Kyrion

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    2 831
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

1 abonné

À propos de Kyrion

Personal Information

  • Lieu
    Kalhausen (Moselle - 218m) ; Strasbourg (Bas-Rhin - 145m)

Visiteurs récents du profil

1 936 visualisations du profil
  1. Kyrion

    Vigilance Météo France

    Ecrire cela, c'est caricaturé tout ce qui a été dit jusqu'à présent ; certains qui le critiquent ici sont également les premiers à le servir quotidiennement par leur engagement professionnel. Si l'on émet des critiques c'est justement parce que l'on estime qu'il y a des axes d'améliorations possibles et que des questions doivent être posées. La première d'entre elles, pour rebondir sur ton message : pourquoi tes proches ont pu être contactés/avertis et d'autres non alors qu'ils étaient confrontés au même danger ? En l'espèce, on peut à juste titre saluer l'initiative de la collectivité de Carcassonne mais aussi se demander pourquoi cette information n'a pas été relayée par d'autres communes auprès de leurs concitoyens. Et là on retombe sur ce qui a été dit de nombreuses fois auparavant : - impossibilité technique (il faudrait alors investir) ? - stratification administrative (comment réduire/accélérer la décision au sein de la chaîne de commandement ? Accorder davantage d'autonomie aux édiles locaux, une meilleure information ?) ? - inculture aux risques : comment sensibiliser davantage, éduquer les enfants, faire un travail de mémoire sur les inondations passées... Contrairement à de nombreuses réformes où l'aspect financier est omniprésent avec donc un caractère limitant, je trouve qu'ici il y aurait relativement peu à investir dès lors que l'on parle de sensibilisation ou de stratification. Mais dans ce dernier cas, dès lors que l'on parle de pouvoir, on se heurte probablement à quelque chose de bien plus complexe qu'un simple besoin financier.
  2. Kyrion

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Octobre 2018

    Ce qui ne ressort pas des chiffres mais qui témoigne également du caractère exceptionnel de ce mois d'octobre ce sont les Tn. Certains s'appuient sur elles pour contrebalancer les Tx élevées or ces Tn sont remarquablement hautes par rapport aux conditions atmosphériques ! Que l'on prenne l'exemple de Strasbourg, Nancy ou Saint-Dizier (histoire d'évacuer le seul aspect ICU) : on est sur des Tn au niveau des moyennes voire légèrement au-dessus alors que la situation est particulièrement propice à l'effet radiatif avec un ciel clair, peu de vent et des nuits qui s'allongent déjà sensiblement. Pour preuve, l'on atteint déjà la norme mensuelle concernant l'ensoleillement alors que l'on vient à peine de dépasser le 15. Sinon : Tn de 7,5° à Kalhausen.
  3. Kyrion

    Vigilance Météo France

    Les phénomènes météos violent se succèdent et pourtant on a l'impression que rien n'évolue, voilà ce qu'on disait déjà en mars... 2017 après la tempête Zeus : Une partie de mon message : Et ta -juste- réponse Désormais nous sommes en octobre 2018 et l'on a l'impression que l'on stagne toujours autant : tant sur le déploiement technique que sur la stratification administrative qui semble, d'un regard extérieur, être une source d'inertie trop importante pour gérer un danger imminent (or c'est à ce moment là que la vulnérabilité est la plus importante). Je suis contre la tendance moderne à porter plainte pour la moindre contrariété mais je me demande si la prise de conscience aux différents échelons administratifs (y compris au niveau étatique) ne passe pas par la reconnaissance de leur responsabilité par les juridictions françaises. Des décès et des catastrophes naturelles il y en aura toujours par contre c'est anormal qu'en 2018 l'information puisse encore faire défaut.
  4. Chaque fois qu'on voit les cartes à moyen terme, on se dit "non, ça va évoluer, être plus nébuleux, l'avancée de la saison aidant". Mais en fait, non. La synoptique me rappelle décembre 2015 (gauche). Seule nuance, la goutte froide au sud de la Péninuble Ibérique qui permet d'éviter une advection encore plus brulante : On avait alors fini le mois entre 10 et 15mm sur la plupart des stations du nord-est tout en mettant une gifle monumentale au précédent record de température moyenne. Je ne dis pas que l'issue sera identique côte température, mais côté précipitations on s'y dirige tout droit.
  5. Effectivement, on vit quelque chose de remarquable depuis mai et les cartes d'anomalies de géopotentiels à 500 hPa peuvent en témoigner. On ne doit pas être loin d'un record de bas géopotentiels au niveau du Groënland sur 6 mois glissants à cette période de l'année : C'est bien ça qui rend ces cartes exceptionnelles : pas nécessairement l'anomalie intrinsèque mais bien que celle-ci soit si marquée alors qu'elle est calculée sur 6 mois. Pour revenir aux prévisions, pas de redite pour le court terme ; tout a été dit précédemment. En revanche, pour le long terme je pense tout de même qu'on se dirige vers une évolution synoptique à l'aube de la 3ème décade mais pas nécessairement celle que l'on souhaiterait. En effet, le blocage actuellement présent sur l'Europe orientale devrait progressivement se dissiper (gauche) pour se repositionner pour la première fois de la saison sur le proche Atlantique (droite) : J'ai utilisé 3 cartes du déterministe mais j'aurais pu prendre également la moyenne NAEFS ou encore les indices de blocage tout aussi représentatif de ce repositionnement des hauts géos. Concrètement, on va rester sur quelque chose d'anticyclonique mais cette fois-ci nettement plus frais que ces derniers jours avec une bascule SO-NO (le changement risque même d'être brutal si on reste sous plafond nuageux). Je ne vois pas le diagramme à nouveau s'enflammer ou prendre des degrés comme cela est souvent le cas. En revanche, difficile d'être optimiste concernant les précipitations : l'AA reste trop proche et avec une amplitude trop faible pour drainer quelque chose d'intéressant. Sachant qu'avec ce type de synoptique le zonal est exclu, notre salut ne peut venir que d'une goutte froide bien positionnée. On est donc en train de réussir l'exploit d'enchaîner les synoptiques les plus sèches possibles depuis près de 6 mois maintenant (50 nuances de sècheresse ). Si cette alternance de blocage Atlantique/blocage Européen venait à perdurer cet hiver, ce dernier pourrait être plutôt frais mais aussi très défavorable à la recharge hydrique mais nous n'en sommes pas encore là. Le seul point positif semble être la migration d'une partie du VP vers la Scandinavie. A défaut de nous être pour l'instant favorable, il vaut mieux qu'il traîne là-bas qu'uniquement sur la pointe sud du Groënland comme c'est le cas actuellement.
  6. https://www.infoclimat.fr/cartes/observations-meteo/temps-reel/vent-en-rafales/france.html http://meteoalerte.com/france/index.html http://www.meteociel.fr/observations-meteo/vent-rafales.php
  7. Pourtant la réponse est sur le diagramme ;), même si ça bouge à 850 hPa, ça reste d'une extrême platitude à 500 hPa donc ce n'est pas vraiment étonnant de voir une alternance fraicheur/douceur sans la moindre perturbation significative. A plus forte raison, à cette période de l'année où le caractère convectif des précipitations diminue fortement. On voit bien que la limite barocline se situe en Irlande du Nord voire même parfois à des latitudes encore plus septentrionales : Schéma qui semble particulièrement stable notamment en raison de l'alimentation continue de la zone açorienne par des anomalies basses. Finalement, nous ne sommes pas vraiment sur une situation bloquée mais plutôt sur un schéma de circulation zonale à très haute latitude pour la saison avec un courant jet faiblement ondulant. On identifie d'ailleurs bien la potentielle future tempête tropicale en bas à gauche de la carte suffisamment dynamique pour être identifiée à 300 hPa. Évoluant en "circuit fermé" et sans être reprise dans le courant d'ouest, elle ne semble pour l'instant pas être un élément perturbateur dans la prévision : - Bon tout ça pour dire qu'exceptée l'agitation du w-e, on va probablement à nouveau bénéficier d'une longue période calme à compter de lundi, plutôt ensoleillée et avec des températures qui ne devraient être excessives car tempérées par une influence continentale en basse couche (lundi et mardi). - Mercredi/jeudi seront plus agréables avec une diminution du vent, une plus grande amplitude thermique à attendre donc avec des Tx plus douces et Tn plus fraiches. - Le w-e prochain est plus incertain en lien avec un léger retrait des hauts géopotentiels vers l'ouest. Cela favorisera les incursions nuageuses par le nord-ouest synonyme d'un temps plus frais en journée. Enfin pas de retour des précipitations avant une dizaine de jours, a minima.
  8. Kyrion

    Aidez nous à recenser les erreurs de notre base climatologique

    On peut y ajouter également le 183,3 km/h du 12 novembre 1993 par 3°. Un IRE qui n'aurait rien à envier aux plus hautes stations alpines
  9. Kyrion

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Août 2018

    Ok Fabien ;). C'est vrai qu'on s'en tire pas trop mal ici quand on voit ce que ça a donné de part et d'autre de notre secteur (Forbach).
  10. Kyrion

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Août 2018

    @FABIEN 57, rallume ta box que je puisse savoir combien il est tombé chez moi Sinon ici également la ligne est passée avec 20' assez intense et quelques bourrasques mais rien de transcendant. La sécheresse a encore de beaux jours devant elle et il va bien falloir profiter des 48 prochaines heures pour aérer ce qui peut l'être. On devrait rapidement repartir sur du chaud diurne et nocturne.
  11. Comme prévu, les Tn vont être à surveiller la nuit prochaine notamment en Alsace où Arôme voit les températures persistaient autour de 22/23° sur l'ensemble de la plaine centrale. Les conditions semblent être "optimales" avec l'arrivée de nuages en cours de soirée en lien avec les développements orageux sur la Lorraine sans que les précipitations ne semblent pouvoir passer les Vosges. Les records sont donc en danger... sauf à ce que la perturbation de mercredi soir ne fasse chuter les températures. Comment mentionné également par plusieurs intervenants on surveillera le risque de violentes rafales sur l'ouest Lorrain/Champagne-Ardennes en lien avec les orages qui vont concerner l'Île de France en cours de soirée. Arpège avait été le premier à envisager ce risque, Arôme lui emboite le pas avec une double salve en fin d'aprem (gauche) et début de soirée (droite) :
  12. J'avais hésité à poster en ce sens en début d'aprem' mais c'est vrai que les dernières sorties ont sensiblement affaiblies l'ampleur du refroidissement. Comme l'a mentionné Fil, là où le flux devait franchement pivoter O il reste de plus en plus longtemps orienté SO. A partir de mercredi on va baisser d'intensité au niveau de la Tx mais probablement pas en terme de sensation de lourdeur (sans compter le facteur nébulosité qui va maintenir les Tn à un niveau élevé). Vendredi sera finalement la seule journée où l'on changera véritablement de flux avec une influence océanique certaine. Mais cela ne serait que temporaire puisque dès le w-e on retrouverait des effluves subtropicaux. On a l'impression d'être un peu dans une situation de transition où les ondulations ont remplacées le blocage de ces dernières semaines sans qu'elles soient encore pour l'instant suffisamment vigoureuses pour déstabiliser franchement notre AA solidement campée sur ses racines. Concernant les Tx de demain, à mon avis il faudrait surtout regarder du côté de la Bourgogne et Champagne-Ardennes. Côte Lorrain et Alsacien, on devrait avoir du mal à se débarrasser d'un voile d'altitude qui va remonter du sud en cours de nuit et qui ne devrait pas nous permettre d'atteindre les températures maximales théoriques permises par une telle masse d'air.
  13. Pour Strasbourg-Entzheim, les records de juillet et août datent de 2015 avec respectivement 38,3° et 38,7°. La synoptique est assez proche de ce que l'on avait alors connu en juillet avec des températures en altitude équivalentes. La seule différence qui, à mon avis, nous empêchera d'atteindre ces records c'est que le champ de pression semble plus faible et moins dynamique qu'en 2015. Cela devrait être propice à des développements nuageux/voile d'altitude à l'image de ce que l'on a connu aujourd'hui. En l'état actuel, je pense qu'on est cran en dessous de ces records en raison des facteurs limitant mentionnés précédemment.
  14. Kyrion

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Août 2018

    Sans compter le voile d'altitude qui descend progressivement par le nord. Ca sent la grosse tn un peu partout demain, proche ou supérieure à 20° sur la plupart des secteurs et notamment sur les premiers plateaux où une légère brise devrait se maintenir toute la nuit (cf : les 29,7° à 22h à Nancy-Essey...).
  15. Oui Fil, par contre je trouve justement ce matin que cette évolution orageuse est plus fragile qu'hier. On attendra CEP pour se faire une meilleure idée mais le thalweg tend à devenir de moins en moins incisif et sa progression vers l'est de plus en plus lente. Il ne faudrait pas qu'à force de ralentir, celui-ci cale aux portes de notre pays pour évoluer goutte froide ou qu'à défaut son amplitude ne devienne si faible qu'il ne soit plus source d'instabilité (transition flux SO -> O anticyclonique). Mine de rien on est encore à du j+6/+7. Autant la baisse des températures semble acté (pas nécessairement plus agréable si td élevé), autant je doute encore sur le caractère fortement humide de cette transition.