Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

th38

Membres
  • Content Count

    2322
  • Joined

  • Last visited

About th38

Recent Profile Visitors

3179 profile views
  1. Et voici la pluviométrie pour ce début d'année 2019 :
  2. Et quand je vois ça et ce que c'est devenu, et bien soyons optimistes : la marge de progression des prévisions saisonnières est sacrément importante !
  3. Quand Jt75 remplace Mike sur le topic, en effet, ça sent le chaud de chez chaud.....
  4. Merci ! Cela montre combien il est illusoire de vouloir serrer une prévision 6 mois à l avance sur un mois particulier On en est pas encore là... si un jour on y est...
  5. J'ai regardé pour septembre. Les périodes trentenaires ne disent encore rien, mais il est fort possible que 1991/2020 nous livre des enseignements qui viennent corroborer cette raréfaction des orages en fin d'été dans le Sud-est. Depuis 1996, il y a en effet un net décrochement sur ce mois. Sur les 4 stations que j'ai citées, en 23 ans, il n'y a que 7 mois de septembre qui ont eu plus d'eau que la moyenne (contre 16...), 2015 étant le dernier en date.
  6. C'est clair que l'irrégularité des précipitations et des orages influent les résultats observables sur une période courte. (un événement exceptionnel influe sensiblement sur une décade). En zoumant sur le quart Sud-est, et en prenant deux périodes trentenaires, il est intéressant de voir que le couvercle anticyclonique qui protège en été le bassin méditerranéen à tendance à gagner "sérieusement" vers le Nord. Le mois d'août est intéressant, car c'est là que se manifeste (manifestait) les orages les plus violents et les plus organisés en bordure (zone de conflit), et que dans cette zone, la quasi totalité des précipitations proviennent des orages. Or sur période longue, il n'y a pas photo quand aux résultats sur le cumul de précipitations. J'avais cité Lyon, j'étends un peu plus les exemples : 1951/1980 1981/2010 Montélimar 86 58 Embrun 65 52 Grenoble 91 67 Lyon 100 62 mm
  7. Sur tes observations, on peut ajouter le printemps, qui année après année, devient "méconnaissable". Je pense dire que ce mot n'est pas trop fort On enfile continuellement les printemps chauds, secs et ensoleillés. Depuis 30 ans, la seule exception tient à 2013, qui pourtant n'aurait pas franchement dépareillé au sein des années 70 ou 80... Les Saints de Glace appartiennent maintenant de l'histoire (la dernière gelée de mai à Roussillon date de 40 ans). Bref, en vallée du Rhône, pour cette saison (et un peu pour les autres d'ailleurs), que ce soit pour les températures ou pour l'ensoleillement, on est tous descendus de 50 km. Depuis 2000, Lyon passe les 2100 heures de soleil par an, et Montélimar les 2500. Il n'y a que le régime des précipitations qui "semble" n'avoir pas trop bougé. Mais sur ce paramètre, la variabilité d'une année sur l'autre est telle qu'une tendance n'est pas facile à observer... à part peut être les orages de la deuxième partie de l'été (cf topic sur la raréfaction des orages) plus ténus...
  8. Autres chiffres différents, plus lapidaires, mais très parlants. Lyon, ville très exposée aux orages d'été, qui y apportent en cette saison, l'essentiel des précipitations. Relevés pour Août des quantités de précipitations à la station de Lyon Bron : -1951/1980 : 99,7 mm -1981/2010 : 62,0 mm Si c'est pas un changement de climat ça....
  9. Ton post est bien d'actualité ce matin... Cela étant il faut redire que la norme utilisée n'en n'est plus une. Celle que nous utilisons est centrée 1995. Or en France depuis le milieu des années 70, la température augmente de 0.3 à 0.4°C par décennie. Un mois dans "sa" norme, est donc à peu près 0.8°C au dessus de celle de 81/10. Vouloir un mois dans les normes, c'est vouloir un mois près de 1°C inférieur à la moyenne attendue ; c'est pour que ça devient dur, et ça ne se produit qu'une ou deux fois par an maintenant, (à peu près dans les mêmes proportions que d'avoir un mois supérieur à 2°C au dessus de la norme 81/10). Ces dernières années, la courbe de gauss se répartie bien autour de ce +0.8°C...
  10. La surchauffe se poursuit, voir s'intensifie depuis fin février. On est, selon NCEP, près de 1.5°C au dessus de l'ère préindustrielle.... Quelqu'un peut -il expliquer cet emballement des températures qui dépasse la variabilité sur quelques jours....
  11. Peut être, peut être.... Mais le signal pour les précipitations n'est quand même pas évident à percevoir, et la variabilité est telle qu'il faut (faudra) du temps pour voir une vraie tendance. On se souvient tous de la décennie 90, avec son flux d'ouest omniprésent, qui semblait alors pour beaucoup la signature d'un RC naissant...
  12. Merci meteor... +1.41°C en mars par rapport à l'ère préindustrielle alors qu'on est quasi encore en phase neutre.........ça serait inquiétant si ça se poursuivrait....
  13. LES PRÉVISIONS SAISONNIÈRES POUR LE TRIMESTRE AVRIL - MAI - JUIN 2019 Europe et France métropolitaine Des conditions plus chaudes que la normale sont attendues sur toute l'Europe et des conditions plus sèches que la normale sont probables sur une large moitié nord-ouest du continent dont la France. Les modèles de prévision saisonnière sont très cohérents ce mois-ci, d'où une confiance accrue dans la prévision pour le trimestre à venir. Températures L'ensemble des modèles prévoient une fréquence accrue de conditions anticycloniques sur l'Europe pour le trimestre prochain. En conséquence, en moyenne sur le trimestre, la température devrait être supérieure à la normale sur tout le continent. Précipitations Des conditions météorologiques plus sèches que la normale sont probables sur une grande partie de l'Europe incluant la France.Dans un contexte où les pluies hivernales n'ont pas été suffisantes pour régénérer totalement la réserve en eau des sols et où l'enneigement est déficitaire sur tous les massifs, un nouveau déficit de précipitations combiné à des températures élevées accroîtrait le risque de sécheresse précoce sur le pays. Ca promet....
  14. Un mois est passé depuis ce post. ...et c'est bien comme ça que le printemps démarre.... Il ne reste que 8 jours à mars qui ne suffiront pas à faire autre chose de ce mois qu'un mois doux et sec... On ne va pas faire du régionalisme ici, mais le sud est vraiment sec... et potentiellement, ça peut effectivement craindre pour l'été...
×
×
  • Create New...