Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

gugo

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    2619
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    40

About gugo

  • Rank
    Cumulus congestus
  • Birthday 10/06/2000

Personal Information

  • Location
    Ecommoy (80-140M d'altitude), Sarthe

Recent Profile Visitors

14995 profile views
  1. Les cartes précipitation au delà de 110 h c'est inutile. Ce sont des mirages Car les aspects généraux tel les t850/z500 ne sont pas maîtrisés alors comment veux tu que les aspects fins pp/t2m/vent etc le soient? Peut être il y aura bien des précipitations, peut être pas ça reste très délicat au vu de l'échéance tout dépend de nombreux facteurs très mal maitrisé à ses échéances. On peut donner des idées sur quart de pays mais pas dans une précision brute de carte de pays en détail comme le font les modèles.
  2. Bonjour à tous, J'ouvre ce topic en vous proposant une vue en premier sur les ensembles pour vous montrer que cette semaine pourrait bien être la semaine de la transition vers un temps plus automnal perturbé quand on regarde GEFS, ensCEP: On voit que les graphiques s'agitent : Ou encore que les HPs disparaissent: Alors mirage (récurrent en cette saison) ou réalité? Tout sera l'enjeu de ce topic. Les choses pourraient bien quand même se mouvementer notamment ou nord du pays et sur la façade atlantique. La restructuration rapide du VP autour de l'anticyclone arctique favoriserait la mise en place d'un système dépressionnaire nord atlantique assez ancré : La situation favoriserait un dégradé NO-SE en terme d’humidité et de température, la proximité plus ou moins grande du système favorisera ou non la présence supplémentaire de précipitations. Le hic c'est l’évolution de système, dans le cas de GFS-CEP et une partie de l'ensemble on aurait un glissement du système à proximité de la Scandinavie avec une zone barocline qui se resserre amenant un dégradé nord-sud la France sous flux d'ouest. Pendant ce temps un anticyclone sur l'ouest atlantique se développe grâce aux anomalies tropicales. Dans cette situation il est fort possible que la suite de la semaine se perturbe sérieusement avec des dorsales bien ancrée sur l'atlantique laissant place aux basses pressions en Europe: Mais une menace se dégage sur les ensembles et sur GEM à cette situation, c'est que le système dépressionnaire nord atlantique irait glisser plutôt vers le gros bloc nord-canadien. Dans son déplacement il "perdrait" en route quelques basses pressions qui iraient s'isoler sur l’Atlantique au niveau des açores et dans ce genre de cas on connait déjà la musique. Dans tous les cas on irait plus vers une dynamique de type AR ou NAO-, dans le premier dorsale atlantique-basse pression sur l'Europe, dans le second, basses pressions aux açores et Europe de l'est, anticyclone entre les deux en dorsale. Ce qui correspondrait avec le MJO qui part en phase 8 et qui d'ici une semaine favoriserait ce type de régime cité... Mais l'enjeu dans tout ça est de savoir si le basculement dépressionnaire se fait vers le Canada ou vers la Scandinavie? Un élément de réponse c'est que ceci pourrait dépendre de la dorsale au niveau de la Scandinavie à 180h, dans le cas de GEM elle est bien plus développée et c'est ce qui permet d'envoyer le système nord atlantique vers le Canada: J'avoue n'avoir aucun avis sur quel camp a raison, il est même possible que des déviations des scénarios arrivent avec des modifications de dynamiques tant la prévision est complexe avec les activités tropicales et la reconstruction du VP. Mais à mon avis cette semaine va être important dans la tournure des 2 autres suivantes, car ce qui pourrait aboutir (entre les deux scénarios évoqués au dessus) pourrait un peu se figer avec une persistance des hautes pressions sur les zones où elles seront établies sur ce topic. Alors réponse d'ici quelques jours Gugo
  3. Bonsoir, Une soirée quizz va de nouveau avoir lieu, qui succédera à @Alpha_Mas 👑 ? Nouveau vainqueur ou personne qui va empiler pour une seconde/troisième victoire? @Elliot17 va-t-il aller chercher une quatrième victoire? Réponse le soir que vous allez choisir, veiller à sélectionner que les soirs où vous donnez une garantie de présence merci bien http://www.strawpoll.me/18630363/r Vous avez jusqu'à dimanche pour voter Bonne soirée L'équipe de modération!
  4. Bonsoir, Il va quand même falloir suivre la goutte froide qui se développe run après run sur la méditerranée sur le topic précédent. On observe que début de topic il serait possible dans le cas CEP que cette GF s'échappe vers l'Atlantique ce qui mènerait à éjecter l'anticyclone Français présent la semaine précédente, mais les basses pressions nord atlantique sur CEP ne seraient pas attiré par cette remontée. A voir si ça le devient ou non d'ici quelques runs GFS maintient lui quelque chose de bien plus stable :
  5. Bonjour, Preuve que les modèles saisonniers ne nous aident guère à l'heure actuelle c'est qu'en 24h (4 runs) CFS est passé d'une situation zonal en février à une situation bien plus de blocage nord atlantique....
  6. Tendances saisonnières hiver 2019-2020 : Un hiver ouvert Je ne vais pas faire le discours d’introduction très long que j’ai déjà émis ces dernières années pour rappeler à quel point les prévisions saisonnières sont à prendre avec du recul et qu’il faut savoir garder une distance vis-à-vis des tendances. Je pense que l’hiver dernier a d’ailleurs été le symbole de la délicatesse d’une prévision saisonnière de nos jours quand on ajoute en plus à ça l’influence plus ou moins marqué du dérèglement climatique (DC). Cependant comme je l’ai dit en début de mois se réfugier derrière cet élément d’explication d’échec de prévision est beaucoup trop facile. Certes l’an dernier celui-ci nous trompe notamment sur l’indice ENSO, car le DC a réchauffé les eaux et nous a fait croire que nous avions un petit Nino alors qu’en réalité nous avions plutôt des dynamiques atmosphériques Nina, mais l’erreur est aussi humaine pour bon nombre d’entre nous car tout le monde regardait uniquement les SST et pas la situation atmosphérique. Les autres facteurs qui ont fait tromper les tendances saisonnières l’an dernier sont tous humains, il y a eu de mauvaises lectures de situation... Plus d’informations ici pour mieux comprendre l’échec de la prévision saisonnière l’an dernier : ( https://forums.infoclimat.fr/f/topic/53312-tendance-hiver-2018-19/?do=findComment&comment=3104298 ) Donc oui il faudra une fois de plus se méfier de l’influence du DC mais surtout aussi apprendre de nos erreurs. Maintenant passons aux choses sérieuses. Certaines choses sont calées, d’autres bien moins et c’est ce qui rend les tendances de cet hiver particulièrement compliqué, sans compter un bon petit nombre d’indice qui semble bel et bien aller vers une neutralité totale. Ceux qui ne veulent pas tout le détail il y a la phase de conclusion, mais pour essayer de comprendre ce qui serait émis en conclusion je vous invite à suivre l’explication en détail indice par indice. Comme chaque année notamment sur l’indice solaire je me répète un peu pour expliquer le fonctionnement mais je trouve ça important de le rappeler à chaque fois pour tout nouveau lecteur (trice). I/ L’indice solaire, toujours là et toujours influent Pour rappel, il influe chaque année pour des tendances saisonnières et joue un rôle dans le climat mondial. Pas au point de favoriser de grosses variations en même pas un siècle comme le dit les climato-sceptiques mais suffisamment pour favoriser une dynamique précise de temps en hiver et sur l’année. L’indice solaire se décompose en deux phases, une première qui est la réception des flux de particule dans l’atmosphère des éruptions solaires et une seconde qui est l’année dans laquelle nous sommes depuis le pic solaire, car selon l’année, nous avons des tendances de temps à l’échelle mondiale qui se dégagent. 1) La réception des flux de particules Le soleil connait des pics d’éruption solaire (ou pics de taches) dans le temps, ces pics lâchent des flux de particules à grand échelle dans l’atmosphère. Une partie de ces flux sont envoyés en direction de la Terre par le biais des vents solaire, bien heureusement la Terre ne reçoit pas la totalité de ces particules envoyés, une bonne partie sont repoussés par la magnétosphère terrestre et un nombre limité rentre dans l’atmosphère. Mais il en rentre un peu… : L’entrée de particules dans l’atmosphère est variable en fonction du pic solaire, en effet, si nous sommes en période de pic il rentre logiquement plus de particules, inversement si nous sommes en période calme en terme d’éruption il rentre moins de particules dans l’atmosphère. Cette entrée de particules est décalée par rapport au moment de l’émission, il faut bien que les particules parcourent le chemin soleil-Terre et réussissent à franchir les « boucliers » terrestre. Ce décalage a été démontré par diverses études et il est assez flagrant, il y a environ 4-5 ans d’écart entre la période d’émission (en noir) et la période de réception (en rouge) : Si on reproduit cette dynamique grossièrement (ajout personnel en rouge), on observe que nous sommes dans la phase descendante assez marqué de 2015-2016. On est un peu dans le creux encore pour cet hiver entre le taux haut et le taux faible. Le rapport aux tendances est très simple, plus on reçoit de particules dans l’atmosphère plus la tendance NAO+ se dégage (temps humide et assez doux en général) à l’opposé plus l’on va vers une réception faible plus on va vers un NAO-/BL (temps plus sec et froid, possiblement neigeux par moment). Actuellement nous allons droit vers la situation NAO- mais cet hiver sera un peu encore sur le ton de la neutralité et on peut donc dire que l’indice ne favorise guère grand choses hormis une neutralité et donc plutôt un genre de régime AR (Dorsale atlantique, plus ou moins marqué donnant un temps variable). 2) Année suivant le pic solaire Des études ont prouvé qu’après l’année du pic solaire des types de récurrence de temps peuvent apparaître. L’année lag0-year est l’année où le pic solaire a lieu, les 11 années qui suivent sont les années en attendant le nouveau pic solaire. Le dernier hiver 2018-2019, année lag-year6. Ci-dessous anomalie z500 de l’hiver 2018-2019: Quand on compare à l’étude on observe du côté de la Sibérie et du détroit de Béring il y a de bonnes similarités, par contre une nette erreur sur le Canada et sur l’Europe de l’ouest (le blocage est plus bas que sur la prévision). C’est donc assez mitigé, on peut dire que ça a été en partie validé : Mais quand on regarde les 9 derniers hivers (de 2008 à 2018, voir topic hiver 2016-17 et 17-18) et leurs anomalies de géopotentiel, on constate de réelles similarités. Sur 10 ans on a 6 hivers sur 10 qui sont semblable aux prédictions de 60 à 100%, 3/10 de 40 à 60% et 1/10 étaient peu ressemblant aux prédictions. Ça montre le niveau global de fiabilité même si ces 3 dernières années on est sur une zone moyennement semblable (de 40 à 60%). Il faut prendre en compte que cet aspect marche sur toute l’année et pas que sûr l’hiver, zoomer sur une période de 3 mois influe les choses et laisse à désirer quelques écarts, mais quand on fait une moyenne de l’année on observe en général on a encore des similarité plus flagrante je vous laisse aller comparer l’année 5 et 2018 c’est assez dingue la grande ressemblance sur pas mal de secteurs dans l’hémisphère nord. Cet hiver nous allons passer en année lag 7-year : On observe que cette année à l’image des 6 prochaines années l’arctique devrait passer dans des anomalies z500 positives favorisant donc des possibles situations hivernales en latitude moyenne. On observe d’ailleurs que la situation se répète du côté atlantique avec un blocage nord atlantique solide et cette année une présence plus marqué de basses pressions en Europe de l’ouest. Attention tout de même à que ces basses pressions n’aillent pas trop vers les Açores provoquant des remontées anticycloniques sur l’Europe plus qu’autre chose… On part sur un indice qui devrait favoriser les blocages en haute latitude pour cet hiver, mais à condition que d’autres facteurs n’empêchent pas la prise en haute latitude comme on a pu le voir l’hiver dernier. On se retrouve donc avec un indice encore assez neutre favorisant des dorsales atlantiques plus ou moins fortes avec un temps de saison et un autre qui favoriserait de nouveau des blocages nord atlantique (plus marqué que l’an dernier). II/Le QBO une énigme qui est complète Après avoir passé un hiver de passage du QBO- (favorisant des mouvements en stratosphère qui peuvent se répercuter en troposphère et favoriser des dynamiques NAO-) au QBO+ (favorisant un vortex polaire stratosphérique (VPS) intense et donc une dynamique NAO+) qui est la situation la plus favorable à des mouvements stratosphériques qui en plus se concrétisent en général en troposphère (voir étude faite là-dessus page 1 topic hiver l’an dernier). A première vue cette année on pourrait bien avoir la situation inverse avec un passage du QBO+ au QBO- : 2017 14.92 14.78 14.35 13.88 8.01 -3.18 -10.48 -14.42 -15.28 -16.79 -17.20 -18.12 2018 -19.02 -19.37 -19.77 -21.41 -24.23 -28.45 -29.10 -20.41 -9.91 -2.79 3.36 8.05 2019 9.02 9.25 11.82 13.36 14.59 14.36 10.96 9.97 Mais j’ai quelques doutes car quand on observe les chiffres d’août, il reste possible que l’hiver se passe dans le neutre et reste au-dessus de -5 tout l’hiver mais en dessous de 5, dans ce cas-là ça change radicalement les choses avec de sérieuses interrogations et un indice de plus dans le neutre avec aucune garantie d’un VPS intense ou bien mouvementé. Si l’on se base sur les études sur le sujet un cycle dure 28 mois en moyenne, s’il l’on ruse et que l’on prend la durée de la phase négative (17 mois, ce qui est très grand (il est possible que ce soit influencé par la sortie de route il y a 2-3 ans (un cycle complet positif))) on peut donc miser probablement sur 15 à 17 mois positifs, ceci nous mènerait donc à 0 vers janvier et sûrement février en léger négatif, tout en sachant qu’il faut attendre à minima les -5 pour une réelle influence QBO-. Donc à mon avis on peut toujours rêver pour voir un hiver qui passerait de la phase positive à la négative et encore moins un hiver tout en négatif. Peut-être février sera négatif mais ça sera probablement pas au-delà de -5 et les influences pour moi seraient à la marge. Quand on regarde l’historique des 10 derniers hivers sur le sujet on voit que c’est cependant assez variable, tous les hivers neutres (entre +5 et -5) venant de la phase positive ci-dessous (anomalie 10hPa de janvier-février) : On obtient 4 hivers sur 10 avec aucun SSW ou SSW mineur (hormis des déplacements de vortex polaire troposphérique (VPT) les SSW mineur ne favorisent pas grand-chose en troposphère, voir même ils accélèrent le VPT et donc favorisent du NAO+), favorisant donc plutôt une situation NAO+ en troposphère. 3 fois de SSW majeur qui pour le coup peuvent favoriser des choses hivernales en troposphère et 3 fois des phases terminales qui favorisent de grands mouvements en troposphère même si ce n’est pas à tous les coups (ce n’est pas automatique on l’a vu l’an dernier) et faut-il encore en déduire où iront les mouvements de haute de pression (ils peuvent être sur l’atlantique (froid humide) comme sur l’Europe de l’ouest (douceur sec)). Donc ça correspond à une logique de neutralité on est quasiment que sur du 30-40% de chances d’avoir tel ou tel scénario. Donc si cette neutralité se confirme alors il faudra juste patienter et voir si l’on aura ou pas des mouvements en stratosphère… III/ ENSO-PDO guère mieux En effet, les dernières mises à jour tendent vers une réelle neutralité. Actuellement côté ENSO on est clairement vers ceci avec une situation a -0.3°C en zone 3.4 : Les tendances des modèles laissent quand même encore quelques doutes sur un très léger Nino : Ici BOM avec une moyenne qui tourne autour des +0.5°C, quelques scénarios vraiment Nino allant au +0.8 et d’autres en plein dans le 0°C. Le hic c’est qu’en septembre actuellement nous sommes à -0.3°C et non à +0.2°C…: ECMWF lui est totalement dans la neutralité totale, à voir la prochaine mise à jour sachant que les anomalies sont plus froides que prévu : Quand on prend le panel de modèle on voit bien deux zones actuellement, une zone à +0.5°C et une à 0°C. Soit à la limite d’un Nino dans le cas du 0.5°C… : En terme de dynamique atmosphérique (avec le SOI) on a bien eu des ralentissements des alizés favorable à la mise en place d’un Nino cet été, mais ça peine à être solide avec des remontées vers des zones plus neutres comme en mai ou comme on semble le voit en cette fin aout. Donc rien de très saisissant pour un Nino. Un modèle qui est un peu plus marqué dans une dynamique Nino en dépassant vraiment avec sa moyenne les +0.5°C c’est le modèle CFS : Donc on peut dire que l’on en saura plus en septembre et octobre encore une fois. Contrairement au QBO (ou on part clairement vers du neutre) ici une incertitude est plus présente sur un léger Nino, sachant que les dynamiques atmosphériques suivent un peu. Personnellement je n’arrive pas trop à y croire et je miserai plutôt sur quelque chose de neutre, quand on voit les derniers chiffres de septembre. Mais CFS qui au fur et à mesure des années je trouve le meilleur en prédiction dans le domaine laisse planer un doute. Le PDO ce n’est pas mieux, après un hiver dernier négatif on semble bien être dans une phase de neutralité, à moins d’une plongée dans un sens ou dans l’autre à l’automne, actuellement on se dirige clairement vers quelque chose de neutre : On voit donc que la neutralité est totale potentiellement sur l’ENSO et le PDO, après des retournements de situations restent possibles à l’automne. Mais à l’heure actuelle il n’y a rien à attendre de tout ceci. IV/ La TNA neutre aussi ? A l’heure actuelle elle est positive de manière assez marqué, on le sait en automne une TNA+ va favoriser des épisodes méditerranéens et possiblement déjà des tendances NAO-. En hiver les épisodes méditerranéens sont moins d’actualité, mais on a bien des creusements dépressionnaires en méditerranée avec des corrélations de NAO-. La TNA a un rôle important, car sa positivité ou non peut amener à favoriser ou non les creusements en méditerranée, hors pour avoir des situations hivernales en hiver, il est essentiel d’avoir ces creusements en général. Donc pour les personnes aimant le froid avoir une TNA+ favoriserait évidemment des conditions de creusement dépressionnaire en méditerranée. Mais pour ça faudrait-il que la situation actuelle perdure, en effet, on voit que les tendances n'atteignent pas les +0.5°C on est très proche du neutre. Il faudra surveiller si à l’image de l’hiver dernier ces tendances de légère TNA+ auront lieu ou non, car l’hiver dernier cette légère TNA+ était en vue à l’automne et en définitif TNA neutre tout l'hiver hors décembre… En ce moment les chiffres de ce début septembre sont largement au dessus des prévisions, donc à quoi faut-il se fier? Après une phase négative je miserai bien sur une phase positive dans les mois à venir, surtout quand on voit la tournure début septembre, mais ce n'est pas fait, à voir la prochaine mise à jour de prévision. V/Modèles saisonniers On pourrait espérer quand même quelques informations supplémentaires avec toute cette neutralité par le biais des modèles saisonniers. On en a : CFS (moyenne des 12 derniers runs, c’est donc très variable à voir dans la continuité des prochaines semaines) lui semble aller vers un mois de décembre assez zonal, avec quelques pointes douces dû à des creusements dépressionnaire vers les Açores : Janvier n’est guère plus réjouissant avec un VPT assez consistant et une belle anomalie positive vers l’Europe de l’ouest probablement un AF persistant… : Et pour clore le tout un mois très zonal en février. Dans une logique NAO+. ECMWF lui sur la moyenne de décembre-janvier-février nous lâche une belle anomalie anticyclonique en Europe de l’ouest, un bel AF qui aurait dû mal à décoller un VPT qui se porterait plutôt bien on dirait…. ECMWF et CFS donc assez proche avec une dominance anticyclonique sur l’hiver (pointe de zonal en février pour CFS plus dans le détail, mais en moyenne de 3 mois ça serait semblable à CEP). Bon après on a toujours CANsip :D .De bons blocages du côté de Bering et du Groenland laissant des potentiels intéressant en Europe en décembre : Janvier la situation s’intensifie : Février peu à peu la dynamique s’écrase avec un retour de condition plus anticyclonique et un VPT quand même assez détruit…. Bon le hic c’est qu’il voyait un peu la même chose l’an dernier on a vu ce que ça donnait. Mais je ne serai guère étonné qu’un des 3 mois soit dans l’une de ces logiques…. Conclusion Faire des conclusions dans ce mélimélo est assez compliqué et il est beaucoup trop tôt actuellement pour faire quelque chose de précis par décade ou par quinzaine sur l’ensemble de l’hiver mais on peut dégager quelques éléments par le biais des indices, statistiques etc. Il ne faudra pas oublier au cours de l’automne de surveiller l’évolution du PDO-ENSO voir QBO même si ce dernier pour moi c’est acté se sera neutre. Et bien sûr suivre l’évolution du VPT dans sa construction mais également l’enneigement en Sibérie, puis quand on arrivera dans les échéances évidemment le MJO, PDA etc… De manière globale on part quand même sur un hiver très probablement un peu mou en AR (dorsale atlantique)/NAO+, en effet l’indice solaire favoriserait des blocages en haute latitude mais il n’a pas la corrélation de d’autres indices qui donnerait un petit boost à ceci. Il est fort possible que la tournure de la stratosphère influe fortement la seconde partie d’hiver et février en particulier. Mais quelle tournure quand on voit que les 3 types de scénarios sont possibles autant les uns que les autres… ? Chaque année je dis de prendre avec des pincettes mais là c’est encore plus réel car il est possible qu’il y ait de fortes variations et pour l’instant il est difficile d’être très précis : Décembre : Après un automne assez perturbé, on pourrait retrouver un mois de décembre en deux phases avec une phase anticyclonique avec un AF assez fortement planté (sec, frais le matin et doux l’après-midi sauf si pas d’inversion, attention aux brouillards) puis une situation qui se décante avec un régime de légère ondulation sur l’atlantique et donc un temps plus perturbé avec des températures de saison. Janvier : serait à l’heure actuelle pour moi le mois le plus favorable à des ouvertures hivernales, des ralentissements de l’activité dépressionnaire auraient possiblement lieu. Je le vois légèrement sous les normes avec possiblement deux décades avec des situations hivernales avec des blocages nord atlantiques. L’autre sera sous le temps d’un temps mou anticyclonique. Février : Deux possibilités se dégagent : Soit un bon zonal à la CFS dans le cas où en stratosphère nous avons juste des SSW mineur (ou rien) en janvier ou des majeurs qui ne tournent pas à notre avantage. Dans un cas opposé un SSW majeur évoluant en split ou même qui ralentit sérieusement le VPT par répercussion strato-tropo alors il sera ouvert et avec des possibilités d’évolution hivernale, la fin de mois sera quand même je pense très probablement perturber et douce. A l’heure actuelle les chances que février soit très influencé par la stratosphère semble très sérieux. Actuellement je préfère miser sur la première option avec au moins deux décades bien zonal et une plus ouverte avec un régime AR (la première après janvier et ses deux décades à blocage nord atlantique). Sur les 3 mois, un hiver légèrement au-dessus des normes en températures on peut tabler sur du +0.3/+0.7°C et en terme de précipitation disons dans les normes avec possiblement un excèdent marqué en méditerranée et un manque sur le reste de la moitié est hormis montagne. Ça reste dur à dire. Donc rien de bien folichon pour les amoureux de l’hiver, mais en soit c’est extrêmement ouvert avec toute cette neutralité au niveau des indices, d’où le flou qui règne. De plus on a actuellement 4 indices neutres, un voir deux (si on compte la TNA) favorisant NAO-, donc avantage au NAO- :D . Il est sûr que l’hiver du siècle n’aura sûrement pas lieu ici enfin qui sait sur un malentendu… Mais je pense que par moment il y aura des fenêtres à suivre ça semble évident. Quand on regarde les hivers dans le passé sous les signes de la neutralité en terme d’indice (il n’y en a pas tant que ça) et bien on obverse que souvent chaque mois avaient deux décades à forte identité (comme j’ai pu le dire AF en décembre, blocage nord atlantique en janvier, plus zonale en février) et une autre décade en général de transition, sous régime AR en général. Clairement tout l’automne je miserai sur ce type de schéma dans les mises à jour de mes tendances. 2 décades par mois forte en un régime et une sûrement une plus molle en AR. Actuellement je tends vers ces tendances par les quelques infos que l’on peut avoir via les indices ci-dessus, les modèles saisonniers ou même quelques observations des hivers passés, maintenant à suivre ! J’espère que la lecture vous a plu et que je vous ai donné une idée de la situation malgré les grosses interrogations sur certains points (ENSO, PDO, TNA….). Cet hiver sera ouvert avec des mois à forte identité, c’est ce qu’il faut retenir à ce jour. Source: Solaire :https://www.swpc.noaa.gov/products/solar-cycle-progression http://www.issibern.ch/teams/interplanetarydisturb/wp-content/uploads/2014/04/Mursula_03_2014.pdf https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/2013JD020062 Pour les cartes https://www.esrl.noaa.gov/psd/data/composites/day/ QBO: https://www.esrl.noaa.gov/psd/data/correlation/qbo.data https://www.geo.fu-berlin.de/en/met/ag/strat/produkte/qbo/index.html ENSO PDO : https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/?f[0]=im_field_chart_type%3A483&facets=Type,Forecasts https://www.ospo.noaa.gov/Products/ocean/sst/anomaly/ https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf http://www.bom.gov.au/climate/enso/index.shtml#tabs=Outlooks https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/CFSv2seasonal.shtml https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2006RG000199https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2006RG000199 https://www.ncdc.noaa.gov/teleconnections/pdo/ TNA : https://www.metoffice.gov.uk/research/climate/seasonal-to-decadal/gpc-outlooks/atlantic-indian-ocean http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/36039/meteo_2004_45_21.pdf Modèle : https://www.tropicaltidbits.com/analysis/models/?model=cfs-mon&region=eu&pkg=z500aMean&runtime=2018072518&fh=0 https://www.tropicaltidbits.com/analysis/models/?model=cansips&region=eu&pkg=z500a&runtime=2019090100&fh=1 https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/?f[0]=im_field_chart_type%3A483&facets=Type,Forecasts
  7. Je te retorque que ce genre de justification et de refuge est trop facile. Explication ici pour l'hiver dernier. Il faut savoir s'adapter c'est tout. L'hiver dernier ce n'était quasiment que de l'erreur humaine. C'est se voiler la face sur l'echec de la prévision de se dire c'est la faute du RC, c'est juste ne pas assumer. Je ne dis pas pour autant qu'il n'influe pas les tendances unh
  8. Bonjour, J'avoue avoir du mal avec certains sites. Comment peut on donner des prévisions aussi détaillé sur chaques zones géographiques de la France à de tels échéances. Une prévision saisonnière doit se faire de manière bien plus global en parlant de l'Europe de l'Ouest européen mais pas en 4 parties de la France... Il faut une vue globale. Sans parler les détails avec une précisions extrême. On peut dégager des tendances par les indices, des tendances basses ou Hautes mais pas donner des chiffres comme ça. Enfin bon ce n'est que mon avis... Personnellement j'attends surtout la mise à jour d'indice en septembre pour me prononcer car notre hiver devrait être assez compliqué à déterminer d'un point de vu saisonnier (raison de plus de l'aberration d'aller autant dans le détail actuellement pour certains sites). En fonction de données supplémentaires en septembre qui ne vont pas tarder à tomber on pourra déterminer et dégager des choses plus sérieuses... En attendant pour ma part encore un peu de vacances... Vive l'Université...
  9. Bonjour à tous! Vendredi soir soirée thème autour des nuages, dans la continuité du dernier quizz. Nous verrons et partagerons ensemble nos connaissances sur les nuages et quelques clichés pour ceux qui auront! Merci pour votre présence. Se sera vendredi à 20h30/45 L'équipe de modération
  10. Bonjour, L'anomalie tropicale sur l’Atlantique est très mal cerné par les modèles et influence assez fortement la prévision à moyen terme En effet quand elle est plus développé comme sur le dernier run elle permet une dorsale pls sérieuse et une zone barocline bien plus relevé sur la France (favorisant un temps plus doux et plus sec encore sur l'ensemble du pays). Et on remarque qu'en général cette dorsale plus marqué retombe beaucoup plus facilement sur le pays pour la seconde partie de semaine, ce qui favoriserait une belle douceur et encore un temps ensoleillé. Mais si elle se referme de nouveau dans les prochains runs on reverra des runs avec un talweg plus sur la France et une difficulté de l'AA à retomber sur la France. Dans tous les cas pas de grande chaleur attendu, un temps doux et agréable, pour la pluie au sud rien à attendre cette semaine là, par contre au nord à voir la hauteur de la zone barocline en fonction de cette dépression tropicale.
  11. tu rigoles mais ces dernières années tu fais la moyenne de poids taille des vainqueurs de grand tour et Bah on est justement à 63 il me semble et dans une taille autour 1m80
  12. Bah pourtant tu vois après seulement 8 mois de vélo de route j'ai fait quand même des choses pas mal (c'est pas dingue non plus mais je suis satisfait) quand je me compare sur strava sur les segments par rapport à des gens plus expérimenté etc ^^ Je suis assez satisfait car ça confirme ma préférence et la correspondance avec mes aptitudes physiques (57.5 actu de poids de forme pour 1m87 (long fémur), un cardio qui tient très bien en montée en zone forte mais pas trop en zone extrême (2km Max sur une montée à 9-10%) par rapport à d'autres, endurant (même si ici j'ai pas fait plus de 70km). Et donc plus fait pour de longs col pas trop sec non plus en%) Oui le versant le plus dur
  13. Bonjour, Grosse chaleur sur la dernière sortie de mes vacances, je me demande pourquoi je ne suis pas parti le matin... Grosse chaleur + vent de face dans les vallées avant le Suc au May, dans le rouge dans le suc avec ses longs passages à 10% (en intensité 4 pour moi donc de 93 à100% de FCmax), coup de chaud (une fontaine de sueur ).... pop corn, on pause pied à terre sur les derniers hectomètres avant la petite descente :/. Je me suis bien refait une santé sur le retour après se coup de chaud, avec un bon temps sur les longues montées de départementales d121/135 (la longue montée roulante) ou je fais des temps assez correct). Un peu déçu d'avoir posé le pied dans le suc et marcher 50/75m mais c'était plus raisonnable vu le coup de chaud que j'avais en plus d'une FC très très haute depuis plusieurs minutes. Ca me classe dans le milieu sur strava dans les temps de montées. La vue en valait la peine: Bilan du séjour 210km pour 4200m de D+ en 3 sorties avec des moyennes autour des 23.5km/h. J'ai pu un peu plus me découvrir et mon impression se confirme, je m'en sors bien dans ce qui est punchy avec de bon pourcentage mais je suis quand même juste (à l'image du Suc au May même si la chaleur a joué) mais là où je semble avoir de bonnes capacités c'est sur les longues montées plus ou moins roulante régulière 5-6% des pointes à 9-10 ou inversement 2-3 pas gênant (à l'image du col de la blanches ou de la longue montée par les départementales du jour). Vous avez en tout cas une très beau département avec de beaux paysages et une très très belle ville de Brive que j'ai visité hier! Merci de m'avoir accueillie sur le topic quelques temps Bonne journée!
×
×
  • Create New...