Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

mottoth

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    3218
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    9

4 Followers

About mottoth

  • Rank
    Cumulonimbus calvus
  • Birthday 05/02/1975

Personal Information

  • Location
    St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. #562. Darlag / Gyümai Encore une fois le nom du comté (Darlag) figure dans les index OMM en lieu et place du nom de la ville (Gyümai). Cette petite ville austère de 4000h est située à environ 4000m d'altitude dans la haute vallée du Fleuve Jaune, au sud-est de la province du Qinghai et au nord-est du plateau du Tibet. Songpan est à 385kms, Chengdu 515kms, Golmud 520kms. Le plateau du Tibet est loin d'être vraiment plat dans cette zone, mais nous sommes presque partout à une altitude supérieure à 4000m. Vue vers le nord est de la ville et du Fleuve Jaune. C'est une région désolée et isolée, voici un extrait de blog de voyage avec récit et photos pour poser l'ambiance. C'est un climat rude, aux hivers froids et secs et aux étés humides et sans chaleur. La sécheresse de l'hiver empêche le maintient d'une couche de neige permanente malgré des tn très basses aux cœur de l'hiver (pas loin de -20°c en moyenne en janvier). Dès le printemps un forte instabilité diurne donne des après midis très ennuagés et des averses de plus en plus fréquentes, souvent neigeuses jusqu'en avril. Le régime hivernal de vent est constitué de brises de sud nocturnes, de brises d'est matinales et d'ouest l'après midi. Le vent d'ouest devient souvent fort l'après midi lorsque les vents thermiques se combinent aux vent d'altitudes: le jet-stream est en effet très présent en hiver au dessus du plateau du Tibet et plus l'on monte en altitude plus il va "lècher" la surface; je vous renvoie à la fiche sur Wudaoliang (4700m d'altitude) où le vent d'ouest souvent violent révèle bien que l'on a déjà ici la tête dans la partie basse du tube du courant jet. En été un courant thermique de NNE, qui remonte la vallée du Fleuve Jaune, semble dominer la circulation de basse couche. Les tableaux horaires mettent très bien en évidence la forte convection diurne dès le mois de février, les après midi de printemps sont même plus ennuagées que le plein été. Pas de données d'enneigement sur cet exemple d'hiver de 2012/2013. Cependant on devine bien que les chutes de neige du 8/01 et des 20 et 21/01 ont favorisé les plus grands froids de l'hiver (entre -25°c et -30°c) en modifiant l'albédo du sol. Le vent est un acteur important, beaucoup d'après midi sont très agitées et lorsqu'il se maintient la nuit les tn plongent moins que d'habitude (c'est arrivé surtout en février sur cet exemple). Les journées peu ventées favorisent d'impressionnantes amplitudes thermiques, parfois supérieures à 25°c. L'humidité relative est souvent très basse, une particularité commune à tous les climats Tibétains, et favorise la sublimation de la neige au sol. Voici un exemple de printemps équilibré. Comme annoncé les après midi sont de plus en plus ennuagées et les averses de plus en plus durables. Jusqu'en avril les précipitations ne tombent quasiment que sous forme neigeuse, et donnent généralement les plus fortes épaisseurs de l'année. L'été n'est même pas agréable, il ne fait jamais chaud et la pluie est quasi quotidienne. Cette instabilité est souvent orageuse. Le gel est possible même au cœur du mois de juillet, j'ai renoncé à déterminer une période moyenne hors gel car le gel est un danger permanent pour d'éventuelles cultures sensibles. Septembre ressemble encore pas mal à l'été, octobre voit le retour des flocons et de fortes gelées, puis comme ailleurs depuis le sud-Yunnan le mois de novembre voit l’installation rapide et franche du régime hivernal, ici caractérisé par des gelées très sévères, un air sec et les coups de vents d'ouest diurnes. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  2. #561. Songpan / Jin'an La ville étudiée aujourd'hui s'appelle Jin'an (12 000h), mais elle est référencée sous les index OMM par le nom du compté dont elle est la préfecture: Songpan. Nous sommes dans le nord du Sichuan, à 215kms de Chengdu, 435kms de Chongqing, 900kms de Golmud. Nous sommes dans les Monts Min, une chaine de montagne orientée nord-sud qui délimite le plateau du Tibet des reliefs plus modestes qui bordent le nord du bassin du Sichuan. Au nord est se trouve le plus grand marais d'altitude au monde, le marais de Zoigê à une altitude moyenne de 3600m. La station étudiée est dans une vallée nord/sud, au nord de la ville de Jin'an. Elle a déménagé de 3.2kms le 01/01/2013 vers un site plus à l'écart de la ville: en moyenne annuelle les tx ont perdu 0.2°c suite à ce changement, et les tn 0.6°c. La région est gâtée par un patrimoine naturel exceptionnel, et est une destination touristique prisée. Voici par exemple la zone de Huanglong, à 23kms à l'ENE: Ou la zone de Jiuzhaigou, plus éloignée (65kms au NNE): Ce climat bien refroidi par l'altitude (2890m dans ce fond de vallée) montre un régime pluviométrique un peu inattendu, avec un pic de RR dès le mois d'avril, et un regain de pluviométrie en automne: il semble que dans cette zone de transition entre le Tibet et la plaines les intersaisons soient les saison les plus instables, tandis que la mousson asiatique estivale semble à bout de souffle ici. On garde bien sur des grandes lignes "tropicales", avec un hiver très peu arrosé (ou enneigé) et nettement moins gris que l'été. Les vents dominants suivent la vallée et sont déconnecté des moussons: on trouve essentiellement des brises de montagne de nord (nocturne) et des brise de vallée de sud (diurnes). L'hiver est assez contrasté, bien plus que sur le plateau du Tibet où les perturbations ne pénètrent pas. Les données d’enneigement n'étaient pas disponibles en 2000/2001, mais il neige souvent trop peu pour que celle ci reste durablement au sol. Les fortes amplitudes thermiques (impressionnantes même parfois) assurent également un dégel quotidien, et le soleil est souvent très vaillant. Le printemps est la saison la plus instable, et connait parfois d'abondantes chutes de neige. L'été n'est pas trop désagréable malgré les averses fréquentes: on a aussi de belles journées et surtout il ne fait pas trop chaud. C'est même la fraicheur un peu trop marquée certains jours qui peut-être gênante. L'automne est instable jusqu'à l'installation du régime hivernal en novembre et le retour de forte gelées. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  3. Et quelques paramétrages qui ont sauté pour les images, à nouveau limités à 750 pixels en hauteur. Ainsi des images plus hautes apparaissent ainsi:
  4. #560. Chengdu. Chengdu est une très grande ville d'environ 10 millions d'habitants, à l'ouest du bassin du Sichuan et capitale de la province du même nom. Chongqing est à 280kms, Xichang 350kms, Zhaotong 370kms, Dali 660kms et Guiyang 535kms. Nous somme pas loin de la nette cassure entre les plaines du bassin Rouge et les montagnes qui plus à l'ouest font transition vers le plateau du Tibet. La ville est à une altitude moyenne de 500m en terrain plat, la station météo est bien excentrée au nord-ouest à 550m. Les premiers reliefs des chaines Longmen et Qionglai sont à une quarantaine de kms de la station. La station étudiée a ouvert en janvier 2004, dans un site rural bien à l'écart de la ville au nord du district de Wenjiang (qui est son nom dans les index OMM). Le centre ville est à 22kms. Vue vers le nord-ouest et les premiers reliefs à environ 40kms. On avait déjà parlé de cette région hyper-grise du bassin du Sichuan à propos de Chongqing. Ici on trouve une variante de ce climat subtropical à peine moins grise et globalement moins chaude: par rapport à Chongqing on perd 1.5°c sur les tx et 2.9°c sur les tn, en raison de l'altitude (+290m) et de la nature bien plus campagnarde de Chengdu/Wenjiang. Ici les précipitations hivernales sont plus basses, en raison d'un effet d'abri plus important des montagnes; cependant je ne pense pas que l'on puisse vraiment parler de saison sèche en raison de l'hygrométrie et de la nébulosité importante. On a un maximum pluvio en juillet plutôt qu'en juin comme escompté, qui est peut-être du à la période d'étude différente et plus courte (4 années de moins). Les vents sont vraiment faibles, en toutes saison. Difficile de décrypter les roses des vents, tout juste peut-on déceler une mousson de nord-est en hiver. Difficile de trouver une exemple neutre d'hiver sur les 15 années en ma possession, ils ont en effets tous été soit au moins 1°c au dessus des normes de tx soit au moins 1°c sous ces normes. Voici donc 2005/2006, plutôt frais, mais normal sur le bilan de RR. C'est bien sur souvent gris, parfois faiblement pluvieux, et les températures évoluent peu d'un jour à l'autre. Les quelques journées de beau temps donnent lieu soit à des nuits plus froides (le gel est légèrement franchi 13 jours par an) soit à une douceur agréable l'après midi. L'enclavement de ce bassin lui garantie cette faible variabilité et piège durablement les nuages bas. Au printemps le temps devient plus variable, sans atteindre les excès rencontrés plus à l'est (à commencer par Chongqing). C'est globalement toujours aussi gris, avec des changement de temps de plus en plus francs et arrosés au fur et à mesure que la saison progresse. Voici un exemple d'été normal, où la chaleur d'aout a compensé le mois de juillet plus respirable. L'altitude (550m) a ceci de bénéfique que cette ville n'est pas aussi caniculaire que les "trois fournaux" plus à l'est le long du Yangtzé (Chongqing, Wuhan et Nankin). Les séquences chaudes un peu prolongées comme celle de mi-aout 2011 restent bien pénibles par rapport à nos standards français, bien entendu. L'automne arrive souvent assez subitement dans ce bassin, après des dernières chaleurs plus ou moins accentuées en septembre. Donc sur cet exemple le tournant de la saison se fait entre le 22/09 et le 26/09: après cette grosse dégradation un régime plus hivernal s'installe, avec moult grisaille et des arrosages moins conséquents. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.
  5. #559. Xichang. Voici une ville de 480 000h, dans la province chinoise du Sichuan. Zhaotong est à 155kms, Dêqên 335kms, Dali 320kms, Kunming 325kms et Chongqing 450kms. Xichang est un peu à l'écart d'une vallée assez large d'un affluent du Yangtze. La vallée est orientée nord-sud mais paradoxalement elle est bien isolée des conflits de masse d'air méridiens qui se produisent en fait plus à l'est, derrière la chaine du Daliang. La ville de Zhaotong est relativement proche (155kms), mais bien plus exposée aux descentes polaires qui arrivent par le bassin du Sichuan et au mauvais temps associé. Nous verrons en détails comment ces deux climats diffèrent profondément en hiver. Vue vers le sud-est et la plaine lacustre dans laquelle est implantée Xichang, quelques kilomètres à l'écart de la vallée principale et à environ 1600m d'altitude. La station étudiée est au nord de la ville, à moins de deux kilomètres du centre. Vue vers le nord-ouest. Vers le nord, à une soixantaine de kms dans la vallée, se trouve la base de lancement de Xichang, centre aérospatial Chinois important. Ce climat subtropical est nettement plus sec et ensoleillé en hiver que celui de Zhaotong (qui n'est probablement pas subtropical, d'ailleurs, en raison d'étés pas si chauds). Cette saison sèche ne sera pas aussi paisible que vers la Birmanie, où les intrusions polaires pénètrent très rarement, mais on est loin de la froide grisaille qui domine souvent un peu plus à l'est sur le plateau de Yungui et dans les plaines et bassins du Yangtze / Sichuan. Le maximum pluviométrique de juin coïncide avec le pic de grisaille associé au Meiyu front, ce front de mousson que l'on avait un peu perdu de vue dans le Yunnan. Le climat de cette vallée est donc un climat de transition, entre les climats typiquement tropicaux (plus ou moins refroidis par l'altitude) au voisinage de la Birmanie et de la Thaïlande et ceux du sud est de la Chine largement passés en revue au début de cette série (Guiyang, Guilin, Ji'an, etc...), marqués par une forte variabilité hivernale et le maximum pluviométrique de juin. Les roses des vents suivent logiquement l'orientation nord-sud de la vallée. Ces vents sont essentiellement des brises: de montagne (nord) la nuit, de vallée (sud) en journée. Voici un hiver au bilan normal: l'excédent de grisaille froide de décembre est bien compensé par le beau temps chaud de février. Février à début un vrai air de printemps sur cet exemple. Ce n'est donc pas le grand calme des région du sud-ouest du Yunnan, avec des périodes de temps gris et froid. Même le beau temps de février est souvent un peu agité avec des variations importantes de tx d'un jour à l'autre. Voici une comparaison avec Zhaotong, pour janvier 2012. Zhaotong n'est que 350m plus haute, ce qui ne justifie en rien de telles différences de température: il y fait constamment nettement plus froid, et aussi la plupart du temps bien plus mauvais. On observe bien tout au long de cet exemple le rôle des montagnes qui séparent les deux villes, et l'on comprend comment en progressant encore plus vers l'ouest à travers d'autres chaines de montagnes on se retrouve avec des hivers aussi stables et paisibles dans les zones frontalières de la Birmanie. Si en hiver les conflits de masse d'air concernent donc surtout les plaines et plateaux de l'est en basse troposphère, l'épaisseur verticale de cette agitation augmente avec l'avancée du printemps et les montagnes sont de moins en moins un obstacle: le temps devient donc de plus en plus contrasté au fur et à mesure de l'avancée de la saison, avec notamment des "douches écossaises" où l'on peut perdre 15°c voire 20°c sur les tx en 24h. En été aussi le temps ressemble un peu plus à celui rencontré plus à l'est, avec parfois des périodes de beau temps sec assez durables et vraiment chaudes. On a perdu la régularité de la saison de pluie du sud du Yunnan. La comparaison d'un mois d'été avec Zhaotong confirme que le temps est bien plus semblable en cette saison de part et d'autre des montagnes: celles ci doivent surement donner ici et là un surplus de pluies orographiques mais elles ne contrarient pas du tout la circulation estivale globale. Voici un automne bien normal (à part un petit excédent de tx en septembre). Le dégradations pluvieuses sont de plus en plus timides en fur et à mesure que l'automne progresse et que les montagnes redeviennent un obstacle aux mauvais temps qui semble se "contracter" dans les plus basses couches de la troposphère. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  6. #558. Dêqên. Dêqên est le nom du comté et Shengping le nom de la ville principale de celui-ci, où se situe la station étudiée dans cette fiche. Le comté compte 62000h, la ville elle même probablement quelque dizaines de milliers. Attention: ne pas confondre cette ville avec celle de Diqing / Shangri-La, parfois aussi orthographiée Deqen, 108kms vers le sud-est. Dali est à 330kms, Nyingchi 460kms, Zhaotong 480kms. Nous sommes dans cette fameuse zone où 3 voire 4 fleuves majeurs coulent parallèlement (d'est en ouest: le Yangtzé, le Mékong, le Salween et l'Irrawady). Les plissement de la plaque Indienne s'enfonçant dans la plaque Eurasienne sont évidents ici, et le début du plateau Tibétain n'est plus très loin au nord. Dêqên / Shengping est coincée dans la vallée étroite d'un court affluent du Mékong, la confluence n'étant qu'à 13kms. Un sommet de 6740m d'altitude, le Kawagarbo, se trouve à 22kms à l'ouest, entre le Mékong et le Salween. Vue vers le SSO, et complètement à droite le Mt Kawagarbo. La station étudié est dans les hauteurs de la ville, à environ 3300m d'altitude. Les parties basses de la ville sont à 2900m d'altitude, et la vallée du Mékong n'est qu'à 1990m d'altitude 13kms plus loin. Cette petite vallée en V à la pente importante n'est donc pas du tout propice à la stagnation d'air froid, on retrouvera d'ailleurs des brises incessantes et des amplitudes thermiques diurnes plus modérées que dans les fonds de cuvettes et de vallées de la région. Ici une vue vers le nord-ouest. La nouveauté de ce climat par rapport à ceux vus plus au sud, en dehors du refroidissement important du à l'altitude, c'est l'apparition d'un maximum secondaire de précipitations au printemps. A l'autre bout de l'Himalaya, au Cachemire, on trouve également ce maximum et il est même par endroit le plus important de l'année. En Inde du nord également on retrouve une certaine instabilité au printemps avec des perturbations (les "nor'westers") qui suivent une trajectoire privilégiée le long du relief, et terminent dans l'Assam (voir fiche de Guwahati où la mousson semble arriver dès avril). Ici aussi une instabilité importante se développe au printemps, probablement excitée par ces nor'westers en fin de course. Du coup il semble que la neige fasse souvent son apparition en mars, entre fin de la saison froide et début de l'instabilité du printemps. J'ai peu de recul sur l'enneigement (depuis octobre 2016 uniquement), mais à priori cette ville et cette région sont parmi les plus enneigées de ces montagnes du Yunnan: plus bas il ne fait pas assez froid, plus haut en allant vers le Tibet il fait trop sec. Le gel est quotidien en hiver - un gros changement par rapport aux villes plus basses de Dali ou Kunming -, et il peut occasionnellement être sévère avec du -10°c voir du -15°c. Cependant je l'ai déjà dit la topographie n'est pas favorable à l'accumulation de froid, et la ville voisine de Shangri-La (3160m) qui est dans une cuvette à fond plat peut connaitre des tn bien plus rigoureuses (jusqu'à -27°c d'après le wiki dont les données issues de la CMA semblent dignes de confiance). Les roses des vents se partagent toutes l'année entre brise de montagne d'ouest (nocturnes) et brises de vallée d'est (diurnes). L'alternance de ces brises est évidente sur les tableaux horaires, et la nuit le vent "tombe" beaucoup moins que dans les vallées et cuvettes à fond plat. Voici un hiver au bilan équilibré, cependant son déroulé est un peu "caricatural" avec un final plus gris et instable que la normale en février. Décembre et janvier offrent de belles semaines avec un ciel d'un bleu profond et du froid sec semblable à celui du Tibet. Le printemps devient rapidement assez gris et très instable. Dommage qu'en 2006 les hauteurs de neige n'étaient pas encore diffusées, il y a surement eu un cumul intéressant le 06/04. Les gelées s'arrêtent fin avril, mais il ne fait pas vraiment chaud. La chaleur n'est jamais vraiment présente en fait, la txx annuelle médiane étant juste de 25°c. La saison de la mousson est grise, souvent fraiche, et il ne s'arrête jamais de pleuvoir très longtemps. Comme dans le reste du Yunnan le temps reste assez variable durant l'automne, avant un rapide basculement en régime "hivernal" en novembre. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  7. En effet ces îles sont moins impactées par les fumées: Java peut en connaitre quelques jours, mais pas les autres îles. Ces feux ont beau être d'origine anthropique c'est bien que l'absence de pluie durant les épisodes de Niño qui les rend particulièrement problématiques ces années là. En étudiant les climats de l'Indonésie j'ai en effet constaté que durant les plus fortes Niña la saison sèche n'était plus du tout sèche.
  8. Oui bien sur, l'approche américaine a le mérite d'être globale, et le lien entre climat et biome est plus pertinent que le ressenti humain. J'essaye malgré tout de ne jamais oublier ce dernier, et mes présentations tournent souvent autour de cela. #557. Dali. Dali est l'une des destination touristique les plus prisées du Yunnan, il convient de distinguer la vieille ville (80 000h environ) de la ville nouvelle appelé officiellement Xiaguan (235 000h). Lincang est à 200kms, Kunming 260kms, Ruili 300kms, Yuanjiang 295kms. Avec cette fiche nous aurons couvert une bonne moitié sud du Yunnan, l'occasion de revenir sur la géographie de la région avec une carte topographique plus large. La région au nord-ouest de Dali est unique au monde, on y trouve 3 fleuves majeurs qui coulent parallèlement les uns aux autres: - L'Irrawady, plus grand fleuve Birman, qui se jette dans le Golfe du Bengale. - Le Salween, qui se jette dans la mer des Andamans. - Le Mékong, fleuve majeur de l'Indochine qui se jette dans la mer de Chine Méridionale. Cette zone montagneuse (les montagnes Hengduan) qui marque la transition entre les plaines d'Asie du Sud-Est et le plateau Tibétain voit également naitre ou passer deux autres fleuves majeurs: - Le Fleuve Rouge, qui se jette dans le Golfe du Tonkin et le long duquel on a déjà fait plusieurs étapes. - Le Yangtzé, plus grand fleuve Chinois, qui arrose Chongqing ou Wuhan et qui se jette dans la mer de Chine Orientale pas très loin de Shanghaï. Dali est à environ 2000m d'altitude, au bord du lac Erhai. Vue vers le NNO: la station étudiée est 2.5kms du centre de Old Dali et 2.1kms du lac. La ville nouvelle est invisible sur cette vue, elle est à environ 13kms vers le sud. Nous sommes à la même altitude que Kunming, est au final ce climat est quasiment une copie conforme de celui de Dali. Les étés sont trop rafraichis par l'altitude pour faire rentrer ce climat dans la famille subtropicale: on n'atteint pas les 22°c de Tm estivale. L'hiver coïncide avec une saison "sèche" pas si sèche que cela, et l'été est copieusement arrosé. C'est assez rare pour être signalé: les vents dominants ne sont pas parallèles à la vallée. Encore une fois ce sont essentiellement des brises (de montagne, de lac, de vallée...) car les roses des vents ne mettent pas en évidence de grosse évolution d'une saison à l'autre, et notamment aucun renversement des moussons d'hiver/d'été. Voici un exemple d'hiver au bilan normal. C'est une majorité de belles journées, agitées dans l'après midi par des vents thermiques parfois violents. Quelques rares dégradations viennent donner quelques jours maussades, et parfois nettement plus frais. Les refroidissements occasionnels sont moins marqués qu'à Kunming, plus à l'est et donc moins bien abritées des masses d'air froides qui arrivent par les plaines Chinoises. La neige est possible mais elle est donc encore plus rare qu'a Kunming. En mars on retrouve pas mal de journées secouées par de forts vents thermiques avant la mise en place d'une faible instabilité venue du sud. Ces vents les plus forts sont souvent d'ouest, comme à Kunming, excités par le courant zonal d'altitude (le jet stream se positionne plus au nord mais pas très loin d'ici en hiver, on en reparlera bientôt). La saison des pluies est moins régulière que dans les stations plus méridionales étudiées ces dernières semaines (Jinghong, Yuanjiang, Lincang, Ruili...). C'était déjà visible sur l'exemple ci-dessus de mai 2003, et la suite de la saison humide de cette année là semble confirmer le fait que la majorité des précipitations tombe durant une poignée d’épisodes. En dehors de ces journées très pluvieuses et parfois fraiches, l'été est au final une saison agréable où la pluie est souvent discrète et la chaleur très supportable. En automne les précipitations tombent surtout lors de longues phases de mauvais temps, et là par contre on rejoint ce qui est observé plus au sud du Yunnan. Cet exemple est donc au global normal, les pluies prolongées de la fin octobre ayant compensé le beau temps durable et sec de septembre. Et généralement on retrouve rapidement en novembre un (beau) temps d'hiver typique. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  9. Les plantes sont sensibles aux tnn annuelles moyennes/médiane (appelées souvent "rusticité" / "hardiness" en anglais mais n'oublions pas que c'est de la simplification et qu'un indice de rusticité complet demanderais de prendre en compte plus que cette seule tnn annuelle), les humains à mon sens plus sensibles aux tx les plus fraiches: l'humain est est effet un animal plutôt diurne qui contrairement aux plantes se réfugie au chaud la nuit. #556. Ruili. Ruili est une ville frontalière avec la Birmanie, elle compte 140 000h. Lincang est à 230kms, Jinghong 375klms, Yuanjiang 430kms, Kunming 500kms et Guwahati 630kms. Le début des plaines Birmanes n'est qu'à 50kms. Je ne sais pas encore si je vais pouvoir faire une série sur ce pays, la qualité des données me parait bien trop faible pour l'instant donc cette fiche sur Ruili est probablement l'une des seules qui nous permettra d'approcher le climat de ce pays, et notamment celui de la région des Shan Hills et de la ville de Lashio sensiblement à la même altitude (environ 750m). Vue vers le sud-ouest: la ville est bâtie dans une vallée plate d'environ 6kms de large, où coule la Schwell, un affluent de l'Irradawy. La station étudiée est en lisière immédiate de la ville, à seulement 1.5kms du centre. C'est un climat subtropical qui plus bas en plaine tend vers le tropical (c'est apparemment limite à Bhamo). Le gel semble proscrit même à cette altitude avec une tnn de 3.1°c sur la période d'étude et une tnn annuelle médiane de 5°c. Le régime de précipitation est sans nuance, il montre une saison modérément sèche et une saison des pluies d'une grande régularité avec une maximum en juillet. Fait nouveau par rapport aux autres vallées du Yunnan: on retrouve un timide maximum secondaire de t° en septembre, qui rappelle les courbes en "dos de chameau" de certains climats tropicaux comme ceux d'Afrique du Nord. Il est difficile de déceler les flux de mousson dans les roses des vents, on a affaire à une majorité de vents locaux, surtout des "vents de vallées" qui remontent celle ci en provenance de la plaine de l'Irrawady. NB: les valeurs de 15hTU sont interpolées. On retrouve une forte tendance à la grisaille matinale en hiver, comme dans les plaines de Birmanie: l'ancien nom Dai de Ruili est Mengmao et signifie "foggy place"; nous constaterons en effet la régularité des brouillards matinaux sur les exemples de saisons. L'hiver est une saison très agréable, ou l'on navigue la plupart du temps entre douceur et chaleur modérée une fois la fraicheur matinale passée. Les brouillards sont quasi quotidiens en décembre, beaucoup mois fréquents à partir de février où les températures repartent à la hausse et les amplitudes thermiques diurnes deviennent importantes. Le relatif pic de chaleur au printemps et le début de la saison des pluies ressemble à ce que l'on a vu à Lincang: après un mois de mars souvent dominé par le soleil, le temps devient souvent instable en avril avec de petites averses orageuses. Puis le mois de mai est déjà un mois humide qui fait partie de la saison des pluies, avec des ondes pluvieuses de quelques jours accompagnées de tx moins chaudes. L'altitude modère les plus fortes chaleurs: on dépasse rarement 35°c (c'est d'ailleurs la txx annuelle médiane), alors que les plaines se retrouvent souvent proches de 38°c à 40°c. La saison des pluies est d'une grande régularité, on se retrouve rarement avec plus de quelques jours secs. On distingue bien les successions d'ondes pluvieuses de plusieurs jours entrecoupées de périodes moins maussades et plus chaudes. Cette mousson humide provient du golfe du Bengale et l'on avait déjà constaté sa caractérisation on ondes successives sur la fiche de Ranong, en ThaÏlande. Il peut encore faire chaud en septembre avec le pic secondaire de tx annuelle, en voici un bel exemple en 2005. Puis il faut là aussi attendre novembre pour un retour radical aux conditions de mousson d'hiver, avec une rapide stabilisation du temps et l'apparition de brouillards matinaux quasi-quotidiens. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  10. Non, en tout cas pas pour Sumatra et Bornéo: les forts Niños sont marqués par des épisodes de fumée d'incendie qui rendent la région invivable. Par contre en allant vers les Philippnes ou la Papouasie là oui, on a plus de chances d'avoir des cieux cléments. Pour les Andes l'impact est négligeable pour le tourisme: on va certes enregistrer les anomalies de t° remarquables pour ces latitudes (2°c voire plus) mais un voyageur occasionnel ne se rendra compte de rien, d'autant plus que la saison sèche restera sèche et la saison humide restera humide. Ce sont les régions côtières, et particulièrement le nord du Pérou, qui risquent d'être impraticables en cas d'inondations. EDIT: pour le tourisme en région tropicale une anticipation de la MJO est plus pertinente, pourvu que l'on soit capable de choisir sa destination "au dernier moment". Mes collègues me demandent souvent s'il vont avoir de la pluie avant de partie à l'ile Maurice, aux Seychelles, au Mexique où ailleurs, et rien qu'en allant voir les projections de la MJO j'arrive le plus souvent à leur donner la bonne info. Par exemple une collègue est partie à Cancun l'année dernière durant la saison sèche, mais durant une phase où la MJO était pressentie s'activer en Amerique Centrale / Caraïbes: je suis ais dit que j'étais pessimiste pour elle, et cela n'a pas manqué elle a eu pas mal de pluie.
  11. Cette donnée est présente dans chacune de mes fiches, en bas du tableau principal: pour Haikou, "Tnn annuelle médiane" = 9.0°c. Elle est "accompagnée" d'une txn annuelle médiane particulièrement fraiche de 12.3°c, ce qui est en effet très loin de l'image des climats équatoriaux (Mais souvenez vous, dans l'ouest de l'Amazonie, près des Andes, on avait constaté des tx "hivernales" parfois invraisemblables comme 16°c à Porto Velho (8°42'S) ou 8.3°c à Santa Cruz (17°40'S) qui n'est plus vraiment en Amazonie mais reste plus proche de l'équateur que Haikou).
  12. #555. Lincang. Lincang est une ville d'environ 300 000h, au sud-est du Yunnan. Yuanjiang est à 195kms, Jinghong 215kms et Kunming 290kms. Nous sommes entre le fleuve Rouge à l'est et le fleuve Salween à l'ouest (en Birmanie): les chaines de montagnes qui séparent ces deux bassins sont grossièrement orientées sud/nord, et entre Lincang et Yuanjiang on dénombre 3 chaines qui abritent d'autant plus la région vis à vis des descentes polaires qui se produisent l'hiver plus à l'est. Lincang est dans une cuvette à 1500m d'altitude, quasiment cernée de montagnes. Vue vers l'ouest. La station étudiée est au milieu de la ville. A 1500m d'altitude les températures sont loin des climats tropicaux des plaines de la région, mais cependant l'hiver ne connait pas le gel (sauf cas exceptionnel) malgré les fortes amplitudes thermiques diurnes de la saison sèche et une Tn moyenne de l'ordre de 5°c en janvier: ici nous allons constater que les températures sont en effet d'une grande régularité toute l'année, à mille lieux des variations souvent brutales en Chine du sud-est ou même du temps encore assez variable de la vallée du Fleuve Rouge. Difficile d'exploiter les roses des vents vu la situation dans une cuvette en isolement des flux de mousson saisonniers. En hiver des vents thermiques diurnes d'ouest se manifestent souvent, en été ils sont plutôt du nord-nord-est. On ne retrouve plus la tendance à la grisaille matinale en hiver que l'on observait encore à Jinghong ou Yuanjiang: la saison sèche hivernale est généralement très lumineuse, dès les premières heures. Voici un hiver normal: il est dominé par une majorité de belles et calmes journées, avec une fraicheur nocturne marquée et une douceur diurne agréable. Les températures varient peu d'un jour à l'autre, c'est une saison d'une très grande quiétude à par quelques épisodes faiblement perturbés. Voici le printemps 2007: - mars fut particulièrement sec et stable, avec une belle collection de magnifiques journées et une chaleur diurne qui progresse lentement mais surement au cours du mois. - avril marque le début de l'agitation pré-mousson, avec des averses fréquentes et de journées plus fraiches, mais des lames d'eau encore faibles. - en mai la saison des pluies démarre vraiment, elle fut même particulièrement arrosée cette année là. Les pics de chaleurs paraissent bien modérés et très supportables grâce à l'altitude, on dépasse difficilement les 30°c. La saison des pluies est très régulière, ça ne manque jamais d'eau. On continue avec l'année 2007 sur cet exemple. C'est aussi une saison très grise, avec des amplitudes thermiques diurnes souvent faibles donnant un bon confort thermique jour et nuit. Les quelques journées de beau temps donnent généralement les plus grosses chaleurs annuelles, un peu lourdes certes mais loin de l'enfer tropical des plaines. Enfin on termine par l'automne 2006, quasi normal à l'exception de l'épisode très pluvieux de début octobre. Il faut souvent attendre novembre pour que la nébulosité s'en aille vraiment, et l'on retrouve alors rapidement un régime de temps "hivernal". Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  13. Oui, et cela va être un constat récurrent pour les autres climats du Yunnan. #554. Yuanjiang. On va rencontrer à plusieurs reprises sur les prochaines fiches des problèmes de dénomination des lieux avec les index de l'OMM: la station étudiée aujourd'hui est référencée sous le nom de 'Yuanjiang', mais ce nom est en fait partiellement celui du département ('county') dans lequel elle se situe. Il est souvent un peu délicat de trouver le véritable nom de la ville lorsque l'on s'éloigne des grands centres de population. Pour cette fiche nous sommes dans une zone tribale regroupant 4 ethnies, et la ville principale (et chef lieu) - qui est celle où se trouve la station - s'appelle en fait Lijiang (à ne pas confondre avec la grande ville du Yunnan portant le même nom). Du coup je ne sais pas combien d'habitants sont regroupés à Lijiang, probablement quelques dizaines de milliers. Kunming est à 170kms, Jinghong 215kms et Lao Cai 235kms. Nous sommes dans la vallée très reconnaissable du Fleuve Rouge, qui ne nous est pas inconnue dans ce fil: les villes de Hanoï et surtout Lao Cai ont déjà été étudiées. Et malgré les 235kms de distance le long d'une vallée quasi-rectiligne nous allons constater que le climat de Yuanjiang/Lijiang est à certains égards très différent de celui de Lao Cai. Nous nous intéressons donc au fond de vallée, à une altitude d'environ 400m. Nous sommes donc ici dans les parties les plus basses du Yunnan. Vue vers le sud-est. Le fond de vallée est un peu plus large ici, mais de part et d'autre le relief s'élève vite jusqu'à 2000m d'altitude. Ce climat est un peu unique pour la Chine: on est pas loin d'un climat tropical humide et sec classique (ça se joue à environ 1°c sur les t° hivernales), assez loin du climat de Lao Cai qui est typiquement "Tonkinois": - ici la saison sèche (hiver et début de printemps) est bien plus sèche, et surtout c'est la saison la plus lumineuse alors qu'à Lao Cai la grisaille semble parfois infinie de décembre à avril. - on distingue un maximum thermique dès le mois d'avril, avec en cette saison des périodes caniculaires que l'on ne retrouve nulle par ailleurs en Chine. - l'été et la saison des pluies sont plus conformes à ce que l'on trouve plus à l'est en Chine continentale, avec une chaleur marquée (Tm proches de 29°c) et une humidité quasi-tropicale. Cependant c'est plus supportable qu'au Vietnam: Lao Cai souffre d'une hygrométrie nettement plus sensible (on passe de 22°c à 25°c de Td moyen, et chaque degré compte à ces niveaux de chaleur) et d'une pluviométrie également plus violente. Les roses des vents sont identiques à celles de Lao Cai: plein sud-est toute l'année, c'est le même courant thermique qui remonte la vallée du Fleuve Rouge. On retrouve la même tendance à la grisaille matinale durant la saison sèche qu'à Jinghong, mais bien sur rien de comparable avec Lao Cai. Petite bizarrerie: le vent - qui tombe d'habitude à la tombée de la nuit partout dans le monde - se maintient jusqu'en milieu de nuit durant la saison sèche. Voici un hiver normal. Le vent souffle toujours de la même direction quelque soit le régime de temps: difficile d'y voir clair à première vue. Cependant on constate que les séquences perturbées et fraiches sont accompagnées d'un vent plus fort: le flux polaire, lorsqu'il déferle sur le sud est de la Chine, finit par contourner les reliefs du Yunnan par l'est et remonte ensuite la vallée du fleuve Rouge. Nous sommes donc ici bien plus à l'abri du mauvais temps que les parties les plus basses de la vallée, au Vietnam. Notez les fortes amplitudes thermiques en fond de vallée lorsqu'il le vent est faible et qu'il fait beau. Voici un autre exemple de mois de janvier avec un comparatif entre Yuanjiang et Lao Cai: si le temps peut parfois être aussi gris et frais qu'à Lao Cai, c'est rare et cela dure peu. BONUS: Je n'ai pas beaucoup insisté sur la variabilité du climat en hiver, et de façon assez surprenante cette variabilité est forte dans cette vallée plutôt enclavée. Voici donc deux exemples de mois de février que tout oppose. - février 2008, le plus froid et gris de ma période d'étude (-8°c d'anomalie sur les tx!). Et aussi donc le plus venté. - février 2013, le plus chaud: Place au printemps, ici la chaleur monte rapidement pour atteindre en avril un palier typique des climats tropicaux. La canicule qui s'abat alors sur cette vallée est souvent bien isolée par rapport aux reste du pays, je vous invite à constater cela quotidiennement sur Ogimet durant les semaines qui arrivent, où cette station sera souvent le point chaud de la Chine. Puis en mai les pluies deviennent régulières, et la chaleur lourde. Encore un comparatif avec Lao Cai, en avril 2008: BONUS: juin 2015, le mois le plus chaud de ma période d'étude tous mois confondus. Parfois la saison des pluies tarde à démarrer et une forte canicule perdure, comme en 2015. Mais généralement un temps bien plus humide s'installe en juin avec des averses fréquentes. La régularité des pluies est d'ailleurs bien meilleure que dans le sud-est de la Chine, ici c'est la même mousson que celle qui arrose les pays voisins (Laos, Thaïlande, Birmanie). La chaleur reste forte, souvent aussi forte qu'au printemps mais encore plus difficile à supporter à cause de l'humidité. Enfin un exemple d'automne: une chaleur plus agréable arrive en octobre, mais la nébulosité post-saison des pluies reste importante et il faut souvent attendre novembre pour retrouver de belles séquences de beau temps. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  14. C'est la zone d'Obihiro, régulièrement foehnée par les montagnes d'Hokkaido.
  15. Et même 11.3% au relevé intermédiaire de 15h30 à Bron (T° 20°c / Td -11°c). C'est la plus basse mesure d'hygrométrie à Lyon depuis au moins 2000, à l'exception notable des canicules de 2003 où à deux reprises on avait atteint 10% (le 11/08/2003, T 38.9°c / Td 1.8°c et le 22/06/2003 T 38°c / Td 1°c).
×
×
  • Create New...