tim84

Membres
  • Compteur de contenus

    319
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de tim84

  • Rang
    Altocumulus

Visiteurs récents du profil

449 visualisations du profil
  1. On parle beaucoup de la neige, mais attention également au vent et aux vagues/submersions dans ce type de configuration ! Le dernier run de GFS doit d'ailleurs donner des sueurs froides aux Charentais ... 8 ans presque jour pour jour après Xynthia, GFS nous sort du 975hPa sur le Golfe de Gascogne et un creusement et une trajectoire dépressionnaire assez similaire à Xynthia justement ! Bien que la trajectoire et l'intensité puisse encore changer, on suivra de près la situation sur le littoral en terme de vent et de vagues/submersions... Les coefficients de marée seront autour de 109-110 début Mars !!
  2. Bonsoir, Les cartes que nous mettons à disposition sur l'extranet sont les mêmes que celles diffusées par Infoclimat ou Météociel. Seules les couleurs changent ... Pas les valeurs ! Donc non la masse d'air n'est pas "moins froide" sur les cartes Météociel... La bulle à -18°C que vous citez n'atteint pas la France ! Ni sur Météociel, ni sur l'extranet.
  3. Vigilance Météo France

    Bonjour, Dire qu’il faudrait revoir les prévisions de verglas c’est quand même un peu vaste … Sachez tout de même qu’il y a de nombreux projets de recherches autour de ce sujet à MF, que les techniques de prévisions évoluent et que NON le lancement de la vigilance n’est pas devenu quelquechose d’aléatoire ! Pour tenter de vous convaincre, voici un petit de l'art des phénomènes glissants à MF : On commence par distinguer deux grandes "familles" de phénomènes glissants. Il y a ceux qui sont issus de perturbations méridiennes, associés à de faibles redoux en altitude ayant du mal à déloger l'air froid de basses couches. Les épisodes associés sont plutôt durables, contrairement à ceux associés à la deuxième famille de phénomènes glissants. Ces derniers sont eux issus d'une perturbation atlantique, souvent accompagnés d'un radoucissement plus marqué et donnant lieu à des épisodes généralement brefs. Parmi les deux exemples que vous citez, celui du 3 décembre (à gauche) appartient clairement à la première catégorie tandis que celui de dimanche dernier (à droite) appartient à la deuxième catégorie. Une simple carte de ThetaE à 850 hPa suffit à discriminer ces deux épisodes : Une fois cette analyse effectuée, on distingue encore deux types de phénomènes glissants : La pluie verglaçante (ou pluie surfondue) et la pluie sur sol gelé. On a souvent tendance à confondre les deux étant donné que dans les deux cas, les gouttes se congèlent en touchant le sol, mais il y a une petite subtilité entre ces deux phénomènes. Dans le cas de la pluie verglaçante, les gouttes de pluie sont dans un état métastable au cours de leur chute (état de surfusion : eau liquide mais T<0°C) alors que dans le cas de la pluie sur sol gelé, les gouttes d'eau restent dans un état stable (eau sous forme liquide avec T>0°C). Cette distinction est très importante, puisque dans le cas de la pluie sur sol gelée les traitements préventifs utilisés par les exploitants des routes sont plus efficaces que pour la pluie verglaçante. Conséquence au niveau de la vigilance : on aura plus de facilité à lâcher un VO pour un phénomène de pluie sur sol gelée que pour de la pluie verglaçante, car l’action des exploitants des routes sera plus pertinente. Cela ne veut pas dire que la VO est uniquement lancée pour de la pluie sur sol gelée et pas pour les pluies verglaçantes, on est bien d’accord ! Car évidemment, la durée ainsi que le jour et l’heure du phénomène glissant vont influencer un passage en VO. Bien maintenant qu’est-il de la pratique ? Comment fait un prévi pour distinguer pluie verglaçante et pluie sur sol gelée? Eh bien la discrimination entre ces deux phénomènes réside essentiellement dans l’aptitude de la pellicule froide de basses couches à résister à l’air chaud. Plus cette dernière sera épaisse, plus les gouttes d’eau passeront du temps dans cette couche et plus elles seront susceptibles de passer dans un état métastable ⇒ pluie verglaçante. Plus la couche sera mince, plus les gouttes d’eau resteront dans la tranche positive longtemps ⇒ Pluie sur sol gelé. Maintenant, reprenons à nouveau les deux exemples précédents : Pour la situation du 3 décembre, nous sommes en flux de nord avec une perturbation méridienne qui se déplace lentement laissant entrevoir des RR durables. L’invasion d’air doux est peu marqué favorisant le maintien d’une pellicule froide là aussi durable. Les profils verticaux montre également une invasion d’air doux peu épaisse et proche du sol (cf RS), ce qui place cette situation dans le schéma conceptuel de la pluie sur sol gelé. Ces profils se maintenait toute la nuit et le lendemain, suggérant une activité persistante. Pour la situation de dimanche dernier, le flux est beaucoup plus rapide et orienté à l’ouest. L’invasion d’air chaud est bien marquée et semble tout détruire sur son passage. Les RS en Alsace suggèrent une invasion d’air chaud plus élevée et plus massive que dans le cas précédent, laissant cette fois-ci penser à un phénomène de pluie verglaçante ponctuel, précédant l’arrivée d’un air vraiment plus doux à tous les niveaux. A noter aussi la turbulence associée au fort vent de basses couches, orienté sud. Ce processus de turbulence a tendance a homogénéiser la masse d'air sur la verticale et à dissiper le "nez" chaud plus facilement par flux de sud-ouest. D'ailleurs, ces profils étaient vraiment transitoire. Placez-vous désormais à la place d’un prévisionniste … Laquelle de ces 2 situations attire davantage votre attention du point de vue de la vigilance ? Alors oui, la prévision de phénomènes glissants est souvent délicate et compliquée et il peut y avoir des ratés. En attendant, les schémas conceptuels et l’expertise humaine sont souvent plus pertinents que les sorties brutes de modèles ou même qu’une mise en vigilance aléatoire comme vous dites.
  4. Vigilance Météo France

    La seule station qui mesure une hauteur de neige pour le 08 c'est celle de Charleville Mézières. C'est une mesure automatique, qui comporte malheureusement son lot d'approximations. Quoiqu'il en soit, on raisonne en terme d'occurence de neige, la moyenne climatologique (1981-2010) est de 17,96 jours par an. Depuis 2010 à aujourd'hui, cette moyenne est de 18,85 jours ... Rien d'anormal de ce côté là. En terme de quantité de neige, et avec toutes les précautions qu'il convient de prendre avec ce genre de capteurs, le nombre de jours avec une hauteur supérieur ou égal à 5cm, étaient en moyenne de 7,5 jours par an. Depuis 2010 à aujourd'hui, ce chiffre est en moyenne de 7 jours par an. Oui il y a une légère baisse, certainement due aux années 2014, 2015 voire même 2016, mais rien d'anormal là non plus. Votre impression de baisse du nombre de jours avec quantité de neige >5cm doit certainement venir de votre ressenti des 3 dernières années. Je ne pense donc pas qu'il soit nécessaire de modifier les seuils de VO sur la base des 3 dernières années. Il faudrait vraiment un signal climatologique plus marqué et qui dure plus que 3 ans ...
  5. Vigilance Météo France

    La perception humaine est l'ennemi de la climatologie. Pour vraiment se faire une idée, mieux vaut consulter une base de donnée climatologique. Si j'ai le temps demain, j'essaiera de voir du côté des archives de MF et je ferai un post pour confirmer ou infirmer tes propos. On pourra ensuite débattre d'un éventuel changement des seuils de neige .
  6. Vigilance Météo France

    Bonjour, Plusieurs éléments de réponses : 1) Pour aujourd'hui, entre 5h et 8h, le METAR de Lille et les obs participatives MF indiquait encore des chutes de neige (certes des intensités moindres que la veille mais quand même). Pour la suite, on sait qu'au lever du jour les températures sont encore très basses et certains routes peuvent encore être glissantes ... Par ailleurs, le fait de garder un département en VO implique pas mal d'actions de la part des autorités locales (astreintes pompiers, interdiction de circuler pour certains véhicules, etc ....). Hors ce matin, la circulation était encore très difficile sur certains axes des Hauts de France et les transports scolaires étaient suspendus sur la région. Par soucis de sécurité, et de cohérence, il ne servait à rien de se presser et d'enlever tout le monde à 6h. Attendre 10h était une bonne décision. 2) En ce qui concerne l'épisode de Dimanche. En copiant votre texte et le texte associé à la VO (02-59 et 62), il y a quand même quelques similitudes : " Vous : "Ca s'est soldé avec 3-4 cm près des frontières des départements mis en VO (la pluie a rapidement concerné le sud de ces mêmes départements, n'amenant qu'une couche de 1-2 cm très très temporaire) et 5 cm généralisés dans les Ardennes avec des pointes à 10-12 cm >300m " MF : "Neige et vent violent sur les Hauts-De-France : un épisode neigeux assez bref concernera le nord du pays en fin de nuit et matinée de dimanche. Une couche de neige humide de 2 à 5 cm, localement 5 à 10 cm se formera avant l'arrivée des pluies et du redoux par le sud-ouest en fin de matinée. Ces chutes de neige vont également concerner les Ardennes, la Champagne, la Lorraine et l'Alsace. " Donc comme vous le dites, les modèles étaient pertinents. Et je pense que la VO de MF aussi ! Comme le rappelait Sebaas il y a quelques temps, les critères de VO prennent en compte le fait que la moitié du département OU le 1/3 de sa population soit concerné par un phénomène dépassant les seuils fixés. Je rajouterai également que les départements à enjeux sont plus sensibles à un passage en orange. En l'occurence, pour le 59 par exemple, Lille et son aéroport ont bien été impactés par de la neige, dans des quantités dépassant les seuils. 3) Les seuils sont en effet plus élevés sur le département des Ardennes. Ces seuils n'ont pas été choisi sur la base d'un ressenti de la population au cours des dernières années, comme vous le dites, mais sur une climatologie du département en question, ainsi que sur un accord des autorités locales. 4) La fermeture des CDM n'a rien à voir avec une "dégradation" de la vigilance, puisque le processus de mise en vigilance se fait à l'échelle régionale et non départementale. La mise en vigilance orange d'un département a d'ailleurs toujours été du ressort du chef prévi régional.
  7. Suivi des coups de vent à tempête ( décembre 2017)

    Et pendant ce temps là, le Pays de Galles se réveille les pieds dans la neige ...
  8. Coups de vent saison 2017-2018

    Bon d'accord c'est pas tous les jours qu'on a droit défilé de dépressions sur la France, mais attention à ne pas se mélanger les pinceaux. La tempête qui concerne ce dimanche le RU et le nord de la France s'appelle Xanthos. Elle a été nommée par le Met-Office. La tempête de demain s'appellera Ana. Elle a été nommée par Météo-France et les services espagnols et portugais. Son nom se retrouve d'ailleurs sur les productions MF !
  9. Coups de vent saison 2017-2018

    Outre Ana, on pourra quand même surveiller le coup de vent prévu en Méditerranée. Avec des rafales de l'ordre de 90km/h et une Pmer autour des 980-990hPa, le phénomène de surcôte pourrait être remarquable entre Gard et Alpes Maritimes. Sur le Var et les Alpes Maritimes d'ailleurs, le phénomène de surcôte pourrait même être exceptionnel, en lien avec des cumuls de pluie très importants et des rivières qui auront du mal à s'écouler vers la mer ...
  10. Outre la neige et les cumuls de pluie assez impressionnants, on pourra également surveiller le risque vagues/submersions en Méditerranée lundi ... Avec un vent de sud en rafales jusqu'à 90km/h et une Pmer autour de 980-990hPa, le phénomène de surcôte devrait être remarquable !
  11. Coups de vent saison 2017-2018

    Cette tempête donne l'occasion à Météo-France de nommer officiellement sa première tempête ! Depuis le 1er décembre 2017, l'Université de Berlin a arrêté de nommer les dépressions et les anticyclones ! C'est donc Météo-France, en partenariat avec les services météorologiques espagnol et portugais qui attribuent le nom des tempêtes susceptibles d’affecter les territoires d’un de ces trois pays. Cette première tempête s’appellera donc ANA.
  12. Encore une fois, ce phénomène d'isothermie est bien plus efficace par faible écoulement nord en surface. Illustration ici avec le 12Z d'Arome. A gauche, le profil est pris aux alentours de Frejus, et l'isothermie est flagrante. A droite sur l'image, un profil choisi plus à l'est, le vent bifurque à l'ouest (certainement dû au relief) et dans ce cas, l'isothermie peine à se propager jusqu'en surface.
  13. La situation est désormais bien appréhendée : A grande échelle on retrouve une anomalie d'altitude qui pivote autour de la vallée du Rhône et vient forcer les ascendances en aval, sur les départements de l'est PACA. Cette anomalie s'évacue rapidement en matinée en Méditerranée. En basses couches, une dépression se met en place en Méditerranée au large du 83-06 et advecte des theta'w plus douces entre Corse et Var. En très basses couches, le vent d'est se lève progressivement dans la nuit sur le 06 puis progresse vers l'ouest et se renforce en matinée. A surveiller les caps exposés demain matin sur 83 et 06. Comme souvent dans ces situations, la zone "tampon" se situera dans le quadrant nord-ouest de la dépression dans un air à la fois suffisamment humide et suffisamment froid. Les cumuls de neige pourraient localement atteindre les 50 cm sur le Mercantour et les 30cm dans l'intérieur du Var. En ce qui concerne le littoral, je serai plus optimiste que le diagnostic de précipitation neigeuse brute d'AROME et je me baserai plutôt les zones avec profils à isothermie. On a tous les ingrédients pour la mise en place de ce phénomène, à savoir : - Un écoulement de nord faible et peu turbulent qui vient refroidir les basses couches. - Précipitations durables et intenses. - Une tranche d'air relativement stable sur les côtes (plus instable au large). En ce sens, les profils d'AROME suggérent de l'isothermie au sud du relief des Maures entre Bormes et Ste Maxime. On distingue bien le cisaillement entre le flux de est à sud-est à 850hPa et le vent de nord faible autour de 5kts en surface. Difficile d'estimer une hauteur de neige, les quantités seront assez hétérogènes en bord de mer, mais en se mouillant un peu les 5-10 cm sont jouables. Cette couche devrait rapidement fondre le lendemain matin à mesure que le vent tournera et se renforcera à l'est. La progression de la dégradation pluvio-neigeuse se poursuit le lendemain matin vers l'est. Quelques cm de neige sur l'E13 (passage orange à 16h) notamment sur les massifs les plus élevés. Là encore l'isothermie est jouable, mais plus à l'intérieur des terres. L'est des Alpilles et le Pays d'Aix pourraient tirer leur épingle du jeu. Le littoral pourra voir qq flocons tomber mais les profils sont moins favorables. L'alimentation commence d'ailleurs à tourner nord-est à 850hPa et devrait commencer à assécher la masse d'air ==> Précip moins soutenues, isothermie plus difficile. Pour la suite, la dégradation poursuit sa route plus à l'ouest tout en s'accélérant. Le Mistral modéré en Vallée du Rhône et l’accélération de la dégradation pluvio-neigeuse, en lien avec l'éloignement de la dynamique d'altitude, deviennent moins favorables à l'isothermie et aux cumuls de neige. Quelques flocons pouvant temporairement blanchir le sol sont possibles. J'ai dû mal à croire que la dégradation poussera encore plus à l'ouest. Le Mistral et la perte de la dynamique d'altitude devraient porter un coup de massue ==> Cela va d'ailleurs dans le sens du dernier ARPEGE 12Z.
  14. Vigilance essentiellement déclenchée pour les cumuls attendus sur le Mercantour ... Cf texte vigilance : " Alpes-Maritimes : Sur les toutes les plaines intérieures et les reliefs au dessus de 300 à 400m : 2 à 7 cm localement jusqu'à 10 cm. Sur le Mercantour et notamment les crêtes frontalières, les cumuls pourront atteindre 20 à 40 cm, les chutes de neige se prolongeant en journée de samedi. "
  15. Vigilance à venir à 10h : confirmation pour 83 et extension 04-06. Les zones littorales devraient à priori rester sous de la pluie, mais profils à isothermie parfois présents en milieu de nuit vers St Tropez sur les derniers runs d'AROME. Pour le 13, pas de passage à l'orange encore car trop tôt. Surtout qu'AROME 03Z assèche et retarde légèrement l'épisode par rapport au AROME 00Z et ARPEGE 00Z.