Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

zazou

Membres
  • Content Count

    99
  • Joined

  • Last visited

About zazou

  • Rank
    Cirrocumulus
  1. Après le terraplatisme, voici le temps venu du cosmoplatisme. /emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> L'énergie solaire incidente varie selon l'inverse du carré de la distance soleil-planète. Sur Jupiter, ça donne donc un facteur 25 par rapport à la Terre. La variation d'énergie incidente intégrée sur un an et sur toute la surface de la Terre, due aux variations de la "constante" solaire, c'est 0,17 W/m2 comme l'indique Sirius plus haut. Sur Jupiter, ça fait donc moins de 0,01 W/m2.
  2. Tu as sûrement raison : Claude Allègre a un doctorat en sciences physiques, on se demande bien comment il peut être spécialiste de géochimie isotopique ! /emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> Tu as d'autres arguments dans le genre ?
  3. Il faudrait que tu lises TOUT le chapitre, Minitax... Page 711 du chapitre « attribution » , voilà ce qu’on peut lire : Based on an analysis of the structure and seasonality of the observed trends in SH circulation, Thompson and Solomon (2002) suggest that they have been largely induced by stratospheric ozone depletion. Several modelling studies simulate an upward trend in the SAM in response to stratospheric ozone depletion (Sexton, 2001; Gillett and Thompson, 2003; Marshall et al., 2004; Shindell and Schmidt, 2004; Arblaster and Meehl, 2006; Miller et al., 2006), particularly in the southern
  4. Tu trouves cette figure en page 98 du chapitre 1 "historical overview of climate change science". Et le texte qui va avec : Another example is provided by past IPCC projections of future climate change compared to current observations. Figure 1.1 reveals that the model projections of global average temperature from the First Assessment Report (FAR; IPCC, 1990) were higher than those from the Second Assessment Report (SAR; IPCC, 1996). Subsequent observations (Section 3.2) showed that the evolution of the actual climate system fell midway between the FAR and the SAR ‘best estima
  5. Ce n'est pas difficile d'en faire une lecture plus attentive que la tienne apparemment... Tu t'es contenté du summary for policy makers et des titres des chapitres ? /emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> Pour les amateurs, ça se passe essentiellement dans le chapitre 3 "surface and atmospheric climate change". Quelques extraits : Page 294 : Box 3.3: Stratospheric-Tropospheric Relations and Downward Propagation The troposphere influences the stratosphere mainly through planetary-scale waves that propagate upward during the extended winter season when stratospheri
  6. Tu devrais mettre cette figure dans ta signature, ça permettrait de la voir encore plus souvent... J'en profite pour en poster une autre. Comme mes précédents posts sur l'effet de l'ozone strato sur le climat antarctique, elle passera inaperçue dans ton champ de vision préformé par tout sauf par la lecture attentive du 4ème rapport du GIEC. Mais peut-être qu'elle ne passera pas inaperçue dans le champ de vision de forumeurs moins shootés aux sites spécialisés dans la théorie du complot. FAR : simulations en 1990 SAR : simulations en 1996 TAR : simulations en 2001
  7. D'après les données Météo-France, il y a une augmentation des précipitations annuelles en France mais avec des disparités saisonnières (diminution en été). Voir la carte ci-dessous, extraite d'une présentation d'Eric Brun, directeur du CNRM (Météo-France, Toulouse) :
  8. The role of anthropogenic forcing on the recent increase in Antarctic sea ice extent J. Turner British Antarctic Survey, Cambridge, UK (J.Turner@bas.ac.uk / Fax: +44 1223 221279) The time series of Antarctic sea ice extent computed with an improved Bootstrap algorithm indicates that the increasing annual trend is significant at less than the 5% level. The trend is dominated by the changes in the autumn and in the Ross Sea sector. There has been a trend towards enhanced cyclonic atmospheric circulation over the Amundsen-Bellingshausen Sea resulting in greater northerly flow dow
  9. Ah, on progresse... Dans ton esprit l'eau de fonte veut donc bien descendre jusqu'au lit rocheux maintenant. Bien ! Après, que ce mécanisme ait une importance modeste sur l'accélération de glaciers côtiers au Groenland, je n'ai pas d'avis autorisé et je m'en remets aux travaux cités par exemple par Realclimate. Je me risquerais quand même à une métaphore : quand on a un cancer généralisé, on peut se demander longtemps s'il vient plutôt de la cloppe ou de l'alcool ingurgitée à trop fortes doses dans le passé. Le cancer, lui, est toujours là...
  10. C'est curieux, cette tendance au terraplatisme chez les sceptiques... /emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">
  11. Belle tentative pour noyer le poisson, Pierre-Ernest. Mais c’est raté. Mon post précédent ne concernait aucunement l’impact du mécanisme de lubrification sur le niveau des mers. Il portait sur ton affirmation erronée que l’eau de fonte ne pouvait pas lubrifier la base du glacier. Je te cite : « les crevasses des glaciers, pour impressionnantes qu'elles soient, ne descendent jamais très bas, pour une raison simple : la masse glaciaire est à une température très inférieure à 0°C, même si la surface fond à certaines époques, et donc l'eau regèle rapidement avant d'arriver au niveau du socle roche
  12. Euh... C'est du langage codé ? Pour le décodage de la figure, tout est dans le lien en français gentiment fourni par FredT34. Mon lien demandait de maîtriser l'anglais aussi. Désolée.
  13. Réponse aux chevaliers de la Terre plate : Las, tout est faux dans l'histoire.
  14. 1989, qui terminait un épisode La Nina particulièrement fort, comme celui que l'on vit en ce moment. Etonnant non ?!
  15. Résumé intéressant dans la rubrique "ocean sciences" : The role of anthropogenic forcing on the recent increase in Antarctic sea ice extent J. Turner British Antarctic Survey, Cambridge, UK (J.Turner@bas.ac.uk / Fax: +44 1223 221279) The time series of Antarctic sea ice extent computed with an improved Bootstrap algorithm indicates that the increasing annual trend is significant at less than the 5% level. The trend is dominated by the changes in the autumn and in the Ross Sea sector. There has been a trend towards enhanced cyclonic atmospheric circulation over the Amundsen-Bellin
×
×
  • Create New...