lame2

Membres
  • Compteur de contenus

    1 521
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

2 abonnés

À propos de lame2

  • Rang
    Cumulus mediocris

Visiteurs récents du profil

965 visualisations du profil
  1. Les modèles réajustent peu à peu la chronologie des événements avec une ondulation qui devrait s'affaisser progressivement entre dimanche et lundi. Je ne trouve pas qu'on ait un changement de tournure, juste un réajustement logique des modèles à cette échéance et plutôt favorable à un affaissement lent de la dorsale (en tous cas plus lent qu'envisagé hier soir). Et malgré quelques scénarios très minoritaires envisageant une extension de cette dorsale vers la Scandinavie pour la suite, la tendance lourde est à l'affaissement de celle-ci sur la France entre samedi dimanche ou lundi. Pour le topic suivant, il faudra regarder ce qu'il se passe à l'arrière de l'affaissement sur l'Atlantique: plongée du talweg suivant sur l'océan avec mise en place d'un flux de SO doux durable (scénario minoritaire) ou reprise du talweg dans la circulation d'ouest avec une zone barocline à nouveau plutôt basse et potentiellement avec une nouvelle ondulation à l'arrière?
  2. Le topic des lamentations #6

    Au regard des modélisations du matin, je crois qu'on est encore parti pour au moins une nouvelle dizaine de jours de non hiver (sauf temporairement sur une partie de l'ENE la semaine prochaine.)
  3. Oui Sastrugis, l'explication se trouve principalement du côté de la cyclo canadienne mais je suis également convaincu que ce qui se passerait en aval à l'entrée du continent Européen en milieu de semaine joue également un rôle. On remarque de ce point de vue que la zone barocline est modélisée un peu plus nord qu'hier soir notamment sur GFS et UKMO (la tempête de jeudi est notamment repoussée majoritairement plus au nord ) et le jet remonte un peu plus nord qu'hier vers la mer du nord, Cette extension vers le nord semble ensuite ralentir le cheminement du train d'anomalies basses à l'arrière qui est donc moins étiré, ce qui ne favorise pas une ondulation ample sur l'Atlantique. On sait que moins ça plonge en arrivant sur l'Europe, moins ça a tendance à plonger ensuite... Bref, c'est encore une belle occasion qui semble s'éloigner
  4. Le topic des lamentations #6

    Un GFS 18z moins sympa d'un coup avec une dorsale qui montre peut-être son vrai visage et qui va nous bouffer tout cru? :
  5. On n'est quand même pas loin de la mise en place d'un blocage sur les modélisations à LT (GFS 12z, UKMO 12z, CEP 0z). GFS 12z confirme le potentiel de la situation avec un isolement initial un peu plus important que sur ses précédentes projections: Et une branche du jet qui bifurque à nouveau vers les hautes latitudes ( trop temporairement) en fin d'échéance: Toutes ces petites choses qui, si elles s'alignent peuvent changer la donne... En tous cas l'américain "fige" davantage la situation sans pour autant réellement bloquer mais il évolue en ce sens. Ça a le temps de changer 1000 fois mais le potentiel est là, sans doute le plus important depuis le début de l'hiver. Notons aussi que UKMO envisage une crête d'altitude un peu plus ample que l'américain à 144h et que GEM nous aide à garder la tête froide en ne modélisant toujours aucun coup de vent en milieu de semaine et aucune véritable crête d'altitude par la suite sur l'Atlantique, tout au plus une petite ondulation! Amis hivernophiles traumatisés par la désormais célèbre maxime de ce forum: "c'est toujours la modélisation la plus pourrie qui l'emporte", vous êtes prévenus.
  6. Oui vidéo intéressante sur le fond et sur la forme aussi. Il est marrant ce Martin de la Soudière: un mélange entre show man et savant fou, très rigolo à regarder.
  7. A noter ce matin que GEM est très décalé des autres déterministes: - d'abord il ne modélise pas l'anomalie qui évoluerait en coup de vent ou tempête sur les autres modèles. - ensuite il envisage une orientation très temporaire et modérée du flux au NO en 2ème partie de semaine alors que les autres modèles envisagent globalement une orientation plus nordique du flux et plus continue que le modèle Canadien. Il y a d'ailleurs peut-être un lien de cause à effet entre cette tempête éventuelle qui peut potentiellement favoriser un déferlement plus rapide du vortex Nord-Atlantique en favorisant sa mobilité et en permettant une distorsion du jet à l'arrière. Il faudra aussi regarder la sortie du continent nord-américain comme le soulignait Oliv hier soir car l'ampleur de la dorsale qui se déploiera (ou non) derrière le déferlement reste très dépendante du comportement du talweg américain. En tous cas, même si cette semaine ne s'annonce pas forcément pleinement hivernale, il est quand même probable que la neige fasse temporairement son apparition à plusieurs reprises à l'arrière des fronts et aux heures les plus froides. La toute fin de semaine reste très incertaine avec malgré tout une tendance majoritaire à la modélisation (temporaire?) d'un flux plus nordique .
  8. Disparition de Jean Breton

    Jean Breton, je me rappelle de lui effectivement. Ses méthodes n'étaient pas toujours très scientifiques mais c'était un passionné et un amateur des phénomènes hivernaux! Je me souviens encore avoir écouté un de ses bulletins en plein milieu de la vague de froid de 1985. Il nous disait, sur les ondes de RTL, qu'il ne voyait pas le bout de la vague de froid et qu'elle s'étendait jusqu'au milieu de l'Atlantique. Dans mon esprit enfantin, c'était magique, nous avions -10°C, 10 cm de neige, des rivières glacées et une mur de froid qui s'élevait sur l''Océan pour contrer le retour de la douceur! Que c'était bon d'être dans l'inconnue et d'avoir l'impression que le blocage durait pour l'éternité.
  9. Comme cela a été dit à plusieurs reprises, nous assistons sur nos modèles à la modélisation du décrochage d'un morceau du vortex polaire à partir du continent Nord-Américain en direction de l'Atlantique pour la semaine prochaine. Ce décrochage devrait déferler en flux ONO en direction de l'Europe occidentale, la trajectoire de celui-ci se tendant en peu plus NO au fur et à mesure de l'échéance. Tout cela devrait nous valoir un temps très agité la semaine prochaine (humidité, fraicheur et vent), les températures devraient graduellement descendre en cours de semaine ce qui permettrait à la neige de devenir de plus en plus présente en plaine en fin de semaine sur les régions habituellement exposées (Centre-Est et NNE voire une partie de la Normandie). En toute fin d'échéance et début de la suivante, il y a une grande divergence sur les modèles, ceux-ci hésitant entre la modélisation d'un blocage ou d'une dorsale solide accentuant le refroidissement à toute altitude (scénario minoritaire) et l'affaissement de la dorsale au-dessus de nos têtes, nous soumettant finalement plus ou moins lentement la semaine suivante à un flux océanique doux voire très doux. (mais tout ça reste très loin donc incertain).
  10. UKMO est quand même impressionnant ce matin. On sent la bascule continentale toute proche sur ce run. Dans l'ensemble, on remarque que le blocage prend peu à peu de plus en plus de place sur les modèles. La situation n'est peut-être pas aussi calée que cela pour notre petit bout de France. D'ailleurs le 6z GFS en cours de sortie, envisage une 2nde pulsion un peu plus puissante que sur sa précédente sortie: de petits décalages qui pourraient à un moment ou un autre permettre la bascule?
  11. Oui c'est vrai, c'est d'ailleurs ce que j'ai toujours cru de mon côté. Ça se résume un peu comme ça : Peu importe la situation initiale, si la configuration synoptique est "favorable". l'air froid d'altitude peut arriver jusqu'à nous rapidement. Combien de fois ai-je défendu cet argument sur ce forum... Par contre, là où je nuancerai par rapport à mes convictions passées, c'est sur la notion de configuration synoptique favorable. Il faut aujourd'hui un alignement incroyable des planètes pour aboutir à une situation favorable (pour les configurations les plus hivernales types blocage Islandais ou en AS) sur notre bout de France. Ce qui me semblait moins être le cas par le passé. En gros, il faut plusieurs pulsions continues et très puissantes (2 ou 3 minimum) en provenance du proche Atlantique vers la Nouvelle Zemble et retombant en Sibérie. Dans ce cas, je suis sûr qu'on arrive à obtenir au-dessus de nos têtes des décrochages froids importants. Sur le CEP de ce soir, on n'y est pas encore tout à fait: d'ailleurs, les -5°C à 850 hpa ne dépassent pas l'Est de l'Allemagne. Pour autant on a 2 puissantes pulsions, dont la 1ère qui atteint la Nouvelle Zemble puis retombe en Sibérie et la 2nde atteint le Spitzberg (trop court et pourtant ça crève les plafonds!); le jet Atlantique n'est pas suffisamment longtemps détourné vers les hautes latitudes et la talweg Atlantique venant de l'ouest n'est pas freiné et finit par couper l'élan du talweg continental vers la France. Il reste en tous cas plus simple, d'un point de vue synoptique d'obtenir de l'air froid d'altitude au-dessus de la France lorsque les ondulations sont plus à l'ouest (vers le Groenland), le point de chute "naturel" des décrochages est alors l'Europe occidentale.
  12. * - * Le topic des souhaits * - *

    Comme tu l'as dit toi même, il ne faut sans doute pas regarder vers l'Est. Malgré de belles pulsions subtropicales sur le proche Atlantique, il n'y a pas de "bascule continentale " qui s'opère sur les modèles. On voit bien que pour nous, le plus rapide pour obtenir des descentes polaires est qu'elles soient décrochées par l'ouest Atlantique, mais elles sont souvent d'origine très maritimes et donc favorables au NE et aux massifs montagneux (c'est sans doute ce type de configuration qui nous attend pour la fin de semaine.) Sinon, incroyable quand même que UKMO à 144h qui envisage la mise en place d'un flux de NE entre le Nord de la Laponie et la France ne génère que du -2°C à 850 hpa. A l'opposé, les modèles envisagent un flux temporaire venant du sud du Maghreb à partir de 48 h qui nous envoie du 6-8 °C à 850 hpa (ok ça foehn mais ça monte même à 10-12°C à 850 hpa sur l'Allemagne!).
  13. Le topic des lamentations #6

    C'est dingue qu'avec de telles projections, on n'arrive pas à quelque chose de plus consistant pour l'Europe occidentale: Les poussées Atlantiques rejoignent les poussées pacifiques et "scindent" le VP mais il n'y a rien à advecter vers nous. Alors, ok, les pulsions sont sans doute trop proches de la France pour nous envoyer rapidement des décrochages, mais ce grand vide sur l'Europe occidentale interpelle: On continue à perdre nos repères.
  14. Le topic des lamentations #6

    Finalement je m'attendais presqu'à pire ce matin vu la tournure des modèles hier soir. Effectivement GEM/UKMO suivent GFS. Mais GEFS fait un pas significatif du côté d'un blocage potentiellement capable de drainer l'air froid continental sur la France. 7 scénarios vont clairement dans ce sens: p2-p4-p8-p13-p16-p20 (ce qui n'était pas du tout le cas jusque là) Et le CEP reste globalement sur son scénario d'hier soir. Au carrefour des influences on disait... configuration difficile à cerner (on se rassure comme on peut.
  15. Le topic des lamentations #6

    Ce pseudo blocage a quelque chose de.... comment dire..... pathétique.....