Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    1 531
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par sirius

  1. D'après le GISS, l'"anomalie est de à,92 °C (par rapport à 1951-1980), c'est aussi le troisième plus chaud avec un sacré saut par rapport à 2000- 2016 Par contre, pour El Nino, d'où tiens tu ton pronostic ? D'après la NOAA, on devrait plutôt connaître un faible El Nino avec 80% de chances de se poursuivre pendant le printemps
  2. Il me semble qu'on avait déjà discuté de ça ...ou alors je confonds avec un autre site ou un autre papier mais oui, c'est bien un exemple de cette rétroaction positive des stratocu
  3. Puisque Yoann44 veut qu'on discute des rétroactions nuages, je continue. Le papier de Schneider el al est spectaculaire parce qu'il met en évidence un point de basculement pas si éloigné que ça . Les auteurs et d'autres en ont d'ailleurs profité pour émettre quelques hypothèses intéressantes quand aux transitions brusques du passé. Encore faut il s'entendre sur la signification du mot brusque à l'échelle géologique. Une remarque quand même: ça n'est certainement pas arrivé au cours des deux derniers millions d'années et donc ça n'arrive pas à l'intérieur d'une fourchette de + 2 à +3°C , C'est déjà ça. Il y a eu pas mal de papiers qui concourent bien vers cette rétroaction positive des stratocu. L'un des premiers est celui de Bretherton et al en 1997 https://journals.ametsoc.org/doi/10.1175/1520-0469(1997)054<0148%3AMTLTSA>2.0.CO%3B2. Ils advectent des sc au dessus d'un océan dont la température augmente et ils passent progressivement d'un regime de stratocu à un régime de cumulus des alizés. C'est, au fond, ce qui se passe dans l'article de Schneider et al. Les rôle crucial de la rétroaction des stratocu tropicaux pour la sensibilité des modèles et leur dispersion a été largement souligné par exemple par Bony et Dufresne https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1029/2005GL023851 mais depuis pas très longtemps en fait, on commence à disposer de quelques observations qui vont bien toutes (sauf erreur, j'attends la contradiction) dans le sens d'une rétraoction positive 12 ans d'observations de MODIS ET AIRS : https://journals.ametsoc.org/doi/10.1175/JCLI-D-15-0734.1 10 ans de CALIPSO : https://www.atmos-chem-phys.net/19/2813/2019/acp-19-2813-2019-discussion.html, delta(CRE)/delta(SST)=3.0+/-0.26 (W/m2)/K (CRE= Cloud Radiative Effect) CERES, ISCCP https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/2015GL067416 sans compter ce que je signalais sur Futurasciences reste à faire la même chose pour les cirrus
  4. Comme noté par Meteor , les stratocu tropicaux semblent bien donner une rétroaction positive. essentiellement à cause de la diminution de la subsidence qui tend à faire une sorte de couvercle et s'oppose à l'entraînement d'air sec au travers de l'inversion sommitale. Le plus de cet article c'est d'explorer plus finement le rôle du rayonnement. Or le refroidissement radiatif au sommet des straocu est le 3e terme du bilan: l'entraînement tend à éroder l'inversion le refroidissement radiatif tend à la maintenir. Il faudrait pouvoir regarder leur schéma radiatif dans le détail mais clairement, l'augmentation de la quantité de CO2 provoque une augmentation du flux IR descendant et donc une diminution du refroidissement. Si on veut continuer sur la rétraoction nuageuse, il faut aussi discuter des cirrus.
  5. Oui, il est essentiellement dû à l'augmentation du contenu en vapeur d'eau de la couche limite, elle même due au fait que sans nuages, l'évaporation augmente. Le refroidissement radiatif au sommet des stratocu est essentiel à leur équilibre, de même que la subsidence dont on voit bien qu'elle est critique . Moi, ça m'intéresse beaucoup parce que j'ai participé dans des temps immémoriaux à la réalisation d'un modèle de stratocu et qu'on avait montré qu'ils avaient un cycle diurne d'autant plus important que le nuage absorbait le rayonnement solaire (cad qu'il y avait des aérosols dedans). Par contre, il me semble que ça relève plutôt de discussions de spécialistes ou, au moins d'un public assez averti (genre IC, quoi ! )
  6. A vrai dire, il ne s'agit pas véritablement d'une etude nouvelle. Ce papier reprend 4 déterminations antérieures et les compare aux prévisions des modèles pour arriver à la conclusion qu'observations et modèles ne diffèrent pas significativement et que les océans se réchauffent au rythme de 0.6 W/m2 environ depuis les années 90 contre 0.4 auparavant.
  7. Ca serait plutôt à toi de démontrer que c'est bien le cas. Si c'est davantage, ça devrait être statistiquement démontrable. As tu une information sur le nombre de papiers refusés par exemple et pourquoi ils l'ont été ? Je ne conteste pas que le peer reviewed est pourri de défauts ..comme la démocratie. A la place certains préfèrent les blogs ..Dieu y reconnaît peut être les siens mais je n'en suis même pas certain. Edit: " la démocratie, le pire des systèmes à l'(exception de tous les autres"
  8. Le peer review n'est rien de plus qu'un premier filtre .
  9. Actuellement, les conditions sont neutres voir http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf
  10. Ne pas mettre toute la géo-ingénierie dans le même sac. Pour schématiser il y a 1 les techniques qui d'une manière ou d'une autre visent à diminuer la quantité de CO2. Ca marche pas terrible mais c'est un autre problème. En soi ces techniques s'attaquent à la racine du pb et les effets indésirables sont probablement limités 2 les techniques qui visent à augmenter l'albédo d'une manière ou d'une autre mais la plus "efficace" serait via la formation d'aérosols stratosphériques.
  11. Ouai, enfin, on peut se demander si elle a sonné suffisamment fort et surtout suffisamment fort pour tout le monde. Si on en juge par la priorité absolue donnée à la croissance, on peut en douter. Je suis d'accord pour dire que les scientifiques ont fait leur boulot et ils le font depuis longtemps, en ce sens l'alarme a bien été sonnée mais au milieu d'un océan d'incrédulité du genre "c'est pas possible, ça peut pas arriver" et ça, je pense que c'est vrai de l'énorme majorité de la population, même de ceux qui acceptent intellectuellement l'origine anthropique du RC et l'effondrement de la biodiversité. Il y a une énorme différence entre ce que l'on accepte intellectuellement et ce qui s'impose comme une évidence première. Ce n'est pas si simple de bouleverser son mode de vie.
  12. A ce propos et pour info https://www.nature.com/articles/s41467-018-05938-3 et https://energieetenvironnement.com/2018/09/16/vers-une-capture-directe-et-a-faible-cout-du-co2-en-2050/
  13. Ce n'est pas le GIEC qui dit quoi que ce soit là dessus, ce sont des chercheurs qui publient un résultat.
  14. @ Vincounet : As tu , au moins, lu complètement l'article de Sciences et Avenir ? Le titre est un raccourci très douteux de : d'ici 2100, les 3/4 de l'humanité seront (parfois évidemment) exposés à des vagues de chaleur potentiellement mortelles. L'abstract qu'il est quand même facile de trouver dit ceci Le seuil léthal qu'ils ont identifiés à partir de près de 800 cas de vagues de chaleur avec surmorbidité consiste grosso modo en une wet bulb température > 35° C J'ai surligné la première phrase qui remet les choses en contexte.
  15. Encore les aérosols ...et leur effet sur les nuages Une confirmation supplémentaire de ce que l'influence des aérosols sur la microphysique des nuages, c'est loin d'être clair https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00382-018-4384-z C'est une recherche de corrélations entre diverses variables microphysiques et les épaisseurs optiques d'aérosols dans 7 régions océaniques. Je vous la fais courte:
  16. Voir https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/climatologie-climat-retroactions-question-cle-sensibilite-climatique-1436/
  17. sirius

    Glaciers alpins

    Le sommet de l'Etendard en 1973 On dirait que ça a bien changé !
  18. Décidément, les aérosols, c'est comme le sparadrap du capitaine Haddock https://scripps.ucsd.edu/news/research-highlight-climate-model-predicts-faster-warming-north-atlantic-ocean En résumé, les aérosols ont atténué le réchauffement de l'Atlantique Nord et donc, si il y en a moins , ça atténuera moins A mettre en relation avec mon message ci dessus et la courte discussion sur la révision à la baisse de l'effet des aérosols sur les nuages.
  19. Je pense avoir déjà évoqué cette question ici. Ca rejoint d'ailleurs la question de l'influence des rayonnements cosmiques: la variabilité de la microphysique des nuages noie le signal . Le forçage indirect a d'ailleurs été revu à la baisse dans l'AR5 et il pourrait peut être l'être encore en effet.
  20. Bonjour L'influence climatique des aérosols dépend fortement de la localisation de leur émission https://www.nature.com/articles/s41467-018-05838-6 A mettre en relation avec cet article de Shindel à propos de la sensibilité climatique https://www.nature.com/articles/nclimate2136
  21. Après la géo ingénierie la contre géo ingénierie https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1029/2018EF000864 On n'est pas sortis de l'auberge !
  22. La prévision est un art difficile surtout quand il s'agit de l'avenir. Ça devient très risqué quand il s'agit de l'avenir très proche.
  23. Voir aussi la page "about us " du même site http://www.co2science.org/about/position/globalwarming.php Moi les fortes rétroactions négatives je les cherche encore et il vaut mieux ne pas compter sur les nuages : leur rétroaction serait plutôt positive .
×
×
  • Créer...