Fil67

Membres
  • Compteur de contenus

    1 194
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

Tout ce qui a été posté par Fil67

  1. GFS 06: "merde, j'ai encore fait une connerie...Je leur air fait croire que le froid et la neige allaient arriver en fin de mois! Vite, faut que je continue à rectifier le tir run après run, comme ça ils y verront peut-être que du feu ! " Et du coup, on continue à rapprocher la dorsale anticyclonique de la France, par l'ouest, tant et si bien que désormais, l'ouest du pays sera déjà sous influence majoritairement anticyclonique, tandis qu'à l'est, si les précipitations n'y sont presque plus à l'ordre du jour, on gardera au moins en guise de l'invasion polaire initiale ( et virtuelle) une masse d'air fraîche ( mais non négative). J'avais dit que je faisais pas de l'analyse run par run, mais là, je peux pas m'en empêcher, y'a comme une tendance lourde qui commence à se dessiner GFS, Galéjades, Fadaises et autres Sornettes et Sournoiseries.
  2. La question, toujours la même je sais bien, c'est de savoir si on peut se les permettre, en tant qu'amateur de froid dépressionnaire, surtout quand on n'habite pas en Europe centrale ou vers les Balkans. Je vous rejoins évidemment toi et Guillaume71, on tient là probablement quelques unes des plus belles cartes hivernales dont on a seulement pu rêver ces dernières années, parfois même sur les reliefs. Ca confirme en tout cas les grandes tendances que tu as données il y a 2 semaines, à savoir un hiver qui pourrait lancer un premier assaut assez tôt en novembre, après un mois d'octobre doux. Je ne te cacherai pas cependant que ces neiges, que l'on peut qualifier de précoces presque maintenant, ravivent forcément le souvenir des derniers hivers, où à un bon coup de blanc assez tôt dans la saison succédait ensuite une période plutôt misérable de plusieurs semaines consécutives.
  3. On valide GFS ou pas ce matin? Sans aller dans une analyse run par run, on note déjà chez le run de minuit une sorte de décalage de ce fameux cut-off atlantique: Net décalage vers l'est, en attendant, éventuellement par la suite, un déplacement vers le sud. Sur le terrain ouest-européen, ça ne changerait pour le moment pas grand chose pour nos reliefs de l'est, tant que le cut-off n'est pas réellement dans son fief açoréen: la descente polaire prend le chemin de l'EUrope centrale et occidentale. Mais ce sont bien sûr les secteurs occidentaux du continent qui seraient rapidement les plus enclins à ne sentir finalement que simplement passer le froid avec cette amorce de dorsale sur le golfe de Gascogne, dont l'axe se positionne quelques 1000km plus vers l'est sur la seconde carte. On imagine bien ce qui se passera si le cut-off venait à s'enkyster un peu plus au sud encore. Cela provoquerait un soulèvement bien plus massif de la dorsale en direction de l'ouest de l'Europe. L'européen de hier midi n'y était pas totalement étranger en tout cas:
  4. Le topic des satisfactions #2

    Y'en a qui ferment les volets quand il fait trop chaud pour grappiller quelques degrés à l'intérieur, y'en a d'autres qui les ferment quand il fait gris dehors, peut-être pour qu'il fasse encore plus sombre dedans. Faut de tout pour faire un monde
  5. La rouge c'est pour Strasbourg et la bleue pour Brest, pour l'altitude donnée à chaque fois.
  6. Juste complètement atypique de chez atypique la config de GFS à l'orée du mois de novembre: Je ne sais pas pourquoi, je n'y crois pas un instant. Pas à la descente polaire sur l'Europe parce que ça on sait ce que c'est, mais plutôt à ce positionnement d'un cutoff au beau milieu de l'Atlantique, trônant là bas tout seul, réellement bloqué sur place, entouré de hautes pressions, et surtout perché si haut en latitude. De tels cutoffs ça se rencontre de préférence bien plus au sud d'habitude, là où le flux d'ouest ne s'aventure pas ou très peu. M'est avis que c'est le genre de petit grain de sable qui va vite être balayé dans les projections à venir, redistribuant du coup les cartes sur l'Europe forcément. Limite on prend le cut-off, on le descend un peu plus au sud et un peu plus à l'est, et là ok, la descente polaire c'est pour les Balkans, tandis que nous, on regarde Là, ok. Edit: le pire étant bien évidemment que GFS a réussi à tirer tout son ensembliste ou presque dans cette direction de manière bien trop brutale je trouve. Verdict dans les cartes du run de midi, pour commencer.
  7. La période à venir va être riche d'enseignements concernant les possibilités de notre climat. Après avoir tapé très haut en terme de masse d'air à 1500m le week-end dernier et établi de nouveaux seuils records dans les plaines, on remet ça effectivement sur le bout du topic prévisions court terme. A priori - à priori -ce sera moins intense, et moins durable. Mais on le connaît, le refrain, la rengaine même. D'ici à ce que les graph prennent encore 0.5 à 1°c chaque jour d'ici là, et que le plateau à 1500m passe de 2 à 5 jours, il n'y a qu'un minuscule soupir. A la différence du coup de sang du week-end dernier cependant, on risque de partir d'un peu trop bas cette fois. On va avoir une advection d'air froid dynamique (n'ayons pas peur des mots), qui va concerner toute la colonne atmosphérique ce week-end. On le voit bien sur cet ensembliste alsacien: On perd 12°c à 5km, on en perd 10 à 1500m. En toute logique, on va aussi en perdre 5/10 en basse couche. Le froid va donc venir se plaquer au sol ce coup-ci, et ceci fait, la hausse en altitude sera tout aussi fulgurante, puisque les 12°c perdus à 5km seront repris dans la foulée tout aussi rapidement ou presque, tandis qu'à 1500m on récupèrera(it) même un peu plus que ce qu'on aurait perdu auparavant. Maintenant il faut voir comment cet air froid va pouvoir se loger en basse couche, si il va pouvoir se renforcer à l'issue de l'advection froide, pour peu que l'on ait par dessus ça une ou deux nuits calmes et dégagées, propices au renforcement de l'inversion de basse couche. Il faut voir si ensuite ce lac d'air froid pourra être déloger, par quels moyens. Du brassage, il n'y en aura à priori plus, on sera en marais barométrique anticyclonique au sol, le tout surmonté d'un bon couvercle de hautes pressions en altitude, en lien avec une dorsale nord africaine. Stéphane a souligné l'origine de la masse d'air dans son post juste au-dessus, et c'est vrai que pour le 26, soit dans 5 jours, on est effectivement sur plus que du gros calibre: Allez, en arrondissant les angles, ce sont pas loin de 50% de la France qui seront au-dessus de 15°c à 1500m. On ne fait pas forcément mieux en plein été, par conditions normales. En terme d'anomalie, on s'épargne la représentation graphique, mais c'est quasiment tout le pays qui est logé à la même enseigne, avec 8 à 10°c au-dessus des normales de saison. L'analyse des trajectoires montre que l'on aurait à moment donné une masse d'air tout simplement saharienne concernant l'est de la France vers 3000m d'altitude: Plus bas et plus haut, ça semble plus raisonnable. A 1500m Et vers 5km: Certains ont eu bien plus de flair que moi sur l'épisode précédent. Judd notamment en annonçant des 26/27°c pour le week-end dernier, chose à laquelle je ne croyais tout simplement pas. Là on est peut-être encore un peu loin pour vouloir déjà chercher des maxi, mais il me semble que la hausse va être lente dans les basses couches, car on devrait conserver un léger flux continental assez longuement, du fait du positionnement des hautes pressions au sol. Comme dit cependant, les saisons passent, et quasiment à chacune d'entre elles maintenant on se retrouve devant une situation inédite qu'on n'aurait souvent pas cru possible du tout. Pour terminer, on va tempérer quand même: le modèle européen apporte actuellement quelques nuances de calage sur la synoptique générale.
  8. Suivi du temps dans le Nord-est

    On n'a pas eu de Tx>20°c officielles du tout hier en Alsace? J'étais sur la route des vins hier après-midi, c'était souvent du 19/19.5°C ( thermo voiture), mais y'a quand même eu quelques dépassements notables des 20°C par endroits ( Ingersheim notamment avec 21.5°C). Ca reste du thermo voiture c'est sûr, mais il y a peut-être des localités qui auront parfois encore tenu un jour de plus le cap extraordinaire des 20+. ( qui est déjà au-dessus de la normale des tmax d'une première décade, c'est dire). D'ailleurs, on est en passe de préparer un sacré grabuge au niveau de la moyenne des maxi de ce mois-ci. Pour le moment, on est à 5/6°C au-dessus des normales. On peut logiquement attendre de la dernière décade qu'elle fasse baisser le compteur, au moins en plaine. Pour le relief cependant, je crois qu'on va établir une nouvelle référence en matière d'explosion thermique ( pour les...disons 5/6 prochaines années). Octobre 2014 et surtout 2006 sont en danger. Si je ne m'abuse, octobre 2006 c'est vraiment le monstre à abattre ( ?). Au vu des ensemblistes, il risque bel et bien de l'être d'ici une dizaine de jours. pour les montagnes. En plaine, la problématique des phénomènes de basse couche va-t'elle donner cette fois plus de fil à retordre à nos chers Tmax?
  9. Qu'est- ce qui a le plus de poids, dans un contexte où objectivement c'est le plus souvent la synoptique douce et anticyclonique qui l'emporte en cas de doute: - un déterministe, même isolé, qui reste sur une lancée calme, très douce et anticyclonique qui fait l'unanimité depuis plusieurs jours, intra et inter modèles? - un ensembliste qui d'un coup d'un seul revire de manière assez inattendue ( jusqu'à voir des scénarios à -5...) ? EC promet encore de belles suées en tout cas. Un consensus verra peut-être le jour à la rigueur: pas si doux que le veulent l'européen ou le déterministe américain, mais certainement pas aussi frais que le montre l'ensembliste sur le graph. Un truc semble faire l'unanimité de A à Z en tout cas: la poursuite de la dominante anticyclonique. Non. Permettez moi de me corriger. De la domination anticyclonique.
  10. Alerte, alerte!!! N'allez pas voir les panels matinaux ( des modèles dits sérieux). Risques sévères de se prendre une grosse claque, voire pire pour les âmes particulièrement sensibles: Parce qu'une fois le mal fait, après y'a pu qu'à: Remarquez, le coup de balai, on pourrait tout aussi bien le passer sur l'ouest de l'Europe. Ca ferait pas mal de dépoussiérer un peu dans les recoins, depuis le temps que la crasse s'y accumule Bon et pour faire le rapprochement avec le topic prévision nord-est, on peut dire qu'il risque fort de faire le même temps de Londres à Marseille et de Biarritz à Berlin la semaine prochaine (à quelques nuances thermiques près) . Bon allez, pour le plaisir, si on s'y met toutes et tous, on va peut-être y arriver:
  11. Vient un moment où il devient quand même impossible à la masse d'air en altitude de s'imposer au sol. J'ai été très surpris de voir les maxi du week-end par endroits. Ca faisait par moment du T850+12/13°C au sol. Le tout sans vent et en condition anticyclonique, après des nuits fraîches. Pour le coup à venir, dernière décade, faut pas exagérer Même si il n'y aura pas forcément de stratus en plaine, le soleil à lui tout seul n'a plus le punch pour réchauffer à outrance les basses couches. Du coup, qu'on ait une vingtaine de degrés, ok, mais clairement au-delà, si on tombe encore des records journaliers dans ce type de config, faudra se poser des questions!
  12. Le topic des lamentations #5

    Si j'étais moi j'y resterais carrément toute l'année, maintenant que les hivers sous 1000m n'ont d'hiver plus que le nom... Au moins en montagne on a encore le sentiment de plus vivre la météo, plus proche du ciel quoi. Que j'appréhende l'hiver à venir, que j'appréhende....Stratus, inversion, pas de stratus, inversion, stratus, pas d'inversion, pas de stratus, pas d'inversion, et cetera...Si une tempête ou une perturbation réellement neigeuse se perdent dans tout ça, on aura de la chance.
  13. Pour la forme, mais juste pour la forme, on va redescendre de notre nuage de douceur/chaleur pendant 2/3 jours en fin de topic, mais ça ne sera que provisoire: une nouvelle hausse notable des températures en altitude est d'ores et déjà au programme pour la suite ( en exclu pour le relief cette fois?). ON aurait pu rester à 10°C à 1500m, tant qu'à faire maintenant Ca aurait peut-être permis de voir combien de temps les plaines peuvent aller taquiner les 25°C aussi tard dans la saison par situation anticyclonique calme. Se donner tant de mal pour rejoindre les normales et passer en dessous, tout ça pour 2 jours d'un résultat plutôt laborieux au final. Y'en a qui n'y vont pas à l'économie là haut, je te jure... Pour la forme aussi, on garnit encore le creux thermique à venir de quelques signaux de précipitations. Histoire de nous faire patienter jusqu'au mois de novembre? Punaise, le pire c'est que d'un mois de septembre frais et plutôt normalement arrosé, on va passer à un mois d'octobre outrageusement doux et de nouveau vraiment trop trop sec dans beaucoup d'endroits. Franchement, personnellement, je ne l'avais pas du tout vu venir celle-là. Mais alors pas du tout. Naïveté, inconscience, optimisme déplacé? Ou les trois probablement. Comme l'a dit Thib dans le topic observations au sujet de la pertinence des normales 1981/2010, et je me posais la question hier à peine: mais jusqu'à quand on va continuer à pouvoir, je dis bien POUVOIR, afficher des excédents aussi monumentaux les uns derrière les autres? C'est juste complètement dingue de se dire qu'il est tout à fait possible qu'octobre 2018 soit encore plus chaud qu'octobre 2017, ou que novembre qui arrive puisse coiffer au poteau novembre 2015. Pour ne prendre que ces deux moi-ci.
  14. Ouais et si celle du 24 octobre que tu montres ci-dessus échoue, on remet ça 3/4 jours plus tard de nouveau, par réalimentation de la faiblesse dépressionnaire vers les Açores. Les 1°c d'anomalie négative de septembre vont être largement pulvérisés - dans le positif. Mais qui en doutait encore? Un peu de pluie, on attend aussi en plaine d'Alsace, parce qu'à part les pipis de chat incessants de la première décade, la dernière perturbation avec pluies significatives remonte à 15 jours, précédés eux de 10/15 jours déjà secs . Bref 1 ou 2 bonnes perturbations en un mois, tout va bien, c'est un bon rythme de croisière, et c'est l'automne Et plus que jamais, à l'ouest (à part Ophelia) bel et bien rien de nouveau, on a eu notre intermède exceptionnellement frais et humide de quelques semaines en septembre, c'est sans doute reparti pour une tournée de marasme.
  15. Suivi du temps dans le Nord-est

    Aura-t'on la chance sur le nord-est de pouvoir deviner les nuages d'altitude liés au front froid de l'ex ouragan Ophelia très loin vers l'ouest ce soir au coucher du soleil? Ca paraît un peu loin quand même.
  16. Suivi du temps dans le Nord-est

    Un vrai mille feuille thermique le trajet sur la route des Vins tôt ce matin entre Sélestat et Kaysersberg. La moindre bosse et hop on prenait des degrés, le moindre renfoncement et ça redescendait. Pour preuve 7°c à peine à l'entrée côté plaine de Rorschwihr, et déjà 10°c à la sortie côté vignoble vers Bergheim même pas 1minute plus tard. Entre les deux à tout casser 500m de distance et peut-être 50m de dénivelé! Ribeauvillé dans la foulée avec carrément déjà 12°C. Ensuite ça tournait autour de 12 jusqu'à Kaysersberg. Dans le val d'Orbey plus haut mise en place d'une couche assez nette d'isothermie avec 10°C jusque vers 700m d'altitude. Inversion ultime au-dessus de Pairis, vers 700m, et de là jusque sur la route des Crêtes température en hausse. Un stratosphérique 17°C en milieu de matinée à 1200m vers le Hohneck! Ce qui en fait une valeur matinale plus élévée que 50% des maximas quotidiens relevés sur juillet-août derniers à cette altitude ( 2mois qui ici comme ailleurs ont été des mois pourtant excédentaires en terme de moyenne des maximas)! C'est dire à quel point cette pulsion chaude est remarquable. 20°c en ce milieu de journée là haut, et du coup, reste plus que 25% des maximas de juillet août dernier qui auront été au-dessus de ce seuil. De la folie!
  17. Suivi du temps dans le Nord-est

    Pas loin des 25°c malgré tout sur Entzheim cet après-midi! 3°c de plus que hier, après une matinée cependant tout aussi fraîche. Pas plus de brassage que hier. Et pourtant 3°c de plus. Il n'y a que le nord du Bas-Rhin qui soit resté en retrait sur les maxi cet après-midi ( brouillard en cause le matin) Un problème sur Meyenheim par contre? 27.1°c de maxi ( mais une sonde bloquée à cette valeur, donc sans doute un problème) PS devancé par Judd, peut-être pas un problème. Bah merde alors.
  18. Suivi du temps dans le Nord-est

    Ca traîne en plaine au niveau de la montée des températures (même hors brouillard): 2/3°C de moins que hier à la même heure. Pas sûr que les 5°C de plus à 1500m aient de grandes répercussions sur le niveau des maximas au sol avec la couche d'isothermie qui résiste un peu plus longtemps que hier.
  19. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    On parle d'ouragan, retranscrit en tant que tel sur les cartes, par un symbole bien précis ( spirale noire pleine). La tempête de 1987 a peut-être généré des vents plus violents que ce qu'Ophelia pourra causer sur l'Irlande d'ici peu, ça n'en restait pas moins, synoptiquement parlant, qu'une "tempête" lors de son passage à l'époque ( peu importe ses origines). Ophelia, c'est un ouragan, un vrai, même de catégorie 1, à 1500km de la France! C'est je pense alors le fait nouveau, suite au post d'Higurashi ci-dessus au sujet de Debbie. Pour le citoyen lambda, dans les faits concrets, aucune différence je pense ( si ce ne sont les médias qui martèlent le mot ouragan à tout va pour faire du sensationnalisme). Une tempête hivernale peut entraîner des vents autrement plus violents ( Lothar/Martin). D'un point de vue purement météorologique cependant, un ouragan et une dépression classique (qu'elle soit hybride ou non), c'est pas la même chose. Et en tant que passionné de météo, voir ça aux portes du pays, au-delà des conséquences possibles pour les secteurs qui seront touchés vers les Iles britanniques ( mais ils ont vu déjà bien pire et bien plus souvent que nous), juste waouh quoi!
  20. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    Joaquin déjà rétrogradé en simple dépression bien au large: ( dernier stade avant une représentation en dépression "classique") Rafael en 2012 déjà converti en dépression dans les parages de Terre Neuve: Grace très proche des littoraux européens, mais en "simple" tempête tropicale: ( dernier stade avant dissipation) Gordon, situation similaire avec OPhelia, mais un peu plus au sud ( dernier stade avant dissipation) : Et Vince, plus au sud qu'Ophelia avant conversion en tempête tropicale: A priori, sauf Debbie en 1961, Ophelia semble être l'ouragan (retranscrit en tant que tel sur les cartes) qui s'est aventuré le plus au nord et le plus près des côtes européennes depuis belle lurette.
  21. Suivi de l'ouragan OPHELIA (2017)

    A archiver dans les cartes de situation au niveau du plancher des vaches
  22. Fort probable. Les basses altitudes (du relief) sont de toute façon prédisposées à de grosses valeurs dans ce type de config. On pourra probablement rajouter 11/12°c aux valeurs à 1500m pour avoir une idée des maximas des stations se situant vers 300/400m ( dès lors que ces stations sont bel et bien au-dessus de la couche d'inversion/isothermie). Pour dimanche et lundi, ça laisse des portes ouvertes pour des pointes à 26, peut-être 27°c sur certaines de ces stations de basses altitudes.
  23. Lundi en ligne de mire pour le nord-est niveau températures. Ca va dépoter! 15/(16)°c à 1500m, vent de sud-ouest sensible en altitude, soleil, brassage probable jusque dans les basses couches ( sur une grande partie du nord-est). Là d'office les maxi seront sans doute à 25°C pour le commun des mortels. ON peut imaginer des pointes au-delà dans les secteurs prédestinés ? ( que je ne connais pas forcément hors Alsace). Pour l'Alsace justement, ça semble toujours encore manquer un tout petit peu de brassage ( fossé rhénan), ou en tout cas le pivotement des vents au sud-ouest en basse couche n'est pas encore flagrant. Mais ça pourra aller vite, il ne manque plus grand chose. Le relief à basse altitude lui aussi plus que jamais sur le devant de la scène, déjà après le week-end de folie qui s'y prépare. Les records journaliers vont tomber à la pelle,
  24. Notre bon vieil anticyclone des Açores n'a plus la forme qu'il avait. Ancien run: Après le passage d'Ophelia, le flux devait se "zonaliser" sur l'Atlantique, sur le rebord nord de l'anticyclone des Açores ( un peu en position méridionale à cette époque, comme cela est normal)... Nouvelles modélisations: La désormais fameuse faiblesse de pression sur les Açores reprend ses droits, dans un contexte de flux ne parvenant plus à se "zonaliser" totalement comme c'était le cas sur les projections antérieures. Difficile de démêler les causes des conséquences, mais ce mal de chien à avoir un flux d'ouest qui tienne la route ces dernières années ( à de rares exceptions) peut expliquer en partie ces tendances méridiennes répétitives. Par contre, comme souvent avec une faiblesse des pressions sur les Açores, c'est de la dorsale nord-africaine qui occupe le terrain à l'avant. Et dans ce contexte, qui dit circulation méridienne dit forcément prolongation des synoptiques en place à l'instant T: patate à gogo pour nous, conditions dépressionnaires tenaces vers les Açores.
  25. Certes certes. Après, on peut toujours se rassurer en se disant " plutôt maintenant que cet hiver"? Pour ce qui est du côté action, pas forcément seulement température parce qu'avec cette config on se caillerait assurément les miches dans les plaines (et en plus des gants, écharpes, bonnets et grosses vestes, il nous faudrait sans doute aussi des filtres à particules fines devant les narines...) Le problème du "plutôt maintenant que plus tard" c'est qu'on a finalement de plus en plus souvent l'impression de "devoir" - parfois très chèrement - quelque chose avant d'éventuellement obtenir "gracieusement" autre chose par la suite. Suis-je le seul à ressentir de plus en plus de saisons passer de la sorte, ou y'a-t'il d'autres allumés qui entretiennent une relation tout aussi spéciale avec la météo et le climat en général? C'est un raisonnement un peu réducteur et certainement bien trop matérialiste pour cette science sérieuse qu'est la météorologie, mais voilà, si maintenant il avait continué à faire frais et humide comme en septembre, la crainte serait ( et ça l'a déjà été récemment en ce qui me concerne) que ça ne tienne pas le coup jusqu'à l'hiver, qui semblait encore comparativement très loin. Cette crainte là est vaincue désormais je crois La nouvelle cependant, c'est que froide ou douce, cette pourriture molle ne fasse que commencer à nous enquiquiner.