Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

meteobreizh35

Membres
  • Content Count

    92
  • Joined

  • Last visited

About meteobreizh35

  • Rank
    Cirrocumulus
  • Birthday July 5

Personal Information

  • Location
    Saint-Etienne-en-Coglès

Recent Profile Visitors

1146 profile views
  1. C'est le cas ou la dépression ne creuse quasiment pas cela , il n'y a pas assez de dynamisme pour forcer la limite pluie/neige à s'abaisser assez et c'est essentiellement de la pluie en effet , mais dans le cas ou ça creuse en dessous de 990 hPa on va dire , avec des courants descendants plus violents advectant d'avantage d'air froid vers le sol , comme sur WRF ( coupe verticale températures ci-dessous ) ou CEP, l'occlusion serait bel et bien neigeuse grosso modo entre l'Est Bretagne et l'ex Haute Normandie , avec possiblement de grosses intensités pendant une bonne heure sur ces zones le tout avec du vent autour de 70 Km/h ( ambiance de blizzard par endroits ) , la situation même à moins de 24h est assez bancale avec de grosses disparités sur la pression et même le positionnement , donc n'évoquer qu'un seul scénario n'est pas judicieux dans ce cas 😕 , MF évoque d'ailleurs la possibilité dans son bulletin en parlant seulement des collines Normandes avec un niveau jaune sur la carte de vigilance , mais le zonage est vraiment compliqué à faire , c'est capricieux ces petites bêbêtes là ! Mise à part cela on à aussi le vent qui devrait bien souffler au sud du minimum avec des rafales autour de 100/110Km/h entre le sud des PDLL et le sud du BP .
  2. Bonjour ! Et bien ça ne se bouscule pas des masses par ici alors qu'on devrait connaître notre premier épisode hivernal pas plus tard que demain enfin ! En soit la synoptique ne paye pas de mine avec une simple ondulation qui casse pas trois pattes à un canard , mais en général c'est lors de ces configurations que l'on arrive à avoir un temps hivernal avec des PPs solides sur nos régions ! cf ces dernières années ... - En détail : Le vortex polaire bien concentré cet hiver à permis de concentrer le froid vers les régions polaires, et ces prochains jours on va changer de régime avec des ondulations de hauts géopotentiels sur l'Atlantique engendrant des basculements du vent au Nord ouest sur nos contrées, le flux ainsi installé devrait nous décrocher des masses d'air en provenance du Groenland notamment, certes le passage au dessus de l'océan va radoucir cette dernière ( peut être moins qu'elle le devrait en cette période de l'année avec l'Atlantique Nord plus froide que la norme dû au flux zonal de ces dernières semaines ) , elle restera suffisamment refroidis pour permettre à l'or blanc de tomber par isothermie . Au niveau du paramètre des températures on aura des pointes à -38/-40°C à 500 hPa , et -6/-7°C à 850 hPa : Cette masse d'air froide devrait commencer à débarquer par les côtes de la manche dès demain après-midi , avec des averses de plus en plus nombreuses au fil des heures . En soirée les premières giboulées se manifesteront avec du grésil de plus en plus présent au fil des heures , rendant potentiellement les routes glissantes ... La masse d'air continuant de se refroidir petit à petit la limite pluie/neige s'abaissera alors pour tomber au niveau du sol sous les averses dès le milieu de Nuit entre Mardi et Mercredi et c'est à partir de là que les flocons pourraient devenir de plus en plus nombreux ! On surveillera la présence de quelques limites secondaires qui sont modélisés par certains modèles qui pourraient provoquer de bonnes chutes de neige par isothermie ( on en saura peut être plus avec AROME ce soir ) . Comme souvent dans ces situations une couche temporaire pourrait blanchir certains paysages je pense notamment au Nord Bretagne , Nord PDLL ou Normandie avec des températures chutant aux alentours de 0°C ; Des hauteurs pouvant atteindre localement les 5 cm sous des lignes stationnaires notamment vers les collines de l'Orne qui sera idéalement placé par ce flux . Le maximum d'intensité devrait avoir lieu le mercredi matin puis l'après midi avec la remontée des températures les averses neigeuses encore présentes mais se raréfiant ne devraient plus tenir avec la fonte évidemment des petites couches éventuelles ... Si vous passez à côté , d'autres occasions se profilent pour les jours suivants : hé oui cette année l'hiver est très paresseux , il se réveil à quelques jours du printemps ! 😄
  3. J'aurais plutôt tendance à dire que les plus fortes rafales devraient être enregistrés sous le front froid même qui débarquera par les côtes de la Manche le Dimanche soir, il sera accompagné de puissantes rafales associé au jet de basses couches que l'on retrouvera typiquement parallèlement au front , le pic de Rafales serait vers 20/21h sur les régions bordant la manche , je pense que ARPEGE sous estime les valeurs honnêtement , j'ai du mal à croire qu'avec un tel dynamisme et resserrement isobarique ( s'apparentant à la tempête Vivian en 1990 ) on ne dépasse même pas les 120 Km/h sur les caps exposés ... les 150 Km/h sont largement jouables vers le Cap Griz nez , ou la pointe de la Hague notamment le Dimanche soir . Dans les terres le seuil de la tempête devrait être atteint aussi le soir aux alentours de minuit au Nord d'une ligne Saint-Brieuc / Besançon avec du 100/110 Km/h , peut être des rafales autour de 130 Km/h au nord de la Seine ou vers le Cotentin , il faudra surveiller ces petites anomalies qui pourraient se former un peu à l'improviste comme dit précédemment , qui pourraient booster ces rafales déjà bien fortes .
  4. Comme un petit air de déjà vu ... à Gauche synoptique de Vivian en février 1990 , à droite ce que l'on va connaître ( l'Estimation des rafales lors du passage de Vivian juste en dessous de la carte de 1990 )
  5. Etant curieux je voulais comprendre quel était l'origine de ces cycles ENSO ( par exemple pourquoi certaines années on retrouve des Ninas de fortes intensités et elles disparaissent quasiment sur la période suivante pendant quelques années ? ) mais ne trouvant pas d’explication sur ce point ou alors des suppositions ( j'ai aussi bien sûre lis les postes sur ce fil au passage toujours intéressant à lire les postes de Treizevent sur ce phénomène ^^ ) Du coup je me suis amusé à chercher en épluchant les courbes , observant des modélisations dont certaines m'étaient inconnus (L' Anomalie Potentiel de Vitesse entre autre, très utile celle-ci) , et les principes de formation d'un Nina ou une Nina . J'ai observé sur la courbe d'ano qu'il y avait des cycles ENSO de 10/11 ans creux à creux qui se succèdent depuis les années 70 . j'ai fait le rapprochement avec les cycles solaires d'autant plus que ça suit ce dernier quasiment parfaitement à 2/3 ans de décalage ( puis j'ai fait un parallèle avec l'indice QBO qui se répercute sur l'ENSO quasiment à chaque fois ) . Mais si il n'y a pas de lien avec les cycles solaires ou c'est très peu probable je chercherais dans une autre direction ! ( je n'avais pas regarder assez de ce côté lol ) merci pour la réponse quand même ! 😛
  6. Dans le raisonnement ce ne sont pas les cycles Solaires en eux mêmes qui déclencheraient les phases Ninos et Nina ^^ Ils seraient à l'origine de ces successions phases chaudes / phases froides durant en moyenne 6 ans ( "grande" échelle temporelle ), c'est l'indice QBO qui serait le réel déclencheur des phases la Nina et El Nino ( échelle temporelle "réduite") avec comme j'expliquais différentes répercussions de ce dernier par rapport à la phase en place, que je classerais comme ceci : Pour les phases dites froides de : 1983 à 1989 / 1995 à 2001 / 2007 à 2012 : Phase froide / QBO Est : La Nina d'intensités généralement modérés à forts favorisés ( Boucle de Walker à priori accélérée par les vents allant vers l'est au niveau de la Tropopause vers 200 hPa , pas de freinage de celle-ci en basses couches car convection limitée ) Exemples : 1999/2000 , 1988/89 , 2007/2008 , 2010/2011 Phase froide / QBO ouest : Brusque changement de circulation , incidence des vents de QBO ouest sur la boucle de Walker vraisemblablement , engendrant un flux de direction opposé à celui de la phase Nina installée, freinant rapidement la boucle de Walker ce qui se répercuterait sur les conditions atmosphériques en troposphère ( hautes pressions qui s'effondrent sur la partie Est du pacifique équatorial ) on retrouve alors des Ninos généralement de fortes intensités avec pour la totalité une répercussion mondiale assez forte sur une période variant entre 8 et 12 mois , peut être à cause de la brutalité éphémère du phénomène relâchant la chaleur dans l'atmosphère en quelques semaines . Exemples : 1987/88 , 1997/98 , 2009/2010 et 2018/2019 ( ce dernier plus limité en intensité mais un peu plus durable) . Anomalies de températures mondiales en basse Troposphère , les quatre événements sont encerclés . Pour les phases dites chaudes de : 1989 à 1995 / 2001 à 2007/ 2012 à 2017 : Phase chaude/QBO Est : Convection renforcée sur la zone intertropical dû à la phase chaude , conditions Nina difficilement réunies elles sont généralement de faible intensités on parlera d'avantage de " Nada " cependant une légère anomalie négative est observée sur la grande majorité des cas . Exemples : 1981 , 1993 , 2003 , 2016 . Phase chaude / QBO ouest : El Nino d'intensité généralement modérés ( 1994/95 , 2002/2003 ) un bon phasage entraîne de forts épisodes mais assez rare ( 1982/83 , 2015/16 ou 1991/92 . En regardant les températures de l'air sur différentes couches de l'Atmosphère au dessus de la zone équatorial Est de Pacifique on a à chaque fois les mêmes oscillations de température de 7 ans , j'avoue que j'ai des connaissances très rudimentaires en physique 😄 mais après réflexion suite au message je me dis que ces variations de rayonnement très minimes provoquent peut être un mécanisme qui lui même engendre une remontée de température , dans ce cas on aurait une sorte de rétroaction positive ( il faudra peut être creuser du côté des nuages ou de la vapeur d'eau ) . Evolution des anomalies de températures à 200 , 500 et 850 hPa ( tiré du site Climate Reanalyzer ) , les Ninos de phases froides perturbant les cycles sont sous les hachures . PS : Corrélations entre QBO ( fond vent mensuel zonal moyen Equateur ) et phases ENSO , croix rouge= El Nino modéré , croix orange = El Nino fort , Croix bleu foncé= La Nina modéré, croix bleu ciel= La nina forte
  7. Je suis complètement d'accord, mais là il faut dire que la façon dont les cycles ENSO suivent les cycles solaires est assez frappante, et pour appuyer d'autant plus sur cette corrélation je vais prendre le tableaux représentant les anomalies de géopotentiels que Gugo nous montre à propos des prévisions saisonnières sur la partie réceptions des particules, là c'est encore plus explicite ( il n'y aurait pas de lien ici avec la réception de particules les courbes ne collent pas ) On reprend donc depuis le début, prenons le pic d'activité solaire de 1990 comme exemple, si on prend en compte le décalage avec le pic de TSI ( Total Solar Irradiance ) avec l'inertie thermique , on arrive aux cartes Lag 3 et 4-Years. Nous observons un schéma typique Nino qui est alors en place , à savoir une forte anomalie négative de géopotentiels sur le nord Pacifique et à l'inverse une forte anomalie positive de Geop. près des côtes Chiliennes donc ce ne serait pas un hasard si une tel moyenne se détache, sur les courbes d'anomalies , que j'ai reporté ci dessous à droite on se trouve sur cet exemple en 1994 en pleine période de " phase chaude" avec une recrudescence de Ninos en général faibles à modérés . On va continuer toujours par rapport aux cycles solaires petit à petit l'activité baisse et nous arrivons au minimum peut après 1996 , sur les cartes d'anomalies de Geop. cela correspond à Lag 10-years. Sur le graphique d'anomalies de SST de la zone 3.4 , toujours avec le décalage de 3/4 ans , on arrive vers 1999 ce qui nous mène en pleine phase froide , on a alors l'exact inverse sur les carte de Geop Lag 9 et 10-years par rapport à l'année de plus forte TSI ( lag 3 et 4-years ) , à savoir une forte anomalie positive de Géop. sur le Nord pacifique typique des Ninas et aussi une anomalie négative de Géop. sur le sud du Pacifique Du coup en quoi les cycles solaires auraient un impact sur les cycles ENSO ? * Dans cette idée, le pic d'irradiance solaire réchaufferait les basses couches de l'atmosphère équatoriale , avec un phénomène d'inertie provoquant ces décalages , augmentant la convection sur la ligne de convergence inter-tropical ( circulation de Walker) ce qui engendrerait une dilatation des masses d'air et une baisse de pression progressive sur le Pacifique Equatoriale de l'est , cela provoque en parallèle des augmentations de Pression vers l'Indonésie , l'écart de pression entre le Pacifique est et l'Océanie se réduisant on a un ralentissement des Alizés qui se produit . ( Ci-contre un schéma de circulation Nino Modoki ) ( Au passage les ascendances plus fortes sur la zone équatorial provoquerait une accélération des boucles d'échanges thermiques des cellules de Hadley, augmentant la puissance des anticyclones subtropicaux ce qui expliquerait pourquoi l'Anticyclone des Açores et de l'ouest de la Pointe chilienne se retrouvent en général si puissants en Lag 4-year favorisant les régimes NAO+ dans notre coin et avec le RC récent cela empire et pérenniserait ces anomalies, inversement celles-ci ralentiraient lors d'épisodes Ninas ou zones équatoriales étant plus fraîches , affaiblissant la puissance de ces anticyclones favorisant les régimes NAO- chez nous, bref Demi HS lol ) * Lors de l'affaiblissement du flux d'irradiance maintenant les températures des basses couches auraient tendance à se rafraîchir au dessus des zones équatoriales , les masses d'air se densifieraient de nouveau et provoqueraient une hausse de pression sur le Pacifique Equatoriale et une baisse de pression au dessus de l'Océanie les deux étant liés , les Alizés se renforcent alors , des hautes pressions à l'Est vers les basses pressions à l'ouest et les eaux plus fraîches progressent de nouveau des côtes Américaines vers l'ouest on entre alors en phases froides Nina : Maintenant pourquoi , dans cette théorie , en plein milieu d'une phase froide se manifesterait un Nino ? Après avoir retourner la question dans tous les sens et cherchant des idées sur le web, j'en suis venu à une idée paraissant logique : l'indice QBO . Explications : Dans cette logique d'influence des cycles solaires sur l'ENSO on retiendra que les pics de TSI engendreraient des phases chaudes et entre ceux-ci on retrouverait les phases froides . Il y aurait donc forcément un autre facteur qui influe sur l'ENSO et celui-ci pourrait expliquer pourquoi des pics Ninos arrivent en pleine phase froide, c'est donc probablement l'indice QBO : Alors que les conditions Nina sont installées , je pense que les vents allant vers l'ouest ( phase ouest ) en se propageant vers des couches plus basses freinent brutalement la circulation de Walker en butant contre la tropopause ( se situant vers 100 hPa au dessus de l'Equateur ) ou circule la partie supérieur de la boucle jusqu'à provoquer une division en plusieurs cellules , cela engendrerait une brusque modification des conditions Atmosphériques en Troposphère avec une chute de la pression atmosphérique vers la zone 3.4 et inversement vers l'Australie ( Cette interaction phase QBO / circulation de Walker expliquerait aussi ces intenses pics Ninas lors de la propagation d'une phase Est en phases froides sur des schémas Nina déjà installé , cette dernière accélérerait simplement la boucle de Walker augmentant la puissance des Alizés ) Aussi , j'ajouterais que lors des phases dites chaudes de l'ENSO les phases d'est on l'air d'avoir plus de mal à interagir avec la circulation de Walker la convection intertropicale semble prendre le dessus , cela donnerait lieu tout de même à de faibles Ninas de type modoki ou un simple retour à la norme mais dans tous les cas cela est très peu durable à priori les masses d'air se réchauffant vite ( D'ailleurs avec le RC on devrait assister à des Ninos de plus en plus puissants les ascendances se retrouveraient nettement renforcés par des températures plus hautes et les épisodes Ninas pourraient donc perdre en intensité ) . PS: Entre temps je me suis rendu compte que j'ai fait une petite erreur dans mes courbes en pensant que 2018 était un Nino en phase chaude mais je me suis rendu compte que nous sommes en fait en pleine phase " froide " . C'était du coup un Nino de même "nature" que 97 , 87 et 2010 ci dessous hachurés . On se dirigerait donc vers une Nina d'assez forte intensité peut être dès le mois de Décembre prochain il sera intéressant d'observer l'intensité de celui-ci par rapport au RC cela nous éclairerait en partie sur l'avenir de l'ENSO et le devenir des phases Nina ... Voilà c'est tout pour moi il y a surement des erreurs , j'accepterais les critiques je ne suis qu'un passionné très curieux ^^
  8. Bonsoir 😊, ci-dessous un petit schéma fait maison ( désoler pour la présentation c'est vite fait lol ) qui compare les anomalies de SST sur la zone 3.4 ( tiré du site ClimateReanalyseur.org ) aux cycles solaires , bon ce n'est pas nouveau en soit , on peut voir un décalage de 4/5 ans entre les cycles solaires et ENSO , correspondant sans doutes à la réception des particules. Je m'interrogeais par rapport à la survenu d'événements El Nino souvent assez fort ( sur ce schéma encadrés en noir) en plein creux de la phase des apparitions de Nina, et ce assez régulièrement, pour se situer par rapport aux cycles solaires on est à chaque fois autour de 7 ans après un pic d'activité donc sans doutes pas un hasard ( parmi eux il y a celui de 87/88 , 97/98 et 2009/10 et on a le même cas aussi qu'on ne voit pas ici en 72/73 ). Il y aurait t'il une sorte de rééquilibrage de pression freinant les Alizés brusquement ( un peu comme lorsque l'on jette un caillou dans l'eau , des ondulations vont avoir lieu pour retrouver le niveau moyen de l'étendu ) qui provoque des hausses finalement généralement encore plus brutales ( de 2 à 3°C en quelques mois ) que pendant les phases favorisant les ninos ou bien autre chose ? Avis aux experts 😉
  9. Bonsoir , l'hiver météorologique n'est plus loin et pour marquer l'entrée dans cette saison nous avons un risque neigeux qui se profil par conflit de masse d'air, qui est vu depuis quelques jours déjà , se précisant petit à petit ... Actuellement nous avons le soulèvement d'une dorsale Atlantique provoquée par une profonde dépression sur Terre-Neuve , celle-ci engendre une descente d'air froid mais aussi le glissement d'une dépression en direction de l'Europe occidental. Ce creusement est vu plonger en direction de l'Espagne en faisant remonter de l'air doux à l'avant , on a alors une zone de conflit qui devrait se créer sur la moitié nord de notre pays à partir de Samedi soir jusque Dimanche soir avec la présence d'une anomalie d'Altitude au dessus de la Normandie . Dans l'ordre chronologique, un front devrait arriver demain matin par l'arc Atlantique, celui-ci s'annonce modéré et devrait progresser très lentement vers l'intérieur des terres à tel point qu'il ne sera arrivé au niveau de la Normandie que dans la nuit de Samedi à Dimanche, c'est justement là que le risque neigeux apparaît petit à petit, le front n'arrivant plus à progresser d'avantage, les précipitations continues devraient abaisser progressivement la limite pluie/neige avec l'aide d'un flux de surface continental apportant de l'air froid, d'après ARPEGE/AROME les premières précipitations solides devraient apparaître Dimanche matin et pourraient s'estomper dans l'après-midi. Voici actuellement la zone ou les flocons pourraient s'inviter : Des accumulations sont possibles avec des températures plongeant autour de 0°C, notamment sur les hauteurs Normandes . J'ajouterai que le front pourrait être alimenter par l'effet de mer provoqué par la Manche, celle-ci étant survolée par une masse d'air atteignant les -2/-4°C à 850 hPa , le phénomène pourrait alors augmenter les intensités notamment sur l'Ex Basse Normandie . Situation susceptible d'évoluer bien sûre , à suivre ^^ *Ci-dessous la coupe verticale sous le front, montrant une couche positive suffisamment mince pour permettre l'apparition des flocons .
  10. Cette valeur battrais même le record de Novembre qui est de -31.1°C sur cette station du 23 novembre 1985 ( dommage qu'on a pas les décimales ) C'est une vague de froid exceptionnelle pour cet endroit , qui c'est produite à une ou deux reprises depuis 30 ans , à en croire les records mensuels battus sur de nombreuses stations situés dans les rocheuses étasuniennes , notamment entre le Nevada , le Wyoming et le Colorado . Dommage qu'on ai pas de liste plus précise Une carte des températures minimales :
  11. Vague de froid USA , ce matin les températures ont de nouveaux chutés une nouvelle fois au niveau des records mensuels , parmi eux on a : -Big Piney Marbleton Airport :: -27°C *( préc. rec. -19.9°C oct.1991 )* - Douglas converse Country :: -23°C *(préc. rec. -15°C oct. 1993)* -Ogden - Hinckley Airport -11°C *(préc. rec. -6.1°C oct. 2003)* -Salmon/Lemhi :: -19°C *(préc. rec. -17°C oct. 2002)* -Cody :: -21°C *(préc.rec. -17.7°C oct. 1991)* -Butte silver Aiport -22°C *(préc. rec. -21.1°C oct. 2002)* West yellowstone -26°c *( préc. Rec. -25°c oct. 1991)* Et j'ai dû en oublier d'autres ! Cette Vague de froid devrait perdurer jusqu'aux premiers jours du mois de Novembre .
  12. Bonsoir ☺️ après un court répit au niveau des précipitations ce weekend , ça devrait repartir de plus belle la semaine prochaine ! Voici ce qui nous attend jusque jeudi prochain : - Dimanche, retour des pluies ☔ : Un front d'intensité modéré devrait arriver en cours de nuit par la Bretagne, on le retrouvera sur l'Ille-et-Vilaine à la mi-journée puis il sera positionner à l'est de nos régions en soirée, ondulant dans un flux de sud ouest de plus en plus rapide, les pluies devraient s'estomper temporairement en début de Nuit. La perturbation devrait déposer de 2 à 5 mm sur nos régions du Nord ouest et parfois 20 mm localement sur le Finistère . - Lundi , orageux et ventilé ⚡ : Dès le milieu de nuit, un front pluvio-orageux devrait débarquer par les côtes atlantiques . Il deviendra de plus en plus actif au fil des heures au point que des cellules pourraient s'y développer au petit matin avec de fortes intensités pluviométriques ! ( ci-dessous à gauche, simulation de la dégradation pluvio-orageuse en début de matinée ). En cours de journée, certains modèles voient un creusement se développer et transiter sur la Bretagne en début d'après midi, celui-ci pourrait alors générer un bon coup de vent sur nos régions , le modèle EURO4 (ci dessous à droite ) par exemple, simule des rafales jusque 90/100 Km/h dans les terres tout de même , la situation est très peu fiable sur ce point là , malgré l'échéance très proche, à suivre sur les prochaines réactualisations ! Mardi , ciel de traîne 🌈 : A l'arrière de la dépression de l'air froid en altitude (-26°C à 500 hPa ) devrait s'engouffrer sur le pays générant un ciel de traîne actif avec de nombreuses averses orageuses en journée , le vent sera de secteur sud-ouest et soufflera de façon modéré avec de bonnes rafales sous les averses , celui-ci se redressera en soirée prémice d'un nouveau front pour le lendemain ... Mercredi, on remet ça ☔ ! : Sans attendre une perturbation arrivera en cours de nuit par la Bretagne accompagnée de fortes rafales de vent : jusque 70/75 Km/h dans les terres en matinée ! En journée le vent devrait petit à petit se calmer, mais pas le front ! En effet, celui-ci pourrait onduler très longuement ( plus de 24 heures sur les mêmes zones ) provoquant de grosses accumulations comme nous le modélise ARPEGE ce soir : : Sur ces nouvelles bien humide , bonne fin de Week-end !
  13. Bonjour, GFS a bien changé ce midi ainsi que son ensemble, puisque il voit désormais l'établissement d'un flux continental froid ( pour la saison ) en mode Moscou-Paris ! L'effondrement des HG en haute latitude est sans cesse repoussé, un anticyclone devrait s'installer temporairement entre l'Islande et la Scandinavie avec donc un drain d'air continental sous la langue de HG en début de semaine prochaine : - Ensuite, une partie du bloc de bas géopotentiel provenant d'Europe continental se dirigerait en direction de l'Italie dans un flux d'est/Nord-est formant alors une vaste Goutte froide ou bien une langue de BG comme on peut le voir sur GEFS avec un renforcement du flux de Nord-est pour notre Pays , notamment vers le Sud-est au plus près du système . - Pour la suite de la semaine il semble que l'indice NAO pourrait rester dans une phase négative assez prononcée jusque en fin de semaine de ce topic ( encore et toujours des HG en haute latitude ? ), on devrait donc éviter le zonal ou les blocages anticyclonique en mode patator sur le pays, actuellement je miserais sur l'installation d'un vaste anticyclone Atlantique et ce dès le milieu de semaine, pouvant s'étendre jusque vers le Groënland, cela engendrerait en fin de semaine du Topic un flux de Nord-ouest / Nord avec des décrochages de bas géopotentiels de l'Islande vers l'Italie qui serait toujours sous les restes du bloc de bas géopotentiels décroché plut tôt ( gavage neigeux assuré sur les massifs avec ce scénario ) ... ceci n'est ni plus ni moins une interprétation de ce qu'on peut voir sur la moyenne des anos de géopotentiels de GEFS ... tout cela reste très peu fiable évidemment 😛 .
  14. Et bien ARPEGE lui voit Lorenzo nous toucher apportant un coup de vent , ça donne de belles cartes assez insolites , un casse tête ce phénomène le moindre décalage peu empêcher l'ouragan de se souder au système dépressionnaire atlantique ... ... EDIT : On a aussi CEP et UKMO qui voient les restes nous toucher sur les 12z , on a donc un duel Américains VS Européens ...
  15. Bonjour , et bien après beaucoup d'hésitation , il semble que notre ami Lorenzo remonte loin des côtes Européennes au milieu de l'Atlantique , tout simplement un retour aux premières modélisations ... je fais plus confiance en GFS sur ce genre de phénomènes . Il devrait donc nous envoyer une dorsale anticyclonique temporaire avec des températures en hausse progressive jusqu'au week end , l'activité dépressionnaire attendra sagement dans l'Atlantique avant que l'effondrement du blocage en haute latitude qui aurait lieu en fin de semaine renforce ce système de basses pressions tout en se dirigeant vers l'Europe du Nord , donnant un fux d'ouest plus ou moins ondulant à partir du week end .
×
×
  • Create New...