Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Blacksun

Membres
  • Content Count

    21
  • Joined

  • Last visited

About Blacksun

  • Rank
    Cirrostratus

Personal Information

  • Location
    Plaisance du Touch (31)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Effectivement, les SST de l'Atlantique Nord en ce moment sont typiques d'une NAO-, schéma en "fer à cheval" à l'opposé du tripôle NAO+ : L'ensemble GEFS a long terme semble aller dans ce sens , avec une probabilité notable (40 à 50%) de hautes pressions sur l'Atlantique nord et même d'un blocage groenlandais pour les premiers jours de l'été météorologique ( je n'ai mis une carte à +264h que pour illustrer qu'une circulation de type NAO- est une possibilité envisagée d'ores et déjà dans les modèles). Ceci au passage ne serait pas une bonne nouvelle par rapport à la fonte de l'inlandsis groenlandais qui a encore démarrée avec de l'avance cette année... L'année dernière au printemps et au début de l'été , nous avons eu la plus longue séquence ininterrompue de NAO- depuis au moins 1950 (88 jours du 1er Mai au 22 Juillet). La signature NAO- des SST Nord-Atlantique semblait pourtant moins marquée il y a 1 an , mais malgré tout présente : Le retour de la NAO- en cette période de l'année n'est peut-être pas une bonne nouvelle, surtout s'il on craint un été caniculaire, car l'an dernier, cela avait notamment produit ceci : Alors que peut donner le schéma actuel des SST, pour la saison estivale qui vient ? Est ce le signe d'une NAO- plus intense mais peut-être moins durable? Avec des plongées de thalwegs sur le proche océan, associés à des hautes pressions dominant l'Atlantique nord ? Du coup un risque de canicule accru sur l'Europe centrale/de l'Est, et la France à la limite, dans une zone de conflits orageux parfois marqués ? Ou bien le pays encore en plein dans les remontées caniculaires si les thalwegs ou gouttes froides se situent un peu à l'ouest ? A suivre...
  2. Oui, les runs ARPEGE et AROME 6z ont tendance à décaler à l'est on dirait...
  3. Le Ciron est aussi un cours d'eau également susceptible de faire une crue importante en Gironde. Il prend sa source dans les Landes et rejoint la Garonne jute à l'aval de Langon. Le bassin versant est vaste (1500 km²) et situé dans la zone (sud-est Gironde/nord-est Landes/nord-ouest Lot et Garonne) qui risque de recevoir les plus fortes lames d'eau...
  4. Oula, politique et météo ne font pas toujours bon ménage... Ne Mélenchon pas les genres !😁 Plus sérieusement, les cumuls sur la Gironde sont assez impressionnants, même pour un département aussi arrosé. Je suis originaire de Cestas, au sud-ouest immédiat de Bordeaux. Je ne suis pas trop inquiet sur la capacité des sols du secteur, de nature très perméable, à absorber de grosses quantités de précipitations. Néanmoins, la montée de l'Eau Bourde, la petite rivière locale, devrait être intéressante à observer. J'espère avoir des photos de ma famille sur place !
  5. Impressionnant gradient de température proposé ce soir par UKMO pour mardi prochain... On pourrait frôler les 35°C sur le sud de l'Aquitaine, tandis que l'extrême nord-est atteindrait peut-être péniblement les 15°C, surtout si des nuages sont de la partie... Quel contraste si cela se produit ! Une situation ultradynamique proposée par le modèle anglais ce soir, avec cette puissante dorsale à 1030 hPa qui s'établit sur la Mer du Nord... Oups, petite erreur dans l'insertion des images...
  6. Bonjour, Ca ressemble effectivement beaucoup à la canicule record de fin juin 2019, mais aussi à celles, records à l'époque, de juillet 1982 et juillet 1983 Toutes ces situations de forte pompe à chaleur avec goutte froide plus ou moins proche de la péninsule ibérique nous donnent toujours des masses d'air extrêmes en altitude, directement advectées depuis le Sahara central. Pourrait il y avoir des analogies entre 1982/1983 et 2019/2020 au niveau des forçages atmosphériques et/ou océaniques, qui puissent expliquer ce phénomène ? Bien entendu, la situation de la semaine prochaine est encore mal appréhendée et pourrait ne pas survenir (même si les modèles s'accordent davantage ce matin). Si elle advient, à voir aussi si elle se reproduira ensuite durant la saison estivale... C'est à suivre... Aux modérateurs: je ne savais pas où mettre ce post, j'ai bien conscience que cela concerne presque davantage la prévision saisonnière de l'été à venir ou l'évolution du climat, que les prévisions pour la semaine prochaine...
  7. C'en est même énervant d'entendre des commentaires "les météo ils devraient s'arrêter" "les prévisions par XX bien que l'on soit tous chez nous..." Il y a toujours des gens qui travaillent à l'extérieur, il y a les biens et même les personnes chez elles pour lesquels la surveillance météorologique doit continuer en cas d'épisode dangereux. Mais pour beaucoup de monde, météo = vacances/loisirs/comment je m'habille demain...
  8. Bonsoir, Peut-être faudra-t-il surveiller la NAO également qui recommence à être négative après un hiver totalement dominé par la NAO+ bien sûr conséquence du vortex polaire ultraconcentré... Souvenons nous que l'an dernier commençait, un peu plus tard, vers début mai, la plus longue séquence de NAO- jamais enregistrée.... Alors, est ce que la tendance NAO- actuelle est due aux conséquences du "final warming"du vortex, ou bien est ce le début du nouvelle longue séquence ? Il est clair que le régime très forcé NAO- de fin de printemps et de début d'été l'an dernier a favorisé la plongée systématique des thalwegs dont parle Avallon89 plus haut et les épisodes très atypiques de juin (tempête Miguel et canicule record de fin de mois). On sortait aussi d'un hiver avec un vortex polaire très concentré (moins que cette année il est vrai). Un phénomène de NAO- dominante pas anticipé par les modèles saisonniers l'an dernier et apparemment pas envisagé cette année non plus... Mais l'on sait la difficulté de la prévision saisonnière d'été par manque d'anomalies de géopotentiels marquées...
  9. Enfin un bon blocage en traîne active de nord-ouest, "à l'ancienne" ! Les cumuls d'ici demain après-midi devraient être intéressants... Au Mourtis, l'ambiance est bien hivernale comme sûrement pas beaucoup vu cet hiver... https://www.mourtis.fr/actus/webcam/
  10. Ici dans le sud-ouest toulousain, bref mais notable renforcement du vent entre 17h15 et 17h 45 approximativement, correspondant au passage du centre de Myriam sur le nord de Haute-Garonne, puis rapide retour au calme. Les rafales n'ont pas du excéder 80 à 90 km/h mais elles étaient accompagnées de fortes pluies rendant l'impression bien tempêtueuse quand même ...
  11. Les webcams sont sympas à regarder ce soir, enfin le retour du blanc ! Mais les cumuls ont l'air un peu décevants à moyenne altitude.. Peyragudes annonce 20cm... mais il faut bien sûr se méfier de ce qu'annoncent les stations (surtout en ce moment) ! Ca a bien posé à la nivôse du Lac d'Ardiden, + 40 cm Un peu moins à celle du port d'Aula dans le Couserans (+ 20 cm) On refera le point demain pour la moyenne montagne, vu qu'il doit encore en tomber un peu ce soir et cette nuit ...
  12. Oui, effectivement c'est à l'orée du printemps météorologique que la chaîne va connaître ses journées les plus hivernales depuis novembre ! Ce n'est vraiment pas encore le cas aujourd'hui avec 16.5°C à Luchon à 14h... Heureusement, le bilan de la semaine prochaine devrait être positif pour l'enneigement en moyenne montagne, surtout s'il reneige vendredi/samedi après le redoux de mercredi...
  13. @Avallon89 Quel post, vraiment un travail de synthèse magnifique ! J'avais posté une question sur le vortex polaire dans la partie "prévisions stratosphériques", vous y répondez en partie, merci à vous. On comprend un peu mieux les raisons qui peuvent avoir conduit le vortex à rester ultraconcentré, et l'analogie en terme de circulation qui avait déjà été évoquée avec l'hiver 1989-1990 prend tout son sens...
  14. Bonjour, Faut-il s'étonner en tout cas d'avoir eu un vortex polaire concentré cette année et sans SSW important ? Etant donné que nous avons connu deux hivers précédents avec SSW majeurs, celui de février 2018 qui a provoqué le split du vortex avec propagation à la troposphère, blocage nordique puis courte vague de froid de fin février sur l'Europe, puis celui de fin décembre 2018- début janvier 2019, non propagatif à la troposphère ... Question aux spécialistes, y a t-il plus ou moins des phases répétitives ? Avec plusieurs années de suite avec SSW majeurs, puis plusieurs années sans ? Une sorte d'"oscillation" du vortex polaire stratosphérique, favorable aux SSW ou pas ? Bien que je me doute que cela ne puisse pas être parfaitement cyclique, cela va de soi.. Et effectivement reste ensuite à comprendre ce qui a fait que l'on aie battu tous les records d'AO positive cet hiver...
  15. Bonsoir, Les anomalies de l'été 2019 ne seraient elles pas aussi la conséquence d'un énorme forçage en NAO-, avec la séquence la plus longue jamais enregistrée ? Et peut-être expliquant en partie la vitesse de ces flux de sud ? Je me souviens avoir lu il y a quelque temps un post d'un intervenant qui parlait de la tendance de plus en plus forte de la NAO+ en hiver et la NAO- en été depuis les années 2000, mais je ne retrouve pas ce post... Un des pires scenarii possibles de NAO- estivale en terme de canicule pour l'Europe de l'ouest l'an dernier 😮 ? Espérons que ces anomalies s'expliquent à la base par des forçages naturels importants, et pas uniquement par l'accélération du RC, parce que si ça se reproduit cet été, j'émigre au Spitzberg...
×
×
  • Create New...