JBR

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    1 545
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de JBR

  • Rang
    Cumulus mediocris
  • Date de naissance 06/03/1970

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. JBR

    La Scandinavie aux 4 saisons

    La température n'est effectivement pas descendue en dessous de 25,2°C au phare de Makkaur (70°42'N) dans la nuit du 18 au 19 juillet 2018. Il s'agit de la température minimale nocturne la plus élevée jamais enregistrée dans le nord de la Norvège et de la Scandinavie d'une manière plus générale. Le précédent record pour le nord de la Norvège était de 24,7°C le 01/07/1972 à Grøtøy. Il s'agit également de la 3e Tn la plus élevée jamais enregistrée en Scandinavie, derrière les records détenus par Alstadhaug (Norvège) avec 25,8°C le 05/07/1937 et Halden-Langbryggen (Norvège) avec 25,5°C le 09/07/1933.
  2. JBR

    La Scandinavie aux 4 saisons

    Je dirais plutôt un élan.
  3. JBR

    Suivi de la chaleur en Afrique

    Attention : gros coup de chaud attendu en Algérie fin juillet 2018 (~27-29). Selon les dernières prévisions, les modèles tablent sur un isotherme 35°C à 850 hPa : du jamais vu ! Lors du précédent record absolu enregistré à In Salah en juillet 2002 (50,6°C le 12), on avait relevé jusqu'à 33,7°C à 850 hPa. La température pourrait donc atteindre 51°C , voire plus localement. Affaire à suivre…
  4. JBR

    Suivi du temps au Japon

  5. JBR

    Météo en Algérie

    Et 49,2°C ce jeudi 5 juillet à Tozeur en Tunisie, soit juste derrière le record national (50,1°C le 26/07/2005 à El Borma) !
  6. JBR

    Climatologie Février 2018

    Pas de place au hasard : cette donnée provient de Météo France.
  7. JBR

    La Scandinavie aux 4 saisons

    Des pressions extrêmement élevées en cette fin février 2018 dans le nord de l’Europe, plus de 1050 hPa en Scandinavie. Plusieurs stations dans le comté norvégien de Finnmark (extrême nord du pays) ont enregistré un record absolu de haute pression. Ce mercredi 28 février (à 8h loc.), la pression a atteint 1061,0 hPa* à Tynset dans le comté norvégien de Hedmark (sud-est du pays) [* valeur horaire], égalant ainsi la 2e plus haute pression jamais enregistrée en Norvège depuis le début des mesures (1061,0 hPa le 23 janvier 1907 à Mandal dans le comté de Vest-Agder) et tout près du record absolu (1061,3 hPa le 23 janvier 1907 à Dalen dans le comté de Telemark).
  8. JBR

    Suivi du temps en Allemagne

    Au moins -40,3°C ce mercredi 28 février 2018 au Funtensee (1601 m, Allemagne).
  9. JBR

    suivi météo dans les Alpes Italiennes

    Plus fort encore… 43,6 °C d’amplitude thermique à la Dolina Campoluzzo (Monte Lozze, 1768 m) le 15 février 2018 (Tn -39,9 °C / Tx +3,7 °C) !
  10. JBR

    Suivi du temps en Allemagne

    -40,3 °C le 15 février 2018 au Funtensee (1601 m).
  11. JBR

    suivi météo dans les Alpes Italiennes

    37,1 °C d’amplitude thermique à la Dolina Campoluzzo (Monte Lozze, 1768 m) le 11 février 2018 (Tn -33,6 °C / Tx +3,5 °C).
  12. JBR

    Frigo sibérien en route

    Tn encore provisoire de -55,5°C à Delyankir dans la nuit du 27 au 28 novembre.
  13. JBR

    suivi météo dans les Alpes Italiennes

    Rafale de 225,7 km/h ce lundi 13 novembre 2017 à la Capanna Margherita (4560 m), soit a priori un record depuis l'ouverture de la station.
  14. JBR

    L’îlot de chaleur urbain de New York City.

    -4,4 °C à New York Central Park ce samedi 11/11/2017 : il n'y avait pas fait si froid aussi tôt dans la saison depuis 1976… malgré un dégagement plus que limite. ;-)
  15. L’anticyclone des Açores est un concept statistique (fondée sur des moyennes de pression de surface) qui n’existe pas à l’échelle synoptique, celle du temps réel. Lui prêter un rôle à l’échelle du temps réel (en le qualifiant parfois de « centre d’action ») relève de l’« animisme météorologique ». Si la pression est en moyenne plus élevée sur la partie orientale de l’Atlantique nord, cette aire barométrique anticyclonique est loin d'avoir la permanence supposée : on a encore pu le constater avec les ouragans Alex en janvier 2016 et Ophelia à la mi-octobre 2017. En réalité, tout résulte de la dynamique aérologique, car tout est mobile, les dépressions comme les anticyclones.