mottoth

Membres
  • Compteur de contenus

    2 743
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

1 abonné

À propos de mottoth

  • Rang
    Cumulus congestus
  • Date de naissance 02/05/1975

Personal Information

  • Lieu
    Villeurbanne (69), Aeroport St Exupery (69), St Genis les Ollières (69)
  1. Climats du monde

    J'en en effet prévu de poursuivre cette série par la Macaronésie, Açores inclues (mais joker pour le Cap Vert, je n'ai aucune idée de la disponibilité des données là bas). Je ne ferais pas toutes les iles des Canaries non plus, mais au moins 2 ou 3 cas. Avant d'en arriver là on essayera évidemment de passer par Alméria, réputée pour être la zone la plus sèche d'Europe. En attendant voici un autre souhait réalisé dès ce soir: #425. Faro. Faro est la ville la plus méridionale du Portugal, dans la région de l'Algarve. Elle compte environ 65 000h et c'est une zone de fort tourisme balnéaire. Lisbonne est à 220kms, Tanger 235kms, Porto 475kms, Barcelone 990kms. La ville et son aéroport sont sur une plaine côtière de très basse altitude, et à partir de 15kms au nord on trouve un massif de collines qui dépasse par endroit les 500m d'altitude. La station étudiée est sur l'aéroport, à 2.1kms de l'océan et 3.7kms de la ville. C'est un climat méditerranéen à été très long et avec une forte sécheresse estivale; l’ensoleillement y est exceptionnel avec plus de 3100h annuelles. C'est en fait un climat jumeau de celui de Tanger: les t° sont identiques (tn/tx/Tm) à quelques dixièmes près durant toute l'année, l'ICA lui aussi est pratiquement le même (0.75 contre 0.73), ainsi que le régime pluviométrique avec ce maximum en novembre et décembre. Même les extrêmes annuels médians sont comparables (t° comme précipitations), à part peut-être les tnn vraiment très douces ici: Faro est d'ailleurs pour l'instant la seule ville de cette série ibérique à ne pas avoir connu de gel sur la période d'étude (tnn 0.2°c, le gel semble donc possible). Les vents dominants sont bien sur tangents à la côte: le vent d'OSO est le vent océanique, il est très présent en été lorsque l'intérieur chaud du continent l'aspire, et le vent tendance nord-est ou est est plus continental. Il y a beaucoup de brises, qui "tournent" durant la journée. Le vent d'ouest à SSO est perturbé en hiver, et en été c'est une brise humide et pas très chaude qui ventile la plupart des après midis. En été dès que le vent prend une composante nord (de terre), une chaleur sèche et souvent forte s'installe. Toute l'année on peut détecter un régime de brises qui fait un tour complet sur la rose des vents en 24h, dans le sens des aiguilles d'une montre. Au intersaisons c'est très visible: brise de terre de secteur 30° la nuit, puis 90° en matinée, puis 240° à 270° l'après midi (brise océanique), puis 300° en soirée et début de nuit. Cette grande variabilité du vent donne des profils thermiques parfois inhabituels en été, avec un premier pic de t° en fin de matinée avant la bascule au secteur 240°, puis un deuxième pic de chaleur en fin de journée voire en soirée lors de la bascule à 300°. L'hiver 2002-2003 est le meilleur exemple dont je pouvais disposer: à peine 0.1°c d'écart avec les moyennes en tn ou en tx, et moins d'un mm d'écart pour les RR !!! Les phases de beau temps sont faites de journées de soleil sans partage, tandis que les phase de mauvais temps sont humides et souvent très douces (les tn notamment). L'été arrive vraiment lentement sur cette facade océanique, si bien que l'on est rarement dérangé par la chaleur avant le mois de juin. Illustration avec ce printemps 2002 qui aligne parfois des semaines de temps quasiment sans nuage et au confort thermique parfait. L'été est ici d'une plus grande monotonie qu'à Porto ou Lisbonne, les brises arrivant généralement à tempérer même les plus grosses chaleurs. Voici un exemple donc encore parfais, au bilan complètement neutre, mais sans écart notable (pas une seule tx > 34°c). BONUS: juillet 2004, avec ce coup de chaleur terrible en dernière décade, le seul de ce genre de toute ma période d'étude: hormis cette année là la txx annuelle n'a jamais dépassé 40°c, ni même 38°c si l'on retire 2003 (39.6°c le 1/08/2003). Octobre 2016: on est vraiment proches des normales, et cet épisode pluvio-orageux du 24/10 montre bien le caractère violent que peuvent prendre les précipitations à l'approche du pic de fin d'année. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  2. Climats du monde

    Le brise océanique diurne, tout simplement: elle souffle à environ 10 noeuds en été. #424. Lisbonne. L'agglomération de la capitale du Portugal compte environ 3 millions d'habitants. Porto est à 280kms, Tanger 440kms, Barcelone 995 kms et Alger 1110 kms. La région de Lisbonne est relativement plate, comparé au reste de la péninsule Ibérique. Le Tage se jette dans l'atlantique pas loin, et son estuaire forme une large baie. Des collines de 200 à 300m d'altitude protègent un peu la ville et la baie des influences océaniques. La station est celle de l'aéroport, à 5kms du centre ville, 3kms de la baie et 16kms de l'océan. On peut parler ici de climat méditerranéen, même si l'on a encore une variante assez océanique: les Tm estivale dépassent 22°c en juillet et aout, et la sécheresse estivale est réelle. De surcroit, l'hygrométrie estivale est plutôt basse, l'océan plus froid fournissant beaucoup moins de vapeur que la méditerranée chaude. L’ensoleillement est remarquable - il tend vers 2900h annuelles - et rivalise facilement avec les villes du bassin méditerranéen malgré le mauvais temps océanique d'hiver. Il faut dire que l'été ici semble complètement débarrassé des brumes qui encombrent souvent la région de Porto. En toutes saisons un vent océanique de nord-ouest à NNO vient tempérer la région, il devient ultra-dominateur en été. En hiver on retrouve également un vent de terre de nord-est, canalisé par le Tage, qui est un courant thermique depuis la terre froide vers l'océan plus doux. Le vent de sud-ouest que l'on retrouve de temps en temps est signe de mauvais temps, il est humide en toutes saisons. Voici l'hiver 2003-2004, très normal. Je trouve que c'est le beau temps qui domine, malgré quelques périodes non perturbées particulièrement brumeuses. Les épisodes perturbés peuvent tout de même durer plus d'une semaine, et parfois un bon déluge se produit, même si l'exemple du 29/01/2004 est quand même rare (c'est la RRx de la période d'étude pour janvier). Exemple de printemps pris en 2007, avec dès le mois d'avril beaucoup de soleil et en mai les premières bonnes chaleurs. Eté 2009: normal, avec la chaleur d'aout qui compense la "fraicheur" de juillet. La plupart de l'été se déroule sous l'influence modératrice des brises océaniques. Cependant lorsque qu'un talweg d'altitude ou une goutte froide se positionne sur le proche atlantique et que le flux d'altitude bascule au sud des coups de chaleur pouvant durer de 2 à 5 jours se produisent. Les tx dépassent alors facilement les 35°c et les nuits restent chaudes, le tout dans une atmosphère assez sèche. On a eu de bons exemples cette année, notamment en juin, mais on retrouve également quelques épisodes sur cet exemple de 2009. BONUS: aout 2010, mois le plus chaud de ma période d'étude. On n'y trouve cependant pas le record de txx de 42°c qui date du 01/08/2003 (encore 2003 !). La forte chaleur est revenue très régulièrement durant ce mois d'aout 2010, avec une pointe à presque 40°c en fin de mois et des nuits vraiment chaudes les 10 et 11. Enfin voici encore octobre 2005, déjà montré pour Porto et St Jacques de Compostelle, qui ici aussi est un bon exemple malgré le petit excédent de mauvais temps. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, bon weekend !
  3. Climats du monde

    Oui en effet c'est sur les précipitations que les changements sont les plus visibles, les régimes s'affinent au fur et à mesure que j'engrange plus de données. Pour les t° les extrêmes (tnn/tnx...) connaissent des mises à jours encore assez fréquentes, mais les courbes changent moins d'aspect, à part certains cas comme la physionomie des hivers du nord-est de l'Europe (Finlande, Russie) qui a bien changé avec les dernières années (janviers plus froids, février plus doux, rectifiant ainsi le minimum thermique qui est passé de février à janvier). J'ai oublié de le préciser, mais l'ile de Majorque fait en effet quasi 100kms dans sa plus grande longueur. Les plus gros reliefs sont généralement présents près des côtes, tandis que l'intérieur, relativement abrité des influences maritimes, compte de nombreux creux: il y a fort à parier que certains d'entre eux se comportent comme de TAF et cumulent annuellement un nombre de jours de gel encore bien plus important qu'à l'aéroport (30 ? 40 ?). #423. Porto. On repasse sur la façade océanique avec Porto, 2e ville du Portugal et plus grande agglomération du nord du pays (2.4 millions d'habitants). St Jacques de Compostelle est à 185kms, Salamanque 265kms, Saragosse 640kms, Tanger 655kms, Barcelone 900kms. La ville est située à l'embouchure du Douro. L'arrière pays est fait d'un réseau de collines assez accidenté, puis à environ 50-70 kms de l'océan on trouve plusieurs chaines côtières, avant le début du plateau central vers le 7e méridien ouest (140kms de l'océan). On va trouver donc des conditions essentiellement océaniques, et aussi des épisodes de foehn lorsqu'un flux d'est advecte de l'air du plateau central sur les relief côtiers puis sur Porto. La station étudiée est sur l'aéroport civil, à 9kms du centre ville et 3.3kms de l'océan. NB: la qualité des synops s'est nettement dégradée depuis 2014: les tn/tx ne sont plus reportées (mais estimées par mes soins), les RR reportées de façon parfois très erratique (2014 et 2017 surtout), et depuis avril 2017 le couple t°/Td n'est plus du tout reporté (remplacé par les valeurs des METARs). Selon Köppen nous avons affaire à un climat méditerranéen, mais la chaleur estivale est trop juste, et il faut plutôt y voir un climat océanique à été long et sec (océanique marqué même, ICA=0.55 !). Il y à quelques mois on avait évoqué brièvement Porto, c'était à l'occasion de la fiche de Portland (Oregon) dont le régime pluvio et la chaleur estivale sont très similaires. Je recite ici ce que Dann disait, qui a quelques nuances prêt doit rester valable pour Porto: L'ensoleillement est remarquable pour une ville de la côte Atlantique, nous sommes déjà assez loin de la grisaille qui marque les climats côtiers de le Galice au Pays Basque. On trouve pourtant pas mal de grisaille ici aussi, notamment en été (pic d'occurrence des conditions de brumes et de brouillards), mais celle est est principalement nocturne. On distingue trois principaux vent dominants: - le vent d'est est associé aux conditions de beau temps qui donnent la part belles aux vents thermiques (brise locale nocturne en été, courant thermique d'ampleur plus régionale en hiver, du continent vers l'océan). - le vent de sud est plus perturbé - le vent de nord-ouest est une forte brise océanique qui souffle durant la saison de soleil haut, c'est un vent principalement diurne. Confirmation sur ces tableaux du caractère plutôt nocturne du vent de terre de secteur est, et de la nature plutôt diurne de sa contrepartie océanique de secteur nord-ouest. Durant les mois d'été, le pic de nébulosité est observé en fin de nuit (6hTU), signe de grisaille côtière nocturne, complètement à rebours du régime observé généralement (pic diurne associé à la convection). Hiver 2006-2007: normal en tout, malgré le petit déficit de RR du au mois de janvier sec. la variabilité des RR est très importante, et malgré les lames d'eau moyennes abondantes on connait de temps en temps un mois d'hiver sec. Ce qui s'explique par les périodes de beau temps prolongées en relation avec l'installation parfois durable des hautes pression subtropicales même en hiver. A contrario les périodes perturbées qui correspondent à l'abaissement de la zone barocline en latitude peuvent elles aussi trainer en longueur sur plusieurs semaines. On en trouve deux bons exemples ici, avec trois semaines de beau temps en décembre et trois semaines de mauvais temps en février. Notez les phases de foehn parfois sensible, notamment fin janvier avec de rares gelées nocturnes. BONUS: deux mois d'hiver plus extrêmes. - Février 2012: anticyclonique, beau et sec, très ensoleillé. Un peu froid aussi, en lien avec la vague de froid qui fit grelotter le reste de l'Europe. - Décembre 2000: dégueulasse de A à Z, avec un ensoleillement en berne et plus du triple de la normale de précipitations. Au printemps les période perturbées deviennent plus courtes. Et certains coups de vents d'est peuvent apporter des chaleurs précoces, comme ici fin mai. Eté 2007: plutôt normal, à part une nébulosité plutôt basse qui engendra des tn elles aussi un peu basses. Les sautes de chaleurs sont peu fréquentes et peu durables, du plus elles sont combinée à du vent de terre plutôt sec donc elles restent facilement supportables. BONUS: Aout 2003. La grande canicule... elle s'est manifestée ici par quelques tx inhabituelles durant la première quinzaine d'aout. Cet exemple a aussi le mérite de vous montrer un été un peu plus nébuleux et brumeux que l'exemple précédent. Enfin un mois d'octobre qui fait l'exploit d'être normal en tout: t°, ensoleillement, précipitations: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  4. Suivi du temps en Inde

    Encore des pluies de mousson intenses très tardives à Bombay, 304mm tombés hier et depuis quelques heures la pluie forte a repris. Je ferais un bilan début octobre de cette saison à Bombay.
  5. Climats du monde

    Autant pour moi, j'ai lu le wiki trop vite et en diagonale: Madrid est bien la première agglo du pays avec plus de 6 millions d'habitants. Barcelone est la plus grande métropole de la méditerranée, devant Rome et Athènes. #422. Palma de Majorque. Palma est la plus grande ville des iles Baléares, elle est située sur la plus grande ile de l'archipel: Majorque. L'agglomération compte 620 000h. Barcelone est à 200kms, Valence 275kms, Alger 320kms. L'ile de Majorque a un relief accidenté dans sa partie nord, celui ci va canaliser la plupart des vent le long de son flanc. Vue vers le nord-ouest. La station est située sur l'aéroport, à l'écart des zones les plus bétonnées, à 3.3kms de la mer et 7.5kms du centre-ville. Encore un fois le seuil de semi-aridité de Köppen est dépassé, assez nettement (il manque plus de 60mm de RR annuelle). Pourtant la sécheresse estivale de seulement 3 mois (je ne compte pas vraiment le mois de mai) me semble dans les clous du climat méditerranéen standard du bassin ouest de cette mer. On trouve un pic pluviométrique automnal décent, et la saison froide n'est pas si sèche que cela, surtout si l'on prend en compte l'hygrométrie plutôt élevée et les fréquents brouillards et phénomènes de rosée: en effet à plus de 3kms de la mer le site de cette synoptique est déjà assez campagnard et les t° nocturnes baissent bien en toutes saisons, d'où une amplitude thermique moyenne diurne assez élevée pour une station insulaire. Donc j'ai un à-priori plutôt négatif sur cette prétendue semi-aridité, et j'espère que @dann17 pourra une fois de plus nous éclairer avec ses indices hydriques. Pour moi on tient là un bel exemple de climat méditerranéen, avec un été long et des rigueurs hivernales très modérées (tnn annuelle médiane proche de -2°c). Les vents dominants longent le relief du nord de l'ile: ils sont de nord-est ou de sud-ouest. On trouve une forte part de vents thermiques, surtout en été, avec le vent marin diurne du sud-ouest et le vent de terre nocturne du nord-est. En hiver et au printemps la vigueur de certains régimes zonaux ou de certaines ondulations arrive à imposer une troisième direction dominante: nord-ouest, un vent souvent turbulent qui fait écho au Cierzo de Saragosse. L'alternance des brises de mer et de terre est visible surtout en été, et ponctuellement elle amène des variations drastique du Td même si c'est peu visible sur les tableaux ci-dessous. Les tx estivales sont souvent atteintes en fin de matinée avant la mise en place du vent marin. Voici l'hiver 2003-2004, au bilan bien proche des normales. Sous le 40° parallèle cette saison est vraiment rythmée par l'alternance entre les phases de régime zonal plutôt bas en latitude, voire de NAO- ou d'isolement de basses pressions en Méditérrannée, qui apportent un temps maussade, et les phases de zonal haut où les hautes pressions subtropicales assurent un beau temps qui peut se prolonger plusieurs semaines. Cela ne devrait pas être une surprise pour vous, on a pu voir se découpage de la saison hivernale par ces deux types de temps dans le passé avec la fiche de Valence (remise à jour hier) et les fiches Algériennes. Le beau temps domine généralement, avec ici des nuits parfois froides (8 jours de gel par an, répartis en moyenne sur une période de 2 mois) et souvent saturées d'humidité (brumes, brouillards et rosée fréquents). Les après midis sont néanmoins toujours plaisantes, faisant de cette saison une période pas trop désagréable. Le mauvais temps est donc plus rare, avec des pluies souvent faibles, mais il peut se maintenir une semaine ou deux lorsqu'il est installé. Voici un printemps normal, où l'été arrive doucement avec des températures souvent très confortables et quelques journées maussades plus isolées. Je n'arrive pas à me décider sur la saison d'été, en voici donc deux exemples. Tous deux sont normaux pour les t°. - Eté 2004: petit excédent de RR qui ne veut pas dire grand chose (+5mm), mais hygrométrie élevée et pénible en aout, en rapport probablement avec une SST élevée. - Eté 2012: plus sec, aussi bien sur la faible pluviométrie que sur l'hygrométrie plus supportable. Certaines journées restent malgré tout marquées par une moiteur pesante, et les pointes de Td à des valeurs tropicales (24°c voire plus) sont fréquentes. Enfin à nouveau octobre 2012 en exemple d'automne, un mois très agité malgré son bilan normal, avec de fortes variations de température et deux bons exemples de ces épisodes pluvieux qui marquent cette saison dans le bassin de la méditerranée. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  6. Climats du monde

    Arf, en effet, steppique = BSk, et ici on a BSh... et j'ai justement choisi la Tm du mois le plus froid pour faire le distinguo. #421. Barcelone. Capitale économique et 2e plus grande agglomération de l'Espagne (4.7 millions d'habitants), capitale de la Catalogne, destination touristique et culturelle majeure, Barcelone n'est plus à présenter. Perpignan est à 175kms, Saragosse 260kms, Valence 295kms, Alger 520kms et St Jacques de Compostelle 885kms. La station étudiée est sur l'aéroport, en bord de mer, vers l'embouchure du fleuve Llobregat dont on devine la vallée en direction du NNO. Le plus gros de l'agglomération est sur la plaine côtière en remontant vers le nord-est. Vue vers le NNE. Le centre ville est à 13kms, la mer 1.8km. La station synoptique est aujourd'hui coincée au milieu du béton, entre les terminaux 1 et 2. Elle a déménagé vers 2005 pendant l'extension majeure de l'aéroport qui a vu la construction du Terminal 2 et de la piste 07R/25L. Je ne connais pas l'emplacement de la station avant les travaux, mais j'ai quand même une cassure d’homogénéité des données (peut-être même 2, avec un autre déménagement en 2002 ?) entre 2000 et 2005. L'emplacement actuel est plus ouvert aux vents et plus chaud. Bref, un emplacement pas idéal car très bétonné, mais qui a le mérite de s'être stabilisé depuis 2005. Pas de surprises, c'est un climat méditerranéen, cependant c'est une variante peu sèche, similaire au sud de la France. La pluviométrie annuelle est comparable à celle de Marseille et de la Camargue. Pour le reste c'est plutôt à Nice que ce climat ressemble: la position proche de la mer donne des amplitudes thermiques assez faible et une grande modération des extrêmes de t°, avec notamment des gelées assez rares. La vallée du Llobregat arrive perpendiculairement à la mer de la même façon que celle du Var à Nice, et l'on retrouve des roses des vents similaires: - une domination écrasante du vent de terre thermique en hiver, qui déboule de la vallée - un régime de brises en été amenant des fluctuations sensibles du Td : vent de terre sec la nuit, perpendiculaire à la côte; vent de mer humide et quasi parallèle à la côte en journée. En été on a donc ces variations de t° et de Td typiques des zones côtières soumises à l'alternance des brises. La nuit le vent de terre de nord (360°) abaisse le Td, puis la t° monte rapidement en matinée avant de rester en palier une fois la brise de mer (220°, sud-ouest) établie. Voici l'exemple de l'hiver 2012-2013, un peu doux mais tout de même assez représentatif. Pas de gel à signaler sur cette saison hivernale, cela arrive de temps en temps (NB: il n'a pas gelé à Barcelone du 13/02/2012 au 18/01/2017, soit presque 5 ans !). Cela ressemble énormément à ce que l'on trouve à Nice, la vigueur de pluies en moins. On retrouve notamment des journées à l'hygrométrie particulièrement basse sous le foehn Pyrénéen, un phénomène aussi courant à Nice avec les Alpes du Sud. Printemps 2000: hyper normal. L'été arrive vraiment lentement ici, avec un décalage thermique sensible du au milieu marin. Ete 2013, un été normal. Les précipitations sont évidemment très irrégulières d'une année sur l'autre, donc malgré le déficit cet exemple reste un bon exemple. Encore une fois le parallèle avec Nice est éloquent, à un ou deux degré près (il fait plus chaud ici): les amplitudes thermiques diurnes sont faibles, les txx s'écartent peu de la moyenne, et l'hygrométrie est souvent pesante. Enfin le mois d'octobre 2012, qui a décidément été bien agité un peu partout en Europe: là aussi malgré un bilan de t° normal on trouve des variations bien plus fortes que d'habitude, avec notamment un temps quasi hivernal en fin de mois. Tous ces conflits de masse d'air ont bien sur boosté le pic pluviométrique d'automne cette année là: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  7. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    D'apres Meteofrance et le dernier GFS l'oeil sera au plus proche de la Martinique vers 17 ou 18h locales (21/22h TU, 23h/minuit heure de la metropole). Ce qui veut dire que dès le debut d'aprem il faudra deja etre à l'abri... MF devrait sortir le rouge à 12h locales grand maximum, et je ne vois pas comment la Martinique y echapperait. EDIT: passage en rouge de la Martinique au moment ou j'ecrivais ce post.
  8. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    D'apres la trajectoire radar on ne s'acheminerais pas plutot vers un "direct hit" sur la martinique, un peu à revers des previsions ?
  9. Climats du monde

    Non je ne pense pas, les donnees disponibles sont encore moins nombreuses que pour les villes deja presentees en de plus elles ne peuvent etre completees par des METARs. Dans la meme veine il y a Teruel, aux tn particulierement froides, mais là egalement je ne pense pas pouvoir faire une fiche aux standards que je me suis fixé.
  10. Climats du monde

    Oui en effet on peut retrouver des climats semblables dans l'intérieur de la Provence, mais sans tendre vers la semi-aridité. Je m'imaginais moi aussi des période de chaleur plus longues à Salamanque, mais en effet le climatiseur Atlantique se manifeste souvent et au final les tx varient souvent pas mal d'un jour sur l'autre. Le climat de Salamanque représente bien le reste de ce plateau, on ne doit trouver que des nuances de différences à Léon ou Valladolid donc je ne m’attarderai pas plus sur cette moitié nord-ouest du Meseta Central, et on change dès aujourd'hui de bassin: #420. Saragosse. Saragosse (VO: Zaragoza) est une ville dont l'agglomération compte environ 780 000h. Pampelune est à 185kms, Salamanque 385kms, Valence 245kms, Barcelone 260kms, St Jacques de Compostelle 625kms. Nous somme dans la vallée de l'Ebre, qui sépare les Pyrénées des reliefs du centre de l'Espagne. Ce couloir orienté NO/SE va engendrer les mêmes effets que le seuil du Lauragais de l'autre côté des Pyrénées: on y trouve un vent de nord-ouest récurrent et puissant semblable à la tramontane, le Cierzo. La station étudiée est sur l'aéroport, en bordure de la zone irriguée dans la vallée de l'Ebre et à 10kms du centre ville. Pour la première fois dans cette série Espagnole j'émets quelques réserves quand à l'emplacement du parc à instruments de cette synoptique, en bordure immédiate du tarmac. Cette source de chaleur voisine explique probablement les innombrables incohérences avec les données des METARs qui doivent être mesurées ailleurs sur l'aéroport. Mais bon, il a fallu faire avec. J’appellerais cela un climat méditerranéen de steppe semi-continental: l'ICA dépasse 1, et l'on retrouve en hiver beaucoup de l'humidité d'inversion avec des brumes et des brouillards fréquents. Ce climat est cependant assurément sec, cette fois ci nous sommes largement sous le seuil de semi-aridité défini par Köppen (plus de 100m d'écart en cumul annuel de RR), et le paysage de la région hors zones irriguées et lits de rivière est vraiment steppique: L'été est vraiment chaud et l’ensoleillement très bon, plus de 2870h annuelles, on s'approche de certains climats de l'Ouest Américain, comme Boise ou Reno (ceux ci ont cependant des hivers plus froids et une hygrométrie plus basse). Le Cierzo domine bien sur les roses des vents, en toutes saisons. Il est tempéré et sec toute l'année: en été il fait un peu office de "climatiseur", et en hiver il apporte généralement des températures de saison (même si il est aussi présent, et très remarqué, lors des coups de froid). Sa contrepartie d'ESE, d'origine méditerranéenne, est plus humide et aussi nettement plus chaude en été. Les inversions sont fréquentes en hiver, elles sont révélées sur le tableau ci-dessus avec des t° froides par vent nul. Les chaleurs estivales sont généralement bien sèches et donc plus facilement supportables, les conditions moyennes durant l'après-midi en juillet et aout montrent des Td plutôt bas (11°c à 12°c) et des HR entre 30% et 35%. Hiver 2014-2015; le plus normal de ma période d'étude, aussi bien pour les t° que pour les RR. La fraicheur de février compense la douceur de décembre. En revanche cet exemple est vraiment venté, il montre des épisodes de Cierzo qui durent une semaine ou plus. Ceux ci peuvent être doux (décembre) ou froids (début février). Ce vent atténue fortement la plupart des précipitations d'origine océaniques, et les pluies les plus notables viennent souvent de la méditerranée. Lorsque le temps est plus calme les brumes et brouillard envahissent souvent la vallée pour plusieurs jours. BONUS: Janvier 2005, bipolaire: à deux semaines de brouillards et d'inversions anticyclonique se succède une période aussi longue de Cierzo. Un mois bien froid au final, et complètement sec à part quelques bruines sous stratus. Lors des plus forts épisodes de Cierzo du sable ou de la poussière de la steppe sont occasionnellement reportés, comme ici le 24/01. Un court exemple de printemps, avec un mois d'avril normal sur les t° et les RR mais un peu gris. On voit bien la nature méditerranéenne des précipitations les plus fortes avec un vent orienté à l'est les 15/04 et 19/04. J'ai pris 2004 comme exemple d'été normal, une année décidément très représentative dans ce coin d'Europe puisqu'elle m'avait aussi servi d'exemple pour les fiches Françaises de l'autre côté des Pyrénées (Perpignan, Toulouse). On trouve sur cet exemple une txx de presque 40°c conforme à la txx annuelle médiane; en effet les 40°c sont atteints ou dépassés ici presque une année sur deux. Vent sec, soleil et chaleurs marquent l'été de Saragosse, avec des pointes fréquentes entre 35°c et 40°c. Heureusement cette chaleur est généralement sèche, sauf lorsque le vent s'oriente trop longtemps à l'est et rabat de l'humidité d'origine marine. Même lors des plus gros coups de climatiseur atlantique le seuil de chaleur est généralement atteint dans l'après midi. Les rares précipitations sont essentiellement de nature orageuses et ne durent pas. BONUS: juillet 2015, caniculaire. On y trouve la txx de ma période d'étude, et un bilan mensuel digne de la ville de Séville. Enfin un petit mois d’octobre pour finir, pris l'année dernière (2016). C'est le mois le moins venté de l'année, et l'un des plus pluvieux: le vent bascule plus souvent à l'est, il souffle alors moins fort et apporte quelques pluies méditerranéennes. Certains épisodes peuvent être violents, comme les 98mm tombés en 24h le 20/10/2012. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  11. Climats du monde

    #419. Salamanque. Salamanque est la 2e ville de la province de Castille y Léon, avec une agglomération d e 230 000h. J'ai beaucoup hésité pour cette province, en visant d'abord Léon puis Valladolid, avant de me rabattre sur Salamanque qui dispose des meilleures données. Gijon / Avilés est à 295kms, St Jacques de Compostelle 320kms, Bilbao 340kms, Pampelune 380kms et Valence 460kms. La Castille y Léon s'étend sur le plateau central (Meseta Central) de l'Espagne, délimité au nord par les monts Cantabriques et divisé au sud-est par la Cordillera Central (le plateau continue ensuite plus loin, avec notamment la région de Madrid). Le fleuve Douro traverse la province avant de se jeter dans l'Atlantique à Porto. Salamanque est construite au bord de la rivière Tormes, un affluent du Douro. La station étudiée est sur l'aéroport, dans une cuvette au bord de la Tormes. La station est à 14kms du centre ville. Elle est au centre d'une cuvette dont on devine l'étendue par la coloration plus verte des sols qui bénéficient de l'irrigation tirée de la rivière. Le cumul annuel de précipitations est inférieur de seulement 25mm au seuil de semi-aridité défini par Köppen, mais comme à chaque fois que l'on a un cas de figure limite je suis curieux de voir ce que donnent les indices d'humidité de @dann17 pour affiner la question. On se situe également dans une autre marge: avec un ICA de 0.98 on hésite entre le domaine océanique et le domaine continental. Pour l'instant j'ai envie de nommer ce climat méditerranéen semi-continental, en tranchant donc en défaveur de la semi-aridité et en faveur de la continentalité. L'importante hygrométrie hivernale et le caractère très continentaux de certains types de temps (brouillards de rayonnement, amplitudes thermiques diurnes importantes) justifient ces choix. Nous allons le voir plus en détails plus loin, les amplitudes thermiques diurnes sont exacerbées par l'altitude et la topographie, le temps souvent clair et calme la nuit, et la faible humidité (en été). Notez le cumul d’ensoleillement annuel supérieur à 2800h et les fractions d'insolation remarquables en été. Les vents sont contraints par la chaine centrale pourtant assez éloignée (plus de 50kms), et sont donc parallèles à celle-ci. Les vents de composante ouest sont plutôt le fait de situations perturbées, de zonal atlantique, tandis que ceux de composantes est sont la signature de hautes pressions, de blocages... Voici l'hiver le plus normal que j'aie à ma disposition: 2012-2013. Les séquences perturbées, majoritairement sous l'influence d'un régime zonal, sont marquées par du vent souvent sensible et des précipitations généralement bien atténuées. Les période de temps plus calmes et plus anticycloniques sont caractérisées par les gelées nocturnes systématiques et des brouillards parfois tenaces, maintenant ainsi une hygrométrie assez forte. BONUS: décembre 2001, deuxième mois le plus froid de ma période d'étude (après janvier 2000). Beaucoup de fortes gelées. Sur le Meseta Central un dicton populaire caricature le climat ainsi: "9 mois d'hiver, 3 mois d'enfer". Les 9 mois d'hiver font référence aux gelées souvent fortes sur ce plateau, ainsi que la possibilité d'en trouver tard au printemps où tôt en automne. Les 3 mois d'enfer font évidemment référence aux Tx caniculaires des mois d'été. Voici un court exemple de printemps avec un mois d'avril normal, en 2005. Le vent est assez présent: Voici un exemple d'été un peu chaud (grâce au mois d'aout): 2009. Pas de gros pic de chaleur cependant, malgré l'anomalie en aout. Comme annoncé les amplitudes thermiques sont souvent impressionnantes, notamment sur cet exemple de mois de juillet. Je ne trouve pas cette chaleur vraiment infernale: elle est sèche, et les nuits fraiches offrent un répit quotidien. L’ensoleillement est vraiment "au taquet" en juillet et aout. Enfin un cours exemple d'automne, avec déjà le retour des gelées fin octobre. A suivre...
  12. Climats du monde

    Oui c'est exact, cela se joue à rien selon les critères de Köppen: 1 mm en novembre ou quelques dixièmes de mm de moins en aout... Peut-être qu'à la prochaine mise à jour de cette fiche on basculera en Csb. Ta remarque, ainsi que celle de Yves, confirme ce que j'ai dit en commentant les données de Pampelune, à savoir que l'on est vraiment dans une zone de transition, entre plusieurs mondes: le monde océanique, le monde continental et le monde méditerranéen.
  13. Les 90 jours les plus chauds de l'été

    Non. C'est un seuil: c'est la t° moyenne (Tm) qui est dépassée durant cette période de 93 jours. Si la période va du 12/06 au 12/09, cela veut dire que les Tm journalières du 11/06 et du 13/09 sont plus basses que ce seuil, et inversement toutes les Tm durant le "coeur" de l'été, entre le 12/06 et le 12/09, sont supérieures ou égales à ce seuil. Pour avoir des courbes de t° plus lissées, justement, qui ne présentent pas trop de bosses et de creux, pour éviter de repasser sous le seuil une ou deux fois pendant la période de 93 jours. Donc pour calculer la Tm du 12/06, je prends tous les 12/06 de ma période d'étude mais aussi les 10/06, 11/06, 13/06 et 14/06, soit au total les 5 jours qui encadrent le 12/06. Je ne comprends pas trop ta question... On ne peut pas raisonner sur une seule année: par exemple si on reprends les données de Lyon, on a en moyenne 93 jours entre le 06/06 et le 06/09 où la Tm est supérieure à 18.8°c. Ce n'est qu'une moyenne, cela n'est jamais respecté à la lettre, durant un été normal ou même chaud comme cette année la Tm sur une ou quelques journées est repassé à de nombreuses reprises sous ce seuil. Donc il est vain de chercher des étés ou cette période serais "plus longue" ou "moins longue" que cette moyenne... en fait aucun été n'approche - même de loin - une telle valeur théorique (à part peut-être 2003 dans le centre-est... mais on s'égare).
  14. Climats du monde

    #418. Pampelune. Pamplona (en VO) est la capitale de la province de Navarre. elle compte presque 200 000h. Biarritz est à 75kms, Bilbao 115kms, Valence 375kms. Pampelune est à la frontière entre deux mondes: les collines océaniques au nord et les plaines et plateaux continentaux du centre de l'Espagne, au sud. De quoi favoriser les échanges méridiens, qui sont de plus encouragés par de relatives trouées dans le relief à la fois au nord et au sud-ouest de la ville. La ville elle même est dans une cuvette à environ 450m d'altitude, on retrouvera donc de bonnes amplitudes thermiques par temps beau et calme. La station étudiée est celle de l'aéroport, à 4kms au sud du centre-ville. Par rapport aux côtes océanique le climat s'assèche mais garde le même régime pluviométrique. Les températures se continentalisent, avec à la fois plus de gel hivernal et plus de chaleur estivale, cependant on retrouve encore un maximum thermique décalé en aout, signature d'une forte hybridation océanique. L'ensoleillement devient enfin correct. Les roses des vents montrent des échanges méridiens entre la zone océanique et la zone continentale. En été le courant thermique vers l'intérieur chaud du continent est omniprésent. On constate sur le tableau ci-dessus comment en juillet le courant de nord à nord-ouest rafraichit bien la zone, et les chaleurs qui s'y installent dès que ce courant cesse. Voici l'hiver 2010-2011, un très bon exemple par son bilan quasi normal et son panel de situations. C'est le vent qui semble rythmer le temps ici, il enchaines des phases de grand calme avec des phases de vent fort. Le vent fort n'est pas uniquement de nature perturbée, on retrouve aussi de la bise sèche et froide. Les brumes et brouillards continentaux s'installent facilement au coeur de l'hiver sans vent pour les déloger. La neige n'est pas très rare, et malgré des données d’enneigement à priori souvent manquantes je dénombre 2 à 3 jours avec neige au sol par an en moyenne. Le froid n'est jamais très vif et les journées sans dégel très rares, mais le gel est néanmoins un acteur important de l'hiver, avec même quelques fortes gelées de temps en temps (3 à 4 par an). Le printemps peut être assez contrasté, avec des gelées tardives, de froides journées maussades ou de la chaleur presque estivale. Voici un exemple au bilan normal mais bien agité: La proximité de l'Atlantique donne des coups de fraicheur vraiment marqués en été, qui alternent avec des fortes chaleurs plus typiques de l'Espagne continentale (35°c et plus). J'ai eu du mal à trouver un bon exemple, en voici donc un imparfait: il est un peu trop sec, un poil frais, et aussi probablement encore plus contrasté qu'un été "normal". Notez des fortes amplitudes thermiques lors de journées de grand beau temps et des phases de réchauffement. Enfin un petit mois d'automne, celui ci est un peu plus maussade que la normale. On garde une bonne variabilité, avec 3 cycles de baisse et de hausse en 3 semaines qui présentent plus de 10°c de variation sur les tx. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. La prochaine étape sera postée à priori mercredi, mais je ne suis même pas encore sur à 100% où ce sera !
  15. Climats du monde

    En effet c'est pas mal du tout, apparemment rien n'a été oublié. Ca me plait, j'essayerais de m'y référer lors des prochaines séries de climats froids.