Fred06

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    4 200
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Fred06

  • Rang
    Cumulonimbus capillatus
  • Date de naissance 17/01/1986

Personal Information

  • Lieu
    Nice (06)

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonjour, Moins d'instabilité qu'attendue aujourd'hui dans les terres et notamment le Haut-Pays. Une belle enclume était visible la veille mais l'activité aura été assez succincte également hier dans l'intérieur. Ensoleillé sur la côte. 23.3° / 32.0° à Nice-CA.
  2. Fred06

    Série avec Tn>25°

    Bonjour Noël, Désolé d'avoir mis un peu de temps à répondre mais pas forcément évident de le prendre pour étayer quelques discussions. Comparer des sites différents est un peu risque. Je pense que nous ne pouvons pas reprendre les conditions qui ont lieu sur le toulonnais et les comparer avec le secteur niçois, je ne connais pas exactement la topographie varoise (qui serait d'ailleurs également intéressante) et ses conséquences locales sur le climat mais ce qui peut être un fait à un endroit ne l’est pas systématiquement sur l’autre, notamment l’altitude. Si elle a parfois peu d'influence sur un lieu, elle joue un rôle non négligeable au contraire sur l'écoulement des flux dans le département maralpins en tout cas. La topographie départementale n’est pas la même et les brises de pente pas comparables où l'on se trouve, les vallées et l’altitude aura une incidence plus ou moins importante selon les lieux étudiés dans le Sud du département, que l’on se retrouve à Mandelieu, Nice, à Beaulieu-sur-Mer (proche Cap Ferrat) ou même en poussant plus loin à Vintimille ou San Remo (deux villes proches présentant des conditions diverses). Comme j'en fais une référence plus bas, et comme signalé par Pierre Carrega, la brise de pente nocturne que subit l’aéroport n’est pas de la même provenance que la brise thermique que va subir d’autres secteurs à l'Est. Si bien que la brise de pente peut même être très affaiblies dans certaines baies. Le modèle Arôme semble d'ailleurs avoir pris acte de cette particularité dans la modélisation. De toute façon, en tout lieu de France, la station de référence fait office dans la majeure partie des cas de stations climatologiques permettant par ailleurs d’étudier l’évolution du climat de chacune des zones et bien entendu de prévenir des risques météorologiques dans une situation active et de son origine mise en exploitation pour le domaine aérien. Prendre Bouthéon comme référence, ne donnera jamais l’indication réelle de la température que l’on retrouvera selon les différents quartiers de Saint-Etienne mais une indication proche de celle que l’on pourrait retrouver. Pour revenir à Nice, Pierre-Carrega, sur des séries de données qui ne sont pas d’une durée équivalente à une normale sur ce document (il a tout de même fait ses études de T° sur plus de 30 ans dont nous ne voyons pas ici le résultat, ni toutes les saisons d’ailleurs), nous montre que Nice-CA et ses environs Nord, à l’embouchure du Var, subissent plus modérément dans ce couloir descendant les effets de brise de pente en période nocturne provenant des cimes à plus de 2500m d’altitude (avec effet positif ou négatif selon la saison) et un effet différent également des valeurs diurnes. Pour revenir à la VP2 de Nice-Carlone, nous nous en sommes tenus aux Tn mais l’exemple des trois dernières semaines qui viennent de s’écouler montre inversement que les séries de Tx au-dessus de 30° sont supérieures à celle de la référente Nice-CA, bon, nous le savons depuis longtemps. Sur ce mois d’août, Nice-Carlone a connu à ce jour 20 Tx > 30° sur les 22 derniers jours contre 12 jours à Nice-CA. En prenant référence MF de Nice-CA, sur ce paramètre, nous sous-évaluons certainement l’intensité des valeurs diurnes (je n'évoque pas le ressenti) si on a la généralisait à Nice de la période qui vient de s’écouler. Mais il faut être juste et ne pas s'éparpiller, une référente nous permettra d’évaluer l’évolution du climat au fil des décennies et c’est à cela que les moyennes et les séries nous servent. Si l’on en revient aux Tn > 25°, 8 consécutives à Nice-CA reste une série qui fera date, il y en aurait peut-être eu quelques unes de plus encore au Cap Ferrat en extrapolant ici, selon l’étude topographique effectuée par des professeurs locaux où encore aux normales vérifiées plus élevées sur cette partie, mais là n’est pas l’essentiel. La comparaison n’est pas entre les lieux mais sur la station référente. Tout comme l’on pourrait dire qu’une série de Tx de 10 jours consécutifs > 30° à Nice-CA comme elle vient de se produire représente la 3ème série la plus importante de la station. Pourtant on imagine bien qu’à Nice-Carlone, elle serait plus en retrait d’une série remarquable. Pour passer à un autre registre, celui de l’évolution des normales, il y aurait de quoi disséquer bien volontiers effectivement, mais en y allant rapidement, je vais en oublier énormément, et là je n'évoquerai que quelques paramètres de T° non exhaustifs. La progression des normales de saison vers le haut n’est pas identique selon les saisons et les paramètres. On remarque sur Nice-CA, des périodes de normales allant de 1951-1980 à 1991-2018, une augmentation beaucoup plus significative des Tm en été (+1.8°) , qu’au printemps (+1.2°), suivent l’automne (+1.0°) et l’hiver en dernière position (+0.7°). Les disparités sont parfois notables que l’on considère les Tn ou les Tx, d’autant plus orientées sur des zones côtières, même si la Méditerranée régulant les Tx plus fortement semble tout de même se réchauffer de façon effrénée également. Pierre Carrega a d’ailleurs montré que la hausse des Tx n’est pas tout à fait corrélée avec la hausse des points de rosée, notamment en hiver où l’air à tendance à se déshumidifier au fil des décennies. Il ne fait pas part dans cet article de l’été qui voit au contraire le point de rosée progresser plus nettement par la rapport à la Tx. Il l’entrevoit toutefois dans l’article cité deux posts auparavant avec un inversement de la tendance à la fin du printemps. En résumé, les Txm subissent moins la tendance du réchauffement l’été mais l’humidité progressant augmente le ressenti de cette chaleur au fil des décennies. Inversement, l’hiver, l’humidité tend à diminuer au fil du temps, mais les valeurs progressent moins. Les Tn quant à elles sont beaucoup plus impactées avec une progression plus nette et linéaire. En les comparant aux Tm, en été (+2.1° à +2.2°), au printemps (+1.4°), en automne (+1.3°) et en hiver (+0.8°) où la progression est la moins sensible. Cette différence peut se retrouver autant dans la circulation atmosphérique selon les saisons, que dans la topographie des lieux (brises de pente beaucoup plus tenaces et importantes en hiver provenant des cimes à plus de 2500m d’altitude jusqu’à l’embouchure du Var au niveau de l’aéroport). Rappelons que cette station de Nice-CA, au vu de l’orientation de ses brises thermiques et l'écoulement de l'air subi au final moins les effets de l’urbanisation. Une station en ville comme Nice-Carlone de nos jours verrait certainement incrémenter l’étude de Pierre-Carrega, avec une augmentation peut-être bien plus sensible de certaines données. L’étude serait intéressante du Côte du Cap Ferrat où l’effet d’essor urbain est plus limité, je n’ai actuellement plus ma base de données de cette station pour les moyennes mais les récurrences de records en disent long sur la période depuis 1990, permettant d’éloigner à raison une conséquence de l’effet urbain. Pour une station ouverte en 1895, sur la saison estivale (où l’augmentation est la plus forte à Nice-CA), le mois de Juin présente parmi les 9 premières valeurs mensuelles de Tnmx 6 après 1990, le mois de Juillet 5 sur 9 après 1990, en Août 8 sur 9 après 1990. En terme de Tnxx 9 sur 9 en Juin, 4 sur 9 en Juillet, 7 sur 9 en Août. Par ailleurs en hiver, en terme de Tnmx , 6 sur 9 en décembre, 5 sur 9 en janvier, 6 sur 9 en février. Ci-dessous un tableau montrant la progression des normales saisonnières depuis 1943 à Nice-CA, données sur site actuel après 1946.
  3. Fred06

    Temps en Italie - Années 2017/2018

    Oui c'est un peu sévère tout de même, l'ARPAL effectue des rapports d'événements météorologiques - s'ils ne sont pas extrêmement détaillés, permettent de faire le point sur la situation qui a favorisé l'événement avec nombreuses cartes et les relevés météo - mais se limite souvent effectivement aux épisodes d'importance puisque les cas à étudier sont parfois nombreux entre les diverses provinces de la Ligurie, même s'ils s'attardent parfois sur des événements de moindre importance aussi. Un exemple pour un des événements de 2016 (21 novembre) : https://www.arpal.gov.it/contenuti_statici//pubblicazioni/rapporti_eventi/2016/REM_20161121-25 AllertaRossa_vers20170217.pdf Ou encore un parmi 2014 (9 octobre) : https://www.arpal.gov.it/contenuti_statici//pubblicazioni/rapporti_eventi/2014/REM_20141009_alluvione_Genova-vers20150213.pdf L'événement connu du 4 novembre 2011 : https://www.arpal.gov.it/contenuti_statici//pubblicazioni/rapporti_eventi/2011/REM_20111104_alluvione_genova_(versione_19122011).pdf Ou un plus récent, et presque ordinaire du 10 décembre 2017 : https://www.arpal.gov.it/contenuti_statici//pubblicazioni/rapporti_eventi/2017/REM_20171210_12_Rossa_Arancione_vers20180207.pdf
  4. Bonsoir, Rien de bien marquant à signaler, pas d'évolution diurne notable dans l'intérieur ce jour. Un peu au-dessus tout de même sur ce poste très récent qui a une Txm (non représentative d'une normale trentenaire) de 26,2° sur la deuxième décade 2011-2017.
  5. Fred06

    Temps en Italie - Années 2017/2018

    Bonjour, La cellule qui sévissait dans le Golfe de Gènes depuis ce matin (un bel orage en V d'ailleurs) n'avait rien d'inhabituel et était plutôt de nature assez faible par rapport aux conditions d'intensité pluviométrique et de cumuls extrêmes que peut subir la Ligurie lors d'orages en V célèbres (plusieurs centaines de mm en quelques heures jusqu'au littoral). Malgré tout, cet épisode, bien que normal pour le coin, a peut-être été l'élément fatal sur cette structure présentant divers défauts de construction et sa vétusté chronique. La société autoroutière avait d'ailleurs engagé ces derniers mois des travaux de renforcement qui étaient d'ailleurs toujours en cours au moment de son affaissement d'après un communiqué. Un tel événement est incroyable J'avais fait une petite composition de cette structure entre 10hi et 14h
  6. Fred06

    Série avec Tn>25°

    Bonsoir Noël, Ah quel regret également d'avoir suivi la perte de la mesure d'insolation de la station de Toulon- La Mitre, même si comme tu le disais celle-ci souffrait d'un environnement ne lui permettant pas de s'exprimer pleinement avec une perte notable notamment en fin de journée si mes souvenirs sont les bons. Je pense que cette station, ou du moins pour son insolation uniquement, aurait mérité d'être déplacée dans une zone de bien meilleure qualité tant c'était une zone pour le moins intéressante pour l'ensoleillement pour tout climatologue passionné. D'autant que pour ce paramètre, et cela n'est pas le cas pour tous les paramètres, mais pour celui-ci un déplacement n'aurait pas été problématique. Pour le sujet principal de la discussion, je pense que l'on se rejoint effectivement sur de très nombreux points. Il est vrai que nous manquons de temps je pense pour aborder les différents points et paramètres de la climatologie (je pense que l'année prochaine nous y serions encore) mais en effet chacun des paramètres que nous pourrions évoquer peut ne pas convenir à ce dont nous aurions pu parler pour un autre paramètre (exemple la disparité et la localisation des pluies sur un événement) mais c'est là que la climatologie va intervenir et l'utilisation des normales, et plus encore des moyennes sur de longues périodes) face à des relevés météorologiques ponctuels va apporter un réel sens aux relevés. La normale définira mieux les conditions climatiques d'une région par la convergence ou non en différents points des nombreuses récurrences qui interviendront durant cet intervalle de temps (30 ans, ou beaucoup plus sur des moyennes longues). Et la multiplication des postes de mesures permettre en effet de mettre en relation ces normales avec les zones de population correspondantes. Il peut en effet tomber 20 mm en un endroit un jour et rien à quelques km, puis les événements s'inverser, ou pas totalement. Et c'est donc là que la climatologie intervient. Et la multiplications des postes intéressante. Mais à ce jour, et pas plus à l'avenir ceci-dit, sauf par le développement de réseaux tels que Stat'IC ou de nature privée, c'est plutôt difficile de faire correspondre chaque lieu à ses spécificités locales. Et encore, quand on regarde la météo définir Marignane pour Marseille, Bouthéon pour Saint-Etienne, Mérignac pour Bordeaux, etc... on n'est parfois plus ici de l'ordre de quelques dixièmes pour une température, ou quelques mm pour des précipitations. Je pense que la caractérisation d'un climat doit se faire principalement par des moyennes que par des événements spontanés (rien de plus normal à cela me dirais-tu) et que des événements spontanés, aussi soit-il record, pris seuls ne peuvent décrire un climat, mais comprendre la relation entre climat et topographie des lieux sur une échelle locale et aider à poser quelques informations. En gros, c'est comme si on disait (à plus grande échelle ceci-dit), il peut aussi faire 34° à Stockholm puisque c'est arrivé mais l'étude des récurrences permettra non pas de définir un climat mais d'en apporter le caractère remarquable de la situation météorologique qui se présente et de le positionner dans le temps par rapport aux moyennes et dans l'espace par rapport à la topographie rencontrée. Je me permets de mettre ici un lien du célèbre (d'autant plus pour nous azuréens) Professeur Carrega, du CRES de Nice, qui a fait de nombreuses études sur le climat, le déplacement des polluants, etc... à Nice et autour, mais pas uniquement, en se centrant ici sur un résumé uniquement du climat urbain de Nice : http://lodel.irevues.inist.fr/climatologie/index.php?id=75 Assez synthétique par rapport à ses recherches mais donnant une première idée. On peut par ailleurs dans une synthèse courte et rapide comprendre la particularité inédite en France "continentale" des phénomènes continues de brises thermiques à Nice : 92% du temps la nuit et 59% le jour sur une année d'étude. Le climat du département tellement contrasté aurait mérité des recherches d'ampleur (déjà abordées mais tellement longues à décortiquer) et passionnées.
  7. Bonsoir, Le vent d'Ouest, très passager ceci dit, n'a pas poussé plus loin que le secteur de Cannes avec une première réelle amplitude liée au foehn cette année sur ce secteur où il n'a pas bien pointé son nez. La limite habituelle du Cap d'Antibes a été respectée, plus humide et habituel donc à l'Est avec un Td ordinaire cette fois autour de 22° sur le secteur niçois en journée. Température en ordre dispersé à Nice-CA, avec une Tn un peu en dessous des normales et une Tx qui a profité d'un air parfois un peu moins lourd pour s'établir au-dessus. C'est la Tn la plus basse depuis le 17 juillet. 20.8°/30.4° Température mer en baisse au large avec 26° à 27°, consécutif au léger établissement de secteur Ouest, notamment plus vers le large, faible et peu durable, peu sensible sur les côtes et même inexistant cet après-midi du coté de Menton où je me trouvais. Pour revenir à l'épisode pluvieux, les cumuls sont faibles en général sur l'ensemble du département, 2 à 10 mm relevés. 3.2 mm à Nice-CA.
  8. Fred06

    Série avec Tn>25°

    Bonjour Noël, La discussion est passionnante mais nous pourrions peut-être la suivre en privé pour ne pas partir sur un hors-sujet sur ce topic mais il est une évidence que c'est pour cela que chacun d'entre nous utilise le nom de la station pour définir les conditions que l'on rencontre. Les disparités sont réelles et d'autant plus quand il s'agit de valeurs relevées à quelques dixièmes près entre les stations, des séries peuvent s'arrêter ou se poursuivre ici ou là. Il ne s'agit pas de généraliser bien entendu, et loin de moi cette idée, mais d'évoquer la perte regrettable des stations à l'Est de Nice plus douces que celle de Nice-CA, c'est un fait et non une extrapolation. Pour exemple, sur 1981-2010, Tnm annuelle de 12.4° à Nice-CA (alt. 2m), sur 1981-2008, 13.7° au Cap Ferrat (bien plus loin de la mer, alt. 132m). Lors d'Août 2003, Tnm 23.7° à Nice-CA (5 Tn consécutives à 25°), Tnm 24.6° au Cap Ferrat (8 Tn consécutives à 25°). La différence est encore plus notable en hiver. En Janvier, Normale mini : 5.3° à Nice-CA, 7.8° au Cap Ferrat. Pour évoquer les stations présentes dans une ville, il est de même ordre que dire que l'on ne retrouve pas les mêmes valeurs, d'autant plus sur des villes côtières et à collines élevées sur l'ensemble de la commune. Pour exemple, en terme de Tx, elles peuvent s'envoler que l'on se retrouve au stade dans la vallée du Var ou au port beaucoup plus timorées. Que l'on se retrouve sur les collines ou en bord de mer. Nice monte à plus de 500 m d'altitude, d'une synoptique, nous ne pourrons effectivement jamais généraliser, mais nous pouvons décrire une configuration climatique d'ensemble pour une majorité des habitants qui, à Nice, habitent à une altitude proche de celle de la mer et donc proches des conditions de la synoptique Nice-CA. (et c'est d'autant plus vrai entre Nice et Menton où les lieux de vie sont très majoritairement côtiers avec pour référence Cap Ferrat). Malgré tout pour information, et pour que nous soyons complets sur ce que nous décrivons, nous avons en terme de gelées, depuis 2012 : 1 gelée à Nice-CA (alt. 2m) le 17 janvier 2017 (-1,8°) 2 gelées à Nice-Carlone (alt. 70m) les 26 et 27 février 2018 (-0,4° et -0,8°), et qui de fait, fait même plus en terme de nombre de jours consécutifs sans gelée que Nice-CA considérée comme station de référence : près de 6 ans au moins (premières gelées depuis la mise en place de la station en 2012). Ces deux stations peuvent être considérées comme représentatives d'une grande partie de la ville, avec comme référence MF Nice-CA. Evidemment, si nous prenons le pic à 520 m d'altitude, nous en aurons plus, tout comme Nice-Pessicart qui va décrire un peu plus les conditions que l'on rencontre plus dans les terres collinaires. Dommage que nous n'ayons pas de station du côté de la vallée du Paillon, où ce trou à froid surprend dans ce coin et offrirait des conditions hivernales de vallée.
  9. Fred06

    Série avec Tn>25°

    Noël, c'est une évidence et je partage bien entendu ton avis sur la chance d'avoir accès à un réseau tel Stat'IC qui contribue à offrir année après année un nombre de stations intéressant. Mais tu sais tout aussi bien que moi que la côte entre Nice et Menton présente une véritable particularité locale au niveau des minimales d'une part et de l'humidité ambiante qui y règne en continue du fait de la chaine alpine qui crée une véritable barrière sur cette portion (une station est d'ailleurs en cours d'étude dans le coin). Cela se retrouve par des espèces endémiques que l'on ne retrouve uniquement entre le Cap Ferrat et Albenga en Italie. Nice-CA n'est pas la plus douce du secteur. Les stations du Cap Ferrat et d'autant plus de Monaco (bien plus douce que Nice-CA en Tn) sur ces secteurs ne peuvent être nullement remplacées par des stations sur la partie plus à l'Ouest du littoral qui ne représente pas la même topographie (la référence pourrait aisément aller vers la synoptique de Cannes-Mandelieu à l'Ouest de Nice). Pour Menton, qui se situe à plus de 250m d'altitude tout de même, ça serait effectivement intéressant, même si ce secteur proche a subi deux orages durant la période, il ne serait pas étonnant que les Tn y étaient établies à ces moments-là. Pour parler de Nice-Carlone (VP2) puisque l'on en parle, cette station n'avait pas gelé le 17 janvier 2017 (Tn de +0.7°) alors que Nice-CA (avec un incroyable -1.8° !) a mis fin ce jour-là à près de 5 années sans gelée, alors que la série sans gelée se poursuivait à la VP2 de Nice-Carlone. Nice-Port avait également enregistré une Tn de +0.7°. Comme quoi, parfois, ça tourne aussi.
  10. Fred06

    Série avec Tn>25°

    5 jours consécutifs à la VP2 de Nice-Carlone entourés de deux valeurs supplémentaires à 3 et 5 dixièmes près, pour une station située à 70m d'altitude. Pour revenir aux stations synoptiques, la disparition de la station centenaire du Cap Ferrat et de celle de Monaco (encore plus douces que Nice-Côte-d'Azur en minimales sur les précédentes normales) ne nous le dira pas mais entre Nice et Menton, de belles séries auraient pu être réalisées sur cet épisode.
  11. Fred06

    Série avec Tn>25°

    Bonsoir Merci Fabio, je n'avais pas aperçu ce sujet auparavant. Nous avons donc sur cette série de Tn >= 25° consécutives, 5 jours consécutifs au Cap Béar, Sète et Perpignan, les deux premières augmentant leur record tous mois confondus d'un jour 8 jours consécutifs à Nice-CA, augmentant son record tous mois confondus de trois jours (ancien 2003), depuis 1942.
  12. Bonjour, Tn 25.1° à Nice-CA ce jour. Si la valeur n'est pas remarquable ici, la durée des nuits très chaudes (Tn >= 25°) l'est par ailleurs avec une 8ème consécutive constituant un nouveau record tous mois confondus, et de loin devant les 5 consécutives du 4 au 8 août 2003. @CFR Aurait-on une idée du record national sur ce paramètre ?
  13. Fred06

    Temps en Italie - Années 2017/2018

    Pour info, la Ligurie a connu des températures minimales records ou très élevées notamment pour la journée du 4 août. Selon l'ARPAL, on retrouve en Tn, les valeurs hautes pour chacune des provinces ligures: 30.4° à Alassio (SV), 29.4° à Castellari (SV), 29.2° à Sciarborasca (GE), 28.5° à Cipressa (IM), 27.3° à Corniolo (SP)
  14. Bonjour, Valeurs quelque peu en retrait aujourd'hui et matinée plutôt sèche pour le coin (Td entre 16° et 20° au fil des heures de la matinée). Sensation en tout cas plus agréable. Tn de 25.1° à Nice-CA, (26.1°/33.4° la veille, Tdx horaire de 24.1°). Sur les VP2, 25.0° au port de Nice (Sud-Est), 24.5° à Nice-Carlone (Centre-Ouest), 24.3° à Nice-Pessicart (Nord, alt. 190m). Nuit plus chaude encore plus à l'Est de la côte azuréenne, avec 24.6° de Tn à la VP2 de La Turbie (alt. 490m) et autour de 27° au plus bas de la nuit à la station MF de Menton. (En aparté, de l'autre côté de la frontière, pour revenir à la journée du 4 août, une station a vu sa mini se maintenir au-dessus du seuil des 30° de Tn en Ligurie avec 30.4° à Alassio, communiqué de l'ARPAL, météo ligure).
  15. Bonjour, Sans être dans les valeurs remarquables, les mini restent élevées sur le secteur niçois, 26.1° à Nice-CA, et entre 25° et 26° sur les VP2, avec une stabilisation autour des 33° vers 10h30 ce matin avant la levée de la brise, pour le moment pas trop humide (Td 19°) et donc plus supportable. Sur le reste du département, la veille les valeurs ont atteints 32° à 36°, 30° jusque vers 900m d'altitude comme à Saint-Martin-Vésubie, ou 29° à Courségoules (environ 1000m). À noter à Menton, mini 27° / maxi 36°, environ 35° de maxi à Antibes. Les Tn dans les secteurs du Roussillon et de la Vallée du Rhône ont souvent été maintenues par une belle linéarité de la composante de terre au niveau des vents (Tramontane, Mistral) qui ont permis de conserver un air plutôt sec et parfois compressé bien aidés par des reliefs collinaires (notamment en Roussillon) conservant des valeurs de températures élevées, sans qu'une composante marine et plus humide, et plus fraiche sur ces secteurs ne viennent perturber.