Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Kyrion

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    2983
  • Joined

  • Days Won

    1

1 Follower

About Kyrion

  • Rank
    Cumulus congestus

Personal Information

  • Location
    Saint-Nizier du Moucherotte (Vercors) - 1170m

Recent Profile Visitors

3027 profile views
  1. Cette animation est hallucinante. Ça doit être l'enfer là dessous...
  2. Même remarque en ce qui me concerne. Faisant partie d'un des villages sévèrement touché par cette microrafale (Kalhausen, 57) je me demande pourquoi MF utilise ce terme de tornade. Les dégâts que j'ai pu observer font tous penser à une microrafale avec des arbres couchés ou étêtes dans la même direction (idem en ce qui concerne le mobilier de jardin). Même sur les trajets sur zone que j'ai pu effectuer depuis, je n'ai rien vu qui pourrait laisser penser à une tornade donc vraiment curieux de savoir si on a des éléments nouveau depuis le 9 août... ?
  3. Au 21 mai pour Strasbourg (oui, je suis en vacances, j'ai le temps pour ce genre de stats ).
  4. 2 photos supplémentaires témoignant de la violence du coup de vent qui a frappé l'est de la Moselle/Pays de Bitche : Pour une meilleure visibilité j'ai entouré les troncs fauchés par l'orage, c'est l'hécatombe : Ca corrobore totalement les 150 km/h enregistrés à Volmunster. Il fallait au moins ça pour provoquer de tels dégâts.
  5. Message d'autant plus incompréhensible que nombre d'intervenants avaient cerné le risque dès mercredi/jeudi. Mais bon je ne sais pas pourquoi je réponds, un lecteur régulier de ce forum a parfaitement la nature de cette intervention : "toujours trouver la polémique et au besoin la créer". Sinon pour revenir aux prévisions, probablement la première séquence maussade de cet été avec des températures durablement proche ou sous les normes dans une ambiance plutôt nébuleuse et faiblement humide que véritablement pluvieuse : On voit sur cette animation que dans les prochaines 24h, la masse d'air douce et humide qui nous a concerné ces derniers jours va progressivement être balayé vers l'est de l'Europe. Dans le même temps, pas de véritable mouvement ondulatoire sur l'Atlantique et donc une limite barocline plutôt rectiligne et centrée sur les Îles Britanniques : Le complexe dépressionnaire entre Islande et Scandinavie devrait donc piloter assez durablement le temps sensible sur notre partie du pays tout au long de cette seconde décade nous laissant en marge du rail dépressionnaire principal mais aussi des advections brûlantes cantonnées désormais sur le bassin Méditerranéen. Pas forcément le temps idéal pour les aôutiens mais après 2 mois particulièrement ensoleillés, il est bien difficile de s'en plaindre (manque de chance, ça coïncide avec mon retour pour quelques semaines dans la région ).
  6. Non, du mobilier de jardin (tonnelles, chaises...) et quelques fruitiers à terre. Autant dire pas grand chose comparé à ceux qui ont vécu l'événement traumatisant de perdre leur voiture ou pis encore leur toiture. Même si ça fait évidemment un peu mal au coeur de voir à terre ces arbres qui ont toujours fait parti du paysage. En tout cas ici, localement (à l'échelle de quelques dizaines de km2), c'est l'événement le plus violent depuis la tempête de 1999. Et la durée de la coupure électrique (toujours en cours), la plus longue depuis ce fameux décembre 1999, est un assez bon marqueur de la violence de l'événement. D'après mes parents, la soirée a été rythmée par le passage des pompiers et le bruit des tronçonneuses...
  7. Et ça vient de passer à demain 12h. @FABIEN 57 : Effectivement, pour Kalhausen c'est passé à demain 12h et je pensais que c'était identique pour Gros-Réderching mais vous semblait être plus "chanceux"
  8. Quelques photos à la volée de mes parents (Kalhausen, 57) : Un bouleau déraciné, or quand on sait à quel point cette espèce d'arbre est flexible ça laisse imaginer la force du vent. Et vu le lopin de terre soulevé à ses pieds, il avait quelques racines : Plus classique : le mobilier de jardin mais le pied du parasol est tout de même en fer forgé... Pas mal de dégâts également dans la parcelle voisine très boisée et qui avait pourtant connue 1999 sans broncher. Davantage de photos demain probablement.
  9. @FABIEN 57 ne serait-ce pas la plus grosse rafale de ta station qui a déjà essuyée quelques tempêtes depuis sa mise en service ?
  10. Et avec cette ligne peu mobile toujours dans un axe SO/NE, les prochaines heures s'annoncent compliquées pour ceux qui auront vu leur toit déplumé... Le secteur de Sarrebourg semble avoir essuyé un bel orage également.
  11. Salut Fabien, Même reports de mes parents qui me signalent des arbres déracinés et pas mal de dégâts également dans le secteur de Kalhausen. Plus de courant non plus chez eux.
  12. Etat des lieux concernant les records battus sur les principales stations du nord-est (Txx) avec séries longues. Liste exhaustive ou presque pour la Lorraine, Alsace et Franche-Comté et valeurs remarquables pour la Champagne-Ardennes. Ville ( altitude, année) ; lorsque la même ville est mentionnée à 2 reprises, c'est qu'elle a battu le 25 juillet son record établi la veille. Ardennes : CHARLEVILLE-MEZIERES (147m, 1990) -> 38.2°C battant les 37°C du 12/08/2003 CHARLEVILLE-MEZIERES -> 39.2°C battant les 38.2°C du 24/07/2019 Aube : TROYES-BARBEREY (112m, 1975) -> 41.8°C battant les 40.6°C du 12/08/2003 Côte d'Or : DIJON-LONGVIC (219m, 1921) -> 39,5° battant les 39,3° du 12/08/2003 Haute-Marne : ST-DIZIER (139m, 1953) -> 40.6°C battant les 40.4°C du 12/08/2003 ST-DIZIER -> 41.4°C battant les 40.6°C du 24/07/2019 LANGRES (466m, 1949) ->38°C battant les 37.6°C du 12/08/2003 LANGRES ->38.8°C battant les 38°C du 24/07/2019 Jura : LA PESSE (1133m, 1996) -> 33.5°C battant les 32.8°C du 27/06/2019 (24 juillet) Doubs : PONTARLIER (831m, 1897) -> 38°C battant les 36.8°C du 13/08/2003 MAICHE (825m, 1992) -> 34.3°C battant les 34°C du 07/07/2015 MAICHE -> 34.9°C battant les 34.3°C du 24/07/2019 Meurthe-et-Moselle : BADONVILLER (336m, 1959) -> 38.9°C battant les 38.3°C du 07/08/2015 VILLETTE (345m, 1997) -> 38°C battant les 37.8°C du 08/08/2003 VILLETTE -> 39°C battant les 38°C du 24/07/2019 NANCY-ESSEY (212m, 1927) -> 40.1°C battant les 39.3°C du 08/08/2003 (24 juillet) NANCY-OCHEY (336m, 1966) -> 39.6°C battant les 38.4°C du 12/08/2003 Meuse : BOVIOLLES (272m, 1972) -> 39.8°C battant les 36°C du 31/07/1983 SEPTSARGES (293m, 1991) -> 38.9°C battant les 38.4°C du 08/08/2003 SEPTSARGES -> 39.9°C battant les 38.9°C du 24/07/2019 ERNEVILLE AUX BOIS (313m, 1934) -> 39.2°C battant les 39°C du 12/08/2003 ERNEVILLE AUX BOIS -> 39.4°C battant les 39.2°C du 24/07/2019 Moselle : MALANCOURT (346m, 1973) -> 38.9°C battant les 38.2°C du 08/08/2003 MALANCOURT -> 39.3°C battant les 38.9°C du 24/07/2019 METZ-FRESCATY (192m, 1940) -> 39.7°C battant les 39.5°C du 08/08/2003 Metz Nancy Lorraine (260m, 1991) -> 39.5°C battant les 38.8°C du 08/08/2003 Bas-Rhin : LE HOHWALD (591m, 1990) -> 35.6°C battant les 35.1°C du 04/07/2015 STRASBOURG-ENTZHEIM (150m, 1924) -> 38.9°C battant les 38.8°C du 30/06/2019 WANGENBOURG (465m, 1990) -> 36.4°C battant les 36.3°C du 08/08/2003 Haut-Rhin : KRUTH (512m, 1996) -> 37.3°C battant les 36.9°C du 07/08/2015 (24 juillet) GEISHOUSE (618m, 1965) -> 36.8°C battant les 36.7°C du 13/08/2003 (24 juillet) SEWEN - LAC ALFELD (620m, 1959) -> 37.2°C battant les 36.9°C du 07/08/2015 (24 juillet) Haute-Saône : BELFAHY (847m, 1992) -> 35.1°C battant les 34.6°C du 26/06/2019 FROTEY (360m, 1991) -> 37.8°C battant les 37.6°C du 12/08/2003 FROTEY -> 38.5°C battant les 37.8°C du 24/07/2019 FOUGEROLLES (315m, 1991) -> 39.1°C battant les 38.6°C du 06/08/2003 AILLEVILLERS (275m, 1959) -> 40.6°C battant les 39.5°C du 12/08/2003 LUXEUIL (271m, 1944) -> 38.9°C égalant les 38.9°C du 31/07/1983 Vosges : EPINAL (317m, 1986) -> 38.8°C battant les 38°C du 09/08/2003 EPINAL -> 39.3°C battant les 38.8°C du 24/07/2019 ROVILLE (278m, 1969) -> 39.1°C battant les 38.3°C du 07/08/2015 ROVILLE -> 40°C battant les 39.1°C du 24/07/2019 Yonne : AUXERRE-PERRIGNY avec 41,6° Territoire de Belfort : GIROMAGNY (473m, 1991) -> 37.2°C battant les 36.7°C du 07/08/2015 (24 juillet) BALLON (1153m, 1994) -> 32.3°C battant les 31.3°C du 08/08/2003 (24 juillet) BELFORT (401m, 1949/2008*) avec 38.1°C le 24 battant les 38.0°C du 13 juillet 1949* (station déplacée en 2008) ---- *Addendum : @alsavosges : merci pour les données de Belfort. A noter cependant que la station a été déplacée de plusieurs kilomètres en 2008 : des Hautes Perche (classe 4) à Dorans (classe 1). C'est pour cela que je ne l'avais retenu. @Discolulu : même remarque que pour Alsavosges. La station a également été déplacé en 2012. Saint-Georges sur Baulche (classe 4) -> Perrigny (classe 2). J'ai ajouté Dijon. Pour Cerisier, c'est une StatIC et ne figurent ici que les stations MF. Mais si quelqu'un veut effectuer un récapitulatif avec les statIC, je pourrais éditer mon message.
  13. Un éclair a tapé sur le village de Saint-Nizier il y a quelques minutes : impact/tonnerre instantané. D'autant plus inattendu que l'activité électrique est globalement faible. Pluie et vent modéré depuis 20' mais rien de bien impressionnant à ce niveau si ce n'est l'agréable sensation de fraîcheur.
  14. Cela n'a effectivement pas grand chose à voir avec l'approche scientifique mais c'est grâce à des événements extrêmes comme comme ceux que nous venons de connaître que les mentalités peuvent évoluer. Ce sont souvent ces intervalles d'émotions qui permettent de prendre des mesures fortes (bonnes ou non et pas uniquement dans le domaine environnemental). Même si je comprends la méthode, votre discours me semble contre-productif s'il s'agit de celui qui est tenu aux décideurs politiques car il cautionne l'inaction. C'est probablement cela qui suscite l'incompréhension de la majeure partie du forum qui a une conscience écologique supérieure à la moyenne. Quand vous dîtes qu'il est plus simple d'analyser un changement climatiques sans les extrêmes vous avez raison, sauf que ce sont précisément ces phénomènes extrêmes qui ont l'impact le plus significatif sur la population (coût humain, financier, écologique). Or, force est de constater que ces extrêmes vont tous dans le même sens. Et ce sont bien ces extrêmes qu'il s'agit d'anticiper et dont on doit tenter de se prémunir dans un futur plus au moins proche. Même si l'on n'atteint pas le bilan énergétique de 2003 en raison de la brièveté de ces advections brûlantes, quelles étaient les probabilités de dépasser les 40° sur une partie si importante de la France seulement quelques années après 2003 ? De dépasser 41° à Lille ? 42° à Paris ? C'est ici que votre discours scientifique trouve sa limite, car dans une vision prospective l’occurrence estimée d'un tel phénomène ne justifierait pas nécessairement d'agir. Or, on ne cesse désormais au fil des ans, et non plus des décennies, de battre de records. L'analyse post 2003 laissait suggérer que le retour d'un tel phénomène se chiffrait en millénaire (source Météo France), 10 ans plus tard l'occurrence a été révisée à une échelle centennale, aujourd'hui on ne peut s'empêcher de penser qu'on se rapproche d'une échelle décennale. Une politique environnementale et d'aménagement du territoire s'inscrivant dans le temps long, j'espère sincèrement que nos décideurs sont entourés de conseillers plus "alarmistes" que vous ne l'êtes. Quand bien même votre discours est inattaquable d'un point vu strictement mathématique ;).
×
×
  • Create New...