pene-r

Membres
  • Compteur de contenus

    88
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de pene-r

  • Rang
    Cirrocumulus
  1. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    J'aime pas ''citer'' les images, mais celle là est terrifiante pour le passage sur la dominique et ce qui attend les autres !!
  2. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    ah ouais, y a une info d'un échouage, j'ai pensé à ton post page un ou deux
  3. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    va finir en charpie, les vagues sont assez impressionnantes. et puis la digue/ponton nous fera un repère pour la hauteur (si la cam tient)
  4. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    y a un bateau en train de s'échouer ou qui a largué les amares, me semble pas l'avoir vu tout à l'heure !! oups, juste grillé, bon là le bateau aura du mal à reprendre le large
  5. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    quand tu vois le parcours de josé, tout est possible, Je sais pas si il y a un 7ème sens artistique, mais je crois qu'il y a un film un peu délirant sur la jonction de plusieurs énormes tempêtes (3 je crois). A force on se demande si le scénario ne se met pas en place avec Lee qui attend son tour
  6. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    Vu les incertitudes sur la trajectoire, je sais pas si une réponse précise est ''possible'' en l'état. Par contre et c'est valable pour les tempêtes en métropole, il faut avoir conscience que bien avant le maximum, ça souffle et pleut déjà beaucoup. Pour moi le maximum est un épiphénomène, et depuis les tempêtes de 1999/2000 je prends des marges au moindre coup de vent annoncé. J'étai sur route à 17h pour un maxi prévu vers 20h, et cela a été une belle frayeur. Pour un cyclone je prévoirai de ne pas bouger sauf urgence, au moins 24h avant le maximum. A l'instant j'entends ce soir 18h chez vous sur france info (UTC ou locale ? c'est peut être les mêmes d'ailleurs ?). Surveiller avec MTO France, c'est suffisamment sérieux.
  7. Saison cyclonique Atlantique 2017

    Faudra reévaluer ces questions de budget, au regard, du budget que va engloutir l'urgence créée par les cyclones 2017. ça me fatigue un peu (je dis pas que tu me fatigues cyco ;-) , c'est le raisonnement). Parceque là, même le dessalement de l'eau de mer, c'est aussi des américains qui s'y collent). Visiblement, il n'y avait aucun système alternatif (même de dépannage) aux usines de dessalement non plus.
  8. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Je suis d'accord sur la bonne idée de mesurer au GPS, mais le signal est il fiable dans un ouragan ??? Même si leur sondes sont mieux équipés que nos appareils
  9. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Apparemment la mesure se fait par GPS: http://www.radiosonde.eu/RS03/RS03F04.html ça laisse un peu dubitatif par rapport à la qualité du signal.
  10. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    là, au maïdo, il est possible qu'elle connaisse une forte dévente en courant d'Est (on devine l'à pic de 800 et quelques mètres qui plonge sur le cirque (à droite sur la photo)). Y à un déco parapente par là bas, pour finir la digression ;-)
  11. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    restera toujours une part ''relative'' à ces records, maïdo et ventoux, c'est en altitude et en crête si je me trompe pas, donc avec des accélérations possible du relief. et si l'anémo du maïdo est bien sur le haut (il me semble avoir vu la station proche du parking (qui n'est pas au sommet, de mémoire), c'est en plus des zones inhabitées. Perso, sans la valeur ''record'' ce qu'ont ramassé ces îles est dans le tout haut du panier
  12. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Irma a été bien contraint à son Ouest sur ces images, c'est assez impressionnant
  13. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    La question a été posé un peu plus avant dans le sujet. C'est convectif, mais ce n'est pas forcément ''thermique'' comme on l'entend pour un orages ''d'été''. Au final si j'ai bien compris, c'est plus à considérer comme un front froid (je dirai plus ''dynamique'' que ''thermique''). Un élément qui plaide en faveur d'un renforcement nocturne d'un cyclone, serait un bilan radiatif négatif du haut des nuages la nuit (on l'appelle vulgairement rayonnement froid en station de ski. C'est ce qui fait geler la neige, les soirs clairs même avec des T° légèrement positives). Par contre le rayonnement de la surface sous les nuages est bloqué par la couche nuageuse (ce qui doit faire un bilan radiatif à peu près neutre). Du coup l'écart de T° entre le bas et le haut du nuage pourrait être plus favorable à une intensification la nuit. Mais il y a trop de paramètres pour que cela soit jugé comme déterminant. Au final les cyclones semblent s'organiser en fonction des éléments qu'ils rencontrent (nature du sol, énergie dispo, cisaillements, etc...), plus que par une influence des cycles diurne/nocturne
  14. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Une petite question. La longue traîne nuageuse au Nord-Est d'Irma c'est pas les restes de Harvey ?
  15. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Bon c'est pas scientifique mais de ce que je sais, en air libre (hors influence du sol) il n'y a quasi aucune raison pour qu'il y ait une différence de T° entre le jour et la nuit puisqu'il n'y a pas de prise pour stocker le rayonnement (hors poussières en suspension).. En revanche, l'eau stocke normalement une partie de l'énergie qu'elle reçoit et a plutôt tendance à la ''libèrer'' la nuit, ce qui plaiderait pour une plus grande facilité pour les cyclones à se renfprcer ''by night. De mes petites connaissances, 1 partout, balle au centre