale subtropicale de grande amplitude quand on en a une au-dessus de la tête: le premier talweg, celui qui butte sur la masse d'air surchauffée et très instable ou énergique, ne fait que rogner son flanc occidental, sans pouvoir passer intégralement. Ce ne sont que les suivants qui, éventuellement, y parviennent enfin, mais une fois que le situation ne se prête plus à une évolution orageuse franche et généralisée ( absence d'apport d'air chaud instable). Pour illustrer cet enchaînement, ces deux cartes de la situation à 5km, jeudi midi à gauche, et nuit de samedi à droite: Ou comment basculer progressivement d'un flux de SSW à un flux d'W dans le plus grand calme ( quand toutefois on a raté les opportunités du talweg initial, celui à qui revient le rôle d'emboutir la dorsale par l'ouest) Voilà pour cette petite rétrospective. Comme c'est le topic prévisions cependant, et qu'en dehors des vagues de chaleur, cet été est d'un intérêt proche du néant jusque là, un petit coup d'oeil sur l'ensembliste américain actuel: On va surveiller la seconde quinzaine d'août de très près. Tout y est: l'envolée du run déterministe, la montée de la moyenne, et l'inévitable et hypothétique retour à la raison en toute toute toute fin du graphique. Sans parler de la récurrence qui pèse son poids depuis quelques semaines et qui aurait tendance à favoriser ce retour de conditions plus chaudes que la normale. Cette seconde quinzaine, si elle permet effectivement simplement le retour de la chaleur, mettra l'été 2018 déjà au niveau de l'été de 2015 ( où l'essentiel du travail d'anomalie positive en août avait déjà été fait en première quinzaine à l'époque) . SI une vague de chaleur devait venir se greffer là dessus maintenant, si ça se confirme vraiment, on pourrait bien voir passer l'été 2018 en seconde place derrière 2003, et devant 2015 du coup. Cette hypothèse paraissait encore peu probable il y a 15 jours, tant une prolongation des anomalies positives non stop sur 5 mois commençait à devenir impossible. Ben si... Pour le fun, inutile d'ajouter que si vague de forte chaleur/très forte chaleur il devait y avoir de nouveau, il ne faudrait pas réellement espérer de transition orageuse à la fin
  10. Fil67

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Août 2018

    Ouais, lundi...Vu comme ça se profile, je pense plutôt qu'on se dirige droit vers un été absolument exceptionnel d'un point de vue absence de précipitations. Vive les 10 premiers jours de juin! Allez, on va rebasculer sur le topic prévi nord-est, pour se perdre à nouveau dans la contemplation de l'immense désert de l'horizon météo alsacien, et tenter d'aller déceler la prochaine vague de chaleur maintenant ( on sent que ça titille déjà passé la mi-août) Ca, au moins, c'est du classique, ça ne rate pas! ( quoique, les flops orageux, aussi c'est un grand classique, ça ne rate jamais non plus?...) 2mm pour cette dégradation à Hilsenheim dans le sud Bas-Rhin. Pas beaucoup mieux qu'ailleurs, ni pire.
  11. Oui pendant 6 mois de l'année. Super dégradation orageuse soit dit au passage Ca me fait réellement sourire maintenant , mais jusqu'aux oreilles même, et vivement la prochaine le 21 juillet 2025! On a eu nos 7 mm de flotte, totalement stratiforme, c'est Byzance, le sol est enfin mouillé sur 3/4cm, et ça permet de cacher la poussière un peu plus profondément!! L'Eldorado, on le gardera pour un peu plus tard cependant. Quant au Nirvana, on attendra la réincarnation pour espérer le vivre un jour ( et si possible on évitera la réincarnation dans le corps d'un amateur de météo, parce que ce serait une malédiction là )
  12. Il pleut alleluia! Tant pis pour les orages et tout le reste, de toute façon...
  13. Les dernières sorties le confirment, c'est très clairement la journée de l'été, jusque là en tout cas, où les risques directement liés aux orages sont les plus élevés sur le nord-est (grêle/vent surtout, et précipitations dans une moindre mesure car ça a été bien plus méchant en mai/juin, du fait de l'immobilité des cellules). Peut-être que quelqu'un fera un dernier point dans la journée, mais il n'y a pas eu de gros changements depuis hier j'ai l'impression. Même si l'ensemble du nord-est est soumis à ces risques ( dégradation assez organisée pour une fois), ça ne touchera évidemment pas tout le monde non plus, et à cet égard on aura eu des journées sans doute bien plus orageuses en mai-juin ). Je parle bien des risques associés aux orages, pas des orages directement ( sans compter qu'on garde toujours sous le coude l'éventualité du flop monumental). Vraiment pas sûr que l'on ait droit à une seconde édition similaire avant la fin de la saison orageuse 2018, les diag d'instabilité sont globalement en mode calme presque plat aussi loin qu'on regarde par la suite, et ça nous mène peu à peu déjà fin août . Nouvel été totalement atypique côté instabilité, que nous réservera la version 2019?
  14. Pour la énième fois cet été, micro arrosage totalement inefficace , relevant au mieux du colle poussière . Ça me rappelle les chutes de neige en plaine l hiver par 1 ou 2 degrés systématiquement...Ca ne veut tout simplement pas tomber comme il faut!
  15. Ce sera la dernière de la saison pour moi, si, malgré un potentiel qu'on ne peut clairement pas renier, ça floppe encore totalement ( je me focalise un peu sur Vosges/Alsace quand même, j'imagine bien que ça pètera un bon coup ailleurs sur le nord-est) Pour le coup de la dégradation sur le sud-est, comme tu le dis et comme Matt l'a évoqué plus tôt, c'est vrai que ça peut faire grincer des dents: le sud-est en plein été quoi, oui, en général ça ne remonte pas jusque là. Mais y'a pas d'isolement de cut-off dans cette tournure, et par conséquent pas de zone de no man's land au nord de celui-ci pile sur le nord-est. Je reste confiant, on ne sera pas épargnés par le dynamisme ce coup-ci, c'est pas possible! PS A ce sujet, AROME propose du dépouillement en règle sur les forêts d'Alsace Lorraine au passage du front: les rafales devraient suffire à dégager ce qu'il reste encore de jaune accroché aux branches, en espérant que ça ne fasse pas trop dégager les arbres dans la foulée.