Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Bruno 49

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    4 717
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Bruno 49

  • Rang
    Cumulonimbus capillatus
  • Date de naissance 20/05/1964

Personal Information

  • Lieu
    Beauvoir mt st michel

Visiteurs récents du profil

1 448 visualisations du profil
  1. Le Languedocien littoral : soit il pleut pas pendant des mois, soit c'est un seau d'eau extrêmement dangereux. Le vent le plus fort venant de terre, aucun intérêt maritime, seulement des plages impraticables au moindre grain de sable (j'ai souvenir d'une semaine de ce genre à Leucate). Des étangs tout juste bons, malgré les assainissements contemporains, à brasser des moustiques par millions, et une chaleur qui empoisonne périodiquement les moules. Aucune garantie que la neige ne va pas réussir quand même à tout bloquer. Enfin, le marin peut bien lever-rarement- une grosse mer, pas de rocher pour voir les vagues et une visibilité sous pluie battante nulle.
  2. Ben justement j'en doute : il se passe que ces chiffres montrent que l'éolien, notamment là où il est puissant comme en Allemagne, inflige au réseau une demande supplémentaire alors que la demande est faible quand le vent d'ouest portant la douceur est général sur l'Europe occidentale et centrale. Comme le surcoût de l'éolien est justement dû moins au coût de l'éolienne qu'au coût de renforcement du réseau qui encaisse les intermittences et ne doit pas les restituer, nous avons un problème de rentabilité structurelle. En Angleterre où l'éolien est marginal, il est encore rentable précisément parce qu'il est peu développé et que le royaume-Uni n'encaisse pas une offre excédentaire sur le marché. Enfin les premières éoliennes allemandes vont devoir être démantelées justement à cause de ces coûts négatifs de l'électricité lorsqu'elles tournent bien : car leur tarif subventionné est valable jusque 2020. Le coût de ce démantèlement ne va pas simplifier les choses.
  3. Surcote de 70 cm au mt st michel + de vraies vagues = coupure totale à la pleine mer par coefficient 85 au lieu des 105 nécessaires par temps calme. La mer a franchi de 30cm la porte principale cotée à 12.2 st malo alors qu on avait 11.75 papier...
  4. Bonjour dourts, et merci pour l'article de l'INRA, c'est ennuyeux de voir que cette étude contredit non pas seulement Monsanto ni un utilisateur de ses produits de bonne foi tout comme moi, mais des conclusions précédentes du GIEC en Amérique du Nord. Espérons que le GIEC ne se trompe pas sur d'autres conclusions.
  5. Alors c est moi qui ai débloqué et pas l agriculteur. Lui a seulement souligné la contradiction entre l arrêt de ses labours - une très bonne chose donc - et usage de glyphosate.
  6. Question de béotien : j'ai entendu à Europe 1 au salon de l'agriculture un agriculteur qui plaidait que grâce au glyphosate, il n'avait plus à labourer, et il invoquait donc un risque de télescopage entre une pratique agraire de réchauffement climatique (les labours émettent fortement) et le maintien du glyphosate pratique agraire de pollution des sols. Est-ce exact? Et dans ce cas, par rapport aux articles publiés par Romain56, l'accélération de la disparition des oiseaux et des insectes n'est-elle pas en lien avec la réduction des labours qui priverait de nourriture facile des oiseaux et des insectes (sans remettre en cause le poids des pesticides et désherbants, une cause ne supprime pas l'autre)?
  7. Le plus simple c'est de faire comme moi jamais de second degré, par exemple si je dis que que tu te fais reprendre parce que tu représentes l'élite, le CA, alors qu'en tant qu'adhérent de base, j'ai tous les droits (pardon MCS 34!). Pour les écoles, on a un souci quand même c'est la pression faite pour raccourcir les enseignements dans l'après-midi pour pas mal de matières. Plus précisément, retarder les cours le matin aboutirait inéluctablement à raccourcir la durée de la journée, donc à remettre sur le tapis la durée totale des vacances scolaires qui est le record mondial toutes catégories. Et on retombe sur l'argument des loisirs que je crois, comme toi, central, mais pas pour les mêmes raisons : en fait Bernard, le problème français italien ou espagnol, c'est que la durée des loisirs y est une manne économique, contrairement à l'Allemagne qui compte moins de congés tout simplement parce que 80% des vacanciers français dépensent leurs sous en France, et 50% des Allemands (et pas les plus pauvres) le font hors d'Allemagne. Sans compter d'ailleurs tous les Européens du Nord que nous recevons de ce fait, et ce sont les plus gros portefeuilles... Certes, les congés c'est pas long sauf chez les profs, mais c'est en congé -et ceci inclut les week-end - et non au travail, par construction, qu'on peut dépenser ce qu'on gagne, consommer, quoi, et faire marcher le PIB, si du moins nous restons en France. Même si, écologiquement, consommer beaucoup c'est contestable, c'est pour cela et non, je le crois, par simple légèreté, que le gouvernement risque fort à mon sens de suivre la majorité des Français que je crois favorables (contrairement à moi, entre autres), au maintien des soirées estivales sans nuit, tout en laissant les enfants se lever un peu tôt. Mon seul argument touristique au maintien de l'heure d'hiver (faire dépenser plus dans les soirées après un coucher du soleil gratuit plus précoce) ne suffira pas . Bref, je pense que la base va obtenir de ses représentants un os à ronger, surtout par les temps qui courent où il faut bien faire des concessions tactiques, mais pas que pour cette raison.
  8. Je ne vois vraiment pas de quoi tu veux parler CA démission vive la démocratie directe à IC . Tout à fait dans le sujet en revanche : l'heure d'été, je rappelle à tous les passionnés de météo (il y en a je crois sur ces pages) que ça veut dire tous les modèles de prévi une heure plus tard....
  9. Situation actuelle : Des vents forts de Sud-Ouest sont observés sur la pointe de la Bretagne, jusqu'à 100 km/h dans l'intérieur et 110 km/h sur le littoral. Sur le reste du quart nord-ouest, les rafales sont de l'ordre de 70 à 80 km/h.Evolution prévue : En fin de nuit prochaine et demain matin, le vent de secteur Sud-Ouest se renforcera. Il sera accompagné de rafales voisines de 100 km/h dans l'intérieur, localement plus sur les côtes.Ce vent fort faiblira en première partie d'après-midi, sur les départements les plus à l'ouest; en fin d'après-midi pour les autres.Sur le reste de la moitié nord, le vent sera également sensible avec des rafales de l'ordre de 70 à 80 km/h localement 90km/h et jusqu'à 100 à 110 km/h sur le littoral.De fortes vagues sont attendues sur la façade atlantique cette nuit et demain. On voit dans le bulletin de vigi orange de Mf que la vitesse du vent n'est pas prévue plus importante sur les départements mis en orange que sur ceux qui ne le sont pas avec les mêmes rafales aujourd'hui ou demain à la côte. Il n'est pas prévu de vent plus fort dans le nord est, mais ils souffleront un peu plus longtemps. Donc non, la vigi orange n'est pas la simple application d'un barême national (d'ailleurs on n'aurait pas besoin de prévisionnistes mais seulement de robots pour déclencher une vigi, dans ce cas). La seule différence sur les cartes est la mise en jaune de départements pour lesquels 100 à l'heure en rafale c'est pas un événement début mars, et la mise en orange de ceux où elle est plus rare. Certes, il n'y a pas de barême départemental systématique comme pour la canicule, mais l'absence de barême ne signifie pas l'absence de choix de la part des prévisionnistes pour mettre x ou y en orange. La particularité du nord est est la durée des vents forts plus longue. MF précise en 2014 dans un pdf sur la vigilance intitulé les petits dejeuners de mf : "l'attribution des couleurs se fait toujours au cas par cas par un ingénieur de mf, il n'existe pas de critères chiffrésqui engendreraient automatiquement le passage d'un niveau de vigilance à un autre". Parmi les critères non chiffrés : "les habitudes des populations". 100km/h dans le nord-est c'est pas aussi fréquent que dans le Morbihan.
  10. Je pense que MF considère ces régions comme banalement exposées à des vents violents, notamment le littoral. Mais compte tenu du calme de cet hiver depuis des mois, c'est quand même un peu risqué de s'en tenir là...surtout un lundi tôt le matin, où il y a pas mal de gens sur la route.
  11. c'est quand même plus facile d'organiser une cantine sans oeufs frais qu'un système de transport urbain sans voiture, non?
  12. Sauf erreur de ma part, personne ici n'a dit qu'il ne fallait pas prendre ces mesures de réductions de vitesse. Elles sont tout à fait nécessaires quoique insuffisantes. L'article de BFM dit très bien que plus d'un quart de la pollution vient des transports, (il aurait pu tout aussi écrire que près des 3/4 n'en provient pas, mais bon...) En outre, -il y a télescopage net entre lutte contre la pollution de l'air et lutte contre les émissions de carbone : le retour au moteur à essence explique en partie l'augmentation des émissions de carbone du secteur transport. Quant aux hybrides, parlons de leur poids qui les fait surconsommer dès qu'ils quittent la ville... -je suis finalement partisan de maintenir le 80 à l'heure uniquement à cause de la plus faible consommation, et tout à fait pour passer les autoroutes à 110 (enfin, les tronçons qui ne le sont pas encore). Et je suis gros rouleur... -j'ai choisi, car j' avais le choix, de vivre à la campagne pour fuir le bruit et la pollution de l'air. Mais je sais pourtant très bien que c'est une fragilité personnelle dont je ne suis pas fier car je ne peux plus aller au boulot en vélo. j'ai, durant 40 ans, pédalé pour aller au travail dans des contions qui ,objectivement, s'amélioraient sur ces deux paramètres; c'est mon niveau de tolérance qui s'est effondré. Je suis capable de dissocier mon ressenti de la réalité. -aucune agglomération de 10 millions d'habitants ne peut prétendre être en émission faible de polluants (cf les 72% de polluants non attribuables aux transports en région parisienne). Il y a une échelle à partir de laquelle tout ce qu'on peut c'est limiter la casse, et, de ce point de vue, je pense que Paris a fait beaucoup d'efforts. Le seul reproche qu'on peut faire aux dirigeants parisiens, c'est que, comme tous les élus, ils ont regardé leur clocher, sans tenir compte des 8 millions d'habitants autour; mais la relocalisation de la vie politique, c'est maintenant dans la décentralisation, laquelle est dans la constitution, il est difficile de reprocher aux intéressés d'en faire usage. Pourtant sans jacobinisme, les grandes mesures environnementales sont très difficiles à prendre. Sans fédéralisme européen, il sera impossible à la France de faire entendre raison aux Allemands sur l'optimisation du réseau électrique européen et le poids des voitures (Mercedes...). La lutte contre la pollution de l'air est nécessaire, elle doit aussi pour être approuvée montrer qu'il y a dans ce domaine des résultats depuis des décennies, notamment par la réduction massive des émissions industrielles (et pas que par la tricherie consistant à virer la production en Asie). Nos raffineries sont beaucoup moins toxiques.
  13. Et ils expliquent qu'il faut se mobiliser comment? En séchant les cours le jeudi? (le vendredi est déjà pris...). Par ailleurs, il me semble qu'on écoute plus la radio chez soi et qu'on est moins souvent chez soi quand la nuit n'arrive pas, mais bon ils gèrent leur antenne comme ils veulent.
  14. La détérioration de la qualité de l’air par les activités humaines n’est pas un problème nouveau. Les combustions de bois et charbon, ainsi que les émissions de l’industrie étaient un problème identifié dans les grandes villes dès le début du XIXe siècle (le fameux « fog » de Londres), comme le rappelle le Centre interprofessionnel technique d’études et de la pollution de l’air (Citepa). Les mesures afin de juguler la pollution se sont multipliées et ont été renforcées depuis les années 1960 et ont commencé à faire effet. Le Citepa a ainsi observé que les concentrations de particules PM10 ont baissé de 54 % entre 1990 et 2016, et celles de PM2,5 se sont réduites de 61 % en France métropolitaine. Pourtant, la pollution reste à un niveau préoccupant pour la santé, et des dépassements de seuils (« pics ») sont encore régulièrement constatés. Extrait du monde.fr article de la rubrique "décodeurs", dix idées reçues sur la pollution de l'air, paragraphe "l'air n'a jamais été aussi pollué". Confirmation des données trouvées par Cotissois 31. Notre sensibilité a bel et bien augmenté, c'est bien pour être conscient des actes nécessaires, sauf si une dramatisation finit par décourager la population plus qu'autre chose.
  15. Excellent, le coup de l'association réunie en "congrès national", ça permet de prétendre n'avoir pas pu se reposer du week-end devant les copains et les proches...Surtout avec l'AG qui n'a plus lieu à ce moment là.
×
×
  • Créer...