Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    1649
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by sirius

  1. Effet pervers de la lutte anti pollution ? Pas certain mais assez probable , à confirmer . Moins de pollution, moins d'aérosols, moins de forçage négatif des aérosols. Comme toujours, il n'y a probablement pas de cause unique.
  2. Oui mais visuellement tu sais que la projection cartographique deforme les surfaces.
  3. Et tu trouves ça plus rassurant ? https://twitter.com/SISeneviratne/status/1413026246133485573?s=20
  4. Encore moi: je trouve que l'auteur de l'article que cite discolulu ne s'est franchement pas beaucoup foulé
  5. En pratique, on utilise le code radiatif et on perturbe chaque niveau tour à tour pour la température, l'humidité etc. Conceptuellement, ça n'est pas bien compliqué Les codes radiatifs sont les parties les moins imprécises des modèles mais ça ne veut pas dire que c'est exact évidemment. En gros, en ciel clair l'incertitude relative doit être encore de l'ordre de qq %, ça se complique beaucoup avec les nuages L'avantage est évidemment de donner une relation directe entre une quantité observable et un paramètre, quant à dire que ça permet de démontrer au point de convaincre ceux qui ne veulent pas être convaincus, c'est une tout autre histoire Quant au coup de gueule de Meteor à propos de la précision , si on disait 0.5 +/-0.1 W/m2, ça serait mieux? En fait les mesures du bilan radiatif par CERES ne mesurent pas les flux mais des luminances, les mesures sont spatialement et temporellement localisées et biaisées par le cycle diurne qui n'est que partiellement échantillonnée . avec ça, il faut obtenir des flux moyennés sur toute la journée puis sur l'année et pour de grades régions. J'ai assisté (pas participé) à des tas de discussions sur la précision des flux du temps de ERBE, je m'émerveillais (!) de voir qu'à la sortie on obtenait des estimations des composantes du bilan à mieux que 1 W/m2. je pense pourtant que ça devait être assez juste parce que il y a eu des tas de validations indirectes et que ça se tient. On sait bien quand même qu'on n'effectue pas une mesure instantanée de ces flux mais des centaines de milliers de mesures partielles. Au fait, Matpo, je ne suis pas de ton avis et je ne suis pas du tout convaincu. Pédagogiquement, il y a plus simple et plus éclairant, évidemment dans le même esprit. Suffit par exemple de prendre l'exemple d'une vitre dans l'infrarouge, puis d'un double vitrage, d'un triple etc..Ca démontre en même temps que l'effet de serre ne sature pas.
  6. https://climatedataguide.ucar.edu/climate-data/radiative-kernels-climate-models: A radiative feedback kernel is essentially the partial derivative of the radiative flux with respect to a variable that changes with Earth’s temperature, such as temperature itself, moisture, or surface albedo. To calculate a climate feedback, a kernel is multiplied by the change in the variable of interest in a climate model simulation, typically normalized by the change in global mean surface temperature in the simulation.
  7. voir aussi https://twitter.com/rahmstorf/status/1364976597250568194?s=20
  8. Lis moi bien stp: jedis est ce qu'on a arrêté de brûler des fossiles ? Non, on a simplement un peu diminué.
  9. Ce sont les aérosols stratosphériques (volcaniques pour le moment tant qu'on ne pratique pas la geoingénieurie) qui ont une durée de vie de l'ordre de 1 à 2 ans . Les aérosols anthropiques , en particulier ceux qui sont issus de la combustion des fossiles mais aussi des incendies ont une durée de vie de l'ordre de 2 à 3 semaines max parce qu'ils sont "lessivés" par la pluie. C'"est ce qui fait que si on arrêtait brutalement de brûler des fossiles, on aurait un gros coup de chaud parce qu'on supprimerait presque instantanément un forçage négatif et c'est ce qui se passe avec la diminution des émissions due au COVID
  10. Un point me chiffonne quand même , c'est que quand on met au point un modèle, on regarde toujours ce qu'il donne dans le passé. C'est ce qu'on appelle les hindcasts. En qq sorte la prévision du passé. C'est donc un peu redondant, il faut donc regarder plus précisément ce que je n'ai pas fait suffisamment. Ca s'apparente au méthodes qui utilisent des contraintes Au fond, ça revient à éliminer les modèles les plus mauvais. On a utilisé tout un éventail de contraintes mais beaucoup sont finalement très similaires , ce qui veut dire que si on respecte l'une on respecte nécessairement l'autre. (https://www.cfa.harvard.edu/~wsoon/myownPapers-d/Ronan-2018withBob-d/CaldwellZelinkaKlein18-May2-EvaluatingEmergentConstraintsonECS.pdf) Cette fois la contrainte est différente mais dès qu'on sélectionne, on réduit la fourchette évidemment Il y a aussi une autre revue toute récente des techniques utilisant les contraintes: https://arxiv.org/pdf/2012.09468.pdf La plupart des papiers concernant les contraintes s'intéressent plutôt à la sensibilité à l'équilibre (ECS) . Cette fois, on regarde plutôt la sensibilité transitoire me semble t il.
  11. Des Combes Noires, il y en a beaucoup. Où se trouve celle ci ? Merci
  12. Ca n'aurait pas un petit rapport avec ça ?
  13. C'est à dire 0,04 °C si j'ai bien compris mais pas 1°C
  14. Tu peux en dire un peu plus stp ? Parce que là, ça ne me semble pas bien clair
  15. A propos due la différence de réchauffement entre continent et océan dont il était question un peu plus haut (souce https://twitter.com/DrMichaelByrne/status/1318128550424268800/photo/1)
  16. Apparemment, le pb est toujours d'actualité https://acp.copernicus.org/articles/20/9737/2020/
  17. Le refroidissement de la basse strato peut aussi être dû à la diminution de l'ozone. je ne sais pas où on en est précisément du rôle respectif de ces deux causes.
  18. A première vue, ça me semble discutable. Il y a contradiction avec ce papier qui dit The analysis shows that, at regional scale, the best distribution of maxima involves a linear trend starting in year 1985 and that this trend is significant in half the region, including most of the mountain ranges and part of the Rhône valley. Increases in yearly maxima are considerable since they reach up more than 60 mm/day in 20 years, which is more than 40 % of the average maximum in this area En fait, je reprends mon message de Futura je recycle lol ! EDIT: ce n'est pas forcément contradictoire puisque le papier que je cite concerne les maximum annuels
  19. C'est tout à fait d'actualité. On y voit que décrire explicitement la convection profonde améliore considérablement les choses mais je fais mal le distinguo avec le fait que AROME a une résolution supérieure à ALADIN. je suis aussi un peu étonné de voir que sur les Cévennes, l'augmentation des pluies les plus intenses n'est que de l'ordre de 3% âr degré contre 15 à 20 % pour le Roussillon. Quelqu'un a t il une explication ? (elle est peut être dans la thèse mais je n'ai fait que la survoler bien sûr)
  20. Le CO2, le N2O et le CH4 ont des temps de résidence dans l'atmosphère de plusieurs dizaines d'années (plus de 100 pour le co2 , cad que ce nest qu'au bout de ce délai que le co2 ajouté est notablement absorbé par l'océan) Ces gaz ont donc largement le temps de se diffuser , par contre les aérosols ont une durée de vie de l'ordre de la dizaine de jours, leur influence est donc locale ou régionale. L'influence locale de la pollution peut donc s'exercer par ce biais mais ça ne va pas vraiment dans un sens qui expliquerait tes observations.
  21. par contre, je pense comme Meteor que les deux dernières années posent question
  22. Il me semble que ce sujet a été abordé récemment dans le forum des statistiques globales et que la conclusion était: il pourrait peut être bien y avoir une accélération du réchauffement mais on n'en a encore aucune preuve statistique. En tout cas, on parlait d'accélération, pas d'emballement
  23. Oui, tout simplement parce que pour la température globale l'inertie des océans (3/5 de la surface) joue à plein
  24. La La Meije depuis le plateau d'Emparis aout 1970 et aout 2020 Je vous laisse déterminer laquelle est laquelle Elle est quand même restée fichtrement belle ! La traversée a été plus belle encore que le rêve initial. Du coup, j'y suis retourné et c'était encore aussi bien. Désolé pour la qualité de la photo d'il y a un demi siècle. Ce n'est pas la photo initiale (une diapo) qui posait probleme mais son vieillissement et la digitalisation Vive le numérique !
×
×
  • Create New...