Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    1 525
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par sirius

  1. sirius

    Températures des océans et courants océaniques

    A vrai dire, il ne s'agit pas véritablement d'une etude nouvelle. Ce papier reprend 4 déterminations antérieures et les compare aux prévisions des modèles pour arriver à la conclusion qu'observations et modèles ne diffèrent pas significativement et que les océans se réchauffent au rythme de 0.6 W/m2 environ depuis les années 90 contre 0.4 auparavant.
  2. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Ca serait plutôt à toi de démontrer que c'est bien le cas. Si c'est davantage, ça devrait être statistiquement démontrable. As tu une information sur le nombre de papiers refusés par exemple et pourquoi ils l'ont été ? Je ne conteste pas que le peer reviewed est pourri de défauts ..comme la démocratie. A la place certains préfèrent les blogs ..Dieu y reconnaît peut être les siens mais je n'en suis même pas certain. Edit: " la démocratie, le pire des systèmes à l'(exception de tous les autres"
  3. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Le peer review n'est rien de plus qu'un premier filtre .
  4. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Actuellement, les conditions sont neutres voir http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/lanina/enso_evolution-status-fcsts-web.pdf
  5. Ne pas mettre toute la géo-ingénierie dans le même sac. Pour schématiser il y a 1 les techniques qui d'une manière ou d'une autre visent à diminuer la quantité de CO2. Ca marche pas terrible mais c'est un autre problème. En soi ces techniques s'attaquent à la racine du pb et les effets indésirables sont probablement limités 2 les techniques qui visent à augmenter l'albédo d'une manière ou d'une autre mais la plus "efficace" serait via la formation d'aérosols stratosphériques.
  6. Ouai, enfin, on peut se demander si elle a sonné suffisamment fort et surtout suffisamment fort pour tout le monde. Si on en juge par la priorité absolue donnée à la croissance, on peut en douter. Je suis d'accord pour dire que les scientifiques ont fait leur boulot et ils le font depuis longtemps, en ce sens l'alarme a bien été sonnée mais au milieu d'un océan d'incrédulité du genre "c'est pas possible, ça peut pas arriver" et ça, je pense que c'est vrai de l'énorme majorité de la population, même de ceux qui acceptent intellectuellement l'origine anthropique du RC et l'effondrement de la biodiversité. Il y a une énorme différence entre ce que l'on accepte intellectuellement et ce qui s'impose comme une évidence première. Ce n'est pas si simple de bouleverser son mode de vie.
  7. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    A ce propos et pour info https://www.nature.com/articles/s41467-018-05938-3 et https://energieetenvironnement.com/2018/09/16/vers-une-capture-directe-et-a-faible-cout-du-co2-en-2050/
  8. C'est beau la foi ! Les dinosaures avaient le cuir épais !
  9. Ce n'est pas le GIEC qui dit quoi que ce soit là dessus, ce sont des chercheurs qui publient un résultat.
  10. @ Vincounet : As tu , au moins, lu complètement l'article de Sciences et Avenir ? Le titre est un raccourci très douteux de : d'ici 2100, les 3/4 de l'humanité seront (parfois évidemment) exposés à des vagues de chaleur potentiellement mortelles. L'abstract qu'il est quand même facile de trouver dit ceci Le seuil léthal qu'ils ont identifiés à partir de près de 800 cas de vagues de chaleur avec surmorbidité consiste grosso modo en une wet bulb température > 35° C J'ai surligné la première phrase qui remet les choses en contexte.
  11. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Encore les aérosols ...et leur effet sur les nuages Une confirmation supplémentaire de ce que l'influence des aérosols sur la microphysique des nuages, c'est loin d'être clair https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00382-018-4384-z C'est une recherche de corrélations entre diverses variables microphysiques et les épaisseurs optiques d'aérosols dans 7 régions océaniques. Je vous la fais courte:
  12. Voir https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/climatologie-climat-retroactions-question-cle-sensibilite-climatique-1436/
  13. sirius

    Glaciers alpins

    Le sommet de l'Etendard en 1973 On dirait que ça a bien changé !
  14. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Décidément, les aérosols, c'est comme le sparadrap du capitaine Haddock https://scripps.ucsd.edu/news/research-highlight-climate-model-predicts-faster-warming-north-atlantic-ocean En résumé, les aérosols ont atténué le réchauffement de l'Atlantique Nord et donc, si il y en a moins , ça atténuera moins A mettre en relation avec mon message ci dessus et la courte discussion sur la révision à la baisse de l'effet des aérosols sur les nuages.
  15. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Je pense avoir déjà évoqué cette question ici. Ca rejoint d'ailleurs la question de l'influence des rayonnements cosmiques: la variabilité de la microphysique des nuages noie le signal . Le forçage indirect a d'ailleurs été revu à la baisse dans l'AR5 et il pourrait peut être l'être encore en effet.
  16. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Bonjour L'influence climatique des aérosols dépend fortement de la localisation de leur émission https://www.nature.com/articles/s41467-018-05838-6 A mettre en relation avec cet article de Shindel à propos de la sensibilité climatique https://www.nature.com/articles/nclimate2136
  17. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Après la géo ingénierie la contre géo ingénierie https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1029/2018EF000864 On n'est pas sortis de l'auberge !
  18. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    La prévision est un art difficile surtout quand il s'agit de l'avenir. Ça devient très risqué quand il s'agit de l'avenir très proche.
  19. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Voir aussi la page "about us " du même site http://www.co2science.org/about/position/globalwarming.php Moi les fortes rétroactions négatives je les cherche encore et il vaut mieux ne pas compter sur les nuages : leur rétroaction serait plutôt positive .
  20. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Pour moi, cette phrase résume assez bien le point de vue choisi par les auteurs Ils suggèrent et ce n'est pas une impossibilité en effet mais ils ne montrent pas non plus que cette cascade est la plus probable même indépendamment de toute action de réduction des émissions. Pour se faire une idée plus précise , il faut quand même jeter un oeil sur l'appendice qui tente de quantifier (à la louche évidemment) les divers feedbacks .C'est intéressant
  21. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Apparemment il n'y a rien de neuf dans ce papier. C'est une compilation qui explore une éventualité dans laquelle les rétroactions positives s'enchaînent en cascade . On sait surtout qu'on est entré 0dans un monde très incertain.
  22. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    On ne peut pas vraiment parler de sous-estimation par les modèles parce que, en fait, ils ne sont pas faits pour le long terme ou pas encore. Ce qu'on a requis dès le début, c'est une projection à 100 ans. Mais ce papier confirme ce qu'on sait depuis un moment, cad que les conséquences à l'échéance du millénaire d'un réchauffement somme toute modéré sont considérables (ex les qq 6m de hausse du niveau de la mer pendant l'Eemien) et le résumé en français que tu cites est effectivement très bien fait.
  23. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    On est bien d'accord. El Nino n'a pas suffit pour ramener l'anomalie du bilan radiatif à zéro. En fait le système a donc bien continué à emmagasiner de la chaleur pendant El Nino. :Mesurer le bilan radiatif et des variations de l'ordre du W/m2, c'est très difficile. essentiellement à cause des questions d'échantillonnage temporel et angulaire. Il faut un peu attendre que tout ça passe à travers le crible habituel des critiques évidemment mais c'est du solide ou tout au moins aussi solide que possible.
  24. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Dans la suite directe de mon message précédent Hiatus et bilan radiatifUn papier intéressant de l'équipe de CERES (Clouds and the Earth Radiation System)http://www.mdpi.com/2225-1154/6/3/62 (en libre accés)Pour résumer: la période d'observation couvre 2000-2017 . La période du "hiatus" couvre juillet 2000 _juin 2014 et la période post hiatus s'étend de juin 2014 à 2017. Sur l'ensemble de la période le bilan radiatif de la Terre est positif et d'environ 0,67 W/m2 en moyenne annuelle (RMS= 0,33 W/m2).Pendant la période qui précède El Nino, le bilan radiatif présente une anomalie positive marquée par rapport à cette moyenne et négative par la suite. (voir figure 1 qui présente la variation de cette anomalie en fonction du décalage entre l'évolution d'El Nino (ici représentée par l'anomalie de la SST dans la zone T3.4).Mais la période post hiatus est marquée par une forte diminution du flux SW réfléchi (jusqu'à – 2 W/m2). C'est ce qui explique que la courbe rouge sorte de l'intervalle de confiance de 95% .Cette diminution est attribuée à une forte diminution de la couverture nuageuse basse (voir figure 2). En tout cas, ça ne semble pas du tout indiquer que les nuages rétroagissent négativement mais au contraire. Ceci dit, ce n'est pas une rétroaction climatique qu'on observe là mais la rétroaction à un évènement donné pas à une tendance.Conclusion: le gros El Nino de 2016 n'a pas réussi à évacuer efficacement la chaleur emmagasinée précédemment .
  25. sirius

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Une rétroaction négative diminue le bilan radiatif de la planète. Ce serait donc plutôt le cas d'un El Nino... à la condition que l'atmosphère ne bloque pas le surplus d'émission par un surplus d'effet de serre par l'intermédiaire des nuages par exemple. Dans le cas présent on ne fait que reculer pour mieux sauter. On a bien vu ça avec le soit disant hiatus. Évidemment si la constante de temps du process était longue ça pourrait arranger les choses Strictement parlant ce n'est pas une rétroaction
×