mottoth

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    3 137
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    8

1 abonné

À propos de mottoth

  • Rang
    Cumulonimbus calvus
  • Date de naissance 02/05/1975

Personal Information

  • Lieu
    St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. mottoth

    Climats du monde

    #531. Caen. Suite de cette série Française, avec aujourd'hui un climat encore bien océanique: celui de la Normandie, avec l'exemple de Caen. L'aire urbaine compte environ 420 000h. Paris est à 215kms, Nantes 245kms, Londres 255 et Brest 300kms. NB: ces distances sont mesurées à vol d'oiseau et donc forcement moindre que par le réseau routier, elles sont arrondies généralement à 5kms et ne sont pas celles de centre-ville à centre ville mais d'une station synoptique à une autre. Au plus proche la manche est à 17kms. Au sud et à l'ouest l’intérieur est peuplé d'un réseau de collines modestes, vers l'est on trouve un plateau continental qui domine la Seine et la mer d’environ 100 à 200m d'altitude (cf les falaises d'Etretat pas exemple). Vue vers l'ENE. C'est assez campagnard, le centre ville est à 6.5kms de la station, située sur l'aéroport. Fiche clim de Meteofrance. C'est quasiment aussi océanique qu'à Nantes (ICA de 0.75 ici contre 0.76), avec cependant quelques nuances: - l'amplitude thermique annuelle est plus faible ici, avec notamment des étés qui commencent à manquer de chaleur par rapport au reste de la France. - le régime pluviométrique est plus uniforme et moins franchement océanique, il commence à ressembler à celui du Bassin Parisien avec des précipitations modérées en toutes saisons. Ce climat est assez venté, c'est même un peu plus venté qu'à Brest en hiver ! Mêmes roses des vent qu'à Nantes, avec ici un net avantages aux vents zonaux et perturbés, de sud-ouest. En été le vent est plus franchement d'ouest, comme le long de la côte Atlantique. Voici l'hiver 2014-2015, bien moyen. L'exemple de décembre est bien gris, mais cependant pas franchement pluvieux: ce fut une grisaille souvent anticyclonique, et même lorsqu'il pleut c'est rarement fort. Janvier fut lui assez venté. Bien sur le gel et la neige sont là encore rares et peu durables, seul l'épisode du 20/01 donna un peu de neige au sol. Au printemps la douceur tarde à venir, par flux plutôt maritime la fraicheur demeure même en cas de beau temps. Il faut donc souvent attendre mai pour connaitre un peu de chaleur. Voici l'été 2015, qui ne fut pas caniculaire partout en France: on est tout juste dans la moyenne ici, avec tout de même une rare pointe proche de 36°c le 1er juillet. Au coeur de l'été on trouve souvent de la fraicheur assez remarquable pour un Lyonnais comme moi, avec des tn qui évoluent facilement largement sous les 10°c - chose devenue impensable dans ma région en juillet et aout. Aout 2015 fut marqué par une période pluvio-orageuse particulièrement intense du 10/08 au 13/10, et au final ce mois est le plus arrosé tous mois confondus de ma période d'étude ! Enfin l'exemple d'octobre 2009, au bilan normal mais plutôt contrasté, il a failli geler au milieu du mois alors qu'en moyenne il faut attendre la dernière décade de novembre pour la première gelée... mais comme dans tous les climats océaniques cette date varie énormément d'une année sur l'autre. Voilà, c'est tout pour aoujourd'hui !
  2. mottoth

    Climats du monde

    Pour clore le sujet: Mars 2007 a été marqué par un flux polaire maritime de nord entre le 19 et le 24, avec un temps humide et des tx largement sous la normale mais vu l'origine de la masse d'air et l'avancement de la saison pas de quoi donner une couche de neige au sol. Début mars 2006 a été en effet exceptionnel dans tout le nord-est, et même à Lyon on avait récupéré un peu de neige.
  3. mottoth

    Climats du monde

    #530. Nantes. Nantes est la 8e aire urbaine de France, avec environ 950 000h. Brest est à 255kms, Limoges 255kms, Bordeaux 265kms, Paris 345 kms. Au plus proche l'océan est à 30kms. La station étudiée est sur l'aéroport, à 8kms du centre ville et à la limite de la zone urbanisée. Fiche 1981-2010 de Méteofrance. Avec ce retour vers l'Atlantique on retrouve bien sur un climat franchement océanique (océanique modéré d'après l'ICA), avec un régime de précipitation assez marqué: les mois d'été ne sont pas très arrosés, par contre de octobre à janvier cela ne manque pas d'eau. La neige et le froid sont rares en hiver, ici la txn médiane annuelle n'est même pas négative avec 0.6°c (alors qu'elle l'est à Bordeaux avec -0.5°c !). Les influences continentales - chaudes en été et froides en hivers - semblent canalisées pas le val de Loire entre Nantes et Angers. En hiver le courant perturbé varie du sud à l'ouest (avec une bascule des vents typique au passage d'un front), tandis qu'en été on retrouve souvent un courant thermique océanique - comme à Bordeaux. Voici encore l'hiver 2003-2004, qui fut remarquablement moyen un peu partout en France. On y trouve donc à peu près tous les types de temps de l'hiver Nantais: de nets redoux - parfois océanique et humides, parfois plus beaux et sec -, et du froid de faible intensité avec des gelées rarement marquées et de rares flocons de neige. Quelques coups de vents approchent le seuil de la tempête, mais Nantes ne semble pas être particulièrement exposée au vent pour un climat aussi océanique. Voici un exemple de printemps à la fois normal et très moyen sur les t° et l'ensoleillement, et pourtant franchement pluvieux. Il ne faut pas remonter très loin pour trouver une paire juillet/aout bien normale: 2017 est un bon exemple, qui manque juste un peu de soleil durant la 2e quinzaine de juillet. La chaleur est occasionnellement vraiment forte, car comme à Bordeaux on est ici souvent dans la trajectoire des advections chaudes en provenance de l'Espagne: lorsque la chaleur s'installe sur la France Nantes peut faire partie des villes les plus chaudes en début d'épisode, mais celle ci s'attarde généralement moins longtemps que dans l'intérieur du pays. Enfin un petit mois d'octobre au bilan normal mais au déroulé plutôt contrasté: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Comme d'hab je laisse les locaux de l'étape compléter cette présentation, je suis volontairement un peu laconique sur ces fiches Françaises pour vous laisser la place.
  4. mottoth

    Climats du monde

    Pour Reims c'est ma mémoire qui a flanché, pour Romorantin je ne savais pas ! J'ai oublié aussi le -20.2°c de Grenoble / St Geoirs (loin de Grenoble ville en fait), le 30/12/2005.
  5. mottoth

    Climats du monde

    #529. Dijon. L'aire urbaine de Dijon compte environ 385 000h. Lyon est à 175kms, Clermont 220kms, Paris 260kms, Strasbourg 240kms. Dijon est dans la partie nord de la plaine se Saône, et l'on trouve à l'ouest des coteaux dont la partie sud est réputée pour ses vignobles: c'est la région des grands Bourgognes. La station étudiée est sur l'aéroport, à 7kms du centre ville et également 7kms des premiers coteaux. Elle est donc dans la plaine, et l'on verra l'importance que cela a en hiver. Lien de la fiche de MF. On est à la limite entre le climat plutôt océanique et le semi-continental, nul doute que le massif du Morvan est nettement plus océanique. Le régime pluvio, globalement bien uniforme, montre bien ce tiraillement entre ces deux influences. La particularité du Dijonnais est la fréquence du brouillard et de la grisaille de basse couche en hiver, l'un des type de temps les plus emblématique de cette saison c'est le brouillard givrant qui se prolonge sur plusieurs jours, sans dégel ni soleil. Ainsi la fréquence de brouillard est de 13% en décembre, assez nettement supérieure aux valeurs trouvées dans d'autres villes françaises pourtant bien concernées par le phénomène (10% à Limoges en janvier, 8.5% à Lyon St Exupéry en décembre, 7% à Strasbourg en décembre et janvier). Dijon est l'une des rare synoptiques principale de la métropole à avoir approché les -20°c depuis le début du siècle, avec -18.7°c le 20/12/2009. A ma connaissance seule Mulhouse/Bâle a fait mieux en plaine depuis 2000, avec -20.2°c le 4/02/2012. (EDIT: également -19.9 °C le 7/2/12 à Romorantin, -19.7 °C le 4/2/12 à Reims et -20.2°c le 30/12/2005 à Grenoble/ St Geoirs). Dans le prolongement de la vallée du Rhône, le val et la plaine de Saône connaissent une majorité de vent méridiens, canalisés par le reliefs à l'ouest ou à l'est (le Jura). Voici un hiver moyen, 2003-2004, sans grand froid ni douceur trop prolongée. Et quelques journées de brouillard givrant en décembre et janvier. BONUS: décembre 2007, avec une phase très anticyclonique durant la deuxième moitié du mois et du froid d'inversion piégé dans la plaine de Saône: dès que le vent s'est calmé (le 19/12), l'inévitable brouillard givrant a squatté les lieux de façon quasi-continue pendant une bonne semaine. Voici un printemps normal, quoique marqué par un bel ensoleillement en avril: Voici encore l'été 2001, déjà présenté pour d'autres fiches françaises: il est là aussi très moyen, à part quelques orages vraiment violents (rafales de 111 km/h le 6/07, de 91km/h le 2/08). Et enfin un mois d'automne bien moyen, donc plutôt maussade, avec déjà une forte hygrométrie moyenne (82%). Le brouillard est déjà fréquent le matin, annonciateur des grises journées d'hiver. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  6. mottoth

    Climatologie - octobre 2018

    Au final un mois d'octobre pas si doux que ça à Lyon, avec ce coup de froid précoce à la fin du mois (2e tx la plus basse de ma période d'étude le 29/10). Ce mois brise la sécheresse depuis aout avec des pluies méditerranéennes qui ont détrempé la région pendant deux jours: 60mm au total les 28 et 29/10; et durant cet épisode la basse montagne a connu une première neige particulièrement précoce et par endroit abondante, par exemple St Etienne à pris une bonne trentaine de cms !
  7. mottoth

    Climats du monde

    Si. Pas le temps de développer, mais rien que durant le mois d'octobre écoulé un seul épisode méditerranéen a donné les 2/3 du cumul mensuel. Les exemples de ce types se sont répétés ces dernières années (novembre 2015, octobre 2014), et c'est bien connu lorsque ces épisodes surviennent en hiver on décroche les plus gros potentiels neigeux pour la région.
  8. mottoth

    Bugs sur Infoclimat #2

    Probablement un ajustement malheureux du paramétrage du cache image du forum, mais du coup les images trop grandes verticalement (> 750 pixels ?) apparaissent ainsi:
  9. mottoth

    Climats du monde

    #528. Clermont Ferrand Environ 480 000h sont recensés dans l'aire urbaine de Clermont Ferrand. Nous sommes à mi-distance entre Limoges (153kms) et Lyon (150kms). Toulouse est à 280kms, Paris 330kms, Strasbourg 460kms et Brest 645kms. Nous sommes ici dans la plaine de la Limagne, qui s'ouvre sur le nord. Dans les autres directions on trouve partout des reliefs du Massif Central, avec notamment la Chaine des Puys (ou Volcans d'Auvergne) au sud-ouest, qui va contrarier les influences océaniques. La topographie autour de la station est l'inverse de celle de Limoges: c'est un fond de cuvette. La station étudiée est sur l'aéroport, dans la commune d'Aulnat, à 5kms du centre-ville. Vue vers le sud-ouest et la chaîne des Puys. Le Puy de Dôme (1465m) domine la ville à 14kms à l'ouest de la station. Bien qu'à mi-distance entre Limoges et Lyon, ce climat tient bien plus de celui du Lyonnais, avec un ICA de 1.02 (Lyon Bron: 0.99, Limoges: 0.82) qui classe ce climat dans la catégorie des climats semi-continentaux d'abri. Et le régime pluvio, qui montre un net minimum hivernal, vient confirmer cette classification: en cette saison le relief bloque la plupart des pluies, qu'elles soient d'origine océanique ou même méditerranéenne. Et à l'inverse on retrouve en été un maximum fait de pluies convectives développées sur le relief voisin, même si aucune saison n'est franchement arrosée. L'ouverture de la plaine de la Limagne vers le nord favorise sans surprise des vents nord/sud. On retrouve aussi parfois du vent d'ouest associé aux épisodes les plus perturbés. Sans surprise également, les vents de secteur sud à ouest sont foehnés par le relief en hiver. J'ai choisi l'hiver 2014-2015, moyen en tout, pour illustrer l'hiver: aucun coup de froid marquant durant cet hiver, mais tout de même une tnn de -9°c fin décembre, proche de la valeur médiane annuelle (-10°c): les coups de froids peuvent être sévères dans cette enclave semi-continentale, mais ils sont souvent moins durables que dans les régions de l'Est de la France. Voici le milieu du printemps 2000, avec deux mois assez proches des normales. Des gelées assez tardives se produisent en avril presque chaque année, la dernière gelée de produisant en moyenne autour du 12/04. La première décade de mai montre une instabilité orageuse tenace, typiquement continentale. L'été lui aussi peut être assez contrasté: les coups de chaleurs peuvent être aussi forts que dans les plaines du sud-ouest ou dans le Lyonnais, avec une txx annuelle médiane proche de 37°c. Mais on trouve aussi quelques nuits bien fraiches, ainsi durant cet été 2001 très moyen on a approché 6°c à deux reprises, ce qui n'est pas si fréquent ailleurs dans les plaines d'une grande moitié sud de la France. Enfin un cours exemple d'automne, le mois d'octobre bien contrasté de 2012, qui se termina un peu comme celui qu'on vient de vivre avec un coup de froid précoce en dernière décade. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  10. mottoth

    Impact des orages sur le trafic aérien

    De chez moi je ne peux voir que le code de l'annulation du vol AF6023 suite à son déroutement sur Lyon: "Dommage en vol". Dans les cas les plus courants c'est des oiseaux ou la grêle, et plus exceptionnellement la perte d'un élément de l'avion. L'avion n'est pas tout jeune, c'est le 1er A321 livré à Air Inter, en 1994.
  11. Le plan neige a été déclenché pour la nuit prochaine a l’aéroport St Exupéry, Je ne sais pas quel briefing MF a fait aux autorités aéroportuaires ni quel scénario ils privilégient, en attendant sur leur TAF il est donné 40% de probabilité de neige seule.
  12. mottoth

    Climats du monde

    #527. Limoges Rythme ralenti cette semaine, c'est les vacances :) L'aire urbaine de Limoges compte environ 280 000h, et de par sa position cette ville est un bon repère du climat non-côtier du centre-ouest de la France. Bordeaux est à 185kms, Toulouse 250kms, Lyon 305kms, Paris 335kms et Brest 510kms. L'Atlantique est à environ 190kms, et le Limousin est une région de collines qui s'élève en pente douce vers le Massif Central, à l'est. La station étudiée est sur l'aéroport de la ville et sa position est un peu particulière: elle est au sommet d'une colline, à 400m d'altitude et 180m au dessus des quartiers les plus bas de la ville. Une telle situation donne des amplitudes thermiques diurnes plus faibles, avec notamment des tx pénalisées: il suffit en effet de regarder régulièrement les cartes de prévisions nationales des bulletins TV pour se rendre compte que les Tx de Limoges sont souvent bien basses. La station est à 7.5kms du centre-ville. Les conditions en ville sont donc probablement souvent assez différentes de celles de l'aéroport, avec des tx pas aussi basses mais peut-être aussi certaines minimales plus basses. L'ICA est à peine plus élevé que celui de Bordeaux: 0.82 contre 0.80. C'est essentiellement du à la position sur une colline, qui atténue les amplitudes thermiques. Le régime pluviométrique commence à être cependant bien dégradé par la continentalité, il est moins "pur" que celui de Bordeaux. Les vents de nord-est sont normalement synonymes de beau temps, avec des conditions continentales et anticycloniques. Les vents de sud à sud-ouest sont le contraire, perturbés et d'origine maritime, et en été on retrouve un courant océanique plus franchement d'ouest qui rappelle celui vu à Bordeaux. Curieusement les vents de SSO n'ont rien d'estival en juillet... Voici l'hiver 2003-2004 comme exemple - le même que pour Bordeaux. On y retrouve la plupart des types de temps possibles en cette saison, notamment la neige qui tombe bien plus facilement qui sur le littoral: en France 400m d'altitude changent pas mal la donne pour ce paramètre. Le brouillard est souvent présent en hiver, 10% du temps en janvier: on reste souvent la tête dans le stratus sur cette colline. Le printemps 2005 présente à la foid un bilan globalement neutre et des températures très contrastées: froid record début mars, chaleur record mi-mars, fin avril puis fin mai, une année pas du tout ennuyeuse ! Voici le cœur de l'été 2012, où un juillet maussade a été compensé par un beau mois d'aout. Les tx peuvent être souvent très justes avec largement moins de 20°c, il faut garder en tête qu'en centre ville presque 200m plus bas la situation n'est probablement pas "si pire". Et un petit mois d'octobre pour finir, en 2004: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Et bien sur n’hésitez pas à me compléter voire me corriger, surtout si vous êtes de la région, perso je n'ai jamais mis les pieds à Limoges.
  13. mottoth

    Climats du monde

    Je ne connaissais pas cette nuance. Oui en effet, ça m'a manqué de ne pas avoir de fiches suédoises cet été. Y revenir: bien sur. Prochainement: je ne sais pas encore.
  14. mottoth

    Climats du monde

    Je pense surtout que le régime pluviométrique des zones du NO américain est plus marqué: plus sec en été, plus arrosé en hiver. Et puis c'est une zone déjà couverte dans ce fil, et en effet on avait constaté que le climat de Portland ou Seattle est sur beaucoup d'aspects bien proche de ce que l'on retrouve en France. Non, la série sera longue parce que je compte la terminer dans le nord de la Suède: il y a en effet une longue diagonale que j'ai peu couverte entre la France et la Suède, avec en chemin Benelux, Allemagne et Suède (le plus gros trou à combler, je n'ai fait aucune localité suédoise à ce jour). Pour la France je vais m'en tenir pour les prochaines fiches à quelques synoptiques principales de l'ouest et du nord. La méditerranée ne sera pas faite cette fois ci (Marseille, Montpellier, la Corse), elle le sera ultérieurement à l'occasion d'une série qui ira jusqu'à Malte et dans le sud de l'Italie. #526. Bordeaux. Tout le monde s'est vite accordé sur Bordeaux, dont l'agglomération compte 1.2 millions d'habitant (5e de France). Biarritz est à 165kms, Toulouse 215kms, Lyon 460kms, Brest 490kms, Paris 490kms et Strasbourg 755kms. La topographie est bien plane à l'ouest de la Gironde, où l'aéroport de Mérignac (et la station étudiée) est implanté. L'océan est à 42kms de distance. Nous somme en périphérie de la zone urbanisée, à 8kms du centre-ville. L'ICA obtenue avec les données de la période d'étude (et des tnn loin des records historiques) donne 0.80, soit un climat océanique modéré. Le régime de précipitation est purement océanique, et la douceur hivernale conforme à ce que l'on imagine d'un climat océanique de cette latitude. En fait seules les vagues de chaleurs sortent de ce domaine: Bordeaux étant sous le vent de la péninsule Ibérique et des Pyrénées, elle est généralement bien placée sur la trajectoire typique des coups de chalumeau en provenance du Maroc. Quelques jours par an cette ville est donc brièvement la plus chaude de France lorsqu'une vague de chaleur arrive sur le pays, et l'on retrouve ainsi une txx annuelle médiane de 36.6°c: c'est plus que Lyon Bron (36.3°c) pourtant plus chaude de 1.4°c en Tm de juillet, et c'est pas loin de Toulouse (36.9°c). On distingue 3 vents dominants: - le vent d'ouest, brise/courant océanique en été ou vent zonal. - le vent de sud-est, perturbé en hiver; il finit souvent par basculer à l'ouest après le passage d'un front. - le vent de nord à nord-est, qui correspond à des phases plus anticycloniques et sous influences continentales. En été, lorsque la zone barocline évolue bien plus au nord de l'Atlantique, le vent d'ouest se renforce paradoxalement: c'est un courant thermique de l'océan frais vers les terres plus chaudes. A part en automne on distingue l'après-midi des vents d'ouest prépondérants, lorsque brise diurne et courant océanique se renforcent mutuellement pour pénétrer les terres en profondeur. Je ne vais pas trop commenter les exemples de saisons, puisque rien n'est vraiment inconnu ou inhabituel pour nous français. Voici un hiver assez représentatif malgré les faibles anomalies thermiques positives des deux premiers mois. La pluie et la grisaille de janvier est compensée par février sur cet exemple. Pas mal de brumes et brouillards nocturnes dès qu'il fait beau. Voici le printemps 2005, dans la moyenne malgré ses deux coups de chaleur précoces de fin avril et fin mai. La encore la grisaille et l'humidité d'avril est nettement compensée par le mois suivant. Difficile de trouver un été normal en tout point, j'ai donc favorisé les températures: l'été 2017 est pile dans la moyenne, avec notamment quelques coups de chaleur typiques du Bordelais (une txx annuelle de 37.1°c cette année là). En revanche c'est à la fois un peu gris et sec, notamment juillet vraiment pas assez ensoleillé. Difficile de trouver également un bon mois d'octobre pour illustrer l'automne, en voici donc un un peu gris: BONUS: un automne vraiment très pluvieux, l'automne 2000. Cela remonte à trop loin pour que j'ai des souvenirs de cette saison, y a t'il du monde ici qui peut apporter des précisions sur ces deux mois exceptionnellement pluvieux ? Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  15. mottoth

    Climats du monde

    #526. ??? A vous de devinez la prochaine étape, qui sera le début d'une série je pense assez longue. C'est une ville de plaine (alt < 500m):