Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

gab75

Membres
  • Content Count

    75
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About gab75

  • Rank
    Cirrocumulus
  • Birthday 10/16/1980

Personal Information

  • Location
    Meuse Sud - Bar le duc

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. On est absolument loin, très loin de 1976... Au regard de la situation actuelle (ramenée aux années passées), 1976 est une anecdote, voir un non événement. 1976 est un mythe lourdement médiatisé à l'époque pour faire accepter l'impôt, en revanche l'année 1921 est exceptionnelle en effet, surtout dans le bassin parisien, c'est un OVNI au milieu d'années relativement humide cependant. Dans ma région 1976 a été relativement sec du printemps au milieu de l'été, avec un mois de juin particulièrement sec (0mm), l'hiver précédent (1975/1976) est en léger déficit de précipitations. Mais surtout, août 1976 est marqué par des orages fréquents, et septembre 1976 bat des records de précipitations ici (plus de 120mm!), le mois de septembre 1976 est d'ailleurs très arrosé sur une grande partie de la France. Regardez autour de vous actuellement, et imaginez comment pourrais être nos campagnes en septembre avec plus de 100mm d'eau... Nous enchainons des périodes relativement longues de sécheresse, nos paysages et nos pratiquent sont impactés, sur les 3 dernières années, 3 gros épisodes entrecoupés de quelques mois plus humides, et de 3 mois excessivement pluvieux ici (novembre 2017 => janvier 2018) où il est tombé 432mm... Début juillet 2016 => Fin juin 2017 (soit une année glissante) : 351mm Début février 2018 => Fin octobre 2018 (9 mois) : 241mm Plus la situation que nous vivons depuis début 2019... Le tout associé à des températures élevés, voir très élevées, bien plus qu'en 1976.
  2. On reste globalement pour la semaine de ce topic sur des courbes de pression au dessus de 1015HP, possiblement donc un courant d'Ouest faiblement anticyclonique laissant peut-être passer des fronts plus ou moins atténués capable d'apporter quelques pluies, notamment au Nord. Niveau précicpitations, rien qui ne semblerait capable d'enrayer l'état de sécheresse que nous subissons...
  3. 3mm seulement en septembre et il est fort probable à la vue des prévisions que nous nous acheminions sans pluie jusqu'à la fin du mois. A l'image de nos printemps qui se sont lourdement asséchés (chez moi la moyenne des 15 ou 20 derniers mois d'avril doit être autour de 25mm), c'est désormais nos automnes qui subissent ces coups de boutoirs : 2016 : seulement 82mm de précipitations sur les 3 mois de septembre, octobre et novembre 2018 : seulement 13mm (!!) de précipitations en septembre et octobre. Il en tombe 42mm en novembre ce qui reste un déficit assez net même si cela fait du bien. Et entre ces longues périodes sèches nous avons des déluges qui durent de quelques semaines à quelques mois, le plus souvent en hiver (la période novembre 2017 - janvier 2018 totalise 432mm !!), beaucoup plus rarement en été (juillet et aout 2014 : 267mm!!). Lorsque l'on fait les comptes années par années, le déficit hydrique (si il est bien présent) est relatif. Cependant 2018 et 2019 franchissent un nouveau cap (avec la chaleur en plus!) Je dénombre seulement 310mm de précipitations depuis le début de l'année, seul le mois de mai se rapproche de sa moyenne (il est tombé 82mm). Le fait marquant et bien marquant, c'est que nos saisons de transitions deviennent des saisons sèches...
  4. Ici en Meuse, la situation est également catastrophique. Nous avons eu la chance d'avoir autour du 20 août une vingtaine de mm de pluie qui a vraiment fait du bien. La fraicheur depuis quelques jours permet des nuits avec de bonnes rosées. Mais nous enchainons des mois et des mois de déficit pluviomètrique. La modification des paysages, que j'évoque ici depuis 2 ans, est en marche accélérée. Tout va à une vitesse que nous n'imaginions même pas. La perspective est assez dramatique, le mois de septembre s'annonce sans pluie (seuls, 3mm avant hier) avec de haut géopotentiels vissés au dessus de nos têtes, il y a un fort risque de voir le vent d'Est asséchant se lever dès le WE, puis la chaleur... L'automne 2019 débute sur les mêmes données que les terribles automnes 2016 et 2018 où il n'avait pratiquement pas plu entre septembre et octobre...
  5. 36,7° à 10h55 à Bar le Duc... Et 36° à St-Dizier à 10h30. C'est dans cette région du sud Meuse et Nord Haute Marne qu'il faudra probablement aller chercher les records... A moins que le vent ne se lève...
  6. 34,8° à 10h25 à Bar le Duc. A ce rythme, la barre des 40° pourrait être franchie dès 12h00... Je mise sur St-Dizier (52) qui est très bien parti. Je dirai 12h30.
  7. Hier, il à fait 41,4° à Bar le duc (Meuse sud), 41,7° à Vassincourt (Meuse sud) et 40,6° à St-Dizier (Haute Marne). A 10h00 ce matin, il fait déjà 34° à St-Dizier, ville actuellement la plus chaude de France
  8. Après une soixantaine de millimètres en mai (concentré entre le 8 et le 11 mai, le reste du mois a été pratiquement sans pluies), juin commence sur des bases toujours sèches. Les cours d'eaux sont au plus bas ici dans la Meuse, une situation une nouvelle fois inquiétante à la veille de l'été. D'autant plus qu'à part quelques averses orageuses (qui sont passées bien loin de nous jusqu'à présent), il n'y à aucunes pluies de prévues...
  9. Et encore toujours un temps agité et pluvieux prévu mais la réalité est différente. 1mm hier, 1mm ce matin et au moins 3mm depuis le début d'après-midi, ça continue encore pour une petite heure, mais nous n'atteindrons même pas 8mm en cumulé depuis hier. ou à peine. Ici, sauf surprise ce WE, nous n'atteindrons probablement pas les 25mm en avril. C'est la moyenne des 10 derniers mois d'avril. Pas de pluies significatives donc et une semaine à venir très inquiétante, avec le "retour" d'un temps sec et venteux. Les températures élevées (plus de 25 degrés pendant plusieurs jours) associées à un fort vent d'Est asséchant, présent jour et nuit pendant près d'une semaine, ont accentué encore un peu la sensation de sec. En cette fin avril, la situation atteint un point proche du non retour. Un sylviculteur me confiait dernièrement que le hêtre n'est même plus une essence privilégiée dans nos forêts de plaine et de collines. Si la sécheresse ne le tue pas encore, elle ralentie sa croissance et ses besoins en eaux ne sont plus comblés depuis une quinzaine d'année notamment en période de reprise de végétation au printemps, sa croissance s'en trouve très ralentie.
  10. La bonne nouvelle c'est que Météo-France voit le retour (enfin!) du flux océanique "faiblement perturbé" dès la semaine du 22 avril, sauf sur le pourtour méditerranéen qui devrait rester au sec. La Chaine Météo un peu plus tard vers fin avril... Seul un flux d'Ouest "classique" (pardon, très exceptionnel au printemps) pourra apporter de l'eau de manière suffisante et uniforme. Le soucis, c'est que sur les modèles ce n'est pas vraiment évident... GFS voit même très peu d'eau sur le nord les 10 prochains jours, mais inonde la méditerranée... Mais je suppose que ces spécialistes ont une longueur d'avance sur les amateurs que nous sommes ?
  11. Bonjour, Après des mois de novembre, décembre et janvier autour des normes de pp, ce qui a fait du bien en surface sans pour autant combler le retard abyssal accumulé sur 2018 et avant, nous voilà reparti sur un très classique printemps sec ici dans la Meuse. De bonnes pluies sur les 2 premières semaines de mars (autour de 60 à 80mm) ont fait du bien, mais depuis la mi-mars, c'est la très classique sécheresse de printemps qui nous concerne. Seulement 7mm tombés ici les 4 dernières semaines (les 2 et 3 avril) et ce n'est pas près de changer. Avec très exactement 24,80 mm de moyenne sur avril les 10 dernières années (où seul avril 2016 avait été correctement humide), et les années 2000 n'étaient pas mieux, c'est ici l'apparition d'une véritable saison sèche de printemps, c'est ce que disent en tout cas les agriculteurs, et depuis peu les sylviculteurs qui voient les forêts se modifier profondément et grande vitesse. La succession de printemps secs est dramatique pour la végétation, Les années 2015 et 2018, où aux printemps secs s'est ajouté des étés très chaud et trés secs surtout dans certaines zones marquent selon moi une "rupture" dans le sens où aujourd'hui nos paysages sont lourdement impactés. Des essences classiques de nos forets de collines souffrent (merisiers, bouleaux, hêtres...) quand ils ne sont pas tout simplement condamnés à court ou moyen terme (ormes, épicéas, frênes...). Je constate aussi un gouffre entre les prévisions de météo-france et la réalité observé en terme de précipitations. A lire depuis fin mars les prévisions court, moyen et long terme, on n'aurait pu avoir aucunes inquiétudes sur le fait que ce printemps était très humides puisque de la pluie etait quasi continuellement annoncée à plus ou moins long terme depuis début avril. On n'est censé sortir d'une semaine bien perturbée, il devait pleuvoir de manière soutenu mercredi après-midi (bulletin du midi!!) , et il n'est même pas tombé l'ombre d'une goutte. Ce décalage très important pose des questions. Pour le moment, nous n'avons pas eu trop de vent d'est asséchant (un classique du mois d'avril), ni trop chaud. Mais cela risque de changer car le vent est annoncé dès aujourd'hui et avec cet anticyclone sur le nord de l'europe à perpet, on y passera forcément. En attendant, la nature prends encore un gros coup là où cela fait mal. Les petites rivières qui se tarissent quelques mois l'été sont déjà à sec et dans les pâtures il n'y a pas d'herbes. Sur les versants Sud, le paysage est en train de changer radicalement... J'étais jusqu'à il y a quelques années sceptique sur le changement climatique (je croyais à un cycle météo, et tout reviendrait dans l'ordre) mais ce n'est plus le cas. Le printemps (et l'hiver, de plus en plus doux) est certainement la saison où ce changement est le plus marquée.  Edit : Pas mieux sur la chaine météo qui annonce un temps instable toute la semaine prochaine (comme MF), puis on va renouer quelques jours avec un temps sec et printanier (merci, en fait, ça dure depuis 4 semaines tout de même!!) avant un flux d'Ouest humide pour fin avril... Alors peut-être que la fin avril sera très pluvieuse, (autant que le début devait l'être?) mais ce décalage (pardon, ce gouffre!!) me laisse sans voix. On attendant, on déroule toujours notre temps sec de printemps...
  12. Je ne nie pas qu'il puisse y avoir de manière localisée de bonnes précipitations depuis début avril dans certaines zones du Nord-Est, la plaine d'Alsace les Ardennes ou le plateau de Langres ont peut-être eu pas mal de pluie dernièrement mais ces secteurs ne sont en rien représentatifs de l'ensemble du Nord-Est. La situation est peut-être en effet plus sévére chez moi car nous n'avons eu que 7mm depuis près d'un mois mais dans la plupart des zones du Nord-Est les quelques pluies de ces derniers jours se limitent à 5, 8 ou peut-être 10mm supplémentaires ce qui reste faiblard. Dèja début mars, MF (document ci-dessous) parlait de "sécheresse des sols qui conservent un caractère sévére du Nord-Est au Massif Central, sous entendant (et ce qui est vrai) que c'est une situation durable qui s'est maintenue pendant l'hiver. Le printemps part sur des bases assez catastrophiques côté précipitations dans le Nord-Est... http://www.meteofrance.fr/documents/10192/69794759/bsh_eau_sol_1903.pdf Enfin, un peu d'espoir, dans la météo régionale de toute à l'heure, on annonce sur mon département des pluies soutenues et continues, ce qui fait plus peur c'est que c'est ponctué d'un "comme les jours derniers" .... alors que nous n'avons pas eu le début de la moindre goutte. J'étais jusqu'à il y a quelques années sceptique sur le changement climatique (je croyais à un cycle météo, et tout reviendrait dans l'ordre). Le printemps (et l'hiver, de plus en plus doux) est certainement la saison où ce changement est le plus marquée. Les années 2015 et 2018, où aux printemps secs s'est ajouté des étés très chaud et trés secs surtout dans certaines zones marquent selon une "rupture" dans le sens où aujourd'hui nos paysages sont lourdement impactés. En PJ une forêt anciennement mêlées de frênes, ormes, bouleaux et épicéas, sur un versant nord d'une belle colline dans le barrois, à 350m d'altitude environ, le dépérissement des ormes et frênes a commencé il y a 8 à 10 ans, des épicéas il y a 3 ans, aujourd'hui ce n'est même plus une forêt, la lumière passe comme sur un versant nu. Les agriculteurs et sylviculteurs sont d'ailleurs bien plus alarmiste que dans mon message précédent...
  13. Et oui Thib, les quelques dizaines de millimètres du début de mois de mars (tu faisais référence à mars j’imagine?) sont vite passés, cela a bien mouillé mais la terre en avait besoin tout a été absorbé rapidement. Cela va faire 4 semaines sans précipitations significatives si l'on excepte les quelques millimètres des 2 et 3 avril (7mm chez moi, un peu plus ou un peu moins ailleurs). La suite à court terme et même à plus long terme fait peur, augmentation progressive du champs de pression à la faveur d'un anticyclone bien vissé sur le nord de l'Europe, entrainant vent d'est asséchant et plus inquiétant : de possibles bonnes gelées matinales qui viendraient compromettre une belle floraison sur les fruitiers... C'est dommage car la pollinisation a été une nouvelle fois très aisée cette année avec ce temps calme, doux, ensoleillée et sec, petite pêches et petits abricots se forment déjà ici en Meuse. Je soulignais le décalage entre les prévisions et la réalité, ces derniers jours c'est un gouffre ! Pas même le début d'une petite averse lundi et mardi alors que les cartes étaient éloquentes, même nos chers modèles étaient unanimes sur des cumuls de 6 à 15mm, hier fut en fait une très belle journée avec des températures douces et un temps très lumineux. Météo-France comme hier annonce encore 90% (!!) de chance de pluie aujourd'hui alors qu'il ne tombera encore probablement rien. Ces pluies presque statiques, non organisées, sont en effet rarement efficaces surtout chez moi, des zones prennent pas mal quand d'autres restent au sec. Le zonal est au point mort, et cela ne va pas changer avant un moment. La végétation est en plein débourrement et pour la première fois, après observation de la nature, on peut dire que l'on a passé un cap dans le changement climatique. Nos paysages sont en train d'être profondément bouleversé et on a, je pense, passé le stade du cycle climatique. Après l'OVNI 2018 sec et chaud du printemps à l'automne, agriculteurs et sylviculteurs attendaient avec impatience la période de recharge de l'hiver, et avec anxiété le printemps 2019 en espérant qu'il ne soit pas comme les précédents. On continue encore et toujours dans les excés... Dans la nature, les cours d'eau sont au plus bas, certains qui s'asséchent généralement quelques semaine sou mois entre juillet et septembre sont dèja à sec. Sur les versants sud, il n'y a pas ou peu d'herbe, il va y avoir un vrai problème pour les fourrages cette année. Et dans les forêts, quantités d'arbres sont en difficultés, particulièrement les merisiers, bouleaux, orme... mais surtout les épicéas et les frênes qui vont totalement disparaitre de nos paysages de collines d'ici quelques années. La sécheresse et particulièrement les printemps secs les fragilise et les rendent sensibles aux maladies (scolytes pour l'épicéa et chalarose pour le frêne).
  14. Un asséchement très net pour les prochains jours qui va faire très mal dans les zones qui n'ont pas pris de pluies (ou très peu) depuis la mi mars (soit près de 4 semaines sans réelles précipitations). De la pluie est encore et toujours annoncée par MF cette après-midi et demain, et même jusque mercredi, mais il y a quelques chose qui fait qu'au printemps, ce genre de prévi, on n'y croit plus guère... Cette semaine ne sera donc pas "bien perturbée comme l'affirmait donc MF", comme la précédente ne fut pas du tout un défilé de perturbations avec des "pluies significatives", progressivement l'ensemble des modèles assèchent leurs courbes, et derrière (mais c'est du long terme) se dessine le spectre d'un blocage anticyclonique classique de printemps (pardon, de saison sèche!) qui pourrait durer, un peu à l'image de la plupart de nos printemps depuis au moins une quinzaine d'année (2016 ou 2005 faisaient office d'exception). Cette situation est vraie pour chez moi, vraie pour l'ensemble du Nord-Est (hors massif peut-être), et dans une moindre mesure pour l'ensemble de la France hors sud-ouest/Bretagne et bassin méditerranéen. Je relève en moyenne 25mm de pluie en avril depuis une bonne dizaine d'année alors que les données climatos sur la période 1981-2010 annoncent le double. C'est peut-être un cycle mais c'est très marqué...
  15. Voilà en PJ ce qui est proposé au grand public, et en prime les bulletins météo sur les chaînes de TV qui, je vous assure, annonçaient un temps perturbé pour toute cette semaine du 01/04. Le terme exact et repris plusieurs fois dans les tendances évoque un temps "encore bien perturbé" et non "très perturbé". Nous sommes d'accord, MF annonçait bien dès 5 heures du matin un risque de pluie à 60%, puis 80% dès 11h00, puis 100% dès 14h00. La première goutte est tombé à 19h00, mais elle est tout de même tombé, et quelques millimètres ensuite, ok. Je vois bien à la lecture des modèles qu'un temps humide n'est pas forcément évident la semaine prochaine, surtout sur le Nord-est. C'est tout de même en décalage avec le discours donné au grand public. Je trouve ce décalage très net au printemps et souhaitait le souligner, même si la journée de mardi dernier n'est peut-être pas le bon exemple car il a fini par pleuvoir.
×
×
  • Create New...