Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Bruno 49

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    4911
  • Joined

  • Last visited

About Bruno 49

  • Rank
    Cumulonimbus capillatus
  • Birthday 05/20/1964

Personal Information

  • Location
    Beauvoir mt st michel

Recent Profile Visitors

2160 profile views
  1. Toujours à propos des propos tenus "supra" par Mme Masson Delmotte (lien mis par romain 56) : -dans l'enseignement, les climato-sceptiques sont derrière nous, et les programmes de collège en svt physique et géographie sont clairement orientés par les conclusions du GIEC, Le seul mandarin qui est pour le moins optimiste est Jean-Robert Pitte, qui a tort de mépriser Mme Thunberg, et semble mélanger les variations climatiques régionales avec le mouvement de réchauffement planétaire actuel, il est surtout d'un optimisme irréel sur les promesses de la technologie pour faire face. -une partie de la jeunesse est certes derrière Mme Thunberg, mais une partie des jeunes reste tout autant séduite par les rave parties saccageant entre autres l'agriculture, le tuning, les rodéos de voitures, la conduite de deux roues trafiqués archi polluants et nuisant au sommeil de populations considérables plus que la malbouffe ; enfin la sédentarité obèse devant les clips et le foot ne touche pas que les adultes... -faut-il aller plus loin par l'école? Lorsque Mme Masson Delmotte critique les publicités, les grosses voitures et la malbouffe, cela induit au bas mot un quart des métiers des parents de mes élèves, tous ceux dont l'activité économique dépend peu ou prou de la vente et donc de la capacité à susciter des désirs d'achats, souvent artificiels (car sinon, le marketing ne serait pas nécessaire), je ne me sens pas légitime à aller jusque là dans mes cours, et les excès d'un certain nombre de vegans, souvent très jeunes, qui n'hésitent plus à passer à l'acte au point de devenir des délinquants, ont pu trouver dans certains cours, par trop militants ponctuellement, matière à fortifier ce type de combat. L'école publique ne peut pas légitimement enseigner ouvertement contre les pratiques économiques qui l'entourent sans qu'elle en reçoive explicitement mandat politique par les électeurs. On est loin d'avoir ce mandat... Je pense vraiment que la sensibilisation à ce qui nous attend doit s'orienter sur les risques majeurs pour notre espèce, à savoir (on en parle) la réduction rapide de la bio-diversité, et les menaces pandémiques liées à la recomposition de celle-ci (on en parle beaucoup moins). Mais il n'appartient pas à l'école de dresser une partie de la population contre l'autre avec des enfants déchirés entre ce que font et vivent leurs parents et ce que professent leurs enseignants. Tous ces enjeux réclament du tact, sous peine de braquer plus que jamais la majorité silencieuse contre tout effort en profondeur. Ce que fait Mme Thunberg peut être un aiguillon utile, mais ne peut absolument pas être un discours institutionnel.
  2. Je reste surpris par le manque de concret dans l'exercice, et en particulier par l'obstination avec laquelle les dégâts sanitaires sont expédiés en une ligne allusive sur 12 pages. Les inondations et les sécheresses anticipées par Mme Masson-Delmotte ne mentionnent guère la France, et la montée du niveau des océans ainsi que les événements météo extrêmes n'ont aucune raison de préoccuper les classes moyennes supérieures (celles qui commandent) qui, à la lecture de la situation de 2050, peuvent estimer que la clim ainsi que l'habitat ailleurs qu'au bord de l'eau suffisent largement à se prémunir des ennuis des autres. Le principal danger à mon sens pour nous serait la remontée d'espèces animales dangereuses ainsi que les mutations virales à venir; par ici, la hausse du niveau de la mer est certes gênante, mais on ferait face; en revanche, une extension de moustiques intertropicaux vecteurs de paludisme équivaudrait à supprimer l'intégralité de la présence humaine et touristique dans la baie du Mont st Michel; de ce risque là, tangible et peut-être à moyen terme, nul ne parle alors que les plaines du Languedoc ont longtemps été infestées par la malaria sans même changer de climat. La polarisation sur les événements météos rares et la montée des eaux ne peuvent pas mobiliser les Français aisés. Faut-il donc y insister à ce point? Devant les microbes en revanche, nous sommes sinon égaux du moins tous en danger, cf les dégâts de la grande peste de 1348 qui ne se sont pas limités aux plus pauvres.
  3. Justement kékė, il y avait du vent, et heureusement il a plu, et avec aujourd hui la dispersion sera definitive. Je pense qu une bonne inversion thermique en coeur d anticyclone froid, ou une queue de canicule aurait, sur des gens affaiblis par froid ou chaleurs vifs, fait parler dans les hopitaux...
  4. La conférence en cours du préfet de Seine Maritime me semble étayée, en particulier le fait que ce sont les pompiers, premiers concernés, qui procèdent aux prélèvements et n'ont aucune raison pour le coup de raconter des salades, l'odeur semble trompeuse et apparemment les conditions climatiques ont été favorables, de même que les substances qui ont brûlé et qui n'étaient pas celles qui avaient justifié la mise en Seveso 3. Reste l'avertissement : des usines pétrochimiques ou chimiques sont potentiellement des risques majeurs, et la direction de l'usine a manqué de réactivité, pour le reste, voir l'analyse de Sebaas qui a la maîtrise du sujet sécurité, mais je reste sur ma fin quantà l'exception française dans ce secteur, car, pour y mettre fin, il faut trouver d'où viennent nos erreurs de réaction.
  5. Pourquoi ces "diverses raisons" que tu exposes bien par ailleurs? Nous avons le même cerveau que les voisins en principe?
  6. Nous avons la preuve de la relativité des informations : sans le décès de Chirac, cette catastrophe aurait été plus sérieusement traitée par les médias. Par ailleurs il ne fait guère de doute que la peur irraisonnée du nucléaire dans les médias aboutit à une sous-estimation des conséquences de pollutions industrielles qui font XIX° siècle : dit autrement, cet incendie contribuera sans doute à tuer indirectement plus de personnes que Fukushima (0 mort selon l'UNSCEAR après analyse fouillée des émanations sur site), mais très peu (la pollution n'est pas chronique dans cet incendie, et les hôpitaux ne signalent pas une vague de symptômes alarmants), et surtout personne ne s'intéresse à la mort chronique due au fonctionnement ordinaire de ce genre d'usines, même si des progrès géants ont été accomplis par les industriels du secteur. On imagine la presse si la centrale nucléaire de Nogent sur Marne, autrement éloignée de Paris que l'écrasante majorité des sites petro-chimiques en France, voyait son enceinte de confinement sauter comme à Fukushima...ce qui ne donnerait sans doute comme à Fukushima que des morts provoqués par l'évacuation trop large (les Japonais ont réduit les périmètres d'évacuation suite aux 70 morts qui sont les seules victimes "nucléaires" de ce tsunami). Dans le cadre de ce forum, il serait intéressant d'avoir l'avis de gens compétents sur ce qui se serait passé si ce genre d'incendie s'était produit sous couvercle anticyclonique avec canicule ou grand froid agissant sur des populations alors fragilisées...
  7. Et ce avec une marée équinoxiale de premier ordre jusque mardi soir, on part possiblement en surcote sur des niveaux dépassant une 119 "papier" dimanche soir (dissymétrie saisonnière impliquant une marée plus forte en après-midi et soirée), intéressant pour spectacle sur site exposé sans pour autant risque réel de submersion avec dégâts, ce n'est pour l'heure qu'un petit coup de vent, avec peut-être un deuxième coup en noroît mardi en début d'après-midi entre Seine-Maritime et Boulonnais (surveiller Wimereux, ainsi que des légers débordements portuaires sur St Valéry en Caux ou Fécamp). On devrait dépasser la barre des 13.5 à St Malo dimanche soir (13.44 attendus, autant que la 119 de mars 2015), grosse submersion au Mont st MIchel très probable avec polders entièrement coulés jusqu'au GR, mais avec un horaire compliqué car très crépusculaire, en cas de pluie pas évacuée on ne verrait pas bien l'étale (20h35). Houle longue ou mer du vent surimposée au Sillon dimanche soir et mardi? Pour une fois le mauvais sort des grandes marées de septembre (ordinairement platissimes) semble conjuré.
  8. Paradoxe, la fête de la St Michel au Mont du même nom s'annonce pas très bien le dimanche 29, malgré une méga marée le soir : cette marée d'exception (surcote de 20 cm sur une 12.45m papier probable, donc plus qu'une 119 de printemps moyenne!) pourrait être peu observable à cause de la pluie déjà gênante en soi, mais qui pourrait plonger la pleine mer dans la nuit dès le crépuscule. On risque de payer cash l'excédent de soleil des derniers mois, pourvu que le timing de la perturbation change et balance les pluies la nuit ou le matin... Du coup, surveiller vers St Malo dès samedi soir (voire vendredi soir) le maintien d'une houle longue dans les points exposés (Sillon/ Rochebonne), la pluie gênant un peu moins dans ce secteur sous éclairage urbain et doté d'abris par vents de sud ouest à ouest.
  9. Ne pas confondre équinoxe astronomique et syzygie équinoxiale, demain lors de l'équinoxe d'automne le coef est de 37, un des plus minables du mois, il faut d'abord que la lune soit proche de la terre à la pleine ou à la nouvelle lune de septembre pour produire une grande marée de référence, et ce ne sera le cas que les 29/30, donc au moment précis où, pour l'heure, nous sortirions du flux d'ouest. Mais c'est du hasard, seulement depuis plusieurs années le hasard est malheureusement conforme au fait que septembre n'est pas du tout un mois de tempête, ce sont les mois de décembre janvier/février qui cartonnent. Les habitants des littoraux à marée savent bien qu'une grande marée moyenne en hiver (cf.Xyhthia) est bien plus dangereuse statistiquement qu'une marée d'exception en septembre (rappel : la dernière "marée de tempête" est Eléonore le 3 janvier 2018). Les tempêtes de septembre s'inscrivent dans la mémoire des anciens justement parce qu'elles sont rares, donc marquent plus. Ma blague était de faire croire au caractère prédictif météo de la marée qui , sauf phénomène local style déplacement de bouchons de brume ou modulation de brises, est une légende littorale (il y a bien des légendes urbaines), la marée étant uniquement un phénomène ondulatoire d'origine astronomique, donc hors troposphère. Les coïncidences grandes marées avec du gros temps sont rares, plus encore en août/septembre qu'en février/mars, et heureusement sans quoi le littoral aurait reculé de plusieurs centaines de mètres que son trait actuel. Enfin, lors de la reverse du courant donc en début de jusant, il peut se produire provisoirement une amplification du ressac en Manche : la marée montante tend à réduire les distances entre deux vagues, et la marée descendante à les accroître, en empêchant ainsi le retrait d'une vague de contrer l'impact de la suivante. Pour revenir au sujet, je rejoins mike, parce que la tendance habituelle des vieilles dépressions tropicales ces dernières années c'est de nous coller des dorsales méridionales, cela fait bien longtemps que des systèmes extra-tropicaux ne sont plus parvenus à se régénérer à proximité des côtes européennes...
  10. "Mode joke on" N'oublions pas non plus la malédiction des grandes marées de septembre : "quand 115 de coefficient auras, mer plate sera". "Mode joke off
  11. Bouchon de brume sur la baie du mont st michel, sous faible brise de nord à nord est ce qui surprend, vif contraste terre/mer si cela devait perdurer! Edit : finalement dispersion en cours. Retour à l ennui meteo absolu, appelé aussi beau temps!
  12. Le topic précédent s'achevait sur la perspective d'une situation à patates nous résumait fort bien anecdote : Ce soir les premières sorties nous amènent à ceci en début de topic à une semaine de l'automne calendaire Non seulement le renversement synoptique total avec ce soir aura bien lieu ( en ce moment c'est fraîcheur relative en Europe de l'ouest, chaleur en Europe centrale), mais gem et gfs nous mettent un renforcement de l'activité dépressionnaire sur le Labrador suffisante pour rectifier le flux au sud est ou au sud, mais insuffisante pour déloger les hp en Europe. Dans ces conditions, le scénario dominant ce soir pour l'heure c'est 15° à l'aube et 25 à 30° l'après-midi. L'été 2019 a l'intention de se faire remarquer jusqu'au bout. Sécheresse probablement bien partie pour durer, les pluies de demain pour ceux qui en auront sont à stocker précieusement.
  13. Qu est ce que je suis naïf quand même...
  14. Allez je prends le risque de croire que les runs de ce matin sont les bons, et que pour une fois la rentrée scolaire se fera dans un temps bien rafraîchi. Et une grande marée remarquable avec un flux de nord ouest à ouest, même mollasson, devrait apporter dès samedi soir et plus encore dimanche soir (un peu en nocturne sur la fin il est vrai) une splendide invasion des polders et une belle insularité au mont st michel, en attendant la "big one" de la saint Michel😊...
  15. Pastourelle a raison, il n'est pas HS dans la mesure où lui et thib 91 rectifient une grosse erreur de ma part sur les prévisions comme la situation notamment dans le sud ouest, et Ralala 78 a raison sur Angers (qui est de surcroît rarement perçu comme dans la moitié sud).
×
×
  • Create New...